Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La réalité du catharisme – Conférence de Claire Colombi en Ariège

E&R Ariège a reçu Claire Colombi, historienne, médiéviste et auteur de La Légende noire du Moyen Âge le 14 janvier 2018 en Pays Cathare, à Montségur, pour une conférence intitulée « La réalité du catharisme ».

 

 

Retrouvez Claire Colombi chez Kontre Kulture :

Prolonger la conférence avec Kontre Kulture :

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 






Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1896989

    Ils se nommaient eux-mêmes "bons chrétiens" et non pas "bons catholiques". Deux tendances les partageaient : un dualisme mitigé et un dualisme radical. La seconde version affirmait l’existence de deux dieux : l’un mauvais et colérique, jaloux celui de l’Ancien Testament créateur de la matière, l’autre celui du Christ le vrai dieu d’amour supérieur au premier. Les textes néo-testamentaires sont totalement réinterprétés. Amour du Christ et rejet total de l’Ancien Testament et du Judaisme tel pourrait être brièvement le catharisme. Ceci n’est pas sans rappeler le Marcionisme des tous débuts du Christianisme qui percevait une totale incompatibilité entre les deux testaments du Christianisme et rejetait aussi le Judaisme. Ce dieu de douceur qui avait leurs faveurs les poussait à la non violence et au végétarisme (les poissons curieusement semblent avoir été ignorés de leur champ compassionnel). Jean Duvernoy et Anne Brenon sont des références en la matière.

     

    Répondre à ce message

    • Un cathare pouvait être boucher, comme l’a bien fait remarquer Claire Colombi, donc aucun rapport avec une quelconque forme de compassion pour les animaux a priori.

       
    • @dragases



      Ils se nommaient eux-mêmes "bons chrétiens" et non pas "bons catholiques"




      Ils n’étaient ni l’un ni l’autre, rejetant la vie et la chair. C’était des puritains puissance mille pour lesquels l’amour charnel et la procréation étaient des abominations.
      Pas étonnant que ces fous furieux aient disparus.

       
  • #1897093

    Contrairement aux autre commentateurs, je trouve qu’il faut mettre de sérieux bémols à cette présentation. Claire Colombi n’est pas une spécialiste du catharisme et elle est en désaccord de manière assez claire avec Anne Brenon qu’elle cite, quoique qu’elle semble lui apporter un gage de sérieux au vu de sa formation.
    En effet pour Anne Brenon, les suicides par l’endura, le refus d’enfanter sont des pratiques extrémistes qui ne reflétaient pas la réelle existence des cathares et qui ont été véhiculés par les inquisiteurs.
    Elle note effectivement l’absence de documents permettant de se faire une idée plus claire ce qui devrait l’inciter à la prudence et non à des affirmations péremptoires. Cette absence de documents aboutit à des conclusions parfois différentes selon les auteurs.
    Par exemple pour Zoé Oldenbourg, si l’âme par métempsychose persiste suffisamment dans son erreur au travers de ses différentes vies sur Terre, elle est perdue alors que pour Anne Brenon, in fine toutes les âmes iront au Paradis.
    Voilà un exemple assez clair qui montre que l’interprétation de l’eschatologie cathare aboutit à des conclusions divergentes.
    De plus le chiffre de quatre pourcents en référence à une seule source me semble un peu léger, les chiffres en histoire sont toujours sujets à caution et comme le dit Anne Brenon, à l’époque, être cathare, catholique, dans l’esprit du peuple parfois se mélangeait, on était tout simplement chrétien. Cette distinction était certainement plus claire dans les classes éduquées.

     

    Répondre à ce message

    • @kirikou



      comme le dit Anne Brenon, à l’époque, être cathare, catholique, dans l’esprit du peuple parfois se mélangeait, on était tout simplement chrétien.




      J’en doute fortement, car il est impossible de confondre un catholique, qui va plusieurs fois par semaine à l’église et dont la vie est rythmée par l’administration des sacrements, avec un hérétique, encore plus à l’époque où la population était moins importante et vivait en communautés villageoises !

       
    • Je vous rejoins tout à fait. Zoé Oldenbourg est plus une romancière qu’une historienne !

      Il manque une conclusion essentielle : deux des grands saints de l’église catholique : Dominique et François ( le ’povero’ ) ont adopté l’attitude d’humilié et de simplicité des "bons hommes" sans négliger l’éducation des fidèles par des prêches en langue vulgaire. Ce fait n’est-il pas de nature à inspirer le respect pour ces hérétiques cathares ?

       
    • #1897327

      L’histoire,lorsqu’elle est trop lointaine et ne dispose pas suffisamment de documents fait des hypothèses de plausibilité et adopte un point de vue.
      Dire que si l’on est dans une communauté villageoise catholique implique que l’on soit catholique est une hypothèse de plausibilité et un point de vue.
      Admettons que je sois un villageois dans une communauté catholique au temps du catharisme.
      Ma vie est rythmée par le catholicisme et par mon activité quotidienne mais je sais que le curé en charge de la communauté se comporte mal et j’ai rencontré un bonhomme cathare qui m’a semblé, lui, être plus crédible et j’ai été séduit. Peut-être un jour je recevrai les sacrements cathares. Dans cet entre-deux, suis-je cathare, suis-je catholique, moi je dirais ni l’un ni l’autre je suis chrétien, toi tu pourrais me dire il est toujours catholique puisqu’il n’a pas reçu les sacrements cathares, question de point de vue.
      Pour revenir au temps présent, Fillon est-il catholique, pour moi non pour la bourgeoisie catholique (délicieux oxymore) oui, question de point de vue...

       
    • @kirikou



      Ma vie est rythmée par le catholicisme et par mon activité quotidienne mais je sais que le curé en charge de la communauté se comporte mal et j’ai rencontré un bonhomme cathare qui m’a semblé, lui, être plus crédible et j’ai été séduit. Peut-être un jour je recevrai les sacrements cathares. Dans cet entre-deux, suis-je cathare, suis-je catholique, moi je dirais ni l’un ni l’autre je suis chrétien, toi tu pourrais me dire il est toujours catholique puisqu’il n’a pas reçu les sacrements cathares




      De quels "sacrements cathares" parles-tu ?
      Si tu es hérétique, je ne vois pas pourquoi tu irais à l’église. Tu crois que les hérétiques participaient à la sainte messe catholique ? Ton histoire n’a pas de sens.

       
    • #1897716

      Les hérétiques étaient bien des anciens catholiques, non ? A moins que l’on m’ait raconté des fadaises en me disant que cela n’avait pas de sens au Moyen age que quelqu’un ne croit pas en Dieu.
      Ou bien qui sait étaient-ce des païens non convertis.
      Difficile le dialogue avec des gens bornés.

       
  • Donc en gros :
    Les Cathares sont apparus suite aux errements de certains religieux catholiques qui flirtaient un peu trop avec le côté obscur de la force, pour eux (les Cathares) la naissance d’un être signifiait l’horreur de l’enfermement de l’âme dans une structure physique et cette croyance les incitaient à ne pas se reproduire et mm à encourager l’avortement parmi les populations au milieu desquelles ils vivaient, ils étaient végétariens, ils n’étaient pas les derniers pour tuer piller massacrer, et tout ce beau monde se composait en majorité de gens provenant des classes les plus aisées, le tout représentant au grand maximum 4% de la population locale.
    Une inquisition a tenté avec succès de régler le problème, les condamnations à mort ne représentant qu’une infime partie des jugements prononcés, et en 2018 on cherche toujours les traces du bûcher de Montségur, la directrice d’un musée local admettant elle-mm que la fonction de son établissement n’est pas d’apporter des connaissances factuelles sur le sujet mais de transmettre une mémoire, basée sur quoi on se le demande ! Et je me demande bien ce que la FM, apparue officiellement en France au début du XVIIIème siècle, vient foutre là-dedans.
    Bref, tout ça ça pue la m..., et cette mémoire que l’on tient autant à entretenir avec pas grand-chose qui la soutienne rappelle furieusement les carabistouilles ananesques et leur torrent de mensonges, de cachotteries et de manipulations !

     

    Répondre à ce message

  • #1897394
    Le 9 février à 11:24 par Pierre-Albert Espénel
    La réalité du catharisme – Conférence de Claire Colombi en Ariège

    Ces Cathares sont donc les ancêtres du "planning familial".
    Ce phénomène issu du mithraïsme est clairement de type nihiliste. Cette poussée pseudo-religieuse avait de quoi faire peur aux habitants de l’époque. De siècle en siècle apparaissent ces velléités nihilistes sous couvert de dualisme qui lui-mème est une compréhension imparfaite de la cosmogonie orientale. Il se trouve curieusement que le talmudisme a des points communs avec la refondation de l’humanité après sa propre disparition mais sélective.
    S’il y a un fil conducteur qui mène du catharisme au laicardisme avorteur contemporain, il faut suivre la Réforme, Sabbattai Tsevi, la Révolution et ses frères trois points.
    Cet exposé montre une certaine frilosité , peut-être du au public local, acquis certainement la cause néo-cathare, pour aller chercher le véritable fondement de l’une des plus grandes hérésies du continent Indo-européen.
    Quant à moi, je reste sur ma faim bien que le coté politico-religieux ait été démontré dans sa légitimité à se défendre d’un mouvement suicidaire qui pouvait saper les fondements de la civilisation franco-romaine. On aurait aimé savoir qui étaient les prédicateurs originels.
    Je suis en tout cas conforté dans mon aversion pour ces soi-disant "bonhommes et parfaits".

