Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Jules Vallès

Le fondateur du journal Le Cri du peuple ! L’écrivain à qui l’on doit, entre autres romans, la trilogie Jacques Vingtras, à savoir : L’Enfant , le Bachelier et l’Insurgé, un journaliste, certes, mais aussi un homme politique, l’un des élus de la Commune de Paris, qui devait être condamné à mort, puis s’exiler : Jules Vallès.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #250556
    le 30/10/2012 par tre
    Jules Vallès

    ll faudra bien un jour arracher l’héritage de la Commune aux trotskistes idiots...
    Les Communards étaient des patriotes qui refusaient la défaite face à la Prusse


  • #250646
    le 30/10/2012 par Koorosh
    Jules Vallès

    Il faudra peut-être s’arracher aux jugements trotskystes-onsaitpastropquoi.
    La plupart des mecs désignés comme trotskystes n’en ont rien à foutre.
    Les pires des gauchistes sont au Parti de Gauche aujourd’hui. (Je les ai pratiqué c’est l’horreur)
    Si le jugement sur les trotskystes était valide, normalement le régime bourgeois aurait autant poussé Schivardi que Besancenot et Laguiller, tous trotskystes.
    L’on sait, vous et moi, que ce ne fut pas le cas.
    Un Schivardi qui défend l’indépendance des communes, qui démontre l’abjection que les régions représentent pour la vie locale, et qui plastronne avec son écharpe tricolore ? Un dictateur phallique en puissance pour Laguiller, un fasciste pour Besancenot.
    Et pourtant...
    Peut-être que ces jugements sont archaïques, et que les critères trotskystes-PC fonctionnent au sein même de la gauche comme une opposition gauche-droite. Jetons-donc des fleurs à l’eau, comme notre camarade Jules ; soyons humains, et défaisons-nous de ces critères d’un autre âge ; pour faire la République Sociale, il nous faudra avoir le courage de nos convictions.
    Fraternellement,
    un camarade,
    entre autres au PCF.

     

    • #250745
      le 30/10/2012 par tre
      Jules Vallès

      Je ne comprends pas bien ce que tu veux dire, désolé. . .
      Je dis que la captation de l’héritage de la Commune par la LCR est une escroquerie...
      Certes les trotskistes ne sont jamais arrivés au pouvoir ; mais on a entretenu artificiellement un courant qui représente bien peu de monde mais qui a pu exercer son influence intellectuelle libertaire (donc in fine libérale) sur le reste de la gauche et sur l’opinion


    • #251189
      le 31/10/2012 par jeje
      Jules Vallès

      @tre
      pourrais-tu, s’il te plaît, développer cette prétendue captation de l’héritage de la Commune par la LCR ?
      "qui a pu exercer son influence intellectuelle libertaire (donc in fine libérale) sur le reste de la gauche et sur l’opinion" les trotskystes libertaires ? ah bon ?
      désolé mais là je pédale dans la choucroute
      merci de m’éclairer


  • #250684
    le 30/10/2012 par QuoVadis
    Jules Vallès

    Saviez-vous que durant la "semaine sanglante" de la Commune en 1871, Adolphe Thiers (un autre Adolphe ?), qui s’était enfui avec son gouvernement, livrant la Capitale aux Prussiens, ayant pactisé avec ceux-ci, mata la révolte des patriotes Français et les extermina (20000 morts) dans les rues de Paris, avec l’approbation de la Bourgeoisie déliquescente. Ce même Thiers fit poster des troupes, pour protéger les hôtels particuliers des… Rothschild, dont les communards ne s’occupèrent d’ailleurs point, alors que… Triste constat.

     

    • #250743
      le 30/10/2012 par Jean-Yves L.
      Jules Vallès

      Thiers fit poster des troupes, pour protéger les hôtels particuliers des… Rothschild



      C’est intéressant mais il faut, quand on fait ce genre d’assertion historique, donner la source.
      Sinon ça n’a aucune valeur.


    • #250902
      le 30/10/2012 par QuoVadis
      Jules Vallès

      A Jean-Yves
      Dont acte :
      « N’est-il pas étrange
      que pendant les révolutions, les insurgés n’aient jamais
      attaqué les banquiers, leurs châteaux ou leurs
      banques ? » La remarque vaut pour la Révolution
      française et celles du XIXe siècle ! Mieux encore,
      d’après Edouard Demachy, c’est un détachement
      d’insurgés qui gardait l’Hôtel particulier des Rothschild
      à Paris durant la Commune.

      Lettre LIESI n°171 - Novembre 2008
      Erreur de ma part, à priori ce sont les insurgés et non Thiers qui ont protégé les biens des R.

      Les Rothschild ont été la cheville ouvrière de tous les événements politiques et financiers du XIXe siècle en Europe. Leur nom devrait se trouver à chaque page de chaque histoire de chaque pays.
      Pour la France la grande source d’informations aurait été les archives du ministère des finances, mais l’incendie de la Commune a tout détruit.
      Les Rothschild étaient directement intéressés à l’incendie du ministère des finances.
      Il est véritablement bien curieux de remarquer le respect excessif qu’ont eu les chefs de la commune pour les propriétés de cette noble et judaïque famille. Une des principales barricades était celle qui fermait la rue Royale à sa jonction avec la place de la Concorde, la rue de Rivoli et les Tuileries. L’ancien hôtel de Talleyrand-Périgord, le sanctuaire actuel du baron Alphonse n’a même pas été visité, et pourtant, il faisait le coin de la rue de Rivoli et de la rue St-Florentin, et se trouvait par conséquent en pleine barricade et plus exposé que n’importe quel autre à la convoitise et à la vengeance des révolutionnaires.
      Les partisans de la commune en voulaient à tout ce qui était riche et principalement à ceux qui s’étaient engraissés des dépouilles du peuple.
      Et pourtant l’hôtel Rothschild est resté intact pendant qu’on brûlait d’insignifiantes maisons de la rue Royale.
      Les pétroleurs et pétroleuses, quoique n’ayant pas reçu une très solide éducation ne pouvaient ignorer le nom de Rothschild qui dans le peuple a remplacé le nom de Crésus.
      Ils savaient que les Rothschild représentaient l’intégration de la richesse, exploiteurs entre les exploiteurs et pourtant ils sont passés devant l’hôtel d’Alphonse de Rothschild leurs bidons de pétrole à la main et ils ne se sont pas arrêtés.
      Les Rothschild ont des hôtels dans tout Paris. Tous ces superbes hôtels bâtis avec nos dépouilles sont restés intacts…

      Extraits de l’ouvrage : Les-Rothschild-une-famille-de-financiers-juifs-au-XIXe-Siecle par Edouard Demachy - Paris 1896.


    • #250922
      le 30/10/2012 par QuoVadis
      Jules Vallès

      Il semblerait que l’ombre des Rothschild se profile derrière toutes les guerres et révolutions depuis le XVIIIe siècle. Lire le livre d’Edouard Demachy et les Confessions du Dr Rakovsky, ponte du bolchévisme zigouillé par Staline, explosif ! Le plan d’Albert Pike (en 1871), Grand Pontife du Palladisme Luciférien, tant honni et décrié, se réalise avec une précision chirurgicale. Je ne suis pas l’auteur de cette thèse et seul à le penser, mais l’analyse des événements à travers cette grille de lecture est très cohérente. Enfin, je ne l’impose à personne, alors faites-moi grâce d’opinions superficielles et subjectives.


  • #250753
    le 30/10/2012 par lecridupeuple
    Jules Vallès

    Ce même portrait trône en patron dans mon salon.


  • #251098
    le 30/10/2012 par Heizen
    Jules Vallès

    Jules Vallès, du Puy-en-Velay (Haute-Loire) ma ville :)


  • #253873
    le 03/11/2012 par picadello
    Jules Vallès

    J’aime bien et ça me donne envie de réécouter pour la 3ème fois les conférences d’Henry Guillemin sur ce chapitre de l’Histoire.
    Nous ( le peuple) ne sommes pas plus prêts qu’en 71 à affronter nos maîtres qui ont abdiqué aussi honteusement et sans même faire semblant de livrer bataille puisqu’il n’y aurait pas de guerre.