Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le gauchiste Laurent Cantet se demande dans son film L’Atelier pourquoi les jeunes se soralisent

« Pourquoi une part de la jeunesse ouvrière, aux prises avec l’ennui, la solitude et l’absence de mémoire, se reconnaît-elle dans les discours de l’extrême droite ? C’est le sujet du dernier film de Laurent Cantet, riche et complexe, à la fois thriller et documentaire. »

Ainsi commence l’article de regards.fr à propos du film du réalisateur gauchiste. Dans lequel on retrouve tous les poncifs et aussi toutes les impasses idéologiques du gauchisme à la sauce antiraciste et antifasciste.

 

Depuis la naissance d’une opposition nationale et sociale forte, couplée à l’explosion de la liberté d’expression sur l’Internet, le dogme gauchiste dominant a volé en éclats. Les piliers qui formaient cette idéologie aux commandes depuis l’après-68 se sont heurtés les uns aux autres sous l’effet du réel, prouvant par là-même qu’ils n’étaient pas bien solides. Une propagande massive les a imposés aux Français, qui se sont rendu compte, peu à peu, de leur inanité et de leur inefficacité. Devant l’immigration massive, devant le chômage massif, devant la paupérisation programmée, cette idéologie était non seulement inefficace, mais complice !

Avec un train de retard, et une guerre de retard aussi, les agents culturo-mondains continuent à seriner les principes de cette idéologie qui a totalement failli à un public de plus en plus maigre et de plus en plus sceptique. Les Français seraient-ils pris pour des cons par les médiacrates aux commandes ? Peut-être pas, tant ces personnages sont intoxiqués par leur propre poison.
On en voit le résultat flagrant dans le dernier film de Cantet, qui fait une fixation sur Alain Soral, fixation qui symbolise la perte de repères et d’influence de la gauche socialo-sioniste. Cantet, étymologiquement, ne comprend pas l’engouement de la jeunesse pour Alain Soral et le soralisme [1], qui est une vision du monde pourtant beaucoup plus adaptée et moins insultante pour l’intelligence que sa propre grille de lecture.

Dans L’Atelier (ou la fabrique de clichés) de Cantet, deux personnages se font face, on vous passe les symboles lourds comme des chevaux morts...

« Malika, petite-fille d’un ouvrier algérien des chantiers naval, veut transmettre la fierté du travail, les combats contre la fermeture des chantiers. La jeune femme imaginerait volontiers l’action dans ce temps homérique où 10.000 ouvriers produisent des paquebots qui sortent du port à grand renfort de fêtes locales. Cette mémoire des luttes du monde ouvrier, repère essentiel pour Malika, n’évoque rien à Antoine, plus déraciné qu’elle. Lui verrait bien l’histoire se dérouler dans le port actuel où accostent les yachts de milliardaires. On y verrait ce luxe qui le fait rêver.

Le film se focalise peu à peu sur ce jeune homme qui habite une cité comme il en existe tant, partout en France. Les histoires orales et familiales transmises par le grand-père de Malika se heurtent aux images qu’Antoine capte sur son ordinateur ou dans des virées où la culture viriliste domine et où le talent se mesure aux canettes dégommées à coups de revolver. L’ennui et la solitude suintent. »

On sent bien que Malika, le Bien, va s’en sortir alors qu’Antoine, le Mal, va mal tourner. Il va se soraliser. Regards.fr, pas à l’abri d’une aberration, titre même « une démonstration percutante ». On imagine les lycéens qui seront obligés de voir ce film, véritable insulte à leur intelligence et à leur libre-arbitre, placés devant le choix binaire Malika/Antoine, antiracisme/racisme, ou antifascisme/fascisme... à savoir être des couillons ou des salauds ! La belle méthode éducative que voilà ! Comme si les jeunes d’aujourd’hui étaient aussi cons que ceux de Mai 68 ! De l’eau informative est passée sous les ponts depuis, et la proportion de jeunes qui ne votent plus pour les partis dominants de l’alternance va croissante...

Le Cantet a donc produit, à l’aide de l’organisme public de financement de la propagande, le CNC, une œuvre de propagande tellement lourde qu’elle sera un énième coup d’épée oligarchique dans l’eau. Les jeunes se foutent de ce genre de prêt-à-penser comme de leur première mauvaise note, et leur asséner ce catéchisme pour imbéciles ne fera que renforcer leur méfiance.

Pour ce qui nous concerne, déprogrammer une partie grandissante de la jeunesse française est un jeu... d’enfant : la programmation est tellement nulle qu’on n’a pas de mal à la déconstruire, pour reprendre les termes de cette philosophie à la mode dans les années 70. Une déconstruction des modèles qui avaient fait la force de la France, et qui n’a pas été réalisée par hasard ! Comme le film de Cantet n’a pas été réalisé par hasard : l’oligarchie doit à tout prix raccrocher les wagons avec la jeunesse, sous peine d’un futur de plus en plus difficile pour elle.

Alors bien sûr, tous les jeunes ne sont pas méfiants sur les intentions des adultes en charge de la direction de la société et de la communication de masse. Beaucoup tombent dans les pièges tendus, et on ne peut pas les en blâmer : il nous a fallu à nous aussi des années pour les déterminer, les neutraliser et les dénoncer pour éviter que d’autres ne tombent dedans.

On va terminer sur la critique de regards.fr, qui essaye de noyer le poisson :

« À partir de cet entrelacs de jeux vidéo, de propagande de l’armée, de cours de culturisme, Antoine construit sa vision du monde en gobant les idées d’un Alain Soral quelconque qui abreuve ces jeunes oreilles de principe "d’honneur" et de "valeurs" jamais vraiment précisées. »

Pour eux, on peut préciser ce que sont les valeurs que nous défendons. Elles ne sont ni imprécises ni incohérentes, comme les pseudo-valeurs que sont l’antiracisme et l’antifascisme et qui sont utilisées sans vergogne par la dominance, plus apte à faire appel à l’ignorance qu’à l’intelligence des jeunes !

 

Notes

[1] Qu’il fait manifestement passer pour une idéologie d’extrême droite racialiste

Face à la propagande antiraciste et antifasciste de pacotille,
voici une triple dose d’humour, de talent et de social
sur Kontre Kulture

 

Encore un film soutenu par le CNC et la socioculture impopulaire,
voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

46 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Hahahha Luc Borel, comme un air de famille avec le bosse.
    On peut dire qu’ils ne font pas dans la dentelle et ce, dès la bande annonce.
    C’est bon, pas besoin d’en voir plus.

     

  • Ha, la fabuleuse mémoire algérien sur leurs luttes dans les corons !


  • Pourquoi se soraliser ? Tout simplement pour retrouver la mémoire, redécouvrir l’Histoire de France, démasquer les traîtres, les pointer du doigt, pour un jour les clouer au pilori et enfin les dissoudre !

    On comprend, que Monsieur Cantet ne comprenne pas. Sans doute n’est-il pas pour l’égalité et la réconciliation nationale.


  • Des bouffons comme ça, le système en chie constamment. Cachés derrière leurs outils de propagande écoeurante.


  • Pourquoi ?

    Ces mêmes qui ont mis en place (Moscovici, Hollande, Sapin, Macron…), voté (dont Castaner…) cette loi demandent au bien commun de rembourser : « Taxe sur les dividendes : l’Etat pourrait rembourser jusqu’à 10 milliards »
    http://www.europe1.fr/emissions/l-e...
    « Sans le nommer directement, Christophe Castaner en a profité pour adresser de vives critiques au quinquennat de François Hollande. "L’amateurisme juridique a conduit à faire le plus grand cadeau fiscal jamais fait aux entreprises de ce pays", a-t-il déclaré. "Celles et ceux qui donnent des leçons sont responsables d’une dette de l’Etat égale à quatre ou cinq années d’ISF. A minima la modestie face à ce genre de situation devrait s’imposer", a ajouté Christophe Castaner, une allusion aux récentes critiques de François Hollande contre la réduction de l’ISF décidée par le gouvernement. »

    Avec, je suppose, Moscovici pour négocier contre l’Etat français via la commission européenne…
    les jeunes, il faut se barrer d’ici ou se Soraliser de toute urgence si vous aimez ce pauvre pays aux mains des banksters !
    Mais quelle bande de fumiers !

     

    • Les franc-macs sont en représentation théâtrale permanente à nos frais : « Bernard Cazeneuve : "l’amnésie est un moteur de la politique" »

      http://www.europe1.fr/politique/ber...

      "Ça représenterait à peu près 9 milliards", explique ce jeudi Bernard Cazeneuve. "Il a fallu trouver une recette. Cette recette, ça a été les 3% sur les dividendes des entreprises dont il est question aujourd’hui. La censure porte non pas sur le texte du gouvernement mais sur un amendement qui a été présenté au Parlement".

      ... et à la fin de l’envoi, il touche. Toujours sur un ton extrêmement calme, Bernard Cazeneuve adresse ensuite un conseil en guise d’admonestation au pouvoir actuel. "J’ai le plus grand respect pour ceux qui ont contribué à l’élaboration de cette décision", glisse-t-il avant continuer, encore plus ironique : "Il y avait un homme qui n’était pas un amateur à l’Élysée, qui était secrétaire adjoint, qui était en charge de toutes les questions budgétaires, fiscales et économiques, qui s’appelait Emmanuel Macron".

      Le plus drôle arrive à la fin : "Il y avait comme directeur adjoint du ministre de l’Économie, en charge de la fiscalité des entreprises, un homme de grande qualité qui s’appelle Alexis Kohler - [actuel secrétaire général de l’Élysée, ndlr]. Il y avait des parlementaires qui ont voté ce texte parmi lesquels figurait un homme qui s’appelle Castaner". "Je crois", conclut Bernard Cazneuve, "qu’il faut éviter ce type de propos qui sont une forme d’abaissement de la parole publique".

      Voilà comment ils vident les caisses : Jeanne, prends la 12 7 !


  • Ce semble moins lourdingue que Chez nous, où le niveau était tellement bas et le film si caricatural, que ca a été contre-productif.
    Ici, on est dans la droite ligne des films trotskystes, dont le chef d´oeuvre restera Entre les murs, film bien pensant qui a permis à Bégaudeau, gauchiste assumé, de sortir de sa salle de classe, pour toucher de l´argent à la télé.

    Le film est mieux filmé, joué, pensé que Chez nous - pas dur -. Donc à en lire les critiques, la lobotomisation par l´éducation nationale, toujours mélanger le noir-l´arabe-le blanc pour les opposer, jamais parler de classe sociale. À noter que la mère la morale de cette joyeuse bande de chances pour la France est Marina Foïs, fumant clope sur clope pour se donner une contenance.

    Elle est écrivainE.
    Enfin Luc Borel -proche de bordel- le chauve méchant guru pourrait faire penser à l´incontournable Soral, c´est une interprétation osée bien sûr. Le système reconnaît l´ennemi, c´est bon signe. Et son absence d´imagination.
    Faut continuer à pousser, on se sait pas a quel moment toutes cette dinguerie de fascisme-antimite va s´arrêter, se retourner. Ca a bien fonctionné le 6 Mai.


  • #1822577

    lol, c’est donc François Cottrelle qui incarne le mabusien Luc Borel...

    C’est terrible, pour un acteur : jamais plus il ne trouvera un rôle de cette envergure !
    Marlon Brando et le colonel Walter E. Kurtz !
    Al Pacino et Tony Montana !
    Robert De Niro dans Taxi Driver, bordel !

    Maurice Risch dans Mon curé chez les Thaïlandaises !
    J’espère juste qu’on ne voit pas Marina Foïs, à oilpé, hein...

     

  • Bravo à Soral qui réussit le tour de force d’être dans un film malgré lui. Suite au film les jeunes vont peut être aller sur internet pour écouter Soral et se réveiller. Première étape on ignore Soral, puis on le critique et enfin on l’accepte. Quand on te bourre le mou H24 avec la propagande, tu finis par poser tes questions à Google et Youtube et tu tombes sur Soral pour tout t’expliquer.
    Ce qui est paradoxal (ou pas), c’est que les bourgeois "bien éduqués", pétris d’idéologie sophistique, croyants savoir philosopher, refusent de voir la vérité en face alors que les petites gens, plus pragmatiques, semblent plus aptes à faire un raisonnement logique. La raison amène à valider que les tours du 11 septembre ont été minées via une opération clandestine paramilitaire. L’idéologie refuse de voir et d’analyser la noirceur de ce mal car elle refuse de remettre en question ses hypothèses fondamentales comme : "Nos dirigeants ne ferait jamais ça". "C’est trop gros pour être vrai", "quelqu’un aurait parlé". Soral parle de réconciliation et dénonce ceux qui poussent au conflit de civilisation, c’est un fait. Les idéologues sont irrationnels car ils se basent sur des idées plutôt que des faits