     

    Répondre à ce message

  • #1897493

    Je vous invite à lire ou relire Montaillou , village occitan de Le Roy Ladurie. Un ouvrage qui fait date dans l’étude du phénomène cathare. Le dépouillement des archives de l’inquisiteur Fournier, devenu ensuite pape, est passionnant. On y comprend mieux ce que croyaient les Cathares. Pas grand chose à voir avec le catholicisme et pourquoi leur foi et leurs pratiques étaient un scandale, pas seulement pour l’Eglise mais pour la population dans son ensemble (catholique ultra-majoritairement). Pratique du suicide des malades par inanition (du coup , eux qui auraient pu guérir finissaient par mourir de faim...), refus de la procréation, détestation de la chair, exécration de la croix, autant d’aberrations pour l’homme médiéval chrétien. Montaillou est une étude remarquable et touchante où l’on voit "en direct" vivre un village fin 13e- début 14è s.

     

    Répondre à ce message

  • #1897912

    La qualité des commentaires est exceptionnelle .
    Le débat placé par Claire Colombi,dans le contexte
    de la Gnose du second siècle,a permis structurer
    des contributions particulières au catharisme .
    Le documentaire tonitruant de L’ORTF,"la caméra
    explore le temps" ,apparaît maintenant comme un
    ridicule procès monté par l’inquisition de notre
    époque. Claire Colombi et ses contributeurs
    ont fait le ménage !

     

    Répondre à ce message

  • #1897947

    On comprend vite, en se promenant dans cette région des Pyrénées, que le catharisme marchand est une histoire de gros sous et que les châteaux ne sont pas des "châteaux cathares". Je me souviens avoir écouté un historien qui recevait des menaces de morts car il soulevait le lièvre !

     

    Répondre à ce message

  • #1898157

    Madame Colombi,

    Merci d’avoir rétabli les choses concernant ce mythe cathare dont on nous rebat les oreilles. Ainsi, on trouve dans la région une boucherie cathare, des pompes funèbres cathares, etc. L’appât du gain fait faire n’importe quoi.

    Merci de vos précisions sur les pseudo-châteaux cathares et le ridicule label "Pays cathare".

    D’ailleurs, je note qu’on n’a aucune preuve concrète de l’existence même des Cathares, si ce n’est des récits (dont on peut aisément fabriquer des faux) ou des livres récents. Je parle de documents d’époque, d’objets d’époque, etc., attestant sans nul doute de leur existence, et non pas de la simple existence d’une hérésie parmi tant d’autres.

    Une précision, le château de Puilaurens se prononce "Puilaurinss" et non pas "Puilaurence". Dans le Midi, le son "en" devient "in" comme dans la ville tarnaise de Rabastens, le nom de famille Armengaud, l’abbaye tarnaise d’En Calcat, comme le nom Trencavel, etc.

    Autre précision, vous citez "Brams" mais la ville s’appelle Bram (rien à voir donc avec Brahms).

    Autre précision, "la croix du Sud" est une constellation, mais il y a bien une "croix occitane". Elle a été récupérée par les fanatiques du catharisme depuis le XXe siècle, mais elle aurait ses origines en Provence. Elle est portée dans ma famille, qui est catholique, et qui n’a aucun lien avec le catharisme, surtout avec celui que les offices du tourisme souhaitent nous vendre.

    Pour finir, je ne sais pas si vous en êtes consciente, mais vous utilisez environ un "du coup" par minute, ce qui rend votre exposé plus difficile à suivre. (voir "du coup, ne faites plus la faute" dans un article du Figaro).

     

    Répondre à ce message

  • #1898477

    Les Cathares rejettaient légitiment l’Église romaine (fruit de la récupération et du détournement du message christique par Rome, donc grossière hérésie) et avec la tradition indo-européenne, mais aussi l’Ancien Testament, réglant ainsi la contradiction entre la Bible juive (dure et patriarcale) et le Nouveau Testament (doux, compassionnel, égalitaire, féminin). En cela ils ressemblent beaucoup à nos progressistes contemporains, qui eux entendent carrément établir le Royaume des Cieux (ni races, ni classes, ni sexes) en ce bas monde.

     

    Répondre à ce message

    • #1898638

      ? !! Légitimement !?! Seriez-vous adepte des théories illuministes et autre martinisme ?... Si j’ai bien compris l’exposé de Claire Colombi, le catharisme est de toute façon une croyance mortifère ; franchement, qui peut adhérer à cette vision du monde si ce n’est les suicidaires ou les dépressifs ?

       
  • Gnose vient de Jñana, mot sanskrit. C’est la voie de la connaissance qui a pour but de se "fondre" dans la réalité suprême (Dieu). C’est une voie plus ancienne que toute la civilisation occidentale et qui existe toujours en Inde (Jñana Yoga).
    Sa venue en Occident l’a déformée et a donné cours à plein de spéculations donc peut être le Catharisme.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents