Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le dopage au travail : une réalité pour 20 millions de Français

Médicaments, alcool, tabac, cannabis, cocaïne… : les actifs consomment de plus en plus de substances psychotropes, légales et illégales. Pourtant, la question du lien avec le travail n’est jamais posée, déplorent des professionnels du secteur alors que s’ouvre lundi un congrès sur le sujet.

 

« De plus en plus d’actifs ont une utilisation des produits soit pour tenir, soit pour dormir ou récupérer, soit pour se construire une identité professionnelle », explique Gladys Lutz, chercheuse et présidente de l’association Addictologie et travail (Additra).

[...]

« Il ne s’agit pas de consommation pour se mettre en marge mais pour rester dans le match »

La France, premier pays consommateur de psychotropes

Le constat de Marie Pezé, psychologue et psychanalyste spécialisée dans la souffrance au travail, est sans appel : la situation est « catastrophique ». La France, dont la productivité horaire compte parmi les plus élevées au monde, est aussi le premier pays consommateur de psychotropes, rappelle-t-elle.

D’après elle, la « frénésie » qui s’est emparée du monde du travail « oblige au dopage légal et illégal ». Le Dr Pezé décrit une "augmentation générale" des traitements licites "aidant à tenir le stress au travail, l’anxiété, les situations de maltraitance, l’hyperactivité convoqués par le travail" (antidépresseurs, somnifères, anxiolytiques).

Mais la consommation de toutes les autres substances illicites n’est pas en reste. Elle est directement liée à la « tribu » à laquelle les actifs appartiennent : « cocaïne chez les traders » et les communicants, « amphétamines » chez les artistes notamment, alcool « en forte augmentation chez les plus jeunes », cannabis pour « redescendre »…

Lire l’article entier sur sudouest.fr

 

 

 

(Cliquez ici pour voir ce sujet en entier sur le dopage au travail)

Contre la soumission chimique au Système,
lire sur Kontre Kulture

 

Le Système drogue ses sujets, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

58 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Dans un peu moins de 10 ans, on va passer au suicide en étant aussi courant que les médicaments, mais là, il n’y aura qu’une seule prise .Ils sont arrivé à rendre les gens fous .


  • Chez les Aztèques, seuls les esclaves avaient le droit de consommer de la marijuana, car elle aide à tenir le coup ; tout comme la coca dans les Andes. Ces drogues aident provisoirement les gens dont la vie est trop dure, puis les achèvent ou les aident à mourir plus tôt que prévu par leur programmation interne innée.
    La prise de marijuana pour l’Aztèque libre était punie de mort. La société saine a en effet besoin de gens productifs et courageux, et favorise ces qualités.
    La fumette en effet rend à la longue docile mais aussi bête et lâche, car indifférent à tout.
    Un peuple qui se drogue est un peuple malheureux en processus d’esclavage ou déjà enchaîné.

     

    • #1838602

      Je fume pas mal et je peux vous dire qu’il y a bien plus docile que moi et je pense que c’est le moins que l’on puisse dire quant à ma lacheté, si tout le monde était aussi lache que moi il y aurait un peu moins d’emmerdeurs parce qu’ils craindraient un peu plus de se prendre une baffe.


    • faut considérer la quantité aussi, boire un verre de vin ou une bouteille entière, c’est toute la différence


    • @ révi-sioniste
      Vous avez un bon organisme, et une bonne cervelle. Il y a aussi des alcoolos qui vivent jusqu’à 100 ans, écrivent etc. En Russie, par exemple, parce que leur organisme est mieux adapté au froid, donc à la prise de réchauffants.
      Toutefois la marijuana est globalement une drogue néfaste, comme l’alcool si on en abuse. Voir les études médicales et les personnes qui s’y adonnent, après quelques années.


    • J’ai connu plusieurs profils très différents fumant quotidiennement du cannabis .

