Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’affaire Taha Bouhafs fracture LFI entre féministes et islamo-gauchistes

Mathilde Panot torturée par Apolline de Malherbe

L’affaire Taha Bouhafs, qui aurait agressé sexuellement deux femmes (les plaintes n’ont pas encore été déposées), n’en finit pas de faire des vagues, vagues entretenues par la meute médiatique qui a pour ordre, sur injonction du pouvoir profond, de déglinguer au maximum la machine NUPES, ou en tout cas la gauche populiste, celle qui se rapproche un peu trop du travaillisme britannique version Jeremy Corbyn, considéré comme un ennemi d’Israël.

 

On ne comprend pas l’affaire de la désinvestiture du jeune Bouhafs, islamo-gauchiste de son état, si l’on ne comprend pas ça, c’est-à-dire la lutte interne entre pro et antisionistes, entre féministes et sexistes, puisque c’est cette fracture sociétale qui recouvre cette fracture plus politique.

On espère avoir été clairs et on écoute Mathilde Panot, la jeune présidente du groupe parlementaire LFI (72 sièges), face à Apolline de Malherbe, qui ne va pas la lâcher. Elle, quand elle a mordu dans le morceau...

Taha Bouhafs a été éjecté de la victoire relative de la gauche aux élections législatives 2022, mais il a répliqué par un communiqué qui renvoie la balle chaude dans le camp des féministes de LFI, qui ont quelque peu truandé la raison officielle de son éviction. Bref, il révèle à son corps défendant toute l’hypocrisie de la gauche, et nous voici avec un nouveau bug dans la Matrice.

 

 

Qui se cache derrière « les femmes » ?

Panot  : Alors déjà je veux dire avec force que personne ne peut croire que Clémentine Autain qui est une féministe extrêmement impliquée et engagée, personne ne peut croire qu’elle veuille maquiller des accusations de violences et d’agressions sexuelles par des femmes. Par contre, et nous l’avons assumé dès le début, nous avons fait un choix, nous avons fait un choix donc en ayant une commission contre le violences sexuelles et nous sommes un des rares mouvements politiques du pays à avoir ce type de comité. Ce type de comité prend un principe, et qui est un principe je l’entends qui est arbitraire, qui est d’entendre la parole des femmes et donc de prendre des mesures conservatoires lorsqu’il y a des accusations. Il y a eu deux accusations contre Taha Bouhafs, nous avons donc pris une mesure conservatoire qui a été de lui demander de ne, de ne, de ne pas être investi, puisqu’il était pas encore investi, donc pas désinvesti, mais de ne pas être investi comme candidat puisqu’il y avait deux accusations que portaient des femmes. Nous avons assumé que nous obéissons à ce que demandent, et que nous respectons, ce que demandent les femmes. Et à ce moment-là ces femmes ne demandaient pas à ce que ce soit public, elles demandaient juste à ce que Taha Bouhafs ne soit pas investi comme candidat. Et je crois que nous avons raison de respecter les demandes des femmes. Je sais, c’est une situation qui est difficile, mais nous avons raison, lorsque des femmes nous demandent de ne pas communiquer publiquement.

Malherbe  : Ce n’est pas là-dessus que je vous interroge.

Panot  : Si, c’est là-dessus !

Malherbe  : Non.

Panot  : Mais bien sûr que si !

Malherbe  : Est-ce Clémentine Autain a oui ou non suggéré à Taha Bouhafs de dire qu’il se retirait à cause des attaques racistes, ce qui est faux donc, à cause des attaques racistes qu’il subissait de la part de la droite et de l’extrême droite ?

Panot  : Nous avons dit à Taha Bouhafs que nous ne dirons pas publiquement pourquoi est-ce que il n’était pas investi candidat puisque c’était la volonté des plaignantes.

Malherbe  : Est-ce que Clémentine Autain lui a suggéré, est-ce vous lui avez suggéré de dire qu’il se retirait parce qu’il était victime d’attaques racistes de la droite et de l’extrême droite ?

Panot  : Mais c’est pas en fait, non c’est pas, c’est ça la question en fait.

Malherbe  : Ben c’est ma question.

Panot  : Ben oui ben j’vous réponds sur cette question-là. Nous avons dit que nous ne dirons pas publiquement pourquoi est-ce que Taha Bouhafs n’était pas investi.

