Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Lamentable : avant sa dissolution, le Conseil scientifique reconnaît qu’il "a pu être instrumentalisé"

En langage populaire, ça s’appelle se laver les mains à la Pilate.

En France, dans tous les scandales de santé publique, on connaît les responsables, mais ils ne sont jamais coupables. Ils veulent bien prendre le chèque, le pouvoir, la médiatisation, mais sans les effets secondaires : la responsabilité. Et pourtant, ils sont autant coupables que responsables.

– La Rédaction d’E&R –

 


 

C’est l’heure du bilan pour le Conseil scientifique. Mis en place au moment de l’apparition de la première vague de Covid-19 en France au mois de mars 2020, l’instance va cesser d’exister au 31 juillet prochain avec la fin de l’état d’urgence sanitaire. Ce jeudi, les membres qui le composent ont tenu une dernière conférence de presse où ils ont aussi bien dressé un bilan des deux dernières années, que donné des conseils pour l’avenir. Ils ont appelé à une concertation sur la façon de « vivre avec le virus ».

 

Au cours des deux dernières années, le Conseil scientifique présidé par Jean-François Delfraissy , professeur de médecine et spécialiste en immunologie, a joué un rôle prépondérant dans la tactique utilisée par l’État pour combattre l’épidémie. Avec près de 300 réunions organisées et plus de 80 avis ou notes destinées au gouvernement, le travail de cette instance a notamment été de guider l’exécutif au cours de cette période inédite : « Nous étions là pour éclairer les autorités sanitaires et politiques qui nous ont suivis sur un certain nombre de recommandations et pas sur d’autres. »

 

« On a pu être instrumentalisés »

Mais cette mission n’a pas toujours été évidente pour une instance qui se devait d’être autonome : « Il était indispensable, pour nous, de rester indépendants mais ça n’a pas toujours été simple puisque ce sont les politiques qui nous ont nommés », a ainsi reconnu Jean-François Delfraissy. Interrogé sur une possible instrumentalisation de la part du pouvoir politique, il n’a pas voulu se cacher :

« Sûrement. On a pu être instrumentalisé par nous-mêmes, par vous, les médias, qui avez porté l’idée d’un troisième pouvoir médical et par le politique lui-même, mais je pense pouvoir dire que nous avons eu un dialogue normal dans une démocratie. »

Concernant les avis du conseil, le président du Conseil a aussi admis que ses membres avaient dû apprendre à savoir dire : « On ne sait pas. Ce n’est pas simple pour des médecins et des scientifiques de reconnaître cela. On a progressivement appris l’humilité. »

[...]

Les membres de l’instance se sont aussi montrés favorables à la création d’un Conseil de la science, qui aurait pour but de conseiller et d’éclairer les différents gouvernements sur les progressions de la science « indépendamment des crises ».

Lire l’article entier sur lejdd.fr

 


 

Delfraissy sur la gestion du Covid-19 :
le gouvernement ne disait « pas la réalité »

Après deux années à avoir présidé le Conseil scientifique, l’après commence bientôt pour Jean-François Delfraissy. Avant de passer à autre chose, il s’est expliqué devant la Cour de justice de la République (CJR), sur la gestion du Covid. Dans ses propos relayés par Le Point, il explique ne pas comprendre pas pourquoi le gouvernement ne disait pas « la réalité » sur les masques.

 

Le 31 juillet prochain, une page se tournera pour Jean-François Delfraissy qui va enfin pouvoir souffler après avoir passé deux années très chargées, de mars 2020 à juillet 2022, à la tête du Conseil scientifique (CS). L’institution chargée de conseiller le gouvernement sur le Covid-19 va laisser place à un nouveau collège d’experts annonce Le Point, qui dans son édition du vendredi 22 juillet publie une enquête sur la gestion de l’épidémie en France.

Le magazine dévoile notamment ce qu’ont dit les membres du CS lorsqu’ils ont été entendus par la commission d’instruction la Cour de justice de la République (CJR). Une question se pose : le gouvernement aurait-il menti, début 2020, sur la nécessité de porter un masque pour cacher la pénurie ? Dès la fin janvier, il y aurait eu des remontées sur la question des stocks à Matignon, mais ces informations n’auraient dans l’immédiat pas été communiquées au Conseil scientifique.

« Les 12, 14 et 16 mars 2020, nous avons abordé peut-être d’un peu loin le problème des masques, parce que d’autres sujets étaient prioritaires à court terme », explique à la CRJ Jean-François Delfraissy.

Si le « nombre très limité de masques » aurait rapidement été évoqué, ce n’est que plus tard que le président du CS aurait obtenu « des explications supplémentaires ». Ce n’est qu’« autour du 23-25 mars 2020 » que des renseignements plus précis lui auraient été fournis. Les membres du CS estiment alors qu’il faut « les réserver au personnel de santé en priorité ».

« Avez-vous pu être étonné par les propos de certains ministres ou de la porte-parole du gouvernement français (Sibeth Ndiaye à l’époque, NDLR), sur l’inutilité du port du masque en population générale ou l’incapacité du grand public à se servir utilement d’une telle protection ? », a demandé la Cour de justice de la République au président du Conseil scientifique.
« Oui, je n’ai pas bien compris pourquoi, au niveau politique et au niveau communication, ils ne disaient pas la réalité, c’est-à-dire qu’il y avait un nombre restreint de masques », a, selon Le Point, répondu Jean-François Delfraissy.

Lire l’article entier sur gala.fr

La bande à Delfraissy, sur E&R :

 






Alerter

57 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Le seul "scandale " quils mettent en avant c’est l’affaire des masques ! Rien sur ce faux "vaccin", rien sur les effets secondaires, rien sur cette fausse pandémie, rien sur le refus des traitements, rien sur les mensonges des chiffres !

     

    Répondre à ce message

  • "On a progressivement appris l’humilité. ".
    Traduction : "on appris à fermer nos gueules quand le gouvernement décide " !

     

    Répondre à ce message

  • "Rester indépendants mais ça n’a pas toujours été simple puisque ce sont les politiques qui nous ont nommés"..
    Mais alors le nouveau comité "élargi " ça va être pareil ? Grassement payés pour cautionner les décisions gouvernementales ! Et fermer sa gueule ("apprendre l’humilité ") !
    Il lâche le morceau le vieux débris !

     

    Répondre à ce message

  • Instrumentalisés ? Non, sans blague ?? Alors ça, ça ne nous serait jamais venu à l’esprit, de la part d’une institution de scientifiques rigoureux, attachés indéfectiblement à la vérité ! ;-)

     

    Répondre à ce message


  • « On ne sait pas. Ce n’est pas simple pour des médecins et des scientifiques de reconnaître cela. On a progressivement appris l’humilité. »



    Le mec qui dit ça, tu sais automatiquement qu’il n’a jamais travaillé. On sait aussi qu’il a une atrophie du neurone. En science, on se pose des problèmes dont on n’a pas la réponse (ou toutes les réponses) sinon ça sert à rien. Le début de la science est de dire qu’on ne sait pas sinon il n’y a pas de problème à résoudre !!!

    1- Le mec qui a du mal à reconnaître qu’il ne sait pas (tout) est malade. Il se croit omniscient alors que la réalité lui montre à chaque instant l’étendue infinie de son ignorance. Le petit enfant parvient aussi à nous mettre devant notre ignorance, avec sa rafale de questions fractales (suite de pourquoi ? et de comment ?).
    2- L’ingénierie sociale pour créer des profils psychologiques mêlant ignorance, froideur, stupidité, envie de dominer, méchanceté et servilité est connue. Flatter puis faire faire aux flattés, en les récompensant, des tâches inutiles ou négatives. Ajouter un petit pouvoir sur les subalternes. Faire mijoter pendant 5-7 ans d’études. Et hop, voilà un technoconnard prêt à toutes les ignominies.
    3- Avoir la prétention d’être humble : il y a une contradiction dans la posture.
    4- Quand on ne sait pas, on n’ouvre pas sa grande gueule pour que les gens se fassent injecter des trucs. N’est ce pas là, un comportement condamné par la loi en théorie ?

    La république est née des états généraux et des cahiers de doléance.
    Vive les états généraux et les cahiers de doléance de l’année 2022.

     

    Répondre à ce message

    • Donc La définition des Énarques qui font croire qu’ils n’ont pas fait d’études dans la science de la prévision et de l’organisation a l’échelle d’un pays. Quel foutage de gueule.
      Ces psychopathes vendraient père et mère pour du fric sur un compte aux Caimans.
      C’est ça que le peuple crédule et naïf refuse de voir.
      le pouvoir et le fric attirent les psychopathes, tous sans exception.

       
  • Va y avoir pas mal de réservations de vols pour Tel Aviv dans très peu de temps je pense.

     

    Répondre à ce message

  • Les ricains sont bien arrivés à faire publier des faux rapports dans le Lancet, alors pour ce qui est de corrompre une bande de corrompus au conseil scientifique français, c’était pas ce qui a posé le plus de problèmes... et dire que ce sont ces empaffés qui ont fait passer Raoult et Perronne pour des illuminés...

     

    Répondre à ce message

  • Delfraissy, pourrissant tous les jours un peu plus,ce n’est qu’une question de temps ...Les vers s’en chargeront .

     

    Répondre à ce message

  • Quand les gens vont se rendre compte de ce qui se passe réellement et du nombre phénoménal de morts autour d’eux d’ici 1 ou 2 mois….
    Pour le moment, ils croient encore à la faute à pas d’chance……à de grands énarques ‘malencontreusement désorganisés, maladroits, incompétents, au père noel donc.
    les vérités sortent à l’étranger.
    En Frankistan le crime prémédité est caché, mais plus pour longtemps.
    _Le problème c’est le déni des gens qui se sont faits avoir par conformisme ; un conformisme infantilisant dont ils refusent de sortir et de voir pour ce qu’il est vraiment. Leur si prévenant et gentil papa Gouvernemental…..coupable d’ aucun conflits d’intérêts majeurs évidemment ; ce que leur entendement ne peut souffrir de même envisager , car alors leurs œillères tomberaient . Or la réalité pour certains sera insupportable. Payer grassement les sangsues cannibales n’en fait pas des bienfaiteurs. Fermer les yeux et la bouche sur les scandales qui s’enchaînent années après années non plus.
    Après avoir vu Thrive : mais que faut-il faire pour prospérer ?
    J’ai ressenti ce qu’est un état de choc…cela a duré 3 jours…
    .il n’y avait pas encore ces milliards de morts…..ni ces milliards qui vont comprendre qu’ils sont foutus plus que probablement puisque leur corps s’autodétruit lentement mais irrémédiablement grâce à l’ARNm changeant l’ADN. ( Droits des mutants- brevetés ? )
    la nicotine, le glutathion / N-acetilcysteine et l’oxyde chlorite/chorine/chlorate = MMS nettoient l’infestation imparable par l’environnement, uniquement si l’immunité n’est pas compromise par de l’ARNm qui altère l’ADN.
    _Pour les vaxx, moins il y a de doses, plus ces remèdes peuvent aider à ralentir le dépérissement.
    Dans qu’elle mesure notre âme peut-elle rétablir le fonctionnement originel de notre ADN ?

     

    Répondre à ce message

  • Dans une décennie peut être ceux qui votent encore pour leurs bourreaux se diront la même chose...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents