Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Le coronavirus n’a pas compromis les chances de réélection de Trump"

En pleine tempête médiatique, sanitaire et économique, Donald Trump tente de gérer la crise du coronavirus. Certains commentateurs estiment que le Covid-19 pourrait compromettre ses chances à la Présidentielle de 2020. Gérald Olivier, spécialiste des questions politiques outre-Atlantique, n’en est pas si sûr. Il explique pourquoi à Sputnik.

 

Qu’elle doit sembler lointaine, l’époque bénie du début de mandat pour Donald Trump, lorsque tous les voyants économiques étaient au vert, lorsqu’il avait le vent politique en poupe et que rares étaient les observateurs et acteurs qui pariaient sur sa défaite à l’élection présidentielle de 2020.

L’histoire est pourtant tragique, et Donald Trump l’a appris à ses dépens. En quelques semaines, le coronavirus a rebattu les cartes du jeu politique aux États-Unis et de nombreux médias américains, plutôt Démocrates, prédisent désormais sa défaite en novembre. Pourtant, son avenir politique n’est pas nécessairement menacé par sa gestion de la crise, explique à Sputnik Gérald Olivier, journaliste, chercheur associé à l’Institut de Prospective et Sécurité en Europe (IPSE), et rédacteur en chef du blog « France-Amérique ».

« Donald Trump a fait ce que tous les présidents d’États fédéraux doivent faire. Il a suivi les recommandations de ses conseillers scientifiques et a émis des recommandations. Les États-Unis étant un état fédéral, Washington ne peut pas imposer des mesures partout, ça, c’est le rôle des gouverneurs. »

Néanmoins, Donald Trump a tout de même tardé à prendre la pleine mesure de la pandémie et de ses conséquences, car « il ne voulait pas que la crise sanitaire entache son bilan économique », indique Gérald Olivier. Il a donc minimisé l’impact du Covid-19 dans un premier temps pour protéger les acteurs économiques, puis s’est projeté directement dans l’après-coronavirus et le redémarrage de l’économie américaine. Un choix qui lui a largement été reproché, en particulier par les médias Démocrates.

 

Une base électorale toujours aussi solide

Mais Donald Trump n’a pas choisi cette stratégie au hasard. Il l’a fait pour s’assurer le soutien de son atout le plus indéfectible : sa base électorale. Une armée d’électeurs convaincus et qui, pour rien au monde, ne voteraient pour un candidat démocrate, et surtout pas Joe Biden, incarnation suprême de « l’establishment » aux États-Unis. Au contraire, celle-ci se satisfait plutôt de sa gestion de la crise, pour plusieurs raisons :

« La base Républicaine n’a jamais admis la nécessité du confinement. Celle-ci est plus individualiste, plus pragmatique et dépend surtout de métiers libéraux qui ont besoin que l’économie tourne pour pouvoir continuer à travailler, contrairement aux fonctionnaires. »

« D’autre part, le virus a touché les États-Unis de manière inégale géographiquement. Les nids épidémiques se situent dans les grandes métropoles, sur les côtes, et le reste est relativement moins affecté. Ces personnes qui vivent en Alabama ou au Texas ne comprennent pas pourquoi il doit y avoir une réponse centralisée et globale pour un virus qui n’est ni centralisé, ni global. Ils soutiennent donc la démarche de Donald Trump. »

Néanmoins, plus la situation liée au Covid-19 empire aux États-Unis, plus les critiques à son encontre se font entendre, en particulier concernant sa communication, souvent hasardeuse. D’autant que cette fois-ci, ces critiques ne viennent pas seulement de ses adversaires, mais également de l’intérieur de l’appareil Républicain. Cette grogne remet-elle en question sa position de leader pour la présidentielle ? Là aussi, Gérald Olivier tend à nuancer :

« Le coronavirus n’a pas compromis les chances de réélection de Donald Trump. Au contraire, ce sont plus les chances de Joe Biden qui ont été compromises. Ce dernier souffre énormément de cette crise, car il est totalement absent de la scène politique et médiatique américaine. Donald Trump au contraire est tous les jours devant les médias pendant une heure et bat des records d’audience. »

Ces mêmes médias risquent d’être l’adversaire principal de Donald Trump pour l’élection, comme ils l’ont été lors de la précédente campagne présidentielle et depuis le début de son mandat, en particulier ceux proches du parti Démocrate. D’où la défiance de l’actuel pensionnaire de la Maison-Blanche à leur égard. Mais ils ne seront pas nécessairement déterminants dans l’élection à venir, estime Gérald Olivier.

« Si vous lisez des médias Démocrates, il est évident que vous n’allez rien lire de positif sur le Président. Le contraire se passe si vous lisez des médias conservateurs. Le plus important au final est de regarder sa cote de popularité. Et en vérité, lorsque vous observez celle-ci, elle varie très peu, que ça soit durant les trois années précédentes, mais depuis le début de la crise également. »

Toutes les options sont donc encore sur la table pour l’élection présidentielle de 2020 aux États-Unis. Et contrairement à ce que l’on peut penser de notre côté de l’Atlantique, Donald Trump n’est pas en mauvaise posture.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Monsieur Donald John Trump a été élu par les red necks, les ploucs, les gilets jaunes locaux, c’est à dire des gens qui ont pris l’habitude de ne plus suivre la propagande. Ce sont des gens qui ont voté contre les médias. Et ces c*ns de médias continuent de médire de Monsieur Donald John Trump.

    On devrait écrire les médiras plutôt que les merdias


  • Avec le coronavirus, c’est une véritable guerre qui a éclaté aux Etats-Unis et qui va se poursuivre jusqu’à l’élection. Si Trump gagne, ça pourrait l’amener à fortement augmenter le nettoyage de sa nation à base de bombes nucléaires de justice dans le système et de noblesse contre le pouvoir profond. Il devrait d’ailleurs commencer par cela dès maintenant comme c’est le cas à travers les déclarations de son nouveau porte parole.

     

    • d’ailleurs Paul Craig Roberts avait ecrit un article a la mi-octobre, ou il avancait que si la procedure de destitution contre Trump echouait, le Deep State n’aurait d’autre choix que de faire s’ecrouler l’economie mondiale. On est en plein dedans.


  • Je sens au contraire que sa base est electrisee.
    Ce virus, dont le gouvernement americain vient de declarer qu’il est ne en labo a Wuhan, est une declaration de guerre de la Chine et l’Etat profond Americain.
    Contre le peuple americain.
    Nul doute que mighty Trump saura en tirer parti.
    Du moins je l’espere.
    On notera au passage que les gouverneurs Democrates on immmediatement sombre dans la dictature et les pleins pouvoirs, quand le Republicains veulent reouvrir le plus vite possible.

     

  • Le deuxième levier serait un bon trucage à la GW Bush, mais lui risque de ne pas se laisser faire.


  • Prions pour que l’anti mondialiste Donald Trump, soit élu.


  • A la prochaine élection il sera encore le Mac..........Donald !!!... et tous les roulures démocrates auront intérêt a filer droit !!!


  • Disons que le coronavirus vient tout de même en aide aux mondialistes : il anéantit l’argument des « patriotes » selon lequel la frontière protège : eh bien non, puisqu’un virus suffit à détruire plusieurs millions d’emplois en quelques mois...

     

    • Au contraire. La narration officielle elle-meme montre implicitement que le virus s’est facilement répandu dans le monde entier grâce aux « vertus » du mondialisme (= des migrations, des nomades hors-sol et des frontières ouvertes) !

      Or, qu’a-t-il fallu faire pour se défendre ? Fermer les frontières. Ce que tout le monde a fini par faire.


    • @u roitelet

      Faux ! Complètement faux ! Comme d’habitude ! La frontière protège : la preuve, si Macron les avait fait fermer plus tôt, il y aurait eu beaucoup moins de morts.
      Les frontières ont d’ailleurs été fermées tardivement un peu partout, libre-échange oblige...si tu fermes la porte après que le froid soit entré chez toi, ben oui, elle ne sert plus à rien en effet...il fallait s’en servir avant. C’est au contraire un argument en béton armé pour une possibilité de fermeture des frontières plus rapide.
      Il y a une volonté maligne chez les ultralibéraux de confondre nuage de tchernobyl et virus. Le nuage vole par-dessus les frontières, oui. Le virus, lui, est dépendant de porteurs...qui pouvaient être arrêtés aux frontières.
      D’ailleurs, il est drôle que personne ne commentasse la suspension de Schengen à l’intérieur de l’UE !

      De plus, le covid n’est pas un argument qu’en faveur des frontières.
      Il est également un argument contre les cures d’austérité appliqués aux systèmes hospitaliers (ce sont elles qui tuent, plus que la maladie elle-même).
      Enfin, c’est un argument imparable en faveur du nationalisme et du souverainisme :
      qui a le mieux arrêté la maladie dans le monde ? Des pays souverains (Corée-du-sud, Russie, Cuba, etc.) Est-ce qu’une entité ultralibérale, anti-nationales et sans-frontiériste comme l’UE y est parvenue ? Non ! En Europe, ce sont les états-nations qui ont pris le relais et ont protégé les populations, l’UE n’a rien pu faire, n’a même pas pu interdire les différents détournements de produits destinés à l’Italie et à l’Espagne, et s’est contenté de proposer des prêts via le MES et de seriner la nécessité de revenir au dogme libéral après la crise.

      Cette crise a été très révélatrice des faiblesses du système ultralibéral qui vient de montrer au monde entier qu’il est très faible, très vulnérable et qu’il ne saurait être viable sur le long-terme.
      Les médias et les naïfs vont contenter de pérorer sur le fait que le système est invincible, qu’il a déjà gagné et qu’on ne se rend compte de rien ... or, là, il vient de perdre idéologiquement et médiatiquement. Plus personne ne peut se permettre de dire que la mondialisation libérale et les délocalisations dans le tiers-monde sont une bonne chose ! Le système est foutu !


    • David...
      Le progrès technique étant ce qu’il est , on ne peut pas vivre sans avions, bateaux ou trains. L’homme est fait pour voyager, c’est d’ailleurs ainsi qu’on a peuplé la planète . Nous ne sommes pas des plantes vertes...

      des épidémies, il y en a toujours eu ; et puis fermer les frontières, oui, mais combien de temps ? Un an , dix ans ?
      _


    • BAYINNAUG@ vous avez encore ecrit le seule commentaire intelligent de ce post bravo !


    • Merci Issa.

      @u roitelet

      Le progrès technique étant ce qu’il est, on ne peut pas vivre sans avions, bateaux ou trains.

      On ne peut pas se passer de l’avion (enfin, ça reste à prouver) mais on peut se passer de faire dépendre toute notre industrie de pays étrangers où l’environnement viral et bactérien n’est pas le même que chez nous.
      Ce "petit" coup de semonce qu’a été le Covid a rappelé cette réalité à tout le monde.

      De toute façon si on ne fait rien, que va-t-il se passer ? On était déjà en train de délocaliser nos usines de Chine vers des endroits moins chers car les Chinois ont enfin obtenu un meilleur salaire (donc ont perdu en compétitivité) et lorsque les Indonésiens / Pakistanais / etc. demanderont à leur tour des droits sociaux, on les déplacera où ces usines ? En Afrique ? On fera quoi le jour où un ouvrier Nigérian, porteur sain du virus Ebola ou autre maladie sympa, éternuera ou saignera sur une marchandise qui aura comme destination Marseille ou Paris ?

      On a développé l’arme atomique, on a su ne pas s’en servir car les conséquences n’étaient pas et ne seront jamais maîtrisables.
      Là, on va apprendre que ce n’est pas parce que l’on sait déplacer une usine à l’étranger que l’on doit forcément le faire.

      L’homme est fait pour voyager, c’est d’ailleurs ainsi qu’on a peuplé la planète

      Faux encore une fois. On a peuplé la planète en se sédentarisant un peu plus loin que le territoire de nos parents, pas en faisant la bougeotte continuelle n’importe où & sans prudence. Même les tribus dites "nomades" suivent annuellement un chemin pré-établit depuis leurs ancêtres. Les vrais nomades qui se déplacent loin de leur cadre naturel, ça n’existe pas (ou alors seulement pendant les bouleversement environnementaux ou dans les sociétés mortifères comme la nôtre), au fond, il n’y a que des sédentaires ou des semi-nomades.

      Nous ne sommes pas des plantes vertes...

      Nous nous nourrissons principalement de plantes vertes ou de ce qui pousse dans le sol...

      des épidémies, il y en a toujours eu

      Il n’y a JAMAIS eu d’épidémies capables de recouvrir le monde entier comme ça...celle-là était "gentille", qu’est-ce que ce sera lorsque une maladie plus grave voyagera ?

      et puis fermer les frontières, oui, mais combien de temps ? Un an , dix ans ?

      Aussi longtemps qu’il faudrait à un état-souverain pour assurer la sécurité de son peuple.

      Désolé, mais un nouveau paradigme est né et il faudra que notre consommation et notre progrès technique s’y adaptent.


  • Je ne sais pas si Trump sera réélu (il le faudrait, au moins pour que la Syrie (et le monde) puisse souffler pendant 4 ans) et tout montre que ce coronavirus (qu’il soit réellement dangereux ou pas, qu’il soit fait en labo ou pas) est un évènement que tous les ultralibéraux du monde vont essayer de capter dans leurs intérêts (en France, grâce au Covid, tu peux faire trimer tes employés/esclave plus de 60 heures sans qu’ils ne mouftent, aux USA ou en GB on fustige les gouvernements populistes ... et on la ferme concernant les pays d’Europe du nord (dont l’Allemagne) et israël).

    Mais une chose est sûre néanmoins concernant ce virus, c’est que, in fine : il arrange quand-même le camp des "populistes" au final.
    Macron était tout triomphant encore au début de l’année en invitant des gilets jaunes vaincus à l’élysée ... et pourtant : cette crise signe une victoire idéologique sans appelle de tous les dénonciateurs de la mondialisation ultralibérale (donc une victoire de la France des Gilets Jaunes).

    Aujourd’hui, plus personne ne pourra parler en terme positif de mondialisation heureuse, des bien-faits des délocalisations et du libre-échange et de l’UE sans-frontière comme seuls horizons indépassables.
    Il suffira de répondre par un simple "Coronavirus" pour remporter le débat.
    Or, aux USA, Trump, qui se battait depuis 4 ans pour découpler l’industrie US de la Chine et à qui les démocrates ont mis tous les freins possibles, ne peut que pavoiser lui aussi.
    Je serai Américain, je n’aurai aucun déplaisir à pointer le fait que si Trump avait été moins gêné dans sa politique économique, le coronavirus aurait tué moins de monde...et ironie suprême de l’histoire : ce sont les démocrates de la côte-ouest et de la côte-est qui morflent le plus du libre-échange qu’ils vénéraient tant !

    Encore une fois, je ne sais pas si Trump sera élu, ne vendons pas la peau de l’ours, mais c’est un fait, comme le dit cet article : si Trump peut perdre des plumes à cause de certaines décisions trop lentes, les démocrates y ont encore plus à perdre idéologiquement : le modèle isolationniste US surtout présent chez les républicains aurait bien mieux protégé les USA que le modèle libre-échangiste / impérialiste des ennemis de Trump majoritairement démocrates mais également à l’intérieur du parti républicain en ce qui concerne les néo-cons qui n’ont cessé de nuire à Trump.

    Cette épidémie présente quand-même pas mal d’avantages en ce qu’elle révèle les failles du modèle libéraliste.


  • Dans un interwiew d’il y a deux jours don Jr Trump dit qu’il est impossible de gagner les élections avec l’establishment des médias.

     

    • Il a pourtant remporté les élections en 2016 malgré la guerre que lui ont mené les médias.
      Il reste encore quelques mois avant les prochaines élections et le couillonavirus est en train de mourir.
      Trump a beaucoup plus de marge de manœuvre sur le terrain que les démocrates représentés par ce Biden qu’il parait étrange d’avoir choisi en face de Trump avec les casseroles qu’il se traine.
      C’est comme si Valls revenait en France pour représenter un renouveau. Ah oui c’est arrivé :-)
      Si le pouvoir profond en vient à présenter des colistiers comme ces deux-là c’est qu’il ne lui reste pas beaucoup de cartouches.


    • Manière de battre le rappel des médias "alternatifs" (certains sont manipulés par la frange de l’état profond favorable à Trump), ceux qui l’ont fait élire une première fois. Plutôt habile comme aveux.


    • Tout est nouveau, Donald Trump rentre en guerre avec son plus grand allié médiatique qu’est fox news. Il a même demandé une alternative à ce média, je peux vous assurez qu’ils ne lui reste plus que l’espoir du peuple patriote d’Internet, en subissant une pression énorme de censure des gafam. C’est une vraie révolution, cela devient même une vraie question ? Est ce que cette opération covid 19 n’est tout simplement pas une opération de destruction de Trump et son nationalisme ? Et de donc de fait, un énorme bug pour les globalistes ?


  • Sur cet aspect, je rejoins Cosette. L’opération Covid a été précipitée car Trump va assécher le marais s’il est réélu. Puisse la suite des évènements lui donner raison...

     

  • L’Etat profond ne VEUT pas, mais pas du tout, que Trump soit réélu. Le russiagate ayant échoué, puis le ukraingate, j’étais certain en 2019 qu’il se "passerait quelque chose" en 2020 afin de saboter l’élection de Trump. Evidemment, je n’ai pas pensé à une "pandémie", plutôt à un crack économique. Pour moi, il est hautement probable que ce virus a été bricolé dans un labo et qu’il a été introduit dans la population, notamment pour torpiller Trump (mais pas seulement). L’Etat profond ne veut pas de Trump ("Il n’a pas été initié" disait le soir-même de l’élection de Trump en 2016 un politicien de haut rang) mais le gouvernement chinois non plus pour des raisons évidentes. Se sont-ils alliés sur ce coup ?

     

    • Je crois en effet que l’état profond américain et les mondialistes se sont alliés aux chinois pour trouver ensemble un moyen efficace de liquider Trump et au passage tuer dans l’œuf une possible prise de conscience généralisée des pays occidentaux contre les mondialistes. En ce faisant l’état profond garde la main sur l’Amérique et la Chine peut alors battre les USA dans la guerre économique en devenant ainsi numéro un mondial. J’ai pas dis que les mondialistes aiment les chinois ou que les chinois aiment les mondialistes, je dis juste qu’ils ont en ce moment le même ennemi prioritaire, d’où leur alliance forcée. En gros c’est l’ennemi de mon ennemi qui devient mon ami.