Malherbe  : Ça j’ai bien compris la première partie de la phrase, mais est-ce que il y a eu une deuxième partie de la phrase qui était « tu devrais par exemple », j’essaye d’imaginer la teneur de la discussion, « tu devrais par exemple suggérer que tu te retires parce que tu es victime d’attaques racistes » ? Avez-vous prononcé cette phrase ?

Panot  : Moi non ! Je ne l’ai pas prononcée.

Malherbe  : Est-ce que Clémentine Autain a prononcé cette phrase ?

Panot  : Non mais en fait je ne sais, je ne sais pas si elle a prononcé cette phrase.

Malherbe  : A-t-elle suggéré ?

Panot  : Non, nous lui avons dit, nous lui avons dit nous ne dirons pas publiquement pour les raisons que.

Malherbe  : On a très bien compris ça. J’ai très bien compris. Vous avez dit que vous n’alliez pas de vous-mêmes dire qu’il était suspecté d’agressions sexuelles.

Panot  : Pour respecter la parole des femmes, pour respecter la parole des femmes, et je crois que c’est ce qui est important dans cette histo...

Malherbe  : Mais vous lui avez suggéré donc de donner d’autres causes à son retrait.

Panot  : Eh bê forcément qu’il a donné des causes.

Malherbe  : Vous lui avez suggéré de dire et donc d’en faire un argument politique, de manipuler son abandon pour en faire un argument politique ! Mathilde Panot, vous ne niez pas cela !

Panot  : Nan mais écoutez, attendez, on va remettre les choses sur la table. Ce n’est pas maquiller les accusations de violences sexuelles que de respecter la parole des, la demande des plaignantes.

Malherbe  : Mais vous en avez fait un argument politique, alors que vous saviez que ça n’était pas pour ça.

Panot  : Et alors ? Et alors ?

Malherbe  : Ah, et alors. ça vous dérange pas ? Y a quand même un rapport à la réalité qui est étrange.

Panot  : Nous assumons, nous assumons de respecter la demande des plaignantes, et vous savez pourquoi les plaignantes nous ont demandé de ne pas le dire publiquement ? Justement parce que Taha Bouhafs était victime d’attaques racistes immondes ! Et je continue de le dire...

Malherbe  : Ah et donc du coup on peut pas dire qu’il est sexiste parce que il serait victime de racisme ? Y a une hiérarchie d’écoute des victimes ? (…) En fait ça veut dire quoi ? Qu’un homme, blanc, riche... ?

Panot  : Vous êtes en train de tout mélanger.

Malherbe  : Ben non, c’est vous.

Panot  : Non, non, c’est vous qui êtes en train de tout mélanger.

Malherbe  : Parce qu’il est victime d’attaques racistes on ne va pas le jeter en pâture, c’est ça ?

Panot  : En fait c’est pas une question de jeter en pâture. est-ce que nous avons, nous n’avons pas investi Taha, oui ou non ? (…) Justement, nous avons fait notre rôle, et moi je tiens à dire que je suis fière d’être un mouvement même si c’est un processus imparfait, même si nous sommes en train de tâtonner sur beaucoup de choses, je suis fière d’être dans un mouvement qui justement prend au sérieux cette question-là et nous avons tenu tous nos bouts. Et je ne vous laisserai pas dire ni que clémentine Autain a couvert des agissements parce que nous avons pris nos responsabilités. (…)

Malherbe  : Pourquoi est-ce qu’il dit tout ça si c’est faux ?

Panot  : Ben je pense que Taha Bouhafs a le droit de se défendre, a le droit de pouvoir continuer sa vie, et d’être dans un moment où il y a une vraie difficulté qu’il ne faut pas cacher et cette vraie difficulté, c’est que pour l’instant il n’y a pas de plainte en justice. et donc nous nous continuons de faire notre travail pour essayer de convaincre les plaignantes de porter plainte en justice pour que ce processus puisse aller à son terme.

 

 

La dépalestinisation du PS l’a mené à Hamon, Valls et Hidalgo, c’est-à-dire à plus rien du tout. La dépalestinisation des Verts les a menés vers un parti foutoir qui n’a plus de colonne vertébrale politique sérieuse, à part le temps qu’il fera demain et la souffrance des transgenres.

Auparavant, chez ces deux grands partis de gauche, il y avait un principe anti-impérialiste, qu’il soit soviétique, américain ou sioniste. Et on ne parle pas du PCF qui est devenu une chambre d’enregistrement des plaintes de minorités sorties du social.

Aujourd’hui, avec la décorbynisation en cours de La France insoumise, le boulot est presque terminé. Mais la gauche qui s’est pliée aux injonctions du pouvoir profond en paye le prix : elle est devenue ultraminoritaire dans le pays, et le résultat flatteur pour la NUPES des législatives ne doit pas tromper son monde.

Le peuple, lui, est passé de l’autre côté de la ligne rouge, vers le RN, qui malgré ses gages, sent encore le soufre.

Bonus : le fayotage-dérapage de Panot

 

La fracture Bouhafs, sur E&R :

 






Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Aucune plainte mais l’accusation est portée de manière anonyme : allégation sans risquer de se voir dénoncer au tribunal c’est pratique. Pendant ce temps, la personne ciblée met en suspens sa vie publique.
    Pendant ce barnum en continu, Poutine avance sur Odessa en qualifiant les sociétés occidentales d’inaptitude.

     

    Répondre à ce message

  • Les Trotskistes savent mentir, y’a pas à dire ! De Robert Ménard à Mélenchon, en passant par Obono ou Goupil, tous savent baratiner pour ne rien dire …

     

    Répondre à ce message

  • La campagne médiatique contre Taha Bouhafs au début de la campagne des législatives était clairement un message adressé aux dirigeants de la LFI. Que le système médiatique se soit mis en marche contre Taha Bouhafs reste quelque chose qui m’échappe (bien sur il s’était mis la licra à dos avec son tweet sur les "petits fours" au dîner du crif). Le "hasard" et la "coïncidence" ont voulu qu’à ce moment là des femmes accusent anonymement Taha Bouhafs d’agressions sexuelles.
    Or en l’état actuel des choses, il n’est pas improbable qu’en faite les accusatrices n’existent tout simplement pas et que c’est juste une décision de certains cercles de la LFI qui ont décidé de virer Taha Bouhafs en espérant montrer des gages au "système" et être moins emmerdés (comme le fait systématiquement Marine le Pen) tout en camouflant les véritables raisons. C’est un peu conspirationniste mais c’est une possibilité à envisager.

     

    Répondre à ce message

  • #2988200

    Avec Clémentine Autain, on a une idée plus précise de ce que pouvaient être les traits de caractère qui ont pu inspirer les harpies dans la mythologie grecque.
    S’il y a bien un élément rapporté par le jeune Tahar qui sonne juste, c’est le fait que la mégère frustrée et revencharde lui ait sorti : "pendant 1000 ans les femmes n’ont pas été entendues, tu payes peut-être aussi pour les autres, mais c’est comme ça, c’eest un parti pris politique".
    C’est plus un psychiatre qu’il faut, à ce niveau. C’est un exorciste.

     

    Répondre à ce message

    • #2989980

      @finkiepowa
      () ...la mythologie grecque
      Vous leur faites beaucoup trop d’honneur.

      Non, non. Là on est chez Staline. Typiquement. Que dit-on au jeune Taha ?
      Ceci : Le Parti (LFI) te demande de te sacrifier. Il t-en sera reconnaissant, il passera sur tes fautes. On ne te demande même pas de faire ton auto-critique. Plie devant sa ligne. Tu ne vas pas, toi, un militant révolutionnaire, rejoindre le camp des réactionnaires.

      Bref le blabla stalinien utilisé quand on veut liquider un militant. Compte tenu du comportement de ce petit salaud (Faire tout un plat de l’affaire devant la presse "bourgeoise", vous imaginez un peu : la plus odieuse des trahisons). il y a gros à parier que la ligne feministo-stalinienne va se déchainer à l’intérieur de LFI et par osmose dans toute la gauche.
      Les choix politiques de T.Bouhafs ne sont pas ma tasse de thé. Mais son affaire est exemplaire.
      Elle montre ce qu’est LFI : un cloaque stalinien ou s’affrontent les apparatchiks du parti.
      Et donc une ligne dite sociétale (ou Gramsci pour les nuls) contre une ligne plus classiquement marxiste mais basique. Après la bagarre on se dotera d’une "synthèse". Je vous laisse imaginer ce qu’en sera le niveau.

