Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’émeute comme arme de gouvernance

Par la rédaction d’E&R

Le peuple a toujours été manipulable, que ce soit en dictature ou en démocratie, il y a trois siècles ou aujourd’hui. Depuis l’avènement des médias de masse, la goebbelsisation de leurs propagandistes, et la rationalisation des techniques d’impact sur l’esprit (et donc le comportement), la puissance potentielle du peuple (ou sa dangerosité) est mieux contenue par l’appareil médiatico-policier, les médias étant bien compris comme une police de la pensée.

Le pouvoir, même lorsqu’il dispose des polices physique et mentale, en plus des moyens de coercition juridiques et financiers, redoute l’émeute, qui peut freiner ou abattre le pouvoir le plus dur. Ainsi, Hitler redoutait la colère des mères allemandes, qui l’ont fait reculer sur l’élimination des handicapés ou la séparation des couples mixtes juifs/allemands.

Chaque manifestation porte en elle un noyau d’émeute, qui n’éclate pas toujours. Il faut un détonateur. Si la répression dépasse une certaine limite, elle nourrit son opposition, et le rapport de forces s’inverse. D’où la répression « intelligente » (dont l’Égypte d’Al-Sissi avec ses 2 000 morts à la mi-août 2013 est le contre-exemple), calculée de façon à ne pas fournir d’arguments ou de martyr(s) à la partie adverse.

La loi d’apparition d’une émeute s’apparente à celle de la vague scélérate, cette montagne d’eau qui peut éclater un supertanker. Lorsque deux vagues de fréquence semblable se rencontrent, la vague 1 emprunte l’énergie de la vague 2, et grossit en conséquence. Le passage de l’émeute contrôlable à l’émeute incontrôlable demeure mal connu : les commentateurs parlent d’étincelle (une provocation de dictateur dans un moment d’extrême tension), d’élément déclencheur (un déni de justice, une répression démesurée), le tout sur une situation en ébullition, mais la science dure n’a pas encore, avec ses supercalculateurs de probabilités, pénétré ce domaine événementiel comme celui de la météo. Cela viendra. On se contentera de la petite histoire humaine, comme en Tunisie, où un vendeur ambulant martyrisé par une police corrompue déclenche un incendie national en s’immolant par le feu.

 

 

Le quadrillage d’un pouvoir contemporain maîtrisant les technologies policières réduit les chances d’apparition de l’émeute : les meneurs potentiels sont « écoutés », tout comme leur relation avec le public. Les élections et l’alternance servant de surcroît à désamorcer tout velléité, quand l’opposition devient majoritaire ou la colère trop grande. D’où l’arsenal de sondes de l’opinion (par la presse-sous-contrôle et les instituts de sondage) et de l’expression (surveillance internet du type NSA), qui remplacent la matraque dans nos pays occidentaux. Mais pas le matraquage.

C’est une répression sans répression, qui s’effectue en amont, en secret et en silence… médiatique : le peuple n’est pas encore invité à lire les « notes de conjoncture » de la TNS Sofres dont il est le sujet, et l’objet. C’est une information-pouvoir, une information-structure. Pas la version puérile, mensongère et jetable destinée à des JT aux ordres. Sans oublier la politique des petits cadeaux préélectoraux aux catégories professionnelles susceptibles de basculer dans la colère ou la violence (routiers, paysans, marins pêcheurs). Le pouvoir dispose donc d’une série de curseurs permettant de moduler la tension dans son rapport au peuple. Le président Chirac ne touchait pas aux boutons (d’où l’accusation d’immobilisme), le ministre de l’Intérieur Sarkozy a touché à tous. Histoire d’une élection avec ses dommages collatéraux.

 

France 2005

Chirac, après la mort de Malik Oussekine en 1986, craindra par-dessus tout la colère des étudiants et lycéens (même manipulés par les trotskistes, mais là n’est pas le problème), qui auront raison de la réforme Devaquet. En 2006 Villepin sautera sur le CPE, pétri de bonnes intentions, un piège tendu par Sarkozy. Qui lui-même passera à côté de la correctionnelle pendant les émeutes de novembre 2005. On peut dire qu’il aura réussi à appliquer sa tolérance zéro, pour zéro mort, un tour de force policier après les deux victimes, Zyed et Bouna, des dizaines de blessés, 9 000 véhicules incendiés, des tirs à balles réelles, et 3 000 arrestations. Un investissement de 250 millions d’euros à la charge de la communauté nationale (coût des émeutes pour le pays) qui ne profitera qu’au clan Sarkozy. Qui, lui, sera élu président de la République 18 mois plus tard. Dans le même ordre d’idées, on se souviendra du lancement national très médiatique du petit maire de Neuilly, là encore au bénéfice de la très obscure affaire « Human bomb » en mai 1993…

 

 

Mais revenons en 2005, avec la thèse du documentaire Émeutes en banlieue, la mécanique infernale diffusé par Canal+ : elles auraient été alimentées par le pouvoir afin de donner au pyromane une stature de pompier national. Sauf qu’après des manipulations multiples, la situation a vraiment échappé à la bande à Sarko.

Dont la stratégie présidentielle ne date évidemment pas de 2005 : elle s’élabore à partir du score de Jean-Marie Le Pen au second tour des présidentielles de 2002. Le peuple demande de la sécurité ? Lors des émeutes au Mirail en février 2003, Sarkozy flingue le commissaire Havrin et sa police de proximité. La zone mixte, le dialogue police/jeunes étant rompus, on peut commencer à pousser le curseur. Six mois avant les émeutes de novembre 2005, c’est l’épisode du « nettoyer au kärcher » à La Courneuve. Un habitant lui répondra : « Excusez-moi mais nettoyer, on n’est pas des animaux. » Dernière salve dans la préparation d’artillerie de Sarkozy, sa descente à Argenteuil en octobre 2005, avec le fameux « Vous en avez assez de cette bande de racailles ? On va vous en débarrasser », lancé à une habitante. Quarante-huit heures plus tard, c’est la mort de Zyed et Bouna, traités de cambrioleurs dans une note de la direction de la police nationale, qu’un rapport des RG contredira. Comme le dit le docu, « en 24 heures à peine le gouvernement a réussi à imposer dans les JT sa version des faits ». Preuve que police physique et police mentale travaillent de pair, malgré quelques journalistes à contre-courant, comme le reporter Vildary, de France 3.

 

 

L’avocat des familles des victimes, Jean-Pierre Mignard, comprend qu’on est « plus dans une problématique de guerre, de guerre sociale, que dans une problématique d’ordre public et de justice ». Confirmation le quatrième jour des émeutes quand Sarkozy s’invite au 20 Heures de TF1 et sonne la charge avec « dix-sept compagnies de CRS et sept escadrons de gendarmerie, des centaines de gendarmes et de policiers ».

Analyse en 2013 d’Azouz Begag, sociologue des banlieues avant de devenir ministre à l’Égalité des chances :

« Normalement la temporalité d’une émeute c’est trois jours et deux nuits… À moins qu’un politique de grande responsabilité se rende compte qu’il peut surfer sur cette affaire et enflammer le discours politique, connaissant la susceptibilité de ces jeunes de banlieue, dire à propos de cet accident meurtrier, des mots qui vont enflammer la situation… C’est ce qu’a fait Nicolas Sarkozy. »

Accusation directe. Begag poursuit : 

« Au lieu de calmer le jeu, je rajoute de l’huile sur le feu et j’envoie les policiers partout ! […] Dès l’instant où il était candidat à l’élection présidentielle il avait enclenché sa stratégie… Et on va pas y aller d’une manière angélique hein… Il faut leur taper dessus pour leur montrer qui commande dans ce pays ! »

Confirmation de Pierre Charon, conseiller du ministre de l’Intérieur à l’époque :

« Siphonner, tant mieux. Moins le Front national a de voix, plus on a réussi la mission. […] Il a voulu expliquer un aperçu de ce qu’il était. […] Et il a pris 11 points dans les sondages. »

 

JPEG - 27.1 ko
Nicolas Sarkozy et Pierre Charon

 

Le soir même, une grenade lacrymogène pète dans une mosquée… Le 93 s’embrase. À J+7, contagion à toute l’Île-de-France. Au moment où un rapport de l’IGS anéantit l’argumentaire du gouvernement (repris par les grands médias) sur le prétendu cambriolage de Zyed et Bouna. François Molins, le procureur de Bobigny (sous contrôle du très effacé ministre de la Justice), annonce enfin l’ouverture d’une « information judiciaire contre X du chef de non-assistance de personne en danger ». Conséquence directe, à J+9, la colère retombe à Clichy-sous-Bois, mais c’est le reste du pays qui flambe ! Aveu de Pierre Charon :

« Parfois il y a des ingrédients, on ne sait pas comment ça se passe pour une mayonnaise, eh bien là c’est un petit peu la même chose, parce que les villes, je me souviens du Mirail qui est à côté de Toulouse aussi, pourquoi d’un seul coup le Mirail ils ont voulu faire la même chose ? »

Preuve que les apprentis sorciers ont perdu la main sur leur opération. Havrin enfonce le clou :

« C’était la chronique d’une émeute annoncée, parce que on a recréé des conditions, les mêmes conditions qu’avant, donc l’émeute était à mon avis inévitable. »

À J+10, les violences sont plus massives en province qu’en région parisienne. Panique à Beauvau et Matignon, dans la bouche de Charon : 

« Ça a dégénéré, de toute façon, à partir du moment où toute la France est en flammes, ça a dégénéré, on comptait les jours, et ça va s’arrêter quand ? »

Bruno Le Maire, conseiller de Villepin en 2005 :

« C’est une situation de très très grande tension… Est-ce que nous allons arriver à maîtriser cette crise ? Moi mon sentiment c’est que nous avons tous été dépassés par ces évènements, tous, tous dépassés par la réalité. »

Nouvel élément à charge, la vidéo où l’on voit un habitant de cité s’adresser à une équipe de policiers : « Si c’est comme ça, après vous croyez que le quartier va se calmer ? » Un des policiers répond :

« Alors là on va se mettre d’accord, que le quartier soit calmé ou pas, on s’en branle, nous à la limite plus ça merde, plus on est contents. »

Et la touche finale, à J+13, alors que les tensions s’apaisent : Villepin, qui veut reprendre la main sur Sarkozy, annonce l’état d’urgence. Un état d’urgence utilisé une seule autre fois sous la Ve République, en octobre… 1961, en pleine guerre d’Algérie ! On passera sur la tentative désespérée d’islamiser a posteriori les émeutes, dernière cartouche d’un gouvernement dépassé par la crise. Sa crise. Le rapport des RG contredira là encore la thèse du complot islamiste, ce qui n’empêchera pas Charon d’affirmer, dans un déplacement sémantique formidable :

« Derrière y a les musulmans on s’en fout c’est pas ça l’histoire, c’est que c’était organisé, c’est sûr. »

CQFD.

 

Chine 1966

« Les masses populaires sont douées d’une puissance créatrice illimitée. » (Mao)

 

Nous sommes en Chine, en 1966. Mao a perdu le pouvoir réel, gagné de haute lutte en 1949, au profit de la nouvelle bureaucratie du Parti communiste. Suite à la catastrophe économique du « Grand Bond en avant » de 1958-1960, qui a saigné le pays en envoyant tout le monde aux champs et aux grands travaux (et surtout au cimetière), Mao a été écarté discrètement, tout en restant la figure de proue du PCC. Il est intouchable, mais neutralisé. Réduit à son image grandiose, celle d’un dieu vivant. Son clan se résume à un maréchal (Lin Biao, le chef de l’Armée populaire de libération), une épouse (Jiang Qing, la sulfureuse), le cerveau des services secrets (Kang Sheng, le maître des Ombres), et une poignée de compagnons de route, survivants de la fameuse « Longue Marche » et de terribles purges ourdies par Kang. Clan qui formera le noyau dur de la future Bande des Quatre, dégommée en 1976.

« Les réactionnaires sont des chinchards de papier. » (Mao)

Mao imagine alors un moyen de renverser le nouveau pouvoir en prenant appui sur la jeunesse, en demande de pureté révolutionnaire, sur qui il conserve une incroyable autorité, entretenue par la propagande officielle. Il invite cette armée populaire bourrée de sève, par le truchement du Petit Livre rouge (édité en 1964 à 60 000 exemplaires, 720 millions d’exemplaires seront imprimés en 1967) et par la libération de l’expression populaire sous la forme de graffitis politiques, à « détruire le monde ancien ». Le Grand Timonier vise juste : les Gardes Rouges fanatisés bouleversent la hiérarchie administrative dans les provinces. Les notables qui n’entrent pas dans la nouvelle ligne sont lynchés, les réformistes forcément « bourgeois » ou « impérialistes » éliminés. C’est une purge par le bas. En fait, il s’agit d’une guerre civile déclenchée sciemment.

 

 

« Après l’anéantissement des ennemis armés, il y aura encore des ennemis non-armés ; ceux-ci ne manqueront pas de mener contre nous une lutte à mort ; nous ne devons jamais les sous-estimer. » (Mao)

Les structures politico-économiques s’effondrent (les universités sont fermées de 66 à 72), l’anarchie règne, les Gardes Rouges se tirent dessus par factions opposées, chacune accusant l’autre de révisionnisme, un mot qui vaut condamnation à mort. L’escalade révolutionnaire vire à la dinguerie. « Les révisionnistes effacent la différence entre le socialisme et le capitalisme, entre la dictature du prolétariat et celle de la bourgeoisie. » Mao vise bien la nouvelle bourgeoisie communiste et la prend de vitesse, transformant l’échec absolu du Grand Bond en levier révolutionnaire pour anti-réformistes… qui voulaient seulement réparer les errements du Grand Bond par une politique de relance économique forcément « bourgeoise »…

 

PNG - 351.3 ko
Kang Sheng

 

La transformation de l’homme bourgeois en socialiste se résume finalement à la transformation d’un million de vivants en cadavres (bilan des historiens). Sans parler des pertes collatérales. Mao et les siens ont pratiquement détruit le pays afin d’obtenir un avantage politique, qui sera réduit à néant dix ans plus tard, la Bande des Quatre étant éliminée par les réformistes, dont la figure mondialement connue est l’increvable Deng Xiaoping, pourtant placé en résidence surveillée en 68, et réduit à bosser avec sa femme dans un magasin de tracteurs. Deng, se faufilant comme une anguille entre les pointes acérées de ses adversaires, sauvera sa tête et prendra le pouvoir en 1979 (quatre ans après la mort de Kang Sheng, le père du Laogai), pour placer enfin la Chine sur les rails du développement… capitaliste. Il n’aura de cesse de ressouder le pays, sacrifiant la révolte étudiante de 1989 pour sauver le… communisme. Tiananmen, pour le coup, une « émeute » non-provoquée par le pouvoir. Ou les deux faces de Deng, qui seront les deux faces de la Chine moderne.

La Révolution culturelle, ou le premier exemple d’un pouvoir déconsidéré qui instrumentalise l’émeute afin d’obtenir un avantage décisif dans la reprise du pouvoir. L’objectif, ici, étant de transformer des revendications estudiantines en soulèvement général contre des adversaires politiques, qui tomberont un par un, sous les quolibets ou les balles. Une propagation d’incendie volontaire qui a failli détruire la Chine. Elle mettra vingt ans à s’en remettre.

 

Algérie 1988

Propagation d’incendie en revanche que le pouvoir militaire algérien n’avait pas prévue, et ne pourra contrôler en 1988, lorsqu’il allumera les émeutes par l’organisation de la pénurie de biens de consommation, symbolisés par la hausse du prix de la semoule. Avec pour objectif de couler le gouvernement Chadli, qui commençait à prendre ses distances avec les généraux. Ici, le peuple est utilisé comme une arme pour discréditer une gouvernance de représentation, pourtant sous contrôle partiel du pouvoir occulte. Mais l’arme populaire se retournera contre les généraux, et leur échappera complètement. Les dix ans de guerre civile qui suivront seront la sanction d’une surenchère répressive. Pour la seule volonté de puissance et de jouissance d’une clique de pillards du lobby militaro-industriel, le pays sera mis à feu et à sang.

 

« Ce n’est pas nous qui avons déclenché la tragédie, nous, nous avons défendu le pays, ceux qui ont provoqué la tragédie sont connus. » (Le général Nezzar à Ennahar TV, août 2012)

Revenons un peu en arrière : la chute des revenus pétroliers de 25 % oblige le pouvoir à réduire son volume d’importations, sachant que le pays ne produit rien, et importe tout. En 1986, les achats extérieurs baissent de 40 %, les prix des denrées de première nécessité augmentant d’autant à l’intérieur du pays. Les produits touchés sont de première importance : outre la semoule, le lait, l’huile et le sucre. Pour faire face à ses remboursements, le gouvernement emprunte sur le marché international. Et comme toujours dans ce cas, les emprunts sont assortis d’ordres stricts : une restructuration du travail, des prix, et de la consommation. On a vu ce que ça a donné en Argentine fin 2001...