      C’est un peu comme quand Poutine s’est mis avec les chinois il y a quelques années (en gros a cause de la guerre en Lybie et en Syrie), c’est pas parce qu’il les aiment mais c’est parce que ensemble ils peuvent mieux contrer l’OTAN et leurs faucons/neocons (vrais cons pour le coup). Etant donnée que Poutine entretien des relations de plus en plus bonnes avec Trump et que Trump est l’ennemi de la Chine, je prédis d’ici quelques années (car cela ne peut se faire du jour au lendemain) un renversement d’alliance avec la fin de l’alliance russo-chinoise et le commencement d’une alliance des pays blancs et chrétien (je rappel que nous partageons plus ou moins la même culture, la même religion et les mêmes racines, contrairement aux chinois) qui se seraient détachés de l’état profond comme Trump est en train de le faire avec les USA.

      Ce renversement pourrait changer la face du monde, et la changer en bien, durablement.


    • ak47 @ahah un plaisir de vous lire vous sortez les theories les plus farfelues qui soit ! vous etes vraiment un comique troupier !


    • Non, moi perso je trouve la théorie intéressante, et d’un point de vue logique c’est pas mal. Du moins les faits ont tendance a corroborer ses dires.


    • @issa, vous n’êtes pas d’accord avec quelqu’un du forum c’est votre droit, mais je remarque que vous ne proposez rien et en plus vous vous permettez d’insulter les autres. C’est ER ici, pas Panamza.


  • Fake news 1) Époque économique bénie du début de mandat pour Donald Trump.
    Faux. Système économique maintenu en vie artificiellement par la planche à billets. Trump le sait très bien et pousse à l’effondrement de ses ennemies à la Federal Reserve. Voir son discour ’’Our Movement’’

    Fake news 2) L’histoire est pourtant tragique. Le terme tragique surtout utilisé ici pour marqué les esprits. Tragédie = mauvais sort que personne n’aurait pu prédire, loi du hasard.
    Faux. Dernier false flag en date perpétré par l’élite mondialiste pour avoir la peau de Trump.

    Fake news 3) Donald Trump a fait ce que tous les présidents d’États fédéraux doivent faire. Il a suivi les recommandations de ses conseillers scientifiques et a émis des recommandations. Les États-Unis étant un état fédéral, Washington ne peut pas imposer des mesures partout, ça, c’est le rôle des gouverneurs.
    Faux. Trump peux en tout temps imposer sa volonté aux états qui ne respecte pas la constitution qui je rappelle est toujours en vigueur même sous l’état d’urgence. Il a choisi de ne pas le faire pour des raisons stratégiques. Le piège du méchant dictateur n’a pas fonctionné par contre les méfaits des gouverneurs bafoueurs de libertés ont été exposés au public.

    Fake news 4) Néanmoins, Donald Trump a tout de même tardé à prendre la pleine mesure de la pandémie et de ses conséquences.
    Faux. Trump le premier a décrété les restrictions pour les voyageurs en provenance de Chine et d’Europe à l’encontre de l’avis de Fauci le petit bonhomme à lunettes qui a du sang sur les mains. Biden a traité Trump de Xénophobe pour son Chinese ban, de même que la tueuse d’enfants catholique Pelosi qui au même moment poursuivait, pour les embrasser les représentants de la communauté Chinoise dans le quartier Chinois de New-York pour la fête du nouvel an en encourageant tout le peuple Américain à faire de même.

    Fake news 5) Les nids épidémiques se situent dans les grandes métropoles et sur les côtes
    Faux. La Californie est peu touchée et à New-York le navire hospitalier attitré n’a pas servi, les hôpitaux licencient les médecins et la presque majorité des ventilateurs réclamés par Cuomo la pleurniche n’ont pas été utilisés.

    Je dénombre au moins 5 autres fake news du pseudo specialiste que Spunik a accepté de publier et je continu cette liste si on m’en fait la demande.


  • Ce n’est pas le covid-19 qui compromettrer les chances de réélection de Donald Trump mais la chute des marchés pétrolier.... novembre 2016 .45dollard le baril contre 12 dollars ces derniers jours.en un mot c’est mort pour Trump

     

Commentaires suivants