       
  • #2988292

    Avec Clémentine & cocogirls, Merluche doit avoir chaud aux fesses.
    Il y a de la culotte pour prendre la succession.
    Et comme il est plutôt chaud du slip, je ne serais pas étonné qu’un jour on lui sorte quelques affaires de "drague" ...

     

    Répondre à ce message

  • #2988295

    J’y vois surtout la confirmation que la politique aujourd’hui est une affaire de femmes ou de femmelettes, plus ou moins hystériques : où sont les hommes ?!

    Dans n’importe quel service public, même pour porter plainte au comico, vous avez affaire à une femme (éventuellement africaine), dès lors impossible d’avoir une conversation d’homme à homme, encore moins de blaguer sur tel sujet...

    Vous devez simplement vous aligner, mais si vous vous soumettez vous avez droit à un rictus du genre "hé hé cet homme n’en est pas vraiment un, je l’ai bien eu !".

     

    Répondre à ce message

  • #2988308

    « L’IMMIGRATION fait baisser ainsi les salaires, et dégrade la condition morale et matérielle de la classe ouvrière [...] une classe ouvrière divisée en deux camps hostiles, les prolétaires anglais et les prolétaires irlandais [imaginez avec musulmans/chrétiens] Le SECRET de l’impuissance de la classe ouvrière anglaise [souchienne], en dépit de son organisation [...] grâce auquel la classe CAPITALISTE maintient son pouvoir. Et cette classe [Soros] en est parfaitement consciente »
    .
    Marx, lettre à Meyer et Vogt, 1870

     

    Répondre à ce message

  • On dirait qu’Apolline veut brouiller les relations qu’ il pourrait y avoir entre Nupes et RN....

     

    Répondre à ce message

  • On ne peux donc pas accuser un racisable d’agression sexuelle publiquement, contrairement à un blanc.
    Ou bien j’ai mal compris ?

     

    Répondre à ce message

    • Je vais m’auto répondre comme les explications sur ma mauvaise compréhension tarde à arriver, en réalité le terme est mal choisi, j’aurai dûe dire qu’on ne peut pas accuser un non racisable publiquement, contrairement à un blanc privilégié dont on a le droit de le désigner par sa couleur de peau et donc par ses privilèges qui sont en réalité devenus des anti-privilèges. J’attend toujours que les féministes comme celle du dessus nouvelle héroïne de la France d’en bas, s’exprime sincèrement sur ce point sans tourner autour du pot, comme lui demande la Malherbe qui pour une fois paraît presque du côté des néo racisables d’en bas quand elle ne lâche pas le morceau pour que la Panot lui dise si oui ou non, les femmes inconnues qui accusent le soldat presque sauvable Bouhaf d’agression se sont partiellement rétractées grâce à la magie de sa non blanchitude et donc pour lui permettre de sauver sa peau publique grâce à ça.
      J’ai rien contre que ça puisse être le cas, mais faudrait qu’au moins une féministe un peu moins hystérique que les autres commence à l’assumer pour la paix entre les femmes et les hommes racisables sans les droits de l’anti-racisme qui vont avec.

       
    • Celles qui l’accusent ne veulent pas se mettre à dos les racisés, par peur ou par politique... Vu que ce sont sans doute des acusatrices politiques...

       
  • Comment mais comment ne pas voir que "l’accusation" contre Bouhafs est d’essence stalinienne ? Tu racontes ce que nous te disons de raconter - et surtout pas autre chose -, on laisse passer l’orage, et dans peu de temps te voila de retour parmi nous

    C.Autain s’est conduite dans cette affaire comme l’Ivanof du roman d’A.Koestler le Zéro et l’infini. face à Roubachof (accusé de menées anti-soviétiques)
    J’invite à bien regarder la photo de groupe des députés de la Nupes avec Mélenchon noyé parmi les élus et Autain seule en avant de tout le groupe.

    La "retraite" de Mélenchon libère les ambitions dont celles des fémino-staliniens.
    L’affaire Bouhafs n’est que le commencement de la mise au pas de la Nupes par la militante stalinienne C.Autain.

    Je ne suis pas certain que la fracture indiquée dans l’article soit la bonne.
    Mais ça mériterait des dizaines de pages de développement.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents