Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’homoparentalité n’est pas l’égale de la parenté fondée sur le mariage hétérosexuel

Une étude capitale révèle que les enfants adultes de parents homosexuels et lesbiens subissent les conséquences économiques et émotionnelles de manière bien plus négative que les enfants élevés dans des familles biologiques intactes. La qualité de l’étude du Professeur Mark Regnerus, de l’Université de Texas, souligne les carences des études plus anciennes, sur lesquelles s’appuient les militants homosexuels pour obtenir un droit au mariage et à l’adoption aux couples homosexuels.

« La prétention empirique, selon laquelle il n’existerait aucune différence importante, [entre parentalité homosexuelle et hétérosexuelle] doit disparaître », déclarait le professeur Regnerus dans son étude publiée dans Social Science Research.

L’étude complète du Prof. Regnerus s’appuie d’une part sur un examen d’approximativement 3000 adultes provenant de huit structures familiales différentes, ainsi que sur l’évaluation de 40 critères sociaux et émotionnels. Elle conclut que les enfants ayant grandit dans des familles biologiques intactes sont en général mieux éduqués, sont en meilleure santé mentale et physique, touchent moins à la drogue, s’engagent moins dans des activités criminelles, et s’affirment plus souvent heureux que les autres.

Les résultats les plus négatifs touchent les enfants issus de familles homoparentales lesbiennes. Ces conclusions contredisent les études discutables popularisées par les medias, selon lesquelles les enfants grandissent aussi bien, voir mieux, avec des mères lesbiennes. L’étude du Professeur Regnerus montre les effets négatifs de ce type de parentalité sur 25 des 40 critères sélectionnés pour ces recherches. Elle montre entre autre que ces enfants sont plus souvent victimes d’abus sexuels (23% des enfants de mères lesbiennes étaient victimes d’abus par un parent ou un adulte, contre 2% chez les enfants issus de couples mariés), ont une moins bonne santé physique, sont plus souvent victimes de dépression, font plus fréquemment usage de marijuana, et plus souvent sans emploi ( 69% des enfants issus de familles homoparentales lesbiennes dépendent des prestations sociales, pour 17% de ceux issus de couples mariés).

Les recherches du professeur Regnerus discréditent une étude de l’American Psychological Association (APA) datant de 2005 et souvent citée, selon laquelle « Aucune étude n’a conclut que les enfants de parents gay ou lesbiens étaient désavantagés de quelque façon que ce soit par rapport aux enfants de parents hétérosexuels ».

Contrairement aux recherches du Professeur Regnerus, les études antérieures comparaient les enfants de parents homosexuels aux enfants de familles recomposées ou de parents seuls. Par ailleurs, le professeur ne s’appuie que sur des informations provenant des enfants eux-mêmes et non sur celles données par leurs parents.

Une seconde étude récente confirme que les études si popularisées par l’APA ne sont pas fiables. Loren Marks, professeur associée à la Louisiana State University, a prouvé que les études de l’APA se fondaient sur un nombre de données limitées, et se focalisaient sur les rôles et identités sexuelles. Ces études négligeraient l’examen des performances éducatives des parents sur les enfants, de leur taux d’emploi de ces derniers, et des risques auxquels ils sont exposés concernant la drogue, la criminalité, ou le suicide.

Ces études l’APA, maintenant objet de discrédit, ont été utilisées pour tenter d’influencer les décisions juridiques au niveau international.

Les mémoires des « amis de la cour » dans l’affaires E.B. c. France devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme défendaient le droit des couples homosexuels à l’adoption en se basant sur des études de l’APA, selon lesquelles il n’existerait aucune preuve scientifique justifiant un « traitement différencié des couples homosexuels qui souhaitent adopter, parce que [d’après les connaissances de FIDH, ILGA Europe, BAAF et APGL, lobbys gays et lesbiens européens] toutes les études scientifiques réputées ont prouvé que les enfants de parents gay ou lesbiens n’étaient pas plus susceptibles de souffrir de problèmes émotionnels ou d’autre types, que les enfants de parents hétérosexuels. »

Dans le cas de Karen Atala et de ses filles c. le Chili, affaire plaidée devant la cour interaméricaine des droits de l’homme ( CIADH), un « ami de la cour » en défense d’un parent lesbien ayant perdu la garde de ses parents note que l’Académie Américaine de Pédiatrie « reconnaît qu’une grande quantité de recherche professionnelle fournit les preuves que les enfants de couples homosexuels ont autant d’avantages en matière de santé, d’intégration et de développement que ceux de couples hétérosexuels ».

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • combien de temps encore va-t-on devoir supporter ces connards gays-lesbiens-sado-maso-transex-zoophiles ?????
    Cette etude, je peux parier ma paire de testicules qu’on n’en entendra jamais parler dans les medias "main stream" ....ou alors pour la denigrer comme etant une vieille regurgitation morale moyennageuse,bla bla bla bla...
    Et pendant ce temps la, nos enfants apprennent a l’ecole ,grace a la video du poisson pede, que c’est tout a fait normal de vouloir enculer son petit voisin de classe...absolument rien de reprehensible la-dedans !!Vas-y mon garcon..A peine si on ne les encourage pas a devenir des pedes ou des gouines..
    Et pendant ce tems la, les gays et les bi et gougnottes et les zoophiles reclament le droit d’adopter des enfants.....non mais franchement !!!! on a atteint le fond du trou puant dans ce pays !!Pauvre France !
    Mort aux cons !!!!!!

     

  • Le fait qu’aujourd’hui il existe un débat sur ce sujet suffit comme preuve que le monde est devenu fou...

    Oú fuir ?

     

  • Un pas de plus vers la décadence, vers le gouffre ,vers le néant .Je plains les enfants qui seront sans aucun repère familial....Dans l’inconscient collectif des individus( enfin pour ceux qui ont encore un brin de conscience morale ) voir un couple homosexuel se mariant devant monsieur le maire accompagné par leurs enfants( on ne peut s’empêcher de se demander d’où peut provenir ces enfants là )....c’est pour moi une image très violente, très déstabilisante !L’institution millénaire du mariage est salie ,bafouée comme jamais elle ne l’a été !c’est très grave pour l’équilibre psychique,mental,pour la société , pour la nation ,pour le monde, pour l’humanité toute entière !
    Rendez-vous compte qu’une petite poignée d’individus a réussi à détruire cette institution millénaire qu’est le mariage ! Le PACS ne leur suffisait-il pas ? pourquoi imiter les hétérosexuels ,eux qui se prétendent non conformistes ?? un puissant lobby communautaire gay détenu par quelques personnes ,n’est pas s’en rappeler son allié de poids , son double( la communauté qui n’existe pas ).Sans elle, la communauté gay resterait marginale,peu influente !L’idéologie talmudo -sioniste a fait son chemin( corruption et désordre ),plus dur sera la chute !


  • Pris connaissance par des amis que leur nièce vient de réussir sa dernière tentative de suicide à 22 ans : élevée par une mère lesbienne et ses compagnes fermement engagées dans la reconnaissance du mariage homo.

     

  • Voilà le choix qu’on offrirait à la souffrance d’un enfant : Tu seras adopté par deux tarlouzes, c’est ça ou tu restes abandonné, vu ? Il faut pénaliser l’enfant absolument ? C’est parce qu’il est abandonné qu’il doit payer, vivre un autre mal. En vérité, quelle honte d’utiliser la souffrance d’un enfant en lui faisant un chantage et en l’utisant comme pansement pour deux tarlouzes !!! C’est véritablement monstrueux ! En voilà un en acte des visages bestiaux de l’humanisme... Sous couvert de tolérance on met les plus faibles, en l’occurence l’enfant, dans une situation morbide... Moi je dis qu’un jour des gosses tueront les tarlouzes qui les ont adoptés, ça se peut pas autrement.


  • C’est assez amusant de voir la chose suivante : pendant des années on a nié la finalité de la famille, donc le pourquoi, et on s’est offert toute la panoplie des comment rhabillés en n’importe comment, puisque le pourquoi était considéré comme n’importe quoi. Aujourd’hui on revendique le pourquoi originel pour ces n’importe comment.

