Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La mainmise de l’industrie pharmaceutique sur la médecine

Contrairement à ce qu’affirme l’AP-HP, la véritable raison de la fermeture du service de Nicole Delépine n’est pas son départ en retraite.

Le service d’oncologie pédiatrique de l’hôpital de Garches a fermé ses portes le 7 août 2014, sur décision de l’AP-HP. Cette décision a fait suite à des années de résistance de sa responsable Nicole Delépine et des parents de ses jeunes patients. Pour ces derniers, les soins dispensés dans cette unité se distinguaient par leur efficacité réelle.

La fermeture du service, la brutalité sans précédent de l’administration pour la réaliser ne peuvent s’expliquer par des raisons liées au service. Il a fonctionné pendant plus de trente ans sans aucune plainte de malades. Ses résultats médicaux étaient excellents, sa réputation internationale solide, il rapportait près d’un million d’euros net par an à l’AP-HP. La raison invoquée, la retraite de sa responsable, n’est pas crédible. Ce ne serait pas la première fois qu’on profite d’un départ pour éliminer une unité ou récupérer les moyens, mais ce n’est jamais qu’un leurre. Ferme-t-on un hôpital lorsque le directeur prend sa retraite ?

Ce service a été fermé parce qu’il fallait « punir » sa responsable et son équipe d’avoir donné l’alerte sur la dérive des essais thérapeutiques et le caractère antidémocratique du plan cancer. Ces dénonciations menacent le business juteux des essais et les profits considérables des big pharma qui en résultent. Cette fermeture s’inscrit dans la tradition des Romains de couper la tête des oiseaux de mauvais augure, et de l’administration française d’écarter les donneurs d’alerte au lieu de les entendre ! Le licenciement d’André Cicolella (1) pour avoir dénoncé les dangers des éthers de glycol fut exemplaire.

Lire la suite de l’article sur maveritesur.com

Voir aussi, sur E&R :

Découvrir la méthode de prévention du cancer du docteur Gernez
avec Kontre Kulture :

Sur les rapports de la médecine à l’argent, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Sanofi : capitalisation boursière : 110 milliards d’euros, donc première entreprise française devant Total (106 milliards) . Proportion effarante des médicaments jetés, et les français se targuant - bien à tort - d’etre les premiers consommateurs mondiaux de médocs . Là dessous bien sur il doit y avoir arnaques sur arnaques, du genre Médiator, ententes dégueulasses et intéressées entre les "pouvoirs publics" et les milliardaires du secteur . Impossible de faire tant de fric autrement . Au passage Warren Buffet avait le nez creux quand il a décidé, il y a quelques années (en 2006), d’investir dans l’entreprise dont il possède 2% du capital .


  • Nicole Delépine est une "goya" particulièrement brillante, que voici un exemple facheux ! Seuls les "élus" doivent etre "brillants"... (Vous me voyez un peu prévenu...)


  • Moins vous achèterez de médocs mieux vous vous porterez, et vous aurez en plus la satisfaction de "faire un doigt" à cette bande d’escrocs et d’empoisonneurs .


  • #999905

    D’où le néologisme ô combien révélateur « La patientèle » = patients-clients.


  • Le mal est tellement profond... de vrais medecins qui soignent sont radie de l’ordre. La medecine chinoise est attaque... je connais un peu le domaine est ca fait froid dans le dos de voir que meme dans la dissidence la gravite du probleme est sous estime.

     

  • Qui ouvre vraiment les yeux sur un tel état de fait, avéré depuis longtemps ? Et qu’en tire-t-on comme conséquences pratiques au quotidien ? Voilà des questions à se poser.

     

    • ouvrir les yeux ?
      mais il y a 40 ans que des trucs comme le bilderberg sont connus , mais en parler à soon entourage et voila que l’entourage te désigne à demies mots de complotiste...
      et pourtant tf1 (il y a 40 ans de cela ) en parlait en des termes pour le moins "space".

      beaucoup de gens ne veulent tout simplement pas ouvrir les yeux alors que tout est là à portée de "clics"..

      http://rutube.ru/video/16d8a0a25265...


  • Oui, le problème est largement sous-estimé, je vous le dis....


