Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La République à l’agonie – Conférence de Marion Sigaut, Youssef Hindi et Pierre-Antoine Plaquevent à Nice

L’association Culture Populaire recevra Marion Sigaut, Youssef Hindi et Pierre-Antoine Plaquevent le samedi 2 février 2019 à 14h30 à Nice pour une conférence intitulée « La République à l’agonie, deux siècles d’imposture et de crises chroniques ».

 

Déclin de la monarchie, origine du concept moderne de « souveraineté », passage de l’universalisme républicain au globalisme : Marion Sigaut, Youssef Hindi et Pierre-Antoine Plaquevent mettront en perspective les revendications populaires à l’ère de la République.

 

Entrée : 10 euros

 

Renseignements, présentation et réservations (cliquez sur l’image) :

Bien préparer la conférence avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Cette conférence à Paris serait la bienvenue.


  • J’ai hâte que cette conférence sorte en vidéo.


  • Je suis inquiet de la tournure que prend cette situation pour le pays.

    Si nous observons les scénarios potentiels :

    1. Le mouvement est stoppé par la violence policière et judiciaire d’ici quelques mois.

    2. Le mouvement s’amplifie et se radicalise.

    Si le mouvement se radicalise alors :
    Soit le gouvernement capitule,
    Soit le gouvernement répond.

    Si le gouvernement répond, alors :
    Soit la réponse sera encore plus
    violente et la répression va être
    tellement visible que la
    radicalisation va être massive et
    imprévisible.
    Soit la réponse viendra de l’étranger et
    ce sera encore pire.

    Dans tous les scénarios de base, il est évident que si le gouvernement ne donne aucunes réponses positives sérieuses au mouvement, le pire est à venir. Il est à craindre que cette situation est à ses débuts.

    Les conséquences sur l’économie et les investissements de l’étranger sont catastrophiques à terme. Sans compter les répercussions sociales et les victimes à venir de parts et d’autres.

    Les solutions potentiels :

    1. Le gouvernement capitule 0-1
    2. Le gouvernement s’arrange avec ce
    mouvement 1-1
    3. Le gouvernement gagne 1-0

    Ce sont les 3 solutions, dans les 3 cas, il est essentiel pour la France que cela ne traîne pas sur la durée.

    J’ignore ce qui est le mieux pour le peuple, ce que je peux vous prédire sans faire une analyse de 50 pages, c’est que l’algorithme de base mise sur 85% de chances de probabilité que cette situation va continuer et empirer et déstabiliser le pays.

    Donc un conseil, suivez les instructions de survivalisme pour vous préparer à des pénuries locales des produits essentiels.

    À suivre...

     

    • En même temps, comme dirait l’autre, votre scénario du pire (pénuries de produits essentiels) pourrait être une voie, certes inconfortable, vers la libération.

      Imaginez que quand on a du mal à trouver à bouffer, certaines autorités en soient encore à criminaliser la quenelle ou à dépenser des millions pour que les LGBTIQ+ puissent défiler le cul à l’air dans les grandes artères de Paris. Que penserait la population ? Que cette caste est définitivement à gerber et à éliminer au plus vite.

      J’espère qu’on n’en arrivera pas là, mais le bon sens étant quand même une notion plus répandue dans le peuple que chez les "élites", tout comportement aberrant chez celles-ci en période de grande crise sera aussi leur condamnation à mort.