Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Corée du Nord, cet ennemi de paille pour durcir le contrôle d’Internet

En dépit du bon sens et des dénégations de l’intéressée, les États-Unis affirment que la Corée du Nord est derrière le piratage de Sony Pictures, et que le pays devra en subir des conséquences. Mais lors d’une conférence de presse, le président américain a surtout profité de cette accusation pour demander un contrôle plus étroit de la sécurité sur Internet, critiquant le « Far West » actuel.

Qui peut croire une seule seconde après y avoir réfléchi une seule minute que la Corée du Nord est derrière le piratage des serveurs de Sony Pictures ? Comme le détaille Reflets, l’affirmation d’un rapport du FBI selon lequel la dictature communiste serait directement impliquée dans l’attaque subie par le studio de cinéma ne résiste pas à un examen sérieux des faits et des circonstances. S’il ne faut qu’un seul argument pour se convaincre que les Nord-coréens n’ont pas attaqué Sony pour le dissuader de sortir le film The Interview, il suffit de constater que la scène la plus contestée par le régime de Pyongyang a été piratée et mise en ligne.

Même en imaginant que la Corée du Nord serait à ce point déconnectée des réalités qu’elle en ignorerait l’effet Streisand qui accompagne désormais toute tentative de censure, il serait carrément idiot de sa part de pirater et diffuser elle-même ce qu’elle prétend faire disparaître.

C’est sans doute la conclusion à laquelle aurait dû lui-même aboutir Barack Obama lorsqu’il faisait remarquer vendredi lors d’une conférence de presse que "ça dit quelque chose d’intéressant sur la Corée du Nord qu’ils aient décidé de réaliser ce coup monté par un Etat, et de permettre une attaque contre un studio de cinéma à cause d’un film satirique". Si dépenser tant d’énergie et d’argent à un piratage qui n’aurait rien changé à la perception occidentale de la Corée du Nord est à ce point inimaginable, et ça l’est, c’est qu’il ne faut probablement pas l’imaginer et qu’il faut chercher une explication plus rationnelle, comme le veut la méthode bien connue du rasoir d’Ockham — d’autant que la Corée du Nord dément toute implication, et qu’elle n’a pas franchement de risque à prendre à assumer un piratage alors qu’elle subit déjà un embargo.

Lire la suite de l’article sur numerama.com

Sur la fabrication des ennemis à des fins politiques, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Piratage:Alstom.condamne à 7OO millions de dollars pour avoir soit disant donne des dessous de fable en Indonesie. BNP 1O milliards de dollars pour avoir travaille avec Cuba et le Soudan...... Peugeot oblige de fermer ses usines en Iran sur ordre des usa,bien sur les américains ont pris le marche........Qui sont les dictateurs ?.
    Le president de Total voulait travaille hors dollar disparu.
    pour finir tout mes respects au petit peuple courageux qui a fait plier plier les usa:Cuba

     

  • Je suis sûr que la bombe atomique Nord coréenne, c’est aussi du flan...


  • Meme sur LCI on ne parle plus du tout de la Corée du nord comme étant à l’origine du piratage, on parle d’une trahison interne à Sony . Obama va perdre la face .


  • Je crois qu’on parle de 11 To de données piratées... Est ce possible depuis la Corée du Nord ??


  • Encercler l’espace eurasiatique.

    - Un front ouest existe avec une Europe atlantiste qui cherche à sétendre jusqu’aux portes de la Russie.
    - Israël et les ingérences américaines cherchent à contrôler au sud de ce bloc eurasiatique le carrefour du Moyen-Orient, c’est à dire le nerf central Europe-Afrique-Asie.
    - L’épouvantail "Corée du Nord" est le pays idéal à déstabiliser pour justifier une attention militaire de la part de l’empire atlantiste sur le flanc droit du bloc eurasiatique.

    Une stratégie plutôt pragmatique qui devrait chercher à pousser les deux super-puissances de la région -la Chine et la Russie- vers une alliance résistante initiale quand qu’elles se verront acculées pour ensuite déboucher sur une trahison de l’une envers l’autre.