Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Suisse s’interroge sur le "suicide assisté"

Un moyen de régler le problème des dépenses de santé ?

L’association d’aide au suicide Exit, en Suisse alémanique, a mis sur pied, samedi, un groupe de travail qui sera chargée d’évaluer la possibilité de proposer ses services aux personnes âgées en bonne santé mais qui sont fatiguées de vivre. La commission part avec un préjugé favorable, qui se traduit par le simple fait qu’elle ait été désignée par les délégués de l’association.

 

« Trop tôt », commente la présidente d’Exit, Saskia Frei, dans un entretien avec l’agence ats. Elle voit l’affaire comme une discussion entre « puristes de l’autodétermination » et ceux qui s’en tiennent à la « pratique quotidienne » de l’aide à mourir qui, aux termes du cahier des charges de l’association, doit être réservée à ceux qui souffrent d’une maladie en phase terminale, ou de plusieurs pathologies invalidantes, en tenant compte également de « facteurs psycho-sociaux » qui pèsent sur la « qualité de vie ».

Selon Mme Frei, il faudrait à la fois l’accord d’une majorité parlementaire mais également d’une majorité de l’opinion pour opérer le virage vers un accès sans conditions au suicide assisté pour les personnes ayant atteint un certain âge. Trop choquante, sans doute, la revendication n’en fera pas moins l’objet d’une étude par des experts désignés sur l’instigation d’un comité de membres d’Exit âgés de plus de 70 ans.

 

Élargir le suicide assisté aux personnes âgées en bonne santé

Le simple fait d’ouvrir le débat est déjà une manière de le faire avancer. Pour faire court, on va vers une logique qui est déjà celle installée autour de l’avortement en France : d’abord soumis à des conditions multiples, puis libéralisé de plus en plus et enfin transformé en « droit fondamental » à peu près en même temps qu’on éliminait la condition de « détresse » de la femme.

En éliminant celle de maladie, de souffrances physiques ou psychologiques graves, c’est un peu la même chose qui se dessine en Suisse, même si les responsables d’Exit semblent vouloir freiner pour l’instant.

Comme aux Pays-Bas, où le débat est de plus en plus présent, certains cherchent donc à faire admettre au suicide les personnes « fatiguées de vivre », quitte à imposer une petite limite d’âge. La presse helvétique souligne :

« Exit Suisse alémanique s’est déjà engagé depuis plusieurs années pour faciliter l’accès au suicide assisté pour le troisième âge. Il s’agit désormais de détabouiser cette pratique. Aujourd’hui, un quart des accompagnements concerne des patients de plus de 75 ans ».

En donnant une plus grande visibilité à ce qui semble être une pratique qui s’installe déjà, avec une commission officiellement chargée d’y réfléchir – bénévolement mais avec un pécule de 50 000 francs suisses pour faciliter le travail – Exit soutient de fait le point de vue. Les résultats des travaux qui porteront sur la facilitation de l’accès au natrium-pentobarbital, le « médicament » de la mort, et ils seront présentés à la prochaine assemblée générale des membres d’Exit à Zurich l’an prochain. Seront abordés les aspects juridiques, éthiques et politiques de la mise à disposition de la drogue sur simple demande, sans diagnostic ni ordonnance. Le suicide pour tous !

Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

Demain, le suicide pour tous ? Voir sur E&R :

Logique de mort et libéralisme,
lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1755676

    En France l’hôpital maintient la personne en vie jusqu’à l’extrême limite, mais quand les antibiotiques et autres médicaments n’ont plus aucun effet les médecins comprennent qu’il est temps d’endormir le patient pour toujours et il passe de l’autre côté sans avoir souffert .

     

    • #1755722

      les médecins comprennent qu’il est temps d’endormir le patient pour toujours et il passe de l’autre côté sans avoir souffert .




      Cela s’appelle les soins palliatifs, pour les les cancéreux en phase terminale par exemple, avant le grand saut, à coups de seringue remplie de morphine.
      Sinon, une personne, si son seul défaut c’est d’être agée, le suicide assisté pour elle, c’est plutôt un homicide rebadgé.


    • #1755732
      le 28/06/2017 par envolées_des_incultes
      La Suisse s’interroge sur le "suicide assisté"

      En France, pour masquer l’incompétence des médecins et institutions de santé face à des pathologies que d’autres auraient su/pu soigner, certains préfèrent masquer la réalité en tuant les patients.
      "Allez hop ! Basta, ça me prend la tête, ça marche pas comme stipulé dans mon tableau de la sécu, c’est que ça doit être incurable. Rachida, vous préparerez une piquouse pour la 34 SVP, le monsieur est "prêt" à partir."
      .
      Je ne pense pas que cela soit uniquement une question de cout, de finance. C’est aussi une question d’ignorance, d’incompétence organisée, et de pouvoir.


    • #1755749

      " Quand la nature se met à s’en foutre on dirait qu’il n’y a plus de limite " (Docteur Destouches, "Voyage") .


    • #1755751

      Je ne vois pas trop le rapport entre ton commentaire et le sujet de l’article. Dans cet article on parle d’autorisé le suicide médicalement assisté de personnes âgées en bonne santé et non pas d’euthanasie de personnes mourantes. On est un degré au dessus dans l’horreur. Bientôt l’euthanasie des jeunes dépressifs, cela s’est déjà produit aux Pays-Bas où une femme a été euthanasiée à sa demande en raison d’une dépression nerveuse prétendument inguérissable.


  • #1755682

    Chemin dangereux...

    Premier pas vers le suicide assisté automatisé légalisé,
    pour tous les vieux devenus des poids coûteux ou malades et donc encombrants, inutiles et chers pour la société, que l’on va peut-être un jour éliminer systématiquement, ou les encourager à passer à l’acte, comme on prend une tablette pour le sommeil, "définitif" !!!...


  • #1755688

    Aujourd’hui soumise à la question, cette mesure sera bientôt étendue au monde occidental tout entier. Le système, très intelligemment, liquide ce qui reste du socialisme pour mettre en place une gestion managériale des nations...l’homme étant une marchandise comme une autre, il est normal dés lors de lui attribuer une date de péremption...


  • #1755698

    Heureusement chez nous c’est quasiment l’inverse, on a les soins palliatifs ! Tu meurs quand même, de manière épouvantable aussi, mais plus tard. J’ai dit un truc qu’il fallait pas ?


  • #1755699

    "la mise à disposition de la drogue sur simple demande, sans diagnostic ni ordonnance". Je ne sais pas comment le médicament se présente mais si c’est en poudre, il faudrait le conditionner dans des bagues (plus pratique à administrer, dans le verre de celui ou celle qu’on n’aime pas ou plus).


  • #1755704

    Comme pour l’avortement chastement rebaptisé I.V.G, acronyme utilisé pudiquement pour masquer qu’il s’agit d’un avortement mais légal ! Ça commence par du thérapeutique, ensuite ça se généralise au lieu et place de la contraception et d’une désinformation sexuelle permanente.

    Ainsi, ce suicide pour tous ! Ils inaugurent par du volontaire jusqu’au jour ils décideront qui sera suicidé volontairement : on vous y poussera au suicide par toutes sortes de moyens avec leur casuistique habituelle !

    Tout le programme est déjà dans leur dénomination EXIT !

    Pourquoi certains vieux se ressentent-ils inutiles ? Si ce n’est dans l’impossibilité de transmettre leurs savoirs-faire, leurs expériences auprès des générations plus jeunes parce que délibérément les choix de société faits par des mentors comme Attali auprès des gouvernements successifs est de supprimer la transmission de la mémoire des anciens, tout en réduisant le montant des pensions à une peau de chagrin. Les maisons de retraite ne sont-ils pas des mouroirs ? Et de l’école maternelle au lycée, si vous n’avez pas de grand-parents vivants, vous pouvez ne pas avoir côtoyer ni vieux, ni vieille ? Ces termes ne sont pas péjoratifs chez les kabyles bien au contraire ....

    C’est tout bénef pour l’État d’autant que la culture de mort donc satanique dans laquelle nous baignons encourage de telles pratiques (suicides, drogues, antidépresseurs et abus de médocs, avortements, vaccins, .) en faisant une promotion subtile, subversive dans les médias.

    De toute évidence, un objectif eugénique non avoué de dépopulation terrestre étaie ces pratiques en voie de légalisation.

    N’ont-ils pas « pris soin » de réunir les conditions matérielles d’un désastre et d’un chaos écologique pour régner sans partage sur le monde en visant sa dépopulation dont les guerres sont font aussi partie du programme ?

    Les improductifs EXIT ! Ça fait du monde 99 % de la population mondiale !

    La Terre promise à qui vous savez ?

    Évidemment, l’Église de Vatican II est muette ou très discrète sur ces sujets vu qu’ils sont aussi complices par leur silence et renoncement à la Doctrine sociale de l’Église et au Salut des âmes.

    Viendra-t-il le jour où nous n’aurons plus le shoa comme vieux goy de 85 piges et qu’on nous proposera Soleil Vert* ?