  • Bonjour a tous.Je souhaiterai sincerement etre publie même si les accents sont absents de mon texte(clavier de tel).J’ai fais des etudes de medecine.Je peux vous assurer que les labos pharmaceutiques recuperent les praticiens de la sante des le debut de la formation.Des etres humains,fragiles,qui sacrifient leur jeunesse pour les etudes et les beuveries.Manipulables et immatures(faut voir les delires des "faluchards") a souhait,on leur offre des stylos,des etuis d’ordinateurs,des gadgets bidons,des fois des i pod.Les etudiants se jettent sur ces cadeaux de pacotille comme des rapaces.Je l’ai vu de mes yeux.Notre formation universitaire de sante va mal,je le sais,j’ai fais les frais de ces organisation qui ont un pied dans la franc-maconnerie.J’ai abandonne mes etudes parce que je porte en moi la dissidence et l’insoumission a une quelconque corporation sectariste.Maintenant j’ai 26ans et aucun diplôme,je vais probablement apprendre un metier ou je pourrais enfin me sentir viril et utile aux autres.Je pourrais pas me targuer d’etre "docteur"mais je prefere ca que participer a ce massacre.Le drame de la femme-anesthesiste(soit l’equivalent du pdg du bloc operatoire)a Orthez n’est que la partie immerge de l’iceberg.Ca se passe tous les jours dans nos hopitaux.Quand on veut faire un metier pour du fric,on prefere les gentils labos et on se fout de la mort,la maladie,la vieillesse et la souffrance qui nous font face chaque jour.Paix a leurs ames.Vive Soral !Vive la France !Travail..Famille..Patrie..Liberte..égalité.. fraternite ,voilà un vrai programme politique.Tout les francais quelquesoit leurs ages,leurs infirmites,leurs confessions religieuses y ont droit.Paix sur vous,amis E&R.

     

    • @goypride Salut camarade...tu as raison sur toute la ligne,à vingt six ans,trouve toi un artisan maçon par-exemple,tu travailleras avec tes mains,au grand-air,les tâches varient,les outils aussi,si on cherche un équilibre,c’est dans cette direction qu’un sujet masculin doit aller (tu dors comme un bébé après un chantier,ça c’est une certitude et ça induit donc un certain nombre de choses...un employé de bureau,le cul sur une chaise,devant un écran toute la journée,criblé de crédits,il lui faut une pharmacie de nuit pour dormir)... bien à toi...Féthi


    • @Goy-Pride, ton message est MAGNIFIQUE, et au vu de ce que tu as sous le capot, je ne me fait pas de soucis pour toi ! à 25 ans j’avais une énergie de dingue, mais pas l’info ! Ma hargne je l’ai mis dans mon combat contre les lâches invisibles. Le bilan, je suis debout ! C’est déjà ça ! Bon courage de tout mon coeur, une soeur de la dissidence Leïla.


    • @goy pride et fethi
      - goy pride, j’aurais pu écrire ton message. J’ai 28 ans, j’entre en dernière anée d’internat de médecine générale. J’ai pensé arrêté dès le début de la 2ème année, un ami (fils de médecin généraliste de campagne, communiste donateur au Parti, dont j’ai appris il y a peu qu’il connaissait mon père, lui-même ancien militant PC, ouvrier BTP qui ne m’a pas reconnu [ni ma soeur] car déjà marié-père de 3 enfants : je suis un fruit de la « libération des moeurs » qui fait du père un géniteur « qu’on aime », du Père un dangereux bourreau-bourru, d’une femme une ouvrière consommatrice puis endettée puis sans-dents, d’une mère un sous-chef de famille fragile-pauvre-marginalisée car célibataire)....
      - j’ai eu un bac à 11 de moyenne, je n’ai rien assimilé des cours de ma 1ère année, réussi par travail rigoureux la seconde tentative au concours, puos, une fois dans le moule, doutes, « névrose de classe » dit-on, et, en « bachotant », arrivée au concours, sans ambition, sans prétention, puis internat par semestres d’un hôpital à l’autre.
      .j’attends que ca se passe, je m’occupe consciencieusement, je fais marcher mes ménonges, ma mémoire et use de raisonnements « propres à mes lacunes théoriques », et je gagne parfois 2 fois plus que ma mère (névrose de classe disais-je)
      .j’ai « tenu » grâce aux amis, leur écoute, leur soutien... Par le travail d’ASH puis brancardier puis aide-soignant puis infirmier (ce qui me mettait « vraiment » un pied dans m’étrier médical, ce qui « m’obligeait finalement » à y rester)... Par quelques livres d’occupation psychologique (socio-philo-psycho, sans structure aucune, m’ayant « vraiment » appris à mire)... Et, grâce au Ciel !, la découverte du génial Ph.Muray via la médiathèque de Besançon et F.Luchini, ayant littérairement E littéralement BOULEVERSÉ ma « vie intérieure »—>JMLP puis MLP puis AS.
      - Muray m’a fait « patienter » mes 5 et 6ème années, le plus heureux du monde (comme un nouveau converti), libre d’esprit comme jamais, à ine parole libérée comme on aurait pas osé y prévoir ni y croire... Et les relations qui redémarrent (de manière « renversée » par rapport à mon ancienne personne : de « gentil », devenu juste ; de doux, devenu « dur », de lent, devenu vif, de lourd devenu « insaisissable »... Le tout
      amenant ÉVIDEMMENT à l’amour de Dieu...


