Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La "démocratie" aux États-Unis

Une image ternie par l’insécurité, la violence et l’implosion sociale

Les États-Unis, pays de l’insécurité chronique, de la peur et de la violence armée et institutionnalisée. Des dépêches quotidiennes font état de violences raciales, de fusillades, de rapts, de tueries, d’assassinats et d’incendies criminels. Des dizaines de personnes meurent tous les jours en raison de cette violence armée. Cette « démocratie » s’est transformée en un État policier dans lequel les forces de l’ordre ont le droit de tuer . Les événements des derniers mois tendent à le prouver.

 

À la fin de juillet, un policier blanc inculpé de meurtre pour la mort d’un Noir en Ohio. À la fin d’août, l’assassinat en direct d’une journaliste et de son collègue en Virginie. Huit personnes (cinq enfants et trois adultes) sont assassinées dans une résidence à Houston. Au même moment, la cérémonie de commémoration pour Michael Brown, un jeune noir assassiné par un policier blanc en août 2014, a tourné à la violence. Une fusillade a éclaté. Les policiers ont tiré sur un jeune homme qui s’est retrouvé dans un état critique. L’état d’urgence a été décrété à Tyrone au Missouri (Journal Le Devoir, 11 août 2015, p. B5). Le 26 septembre dernier un homme Noir en fauteuil roulant est abattu par la police dans la ville de Wilmington en Caroline du Nord. Le 1er octobre une dizaine de vies sont fauchées avec une quinzaine de blessés dans une tuerie dans l’Umpqua Community College, à Roseburg en Oregon, cette tragédie s’avérant la 45ème fusillade à se produire dans un établissement scolaire en 2015.

Ces dépêches quotidiennes font frémir. Aucun État n’est épargné. Les Étasuniens s’entretuent. Une véritable hécatombe qui s’avère le reflet d’un processus réel de décomposition sociale, elle-même amplifiée et aggravée par la circulation libre des armes à feu, la propagande haineuse et raciste et l’état de pauvreté dans lequel se retrouve une proportion de plus en plus importante de cette société. Cette entité nationale qui correspond aux États-Unis a développé un environnement marqué par l’insécurité pour la majorité des citoyens. Les règles non écrites de la « self-defence » sont suivies. Les meurtres deviennent une chose banale et ils se multiplient dans l’indifférence.

Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette situation d’insécurité chronique : L’augmentation de la pauvreté et son corollaire la marginalisation d’un nombre croissant de citoyens, l’augmentation du chômage, le recours obligé à des emplois précaires, des emplois qui ne permettent pas de répondre aux besoins essentiels. Ainsi, le vol devient une pratique répandue. Les règles de l’État de droit sont bafouées pour laisser place aux activités criminelles.

Dans ce bref exposé, le troisième de trois articles consacrés aux États-Unis, le premier concernant leur puissance militaire actuelle, les compressions budgétaires annoncées ainsi que le redéploiement de leurs installations, le second sur le processus de confinement des USA observés un peu partout dans le monde et le présent essai sur le processus de l’implosion sociale qui tend à s’accentuer à l’intérieur du territoire national et dans lequel nous ferons état de cette situation alarmante qui prévaut dans ce pays considéré encore par plusieurs comme un eldorado alors que l’augmentation générale du taux de pauvreté, avec comme toile de fonds l’effondrement de l’économie, a gravement affecté le tissu social au cours des dernières années.

 

I. La mort est au rendez-vous. De Columbine à Newtown, 13 tueries en 13 ans

« Chaque jour aux États-Unis, les armes à feu tuent plus de 30 personnes. Si la plupart sont des règlements de comptes entre criminels, des innocents périssent régulièrement dans des tueries de masse, comme ce fut le cas le 14 décembre 2012 à Newtown dans le Connecticut, où 26 personnes, dont 20 enfants, ont trouvé la mort » (20minutes.fr).

Voici les principales tueries qui ont marqué l’histoire récente des USA entre le 20 avril 1999 et le 14 décembre 2012 :

20 avril 1999 : Columbine, 13 morts. Deux adolescents lourdement armés sèment la mort dans le lycée Columbine de Littleton, dans le Colorado, tuant 13 lycéens, professeurs et membres du personnel administratif avant de se donner la mort.