Ces pénuries alimentaires sont la conséquence structurelle de la « révolution agraire » de Boumédiène, véritable expérience soviétique, menée au pas de charge, mettant un frein à l’exploitation privée en ne lui accordant pas un dinar. L’effort étant porté sur l’industrie « industrialisante », porteuse de tous les espoirs. La révolution agraire, basée sur un sentiment nationaliste, ne motivera pas vraiment les milliers de petits exploitants. Résultat, en 1980, la production agricole globale au mieux stagne, au pire régresse, comme la production végétale, principalement nourricière.

Pendant ce temps-là, les Algériens font des enfants, beaucoup d’enfants : la population double en vingt-cinq ans. Dont la moitié a moins de vingt ans : le marché du travail est engorgé, l’habitat insuffisant. La tension monte. N’importe quel démographe peut calculer le point d’explosion sociale. Le recours massif aux importations (à crédit) ne faisant que reculer le moment fatidique.

« Pendant plus de trois mois, entre juillet et le 5 octobre 1988, des pénuries de produits alimentaires essentiels tels que la semoule, l’huile de table, le lait, apparues dans quelques-unes des wilayate d’abord, se répandent ensuite rapidement dans tout le pays au fil des semaines. » (Le Premier ministre Abdelhamid Brahimi)

Autre effet pervers : les campagnes ayant du mal à vivre mieux, les jeunes quittent les villages pour les villes, vers le nord et l’Europe, rendant encore plus compliquée la reprise des exploitations. Le pays, qui couvrait 70 % de ses besoins en 1970, n’en couvre plus que 30 % en 1980. L’Algérie a perdu la bataille de l’indépendance alimentaire. Les généraux, dont les « lieutenants » tiennent les grands postes d’importation, comme Monsieur Sucre (pour exemple, l’Algérie a importé 880 000 tonnes de sucre pour 470 millions de dollars sur les cinq premiers mois de 2013), un Monsieur qui se sucre au passage, Monsieur Blé (importé de France), ou Monsieur Viande, profiteront de cette faiblesse, masquée un temps par la hausse du prix du baril, pour lancer leur opération « peuple contre gouvernement ».

 

 

« Les manifestations d’octobre 1988 et les séances de torture qui ont suivi ont été programmées à l’intérieur d’appareils. » (Le général Betchine, directeur de la DCSA (direction centrale de la sécurité de l’armée), en 2000. Source : « Françalgérie, crimes et mensonges d’États »)

Les émeutes sont carrément programmées pour le 5 octobre à 10 heures. État de siège le 6 octobre. Arrivée de 10 000 militaires du sud. 250 « émeutiers » assassinés à Alger, la plupart à la mitrailleuse lourde. Les 9 et 10 octobres, les islamistes, infiltrés par des provocateurs armés, croyant ramener le calme, tombent dans le piège de Belkheir. Le 10 octobre, Chadli s’adresse aux Algériens à la télévision, promettant la baisse des prix des produits de première nécessité et la démocratie. Le 12 octobre, les étals se retrouvent miraculeusement pleins. Parallèlement, des rafles suivies de tortures sont organisées par le général Nezzar. Le « péril islamiste » invoqué par les généraux leur donne carte blanche pour purger le pouvoir de leurs opposants. La « démocratie » de Belkheir est en marche, le Printemps algérien va virer au massacre.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #586720
    le 13/11/2013 par maryam
    L’émeute comme arme de gouvernance

    bonjour,

    ça, c’est un article qui me plaît !!!

    remerciements,

    maryam

     

    • #586930
      le 13/11/2013 par Sermanu
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Quand Maryam félicite Maryam
      On n’est jamais mieux servi que par soi même, dit-on, croit-on !
      Alors, vous, te, complimenter n’a plus de saveur.
      Dommage !


    • #587099
      le 13/11/2013 par maryam
      L’émeute comme arme de gouvernance

      une question que j’ai à poser au premier commentaire ;
      "Alors, vous, te, complimenter n’a plus de saveur.
      Dommage !" qu’est ce que ça signifie au juste ?

      merci de m’éclairer ;

      maryam


    • #587374
      le 13/11/2013 par sermanu
      L’émeute comme arme de gouvernance

      C’est simple et désuet. Sauf quiproquo, si, vous, tu, es à la fois la Maryam qui a écrit cet article et qui poste le premier commentaire (auto-satisfait à juste titre ) vous, tu, aurais du attendre que je, vous, te félicite pour cet excellent boulot. J’en aurai été ravi et vous, toi, surement certainement payé en retour.

      Pace Maryam,


  • #586785
    le 13/11/2013 par Arnaud Tours
    L’émeute comme arme de gouvernance

    J’attendais que ER développe le sujet sous cet angle, voilà chose faite.

    Je ne nous connais plus qu’une seule forme possible de révolution, la révolution par l’inertie : Participer le moins possible aux organisations politiques classiques, ne jamais manifester, éviter d’aller voter quand seuls de partis classiques sont présents, créer le moins de richesses possibles, payer le moins d’impôts possible etc... Car tout cela va directement dans la poche des banques Rothschild et finance le sionisme et le Nouvel Ordre Mondial.

    Chaque euro que nous faisons rentrer dans le système sert à financer le Nouvel Ordre Mondial et les guerres de colonisation des pays voisins d’Isra-Hell pour créer "le grand Isra-Hell", là où tous les pays d’Afrique et d’Orient seront les esclaves des sionistes.

    Je ne participerai pas à cet eugénisme !

    (Oui nous allons en baver mais une fois financièrement non rentables, la bête sioniste partira exploiter d’autres pays, la dette nous ne la rembourserons pas et les sayanims partiront en Isra-Hell pour une vie meilleure. Je ne vois pas d’autres alternatives pacifistes.)

     

    • #586984
      le 13/11/2013 par jcmarseillais
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Ça s’appelle la "désobéissance civile" !


    • #586988
      le 13/11/2013 par Leïla1
      L’émeute comme arme de gouvernance

      De tout coeur avec toi Arnaud. Vive la Liberté ! A bas le sionisme !


    • #587017
      le 13/11/2013 par mousse
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Je partage cette vision ,taper là ou ça fait mal "l’argent" dont ces mondialistes s’abreuvent sans rien foutre et qu’ils utilisent contre les populations . une vie austere serait bénéfique à la nature, rapprocherait les hommes et tous les rats quittent le navire...


    • #587043

      Ce que tu proposes est une mauvaise alternative pour résister au Système.
      Si la population créer moins de richesse, comme le peuple Grecque, alors les traitres au Pouvoir vendront le pays pièce par pièce, morceau par morceau afin de continuer à payer le plus longtemps possible le racket à la mafia bankster.
      Privatiser tous les services publics, donner l’indépendance aux DOM-TOM et aux régions, vendre le patrimoine des Français et de l’État. À la fin il ne reste plus rien !

      La vraie solution on la connait déjà : créer une économie parallèle pour donner un sens nouveau à la société civile (en rupture avec le pouvoir politique, médiatique et financier).
      Ne pas renoncer à créer des richesses et à développer le pays afin que la population survive et se renforce, il suffit de produire autrement que ce que dicte la loi du marché mondialisée. Une fois réalisé, le colosse aux pieds d’argile s’effondre (c’est très couteux de maintenir ce Système, exemple : la presse en faillite survit grâce aux aides de l’État et à l’argent des banksters qui en sont propriétaires).


    • #587067
      le 13/11/2013 par Ouioui
      L’émeute comme arme de gouvernance

      La révolution par la quenelle, la révolution par une attitude digne. Un peu comme les veilleurs debouts ou le printemps français.
      En somme, la contre-révolution... qui sera l’inverse de la révolution, dixit de Maistre.


    • #587097
      le 13/11/2013 par togus
      L’émeute comme arme de gouvernance

      pour discuter avec quelques personnes surtout deux très proches !!! cela fait déjà deux ans voire plus que je l’ai dit de boycotter coca et macdo les deux plus envahissants coca faut savoir que ces salopards (pour rester gentil) une fois de plus détruisent là nature avec cette merde !!! mais comme la plupart de ce peuple est "addict" car c’est réellement l’effet que ça produit et c’est conçu pour... ça leur ferait déjà très mal !! car j’aimerais connaître les recettes de ces fastfood de la mort !! la Bolivie a sur nous tout compris nous qui nous disons peuple évolué ahaha vous êtes pour les consommateurs sous l’emprise du mal, mais bon puisque lorsque l’on vous le dit, il n’y a rien à faire coca et macdo auront votre peau :) voilà avis à la population aux personnes qui se sentent encore se respecter un peu et respecter le pays dans lequel ils vivent.. à bon entendeur :) regardez un peu les effets de coca sur le net allez je vais être sympa

      Rappelons que l’insuffisance rénale est une maladie fréquente. Des dizaines de milliers de Belges seraient touchés, certains sans le savoir.
      Elle est difficile à diagnostiquer précocement car elle est très insidieuse.
      Elle évolue silencieusement durant des années, jusqu’à ce qu’elle se manifeste par une insuffisance rénale irréversible.
      D’où l’importance de se faire dépister (un simple test sanguin et/ou urinaire), et particulièrement les sujets à risque (diabétiques, hypertendus, au-delà de 60 ans, antécédent familial de maladie rénale génétique, traitements médicamenteux potentiellement toxiques pour les reins…).
      Si actuellement, il est déjà recommandé aux personnes atteintes d’une maladie rénale d’éviter le coca et les autres aliments riches en acide phosphorique comme la viande, il serait sans doute intéressant d’élargir ce conseil.
      En attendant les résultats d’autres études sur ce sujet, les personnes à risque de maladie rénale doivent se méfier du coca et veiller à ne pas en consommer quotidiennement.
      Et de facon plus générale, tous ceux qui consomment du coca tous les jours devraient
      le signaler à leur médecin, et discuter de la pertinence d’un dépistage de l’insuffisance rénale.
      Pour en savoir plus sur l’insuffisance rénale et son dépistage
      Fédération des Associations Belges d’Insuffisants Rénaux : cliquez ici
      Association de défense des insuffisants rénaux asbl : : cliquez ici
      D’autre part ,le coca peut créer un cancer des voies digestives
      continuez à boire du coca hummm c’est trop bon


    • #587202
      le 13/11/2013 par Arnaud Tours
      L’émeute comme arme de gouvernance

      @ Dex

      Je peux me tromper mais j’expose un avis personnel :

      1- Le pays est dors et déjà vendu de A à Z, la dette est impossible à rembourser à moins de créer une croissance à 3 chiffres pendant 20 ans (impossible) Chaque effort fourni ne sert qu’à enrichir nos créanciers qui dors et déjà contrôlent TOUT de nos vies : Merdias, politique, législation, médecine etc... Bien entendu lorsqu’on suit le fric on tombe sur les sionistes par le biais de leurs banques qui se servent de ce fric pour financer leurs armes Nouvel Ordre Mondial.

      2- LA France ? Qu’en reste-il ? Absolument rien, nous savons qui dirige et ce n’est certainement pas le peuple, ni même les "élus". Les caisses vides, les collabos partageront le même destin que tout le monde. Nos élus au smic ça ne leur ferai pas de mal !

      3- Quoi qu’il arrive, Attali qui ne ment jamais vraiment nous a prévenu : Chaos économique en 2016, bien pire que 1929 !!!

      Chacun son combat, certains pensent bien faire à sauver les intérêts de la dette pour financer nos geôliers et espérer leur temporaire clémence.
      D’autre n’ont pas envie de dépenser de l’énergie inutilement à rembourser l’irremboursable et par là même laisser les geôliers organiser leur dictature mondiale dans le confort. (je fais partie de ceux là)

      Personnellement, tout ce qui sera non action déstabilisante des plans du système est bonne à prendre, d’autant plus quand cette action est inaction et ne leur permettra pas de sanctionner sans dévoiler leur sadique visage eugéniste et dictatorial.

      Je n’ai qu’une seule règle dans la vie : Ne jamais donner à mes adversaires ce qu’ils attendent de moi, être illisible et imprévisible en tous points, être surprenant tout le temps, apparemment lunatique, impossible à mettre en équation. (il se noient encore plus en essayant de suivre ce qu’il ne peut pas suivre, car c’est un mode de vie qu’on apprend pas à l’école ni dans la rue)

      Ne jamais être lisible, toujours donner une fausse lisibilité de nos actes, pensées et projets à l’empire. (ça les épuise, ça les occupe, ça les rend dingues) Vieux loup solitaire c’est une seconde nature, solitaire ne veut pas dire seul bien au contraire ...

       

      • #588469

        Non, la France n’est pas encore ruinée, seul l’État l’est.
        Après un scénario à la Grecque c’est certain que le pays sera lui aussi tout entièrement ruiné. Vente du patrimoine, des musées, des services publics, plus le racket des classes moyennes, ect.

        Je sais pertinemment que le fait de travailler et de payer taxe et impôt sert à ralentir la chute de ce Système. Et ça me contrarie grandement.
        Pour un individu patriote qui travaille à l’amélioration de son pays, il y a 9 autres individus qui font le contraire... c’est désespérant.

        Alors ce que je propose c’est d’élaborer une autre économie basée sur le besoin de se passer des intermédiaires parasites (qui sont le Pouvoir), et de la concentrer sur les besoins vitaux des citoyens et de leur grande communauté (et non de l’Etat-voyou et ses parasites).

        C’est à mon sens l’action qui demande le plus d’effort, ce à quoi le Système ne s’attend pas !
        Alors que la fuite, la désobéissance civile par le refus d’agir, c’est on ne peut plus prévisible et ça laisse les voyous libres de vendre le pays...


    • #587242
      le 13/11/2013 par Arnaud Tours
      L’émeute comme arme de gouvernance

      @ Ouioui

      Vous avez tout compris, les Roitelets ne sont pas nos cousins, nous marchons la tête haute et en silence, non haineux, non avares de sourires car même si rien ne semble permettre de sourire, au contraire il y a matière à sourire et même à rire : Les victimes qui sont fliquées ne sont vraiment pas ceux que l’on croit ;-)

      Laissez les arrogants vous enrager mais n’oubliez pas que leur arrogance et leur assurance de force disproportionnée est une constante dans tous les empires qui se savent condamnés. Donc restez calme même s’ils vous font hurler. (intellectuellement ils ne savent pas, mais dans leur subconscient ils savent que si rien n’a bougé c’est qu’ils sont aveugles, ils se sentent très mal je vous assure !)

      Leurs projets, leurs scénarios alternatifs qui évoluent en permanence et leur calendrier est le meilleur allié de tous les citoyens bien au delà de nos frontières, c’est toujours très con de presser la détente d’une arme au canon cintré à 180°.
      Encore plus con quand on ne sait pas lesquelles des armes sont cintrées....

      Admirez la débâcle du PS avant l’heure, ce n’était pas même prévu qu’ils se mettent si mal si rapidement. Admirez les boulettes de nos élites, c’est pathétique d’être si cons, énervant, mais également marrant : C’est cadeau inattendu, c’était pas prévu si rapidement.

       ;-)


    • #589449
      le 15/11/2013 par Arnaud Tours
      L’émeute comme arme de gouvernance

      @ Dex

      Je n’ai aucun conseil à vous donner mais pour ma part injecter un seul euro dans le système c’est collaborer activement à la destruction de la France.

      Cet argent ne bénéficie en rien aux Français, d’ailleurs soit il s’en va pour rembourser la dette soit il est utilisé pour favoriser le remplacement de population et la discrimination anti-Français quelle que soit l’origine et la couleur du Français.

      Nous sommes tous sur le même bateau, il ne faut pas rêver notre capacité à accueillir dignement est limitée et à terme nous passeront d’un petit peu pour tout le monde à plus rien pour personne.
      Achetez un gâteau pour 8 personnes, divisez le en 8, plus en 16, puis en 80 et vous verrez ce qu’il reste à chacun !

      C’est le but, donc financer ce système c’est s’assurer d’être TOUS perdants et de ne plus pouvoir aider personne... (bonjour l’ambiance qui va en résulter !)


  • #586829
    le 13/11/2013 par Rachid
    L’émeute comme arme de gouvernance

    je recommande le livre "histoire de france" par bainville, dans lequel celui-ci explique de quelle facon les republicains bourgeois ont manipule la population de paris pour declencher "la revolution" par l’emeute, de quelle facon les republicains se sont ensuite scindes entre anarchistes et conservateurs...chacuns utilisant "le chantage a l’emeute" pour faire des coups de force et prendre le pouvoir.

    chantage a l’emeute par manipulation de la population...methode que l’on voit aujourd’hui encore utilisee par le pouvoir.