      - L’inhibé craintif solitaire sensible complètement isolé et apathique.
      - L’hyper actif sympathique sociable et rigolo qui consomme- sauf héroïne en intraveineuse- tout ce que le marché propose .
      - Le nonchalant placide, vieil enfant trop gâté égocentrique et paranoïaque.
      - Le gros travailleur matérialiste très bien intégré dans la société capitaliste .
      - La petite frappe insupportable et mythomane.
      - L’esprit vif et bien structuré mais en ébullition constante.
      Je n’ai jamais eu l’impression en fréquentant ces gens que leur vie personnelle et leurs relations avec leurs proches auraient été moins intéressantes s’ils avaient été abstinents comme moi . Le seul parmi eux qui ait tout arrêté a conservé une dépendance certaine à l’argent. Je me sens très chanceux de n’avoir jamais été tenté par la chose.


  • Les 1% des gens les plus riches se dopent aussi.
    A l’argent ! C’est une drogue très dure qui rend accro.


  • le dopage triste. tout cela pour une tape dans le dos et une petite médaille.

    l’hypocrisie de ces dopés qui beuglent de l’égalité pour tous, et qui, en douce se dopent pour mettre la branlée à leur prochain et perpétuer une mentalitée qu’ils feignent combattre.

    vivement qu’ils se questionnent sur le pourquoi de cette impasse .

     

    • #1838597

      Il existerait un "dopage heureux" ? Pour moi, c’est con à dire, mais la seule arme, c’est d’avoir la foi. Non pas pour rester dans un boulot con et stressant face à des tordus, mais pour oser changer de paradigme, de cadre ! Il est là le challenge. Car effectivement sinon c’est la mort lente ou le suicide, c’est ce qu’on voit. Il faut une sacrée dose de lucidité et de hauteur de vue pour pas se laisser emporter...


    • le dopage "heureux" est pour ceux qui ramassent des millions ...
      eux ont une sorte de retour sur investissement . je suis d’accord avec vous sur la foi , qui s’accompagne souvent d’un état d’individuation en cour ou du moins avancé . ce que le systéme actuel combat en rendant dépendant un maximum de gens par une infantilisation à tout les étages.
      les serviles festifs se transforment avec les années en serviles depressifs etc...
      ils naissent révent et meurent , mais ne vivent pas.


  • Bienvenue dans le "Meilleur des Mondes" où tout le monde est accro au soma pour ne pas chavirer... Les lobbies derrière les "drugstore" doivent se frotter les mains.


  • Le café aussi. Certains en ingurgitent des quantités industrielles au travail.


  • Tant qu’à moi le café est aussi une drogue, les stéroïdes de bureau.


  • J’étais en train de regarder une vidéo sur les coursier, ceux qui font des livraisons de repas en vélo, apparemment sur une journée de 12 h, tu peux toucher jusqu’à 150eu suivant le prestataire (Stuart et Deliveroo). On pousse de plus en plus les gens à travailler comme des fous et si tu veux pouvoir tenir de telles cadences ben, faut se doper, parce que 12h de vélo par jours et ben ça use !!! L’Uberisation est en marche, ces concepts dont ce chère Attali nous ventais les bienfaits (cf la libération de la croissance), voilà c’est fait on y est plus de métier que du travail ... Des gens éjectables, toujours en précarités et obligé de prendre des prod’ pour tenir des cadences de plus en plus infernales. Quel monde merveilleux, vivement le futur !!!!

     

    • 12 h de vélo ça use t’as raison avec les prods en plus tu t’useras 10 fois plus vite, et quand tu te fera malgrès tout éjecté de ton taf de coursier car tel est la loi du sport et bien tu pourras toujours continuer les produits mais juste parce que tu sera trop accro pour arrêter , un peu comme un cycliste professionnel, le salaire en moins...