  • Ça commence pied au plancher.
    « Pourquoi une part de la jeunesse ouvrière, aux prises avec l’ennui, la solitude et l’absence de mémoire, se reconnaît-elle dans les discours de l’extrême droite ? »
    Donc ça se présente comme étant de gauche et d’emblée ça déverse un tombereau de mépris sur la tête du « public » que c’est censé représenté et défendre (du moins dans la fantasmagorie). Et la mémoire de l’intellectuel de haut niveau Cantet, c’est quoi exactement ? Quelqu’un en veut un morceau ? Perso, je passe mon tour.


  • Pourquoi ?!?

    Parce qu’ils sont bien moins friands de se faire sodomiser ( au sens
    " propre " , et au sens figuré ) que " le système " aimerait nous faire croire , et tente d’inculquer à tous et à toutes ... et aux chers bambin de la patrie ... pardi !!!


  • ce sont les mémes jeunes qui se demandent pourquoi certains reçoivent des millions en subventions et d’autres pas.

    des jeunes qui se questionnent c’est tjrs plus embétant que des jeunes qui se défoncent la gueule et suivent les "chalalas bobos" dans leurs délires éphéméres et consuméristes.

    le consumérisme subventionné et le relativisme depressif quand on est aidé par l’état c’est facile . tout devient plus dur quand le robinet est coupé, et le réveil pousse à se dépécher de réfléchir vite et surtout bien !


  • En novlangue contemporaine, nous avions déjà le terme "se radicaliser" !
    Il semblerait donc que dorénavant aussi, naisse le concept de "soralisation", associé au verbe pronominal aussi, "se soraliser" !

    Bon, on peut tabler sur la perversité linguistique du système, qui va essayer de faire en sorte que dans l’esprit des mougeons, les deux termes deviennent des synonymes...
    Et pourtant, ça n’est pas du tout la même chose !
    Va falloir être vigilants !

    Adishatz

    H/


  • Et oui, la propagande du système s’essouffle tous les jours et c’est tant mieux.

    Que des "collabos" comme ce Cantet, ne le comprenne pas, ou feigne de ne pas le comprendre, est bien la dernière de nos préoccupations, même si nous sommes ravis de savoir que l’inquiétude les gagne.


  • Ah je le confonds avec Cantat, aussi un grand antifa, très démocratique, mais aux défoulements moyennement féministes d’après les médecins légistes.

     


  • Malika, petite-fille d’un ouvrier algérien des chantiers naval, veut transmettre la fierté du travail, les combats contre la fermeture des chantiers. La jeune femme imaginerait volontiers l’action dans ce temps homérique où 10.000 ouvriers produisent des paquebots qui sortent du port à grand renfort de fêtes locales. Cette mémoire des luttes du monde ouvrier, repère essentiel pour Malika, n’évoque rien à Antoine, plus déraciné qu’elle. Lui verrait bien l’histoire se dérouler dans le port actuel où accostent les yachts de milliardaires. On y verrait ce luxe qui le fait rêver.



    Je ne sais pas pourquoi mais j’ai franchement l’impression que Cantet se fout vraiment de notre gueule... La plupart des arabes se fichent totalement des luttes sociales et sont beaucoup plus fasciné par le modèle américain( culture rap, fric facile), quant au prétendue déracinement je pense là encore que le réalisateur ne sait pas de quoi il parle en effet je ne vois pas commun un autochtone pourrait être plus déraciné qu’un allogène ni comment un déraciné pourrait être intéressé par la soit disant extrême droite...

    Par ailleurs Cantet est littéralement obsédé par Alain Soral, personnellement la "soralisation" de la jeunesse je ne l’ai pas remarqué, très peu de jeunes connaissent Soral mais il est vrai que la jeunesse exprime un profond dégout envers la société actuelle et ses valeurs décadentes. Les médias nous saoulent avec la soit disant popularité de Merluchon auprès des jeunes pourtant la plupart des jeunes ne votent pas ou alors votent pour le FN.