     

    • #587066

      Je recommande un autre ouvrage, bien plus pertinent que Bainville.
      Paul Copain-ALbancelli : LE DRAME MACONNIQUE - Le pouvoir occulte contre la France (1908).
      https://archive.org/stream/ledramem...



      L’habilité du Pouvoir occulte en 1789 fut d’avoir su s’emparer du besoin d’évolution qui agitait légitimement la nation. Ce besoin, il s’appliqua à l’aigrir, à le rancir. Il fit en sorte que ce qui pouvait être un vin fortifiant devint un vinaigre corrosif.
      ...
      Et c’est ainsi que ce qui aurait dû être une évolution logique devint une révolution sanglante dans les spasmes de laquelle la France faillit perdre la vie.




      Extraits des pages 347 et 348

      Je m’arrête là, sinon je vais recopier tout le livre tellement chaque phrase à son importance pour découvrir et comprendre l’histoire officieuse, dont le rôle de Tartuffe de la FM en tant qu’instrument (idiot utile) du Pouvoir occulte.

      N.B : J’aimerais beaucoup que KK réédite les ouvrages de PCA, car ses travaux surclassent largement ceux des autres auteurs (trop cathos et radicalement aveuglés par la haine anti-républicaine, ce que le Pouvoir occulte a forgé à dessein afin de déchirer la nation).


    • #587286
      le 13/11/2013 par Arnaud Tours
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Ne jamais oublier que les loges se vantent d’avoir initié la révolution de 1789, ne pas oublier que seulement 1/3 des décapitations concernaient des bourgeois, le reste c’est le peuple résistant qui a été tué.

      J’ai mis en livre une compilation de dizaines de livres 100% made in maçonnerie, ER n’a jamais validé le commentaire avec le lien de téléchargement dommage..

      Certainement pour contrôler le contenu mais aussi pour éviter la propagation de pratiques et doctrines lucifériennes.
      (ce que je peux comprendre)

      Car oui dans ces livres datant de 1800 pour la réédition la plus ancienne à aujourd’hui, livres interdits aux profanes mais désormais très facilement trouvables, on peut constater que pour eux Lucifer est "la lumière de connaissance", je ne vous parle même pas des horribles rituels lourds de sens.

      Le gros avantages de lire tous ces livres c’est d’apprendre à lire tous les symboles, la numérologie et la géométrie Maçonnique, à partir de là on les démasque et franchement ils sont tellement arrogants et suffisants qu’ils laissent des traces vraiment partout. (c’est ce qui les perdra, les preuves matérielles sont érigés en édifices publiques dans TOUTES les villes, villages, églises etc...)

       

      • #587482

        Avant la révolution les FM se prétendaient plus cathos que le pape et plus royalistes que le roi... (il faut dire que beaucoup étaient soit nobles, soit clercs)
        Pendant, entre 1789 et 1793, les loges étaient fermées. Mais on soupçonne les arrière-loges d’être restées ouvertes. Aussi, les FM ont créé des clubs afin de se mélanger aux profanes et diffuser leurs idées radicalement révolutionnaires, pour agiter le peuple avant de s’en servir.

        Voilà pourquoi certains historiens “du rien” démentent toute implication de la FM dans les troubles révolutionnaires... Malgré le fait que les FM prétendent le contraire, avec toutefois une nuance, l’idée est d’eux mais pas son application... (mensonge et paradoxe)
        Bref, c’est toujours tordu avec la version d’un bonimenteur, alors il faut être en mesure de le prendre en faute sur ses contradictions.

        En tout cas c’est bien dommage que tu ne puisses pas faire tourner le lien vers ta bibliothèque maçonnique.
        Ces archives sont incroyables, vraiment indispensables pour percer à jour la mentalité de cette secte (du moins en ce qui concerne la Franc-maçonnerie dite “bleue”, de rang inférieur ; par contre sur la FM supérieure c’est d’une tout autre difficulté à se procurer).
        Quant à la doctrine maçonnique, je comprends qu’on ne veille pas diffuser largement des écrits la concernant, mais je tiens à dire qu’il faut être taré et subir un lavage de cerveau progressiste pour y adhérer (d’où les nombreux et différents grades/paliers d’initiation). Sans un encadrement en fréquentant les loges, il n’est pas concevable de s’y convertir en autodidacte.


    • #586854
      le 13/11/2013 par seber
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Passionnant mais effrayant. Très instructif.
      Dès lors, comment faire confiance à l’Etat quel qu’il soit, et comment contrôler de près ses pouvoirs connaissant les faiblesses et défauts de la nature humaine ? Question essentielle pour construire une société belle et juste.

       

      • #587076
        le 13/11/2013 par francky
        L’émeute comme arme de gouvernance

        bonjour,
        seule solution : le peuple au pouvoir avec des assemblées constituante et tirage au sort comme le préconise étienne chouard ! mais pour ça il faudrait que le peuple est une vraie conscience politique et n’est plus envie de confier à d’autres (des politicards professionnels) leur destin ,je sais c’est pas gagné, car les élites ont tout fait pour que le peuple se désintéresse de la politique ! Mais qui sait ,un jour peut-etre....
        respectueusement


    • #586902
      le 13/11/2013 par francky
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Un excellent livre à lire qui ne traite absolument pas de politique mais plutot de "philosophie" des mathematiques probalistes est "the black swain" (le cygne noir en français).
      Il montre comment un evenement que personne ne pouvait imaginer peut qd même se produire et bouleverser toutes les theories anciennes. Ensuite tout le monde s etonne que personne n est imaginé un tel scenario non predictif....
      Ou si vous preferez un evenement totalement imprevisible declanchant un bouleversement qui apparait evident ensuite.... Ce bouquin est une version litteraire et trés simple des recherches du grand mathematicien Benoit Mandelbrot.


    • #586914

      merci pour cet article.

      La démocratie, la république, les idéologies sont des choses meurtrières.

      N’oubliez jamais que le politicard est là pour lui et que si il devait tuer 50% du pays pour conserver ses petits avantages, il le ferait.


    • #586927

      bonjour excellent petit résumé de l ’historique des manifestations dans le monde mais j’aimerais signalé la dernière photo sur l’article qui ne présente pas octobre 88 puisque la voiture est immatriculé en 1995


    • #586933
      le 13/11/2013 par skawiwen
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Le génie politique d’une foule n’est que la confiance dans le commandement.
      Oswald Spengler


    • #586936
      le 13/11/2013 par Captain IL-62 TAAG Angola Airlines
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Concernant La Chine, je vous recommande d’urgence le livre ( qui est un témoignage authentique ) de Robert Loh : " Je Suis Un Évade de la Chine Rouge ( en Anglais " Escape From Red China " )

      On me l’a offert - apparemment déniché dans une brocante - le livre date des années 50-60, et explique tout en détail la manière dont les Communistes ont infiltré la Chine, purgé au fur et à mesure le pays des éléments " nuisibles " aux Rouges, et mis en place leur empire.

      Je me rappelle ce que l’auteur de ce livre disait à propos des Communistes : " Par le passé si quelqu’un m’avait dit un jour que une petite clique de personnes pouvait prendre le pouvoir d’un pays, je ne l’aurais pas cru. Malheureusement c’est non seulement vrai mais finalement très facile à faire. "

      Moi en regardant ma chère France, je pense exactement la même chose.

      Captain IL-62 TAAG Angola Airlines


    • #586972
      le 13/11/2013 par impartial
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Quand vous tapez sur un "flic", vous tapez sur un de vos frères de race, un pauvre type , un esclave comme nous, payé au SMIC . Il est entré dans la police sans avoir réfléchi et imaginé qu’il serait aux ordres des Israéliens et que sa mission prioritaire serait de toujours les protéger en priorité, eux et leurs interets en France . Pour protéger les Israéliens et leurs intérets à l’étranger, il y a l’armée "Française" , en réalité des supplétifs de Tsaaahaaal . Et si la police rechigne à matraquer les Indépendantistes Français, ILS feront appel à leur armée de mercenaires sans états d’ame pour nous tirer dessus . Ca peut servir aussi à cela , "l’armée de métier" .

       

      • #587100
        le 13/11/2013 par Vidocq
        L’émeute comme arme de gouvernance

        ca me fait une belle jambe de savoir que je me fais enfiler par un "frere de race" flic ou pas flic...

        meme si je comprends ce que tu veux dire, faut apprendre a ne pas etre naif camarade...