      Un conseil, arrête de faire 12 h par jour personne ne t’y oblige, divise par 2 ça te fait encore 45 h la semaine de quoi vivre et avoir un peu de temps à côté pour pas peter les plombs pour rien car le rsi et les impôts te prendront tout ou presque quelque soit le nombre d’heures. Ou sinon engage toi dans des course de vélo dans ton temps libre , c’est mieux pour la désintoxe après le boulot et bien meilleur pour la santé mentale sur la durée.
      La drogue est fourni par les mêmes que ceux qui fournissent ce taf d’esclave , rien que ça devrait suffir à boycotter le moins rentable des deux.


  • Il y a surtout un combo perdant : job de bureau + habitude/cliché de consommation excessive de café + écran dès le réveil (télé, smartphone, etc) + écran dans les transports en commun (smartphone) + écran toute la journée + écran en rentrant (la petite heure réseaux sociaux + écran le soir (télé, réseaux sociaux, jeux en ligne, séries, etc) jusqu’à pas d’heure = mort interne déclaré.

    Je suis bien conscient de l’usage des drogues pour tenir les cadences de travail dans certains boulots (grande distribution, pour ma part). Mais je pense que beaucoup ont des troubles du sommeil, de la concentration, etc, à cause d’un mode de vie qui anéanti le cerveau et le système nerveux. Le problème est que ce mode de vie destructeur est élevé au rang de norme. Je me sens seul, dans les transports en commun, à ne pas être scotché sur mon smartphone. Je me sens seul lorsque j’annonce que je ne suis pas accro aux séries, jeux vidéos en ligne, réseaux sociaux, etc.

     

    •  :) non Milouz, tu n’es pas seul !


    • Tu n’es pas seul Milouz. (enfin avec un pseudo comme ça, c’est risqué quand même !)

      Un écran, c’est quand même pratique pour consulter son site préféré de là ou l’on veut...( on se comprend hein !) et faire un petit carton sur GTA V de temps en temps
      Allez avoue ! ;o)


    • Qu’on s’entende bien, j’adore prendre mon petit-déjeuner en lisant le "Un jour en France" de la veille sur mon smartphone. J’en ai plutôt sur le combo perdant que je décris, lorsqu’on cumule la complète, oeuf/jambon/fromage quoi. Milouz, j’avoue que je regardais les Simpsons à l’époque, le soir. C’était du temps où lorsqu’un un épisode était programmé, bah t’en regardais qu’un. Le "à la demande" n’avait pas encore pointé le bout de son pif.

      A l’époque où je jouais un peu aux jeux vidéos (époque sans jeu en ligne, ou compliqué en tous les cas, internet à la minute), mes parents avaient imposé que la console se trouve dans le salon (j’avais pas de télé dans ma chambre, de toute façon). Ca permettait de limiter le temps de jeu. Et déjà à mon époque, je passais pour l’extra-terrestre de service parce que j’avais pas de télé et/ou de console dans ma chambre. La question con qui venait souvent "Tu fais quoi alors ???", bah je lis connard.

      La dernière fois que j’ai joué à un jeu vidéo, c’était il y a quelques mois, un truc de guerre (me demande pas le nom) chez mon cousin plus jeune de quelques années. J’ai trouvé ça marrant, j’ai joué une heure puis c’est bon quoi. Lui, il passe ses soirées là-dessus.

      Il y a quelques semaines, j’emmène ce même cousin faire un tour à vélo dans des petits chemins paumés. On devait capturer des insectes pour un de ses cours à l’école. On a passé trois heures à rouler, il faisait beau, on s’arrêtait à certains endroits (cours d’eau, étang, maïs, etc) pour écouter les criquets, les libellules, et les choper. J’espère lui avoir ouvert les yeux (et l’esprit surtout) quand je lui ai dit en rigolant "C’est autre chose que de tuer des gens assis dans ta chambre hein ?".


    • Milouz,
      je te comprends parfaitement et mon commentaire était sans moquerie.



      Le problème est que ce mode de vie destructeur est élevé au rang de norme. Je me sens seul, dans les transports en commun, à ne pas être scotché sur mon smartphone. Je me sens seul lorsque j’annonce que je ne suis pas accro aux séries, jeux vidéos en ligne, réseaux sociaux, etc.



