Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’ARP, une organisation française de plus de 200 cinéastes, propose de suspendre Roman Polanski

Des nouvelles règles qui entraîneront la suspension de Roman Polanski. La Société civile des auteurs, réalisateurs et producteurs (ARP), organisation française comptant plus de 200 cinéastes, proposera à son assemblée générale de nouvelles règles pour les membres condamnés ou poursuivis pour des violences sexuelles, a annoncé lundi son président Pierre Jolivet.

[...]

« Ce changement de statut sera proposé aux membres et définitivement voté lors de la prochaine assemblée générale. Cette suspension concernerait Roman Polanski, dont l’information judiciaire est toujours ouverte aux États-Unis (pour relations sexuelles illégales avec une mineure en 1977) et pour laquelle il a fait l’objet d’une mise en examen », a-t-il ajouté.

Le président de l’ARP a indiqué que la prochaine assemblée générale de l’association se tiendrait au printemps, mais qu’une assemblée extraordinaire devrait être « convoquée pour devoir changer les statuts ». La date de cette assemblée extraordinaire « n’est pas arrêtée » à ce stade, a précisé à l’AFP un responsable de presse de l’organisation.

Lire l’article entier sur 20minutes.fr

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est une bonne chose et en même temps, je me demande si la multiplication de toutes ces ingérences, pour juger quelqu’un n’est pas pire que le remède. Je m’explique : si la justice faisait son boulot, il y a longtemps qu’un pervers comme Polanski devrait être empêché d’approcher (au moins) des mineures. Et ça, c’est à la justice de l’imposer et de le faire respecter. Point.

    Par ailleurs, rien n’empêche le public normalement constitué, de se détourner, voire de boycotter le cinéma et même le showbiz, étant donné que ce milieu a suffisamment fait montre de ses décadences. Personnellement, il y a plus de quarante ans, que je n’ai pas mis les pieds dans une salle obscure. Et ne m’en porte pas plus mal. Pas seulement pour faire de l’ombre aux cinéastes pédophiles ou violeurs. Mais également et surtout, pour ne pas contribuer à l’enrichissement d’ "artistes" qui profitent de leur notoriété, pour juger et condamner (de quel droit ?) les opinions qui les indisposent. Et en imposant les leurs, de surcroît !
    Et cracher à la face de ceux qui les expriment, oubliant très bêtement que ceux-là aussi, font partie de leur public.

    En fait, c’est juste une question de bon sens et de jugeote. Autant que de réciprocité. L’artiste n’aime pas mes opinions ? Je ne partage pas les siennes. Je me désintéresse donc totalement de lui/elle.

     

    • Plein de bon sens, monsieur.

      Il faut effectivement se detourner de ces fausses idoles, devenues de toutes façon parfaitement grotesques depuis l’Internet.

      Le divertissement y a d’ailleurs totalement disparu au profit de l’ingénierie sociale, phénomène qui coïncide avec l’avènement de scripteurs milleniaux, INCAPABLES de produire des histoires convaincantes.

      Ça coule de source : ils sont disfonctionnels.


  • C’était donc cela penser printemps : virer tous les gonzes qui « nous » la mettent dans l’os ? Belle AG pour donner le pli à la future AG des Français qui feraient pas mal d’en faire autant...


  • parce que ces 200 cinéastes veulent désinfecter le métier .Pour ça, il faut nettoyer la merde .C’est la seule solution .
    Sinon, il y aura toujours des vieux relents qui remonteront


  • Suspendre Polanski, oui d’accord, mais par les couilles si possible.


  • Tout le monde ne partage pas les valeurs talmudiques de Roman !

    « Antisémites ! »

    Le problème c’est le voile, n’oubliez pas.

     

  • Enfin ils se décident à bouger

    Quand j’entends dire qu’il faut séparer l’homme de l‘œuvre je me dis qu’ils n’ont rien compris. Polanski est l’exemple même du lien entre les deux car il a assis son œuvre sur la misère de ses victimes. C’est un pervers qui a utilisé la position que lui donnait son métier pour abuser des enfants. 12 victimes recensees ! Pour combien n’oseront jamais se declarer ? Toutes liées à « son œuvre ». Ce pédophile avait compris très tôt que le cinéma lui permettrait d’accéder a des enfants. Il a utilisé les plateaux comme base, comme supports de sa perversion. Il a compris très tôt le pouvoir que lui donnerait le choix des rôles, des actrices, la position officielle de grand cinéaste, la renommée, le succès possible permettant de faire partie de l’élite et d’atteindre une certaine immunité. Il a fait comme certains éducateurs sociaux pédophiles qui le sont devenus pour être au plus près de leurs victimes. Certains utilisent le pouvoir donné par leur position pour accomplir de grands choses, lui c’était pour assouvir ses penchants pervers. Ceux qui disent que l’homme et l’œuvre sont deux choses séparées, donnent du crédit a ses méthodes et lui trouvent des circonstances atténuantes alors qu’il n’en a pas. L’exemple d’Hitler, peintre et monstre n’est aucunement comparable, car Hitler ne s’est pas appuyé sur son métier pour assouvir sa soif de pouvoir et accomplir ses horreurs. Nous pouvons aussi prendre l’exemple du grand cinéaste italien Dino Risi, qui avoua avoir quitté la médecine pour se lancer dans le cinéma essentiellement pour être entoure de jolies femmes. Seulement a la différence de Polanski il ne les prenait pas au berceau, et rien de dit qu’il leur faisait miroiter un rôle pour arriver à ses fins. En l’espèce on peut comprendre qu’un homme aimant être entouré de femmes choisisse un métier qui le lui permette plutôt que d’entrer dans les la prêtrise ou l’armée. Le vrai choix d’un métier n’est jamais innocent, il y a la passion ou des intérêts particuliers.


  • Il n’ira jamais en prison , inutile d’insister ! Son rôle consiste ici à encourager les jeunes juifs à rester au sein de leur communauté et non pas à courir les filles du dehors, avec les risques de poursuites judiciaires...
    En cela, il est précieux pour les siens...


  • allez savoir,il va peut etre lui aussi "disparaitre par suicide , pour ne pas divulgué certaines affaires le reliant à d’autres réseaux et protagonistes pédophiles du showbizz ?


  • Je déteste cette mentalité de suiveur.


  • Au fond, le "cinéma" français est un bordel. Les "réalisateurs" sont des proxénètes et les "acteurs" des putes. Quelle surprise ! Et le tout géré depuis Tel-Aviv. On avait pas encore compris ! Merci.

    Et ce qui est "produit" est de la "bullshit-culture". Cela, on avait compris puisque depuis longtemps on ne met plus les pieds au "cinéma"..


  • Le réalisateur Christophe Ruggia étant accusé par Haenel de l’avoir tripoté a été suspendu par l’ARP, ils ne pouvaient pas ne pas discuter du cas Polanski .


  • En France on ne fait plus que de la "merde" depuis 30 ans, Roman Polanski lui au moins a réalisé quelques films remarquables, d’où cette haine vengeresse !

     

  • Bravo à cette association professionnelle, si elle arrive à concrétiser cette démarche de boycott dans les mois qui viennent …..
    Le sieur Polanski, violeur ultra-multi-récidiviste, a en effet plus que largement bénéficié de trop nombreuses protections orchestrées par divers "lobbies" …..
    Un simple citoyen serait depuis déjà très longtemps en prison pour avoir commis seulement le dixième de faits comparables !!!

     

  • Les pauvres Français sont vraiment pommés, ils placent ce film en tête du box-office. Au lieu de dire" rien à foutre de Dreyfus" et de l’ antisémisme (c’est encore légal), ils vont engraisser Polanski. Ensuite , quand ils iront gueuler dans la rue qu’ils crèvent de faim , on les fera rentrer à la niche car c’ est antisémite de réclamer sa part du gâteau si on est goy. Souvenez- vous du 29 février 2019 : tout le système (partis, médias, syndicats) est allé manifester contre l’ antisémitisme des gilets jaunes et implicitement soutenir le projet de loi antisémitisme = antisionisme annoncé la veille. Même chose pour E.Chouard ,égérie des GJ , renvoyé aux oubliettes pour... revisionisme !
    Je répète, il faut rejetter toute culpabilisation par le pouvoir avant de pouvoir se révolter contre lui. TOUTES LES VACHES SACREES DOIVENT Y PASSER, L’ AFFAIRE DREYFUS EN TETE.
    PS (c’est le cas de le dire) : au moment du scandale du sang contaminé , Fabius avait organisé une expo sur... Dreyfus.

     

  • De le suspendre... par les co...illes ?

     

    • Tu veux dire « par les couilles »...
      On est pas en Californie... ici on est en France... on a le droit (encore) de dire/écrire couille .... nichon, enculé, pute...
      Si le mot couille t’inconforte... la langue française est suffisamment riche : testicule, valseuse, burne, tu as le choix.
      As tu trop peur d’ecrire couille au point de t’autocensurer... pov’ petite chose.

      Eh bien fait nous signes quand il te poussera des couilles


    • Peut être qu’il n’aime tout simplement pas parler comme ça, il est libre.


    • @jack alias avocat de suispascharlie
      Il est libre...en principe... mais il montre que non.

