Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Italie pourrait avoir besoin d’un plan de sauvetage dans les six mois

Il est possible que l’Italie ait besoin d’un plan de sauvetage de l’Union européenne au cours des six prochains mois car le pays s’enfonce dans la crise économique, a averti Mediobanca (MB.MI), deuxième plus grande banque du pays, dans une note à ses clients obtenue par le Daily Telegraph et parue sur le site Internet du journal britannique mardi.

Mediobanca a expliqué que son indice de solvabilité de l’Italie avait déjà émis des signaux alarmants, tandis que le mouvement de vente sur les marchés obligataires mondiaux se poursuit pour la deuxième semaine consécutive, ce qui fait grimper les coût d’emprunt, indique le Daily Telegraph.

D’après Mediobanca, rapporte le journal, l’Italie va « inévitablement finir par adresser une demande de sauvetage à l’Union européenne » au cours des six prochains mois, si le pays ne peut pas compter sur une diminution de ses coûts d’emprunt et sur une amélioration plus générale de sa situation.

Trouver des solutions économiques dans l’histoire avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Et l’année prochaine ça sera a nous ... j’ai peur .

     

  • C’est le monde entier qui a besoin d’un plan de sauvetage. SVP les extraterrestres, venez aider ces humains dégénérés.


  • Mais l’essentiel, c’est que leur nouveau gouvernement en carton ait annoncé qu’il confirmait l’achat de 90 des F35. 60 F35a à 135 millions de $, et 30 f35b à 300 millions pièce.

     

  • Excellent !

    Ca empire pour l’UE via l’eurozone !

     

    • Sa suit juste le programme qui avait été décidé.
      Faut affaiblir le peuple afin de le remettre en esclavage, investir a outrance dans l’armement avec l’argent du peuple afin de garder le control absolu, et bien entendu d’armé encore plus l’OTAN afin de piller également se qu’ont les autres.
      Et le pire, c’est que les gens l’acceptent, car ils descendent dans la rue pour défendre les homos mais pas pour leurs droits et acquis, en même temps, c’est pas étonnant, car ya des structures comme la suceuse de Barjot qui roule pour l’empire et qui à des subventions, alors que ya aucune structure pour combattre la mondialisation.

      Sa serait possible en récoltant des fonds en faisant appel aux dons par le biai des sites comme E&R et qu’une association soit monté pour ca, mais yaurait des attaques médiatique, fiscale, etc... sans arrêt, mais d’un coté, sa permettrai sans doute d’en faire parler ;)

      Si en France, 100.000 personnes donnait 10€, sa ferait de quoi faire avec 1.000.000€, que ce soit en produisant un petit journal gratuit distribuable au tour de chez soit par des volontaires, en les laissant trainer dans les métros, bus, salles d’attente, etc...

      Que dedans sa parle de tout, quitte a ce que tout soit annonyme si les personnes qui écrivent souhaite le rester, ...

      Enfin c’est une idée comme une autre ;)


  • jusqu’ici , tout va béné.
    jusqu’ici ...


  • Laissez moi changer le titre de l’article par : l’Italie et ses banques vont couler dans six mois.

    Et vous allez encore raquer pour ne pas que cela se produise.
    Grazie mille

     

  • Et après on nous dit que le retour au franc est une connerie , c’est vrai que l’euro c’est une réussite ....


  • Encore un pays qui a eu un vampire de Goldman machin chose à la tête de son gouvernement... Quel malheur ! Après avoir ruiné la Grèce, les monstres sucent le sang de l’Italie. On voit bien là la raison fondamentale de cette guerre : détruire la civilisation européenne en partant précisément de l’endroit où elle est née.
    Quand on pense qu’il suffirait que les peuples n’acceptent pas, pour que les vampires retournent chez eux sucer le sang des gros Américains plutôt que de traverser l’Atlantique pour venir nous emmerder CHEZ NOUS. Quelle tristesse !


  • "Tu vas t’endormir en France et te réveiller en Grèce" on rajoute : "plus tôt que prévu"..

    Sinon j’ai du mal a comprendre la stratégie, les gens qui sont derrière tout ça on déjà du pognon à n’en plus finir...quel intérêt d’une guerre mondiale/civile ? Réduire la population ? Ça ne servirait a rien, forcément des survivants connaîtront l’histoire et la probabilité qu’ils se fassent renverser viendra tôt ou tard. Exterminer la population ? Mais est ce que c’est seulement possible ? Et puis il faudra toujours des larbins...qui se reproduiront etc...

    Du coup "mes prévisions" d’une guerre civile/soulèvement populaire chez nous dans max 2 ans vont bon train...j’commence a rassembler des vivres au cas ou lol.


  • Ou pas.

    L’info d’origine provient de la banque Mediobanca qui cherche très certainement à justifier son plan stratégique (sic) consistant à se séparer d’un certain nombre de participations dans de grandes entreprises italiennes...
    http://www.lesechos.fr/entreprises-...

    Cette info est reprise par le Daily Telegraph et l’inimitable Ambrose Evans-Pritchard dont le fond de commerce consiste à faire l’Euro-bashing en recyclant les notes confidentielles qu’il reçoit de ses contacts dans les grandes banques européennes...


  • Les Italtoufs vont faire comme les Grecs : présenter des comptes et des bilans truqués pour nous appeler au secours et nous escroquer de l’argent . L’Italie est le pays de la " combinazione ", le travail au noir est très important, ils fraudent le fisc presqu’autant que les Grecs, il y a de grosses liasses d’espèces dans leurs poches ...


  • L’Italie, Draghi regnante, aurait maquillé ses comptes à la fin des années 90 pour les besoins de l’entrée dans l’euro, avec des produits dérivés dont les pertes colossales sont en train d’apparaitre :

    http://www.zerohedge.com/node/475715

    L’Italie aurait-elle aussi, comme la Grèce, maquillé ses comptes pour rendre la mariée plus belle au moment de son entrée dans la zone euro ? C’est ce qu’affirme le Financial Times, qui s’est procuré, comme le journal La Repubblica, un rapport confidentiel de 29 pages émanant de la Trésorerie italienne, qui détaille les dettes de l’Italie au cours de la première moitié de l’année 2012. Il mentionne notamment la restructuration de 8 contrats dérivés avec des banques étrangères pour un montant notionnel total de 31,7 milliards d’euros.
    Les experts à qui le Financial Times a demandé d’analyser ce rapport lui ont expliqué que cette restructuration avait permis à la Trésorerie, qui manquait alors de liquidités, de reporter les échéances des paiements dus aux banques, mais que cela s’était fait au détriment de l’Italie dans certains cas. Selon les experts, certains de ces contrats dataient des années 1990, la période qui a précédé l’entrée de l’Italie dans la zone euro. A cette époque, l’Italie a eu recours à ces contrats spéciaux pour obtenir des paiements immédiats des banques, des « swap off market », selon la Repubblica. Ces produits se matérialisent par un paiement comptant des banques prêteuses à la Trésorerie qui paye en contrepartie un taux variable. Dans les comptes, ils étaient enregistrés comme des prêts.

    Ainsi, l’Italie pouvait se conformer aux critères de Maastricht relatifs à l’adhésion à la zone euro à laquelle elle avait postulé pour une entrée en 1999, en compagnie des 11 autres premiers pays à avoir adopté la monnaie unique. En 1995, le déficit de l’Italie s’élevait à 7,7% du PIB. Mais il n’en représentait plus que 2,7% en 1998, l’année au cours de laquelle les comptes publics devaient être audités pour déterminer s’ils satisfaisaient les critères d’entrée à la zone euro. Cette chute drastique du déficit ne pouvait ni s’expliquer par une franche augmentation des recettes fiscales, ni par une sévère baisse des dépenses publiques.

    A cette époque, c’était Mario Draghi, l’actuel président de la Banque Centrale Européenne (BCE), qui dirigeait la Trésorerie Italienne. On ne sait pas encore quel rôle il aurait pu jouer dans la souscription de ces contrats dérivés. [... ]



Afficher les commentaires suivants