Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’école à la maison en constante progression aux États-Unis

L’instruction complètement réalisée à domicile, plus couramment nommée « l’école à la maison », est en constante progression aux États-Unis. Le home schooling représenterait à présent près de 3,5 % des élèves en âge d’être scolarisés.

La possibilité de remplacer l’école par l’instruction à domicile est pourtant une option assez récente, mais ce mode d’éducation s’est très vite développé. La Caroline du Nord en est un parfait exemple : l’école à la maison y est légale depuis 1985, mais avec des taux de croissance annuels dépassant parfois les 10 % [1], l’État compte aujourd’hui plus d’élèves en home schooling que dans les écoles privées, l’autre alternative à l’école publique [2].

Pour expliquer leur choix, les familles évoquent généralement les problèmes de drogue ou de violence à l’école, le contenu ou la qualité des programmes, ou encore des motifs moraux et religieux. L’école privée pouvant être très onéreuse, l’école à la maison apparaît alors rapidement comme une alternative viable.

L’avancée des common core, ces standards de connaissance et d’éducation qui ont tendance à s’imposer au niveau fédéral comme des requis obligatoires, ravive les tensions entre certaines associations de défense de l’instruction à la maison et les institutions fédérales [3].

Situation en France

Ce sont les tests d’acquis qui ont plusieurs fois été le sujet de controverses en France, où l’école à la maison concerne, en fonction des approches, entre 0,2 % et 0,4 % des enfants en âge d’être scolarisés.

La France est l’un des pays les plus « permissifs » en Europe en matière d’instruction à domicile. Dans d’autres nations, telles que l’Allemagne, l’école est obligatoire.

Mais cette exception française pourrait bien ne pas durer. On peut par exemple rappeler la proposition soutenue par sept sénateurs UMP en décembre dernier. Ces élus proposaient de restreindre fortement l’école à la maison : seuls les cas d’enfants physiquement inaptes à se rendre à l’école auraient droit à une dérogation. Cette proposition aurait été motivée par la menace d’une montée de l’instruction à domicile potentiellement contraire à la bonne morale parmi ces nouveaux ennemis de la République que sont certaines populations des banlieues françaises [4]…

Mais la volonté de généraliser le caractère obligatoire de la scolarité (ou de rallonger l’obligation d’instruction) est souvent l’apanage des partis progressistes de « gauche » [5]. On y lit l’idée de vouloir extraire l’enfant de son éventuel carcan familial « réactionnaire », pour qu’il puisse exercer sa liberté de penser au sein de l’univers égalitariste et « laïc » de l’école républicaine.

Les mots du spécialiste de l’éducation qu’est Jean-Luc Brighelli, auteur de La Fabrique du crétin et homme de gauche s’il en est, résument parfaitement la situation. Celui qui milite pour un retour aux fonctions traditionnelles de l’école fait le bilan suivant des « trente ans de gabegie idéologique », depuis la loi Jospin de 1989 :

« Les libertaires ont admirablement fait le jeu des libéraux, qui rêvent d’un tiers monde à portée de main [6]. »

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Comme chacun sait le cerveau d’un nourrisson et celle d’un enfant son malléable
    C’est a cette période que l’homme enregistre plus information venu de ces 5 sens (la vue,l’ouïe,le touché,l’odorat et le gout)
    Il enregistre simultanément les informations prévenant de ces 5 sens
    Il les met en correspondance ,analyse ,décortique ,les coordonnes
    Dans une conversation entre le père et la mère ,Il analyse les échanges verbales simultanément avec le visuel , l’odorat

    Fort de cet apprentissage l’enfant va se mettre a construire des phrases ,a décrire ce qu’il voit sans passer par la crèche ou la maternel

    Plus les échanges sont riches plus ces capacités cognitifs sont élevés

    Donc il est idiot d’envoyer les enfants a l’école a l’age de 3,4,5,6 ans car ces capacités cognitives vont stagné et même régresser


  • #984451

    L’Américain Tomás Enrique Araya Díaz, ou plus simplement Tom Araya, chanteur et bassiste de Slayer, a choisi pour ses enfants l’école à la maison, il s’en explique (à partir de 2:12) : https://www.youtube.com/watch?v=Ejd...
    incompatibilité avec la population lambda, qui juge sans connaître, manque de confiance envers les "autorités", et volonté de passer davantage de temps avec les siens, en essayant de leur donner le goût de l’effort.


  • J’aimerais aider à relativiser un peu le contenu de cet article : il n’y est pas précisé que beaucoup (peut être la plupart) des parents américains qui font le choix du Home-Schooling sont des chrétiens New-Born qui veulent interdire certains enseignements à leurs enfants.
    Si le fondamentalisme chrétien a presque disparu en France, il en va autrement aux USA où les Républicains et certains médias (Fox News) exploitent à fond le choc des civilisations et poussent leur audience à rejeter en bloc parfois les musulmans, parfois les gays, parfois la science.
    Et c’est là que le bas blesse : si le home-schooling progresse aux USA c’est que beaucoup de parents veulent enseigner le créationnisme de façon littérale à leurs enfants, et les "protéger" des enseignements scientifiques qui sont, eux, une fumisterie.
    Perso, j’ai fait le choix de la science... donc tout ça me fait tragiquement marrer.

