Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’avenir de l’US Navy d’ici 2025

L’amiral Jonathan Greenert, qui est le chef des opérations de l’US Navy, a détaillé les défis qui attendent la marine américaine à l’horizon 2025 dans un article publié par l’US Naval Institute’s Preceedings.

Alors que les économies susceptibles d’être demandées au Pentagone font craindre au secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, que la taille de l’US Navy soit équivalente à ce qu’elle était en 1915, les points chauds ne manqueront pas dans les années qui viennent : il faudra en effet garantir la sécurité des voies maritimes ouvertes par la fonte des glaces en Arctique, empêcher un éventuel blocus du détroit d’Ormuz par l’Iran et surveiller de près la zone Asie-Pacifique, où la montée en puissance de la Chine dans le domaine militaire inquiète d’autant plus qu’elle est impliquée dans plusieurs différends territoriaux dans la zone, notamment en mer de Chine du Sud.

L’amiral Jonathan Greenert n’a pas désigné d’adversaires potentiels dans son article, mais l’Iran ou la Chine y apparaissent en filigrane, surtout quand il évoque l’accroissement des capacités d’interdiction de zone maritime (A2/AD) auxquelles la marine américaine aura à faire face.

Pouvant être considérées comme défensive, ces capacités permettent à un Etat qui les possédent d’intimider ses voisins en menaçant de bloquer un carrefour maritime clé, ce qui retarderait ou empêcherait une éventuelle intervention américaine. Conséquence : les pays avec qui il a un différend territorial, par exemple, sont placés devant le fait accompli et n’ont plus qu’à capituler et abandonner leurs revendications.

L’interdiction d’une zone maritime passe par la mise au point de nouvelles armes (missiles anti-navires hypersoniques, entre autres), de systèmes de détections, la pose de mines et le déploiement de bâtiments et de moyens aéronavals, comme le fait actuellement la Chine.

Pour prendre en compte cette menace, l’US Navy doit, selon l’amiral Greenert, porter ses efforts sur plusieurs axes. Pour palier à l’accroissement des capacités de détection d’éventuels adversaires, ainsi que l’augmentation de la précision de leurs armes, l’amélioration de la furtivité de ses systèmes d’armes (navires, avions, drones) est une priorité, de même que le maintien de ses moyens en matière de guerre électronique et de cyberguerre, afin de rendre inopérant, par exemple, les radars adverses.

Par ailleurs, en plus d’acquérir des munitions plus sophistiquées et encore plus précises, la marine américaine aura à conserver les capacités de ses forces navales sous-marines et investir dans les drones, aériens et sous-marins, à des fins de renseignement, voire de déminage pour les appareils mis en oeuvre depuis des submersibles.

Enfin, pour prévenir d’éventuels conflits et être en mesure, le cas échéant, d’intervenir rapidement et alors que ses moyens seront limités, l’amiral Greenert a estimé que « la Marine aura besoin d’approches innovantes (…) pour répondre aux inquiétudes grandissantes concernant la liberté en mer ».

« Parce que nous ne pourrons probablement pas supporter le coût financier et diplomatique qu’entraîneraient de nouvelles bases à l’étranger, la flotte en 2025 dépendra de ports de pays hôtes », a-t-il affirmé, en s’appuyant sur l’exemple de Bahreïn, où est pré-positionnée la Ve Flotte américaine.

Et là encore, c’est la zone Asie-Pacifique qui semble préoccuper le plus l’officier puisqu’il a évoqué la présence de l’US Navy dans cette région. Aussi, il a évoqué le déploiement de « nouvelles frégates de combat » à Singapour, où l’armée américaine dispose déjà de certaines facilités, ainsi que l’envoi d’avions de surveillance maitime P-8A Poseidon aux Philippines et en Thaïlande pour traquer des sous-marins.

Pour le moment, les Etats-Unis ont déjà annoncé leur intention de déployer 2.500 Marines à Darwin, en Australie, en vertu d’un accord de défense conclu avec Camberra, lequel prévoit également des facilités pour les navires de l’US Navy. Cela avait d’ailleurs été critiqué par Pékin. Et il faut encore y ajouter la présence de 70.000 militaires américains au Japon et en Corée du Sud.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #76831
    le 20/12/2011 par Damien
    L’avenir de l’US Navy d’ici 2025

    Si quelqu’un a des informations sur le nombre total de soldats américains déployés à l’étranger (à la fois dans les bases et sur les différents fronts) je serais curieux de savoir...