      On est encore beaucoup, rassure toi !


  • Mon amie travaille à la banque, secteur financier, après avoir décroché un diplôme d’HEC. Ses heures de travail sont folles. Elle ne rentre jamais avant 23h, parfois à 3H30. Boulot pour le w-e, aussi, car sous-effectifs. Bref, j’ai calculé le taux horaire, elle est moins bien payée qu’une femme de ménage, environ 11€/h, brut.
    La drogue là-bas, c’est le café. Ça fait des deal pour des grands pontes, genre patron de SFR, patron de Free, etc... et ça se fait exploiter, en se bousillant la santé. Médium important, le manager, qui fait avaler les couleuvres, tout en douceur.
    Ça ne peut pas durer longtemps comme ça, mais tant que les employés sont jeunes et dociles, là-haut ça encaisse grave sur le dos des travailleurs.
    Je suis furieux de cette situation, et tente de raisonner mon amie. Mais les grands patrons se gavent, se gavent, car chantage au chômage.
    Diplôme prestigieux en poche, tu te fais exploiter et user la santé pour gaver des enfoirés. Il va falloir que ça cesse

     

  • Le dopage au travail ou plus trivialement l’addiction (à quoi que se soit) peut s’analyser à l’aune de ce que décrit Lucien Cerise depuis un certain temps déjà. Le transhumanisme étant vendu comme la post humanité, les produits licites ou non, naturels ou non ne sont qu’un marchepied vers cette post humanité(cf film de zombie, prise de performance, prise de décompression dite prise récréative- fort éloignée de la prise de certaines substances prises dans un cadre chamanique-bionisation.

    Pour qui fut roliste dans sa jeunesse, la réalité explose la fiction...Triste époque


  • Et au collègue, au lycée et à la fac... sans oublier au sport et au combat. L’humain ne supporte plus rien. Misérable espèce !

     

    • Entre nous c’est quand même à l’école que j’ai commencé à boire et à fumer.


    • Oui le plus insupportable pour une conscience sensible et intelligente reste l’école , surtout à partir du collège, sauf pour de rares élu(es) qui finiront avec leur longues études à sur classer leur conjoint homme pour ne se sentir jamais satisfaites de leur situation de femme qui a réussi à l’école à qui on a promis le bonheur futur...les hommes qui réussissent eux n’ont la plupart du temps jamais réussi à l’école. Je ne parles pas des élites coupées du monde réel, mais des vrais humains de base. Ceux qui se sont souvent beaucoup drogué pour supporter leur condition avant de réaliser que le bonheur de vivre n’est pas de ce monde alors inutile de se détruire la santé à courir après, Dieu merci.


  • La servitude volontaire dans toute sa splendeur.
    Je parie que la plupart de ces spécialistes de la tête dans le guidon shootés au Xanax et au Redbull disposent des dernières générations de TV HD (dont le principal critère d’achat est qu’elle soit plus grande que celle du voisin), de smartphones, de PC et autres gadgets électroniques dont le renouvellement régulier demeure fortement dispensable. Sans parler de leurs divers crédits à la consommation.
    Ces individus alimentent, par leur soumission et leurs habitudes d’achat, le système et la structure mêmes qui les enchaînent. Ne tombons pas dans un manichéisme confortable : les torts sont partagés.
    Orwell exagérait sans doute en évoquant des peuples "complices" mais reconnaissons que ces derniers ont souvent les élites qu’ils méritent.

     

  • " Marche (à la drogue) ou crêve " ! Et en prime on aura un excellent prétexte pour te virer séance tenante .


  • " Marche (à la drogue) ou crêve " ! Et en prime on aura un excellent prétexte pour te virer séance tenante .


  • " Macron détruit le code du travail et booste notre trafic de drogue . Il est très bien ce petit " .


  • Interessant. On me dit souvent que tout le monde est sous coke dans les grandes agences de comm

     

  • Y’a qu’à voir un peu les français au volant pour comprendre qu’en effet, il y a comme qui dirait quelque chose qui cloche...


