Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Sexe, drogue, sécurité, loisirs, manipulation : Aldous Huxley avait tout compris

À l’image des très controversés Protocoles des sages de Sion – toutes proportions polémiques gardées – Le Meilleur des mondes (1932) est une fiction visionnaire qui se rapproche de la réalité. La suite a donné raison à Aldous. L’esprit du livre a inspiré des générations entières de romanciers et de philosophes. Ces derniers, attirés par la lucidité comme les phalènes par la lumière, ont précisé et éclairé le tableau cauchemardesque du Meilleur des mondes afin d’approcher la structure cachée de notre société, sans s’arrêter à sa peau, comme le Système nous l’intime.

 

Ces temps-ci, sur les réseaux sociaux, un texte attribué à Huxley fait fureur. Il déclenche chez les lecteurs peu au fait de la politique profonde une prise de conscience doublée d’une angoisse.

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. [...]
Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste.
Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée.
Surtout pas de philosophie. Là encore il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des informations et des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif.
On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique.
Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser.
On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains.
Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.
En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté : de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. »

Cependant, il ne s’agit pas d’un extrait du Meilleur des mondes, mais d’un texte de Serge Carfantan écrit en 2007 et intitulé « Leçon 163 : Sagesse et révolte ». Ce qui n’enlève rien à la qualité du texte en question. Voici l’extrait entier, avec un trou qui n’est pas de notre volonté.

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées (cf. les individus de type alpha, béta, gamma).

Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie.

Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. (cf. le rôle de la drogue et du sexe dans le roman de Huxley)

En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle [volonté d’ ?] intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir (la proposition est dans le roman !). »

Tout ceci est bien vrai, comme disait la Mère Denis, et cette pensée est désormais partagée par un nombre grandissant de citoyens, on ne parle évidemment pas que de la France. C’est d’ailleurs le souci numéro un du pouvoir, qui n’arrive pas à endiguer une prise de conscience non générale – ne rêvons pas – mais suffisamment partielle pour être contagieuse.

 

Voici maintenant deux textes tirés du roman d’Huxley. Écrits en 1932, ils n’en demeurent pas moins très contemporains.

« À présent – voilà le progrès – les vieillards travaillent, les vieillards pratiquent la copulation, les vieillards n’ont pas un instant, pas un loisir, à arracher au plaisir, pas un moment pour s’asseoir et penser, ou si jamais, par quelque hasard malencontreux, une semblable crevasse dans le temps s’ouvrait béante dans la substance solide de leurs distractions, il y a toujours le soma, le soma délicieux, un demi gramme pour un répit d’une demi-journée, un gramme pour un week-end, deux grammes pour une excursion dans l’Orient somptueux, trois pour une sombre éternité sur la lune ; d’où, au retour, ils se trouvent sur l’autre bord de la crevasse, en sécurité sur le sol ferme des distractions et du labeur quotidiens, se précipitant de Cinéma Sentant en Cinéma Sentant, de femme en femme pneumatique, des terrains de Golf-Électro-Magnétique… »

Pas mal, non ? Les loisirs du 4e âge, les parcs à riches octogénaires de Floride, la sexualité boostée par les drogues, les drogues pour oublier le réel (sans le changer), la civilisation des loisirs, le sexe comme refuge d’une pseudo-liberté, la tyrannie de la sécurité, la robotisation du sexe... tout y était ! Et maintenant, en guise de dessert, une petite pointe sur le bonheur :

« Parce que notre monde n’est pas le même que celui d’Othello. On ne peut pas faire de tacots sans acier, et l’on ne peut pas faire de tragédies sans instabilité sociale. Le monde est stable, à présent. Les gens sont heureux ; ils obtiennent ce qu’ils veulent, et ils ne veulent jamais ce qu’ils ne peuvent obtenir. Ils sont à l’aise ; ils sont en sécurité ; ils ne sont jamais malades ; ils n’ont pas peur de la mort ; ils sont dans une sereine ignorance de la passion et de la vieillesse ; ils ne sont encombrés de nuls pères ni mères ; ils n’ont pas d’épouses, pas d’enfants, pas d’amants, au sujet desquels ils pourraient éprouver des émotions violentes ; ils sont conditionnés de telle sorte que, pratiquement, ils ne peuvent s’empêcher de se conduire comme ils le doivent. »

