Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La communauté juive s’indigne : des statues célèbrent des "nationalistes antisémites" en Russie

Au grand désarroi des nombreuses victimes, les Russes ravivent un culte nostalgique pour le tsar renversé et d’autres nationalistes antisémites d’une autre époque.

 

 

Depuis que l’on a renversé les statues de Joseph Staline, les Russes de l’ère post-soviétique se sont mis, au cours des récentes années, à construire des monuments pour un héros national différent : le Tsar Nicolas II, le dernier empereur de l’Empire russe.

Plus de 25 sanctuaires honorant Nicolas II ont été érigés depuis la fin de l’Union soviétique en 1991.

Canonisé et considéré comme un martyr par l’Église orthodoxe russe il y a sept ans, le tsar a été représenté en pierre avec un ange qui le prend dans ses bras, descendant les marches de la chambre d’exécution, en compagnie de sa femme et de ses enfants bien aimés, ou simplement se dressant et couvert de médailles militaires, son épée à la main. Mais pour les juifs de Russie, le Tsar Nicolas II était loin d’être un monarque bien aimé.

Lors de son règne, les pogroms ont éclaté à travers tout l’Empire russe entraînant l’assassinat d’environ 3 000 juifs, selon Joshua Rubenstein, chercheur au Centre David pour les Études russes et eurasiennes à l’Université d’Harvard. Nicolas II n’a rien fait pour mettre un terme au bain de sang, a-t-il déclaré.

« C’est très dur pour nous d’accepter cette déification de Nicolas II. C’est totalement incompréhensible », a déclaré Rubenstein, ajoutant que même l’exécution du tsar par les Bolcheviks ne fait pas de lui un saint. « Cela ne justifie pas qu’il soit élevé au rang de saint ».

En plus d’avoir laissé les auteurs des pogroms tuer les juifs, le tsar russe a aussi refusé avec obstination d’accepter des réformes démocratiques, comme l’abolition de la Zone de Résidence, a expliqué Rubenstein.

« Il y avait des ministres qui préconisaient l’abolition de la Zone, mais [le tsar] n’était pas d’accord », a-t-il déclaré.

Le refus de Nicolas de mettre en place les réformes est l’un des facteurs qui a conduit à la révolution communiste, a souligné Rubenstein.

Lire la suite de l’article sur fr.timesofisrael.com

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 






Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • « C’est très dur pour nous d’accepter cette déification de Nicolas II. C’est totalement incompréhensible », a déclaré Rubenstein, ajoutant que même l’exécution du tsar par les Bolcheviks ne fait pas de lui un saint. « Cela ne justifie pas qu’il soit élevé au rang de saint ».

    En quoi la sanctification concerne ce juif puisqu’il n’est pas chrétien, par définition ? Est-ce que les chrétiens se mêlent de ce qui se passe dans la synagogue ?

    Quant aux pogroms, Rubinstein doit être de ceux qui pensent qu’ils n’étaient motivés par aucun méfait et éclataient par hasard. Je lui conseille la lecture de L’antisémitisme, son histoire et ses causes, de Bernard Lazare...

     

    Répondre à ce message

    • En quoi la sanctification concerne ce juif puisqu’il n’est pas chrétien, par définition ? Est-ce que les chrétiens se mêlent de ce qui se passe dans la synagogue ?




      Très juste. Vous remarquez (mais vous le savez mieux que moi) que c’est à peu près la même chose pour les catholiques avec notre cher Pie XII, un pape exceptionnel et pourtant tellement sali... S’il y a un peu d’honneur dans l’église conciliaire, il devrait être béatifié très prochainement. C’était l’un des souhaits de Benoit XVI apparemment.

       
  • #1901788
    Le 15 février à 21:13 par Pierre-Albert Espénel
    La communauté juive s’indigne : des statues célèbrent des "nationalistes (...)

    6000 ? Comme dirait Goldnadel : " ...de la petite bière ".