  • Toujours plus vite, toujours plus fort, toujours plus con !!!...

     

  • " Après avoir détruit le Code du Travail les législateurs que nous sommes devraient bientôt voter une loi autorisant certains produits jusqu’ici illicites sur le lieu de travail afin d’améliorer la "productivité" de nos employés ".


  • #1838872
    le 13/11/2017 par Aiguiseur de guillotines
    Le dopage au travail : une réalité pour 20 millions de Français

    Une drogue dont personne ne parle ; les boissons energisantes (genre Red Bull ect...).
    Je vois des mecs tourner à ça au boulot. C’est pas une ou deux, certains vont jusqu’à 5 ou 6 par jours. Je parle des grosses canettes de 500ml, carrément.
    J’en vois les effets tous les jours. Les mecs ne dorment plus, ils sont irritables, taciturnes, ne mangent plus, sont violents, manquent de concentration, aucun focus, douleurs osseuses, estomac ravagé, hyper tension ect...

     

  • 20 millions ?? C’est pas un peu exagéré ? Sachant qu’on n’est 80 millions de français au grand max et que la population active doit être environ de 30 millions.

     

  • #1838962

    Moi aussi je me dope ,mais aux livres de KontreKulture


  • A mon avis, c’est simplement de l’ignorance. On CROIT que les psychotropes comme la Coke ou l’alcool augmentent les performances, alors qu’évidemment elles les rendent pathétiques. Y a un côté "cool" aussi du mec en costard qui se shoote. Alors que face au stress, rien de mieux qu’être en bonne santé et avoir la tête claire pour performer. Bien sûr la caféine n’est pas considérée comme un psychotrope, faut pas non plus exagérer.

     

  • Le travail lui même est une drogue.

    Beaucoup de personnes deviennent dépréssives lors d’une mise au chomage, ou pire chez les retraités, qui ont bosser 40 ans non stop, et qui se retrouvent completement déseuvrés du jour au lendemain. La descente est difficile...

     

  • Il y a 5 ns de cela, je me suis trouvé un travail tellement physique, que pour tenir les 55 H/semaines, je tournais au coktail Redbull+ créatine+ Megamass+ fromage blanc !
    Les pots de Megamass et créatine faisaient la semaine (dose américaine déconseillée par les médecins du sport français : 20g de créatine/jour), le Redbull c’était 4X 33 cl/jour et le fromage blanc c’était 1.5Kg/jour en plus des repas...
    J’ai tenu 4 mois, et j’ai arrêté quand j’ai vu ce que ça me coutait !
    Etant allergique au Canabis, il m’était impossible de devenir l’employé modèle à l’image de mes collègues : celui capable de bosser sans douleurs jusqu’à s’effondrer dans son lit comme une loque...
    Ou est l’intérêt de claquer du pognon pour en gagner ???
    J’était salarié, pas rentier, ça n’a pas lieu d’être !
    faut arrêter de marcher sur la tête !


  • #1839159

    Nous travaillons pour vivre alors, pourquoi se tuer au travail ?


  • @ par magic #1838682

    « Et si tu craques et que tu te décides de changer de vie et de faire quelque chose que tu aimes vraiment, toute la famille te prend pour un extra-terrestre de "gâcher" un tel diplôme... » « Le monde est fou. »

    Ce monde est fou et malade ! Quand le Mal a dit, le corps flanche parce que l’âme au fond d’elle-même SAIT que le Mal la ronge !

    J’ai fait un burn-out (épuisement) en 2006. Avec le recul, je réalise qu’il a été un message de la grâce divine pour réorienter mon existence et en quête de mon Orient intérieur. J’ai utilisé mon temps de convalescence à rattraper le temps perd, celui dépensé à bosser comme un automate. Mon administration m’a proposé un nouveau poste en 2013 sans perte de salaire : j’ai tenu 3 mois et j’ai été mis en retraite pour invalidité avec baisse de revenus importante donc. Ma vie familiale s’était disloquée en 2007. Perte de mon sommeil. Seuls des anti-dépresseurs dont je limitais volontairement la prise me permettait un peu de dormir.

    J’ai poursuivi mon itinéraire intérieur à savoir quête du sens de la Vie : spiritualité, politique et métapolitique.

    Il est là le « challenge » désormais non dans la croissance extérieure (belle carrière, rémunération, notoriété, etc....) mais dans la croissance intérieure (estime de soi, valeurs physiques et morales, réduction des fréquentations, plus de TV, journaux, ....).

    Nous vivons une mutation à savoir un Passage de morts-naissances-morts-naissances successives lesquelles s’accélèrent. Ceux qui ont vécu un effondrement intérieur à savoir des apocalypses personnels successifs le savent.

    Lorsque l’âme est guérie donc forte de cette expérience et qu’elle a complètement et sans réserve fait confiance à sa lumière de Vie intérieure, elle n’est plus la même. Le monde dit extérieur lui apparaît comme fou à commencer par la psychiatrie, les psychologues et tout le système médical, des ignorants au regard de Vie en chacun.

    Francis Cousin et d’autres thérapeutes aborde ces questions.

    Il n’y a pas de solutions collectives car tout a été essayé. Il n’y a que des expériences individuelles qui ont pu s’accomplir Grâce au Divin !

    Toutes les barrières faussement sécurisantes tombent. Toutes nos institutions sont entrain de s’effondrer. Elles sont maintenues artificiellement par le pouvoir bancaire c’est dire la fragilité du Colosse aux pieds ..... d’argile !

    Tout est entrain de se liquéfier : religions,états, systèmes


  • Après le mois du harcèlement, le mois des psychothropes, puis celui du suicide, suivi du mois du racisme, puis de l’antisémitisme, avril mois du système de santé, mai pour le 3° âge, juin le travail, août les congés (ouf ouf ouf) septembre l’éducation. En fait un manège de chevaux de bois pathétique entrecoupé par les zélections médiocratiques/caution/chèque en blanc. La routine quoi...


  • Quitte à déplaire, je préfère encore survive au RSA, c’est à dire, non pas Versailles, mais la misère, et bosser bénévolement pour aider d’autres personnes, que d’être esclave de ces entreprises absolument déshumanisés.


  • #1839798

    "Le dopage au travail : une réalité pour 20 millions de Français"

    Pourquoi pas 30 millions, tant que vous y êtes ?

    A propos, le chômage aidant, ils sont combien au total, les travailleurs Français ?


  • " la France, 1er consommateur de psychotropes", j’en doute fortement. J’ai vécu 2 ans en Allemagne, et je peux vous dire que la consommation de méthamphétamine doit être la plus développée au monde (notamment à cause de mafias asiatiques). Beaucoup d’allemands prennent des micro doses de cette drogue qui dopent leur concentration et leur motivation.
    J’avais même un collègue qui la fabriquait lui-même à partir d’un médoc anti-rhume. Quand on est chimiste, la synthèse de cette drogue est vraiment simple à faire malheureusement.


  • Amphétamine pour les artistes c’est n’importequoi, nous les artistes on prend des psychotropes, cannabis surtout. J’ai jamais rencontré un artiste sous amphétamines.


  • #1841150

    Je suis saisonnier (été et hiver, secteurs touristiques très physiques) et je tiens les 70h bien tassées de la haute saison par une hygiène de vie et une alimentation rigoureuse, quand d’autres se droguent. Je passe pour une force de la nature alors que je suis simplement équilibré et prudent. Je peux dire aussi que je suis un drogué passif en côtoyant mes collègues, tellement la drogue est omniprésente et banalisée, notamment sa forme dite douce. Je suis systématiquement le seul à ne pas y toucher et même à m’y opposer en étant obligé d’aller au conflit, simplement pour m’en protéger. Drôle d’époque...


Commentaires suivants