    On a dit que la famille n’était pas nécessaire pour faire des enfants, et on a expérimenté l’assertion de multiples façons. Ce fût le plus souvent des échecs. Maintenant on reconstruit la famille n’importe comment, et là on revendique absolument la finalité originelle pour ces n’importe comment : avoir des enfants… C’est drôle non ?

    Par conséquent le scénar est le suivant :

    1) nier le pourquoi
    2) détruire le comment
    3) reconstruire le comment n’importe comment
    4) revendiquer le pourquoi originel pour tout n’importe comment en soutenant n’importe quoi

    On n’est quand même plus très loin du crétinisme intégral, non ? :)

     

  • J’aimerai qu’on réponde à ces questions, vraiment, de manière rationnelle

    1. Quels sont concrètement les raisons pour lesquels on pourrait refuser l’union civile complète à un couple d’homosexuels ? ( on parle pas de mariage religieux )

    2. Le Pacs n’est-il pas suffisant ? Quelles sont les différences ?

    2. Pourquoi les homosexuels seraient forcément des pédophiles qui vont abuser de l’enfant adopté ?

    3. Est-on vraiment sûr qu’un enfant élevé par des homosexuels sera moins "normal" que les autres ? J’ai lu des études en faveur et des études contre, y a pas de quoi trancher franchement...

     

    • Avant de monter sur vos grands chevaux homophobes,rappelez-vous qu’à l’heure actuelle,la majorité des pd,pedophiles,meurtriers et criminels ( même les banksters) sont issus de familles "normales" hétérosexuelles,ce qui prouve que les familles mêmes hétéro ont de plus en plus de mal à produire des gosses sans problèmes ( pourquoi ? parce que les parents,tous les deux condamnés a la servitude du salariat ne peuvent plus s’occuper des enfants ? Ou parce que le salariat actuel détruit les liens entre parents et enfants,leur substituant des liens basés sur l’argent ( argent de poche,"cadeaux au lieu d’une vraie communication ?)
      Je ne suis pas pour le mariage homo ( le pacs devrait suffire) ni pour l’adoption d’enfants pas ces gens,mais je crois que les raisons homophobes citées pour s’opposer au mariage gay ne font que les conforter dans le rôle de victimes,cette étude est donc la bienvenue,elle semble donner un eclairage objectif sur cette problématique. Il serait intéressant que les homo qui refusent de se marier et refusent d’adopter des kids se manifestent et disent pourquoi,juste pour en savoir plus sur leurs motivations et les comparer avec ceux qui veulent se marier et avoir des enfants...


    • Si tu t’intéressais a la construction de la conscience humaine, si tu lisais le travail des psychologues, si tu avais envie de comprendre sur quoi repose l’identité de l’être humain qui se développe et grandit, tu saurais que la polarité masculin/féminin représentée par les parents hétérosexuels constitue le cadre et la dynamique structurante et créatrice de la conscience de soi. L’être humain nait d’un amour, est le fruit d’un amour qui lui donne naissance et conscience. Cet amour est celui d’un homme et d’une femme, que tu le veuilles ou non. C’est sur l’expression de cet amour que l’enfant se construit.
      Défendre une pseudo parentalite homosexuelle est une monstruosité morale, intellectuelle et sociale. Tu pourrais plus simplement te poser la question de savoir comment tu te sentirais si tes parents étaient deux pedes qui pratiquent la sodomie en guise de relation amoureuse ? Si la conscience de l’enfant devient le fruit d’une relation sodomite alors nous sommes déjà en enfer.


    • 1. Et pourquoi pas l’union d’un homme et d’un animal ou d’un homme et de plusieurs femmes ?
      2. Le PACS était fait pour les homo, total il n’y pas d’homo qui en contracte, preuve que le mariage ne les intéresse pas dans leur majorité. La différence c’est que l’un se contracte à la mairie et l’autre au tribunal.
      3. Les homos ne sont pas nécessairement pervers, mais avoir envie, d’un côté comme de l’autre, de sodomie, je ne trouve pas cela sain.
      4. C’est sûr qu’il serait difficile de mesurer les effets mais pour moi ils sont évidents, un enfant se construit d’abord par rapport à ses parents, s’il en manque un, l’enfant n’est pas complet.