      • #587105

        S’ils étaient des hommes, ils démissionneraient comme des millions de Français l’ont déjà fait.
        Il est loin le temps où les gens collaboraient allègrement.
        C’est un peu caricatural, mais je dirais que la grande majorité de la génération des plus de 55ans collabore encore à tout va, les 30-55ans se posent des questions et la majorité des moins de 30 ans ne souhaite plus tremper dans ce système.
        C’est une question de semaines, on sera passé à autre chose bien avant fin 2014.
        La jeunesse est totalement rejetée. Pourquoi ? Car les jeunes sont au courant de tout avant même d’avoir embrassé le système.
        Je précise être dans la deuxième catégorie d’âge.


      • #587107

        Un flic est payé beaucoup, beaucoup plus que le SMIC, on est plus en 1980.
        Je ne vous souhaite pas d’avoir, un jour, affaire à vos "frères de race".
        Vous êtes très chanceux de ne pas les connaître, LOL...


      • #587540
        le 13/11/2013 par le melon
        L’émeute comme arme de gouvernance

        "Il est entré dans la police sans avoir réfléchi"

        C’est en tapant dessus qu’il se mettra à réfléchir sur ce qu’il est ; nous vous y trompez pas, vaut mieux qu’un crétin de flic tombe qu’un partisan


    • #587009
      le 13/11/2013 par togus
      L’émeute comme arme de gouvernance

      article très très intéressant, il y a deux réflexions à tout ceci !! Sarkozy a bien semé la panique et créer ce bordel monstrueux !!! voulant diviser pour mieux règner ce que fait plus amplement ce flanby à l’heure actuelle !!! après avoir mis les banlieues à feu et à sang ce sont les quartiers populaires qui sont mis sous un régime totalitaire !!! on comprend maintenant toute la souffrance vécue !!! et donc un seul moyen de forcer ces salopes non pas encore une fois se mettre sur la tronche mais bien au contraire faire une force commune pour les forcer à abdiquer et non partir dans un bain de sang c’et tout ce qu’ils veulent !!! voilà encore une fois un message d’unification pour ce qui va se passer dans les mois à venir puisque tout ceci est prévu !!! le truc que je crains est qu’encore une fois la LDJ ratonnade de troubles sociaux qui manipule des cou monter !!!! (saloperie organisée) et pour semer ce trouble il y a encore une chose à laquelle ils vont s’attaquer les lieux religieux ces salopes connaissent bien !!! ne cédons donc pas à la haine des ces crevures !!!
      si toutefois Marine passe ce sera la même chose on le sait d’avance ne cédons donc pas à tout cet agitement !!

      amicalement :)


    • #587013
      le 13/11/2013 par mouloud
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Merci pour ce bon article sur l’utilisation et la mise enplace des émeutes au service de la conquête ou de la conservation du pouvoir.

      Sur le contrôle de ces émeutes provoquées : oui, il y a des ratés (les puissants ayant déclenché l’émeute se font battre par d’autres puissants appartenant à des réseaux et intérêts contraires) mais ce n’est jamais le peuple qui gagne.
      1-Comme le dit l’article, il existe une science de l’émeute qu’utilisent les puissants : chose avouée par alliot marie, ministre de l’intérieur à l’époque, à propos du printemps tunisien. Concernant l’étouffement, la répression et l’anéantissement d’une émeute, elle avait déclaré grosso modo : "nous avons un savoir faire (pour arrêter les émeutes et manifestations) dont nous pouvons faire profiter le gouvernement tunisien".
      2-Il y a aussi les appariteurs évoqués dans l’article.
      3-Il y a aussi certaines nouvelles manipulations du peuple par les puissants comme l’utilisation des réseaux sociaux d’internet.
      Ma conclusion : la vraie prise de pouvoir par le peuple est faisable dans ce laps de temps entre la défaite d’un réseau de puissants et la mise en place des puissants, vainqueurs grâce à l’émeute. Comme pour la peinture, une vraie révolution populaire n’est réussie qu’à la 2e couche, celle où le peuple se débarasse des puissants, vainqueurs de la 1ère couche instrumentalisée. Et encore, cette révolution devra résister aux autres réseaux qui ne manqueront pas de faire la même analyse : dans les périodes de carence du pouvoir, c’est le moment de s’assoir à la place du chef.
      Dernier point : Etienne Chouard l’a bien dit : il est nécessaire, pour qu’un mouvement populaire réussisse, d’avoir une organisation du pouvoir alternative toute prête à l’emploi.

      ps : comme d’autres, je cherche les points faibles ou névralgiques du pouvoir : le contrôle des serveurs internet en est un : où sont ils ? A qui appartiennent ils ? Combien d’hommes pour les garder ?
      Les révolutionnaires qui veulent reprendre la Bastille comme les merluchionniens, c’est de la merde. Les gens sérieux s’attaquent au puissants par l’instrument qui a affermi leur pouvoir : internet et informatique qui ont développé la finance internationale, comme le prouve l’image de la rangée de golden boys devant leur pc vers 1980 (film ghost) : qu’en était il avant du nombre d’opérations boursières ? Influence du microprocesseur (1961) et de l’informatique internet sur le "volume d’échange" de la bourse. Une émeute informatique est nécessaire. suffisante ?


    • #587058
      le 13/11/2013 par Le Chaton
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Si le pouvoir est si manipulateur, c’est que une partie du peuple est manipulable trés facilement !

      En Algérie, il y’ a 10 ans environ, l’une de mes connaisances ( un trentenaire) est entré dans une organisation locale "secréte" de sa commune pour la défense de la démocratie.
      L’organisation critiquait trés férocement le pouvoir, cela a attirè quelques dizaines de personnes.
      Cette organisation avait un bureau, collait des affiches, et ses leaders ne se cachaient même pas !
      L’organisation organisa une AG puis peu aprés le commencement de celle ci, la police debarqua, et arreta tout le monde ! Aprés un passage un tabac, tous furent relaché.

      Le problème, c’est qu’aucun des membres de cette organisation ne posa de question à cette organisation avant de la rejoindre !
      Qui la finance ?
      Comment une organisation peut être secréte pour la police, mais pas pour des chomeurs ?
      Qui sont ses leaders révolutionnaires que personnes ne connait ?

      80 % du peuple croit tout ce qu’on lui dit du moment qu’on y met les formes !
      En essayant d’expliquer le "monde selon Soral" à d’autre personnes, je n’ai que comme réaction :
      " Tu me saoule"
      " Hein ???? "
      " Hitler blablabla Holocauste blablabla "
      Mais sur Nabila, le PSG ou les disputes entre Montebourg/Hollande, alors là ils sont incollable !


    • #587144

      Il y a du bon dans cet article , aussi pour la France en complément des ouvrages de Kontre Kulture je vous recommande celui-ci :

      Paul-Eric Blanrue : "Sarkozy ,Israël et les juifs"

      En résumé, depuis 1983 date de son intronisation en tant que maire de Neuilly , ce triste sir à tout fait pour se rendre indispensable, et s’attacher le soutien des auto-désignés représentants de la communauté juive de France. Fort de ce succès, une fois place Beauvau, priorité à la lutte contre l’antisémitisme et défense inconditionnel d’Israël et ce de façon visible (pour le monde entier).
      Résultat , tous les lobbys juifs (AIPAC , AJC , UPJF , ICJP ,etc..) et néo-conservateurs voyant en lui un bon atlanto-sioniste ayant donné des gages , le coopte pour flinguer la France et ses représentants un peu trop gaulliste (Chirac-Villepin) et l’aligner sur l’axe israélo-américain : retour au sein de l’OTAN , défense inconditionnel d’Israël , guerre dans le monde arabe en vu du grand Israël , interdiction de toute critique du sionisme , destitution de tous les postes clés (services du renseignement et de la sécurité national) du personnel pro-arabe ou proche du PS , ou antisioniste ,etc... ; soumission plus rapide à la finance , destruction du modèle social et des spécificités française...

      La dite crise des banlieues = Ordo Ab Chao , c’est à dire une variable d’ajustement permettant d’attendre un but qu’il soit fabriqué par le gouvernement ou imprévu : bref du pipi de chat face aux intérêts cités plus haut.
      Mais le résultat visible :
      - prise de conscience de la masse d’immigrés (pour le p’ti peuple)
      - ils sont incultes (pas de culture politique) et violent (armés)
      - ils sont arabes , noirs et musulman (choc des civilisations)
      - ils nous coutent chers (prix des dégâts)
      - désorganisés et manipulables (pour le pouvoir)
      - etc...

      Conclusion : les banlieues brulent , champagne !!!
      Par contre discussion , organisation , solidarité et marche du type marche des beurs qui seront relayés par les caméras dans le monde entier....là le pouvoir à peur !!!