    *Soleil vert (Soylent Green) est un film d’anticipation américain réalisé par Richard Fleischer, sorti en 1973. L’action se déroule en 2022, encore 5 ans ... :)

     

  • #1755709

    Nous allons enfin pouvoir déguiser nos crimes en suicides sans être inquités par la justice !


  • #1755719
    le 28/06/2017 par H. K. Daghlian
    La Suisse s’interroge sur le "suicide assisté"

    L’idéal serait d’arriver à créer des êtres humains qui naissent avec un corps de 25 ans, qui ne se reproduisent pas, qui durent un certain temps puis qui se bio-dégradent automatiquement passé la date limite d’asservissement.
    Juste par curiosité : peut-on parler de suicide assisté dans le cas du policier qui enquêtait sur l’attentat de charlie hebdo ? Deux balles dans la tête c’est beaucoup plus rapide et économique qu’une suite de cachetons non ?... ah merde, il faut que les grosses boites puissent en profiter aussi.


  • #1755728
    le 28/06/2017 par nouveau monde
    La Suisse s’interroge sur le "suicide assisté"

    je pense que cette fonction de mort assisté, sera intégrée, ou recevra un Update (le Terminator-Ondes) en temps voulu, dans les futurs puces RFID obligatoires, qui sont chargé de nous faciliter la vie, dans tous les domaines et de penser à tout pour nous !

    Big-Brother sélectionnera alors l’état physique et mental de chacun s’occupera de tout naturellement, en fonction des données recueillies...

    La mort assistée, instantanée sans douleur, par ondes qui tuent...


  • #1755737

    La Suisse est très en avance sur la liquidation des "vieux". Ado dans les années 80, j’étais déjà choquée au lycée de mes camarades 100 % helvètes qui parlaient avec dédain des personnes âgées de leurs familles. Alors que dire aujourd’hui ! Et normal que les personnes âgées n’aient plus envie de vivre, reléguées dans ces homes d’une tristesse indicible. Peut-être que le personnel s’en occupe bien, mais quel est le message lorsqu’une famille envoie ses vieux au mouroir ! Ma grand-mère a vécu jusqu’à 96 ans chez elle et en famille, et elle en redemandait !

     

    • #1755788
      le 28/06/2017 par Clyde Barrow
      La Suisse s’interroge sur le "suicide assisté"

      Déjà y a pas de "lycée"en Suisse (à part les écoles françaises) !
      Sauf si vous avez étudié au 19éme siècle, je vous mets au défi de trouver une école en Suisse avec 100% d’helvètes, trouvez en déjà une avec 10% de suisses à Genève et ce sera un exploit !
      Aux vues des 2 premières affirmations foireuses de votre commentaire, je me permets de douter de la pertinence de son entier, et par là même, de me dire que j’ai encore a faire à une personne qui veut se faire "mousser" en écrivant n’importe quoi sur un sujet qu’elle ne maitrise pas !
      Bien à vous !
      Signé : un Suisse qui ne veut pas tuer ses grands parents (et oui ça existe !)


    • #1755844

      D’accord avec vous, Clyde Barrow !
      Je suis scandalisée de la place que se permet de prendre cette "association Exit" en Suisse. Avec eux, on s’approche de "Soleil vert" à grands pas. D’ailleurs, ils sont actuellement en procès avec les deux frères d’un de leur "client" qui accusent l’association de non-assistance à personne en danger : au lieu de proposer de l’aide psychologique à leur frère gravement déprimé, ils lui ont proposé leur potion de mort !
      Il y a dans la tradition suisse une coutume bien plus encourageante : je veux parler du Stöckli (prononcer "chteukrli"). Dans les fermes suisses, à quelques mètres du corps de ferme principal on construit une espèce de maison miniature aux multiples fonctions : cave, grenier, fournil ET logement des aînés. Ainsi, il suffit aux anciens de traverser la cour pour venir à la table familiale mais sans que leur présence continue dans le logement de la génération en charge du domaine ne vienne créer des tensions. Pour moi c’est cela l’avenir vraiment humain : l’habitat multigénérationnel fait de logements de différents types et tailles dont la proximité permet l’entraide (par exemple, les "jeunes" grands-parents gardent les petits enfants, plus tard ils sont aidés par le reste de la famille, etc).
      Toutefois, il faut noter que la génération née dans les années 1920-1940 n’est pas forcément prête à entrer dans ce genre de projet : ils ont vécu les 30 glorieuses et l’avènement de l’individualisme et n’ont pas été préparés à accepter de se faire aider. Je parle d’expérience.


    • #1755867

      @ Clyde Barrow : Ne vous en déplaise, j’étais bien au "Lycée Ste-Croix de Fribourg", qui s’appelle depuis "Collège", où nous étions en section latine, ce qui correspond aujourd’hui en "pré-gymnasiale". Ce sont vos jugements qui sont à revoir ! Et dans ma classe à ce moment-là, nous étions deux filles d’origine italienne et toutes les 19 autres étaient suisses à 100 %. Quelle mouche vous pique, je ne fais que souligner la mocheté de ne pas soutenir ses anciens !


    • #1755872
      le 28/06/2017 par Clyde Barrow
      La Suisse s’interroge sur le "suicide assisté"

      @guili guili
      Concernant Exit je suis partagé, quand la souffrance devient telle, faut il vraiment la prolonger ? J’ai travaillé en EMS et j’ai cotoyé de tout, des gens heureux mais aussi des gens qui souffraient énormément.
      Franchement je n’ai pas de réponse pour les autres, mais dans mon cas si j’en arrivais à un niveau de souffrance insupportable sans espoir d’amélioration, j’aimerais bien que l’on m’aide à partir dignement.
      Je suis conscient des risques d’abus et le fait d’institualiser la mort me dérange, donc je suis plutot contre, mais accepte certaines exceptions...


    • #1755900
      le 28/06/2017 par Clyde Barrow
      La Suisse s’interroge sur le "suicide assisté"

      @Giustizia
      Et vous, vous trouvez pertinente quand vous ecrivez que LES suisses veulent se débarasser de leurs parents ?
      Si vous faisiez preuve d’un minimum d’objectivité vous feriez déjà la nuance entre ville et campagne, et avec un peu d’honéteté intellectuelle vous arriveriez à comprendre que quand on habite un petit appartement il est difficile d’acceuillir ses parents.
      Quand au pourcentage de suisse dans votre école, il faut remonter au minimum au début du XXème siécle pour trouver 90% de 100% suisses dans une classe.
      Et même si cela doit ébranler vos certitudes, et au risque de me répéter, je vous le redit je suis suisse (pas vraiment à 100% j’ai une arrière grand mère d’origine italienne, désolé !) et n’ai pas envie de tuer des personnes agées...et je leur ai même consacré une période de ma vie en travaillant en EMS


    • #1755938

      @ Clyde Barrow : arrêtez de vous sentir visé, tant mieux si vous êtes honnête avec vos anciens. Cet article parle de la Suisse en général pour ce phénomène de Exit. J’ai dit que j’étais ado dans les années 80, donc lisez avant de vous emporter. Et oui nous étions 2 seules étrangères sur 21 de la classe ! Faut vous relaxer là car ça devient fatigant !


    • #1756029

      @ Clyde Barrow
      Dans presque tous les cas, les spécialistes en soins palliatifs réussissent à maîtriser la douleur. Le problème c’est qu’on ne fait pas assez souvent appel à eux.
      C’est aussi une question de croyance. Un suicide, même dans ces circonstances, reste un suicide. J’ai beaucoup lu les récits des personnes ayant vécu des expériences de mort imminente et un des principaux enseignements qu’ils tirent de leur expérience est que le suicide n’est JAMAIS une solution. Et ce n’est peut-être pas un hasard si les traditions considèrent le suicide comme un des péchés les plus graves, puisque c’est l’assassinat de la personne au monde dont vous êtes le plus responsable : vous-même.


  • #1755748

    On devrait plutôt leur payer le bobinard.
    Au delà de 75 ans gratos et remboursé par la sécu.
    Papy aurait vraiment envie de vivre.


  • #1755750
    le 28/06/2017 par Pépé le Moko
    La Suisse s’interroge sur le "suicide assisté"

    Assisté ou pas , quand on se suicide , on devient un fantôme !!!

     

    • #1755947

      Déjà nos organes ne nous appartiennent plus.
      On est des paquets d’organes ambulants.
      Ils ont notre silhouette avec les organes en pointillés et leur prix.
      Alors évidemment il faut pas fumer, pas boire, pas manger gras, si possible pas de viande est l’idéal... etc.


    • #1756076
      le 28/06/2017 par Pépé le Moko
      La Suisse s’interroge sur le "suicide assisté"

      Sans viande est une bonne idée , le gras ça vient des produits laitiers ( beurre clarifié, fromage etc ... )


  • #1755756

    Je suis tombée recemment sur un film chez des amis qui ont Canal + : "Avant toi".
    Résumé : un jeune très riche et pratiquant des sports extrêmes se trouve tétraplégique après un accident. Il vit dans un environnement splendide à tout matériellement et surtout l’amour d’une jeune fille qu’il aime aussi. Mais son but c’est de se faire suicider en Suisse. Elle essaie de l’en dissuader , mais rien a faire au clap final ils sont tous dans la chambre en Suisse à lui dire au revoir avant qu’il se fasse piquer. C’est cela notre avenir ?

     

    • #1755793

      Attention, le film en question est une grosse daube, il faut lire le roman d’origine, c est beaucoup plus subtile et profond, ceci dit la question de fond reste la même !

      Et le gros risque, in fine, c’est que les fous (et leurs descendances tout aussi cinglé) qui souhaitent que la terre n est plus que 500 millions d’individus esclaves, risquent dans un siecle ou deux - si on les laisse faire - d’y arriver sans que personne n’y trouve plus rien à redire ...

      Mais au fait il a quel age notre Attali national ?????


  • #1755760

    On peut imaginer qu’une fois que ce suicide assisté, tel qu’il est présenté, sera légalisé, banalisé, on commencera à évoquer la possibilité de l’étendre aux gens déprimés qui n’ont plus envie de vivre.
    Les gens sains d’esprit étant les plus inadaptés au "système" ils sont aussi les plus déprimés de la société. Finalement ça peut permettre de dégager les improductifs voir les contestataires potentiels.


  • #1755776
    le 28/06/2017 par correia isabelle
    La Suisse s’interroge sur le "suicide assisté"

    aujourd’hui les personnes âgées " fatiguées de vivre" et demain à qui le tour ?


  • #1755843

    Attali nous l’avait bien promis !


  • #1755845

    Bonjour,
    je me rappelle d’une conversation avec mes parents en retraite à propos de l’exemple Belge. Je précise qu’ils croient ce que leur dit leur télé .... ils étaient déjà en début à trouver l’initiative interressante...Moi pas ... je leur ai demandé s’ils trouveraient interressant que mon jeune frère ou moi-même, après une rupture amoureuse rendant inconsolable, fassions une demande de suicide assisté....Ouf : ça leurs posait problème !


  • #1755879

    Sous des prétextes humanitaires, le but non avoué est l’économie au niveau des caisses de retraites.
    J’ai assisté à une chose ignoble, il y a 5 ans.
    Un ami atteint d’un cancer, avait envisagé, une mort assistée en cas de souffrances intolérables et il en avait parlé aux médecins.
    Ensuite j’ai assisté à plusieurs visites d’un médecin accompagné d’un psy qui trouvaient que le moment était venu.
    La question de la fin de vie était alors posée à la famille et non plus au patient alors que celui-ci ne souffrait pas encore, avait toute sa tête et envie de continuer à vivre.
    On est dans l’ignoble le plus absolu, lorsque le corps médical se transforme en faucheuse, au service du fric.


  • #1755923

    prochaine etape : determiner qui est "fatigue de vivre".
    mais les criteres restent volontairement souple, tres tres souple...


  • #1755951
    le 28/06/2017 par Le malicieux
    La Suisse s’interroge sur le "suicide assisté"

    Bienvenue a gattaca ...


  • #1755989

    Soylent Green ?


  • #1756327

    Toujours ces faux problèmes ou problèmes mal posés.
    le vrai problème est : pourquoi nos vieux sont devenus inutiles car l’élimination de l’inutile est le propre d’une société bien gérée.
    et ce n’est pas le capitalisme qui l’a initié, les sociétés traditionnelles ont déjà eu ce problème, quand un vieux en fin de vie ne se sent plus utile et devient un poids pour son clan (alors qu’il est membre à part entière de la communauté) il choisit de quitter le clan pour aller mourir seul. (le cas des inuits est fort éloquent (la nourriture étant rare, l’ancien en fin de vie se sacrifie pour le bien général)
    donc le problème est avant tout un problème culturel et non exclusivement économique (le fait que l’ultralibéralisme qui en arrive à la solution finale pour des raisons purement économiques, ne ment pas en affirmant que les vieux sont inutiles. mais il élude la vraie question : pourquoi le sont-ils devenus
    Or s’ils sont un coût économique sans contrepartie, c’est justement parce que nos sociétés tournées vers "l’avenir et le progrès" n’ont plus de place pour les anciens qui du coup deviennent inutiles pour la société (et même pour les familles le plus souvent maintenant).
    Faites un tour dans les hospices ou maisons de retraite, ce sont des mouroirs infantilisants


Commentaires suivants