     

    • Pour moi,la fumisterie,c’est l’opposition religion/science Einstein !


    • "Ce qui m’intéresse vraiment c’est de savoir si Dieu avait un quelconque choix en créant le monde." A. Einstein
      Beaucoup de scientifique sont Croyants (sans parler de religions)

      Les Croyants ne sont pas des débiles...


    • La "science" , telle que tu la présente, n’est que du positivisme : une idéologie comme une autre, une croyance avec ses limites (très vite atteintes) et ses énormes mensonges. Tu devrais faire preuve de davantage d’humilité car tu te prépares de très grosses déceptions.


    • Wow... juste wow...

      "Ce qui m’intéresse vraiment c’est de savoir si Dieu avait un quelconque choix en créant le monde." A. Einstein
      Prétendre qu’Einstein était croyant est une erreur ou de la désinformation. Dans cette phrase il demande si Dieu avait un choix, c’est une métaphore pour faire comprendre qu’un Dieu sans le pouvoir de choisir n’est simplement pas Dieu...
      "Beaucoup de scientifiqueS sont croyants"... ah bon ? dernière nouvelle...
      "Les Croyants ne sont pas des débiles" Mais personne n’a dit le contraire. Mon point de vue est qu’ils ignorent (volontairement ou non) certaines informations et faits pour que le monde réel reste compatible avec leurs croyances.

      "La "science" , telle que tu la présente, n’est que du positivisme : une idéologie comme une autre, une croyance avec ses limites (très vite atteintes) et ses énormes mensonges. Tu devrais faire preuve de davantage d’humilité car tu te prépares de très grosses déceptions."
      Alors là, c’est l’argument sans aucune valeur typique dont se servent certains croyants dans leurs débats avec des athées : la science serait, elle-même, une religion. Sauf que la science n’établit pas de hiérarchie entre sacré et profane (tout peut être étudié et remis en question), la science ne prétend pas que la morale des hommes lui vient d’un être surnaturel jamais observé (mais plutôt de l’expérience acquise par la vie en société).
      Et le plus important d’après moi : la science évolue. Contrairement aux textes religieux figés, chaque nouvelle découverte scientifique permet de confirmer ou infirmer les savoirs précédents. Ce n’est pas vrai en religion où on réinterprète les textes au lieu de les changer. Dans la bible l’esclavage est autorisé sous certaines conditions, mais maintenant que le monde entier ou presque reconnait que c’est une pratique barbare, on va nous dire que ce n’est pas à interpréter littéralement... Une belle hypocrisie selon moi.


  • moi c’est l’option number one c’est clair...meme si dans certains pays l’ecole est innoffensive car inutile (irlande)...mais pour se faire des amis et rigoler un peu c’est encore pas mal


  • Y’a pas mal de données qui manquent :

    - Le fait que l’éducation publique aux etats unis est POU-RRIE, que tout le monde semble avoir admis que l’intelligence c’est être bon en maths (encore pire qu’en France) et que tout ce qu’on apprend à faire correctement dans une école publique États-unienne c’est saluer le drapeau

    - Le fait qu’il y a bien plus de violence à l’école aux Etats Unis qu’ici. Avec les stéréotypes habituels des nerds qui se font souvent emmerder par les "bullies" (mettez ça sur le compte de ce que vous voulez, je ne sais pas quelles sont les causes - Culture de guerre à la con ? Individualisme ? Manque de surveillance/de compétence des personnes en charge ? allez savoir) et que ça n’intéresse personne d’avoir son gamin dans une école pleine de petits salopards sans éducation, surtout dans un pays où n’importe qui peut avoir une arme.


  • « La France est l’un des pays les plus « permissifs » en Europe en matière d’instruction à domicile. »

    La France est permissive en tout, surtout en école. Plus par fainéantise que par vocation.
    L’Ecole Nationale est devenue un dépotoir de gauchistes et de militants extrêmes en tout genre. Dans cette école on n’apprend pas à se tenir en société, à créer des liens et à respecter l’autre. On n’apprend même pas à lire ni à écrire, mais on vous ’donne’ votre Bac à la fin du cursus, quoi qu’il en soit.
    Le résultat c’est que les gosses demandent toujours plus : des bonnes notes sans rien faire, du pouvoir dans les classes, des passe-droits en tout genre, etc. Soutenus par une administration de syndicalistes véreux et carriéristes, par des parents qui ont enfanté des génies, forcément incompris par des profs-gardiens.