     

    • Le but étant de bien marteler que les immigrés et descendants d’immigrés sont une chance et une richesse pour la Fronce. Pourquoi n’étaient ils, et ne sont pas, une chance et une richesse pour leurs pays d’origine ? Faut pas trop en demander à ce Laurent cantet, il fait juste son boulot de collabo et touche le fric qui va avec, les questions gênantes, c’est " la justice à nous" ou la XVII chambre qui s’en charge.


    • @Georges 4bitbol

      En effet vous avez raison, tout ceci n’est que de la propagande multiculturaliste destiné a faire avaler aux gogos la destruction de la France, le problème de cette propagande c’est qu’elle est mal faite et donc ridicule.


  • Vs Cantet : Pourquoi posez-vous cette question alors que vous connaissez la réponse. Ah oui : c’est pour travaillez vos neurones au chômage.....


  • MArina Fois toujours à jouer des rôles de femmes psychopathes et mesquines. Elle rend la femme détestable sans aucune tendresse ni ampathie ni amour ce qui est totalement contre-nature l’orsqu’on connaît les femmes et leur rôle sur cette Terre ( à quelques exceptions près sur cette planète évidement come pour tout). Contre nature cette Marina comme elle le transgenre, il suffit de retourner un peu à la biologie et de bien observer sa constitution vous avez tout sur internet pour moi il n’y aucun doute c’est un homme à la base transformé en femme je comprends mieux le choix de ses rôles et sa haine de la gente féminine depuis que jai étudié ce personnage de près.


  • il y a une évolution de leur part dans la façon de nous appréhender. Car il fut un temps ou une personne qui, en faisant les efforts nécessaire, disait se reconnaître dans la civilisation française éternelle, celle des grands, et même des autres, moments, était systématiquement traitée de tarée...Alors que là, apparemment ils s’interrogent...
    Quant au gros chauve censé représenter, devinez qui ?...c’est du dessin animé...


  • J’adore la critique hautement positive de Europe 1 :



    "Moderne et Lumineux."



    Une "synthèse" comme aurait dit Audiard.

    Thémistoclès


  • La bande annone est alléchante dis donc. J’imagine la suite :
    le vilain petit "facho" entre chez Marina et l’en...biiip.
    Non, je déconne ; c’est un film d’auteur français, un film chiant gauchiste quoi.
    En fait c’est bien ! De cette merdasse on retiendra le verbe « soraliser ».
    A conjuguer à chaque occasion !


  • Je ne me serais sans doute pas marié, ni avec une chrétienne, je n’aurais pas voulu élever des enfants dans cette société, ni voulu faire l’école à la maison, ni voulu les mêmes engagements professionnels et personnels et n’aurais pas cherché à me cultiver. Mon passage chez E&R aura en grande partie bouleversé ma vie.
    Je prie pour que les futurs jeunes se soralisent et jouissent d’un parcours similaire, comme beaucoup d’entre nous maintenant.


  • Quand je pense qu’on subventionne ce genre de bouse... Quand je vois ça, j’ai envie de ré-ouvrir les goulags !


  • Bonsoir à vous tous, je n’écris pas souvent mais là il me fallait sortir ma plume, euh mon clavier, si il y a une certitude c’est que pour ma part avant de connaitre le patron mais aussi toutes ces personnes qui travaillent pour le site Egalité et Réconciliation, je votais Sarko et j’étais plutôt de droite dans la classification imposée, et un jour je suis tombé sur une des vidéos de M. SORAL, c’était en décembre 2011, depuis je considère que j’ai une vision sur l’ensemble du système mondiale parfaitement claire, je suis devenu beaucoup plus tolérant, humaniste, proche des gens et surtout j’ai une culture mais tellement plus complète, j’ai acheté des livres même si parfois cela reste difficile (ex : la controverse de Sion, ouvrage si rare désormais) et je suis sortis du carcan télévisuel, bref c’est long et complexe d’expliquer à quel point je ne suis plus la même personne, mais cela reste un travail long et précis et malheureusement je me sens parfois seul notamment auprès d’amis qui n’ont pas l’envie ou le temps de s’intéresser car "de toute façon on peut rien changer", la bonne blague.
    Ces quelques lignes sont là pour expliquer que trop c’est trop, cette propagande anti soral qui d’ailleurs m’a de suite fais penser au film, "on est chez nous" avec à la place d’une "blonde" d’un partis "extrème", on a un "chauve" sur un canapé qui prône l’extrémisme "NAZI". C’est à vomir tellement ces gens sont peu cultivés et pas ouvert d’esprit, je pense même que ce pseudo réalisateur n’est jamais allé sur votre site.
    Et j’ai adoré voir Le Monde, Europe 1, France Inter, écrit ça et là, c’est là ou toutes ces années de travail de fond sont utiles car on a plus la même vision de tout ce que l’on peut entendre ou voir dans nos médias "Classiques" et surtout j’ai appris à nuancer ma façon de penser, ce n’est pas du binaire....
    Continuez comme ça car je reste persuader que petit à petit les choses vont changer.
    Merci à vous d’exister et merci aussi à vous les différentes personnes qui s’expriment sur les commentaires qui souvent sont d’excellente facture mais aussi drôles et instructifs.
    Un merci spécial à Vincent Lapierre que j’ai découvert grâce à son projet sur l’histoire de M. CHAVEZ et il a évolué au sein de votre site pour devenir l’excellent journaliste d’aujourd’hui.
    Un lecteur de longue date qui vous aime.

     

  • Bonsoir,
    Un nouveau verbe, dans la Langue Française :
    " se soraliser" :
    Je me soralise,
    tu te soralises,
    il se soralise ...


  • AAhhh l’excellente question ! Celui qui se "soralise", je pense, pour commencer prend une claque énorme.
    "Comment ce mec arrive t’il à verbaliser exactement ce que je constate depuis des années ?"
    "Pourquoi je n’arrivais pas à construire ce discours ?"
    Et pouf l’engrenage est parti...

    Après on est d’accord ou pas, mais punaise retrouver la logique de ce qu’est un concept, trouver les mots pour le dire, retrouver des concepts philopsophiques (marxisme, féminisme, travail, histoire, économie etc.) c’est incroyable pour ensuite affirmer que ce que l’on dit tiens la route car on réapprend à construire un argumentaire.
    Puis d’une vidéo à l’autre, "merde qu’est ce qu’il a dit d’autre...", "c’est quoi ça le libertarisme, le trotskisme", "bon sang mais il n’arrête pas de parler de marx, c’est quoi concrètement ?", "punaise faut que je vérifie"

    C’est être capable de pouvoir dire, "je sais" "j’ai vérifié" "prouve moi que..." "tu ne m’auras pas car...".

    Déceler la manipulation du langage, les ascendants de l’un sur l’autre, être regardé de travers uniquement parce que vous ne lâchez plus le morceau comme avant.

    Oui, "consommer du Soral" (comme il l’a dit une fois) c’est aussi dans certain cas retrouver de la construction dans la franchise qui du coup apporte du clair, pas de flou, de savoir dire "stop l’émotionnel c’est bien, mais on revient au concret"

    Je le répète, on est d’accord ou pas.
    Ils veulent réduire la "soralisation" des jeunes ? eh bien qu’ils commencent par faire le même travail, d’apporter du vrai, des concepts clairs, des arguments, et l’entrainement au raisonnement, de savoir maintenir le rapport de force entre deux personnes employeur-employé, chef et subalterne.

    Force est de constater : ils en sont incapables car ils sont dans la direction contraire.


  • #1822890

    ’J’essaye de comprendre’
    Nous aussi...
    Mon impression de Goy dans le Vent est que L.Cantet est au cinema ce que MacRon est a la politique, un employe du Parti, un contremaitre charge de superviser les travaux. Je ne pense pas qu’il soit obsede par L.Borel mais il est juste paye pour faire ce qu’on lui demande
    J’ai fais l’effort d’aller au bout de la band annonce, et je trouve ca deja intrinsequement elitiste et raciste. La romanciere (la solution) qui essaye de comprendre le fils d’ouvrier (le probleme). De plus il a une bonne bouille, des cheveux courts, il fait propre sur lui, un peu comme les gamins des photos de R.Doisneau. Le bon gamin sain de corps et d’esprit est le probleme et la Romanciere depravee, depressive et deglinguee est la solution. Tout ce qu’il y a de lumineux ds ce film est l’oseil que Marina foie de veau a du toucher pour ce nanar paye par nous et commandite par Big Brozer
    Reste a faire le lien entre le gamin et l’ultra-violence via Internet (meme shema qu’un jeune musulman qui se radicaliserait sur net). L’equation devient assez simple. Gamin blanc propre sur lui = Ultra violent/Terroriste et Soral/Internet = Jihadiste Radical
    Peu importe que personne n’aille le voir, ils feront le Buzz partout avec cette band annonce
    Au niveau timing, ca n’est surement pas un hasard si on nous sort l’histoire de l’arrestation des pieds nickeles identaires
    Il faut faire rentrer dans la tete des gens que des actes d’Ultra Violence sont lies a A.Soral
    Je percois ce film comme tres menacant. Il laisse augurer une grande violence de Big Brozer dans les mois a venir


  • Quand les émissions, les débats, les documentaires etc ne suffisent plus à maintenir la propagande d’état, il sont obligés de faire des fictions.
    Contredire le vrai Soral, ils s’en sortiront jamais...
    Après "un français" et "chez nous", voici "le taulier"


  • J’étais un grand fan des robins des bois quand ils disaient n’importe quoi. Je suis extrêmement déçu par ce qu’ils font depuis qu’ils s’essaient à un registre plus "sérieux"...


  • Le cinéma gauchiste, désolé pour le pléonasme, qui fait des films sur l’extrême droite c’est de la science-fiction, autant faire un film sociétale sur des extra-terrestres et nous expliquer que leur rencontre à permis de mieux comprendre leur vie de tout les jours.


  • Dans tous les cas, ce film sera contre-productif pour nos maîtres. Parce qu’il y a neuf chances sur dix que les médias n’invitent pas Soral pour discuter du fond du film et de la caricature de sa personne.

    Donc, d’un côté, ceux qui étaient déjà "pro-Soral" se trouveront renforcés dans l’idée que les médias sont aux ordres (film à charge, pas de droit de réponse, etc), que l’importance et l’influence de Soral ne cesse de croître (pour aller jusqu’à faire une caricature pareille, il faut vraiment pas être droit dans ses bottes), et que le combat légitime de la vraie liberté d’expression est en phase de victoire finale (d’abord ils vous ignorent, etc).

    De l’autre côté, les "Soralo-sceptiques" (oui oui, les médias inventent des mots, moi aussi) trouveront l’approche du film un peu grotesque et se rendront sur E&R afin de constater que Soral est tout sauf un facho belliqueux. Avec un peu de chance, L’AteliE&R aura sorti une vidéo de comparaison de propos entre Soral et Borel.

    Ps : Qu’on n’oublie pas de prévenir BHL que Borel est un personnage fictif. Borel, Botul, l’histoire peut se répéter.


  • Soralisé depuis l’affaire Dieudo et fier de l’être.

    Le film fera un flop astronomique et résultat combien de collégiens et lycéens (avertis...ou pas) vont devoir supporter cette fiction sociale pour cinémas d’art et d’essais ; à rue Cadet ou au boulevard Saint Germain.


  • En fait, les tenants de la bien pensante culturelle ou même politique se serviront encore longtemps de Alain Soral comme épouvantail. Leurs échecs patents les obligent à démontrer que l’alternative proposée est nocive, bien entendu, si on continue avec leur dogme qui n’est qu’un un mélange de valeurs sans fondement enraciné, soumis au sionisme français, nous en sortirons en nous clachant contre le mur, mais ça ils s’en tapent, ils possèdent deux, voire trois passeports. Sauf qu’ils ont du mal à nous montrer le bout du tunnel. Soral avec son analyse globale démontre comment la démolition de notre nation en flux tendu par ces élites de tous bords, lui attire une animosité à son encontre de ces mêmes incapables se disant pour certains porte parole du peuple, soi dit en passant, le peuple ne leur a rien demandé. Le racisme ou l’antiracisme, ne sont carrément plus à l’ordre du jour au vu des enjeux pour nous et notre nation.


  • Tout n’est pas perdu alors : la jeunesse se réveille.


  • Pourquoi ?...
    Pourquoi ces gens formatés, nourris au biberon de la bonne pensée idéaliste et desincarnée, ne comprennent-ils pas que ceux qui se posent des questions existentielles légitimes, regardent du côté de ceux qui sont sortis du formatage en question ? Parce qu’ils ne le peuvent pas.
    Alors leur pourquoi continuera de résonner jusqu’à ce que les circonstances leur ouvre les yeux.


Commentaires suivants