Un comportement parfait dicté par le Système, des foules calculées grâce au développement accéléré de l’individualisation, l’étouffement de toute possibilité de révolte, l’explosion de la famille en isolats humains, décidément, Aldous, bienvenue en 2017 !

 

 

 

Retrouvez les petits-enfants d’Huxley sur Kontre Kulture

 

 






Alerter

74 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1776707
    Le 1er août à 14:50 par Torrah Tout Compris (TTC)
    Sexe, drogue, sécurité, loisirs, manipulation : Aldous Huxley avait tout (...)

    Il n’y a pas de prémonitions dans les écrits de Huxley. Celles-ci ne sont que de simples fuites volontaires ... des ballons d’essais en quelque sorte,... à la manière d’Attali, qui portent sur la teneur de l’idéologie des cosmopolites du Grand Kahal , et qui sera appliquée dans les prochaines décennies.

     

    Répondre à ce message

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi. Il faut bien faire la différence entre livre prophétique et livre programmatique. Aldous Huxley, George Orwell, H.G. Wells ont écrit des livres programmatiques. Il en est de même avec Samuel Huntington et son Choc des Civilisations qui "prophétise" si bien la destruction du Moyen-Orient qui nous observons maintenant. Je crains que tu aies également raison sur Attali.
      D’ailleurs Orwell, Wells et les frères Huxley se connaissaient très bien entre eux et connaissaient aussi Aleister Crowley, cet infâme sataniste chef de la loge maconnique O.T.O. Faisaient-ils partie également de cette secte ? C’est très possible.
      Ces gens écrivent des programmes et le reste de la secte (au sens large) les exécute. Le livre programmatique permet aussi, souvent, de préparer les esprits afin de mieux enraciner le mensonge à venir. Mgr Delassus l’explique bien dans sa Conjuration Antichrétienne au sujet la fin de la royauté. Là aussi, l’idée avait été insérée dans la tête des Français en amont de 1789.

      Là encore, je crains qu’Attali et tous ses acolytes qui évoquent une guerre civile soient dans le programmatique... Il est donc urgent de dénoncer ces crapules avant que leurs "prophéties" ne se réalisent.

       
  • Il y a quelques années, j’avais lu "Le meilleur des mondes". Ce mec est un génie, dès les années 30, il avait déjà prévu ce qui est en train de nous arriver dessus. Huxley est en quelque sorte un lanceur d’alerte avant l’heure...

     

    Répondre à ce message

    • Prévu, non...il est beaucoup trop prophétique, beaucoup trop exact pour être honnête !

      Comme un commentaire plus haut l’évoquait, on ne parle plus de prophétie, là, mais bel et bien de programme. Il est clair qu’il faisait partie de cette micro-caste oligarchique qui tirait les ficelles et qu’il connaissait déjà la sauce à laquelle ils allaient nous manger dans les décennies à venir.

      C’est bien trop détaillé, trop précis (d’une précision quasi-biblique !) pour être simplement le fruit de suppositions éclairées par une mûre réflexion. Donc prévu, non. Annoncé, plutôt.

       
  • C’est normal de prévoir ce futur lorsqu’on y contribue. La famille Huxley n’est pas des moindres.

     

    Répondre à ce message

  • Le Meilleur des Mondes n’est pas une fiction scientifique, c’est un roman d’anticipation. Quand on connait le pedigree du frère d’Aldous Huxley....

