Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’horreur européenne, c’est aussi au Portugal

par Laurent Pinsolle, porte-parole de " Debout la République"

Pendant que la plus grande confusion règne en Grèce avec d’innombrables changements de scénarios, le Portugal souffre. The Economist a consacré un papier sur sa situation, guère reluisante depuis que le pays a décidé de se conformer aux commandements européens.

La grande régression sociale à Lisbonne

En effet, la situation du pays semble prendre la même direction que celle de la Grèce. Alors que Lisbonne avait réussi à sortir de la récession en 2010 avec une croissance d’un peu plus de 1%, le plan d’accompagnement du plan d’aide de 78 milliards d’euros aux créanciers du pays se paie cher d’un point de vue croissance, comme à Athènes. Le pays est retombé en récession puisque le PIB devrait reculer de 2% cette année et encore 3% l’année prochaine.

The Economist cite un syndicaliste qui avance une baisse cumulée de 27% du traitement des fonctionnaires, du fait de la baisse des traitements de base et de la suppression des bonus de Noël. Les Portugais semblent devoir affronter la même paupérisation accélérée que la Grèce. Et le problème est que cette austérité sauvage met en danger la réalisation du plan lui même car la baisse du PIB augmente le poids relatif de la dette et complique sérieusement l’équilibre des comptes publics.

L’impasse européenne

Quand on pense que les opposants à la sortie de la monnaie unique affirment péremptoirement que le retour aux monnaies nationales provoquerait une baisse du pouvoir d’achat ! Mais ce sont leurs cocktails indigestes qui provoquent une baisse sans précédent de la richesse des peuples européens. Bien sûr, une dévaluation renchérirait le prix des produits importés. Mais ici, leurs plans imbéciles réduisent l’ensemble du pouvoir d’achat dans des proportions beaucoup plus importante.

Bien sûr, les pays du Sud de l’Europe ne se révoltent pas encore contre cette Europe qui les torture car elle les a longtemps aidés. Mais, ainsi, elle montre un visage de plus en plus monstrueux et nul doute que les peuples finiront par comprendre qu’il y a une autre voie possible. Georges Papandréou semblait très justement vouloir demander à son peuple de s’exprimer sur le sujet mais une immense incertitude règne aujourd’hui sur ce qui va se passer en Grèce.

Mais qu’ont-ils fait à l’Europe ? Au départ, c’était une belle idée, généreuse, ouverte. Aujourd’hui, c’est un monstre sans la moindre humanité, prêt à appauvrir les peuples pour défendre une monnaie qui devait pourtant permettre davantage de prospérité. La monnaie est un moyen, pas une fin.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je ne sais plus sur quelle radio (France Info ?) j’ai entendu que beaucoup d’enfants tombaient d’inanition dans les cours d’école au Portugal...Il semblerait qu’en France, des gamins ne mangent guère davantage pour le repas de midi.


  • #61804
    le 06/11/2011 par Réveillez-vous
    L’horreur européenne, c’est aussi au Portugal

    Mais qu’ont-ils fait à l’Europe ? Au départ, c’était une belle idée, généreuse, ouverte



    Ce sont des bisounours ou des sombres cons à Debout la République ?
    Depuis le début il ne fallait pas être grand manitou pour savoir que cette Europe serait celle des banquiers et du grand capital !
    Si l’idée était si "belle" , si "généreuse" , les ordures qui nous vampirisent n’auraient pas INTERDIT à la majorité des peuples européens LE REFERENDUM


  • #62160

    C’était aussi l’Irlande dont on ne parle jamais ! Je m’interroge toujours sur la soudaine découverte au début du mois de novembre d’une erreur comptable en leur faveur de 3.6 milliards d’Euros sur leur dette suivie à quelques jours près de l’Allemagne où là l’erreur comptable était de 55.5 milliards d’Euros.