    • Juste, pour " Parti Social Français " : La moitié de ton premier argument est de mauvaise foi je pense. Ton chien ne peut pas être consentant ... Sinon pour la polygamie, ET pourquoi pas ? Je veux dire, ça existe ailleurs, de même que la polyandrie ( au Népal par exemple, la polyandrie fraternelle est très répandue, il ne me semble pourtant pas que ce pays ait produit quelconque monstre ... ). Aussi, la sodomie n’est pas une pratique exclusivement homosexuelle, donc bon, c’est aussi très bancal à ce niveau là.

      Sinon, pour l’instant les arguments retenus c’est :

      - Les plus grandes ordures de notre ère ont pourtant grandi dans des familles "normales hétérosexuelles" ( c’est loin d’être faux, avouez-le ... )

      - L’union n’intéresse en réalité pas les homosexuels, preuve en est, le PACS ( 6% des pacsés sont homosexuels )
      — > Est-on face à des revendications communautaires minoritaires ?

      - L’argument du développement psychologique de l’enfant : Il n’est pas faux de constater qu’un enfant qui manque d’un des parents va avoir quelques soucis de construction personnelle, mais y a-t-il une équivalence chez les enfants adoptés par des couples homosexuels ? Il serait peut-être content ( ou pas ) d’avoir deux personnes pour s’occuper de lui, fussent-elles homosexuelles.

      Autre question qu’il faudrait creuser : Peut-on se permettre d’expérimenter en termes de construction familiale ? Comment saurait-on sinon qu’un enfant adopté par un couple d’homosexuels évoluerait bien ou mal si on se base sur un nombre d’exemples insuffisants ?
      Parce que pour l’instant tout ce que j’ai vu, c’est comme si on affirmait que le couple hétérosexuel était une aberration car le père pourrait violer sa fille.

      Sinon, pour ma part, c’est culturel : il est évident que je ne me sens pas bien à l’idée d’avoir des parents homosexuels, j’ai grandi dans une famille purement hétérosexuelle ( dans une famille catho en plus, j’t’explique pas l’importance :) ).
      Je pense que si ça se met en place, ON DOIT AU MOINS demander l’avis de l’enfant, qu’il sache dans quel genre de famille il se met ( si on peut parler de famille à proprement dit ).


    • à A+ : même si je suis contre l’adoption d’enfants pas des couples homosexuels, il me semble que baser la construction de l’identité masculin/féminin d’un individu sur l’amour (sentiment) qui aurait présidé à la naissance de l’enfant est un peu tiré par les cheveux : beaucoup d’enfants sont conçus dans et hors mariage sans vraiment d’amour, voire sans avoir été désirés, et la relation dans un couple homosexuel n’est pas que physique : limiter cette relation à l’acte sexuel sans y adjoindre la dimension amoureuse est, je crois, injuste. Ceci dit, un enfant est et sera toujours le fruit de l’union (même éphémère) d’un homme et d’une femme et cet enfant a besoin pour grandir des deux modèles d’individus soit un homme/père/papa ET une femme/mère/maman, même si ces modèles ne sont pas parfaits. Un enfant adopté cherchera dans 90% des cas (voire plus) d’où il vient. Et il ne faut pas non plus oublier le regard des autres, notamment des autres enfants, qui peut être impitoyable et terriblement blessant. Pourquoi infliger ça à un gamin ? Même si faire un enfant est un acte égoïste, il faut quand même réfléhir un peu plus loin et penser un minimum au bien-être du petit d’Homme à venir...


    • Réponse à Alex :
      Je le concède, l’exemple du mariage avec un animal n’est pas très pertinent et la polygamie existe dans d’autres sociétés. Seulement il me semble qu’en France la société repose sur des couples hétérosexuels et monogames et que remettre en cause ce principe fondateur, sans que cela soit par essence mauvais, est loin d’être une urgence. Si on proposait le passage à une société matriarcale, je n’y serais pas opposé mais dans le contexte actuel, vouloir le mariage homo, c’est juste faire descendre notre société un peu plus bas. (encore une fois l’argumentaire n’est pas excellent mais renvoie au dégoût que j’approuve à la vue de certains gay tels que ceux illustrant l’article.)