29 juillet 1999 : Atlanta, 12 morts. Un homme tue neuf personnes dans deux sociétés de courtage d’Atlanta, en Georgie, après avoir semble-t-il tué sa femme et leurs deux enfants. Il se suicide cinq heures plus tard.

Octobre 2002, Washington D.C. : 10 morts. John Muhammad et Lee Malvo tirent au hasard de leurs pérégrinations dans Washington DC pendant plusieurs jours. Le bilan total est de dix morts.

16 avril 2007, Virginia Tech : 32 morts. Sur le campus de l’université de Virginia Tech, à Blacksburg, en Virginie, un étudiant sud-coréen tue 32 personnes avant de se suicider. C’est à ce jour la tuerie la plus meurtrière de l’histoire des États-Unis.

5 novembre 2009, Fort Hood : 13 morts. Un psychiatre de l’armée américaine, le commandant Nidal Malik Hasan, fait treize morts sur la base militaire de Fort-Hood, au Texas.

8 janvier 2011, Tucson : six morts. Un déséquilibré ouvre le feu en plein meeting électoral de Gabrielle Giffords, élue démocrate de l’Arizona au Congrès. Six personnes sont tuées et treize autres blessées, dont la députée.

2 avril 2012, Oakland : 7 morts. Un homme d’origine coréenne fait sept morts et trois blessés dans un collège chrétien d’Oakland.

20 juillet 2012, Aurora : 12 morts. James Holmes ouvre le feu dans un cinéma d’Aurora, dans la banlieue de Denver, Colorado, durant une projection du dernier Batman. Il tue 12 spectateurs et en blesse 58 autres.

5 août 2012, Oak Creek : 6 morts. Six personnes sont tuées lors d’un office dans un temple sikh d’Oak Creek, dans le Wisconsin. Le tireur est abattu par la police.

31 août 2012, New Jersey : 3 morts. Une fusillade fait trois morts, dont le tireur, dans un supermarché du New Jersey.

27 septembre 2012, Minneapolis : 5 morts. Un ancien employé licencié ouvre le feu dans son ancienne entreprise à Minneapolis, il tue cinq personnes avant de mettre fin à ses jours.

12 décembre 2012, Portland : 2 morts. A Happy Valley, dans la banlieue de Portland, Oregon, deux personnes sont tuées lorsqu’un individu ouvre le feu dans un centre commercial où les clients effectuaient leurs achats de Noël.

14 décembre 2012, Newtown : 26 morts. Une fusillade se produit dans une école élémentaire de Newtown, dans le Connecticut. Vingt-six personnes, dont 20 enfants, sont tuées. Le corps de l’auteur présumé a également été découvert dans le bâtiment. La police du Connecticut évoque un autre mort sur une scène de crime « secondaire ». (20minutes.fr).

Lire la suite de l’article sur mondialisation.ca

Les États-Unis, un pays producteur et exportateur de violence, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1292095
    le 14/10/2015 par La pythie
    La "démocratie" aux États-Unis

    Le nombre d’armes à feu n’est pas en cause : la Finlande, mais aussi le Canada et la Suisse, sont surarmés comparé à un pays comme la France. La différence, c’est que les richesses sont trés Inégalement réparties aux USA, et le niveau socio-culturel est en chute libre...les héros négatifs propagés par les séries tv et Hollywood ont fait le reste...


  • #1292145
    le 14/10/2015 par Fulcanelli
    La "démocratie" aux États-Unis

    Article qui aurait pu être plus lisible s’il était mieux écrit. Il souffre particulièrement de phrases à la syntaxe défectueuse. On y trouve aussi des mots fantaisistes.

    Et puis il y a cette perle : "Le journal de New York précise que les « extrémistes », non musulmans, ont effectué 19 attaques depuis le 11 Septembre..."

    Comme s’il n’y avait qu’un seul journal à New York ! De plus, aucune référence au journal en question n’est offerte au lecteur.

    Ceci dit, on sait bien entendu que les Etats-Unis sont un pays dont le processus d’effondrement est bien en marche et que ce n’est qu’une question de temps, si aucune mesure n’est prise, avant que ce processus ne soit irréversible, car plus le temps passe, plus les effets d’érosion deviennent cumulatifs et mutuellement renforçants.