  • #76842
    le 20/12/2011 par massinissa
    L’avenir de l’US Navy d’ici 2025

    quand on lit ce genre d’articles et qu’on voit les images de leur matos , on a l’impression d’avoir a faire à une armée de super rambos alors que cette armée n’est rien d’autre qu’un regroupement de post adolescent(e)s désœuvré(e)s gonflés au stéroïdes, au hard rock et aux jeux vidéos incapables de survire à la moindre guérilla urbaine ou attaques de villageois en claquettes et kalachnikov rafistolées...

    Les chinois vont les bouffer tout cru, bombes atomiques ou pas...

     

    • #76894
      le 20/12/2011 par Mwana Ya Lola
      L’avenir de l’US Navy d’ici 2025

      Mouais. A part faire de jolies défilés, les Chinois n’ont encore rien prouvé militairement. La dernière fois qu’ils ont fait la guerre, les Vietnamiens leur ont filé une dérouillé. L’armée américaine a encore l’avantage d’être actif dans le réel ! La meilleure formation pour un soldat c’est de faire la guerre.


    • #77018
      le 21/12/2011 par Bonne chance aux innocents
      L’avenir de l’US Navy d’ici 2025

      je pense que d’ici 2025 le us vont perdre un peut leur place mais vers 2031 il perdront totalement leur superriorite car l’homme doit laisser la cheferie souvent a une autre personne un jour...

      Mais je ne sais pas comment ca va se passer mais je sais qu’un jour ils vont perdre leur place de 1er puissance mondiale...


    • #77031
      le 21/12/2011 par maleron
      L’avenir de l’US Navy d’ici 2025

      En matière de destruction de tank/avions/navires ennemis, mise a sac d’un pays, les US sont inatteignables , pour ce qui est du contrôle de territoire/anti guerilla, c’est difficile pour toute armée qui soit ...


  • #76922
    le 20/12/2011 par le Capitan
    L’avenir de l’US Navy d’ici 2025

    les U.S. viennent de voter un petit 1 000 milliards de dollars de rallonge pour 2012 !
    info du samedi 17/12/2011
    en avant la rotative !
    et au passage, il est préciser la chose suivante :
    ...
    Il revient ainsi désormais au président Barack Obama de promulguer ces mesures comprenant les 915 milliards de dollars de dépenses adoptées par la Chambre vendredi, ainsi que 126,5 milliards pour des opérations imprévues à l’étranger, essentiellement pour l’armée.
    ...
    je crois que là ...


  • #76984
    le 21/12/2011 par chibani84
    L’avenir de l’US Navy d’ici 2025

    Les Etats Unis disposent actuellement d’environ 1 600 000 hommes auxquels il faut ajouter à peu près 1 000 000 hommes. La marine dispose d’environ 400 000 hommes. Leurs difficultés actuelles est d’ordre budgétaire et leur programme de modernisation les plombe. L’exemple est donné par les chasseurs de 5° génération F 22 tellement cher, d’une maintenance de fou que l’acquisition ne se fera qu’à hauteur de 20% du nombre prévu. La Chine a développé son J 20 sur la base d’une avionique et de radars russes. Les plus avancés sont le russes avec leur T 50. L’une des particularités des chasseurs de cinquième génération est leur faible signature radar, inaccessible sans l’utilisation de matériaux composites. Les USA sont entrain de perdre leur avantage numérique, qualitatif et technologique. La réduction de leur marine va les empêcher de se projeter et ce n’est pas l’Europe qui pourra pallier. Le bloc asiatique est entrain de leur apporter une vraie réponse stratégique. Mais le plus problématique reste leur doctrine de guerre mise à mal par le Hezb au Liban qui a montré que la supériorité aérienne n’a que peu d’effet sur un adversaire bien préparé. Les déconvenues en Afghanistan ont également prouvé que sans présence au sol, il n’y a pas de victoire possible. Bref, l’état major sature de ces conflits ingagnables et redoute les errements dans lesquels Oblabla risque de les engager... Parler de l’europe est inutile, tellement nous n’existons plus...


  • #76993

    Vous devriez parler un peu de Ron Paul ! C’est l’année des élections qui arrive.
    http://www.youtube.com/watch?v=8Vhp...

    Le site ddefensa relaie de bonnes analyses sur l’alter égo de Marine le Pen :
    http://www.dedefensa.org/article-pa...