      Ensuite la sodomie pratiquée par les hétérosexuels me paraît être aussi déviante que celle des homo, l’anus n’étant, par définition pas le lieu de la reproduction et la fornication, sinon un péché du moins, à terme, une aliénation (combien de jeunes aujourd’hui littéralement dépendant au porno – au passage une remarque à propos du harcèlement sexuel, je crois qu’aujourd’hui ce sont nous, jeunes hommes qui sommes le plus harcelés, en permanence par des images aguicheuses).

      Les réponses aux autres questions peuvent être débattues mais tombent pour moi sous le sens.
      Un enfant étant issu d’une mère et d’un père, il a besoin des deux pour se construire et on a pas besoin de son avis pour l’affirmer puisqu’un enfant n’a par définition pas d’avis autre celui qu’on lui suggère.
      Le problème de l’adoption des homo, pour moi, n’est pas que ces derniers seraient des pervers ou des violeurs mais bien que comme ils ne peuvent pas concevoir leurs enfants, ils les prennent forcément à d’autres, ce qui donnera lieu à un commerce que je trouve très malsain.
      Imagine le fils de deux lesbiennes, à un moment dans sa vie il voudra connaître son père : désolé, c’était un don anonyme, ton papa c’est maman... grotesque !!

      Je crois effectivement qu’on est là en face d’une revendication minoritaire et qui ne vaut pas la peine qu’on s’y attarde aujourd’hui, vu la situation....


    • Grandir avec 2 papas ou 2 mamans.

      Juste imagine.


    • À A+,
      Si tu t’intéressais à l’histoire, tu réaliserais que les mariages d’amour sont surtout le fruit d’une construction moderne menée par les films Hollywoodiens...
      Avant le XXème siècle, les histoires à l’eau de rose n’avait d’existence que dans les esprits naïfs ou romantiques...
      Au-delà de tes trois dernières générations d’aïeux, tu es donc certainement le produit d’une longue lignée de mariages arrangés bien éloignés des clichés que tu décris.

      P.S. :
      J’ai moi-même fait un mariage d’amour hétérosexuel et je pense que le mariage homosexuel n’a pas de sens. Une union civile offrant des avantages fiscaux et de succession équivalents au mariage devrait être suffisante.


  • Juste une question :

    Vaut-il mieux qu’un enfant vive dans une famille hétéroparentale et se fasse frapper et maltraiter par ses parents ou bien dans une famille homoparentale aimante et désirant cet enfant ?

     

    • Réponse :

      On ne mélange pas les choux et les carottes soit en d’autres termes on compare ce qui est comparable, ce qui revient à dire : "Couple hétéro heureux vs couple homo heureux" et non "couple hetero malheureux,ignoble,horrible vs couple homo équilibré et super heureux".

      Et notez bien que dans nos médias dominants-vu que la norme se prête à l’acceptation de l’homoparentalité- on nous présente toujours un couple homoparentale avec un gosse en bas âge (et non de jeunes adultes) et surtout aisé,riche et heureux, d’où le manque d’objectivité de ces émissions lobotomisantes.


    • Ni l’un ni l’autre, point barre. L’immonde n’amende pas l’horreur. En d’autres termes c’est pas parce que l’on n’a pas de siège que l’on s’assied sur sa baïonnette. Il y a des structures d’État pour les orphelins ou autres situations délicates (tuteur etc...), on a pas attendu les homosexuels pour ça. C’est le droit de l’enfant qui prime bordel ! pas les désirs de tarés dégénérés !


    • Le coup du "c’est mieux que des homos adoptent un enfant qu’il soit abandonné ou maltraité" est un signe des temps, désespérant, on prend un mal et on lui substitue un moindre mal, et d’ailleurs sans que l’aspect "moindre" soit absolument évident, car moi par exemple, entre être gosse abandonné ou élevé par deux pd, j’aurais préféré rester seul.

      Et de ne pas laisser un gosse dans la rue mais qu’il soit adopté par un un père et une mère, c’est pas envisageable ça ? Il faut pénaliser l’enfant absolument ?

      C’est la tactique la plus courante pour éviter de dire que ce dont il est question n’est pas bon, on dit que c’est un moindre mal, donc que ça pourrait être pire, et en plus ça fait humaniste et solidaire, puisque c’est un moindre mal ! On entend ça absolument partout, de ma concierge au légiste : "Ah ben que vous ayez un bras coupé, c’est mon grave que si c’était pire, il vaut mieux un seul que les deux !".