     

    Répondre à ce message

  • #1776935

    Les masses veulent ce type de monde. Quand elles "grognent", c’est parce qu’elles ont le sentiment qu’elles n’ont pas encore assez de jouissances, de consommation, de plaisir. Ce qu’une jeune fille actuelle veut, c’est être sous un soleil de plomb toute l’année en bikini, à boire des cocktails sur la plage, rouler en grosse BMW et claquer du fric. Et les mecs en face sont les pions, résignés, et incapables de se révolter contre ça ! (cul oblige...).... revenir à des plaisirs " simples", comme la nature, c’est forcément être anormal, et le système fait tout pour nous en dissuader. Ajoutons a ça l’instinct grégaire naturel des gens, la plupart étant des crétins absolus, et on pige pourquoi l’oligarchie doit vraiment se marrer en manipulant ces marionnettes.

     

    Répondre à ce message

  • Brave New World Revisited.

     

    Répondre à ce message

  • En 1958, Aldous Huxley avait une théorie que j’appelle eugénisme psycho-chimique.

    J’explique :

    Il affirmait qu’en soumettant tous les individus d’une société, dès la majorité, à une dose +- importante de LSD, leurs tares psychologiques pourraient se révéler rapidement et préventivement, afin de les isoler socialement, ou mieux, de les éliminer définitivement.

    Cette théorie est d’autant plus remarquable qu’elle a probablement inspiré les "acid tests" massifs de l’armée américaine dans les campus universitaires quelques années plus tard. et un peu partout ensuite.

    Freedom !

    Il est toujours important de marteler que Huxley, Hoffman, Marcuse ont donc continué à modeler la société américaine 10 générations après sa prétendue indépendance, et pas l’inverse.

    J’ai un tas d’autres exemples concernant des transfères technologiques méconnus de l’Europe vers les USA.

     

    Répondre à ce message

  • Comment il pouvait être au courant des faits qu’il décrit ? C’est grace a ces conversations avec son frère scientifique , qui lui a dévoilé les projets de ses patrons . vous vous dites ces scientifiques sont sans consciences ? Oui et non , oui parce que ce sont des personnes qui réfléchissent a leur travail , non parce qu’ un ensemble de son entourage ( appelons ça une matrice ) met tout en oeuvre pour qu’ils se dirigent dans une direction précise et tout les reste est mis dans l’occultisme .
    Dans la littérature vous avez sans doutes lu « le voyage d’Ulysse » , il y a le passage où son équipage qui va sur l’ile de Circé , la liberté de tout les plaisir , au bout de quelque temps Ulysse et se qui reste de son équipage finir par découvrir qu’une partie des hommes se transformèrent en animaux .
    Bref c’est grace a ces actions de libertaires , que l’oligarchie réussie sans se salir les mains à réduire en nombre et en qualité le troupeau .

     

    Répondre à ce message

  • Le journaliste lui pose des questions dont il connait déjà les réponses.

    Interviewer Huxley sur le totalitarisme, la propagande, la manipulation des masses pendant une demi heure, pour conclure son émission par de la propagande anti russe.

    Chapeau.

     

    Répondre à ce message

  • Francis Cousin dit que dans 1984 Orwell dénonçait non pas le totalitarismes Stalinien ou Hitlérien mais bien nos démocraties. Mr Huxley est peut-être de bonne foi mais je suis très méfiant à l’égard de ce genre de personnage appartenant au gratin mondialiste anglo-saxon.

     

    Répondre à ce message

    • C’est la noblesse française qui a fabriqué l’Allemagne (Charles 1er) ET l’Angleterre (Plantagenêts), raison pour laquelle elle se cache, joue la victime et désigne toujours les autres.

      Eric Arthur Blair allias George Orwell allias John Freeman, et autres Huxley sont européens, point , c’est le seul dénominateur commun, et c’est aussi valable pour le colonialisme, le communisme, le nationalisme et la majorité des -ismes qui puent la mort.

       
Afficher les commentaires précédents