Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La guerre entre l’Iran et l’Occident a déjà commencé

The Daily Beast évoque un faisceau d’incidents impliquant l’Iran qui ont eu lieu depuis peu :

- Le virus Stuxnet qui a infecté des milliers de systèmes informatiques en Iran, dont ceux de l’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz ;

- L’explosion d’octobre dernier dans une usine de missiles de Shahab le 14 novembre dernier ;

- Le meurtre de 3 scientifiques iraniens sur les 3 dernières années ;

- La tentative d’assassinat de Fereydoun Abbasi-Davan, un des responsables du programme nucléaire iranien le 29 novembre dernier ;

- Les rumeurs d’un nouveau super-virus qui sévirait sur les systèmes informatiques iraniens.

Pour le site américain, une guerre latente a déjà commencé entre l’Iran et les Occidentaux, et elle est en train de prendre de l’ampleur. Les derniers évènements, notamment la crise diplomatique récente à l’égard d’un étrange complot présumé pour assassiner l’ambassadeur saoudien, la capture récente de plusieurs agents de la CIA en Iran, ainsi que les récentes affirmations de Téhéran selon lesquelles l’Iran aurait abattu un drone américain à l’Est du Pays, laissent à penser à une accélération des évènements.

Le Daily Telegraph rapporte que les Gardes Révolutionnaires iraniens se préparent à un conflit armé, suite à la montée en pression internationale qui a fait suite à l’émission du rapport de l’Agence Atomique Internationale, qui a fourni des preuves de la préparation d’armes nucléaires.

Le gouvernement iranien craint que le pays fasse l’objet d’attaques coordonnées de différents pays occidentaux qui chercheraient à détruire ses sites d’infrastructure nucléaire. l’Ayatollah Ali Khamenei a donné ordre au pays de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger le régime. Les Gardes révolutionnaires procèderaient à l’éparpillement de l’arsenal de missiles longue portée sur plusieurs sites secrets où ils pourraient être protégés d’éventuelles attaques aériennes.

« Cela ressemble à une forme de guerre du 21ème siècle, estime Patrick Clawson, qui dirige un think tank nommé Washington Institute for Near East Policy dans le Los Angeles Times. « Il semble qu’il y ait une campagne d’assassinats, une cyber-guerre, aussi bien qu’une campagne de sabotages qui n’est qu’à moitié reconnue ».

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ajoutons le fourbi autour de l’ambassade du Royaume-Uni.

    Des escarmouches du harvellement, mais il faut trouver le motif qui pourrait revetir moralement le casus belli.

    En toute bonne démocratie il y a une sorte de "frappe moi et je fais un malheur !".