      Quand tu vas au restau, si la bouffe n’est pas bonne, que tu le fais remarquer au loufiat et qu’il te répond "Ben c’est mieux que de pas être servi du tout, non ?"... Pourquoi là tu l’avales pas le coup du moindre mal, et pourquoi il faudrait l’avaler pour un gosse ? C’est pas bien plus grave un gosse adopté par deux homos qu’un plat du jour raté !?

      .


  • VERIDIQUE, entendu sur BFM TV :

    militant gay : "Non seulement nous voulons avoir le droit à l’adoption mais en plus nous voulons la discrimination positive (c’est à dire donner prioritairement des enfants aux homos)"

    Inutile de dire que j’ai bondi sur mon fauteuil !!!

    Et.....

    militant gay : "Nous souhaitons nous "attaquer" à l’école, lieu où il y a encore d’énormes préjugés enseignés" (référence au naturel : un homme est fait pour être avec une femme car la procréation est le fruit d’un homme et d’une femme).


  • Une majorité d’homos doivent probablement se satisfaire pleinement du PACS. La minorité elle s’asseoit dessus, comme d’habitude puisqu’ils visent à présent l’adoption des enfants. Certain(e)s anticipent de toutes façons depuis un moment une loi qui n’est pas encore votée via cette immondice appelée insémination "artisanale". Faites une petite recherche sur Google, il existe des sites blindés d’annonces tant du côté des donnants (le genre de connerie qu’on peut lire : "Marc, blond aux yeux bleus, 1.90, en très bonne condition physique") que des recevantes ("sans pénétration merci"). Quant au côté "artisanal" de l’opération, je vous laisse deviner le reste. La foire aux bestiaux quoi.

     

    • Ceci illustre parfaitement leur égoïsmes, et cette volonté de tout réinventer. Destruction des modèles référants, de la tradition. Pour eux la société est un grand laboratoir, leur envie de parentalité ne prends jamais en compte la réciprocité (l’enfant veut ses parents biologique et apriori quand cela n’est pas possible ce qui se rapproche le plus de ce que le destin lui a retiré : un père et une mère.


  • - a cause de cette saloperie de lobby Gay qui n’a pas voulu se contenter du Pacs ,
    tout ça va nous crée un méchant retour d’Homophobie Hardcore ! ,
    cela fait 10 ans que je le dit " le Lobby Gay tuera les Gays " .

    - qui a parler / décider , pour les Gays ? , réponse : le Système + les assos .
    ( c’est a dire une poignet de personnes ).

    ps : merci a ceux qui n’oublient pas que tout les Homos ne sont pas des moutons dégénérés .

    salut

     


    • ps : merci a ceux qui n’oublient pas que tout les Homos ne sont pas des moutons dégénérés .



      Oui effectivement il y a des homosexuels qui ne réclament pas n’importe quoi. Et il est bien possible que cela ne soit pas une minorité. Qu’ils se fassent entendre alors et, qu’ils s’insurgent contre ce qui deviendra de facto un modèle de société si l’on officialise l’éducation d’enfants dans un environnement homosexuel. On pourra alors dire qu’ils assument pleinement leur homosexualité...


    • La revendication est simple : le destin, les circonstances, la vie a retiré a un enfant ses parents biologique, la société doit tout faire pour lui offrir ce qu’il a perdu : un père, une mère.
      Sur une ile déserte, sans aucun couples hétérosexuel, un couple homosexuel serais tout a fait légitime pour être les parents d’orphelins.
      Les couples hétéros qui adopteraient des enfants ne manquent pas... Un couple de smicar est-il moins légitime, que des homos sans problèmes financiers ? C’est la qu’on voit ce que ce lobby essaye de MARCHANDER leur envies d’enfants...
      On a jamais entendu d’homosexuels avancer a visages découverts défendant les droits des orphelins d’avoir une mère et un père. Pourquoi ?


  • J’attendais cela.

    Un article qui prouve que l’adoption homosexuelle est une grave erreur.

    Et pourtant, en tant qu’homo, je devrais bondir et hurler mon mécontentement comme une vieille mégère ménopausée... Mais non. Je suis très satisfait e ce genre d’enquêtes car enfin je vais avoir qqchose à envoyer au visage de ceux qui me traitent de refoulé pcq je ne cautionne ni le mariage, ni l’adoption homo.

    Merci à E&R car nous autres la majorité des homos par rapport à la minorité (très Parisienne) des "Gays" en avons marre de se faire associer à cette bande de tarlouzes décérébrées qui prétendent vouloir une "égalité des droits" alors que tout ce qu’ils souhaitent, c’est simplement ne plus assumer le fait d’être l’exception qui confirme la règle, alors qu’il est tout à fait possible de vivre comme tel.

    Le mariage et l’adoption, par nature cela nous est impossible. Et, au vu du petit nombre de PACS conclus entre homosexuels et lesbiennes, on se demande si le mariage est si nécessaire que cela. Quand à l’adoption, un poil de bon sens suffit à savoir que c’est tout sauf une bonne idée.

     

    • En tant que citoyen Français, et homo par ailleurs, je plussoie camarade.
      Tu dis que l’adoption et le mariage, sont, par nature, "impossible".

      J’irai même plus loin en disant que c’est...contre nature pour un homosexuel que de vouloir devenir parent. (c’est à dire contre sa nature profonde, qui plus est , par essence , un contre exemple de la nature reproductrice, etc...)
      Mais je m’oppose a l’adoption gay surtout pour le bien de l’enfant qui non seulement sera déraciné de sa famille et/ou pays d’origine, mais qui en plus sera planté chez un couple qui sera obligatoirement sans maman ou sans papa, deux femmes ou deux hommes) donc au niveau identitaire , c’est terriblement angoissant pour ce petit être qui n’a rien demandé, et dont le début de sa vie commence par une marchandisation de son être pour les besoins égocentriques de dégénérés voulant être à la fois différent et comme tout le monde. Ça n’a vraiment aucun sens, et ce n’est pas, je le répète dans l’ordre des choses, ni pour l’enfant, ni pour un couple homosexuel normal.

      Je me joins aussi aux propos de christophe.b pour dire à Alain (que je suis depuis 2004 ) ainsi qu’aux lecteurs d’E.R : tout comme il y a des musulmans du quotidien, il y a des homosexuels du quotidien, complètement détachés de toutes revendications communautaires et identitaires , qui sont en opposition avec ceux qui prétendent parler en leur nom, et qui se comportent de marnière banale, et qui on leur coup de colère, leur misère, leur désir, leur misère du désir et qui se battent aussi contre les amalgames qui participent grandement à ce conflit de civilisation tant voulu par le système.


    • un article qui PROUVE ?????


  • Moi je suis totalement perdu
    La ministre dit au putes dont c’est le métier : dorénavent il vous sera interdit de baiser les hommes.
    D’un autre coté, on dit aux "hommes" : baisez vous les uns les autres, on vous donne même un certificats pour cela, mieux que cela : un act de mariage si vous le souhaitez

    Moi ce qui salit mon temple que sont mon mariage, ma famille , mes croyances, mon histoire, c’est le mot mariage que je dois partager avec "ça", ils rentrent dans mon cercle et mes valeurs, que je ne plus défendre.
    Sinon, ils font ce qu’ils veuleul de leur cul, leu bite, langues ou chattes, ça ne me regarde pas

     

  • blah blah blah

    « Une étude sur les gens pauvres et moins aisés montre qu’ils sont plus enclin vers la criminalité, violence, viols, etc. »

    Je suis sur que le résultat sera le même avec toutes ces études. Au final, il faudra un permis pour avoir des enfants.


  • Quand je pense qu’il y a pas mal de couples mariés qui ne peuvent pas avoir d’enfants, qui voudraient en adopter et qui ne le peuvent quasiment pas, tellement un enfant adoptable en France , c’est devenu rare (l’avortement y est pour beaucoup !) ... Là, ça va être pire, concurrence oblige !


  • gamin ca doit être bizarre d’imaginer son père se faire enculer par un autre gars ! Bizarre bizarre


Afficher les commentaires suivants