Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le "méchant Russe" de retour sur vos écrans : hasard ou tendance géopolitique ?

Les nombreuses apparitions de personnages russes connotés négativement sur grand écran en Occident ne doivent rien au hasard, compte tenu du contexte géopolitique actuel.

Sous occupation, une nouvelle série norvégienne, sera bientôt diffusée sur les écrans dans plusieurs pays occidentaux. Selon le scénario, la Norvège se retrouve dans un proche avenir occupée par une Russie désireuse de s’accaparer ses ressources naturelles. D’autres exemples de ce genre laissent comprendre que le « méchant Russe » est de retour sur les grands écrans. Est-ce dû au hasard ou plutôt au contexte géopolitique ?

 

Guerre froide et émergence du « méchant » d’origine russe sur les écrans

L’image du « méchant russe » a émergé sur les écrans du monde entier à l’époque de la guerre froide.

Dans les films d’action des années 1960-1980, les Russes ont été montrés comme des agents du KGB ou des militaires machiavéliques et cruels, mais pourtant pas très brillants. On pourrait citer les généraux Pouchkine et Gogol dans les films de James Bond, les militaires russes en Afghanistan montrés dans le troisième film de la série Rambo ou encore un boxeur soviétique ressemblant à un robot qui participe à un combat avec Rocky. Le film d’action hollywoodien L’Aube rouge, où l’armée soviétique intervient sur le territoire des États-Unis, est devenu l’apogée de l’affrontement cinématographique entre l’USA et l’URSS.

Pendant la perestroïka, l’image des « gars russes » a subi des changements — ils étaient toujours aussi sévères et laconiques, mais dans le même temps, les Russes ont commencé à aider les super héros américains à lutter contre les « forces du mal ». Un des premiers personnages de ce genre a été le capitaine de milice Ivan Danko dans le film Double détente, interprété par Arnold Schwarzenegger. C’est un des premiers films où l’idéologie était mise au second plan : les représentants de deux puissances luttaient ensemble contre les criminels, souvent également d’origine russe pourtant.

Suite à la chute de l’URSS, un nouveau type de Russes émerge sur les grands écrans — un Russe positif, prêt à venir à la rescousse. Ainsi, dans le film Armageddon, on voit le cosmonaute Andropov réparer le vaisseau spatial des Américains tout en gardant sa chapka et le t-shirt avec une étoile rouge. Dans le film K-19 avec Harrison Ford, des sous-mariniers russes se comportent également comme des héros.

Néanmoins, en général, les clichés sur la Russie avec ses paysages enneigés et les excès de vodka, les balalaïkas, les chapkas dominaient toujours sur les écrans occidentaux.

 

Nouvelle image de l’ancien ennemi

Dans les années 1990-début des années 2000, les « méchants Russes » ont continué leur apparition sur les écrans.

Pourtant, il ne s’agissait plus de l’ensemble du peuple, mais des rares individus ayant survécu à la chute de l’URSS, comme le général Ouroumov dans le film GoldenEye de James Bond, par exemple, ou le seigneur de la drogue Sergueï Petrovski dans le film L’Effaceur.

Un changement dans la perception de la Russie devient évident — si auparavant l’URSS était montrée comme un pays communiste hostile, la Russie après la chute du régime est devenue un pays de bandits sans merci et d’oligarques, selon les réalisateurs occidentaux.

 

L’image cinématographique de la Russie : farce ou tendance dangereuse ?

Suite à l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine avec sa politique extérieure indépendante, les « méchants Russes » ont fait leur grand retour sur les écrans. Ainsi, dans le film Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal, les Russes essayent de voler des objets mystiques. Dans le film Iron Man, un ingénieur russe veut tuer le super héros. Dans The November Man, le méchant n°1 n’est autre… qu’un général russe qui a commis un tas de crimes en Tchétchénie et qui cherche à devenir président de la Fédération de Russie. Tout simplement !

L’image cinématographique de la Russie créée par l’Occident pourrait se résumer à une blague absurde, si elle ne risquait pas d’avoir un impact assez grave dans le monde réel.

« Même si les auteurs de la série (Sous occupation) soulignent que l’histoire est inventée et n’a rien à voir avec la réalité, il s’agit d’États réels. Et, malheureusement, la Russie y joue le rôle de l’agresseur. Il est regrettable que les auteurs de la série aient décidé d’épouvanter les téléspectateurs norvégiens avec une menace inexistante venant de l’est dans les “meilleures” traditions de la guerre froide », ont expliqué des diplomates russes en commentant la nouvelle série norvégienne Sous occupation.

Un autre film — Enfant 44 — qui montre l’histoire d’un tueur en série de l’époque de Staline — a été même interdit de diffusion en Russie, car il déforme de façon considérable l’image des citoyens soviétiques.

Selon certains experts, cette nouvelle vague de personnages négatifs d’origine russe sur les écrans occidentaux est due à la politique indépendante et à la position ferme du président russe Vladimir Poutine.

Nina Khrouchtcheva, arrière-petite-fille de Nikita Khrouchtchev qui vit actuellement aux États-Unis, estime que les « méchants Russes » ont toujours été là, en dépit de la fin de la Guerre froide. « Cette tendance n’a jamais changé, la Russie a toujours été perçue comme un ennemi. Et depuis le renforcement du régime de Poutine, il semblerait que la Russie soit perçue non seulement comme un État hostile, mais aussi comme un pays représentant une menace géopolitique », a-t-elle fait remarquer.

Pourtant, certains experts estiment que les méchants d’origine russe pourraient disparaître du cinéma occidental : les producteurs américains risquent en effet de perdre le marché russe, un des dix plus grands marchés cinématographiques au monde.

 

La bande-annonce de Sous occupation (en norvégien et anglais) :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.


  • Pourtant, certains experts estiment que les méchants d’origine russe pourraient disparaître du cinéma occidental : les producteurs américains risquent en effet de perdre le marché russe, un des dix plus grands marchés cinématographiques au monde.



    Le cinéma, cette année, se casse la gueule. Raison pour laquelle on ne peut pas se passer du moindre spectateur.

    Avez-vous remarqué qu’il n’y a quasiment jamais de gros méchant chinois au cinéma ? Les asiatiques fourbes et dangereux qui combattent le héros américain est presque toujours vietnamien, nord-coréen ou, s’il est chinois, chef d’une triade. Mais très rarement un général de l’armée populaire. Sachant que ce sont les chinois qui fabriquent ce que les américains consomment et qu’avec un milliard de spectateurs potentiels, il serait stupide de se mettre à dos le spectateur potentiel issu de l’empire du milieu. D’autant plus qu’hollywood a toujours bien apprécié les réalisateurs issus de Hong-Kong (John Woo, Tsui Hark, Ang Lee) et les acteurs Hong-Kongais (Bruce Lee, Jackie Chan, Jet Li)

    Inversement, les seuls somaliens que vous verrez au cinéma seront soit des pirates (capitaine Phillips) soit des crève-la-faim tellement idiots qu’ils se mettent à tirer sur les gentils américains qui leur apportent du riz & du plomb (Black Hawk down) et sachant que la somalie n’est pas un marché cinématographique d’avenir...

    Du reste, avez-vous remarqué que l’hostilité avec laquelle sont traités les russes (mais aussi les allemands, les japonais, les arabo-musulmans...) dans le cinéma américain n’a pas d’équivalent inverse ? Il n’y a pas d’équivalent russe de Rambo exterminant de l’américain sans aucune modération, à part dans le film "le Soviet", où le héros est d’ailleurs aidé par des américains à combattre un mutin. Le film "la vallée des loups" est assez modéré quand on y réfléchis (la scène de l’exécution de l’otage américain sauvé par un muphti). Culture de la violence.

     

    • Voila mes constatations d’expat aux US : Hollywood en ce moment ne produit que des "sequels", des "prequels", des "reboots" et des adaptations de "comic books". Cette annees ils nous ont ressorti du Iron Man, Avengers meme Ant Man a eu droit a un film. Et les gens se pament d’avance avant meme la sortie du nouveau Star Wars. Bref.

      Le cinema independant est toujours assez dynamique aux US, avec parfois des acteurs connus qui viennent se ressourcer pour un salaire syndical de base. Personnellement je ne vois que tres tres peu de films a grand budget. Aucun interet.

      Les personnages sont toujours des stereotypes, quel que soit la forme d’art, noble ou populaire. La nature du grand mechant est toujours tres revelatrice non seulement des temps dans lesquels nous vivons, mais aussi des opinions de ceux qui produisent ces films.