     

    • #1292512
      le 14/10/2015 par toto la ciboulette
      La "démocratie" aux États-Unis

      Attention sur mondialisation.ca, les textes sont souvent traduits par des traducteurs automatique et mal relus ensuite.

      Cela donne des incohérence de langage


  • #1292290
    le 14/10/2015 par Nettoyeur
    La "démocratie" aux États-Unis

    "Les meurtres deviennent une chose banale et ils se multiplient dans l’indifférence."
    Au sein même de son territoire aussi bien qu’à l’extérieur ! Ce "peuple" est une calamité !
    Avec seulement 250 ans d’existence, ils ont créer plus de guerres que quiconque !
    Cette société est malade. La preuve, même entre eux ils s’entretuent.
    Ce sont les seuls à envahir des pays entiers, à y décréter ce qui est "juste" ou non, peu importe le coup en vies humaines. Ce sont les seuls à avoir utiliser des bombes nucléaires, c’est aussi bon à rappeler je crois. A combattre au plus vite.
    Je leur souhaite l’effondrement de leur économie voir même le déclin total d’un empire devenu dangereux pour lui même comme pour l’humanité.
    Comme l’histoire à pu l’écrire avec d’autres empires qui se croyaient indestructible et qui ont malgré tout disparu. La vie est un éternel recommencement.
    C’est un peu triste à dire mais je crois que le monde s’en porterait bien mieux.

     

    • #1292473
      le 14/10/2015 par VORONINE
      La "démocratie" aux États-Unis

      L’erreur de cet article est d’attribuer la violence à l’effondrement économique .La violence est inhérente à ce pays , à ses lois et à son histoire . Il s’est bati sur le mensonge, la tromperie , le vol, le crime et la spoliation , l’exploitation des plus fragiles . Toute leur geste, racontée par leur folklore n’est qu’un massacre : de la nature, de la faune, des peuples primitifs, des nouveaux arrivants, et maintenant des autres peuples de la planète .Ils n’ont aucune morale , et n’ont qu’une finalité : la domination . J’ai une partie importante de ma famille aux USA , et pour les gens de ma génération , qui ont connu les GI’S, le western, le chewing gum , le chocolat au lait , ils étaient le modèle .Ils nous ont enfumés !J’espère que pour le bonheur et la paix du monde , ils vont s’effondrer .


  • #1292318
    le 14/10/2015 par hunter
    La "démocratie" aux États-Unis

    Salut à tous !

    Article que je vais relire précisément ( lu en diagonale), mais sujet en fait logique : comme le dit un camarade plus haut, richesses absolument pas réparties, hausse de la pauvreté de l’inemployabilité (voir les vidéos de O.Delamarche), société de la concurrence absolue, de la "guerre de tous contre tous", de la déculturation généralisée, et tant d’autres symptômes qui peuvent faire l’objet de bouquins entiers, de thèses, etc, etc.....
    Comme le dit aussi un camarade, c’est un pays en déliquescence, et étant donné le nombres de guns qui circulent, le jour où les exclus du système vont s’énerver (et ils ont des armes), ça risque de faire un sacré foin !
    L’observation de la situation sociale prouve qu’un tel système où un très petit nombre, s’approprie ressources et richesses, sans un minimum décent de redistribution ( les foods stamps, ce n’est pas décent), ne peut perdurer longtemps, à moins de tourner au pur totalitarisme armé, où les forces de défense du pays n’en viennent plus qu’à officier pour la protection de la minorité dominante, et l’essentiel de leur mission est alors de terroriser et éliminer un maximum de "sans-dents", pour qu’ils mettent un terme à toute éventuelle revendication.
    Ce schéma peut aussi être envisagé dans notre pays, plus largement aussi en Europe.
    Pour ce qui concerne la France, la venue au pouvoir d’un M.V par exemple, pourrait conduire à un tel retournement des forces armées contre les citoyens..si toutefois ces derniers acceptent de massacrer leurs semblables, pour protéger M.V et ses potes, éternellement attaché à ...biiip....Quand même !

    Adishatz

    H/


  • #1292420
    le 14/10/2015 par Eric
    La "démocratie" aux États-Unis

    "... une hostilité envers le gouvernement tel que le mouvement « citoyen souverain », qui nie la légitimité de la plupart des lois."

    Les lois sont effectivement illégitimes puisqu’elles sont votées uniquement par l’oligarchie.