      Si le langage grossier ne lui sied pas alors pourquoi l’utiliser pour s’autocensurer en même temps,.... c mazo.
      Tu as le choix entre langage vulgaire, grossier, familier, courant, etc jusqu’au langage châtié.

      Alors que tu as la liberté de choisir de t’exprimer de diverses facons (celle qui te plait donc), tu optes pour le mot qui t’auto-contraint à t’autocensurer (c-à-d à ne pas exprimer ta pensé)

      Ca s’appelle l’aliénation (consentie en l’occurence).

      Mais bon... c pas le seul et je vois la tendance...


  • Merci à E&R d’avoir relié cet article. Très bonne initiative de la part de l’ARP. C’est vrai qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, mais ça commence à bouger un peu.
    Et si cette "suspension" soit suivie plus tard par l’extradition de ce pédophile et violeur vers l’USA, ce serait vraiment génial. Mais je rêve peut-être...

     

  • Après avoir fermé les yeux pendant des décennies et même avoir été des soutiens de Polanski (et d’autres ...), les rats quittent le navire, confrontés à l’éternel retour du concret, pour tenter de protéger encore un peu leur puant fromage !
    Tous ces guignols sont au moins aussi détestables que celui qu’il souhaite "suspendre" !
    Pitoyable et honteux.


  • Un Aryen qui va au ciné c’est quelqu’un qui aime payer pour se faire foutre de sa gueule .


  • Polanski devient le bouc émissaire du show-biz.

    La promiscuité est inhérente aux entreprises privées dont le pouvoir décisionnel est tenu par une poignée de personnes, voire une seule.
    Cela va du peintre, au producteur de cinéma, en passant par l’agence de mannequins, de publicité, ou encore le producteur d’émission télé, voire les maisons de productions musicales. Il s’agit de plaire pour avoir du boulot et de la notoriété, et des millions de groupies sont prêt(e)s à faire n’importe quoi pour y avoir droit.

    Cette nouvelle règle ne va rien changer à l’affaire, le recrutement dans le show-biz se faisant par ordre de priorité par pistonnage, par la cuisse, par idéologie, par intérim (les intermittents du spectacle étant le plus gros du lot), et loin derrière par compétences.

    Cette histoire est de la poudre aux yeux qui rappelle celle qui consiste à moraliser la finance internationale (et anonyme).


  • "Polanski devient le bouc émissaire du show-biz" - je ne suis pas d’accord avec cette formule. Polanski a été soutenu ardemment en France depuis toujours et ce soutien continue. La vérité c’est que Polanski qui n’est pas privé d’un certain talent en tant que réalisateur, a toujours fait des films qui s’inscrivent parfaitement dans l’idéologie de la caste à laquelle il appartient. Son film "J’accuse" et le énième d’une longue série comme "La jeune fille et la mort", "Le pianiste" etc, n’en parlons pas des éléments satanistes qu’on descelle dans d’autres de ses films et l’atmosphère glauque dans laquelle il aime bien plonger le spectateur. Polanski n’a jamais été victime d’un "délit d’opinion" et ne le sera jamais, soyez rassuré. Par contre justement à la sortie de son dernier film (plus correctement politique, tu meurs), il vient d’être rattrapé par son passé de pédophile et de violeur. Dans les faits, il devient réellement un bouc-émissaire, mais un bouc-émissaire des pédophiles et violeurs qui sévissent en France et qui, jusqu’à présent s’en tirent en bon compte. Et bien, moi, ça me va et je ne vais pas pleurer sur son triste sort. Et je n’ai rien à faire des motifs qui ont poussés 200 cinéastes (bons ou mauvais, des lèche-bottes ou pas) à vouloir sa suspension, ce qui compte c’est la justice de la démarche.Condamner la pédophilie et les violences sexuelles n’a rien à voir avec la liberté d’expression que leurs adeptes (dont je fais partie), se rassurent.
    Ce qui compte, c’est la brèche qui vient de s’ouvrir, une brèche qui pourrait entrainer à long terme l’effondrement de tout le barrage, construit sur la base de fausses valeurs, de perversité et de mensonges historiques, dont on essaie de nous laver le cerveau depuis trop longtemps. Polanski faisait partie des "intouchables". Et bien, plus maintenant. Ce que je souhaite, c’est qu’il entraine dans sa chute le plus de monde et pas seulement de cinéastes, mais aussi d’autres représentants du soi-disant "élite".


  • C’est un faux débat, on ne peut séparer l’homme de l’artiste... surtout, si, en plus, on n’a pas séparé dans un cas comme Polanski, l’homme de la bête.


Commentaires suivants