     

    Répondre à ce message

  • Le pogrom...
    C’est quand même le seul peuple que quand tu leur mets sur la gueule, ça a un nom...

     

    Répondre à ce message

  • Et quand est-ce que le Monde s’indignera du comportement antisémite envers le peuple de Palestine....

     

    Répondre à ce message

  • #1901853

    Vive le Tsar ! Vive la Grande et Sainte Russie ! Gloire à ses martyrs et ses héros !
    Visiblement une certaine communauté a été défaite en Russie et ne l’a toujours pas digéré ; ou comment une Révolution qu’elle avait pourtant initiée s’est retournée contre elle 20 ans après... D’ailleurs les statues du "Petit Père des Peuples" fleurissent à nouveau au moins autant que celles des tsars, ce qui n’a rien de scandaleux car au moins la Russie, contrairement à nous, a fait le choix d’assumer la totalité de son Histoire...
    En tout cas ces statues sont tellement belles qu’il y a de quoi en être jaloux ; ça nous changerait des plugs anaux et autres tas de merde qu’ils osent qualifier "d’art"...
    Pendant que certains peuples choisissent la boue, d’autres choisissent la grandeur ; inutile de préciser lesquels auront un avenir et lesquels n’en auront pas, à moins qu’il ne se passe quelque chose avant le naufrage final...

     

    Répondre à ce message

  • Nous verrons peut-être un jour (enfin) une belle statue de la famille martyre de Louis XVI (lui, Marie-Antoinette, Louis XVII) à la place de celle du bombardeur Churchill près du grand Palais. Notre Histoire reviendra, et la justice avec.

     

    Répondre à ce message

  • Donc des juifs se permettent de se scandaliser de la canonisation par l’Eglise orthodoxe russe du dernier Tzar, sans rien comprendre au passage ce que cela représente, car ce n’est en rien une "déification". L’autre jour tombant sur "Europe matin" l’émission de Jean-Pierre Cohen, Raphaël Enthoven s’étranglait d’indignation au sujet de la reconnaissance par l’Eglise catholique d’un miracle à Lourdes. Que ce gens soient en guerre permanente contre le Christ, les chrétiens et le christianisme, je peux le concevoir aisément. Ils ne sont pas les seuls d’ailleurs. Mais qu’ils aient au moins la décence de ne pas venir pleurnicher ensuite lorsqu’il se produit des retours de flammes. Ce qui peut facilement arriver lorsque l’on joue avec le feu de l’Enfer...

     

    Répondre à ce message

  • Hormis le contrôle bien connu exercé par cette communauté, la tendance lourde, par des individus et des associations visant à interdire ou modifier des aspects de l’histoire est le signe d’un affaissement culturel.
    En clair, je croise de plus en plus de personnes qui ouvrent leur grande gueule mais qui n’ont pas lu un livre depuis des années, qui n’ont ni éducation, ni culture, ni instruction, ni intelligence et qui vont partout agitant clochettes et murmurant mantras : "Discrimination ! Discriminations !"
    A part ça le dossier du judéo-bolchévisme et des dizaines de millions de morts torturés, exécutés est-il bien enseigné ? Les monuments aux morts sont-ils érigés ?

     

    Répondre à ce message

  • Je suis indigné de voir les politiciens français au dîner du crif... #laïcité

     

    Répondre à ce message

  • #1902859

    Ce n’est pas parce que pendant le règne du tsar il y eu des victimes juives parmi de milliers d’autres victimes pas juives, que le Tsar est à bannir ou bien est antisémite !
    Ce n’est pas parce que dans un pays il y a eu des victimes juives que le pays est lui-même responsable de ces victimes là. (Russie, France ; Pologne...)
    Ce n’est pas parce que des victimes sont juives, qu’elles ont la paternité de l’innocence sur d’autres victimes, par le fait d’être des victimes ; exemple en Cisjordanie occupée. En somme, ce n’est pas parce que une victime est juive qu’elle est plusss victime qu’une autre victime.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents