Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La Chine dévalue fortement le yuan pour la troisième fois

La Chine a abaissé jeudi de plus de 1% le taux de référence du yuan face au dollar, une forte réduction pour le troisième jour consécutif, accentuant de facto la dévaluation de sa monnaie, a annoncé l’opérateur national du marché des changes.

La banque centrale chinoise (PBOC) a ramené à 6,4010 yuans pour un dollar, contre 6,3306 yuans mercredi, le taux-pivot autour duquel le renminbi (autre nom du yuan) est autorisé à fluctuer, dans une fourchette quotidienne de 2% de part et d’autre.

C’est le troisième jour consécutif que l’institution réduit de façon drastique ce taux de référence, déjà abaissé de presque 2% mardi matin, puis d’environ 1,6% mercredi.

C’est la plus brutale dépréciation enregistrée par la monnaie chinoise depuis plus de deux décennies et la mise en place par Pékin du système de changes actuel.

Les annonces de la PBOC ont été considérées comme autant de dévaluations successives du yuan, même si la banque centrale s’en défend, assurant qu’il s’agit au contraire de rapprocher sa valeur des réalités du marché.

Cette soudaine dévaluation a été largement perçue comme un puissant effort de Pékin pour revigorer son commerce extérieur et stimuler une activité en plein ralentissement, et a intensifié brusquement les inquiétudes sur la santé vacillante de l’économie chinoise.

Cela a fait l’effet d’un coup de tonnerre, en pleine torpeur estivale, pour les places boursières mondiales et les marchés des matières premières, qui ont trébuché de concert, angoissés de voir caler un pays moteur de l’économie mondiale.

De son côté, la banque centrale avait assuré mardi qu’elle opérait simplement un "ajustement une fois pour toutes" de la façon de calculer le taux-pivot du yuan pour prendre davantage en compte les fluctuations du marché des changes.

Et que les dépréciations successives depuis mardi ne seraient que la conséquence de ce nouveau mécanisme.

Le nouveau taux de référence dévoilé mercredi était en-deçà du niveau atteint par la monnaie mercredi soir à l’issue des échanges, à 6,3870 yuans.

La Chine continue d’encadrer étroitement la convertibilité du yuan, mais en lui accordant un surcroît de flexibilité, la PBOC pourrait chercher à renforcer ses chances de lui faire intégrer le club fermé des grandes monnaies mondiales.

Pékin ambitionne ainsi d’obtenir son inclusion dans les Droits de tirage spéciaux (DTS), l’unité de compte du Fonds monétaire international actuellement composé de quatre devises (dollar, euro, livre et yen).

Mais une dépréciation prolongée et importante du yuan pourrait être à double tranchant, en encourageant les fuites de capitaux hors de Chine, en renchérissant le coût des importations du pays et en gonflant le poids des dettes en dollars des entreprises chinoises.

"Si c’est nécessaire, la banque centrale est pleinement capable de stabiliser le taux de change (du yuan) via des interventions directes sur le marché", a d’ailleurs affirmé un économiste de la PBOC, cité par la presse officielle.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J’ai acheté de l’argent au plus bas récemment, je suis déjà à +10% en 1 a 2 semaines !
    Currency Wars c’est la guerre des monnaies ou toutes sont perdantes ? ...

     

    • #1246124

      Oui c’est un Currency War, the Race to the Bottom.

      Une guerre des monnaies, la course vers le fond...

      Toutes les monnaies FIAT s’écroulent un jour ou l’autre, il n’y a que l’or, l’argent et peut-être récemment le Bitcoin qui sont des monnaies digne de ce nom...


    • Bitcoin Non !!! car c’est un système centralisé comme la pyramide de Ponzi, les premiers arrivés sont les premiers servis....

      Ucoin Oui !!! car c’est un système décentralisé grâce à la toile de confiance, pour plus d info TRM 2.178.....


    • #1246904

      @ Citizen qu’est-ce qu’il ne faut pas lire BTC un système centralisé en pyramide de ponzi...

      BTC est sans doute le plus décentralisé et libre des systèmes de paiements, il est conçu pour lutter contre l’inflation a long terme pour éviter que les épargnants se fassent ruinés par celle-ci, contrairement aux monnaies Fiat.

      Quand a la TRM je ne l’ai pas étudié, mais si est encore un truc inflationniste avec une création monétaire massive et centralisée ça marchera jamais personne n’achètera ça.

      Les gens aujourd’hui veulent des monnaies stables sans inflation qui rognent leur pouvoir d’achat. l’Or, l’Argent et les Cryptos répondent a ce besoin, pas les autres.


  • Les sacs Vuitton vont devenir inabordables à Pékin !

     

    • Ça dépend lesquels, tu pourras toujours en trouver à dix euros, à côté des Rolex à 15 euros. N’oublie pas qu’en acheter une avant tes cinquante ans te permet de ne pas rater ta vie (et vaut mieux la payer à ce prix qu’à 5000 boules).


  • il me semble qu’il y a quelques années, la Chine avait dû réévaluer sa monnaie sous pression des U.S.A. ; donc l’économie fait valoir ses droits face au politique. ce jeu des monnaies doit rendre fou les spécialistes du commerce extérieur à force de calculs en tous genres....
    mais cela veut dire que les investissements chinois se feront plus vers l’Europe que vers le USA trop chers.


  • #1246343
    le 14/08/2015 par Mauvaise nouvelle en apparence...
    La Chine dévalue fortement le yuan pour la troisième fois

    Avec la risque de déflation en zone euro, il n’est pas dit que le QE de la bce qui dure jusqu’en octobre 2016 suffise. Un deuxième pourrait être nécessaire pour revenir à 2% d’inflation. Donc bonne nouvelle.