    • suite

      - la médecine est une affaire de protocoles de prise en charge laissant peu de place au « feeling », aux intuitions, au côté « spontané » de la vie, au « fantasque », au « libre raisonnement », à la subjectivité...
      - parfois, en entendant ou en voyant les différences « fondamentales » entre ma façon de faire-d’être-de réfléchir (médicalement ET socialement ), je me dis qu’on pourrait alors remplacer des façons de faire par des ordinateurs avec logiciel de décision médicale
      - on voit notre cynisme corporatiste en toile de fond de tout cela, avec parfpis « déconnection » entre personnel médical et patients-famille de patients, où « la misère humaine (physique ET psychologique ET sociale ET familiale ET spirituelle) » qui « nous est pourtant offerte à son soulagement » est parfois déniée-ignorée-méprisée...
      - ce qui me retient c’est juste mes pensées « libres » et « associées à celles des autres (ce forum issu du travail d’ER, les lectures « connexes », la joie de parler-ne’pas’être’d’accord, vagabonder dans le Ciel, souvent)
      - MAIS l’idée d’un VRAI travail me taraude toujours, manuel avant toutt, l’effort, la « sueur », la PRODUCTION-CREATION-ARTISANNAT, genre BTP, boulange...
      - recherche de « virilité », d’affirmation et de DIFFÉRENCIATION sexuelle...
      - d’ailleurs, Soral, constatant que les femmes ne font que REPRODUIRE : emmes veulent des enfants (reproduction sexuée) et désormais « veulent » travailler (reproduisant du travail DÉJÀ créé), ET prenant des places dites de pouvoir alors qu’elles le prennent SEULEMENT PARCE QUE JUSTEMENT ce n’est plus là que s’exerce le « pouvoir » : CELA SE CONFIRME CLAIREMENT DANS LA MEDECINE !! Merci Alain !
      - la médecine comme « vocation » a déserté, la médecine à échelle humaine, humble échelle, la médecine « miséricordieuse », « paternaliste-proyrectrice », a foutu le camp, remplacée par du tertiaire salarié appliquant « les bonnes pratiques », avec « protocoles de soins (pour les ASH-AS-IDE aussi), donnant le « standing » d’une médecine bien rationnelle, bien « sûre » d’elle-même et dédaignante (« vous avez mam, je
      comprends, mais il n’y a « rien » à l’examen clinique ni aux examens complémentaires »).
      - l’homme remplacé par un système, ici aussi, avec évidemment deux bouts de chaîne : les bergers qui récoltent et qui rient, et le bétail qui obéit aveuglément et qui bêle intérieurement.

      Chaleureusemt

      PS : je devrai faire une « thèse » pour être docteur, je n’ai aucune odé# ni « envie » de « satisfaire » ce Système (au teint très anglo-saxon d’ailleirs, articles et méthodes)


  • "" On "" lui diagnostique un cancer , une boule d’à peine un mm sous la langue suite à un soin dentaire de détartrage .. Il reste 10 heures sur le table d’opération , on lui enlève VINGT ET UN ganglions qui vont se révéler sains ! 3 mois après , du fait qu’il n’arrive pas à manger correctement , son chirurgien va ré intervenir ... les examens , là encore vont se révéler bons , on lui dit d’ailleurs " on ne veut pas vous voir avant 6 mois !! 3 mois après , son chirurgien est remplacé par une chirurgienne qui pense que son confrère a mal fait le boulot , re belotte sur le billard ! "" On "" pense qu’il a , malgré tout , besoin d’un " protocole " , il perdra ses cheveux , BLONDS ET RAIDES , qui repousseront NOIRS ET FRISES ... Il a mal dans le cou , il va rester 8 MOIS avec des soins car il a chopé une infection nosocomiale suite à cette 3ème opération ... Les analyses , scanner et autre irm ne montrent rien ... Il souffre tellement de cette infection qu’elle va atteindre ses os , on lui colle de la morphine à hautes doses ! Il en meurt le 26 décembre dernier ... C’était à Amiens , c’était mon ex-mari , il était jeune et a fait confiance à ces raclures ....

     

    • La médecine du Diable à encore de beaux jours devant elle !!!....les industries pharmaceutiques sont le cancer de l’organisme humain !!!.... because business is business !!!...


    • #1000781

      Paix à son âme, que Dieu l’accepte en Son paradis.

      Et bon courage à toi. Le chemin va être long (j’en ai parcouru un semblable) mais quand on retrouve la force nécessaire, on peut apprendre plein de choses de ces épreuves, et donner à ceux qui en ont besoin.


    • @Babou Cette boule dont vous parlez,j’en ai eue une dans le genre,à la base de la mâchoire suite à une dent "du fond" cassée...c’était dûr et petit,c’est resté trois semaines,un mois grand maximum et c’est parti en même temps que le nerf se calmait (pas de soins,je voulais régler en liquide,dentistes méfiants alors que je suis en bleu de travail à 18 heures,au bout du troisième je me dis "qu’ils aillent se faire voir,je m’anesthésierai tout seul au besoin"...quelle honte,un type qui sort du boulot et l’autre du haut de sa dentistologie se la joue "pouce Romain",bon ou pas bon,mais pour qui se prennent ces types ?!!!)...bon courage pour la suite,en honorant la mémoire de votre mari...Féthi