      Amicalement

       

      • #587396

        Je suis d’accord avec toi, « je me méfie de nos désirs ».

        On rêve un peu d’un changement, d’une révolution, mais ces gens sont diaboliquement malins, et sournois.Même si on les prend pour des cons, ils ont un pouvoir de planification impressionnant.
        Beaucoup pense que les élites ont peur d’une révolte, moi je me demande sincèrement si ce n’est pas exactement ce qu’ils veulent, contrairement aux apparences.
        Je pense qu’ils savent très exactement ce qu’ils font, et ils nous mènent exactement là où ils le désirent.
        Evidement c’est mon avis, mais je pense qu’il ne faut pas négliger cette possibilité.


      • #587862

        @ seb

        Je te rassures , ton intuition est EXCELLENTE.
        L’armée américaine en plus des lois liberticides à fait le plein de commandes (munitions,armes,etc...) et de nouvelles armes inédites ont été testée avec succès : genre des canons à ondes électromagnétique (le corps humain est bio électrique) qui font une sensation de brulure sous la peau.
        En outre comme Attali le dit : "le NWO avant ou après la 3 ème guerre mondiale" , et vu que les oligarques veulent importer le système chinois en Europe...
        Et puis les nouvelles technologies (portable,télésurveillance,etc..) peuvent dire Qui , Quand , Ou ,Comment les rebelles du peuple veulent frapper...Et si ça ne suffit pas ya le satellite , en attendant la puce RFID implanté aux states avec l’Obamacare (nouvelle carte vitale).

        La solution est de créer une voie de sortie : Base Autonome Durable avec point d’eau , une bibliothèque de savoirs , former un réseau avec des éveillés sur la meme longueur d’onde.
        Car le système doit s’écrouler pour mettre autre chose en place , et tant pis pour ceux n’étant pas préparés.

        Amicalement


    • #587176
      le 13/11/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Tout cela est bien joli, mais combien parmi ceux qui viennent ici auront compris le jeu de l’Empire ? E&R existe parce que l’Empire l’a voulu ainsi. Dans l’incapacité de juguler une colère légitime, l’Empire choisit un ennemi qu’il tentera d’infiltrer et de manipuler afin de servir ses objectifs et intérêts. Qui saura ne pas tomber dans le panneau ? Quand l’inversion se produira, les dissidents étiquetés auront leurs heures de gloire... jusqu’au moment où quelques-uns (pas trop guidés par l’altruisme et la justice) vont commettre des actes odieux, générant une réaction des foules lobotomisées qui assimileront les véritables résistants aux criminels infiltrés par l’Empire parmi les justes. Seuls ceux qui sont guidés par de nobles intentions (ceux-là n’ont nul besoin de gourou) doivent être acceptés parmi la dissidence. C’est assez mal engagé lorsqu’on constate que beaucoup en sont encore à se déclarer plus vertueux que leurs semblables en fonction de leur religion ou de leur "race"...
      Combattre le mal, n’est pas non plus éliminer ceux qui ont pris fait et cause pour son camp.
      Ainsi, on peut constater que les modèles de gouvernance les plus durables sont ceux qui ont laissé vivre en paix une certaine communauté en faisant en sorte qu’elle n’accède jamais au pouvoir ou n’ait un quelconque rôle sociétal d’importance si ce n’est d’être présente et d’incarner pour chaque citoyen l’exemple à ne pas suivre.
      La vengeance n’est pas le meilleur guide, la raison oui.
      Il faut bien envisager l’Empire comme le reflet de notre médiocrité et de nos faiblesses, éliminer notre image relèverait du suicide. Cet organisme parasitaire doit être maintenu en vie pour fortifier notre système immunitaire, à nous de le contenir, rien de plus. Cette dualité propre à l’espèce garantit sa prospérité, le bien n’existe qu’au travers de son rapport au mal.
      Une mise à l’épreuve bien inscrite au programme des Ecritures et de la liturgie...
      « Ne nous soumets pas à la tentation mais délivre nous du mal » ou "Expose-nous à la tentation mais fais-nous choisir le bien" pour ceux qui sont durs de la feuille, voici en tout cas quelques mots fort sages et susceptibles de convaincre un humaniste honnête, croyant ou pas.

       

      • #587371
        le 13/11/2013 par Captain IL-62 Домодедовские Авиалинии
        L’émeute comme arme de gouvernance

        Encore une excellente intervention de votre part ( sur un sujet épineux qui, en premier chef, nous concerne Tous ) . Toujours un plaisir de lire des commentaires ( Vous n’êtes pas le seul ) de haute qualité sur Égalité & Réconciliation, contrairement à ce que je peux voir, lire et entendre dans la vie de tout les jours.

        Amicalement

        Captain IL-62 Домодедовские Авиалинии


      • #587663
        le 13/11/2013 par Macoll
        L’émeute comme arme de gouvernance

        Bonjour,

        Message pertinent en effet ;)

        Si je peux rajouter quelquechose...dans vos dires, vous semblez considérer l’Empire comme un tout indivisible. Or c’est une idée reçue je pense. De fortes distortions demeurent chez nos oligarques (conflits de clans, différences de points de vue, égos etc...), ce qui entraine des "râtés" dans leur accuité maléfique d’asservissement, si je puis dire...surtout dans certains médias qui sont relativement récents et assez difficiles à maitriser niveau réactivité pour certains vieux ours sataniques.

        Cdlt.


      • #587921
        le 14/11/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
        L’émeute comme arme de gouvernance

        @ Captain IL-62 Домодедовские Авиалинии

        C’est aimable de considérer comme pertinent un commentaire qui n’est que le reflet du bon sens dont chacun aurait dû recevoir une part égale à la naissance. Là est toute la difficulté et le caractère ambitieux de l’entreprise, faire comprendre à chacun qu’il est en capacité de recouvrer la raison. Ne l’ayant jamais perdue, je n’ai assurément aucun mérite, et ce n’est pas de la modestie simulée, c’est un constat. Ce même constat me fait en revanche comprendre pourquoi je n’ai jamais été en "phase" avec mon époque... jusqu’à ce qu’une pensée libre sur canapé rouge (et sa bonne suite de citoyens intègres) devienne publique et finisse par me convaincre que la solitude n’est pas une fatalité pour les lucides.

        @ Macoll

        Considérer l’Empire de manière monolithique n’est en rien un égarement. Des éléments qui croient être dans "la confidence" sont effectivement à l’origine de perturbations dans son fonctionnement. Mais ceux-là n’ont pas compris qu’ils le servent mais n’en sont pas ! Votre vision est une vision typiquement "dissidente", faite de croyances et de certitudes qui ne reposent sur rien de concret. Ne vous en déplaise, le sommet du sommet (le véritable Empire) est le refuge de la raison. Au vu des tribulations propres à l’espèce, son projet est même d’une cohérence implacable pour lui assurer un avenir ! Sauf que justement, ceux qui sont convaincus d’en être mais n’ont là encore rien compris, compromettront à terme le grand projet de l’Empire, leurs sombres motivations et instincts prenant le pas sur la raison propre au sommet.
        C’est pour cela qu’il nous faut trouver une troisième voie, plus spirituelle et philosophique, permettant de réconcilier la raison et la morale. Compte tenu de notre degré inédit de développement scientifique et technologique (raison pour laquelle il ne faut pas remettre en place un mode de gouvernance qui ne l’a jamais connu historiquement et qui serait par conséquent inadapté), c’est notre seule planche de salut. Saisir cette opportunité c’est assurer notre avenir jusqu’à ce qu’une catastrophe qui ne dépendra pas de nous fasse disparaître l’humanité à jamais.


      • #588988
        le 14/11/2013 par david
        L’émeute comme arme de gouvernance

        « Tout cela est bien joli, mais combien parmi ceux qui viennent ici auront compris le jeu de l’Empire ? »

        L’Empire en ce moment semble jauger ...
        Et Achoui pour moi est une de ses cartouches soft (monté en gamme de la tension sous contrôle, feutré comme en France), en test actuellement ...

        Emission pour tâter la température :
        Viens dîner dans ma cité à Trappes - 03/10/2013 - France 4
        http://www.youtube.com/watch?v=St2Y...

        Un des passages les plus caricaturaux
        http://www.youtube.com/watch?v=N5VE...

        Cher Philippot vous avez un telle patience face à tant de blaireaux, que votre engagement est surement sincère.


    • #587189
      le 13/11/2013 par yacsam
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Ça peut paraitre incroyable, stupide, lâche voir même contre-productif (et dite vous bien que si vous le pensé, c’est que vous avez été éduqué pour le penser !), mais il ne faut JAMAIS participer aux émeutes. Cet article nous le montre bien.

      Certain diront "ça peut pas être pire que la situation actuelle !", est pourtant c’est le cas, encore une fois cet article le montre à travers quelques exemples (on pourrait en prendre d’autre : Maie 68, le printemps Arabes...)

      donc vous direz "que faire ?", et bien : RIEN dans l’immédiat, toutes actions irréfléchie mené par des personne "moyenne" sera forcément récupérer (si ce n’est provoquée) par le simple fait qu’elle est récupérable.

      Quand le jeu est truqué, le seul moyen de ne pas perdre c’est de ne pas jouer.

      La priorité reste donc toujours d’élever le niveau (intellectuel mais aussi moral) élever les conscience et l’esprit (d’où l’intérêt d’E&R ou nous invite à nous instruire autant qu’a militer mais pas à tout cramer !)

      Si le peuple est dans sa majorité conscient et moral, il est quasi-impossible, même avec de gros moyens, de le manipuler et de le pousser à la dépravation. Si le peuple est dans sa majorité futile et sans réelle moralité, il est quasi-impossible, même avec de gros moyens, de le ramener vers le droit chemin et la bonne conduite.


    • #587266
      le 13/11/2013 par Sered-dz
      L’émeute comme arme de gouvernance

      moi je dis ON S’EN FOUT de tout ces comm comme dirait Alain Soral et Dieudonné Bala-Bala !!


    • #587302

      L’Ayatollah khomeyni avait lui enjoint les révolutionnaires
      de chanter et de porter des fleurs à l’armé
      malgré les massacres et cela a fonctionné, les soldats
      ont déserté par milliers ,les jeunes hommes se rasaient la tête
      pour créer la confusion et permettre au soldats de passer inaperçu.

       

      • #590319
        le 16/11/2013 par Shoartichaut
        L’émeute comme arme de gouvernance

        En iran, nos amis de la communauté sont laissés libre de vivre leur foi en toute liberté, suivre leurs écoles religieuses et enseignements.
        En revanche pour la politique, comme les autres minorités ils n’ont droit qu’à un quota de député au prorata de leur part dans la population (moins de 1%) donc ils ne peuvent pas outrepasser leur poids naturel dans la population.
        Cette solution me semble assez juste.


    • #587324
      le 13/11/2013 par Paname-patriote
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Petite précision : les émeutes de 2005 ont fait 4 morts indirectes, comme par exemple une asphyxie suite à un incendie, sans conséquence sur le fond du texte à savoir que le bilan humain a été quasi nul (en raison de la légèreté des armes employées de part et d’autres).

      Pour compléter cet excellent article il serait intéressant de distinguer émeutes désorganisées (contre des bâtiments au hasard, des boutiques, des voitures etc) vs. émeutes qui naissent ou deviennent ciblées (pillages d’armureries, tentatives d’intrusion de bâtiments officiels, de forteresse, d’ambassade, parlement, résidence de chef d’état...), sans parler de l’évolution d’une émeute en barricades fixes pour mieux répliquer contre les forces ennemies. En effet cela rejoint à mon sens le fond de l’article : l’émeute désorganisée est rarement révolutionnaire et plus facilement exploitable.


    • #587550
      le 13/11/2013 par seber
      L’émeute comme arme de gouvernance

      Pour compléter les commentaires intéressants que j’ai lu, il faut en effet essentiellement lutter en utilisant les moyens de la révolution passive et pacifique, la révolution par le vide en quelque sorte. la nature et le Système en ayant horreur, le vide d’air de la base aura tôt fait de permettre la chute libre des étages supérieurs. cf. World Trade Center !
      Vous êtes, nous sommes les explosifs placés dans les tours. L’astuce consiste a ne pas exploser réellement mais symboliquement : non-travail, non-productivité, non-rentabilité, non-consommation. Débranchez-vous et le Système vous haïra, seul signe de réussite visible.

       

      • #587832

        La Révolution Citoyenne est ce qu’il faut pour redresser la barre :

        Je rappelle ces principes :

        - Elle doit entraîner l’adhésion du plus grand nombre par la mobilisation, l’écoute, le débat et la diffusion des idées.
        - Elle est accomplie en dehors des partis politiques, qui ont tendance à cliver les citoyens, et nécessite l’unification des forces progressistes.
        - Elle veut faire des êtres humains des citoyens avant d’en faire des consommateurs.
        - Elle redonne toute sa place aux citoyens et cherche à les responsabiliser dans leurs décisions d’électeurs, en luttant notamment contre l’abstention.
        - Elle veut que le politique, issu du suffrage universel, reprenne le pouvoir sur les banques et la finance.
        - Elle renforce la démocratie par la multiplication des consultations des citoyens, y compris dans les entreprises en développant le système des coopératives.
        - Elle repose sur l’éducation qui devient une priorité afin d’ouvrir le peuple à l’esprit critique et à la compréhension des enjeux de la société dans laquelle il vit.
        - Elle rend aux services publics la place qui leur revient.


    • #588649
      le 14/11/2013 par Pierre Ghi
      L’émeute comme arme de gouvernance

      L’émeute comme arme de gouvernance par l’ordre par le chaos en vue d’instaurer un Nouvel Ordre Mondial convenable pour la gouvernance des émeutiers, l’éternelle gouvernance des émeutiers, l’Ordre de la Gouvernance par l’Emeute, l’Ordre de la Gouvernance par le Chaos des Emeutiers, que l’on peut aussi nommer hooligans, en plein désordre mental. On comprend pourquoi, quand on sait qui donne désordre de bon ordre.
      À ce genre d’Ordre, on ne répond pas par des émeutes car, nous ne sommes pas des hooligans de la République Francaise mais des acharnés de La Vie raisonnable.
      À la question suis-je un émeutier, ma conscience répond : Ah, mais Quenelle-nie, mon cher ! Et à ma question suis-je une Quenelle de mauvaise foi, ma conscience me répond : toi, non, mais les gouvernants par l’émeute, oui !
      C’est ainsi, nous avons le devoir d’être la conscience des émeutiers victimes de la gouvernance par le chaos du Nouvel Ordre Mondial par l’émeute.


    • #589172
      le 15/11/2013 par un cendy
      L’émeute comme arme de gouvernance

      En 1986, les achats extérieurs baissent de 40 %, les prix des denrées de première nécessité augmentant d’autant à l’intérieur du pays.



      C’est une époque où il fallait se lever tôt pour espérer trouver du pain, de l’huile et du sucre. Les effets de cette baisse se sont fait sentir très vite avec dans la foulée, au cours de l’année 1987, la naissance d’un fort climat d’insécurité.
      Qui se traduisait très concrètement par une hostilité SOUDAINE des frèros (qui commençaient à émerger) à l’égard des jeunes filles au style et au bagout occidental hébergées chez l’habitant.
      La meilleure période pour fuir, après c’était plus compliqué...


    • #589593

      Comme je l’ai déjà dit ailleurs, une manière efficace de surprendre un ennemi c’est de retourner ses armes contre lui même.


    • #589818
      le 15/11/2013 par anonyme
      L’émeute comme arme de gouvernance

      c’est vrai que l’affaire de l’école de Neuilly, qui a fait beaucoup pour la publicité de Sarko, est une affaire bien mystérieuse, il y a des gens qui ont parlé d’une offre qui aurait été faite à Erik Schmitt, et pointent la façon dont on l’a tué


    • #590869
      le 16/11/2013 par Pierre Ghi
      L’émeute comme arme de gouvernance

      L’émeute comme arme de gouvernance mondialiste implique le peuple comme gouvernance française anti-émeutiers et là, chacun se bat avec ses armes, les miennes étant de lutter avec des mots contre des maux de Têtes.
      Toujours prêt à ne pas rater une bonne occasion de me battre et de porter des coups sensibles à l’insensibilité mondialiste, je me suis penché sur l’aspartame pour l’autopsier et voici ce que j’en ai déduit : l’aspartame, c’est comme le tube cathodique, c’est la dégénérescence cérébrale indispensable pour se plier à un discours gauchisant afin d’atteindre plus rapidement le côté gauche de la droiture morale.
      L’aspartame, c’est comme le tube cathodique : c’est l’art de passer à l’as par trame, c’est l’art du balayage industriel des surfaces propres pour les souiller.
      Père Noël, quand tu descendras du Ciel, n’oublie pas mes petits souillés placés devant lâches-cheminés.


  • Afficher les commentaires suivants