      Verra-t-on ainsi un film avec un cadre de Monsanto dans le role du mechant ? Un politicien gauchiste vereux ? Un homosexuel ou transexuel meurtrier ? Surement pas.


    • @ Pifou

      Dans Skyfall, le méchant est un homosexuel qui en veut à mort à sa "maman" d’adoption. Plus subversif, tu meurs.


  • Il y a plusieurs séries qui ont réactualisé l’ambiance de la guerre froide ses dernières années :
    "The Americans", couple d’agents dormants russes dans l’Amérique de Reagan, "Allégiance", idem, "Deutschland83" agents RDA et RFA (série allemande) et "The Game" (série britannique).

     

    • Pourtant j’ai trouvé que les personnages dans "the americans" étaient attachant, à aucun moment je n’ai eut l’impression qu’ils représentaient le mal, bien au contraire.

      Quand au sujet de la propagande, malheureusement elle ne touche pas seulement la politique anti Russe, la théorie du genre, lgbt et j’y ai même vue du support pour les pussy riot dans Orphan Black, tout y passe je comprends mieux pourquoi la majorité de la jeunesse (heureusement pas toute) se fait laver le cerveau. La question aujourd’hui n’est plus qui fait de la propagande mais qui n’en fait pas car à chaque jour qui passe, c’est de pire en pire, le plus grave étant de payer pour .
      Pam


    • The Americans a au moins le mérite de mettre les agents du KGB du côté des protagonistes. Quant à la CIA et même le MOSSAD, ils sont pas mal égratignés au cours de la série, un agent du MOSSAD qui agira contre les intérêts américains dira même à l’agent du KGB qu’il travaille avant tout pour Israël et que les amitiés entre pays ne sont que circonstancielles.
      Le créateur de la série se trouve d’ailleurs être un ancien de la CIA.

      Cette série n’est pas à mettre au même niveau que les autres navets "Made in USA"


  • "Selon certains experts, cette nouvelle vague de personnages négatifs d’origine russe sur les écrans occidentaux est due à la politique indépendante et à la position ferme du président russe Vladimir Poutine." Bien vu messieurs les aveugles !
    À noter quand même que dans RockyIV, le premier combat oppose un américain vantard, grande gueule et sûr de lui face au russe qui reste silencieux, d’accord avec un air d’aphone sonné, mais qui met finalement une branlée à Apollo Creed.
    Sinon dans le genre néo-russophobogène, il y a Les promesses de l’ombre, très bon film cela dit, sur la mafia russe (ne dit-on pas chez nous que Poutine y est lié ?).


  • Bah, les méchants sont toujours les personnages les plus complexes, les plus intéressants et finalement les mieux appréciés !


  • Et évidemment le méchant Russe aura pour alliés les vilains barbus islamistes et les gentils seront les merdes de l’otan qui massacrent depuis des décennies des millions de civils pour leurs voler leurs pays !! c’est bon !! le monde a déjà donné avec leurs fiottes John Wayne et autres pédophiles cocainés d’hollywood !!


  • Je vis en Russie depuis plus de dix ans, et suis devenu particulièrement sensible aux apparitions de ces personnages du méchant Russe à l’accent et aux mœurs de mafieux des années 90.

    Entre les séries, les films, les dessins-animés, les vidéos YouTube, les memes sur les réseaux sociaux etc... On me demande souvent pourquoi je vis en Russie et si c’est "pas trop dur sous Poutine."
    Personnellement, je ne le connais pas, et j’ai pas l’impression qu’il m’ait grimpé sur le dos, donc ça va.

    Quand au pays lui-même, je trouve qu’avant les pseudo-sanctions, la situation était en amélioration constante. Infrastructures en rénovation, classe moyenne grandissante, taux de mortalité infantile en baisse, taux de natalité en hausse, plus de dettes au FMI, 7% de croissance etc. Il y a encore toujours beaucoup d’inégalités, plein de délabrement partout, de la corruption à tous les niveaux, mais on peux pas tout faire à la fois.

    J’ai remarqué quelque chose : en général ce sont des femmes un peu bourgeoises (femmes de technocrates ou technocrates elles mêmes) qui sont le plus critiques vis-à-vis de la Russie. Surtout celles qui n’y sont jamais allés. Celles qui y ont vécu veulent en partir le plus vite possible, de peur que leur mari ne divorce dans l’année.


  • Entre 2002 et 2005 Hollywood nous avait fait le coup du mechant Francais : beau, mysterieux, un brin loufoque et, bien evidemment, lache et traitre.

    Le grand mechant russe est barbare, alcolo et violent. Evidemment il est chretien : grosse croix autour du coup, tatouages "chretiens", vit dans une Eglise (!)... Peu importe si la religion des mafieux russes est differente (suivez mon regard). La version feminine est pute et droguee.

     

    • Le cliché francais malheureusement se perpétue avec ses armées de courageux soldats retranchés derrière leurs claviers, qui se permettent (bien souvent avec une culture historique médiocre) de critiquer le courage des soldats francais durant la 2nde guerre mondiale. Les américains ( car oui ce sont presque toujours eux qui véhiculent les cliché du type french surrender ou white flag ) ne se rendent même pas compte que ce cliché leur a été imprimé par hollywood durant cette période.

      Il est cependant réjouissant de voir que face à ces clichés, les français ne tombent pas dans l’autoflagellation ( le rêve de nos élites ), mais tentent de défendre l’honneur de notre moins en moins beau pays.


  • Dans le même genre il y a le sportif de l’est ( soviétique , ou allemand de l’est ou bulgare avant 91 ......) forcément dopé .
    Passionné d’ Athlétisme , je suis avec assiduité les championnats du monde de ce sport qui ont lieu actuellement à Pékin et aujourd’hui un très bel exploit de la néerlandaise Scheppers qui non seulement a remporté le 200 m Féminin de haute lutte face à une jamaïcaine , mais surtout qui a effacé des tablettes le magnifique record de l’ Allemande de l’est Marita Koch qui devait dater de la fin des années 70 ( on sait que certains records en Athlé tiennent très longtemps ; ainsi ce fut le cas des records du monde de Jesse Owens en 36 en longueur et au 100 métres qui ne furent battus qu’en 1960 . ) Tout le monde avait juré que Marita Koch était dopée ( les autres ne connaissaient pas les anabolisants ?????) . Alors je pose la question : Est ce que Scheppers est moins dporée que l’était Marita Koch .
    Que n’a-t-on dit sur Kornelia Enders et les nageuses de la RDA , forcément dopées : leurs performances de l’époque ne leur permettraient pas de se qualifier dans les 1/2 finales des championnats du monde actuels .
    On a peu parlé du fait qu’en 1960 , le bilan mondial du lancer de poids hommes faisait apparaître dans les 20 premiers 19 américains et le vingtième était un militaire britannique ( Arthur Rowe .....le second européen le soviétique Lipsnis était 2 mètres 50 derrière le premier mondial Bill Nieder) . Tous les spécialistes d’ Athlétisme ou d’haltérophilie savent que les américains ont eu l’exclusive de l’usage des anabolisants de 1945 (? date probable mais non officielle) à 1966 ( lorsqu’un discobole suédois Bruch affirma qu’il se shootait au dianabol( médicament contenant des anabolisants et en vente en pharmacie ) . Le lanceur de marteau Harold Conolly triple champion olympique ( Helsinski, Melbourne et Rome) ecrivit une lettre publique qui fit grand bruit ( elle parut dans le journal des entraîneurs d’athlétisme) dans la quelle il expliquait qu’il devait ses titres olympiques aux anabolisants et avouait qu’au vu des ennuis de santé qu’il eut consécutivement il aurait préféré perdre son titre . Sa lettre eut l’effet contraire à ce qu’il recherchait car ce fut la ruée générale sur les anabolisants .
    Je fais l’âne : Bien sûr que les athlètes de l’est se sont dopés après 68-69 ....mais comme tout le monde . Alors où était le plus : A mon sens dans un recrutement sportif de haute volée basé sur la pratique sportive pour tous


  • Sur le podium de la propagande anti-Poutine, la saison 3 de "House of Cards", où le président Russe est là un dictateur cynique prêt à assassiner des soldats de l’ONU pour accomplir ses impératifs géopolitique, face aux gentils américains qui ordonnent des frappes par drone, mais uniquement pour protéger les populations.

    Dans un épisode, le réalisateur a invité les vrais Pussy Riot à jouer leur propre rôle, ceux-ci cracheront à la gueule du président Russe au cours d’un dîner organisé par les américains. La propagande n’en est que plus redoutable du fait de la très bonne qualité de la réalisation de la série, produite par Fincher.

     

    • Oui, les séries peuvent "frapper fort" sur l’échelle de la propagande et disent parfois même plus qu’elles ne voudraient d’ailleurs.
      Je survole actuellement à titre informatif une véritable "pépite", Le Tyran

      (Tyrant), située dans un pays arabe fictif (Abboudine) qui est une espèce de mix entre tout ce que l’Empire déteste : beaucoup de la Syrie de Bachar, avec un zeste de la Jordanie, un zeste de la Palestine, un zeste d’Irak (oncle du dictateur fou gui gaze sa population), un petit saupoudrage lybien. Avec, dans le fond, les États-Unis comme phare de liberté indépassable.
      Série tournée en… Israël et au Maroc, le personnage principal Bassam Al Fayeed joué par… un acteur britannique châtain clair (Adam Rayner), la sublime épouse de son frère dictateur Jamal, Leila Al Fayeed jouée par une Mlle M. Attias etc.
      Même moi, Slave pur porc qui n’aie rien d’Oriental (à part une sympathie certaine pour les Orientaux, notamment pour des raisons hippiques), mes nerfs étaient mis à rude épreuve. Je déconseille d’autant plus la série aux musulmans qui ont les nerfs fragiles car moi-même je n’étais pas loin de virer tout ça de ma TV "au diable" ! Ça va trop loin ! Pour qui se prennent-ils ?

      Quant aux œuvres de la culture "pop" qui en disent plus qu’ils n’ont envie de dire, un des candidats à la présidentielle 2015 dans mon pays, G. Braun (que j’ai déjà comparé ici à A.S. par certains aspects) a fait lors d’une conférence un laïus de 20 min. pour expliquer pourquoi selon lui Yoda de Star Wars fait partie du peuple élu (et d’ailleurs que les chevaliers Jedi s’apparentent aux maussades & sayanim). Luke Skywalker est un petit c… dont le cerveau a été lavé et qui finit par porter la main sur son père. Quant au sénat de la République (instance truffée de créatures grotesques du type Jar Jar Binks) qui parle pour ne rien dire alors que le vrai pouvoir s’exerce ailleurs, c’est une vision de la "démocratie" qui leur a un peu échappé, ils ne voulaient probablement pas faire une caricature si proche de la réalité. Enfin, y avait encore plein de choses sur la Guerre des Étoiles, mais je ne vais pas tout lister, je voulais juste dire que "Hollywood" ce n’est JAMAIS innocent, même avec des monstres à huit pattes etc.


    • Poutine y est decrit comme souverain d’un pays tyrannique (ses décisions sont justifiées par la nécessité d’obéir à un peuple de bolchonazi). Le président russe revêt l’image d’un génie-sournois-avide de pouvoir dont le charisme devastateur le maintien à son rang. Je ne comprends pas comment le réalisateur de Fight Club justifie l’évolution d’un Kevin Spacey cruel (tuant par arrivisme) et manipulateur en un agneau souhaitant le bien du peuple american une fois arrivé à la Maison Blanche et dont l’ennemi serait Moscou (en gros). Cette troisième saison m’a vraiment surpris dans ce tournant n’ayant rien a voir avec l’histoire d’origine + les Pussy Riot "sexy demain" rempart à l’oppression russe + tous les placements produits (belle pub pour l’Apple TV faite par un general américain) sont ridicules. Les tractations avec les diplomates Israéliens ne montrent pas du tout l’influence du lobbying juif aux US (2ème après celui des retraités) sur le plan géopolitique ni même de l’espionnage mondial de la NSA etc qui font grandement partie de la vie d’un président des états-unis. En somme : désinfo version société du spectacle audiovisée hollywoodien.


    • @ Szczebrzerzyszczykowski

      Star Wars, que pourtant je révérai quand j’étais petit (du moins pour l’ancienne trilogie) contient énormément de sous-jacents sionistes :

      - le héros a grandi dans un kibboutz où de gentils fermiers combattent les méchants indigènes d’une planète aussi désertique que le Sahara, les hommes des sables (ça fait un peu touareg ou bédouin), qui pillent, volent et cachent leur visage derrière des sortes de foulards.
      - le visage de Yoda a été sculpté à partir du regard "empli de sagesse" de Albert Einstein.
      - le concept de Force (pouvoir issu d’une entité quasi-divine) était ouvert à tous dans l’ancienne trilogie (pas d’élection) dans la nouvelle trilogie ils ont inventé un concept selon lequel certains sont plus forts avec la force parce qu’ils ont un code génétique particulier...la Force est plus importante chez ceux qui ont "le sang pur" et comme par hasard, vous avez un "élu de la force" qui est élu parce qu’il a le sang encore plus pur que celui des autres. Ça ne le rend pas meilleur, mais l’élection se transmet à sa descendance. ATTENTION ! Le réalisateur a fait un brin de réflexion christiano-compatible, vite-vite, on passe un coup de rouleau compresseur pro idéologie racialiste-sioniste sur la nouvelle trilogie pour réparer cette ignoble erreur. Et après ils s’étonnent que l’ancienne trilogie soit un peu plus appréciée que la récente.
      - les gentils sont des aristocrates voulant rétablir la démocratie (?) contre un méchant tyran monarchique, tellement méchant qu’il s’est emparé du pouvoir tout seul sans se faire voir.
      - les gentils commercent avec des "crédits", de l’argent dématérialisé, tandis que les méchants pirates primitifs commercent avec de l’or ou une monnaie indexée sur l’or...la relique barbare !
      - dans la prochaine trilogie qui arrive cette année : les méchants ne sont pas un lobby de pression qui ferraille pour s’approprier un monde qui ne lui appartient pas, ce ne sera pas un empire qui s’appuie sur de pseudo-libertés et une pseudo-démocratie pour envahir les autres, ce ne sera pas une compagnie de mercenaires servant des actionnaires avides (comme dans la réalité) ; les méchants seront "inspirés des nazis si ceux-ci avaient pu s’emparer d’un pays où ils se seraient réfugiés comme l’Argentine".


  • Cette tendance a (re)commencer depuis quelques temps maintenant.
    Il est clair que tous programmes cinématographiques ou télévisuels est, surtout dans notre démocratie de marchés et d’opinions, et en particulier aux heures de grande écoute, de la propagande grossière.
    Malheureusement cela fonctionne très bien. Le "Russe" fait encore peur à beaucoup de monde.
    Impossible de contrer cette machine a fabriquer l’opinion qu’est devenu la télé moderne...

     

    • A votre avis chers users, pourquoi diffuser de telles séries aussi mensongères & vulgos ?
      Réponse : le cinéma ne fait plus du tout recette, avez-vous vu les pertes colossales qu’enregistrent les salles de ciné.
      Quoi d’mieux que le ’méchant russe’ ou encore le ’barbu islamiste’.
      Si ils croient qu’avec ça j’irai me payer 1 abo streaming ou autre aller dans 1 salle de ciné,
      C’est beau de rêver ...


  • L’origine des méchants dans les productions hollywoodiennes a toujours été un bon indicateur des relations extérieures étasuniennes ainsi qu’une projection fantasmée des menaces auxquelles les EUA seraient confrontées. Qu’on se souvienne au moment du discours de Villepin à l’ONU. Les films étasuniens se sont soudainement peuplé de méchants français ou francophones (les 2 derniers matrix, le dernier zorro...). Dans le pourtant très bon Master and Commander de Peter Weir les scénaristes ont même modifié l’histoire originale pour transformer les français en méchants afin de complaire aux "french bashing" qui avait cours à l’époque


  • Un article très intéressant sur les clichés frappant les Russes depuis des années, sous l’égide d’Hollywood.


  • J’ai remarqué aussi un truc dans les série US la gentille agent du MOSSAD qui vient aidé les gentil américains ........et la je rigole bien surtout dans blacklist la gentille iranienne travaillant pour le Mossad ....mdr

     

  • En réalité, il s’agit simplement d’un exemple de la profonde xénophobie américaine . Tout se résume à un concept : tout ce qui n’est pas américain est suspect, un ennemi potentiel, une menace.
    Toute la psyché américaine reprise par Hollywwood est basée là-dessus. Exemple : Alien, traduction : l’étranger....
    Les Etats-Unis sont un pays violent car c’est un peuple qui vit dans une trouille permanente et qui n’aime que lui. Cela explique aussi cette paranoïa qui a engendré ce que les médias dénoncent aujourd’hui comme du complotisme (X-Files).
    A la télévision, ils sont magnifiquement représentés dans la série Star Trek La Nouvelle Génération par les méchants "Borgs" dont le paradigme est : toute résistance est inutile, nous vous assimilerons.

     

    • Je travaille avec des "Brian" comme nous les appelons au boulot. Je peux te garantir que l’américain moyen est comme nous, il a les mêmes problèmes : se nourrir, se loger et se divertir. J’ajouterai qu’ils sont un peu plus simplets que les français (parisiens, et citadins). J’ai déjà vu plein de films au cinéma aux US. Les réactions de gens et les pubs qui y passent en surprendrai plus d’un ici.

      Regarde les producteurs, réalisateurs, et scénaristes tu verras qui en veut à la Russie. C’est le principe de sélections par l’argent :
      - un producteur va financer ou pas, un projet selon une idéologie. De ce fait, il oriente -légèrement- la vision du spectateur, car ce dernier ne voit rien d’autre que ce que le producteur veut qu’il voit,

      c’est ce principe qui fait que beaucoup de gens ne comprennent pas et qui te sorte le mot complotiste. Soit, ils sont honnêtes et n’imagine pas que le malin vienne leur titrer l’esprit durant leurs divertissements. Soit ils sont idiots. Soit ils sont franc-maçons.

      Maintenant que tu sais cela, quand tu vois à qui appartient Hollywood, le cinéma en France, et la cinématographie en général en Occident, la messe (ou la parasha ) est dite... ;-)


    • @ Testou

      Par passion pour le cinéma, j’ai un peu étudié Hollywood au niveau économique. Une chose m’a toujours titillé : ses modes de financement.
      Bien avant la popularité d’Alain Soral et sans avoir cotoyé le moindre membre du FN ou de je ne sais quel micro-mouvement, j’avais trouvé étrange cette richesse permanente d’Hollywood et le fait que personne ne pose la question en terme financier.
      Il faut savoir que l’industrie du cinéma fonctionne à fonds perdus. C’est pour cela que les productions nationales sont si fragiles et ont besoin d’être subventionnées.
      Donc dans un système capitaliste, comment faire tourner la boutique ? Qui peut donc bien financer des productions hors de prix qui sont rentables 1 fois sur dix, y compris encore en 2015.
      Aucune Major américaine n’a jamais fait faillite. "On" les maintient la tête hors de l’eau comme les banques aujourd’hui, à l’exception de la MGM/United Artists, mais bon, dans ce cas, les magouilles étaient trop grosses pour redresser le navire et les banques étaient évidemment le principal acteur de ce film...
      Conclusion : une bonne fée s’est penchée sur le berceau Hollywoodien et se charge de toute la bienveillance nécessaire à son épanouissement. Autrement dit, Hollywood est le premier vecteur de domination et de manipulation impéraliste. Il faut vouloir remonter aux sources pour dévoiler le pot aux roses : Samuel Goldwyn, Louis B. Mayer, William Fox, David O.Selznick.
      Des origines très connotées, très religieuses par les noms, les symboles, et qu’on a longtemps appelée "La Mecque du cinéma". Il fallait oser. Je pencherais plus pour "le Temple".
      Il faudrait que je retrouve les références d’un bouquin qui est une véritable Bible sur lequel j’étais tombé dans une bibliothèque municipale et qui est sans doute le seul livre à raconter la genèse d’Hollywwod de façon aussi exhaustive et détaillée. Un livre à interdire sans aucune forme de procès !


  • Par principe, je ne donne plus le moindre centime depuis des années en achetant une place de cinéma dont une partie ira gonfler les poches d’un producteur hollywoodien... Gratuit sur internet et pas un le moindre dollar pour leur gueule...

     

    • Oh ils n’ont pas de problème d’argent, ce n’est pas ton porte-monnaie qui est en danger mais ton cerveau. Il y aura toujours des dollars à imprimer pour faire de la propagande.

      Que j’aimerais regarder des films/séries montrant les Anglo-saxons dans toute leur horreur, des jeux où on peut libérer le monde en les massacrant (des Call of Duty inversés quoi). Bizarrement on sent que ce genre de jeu ferait scandale, tandis que massacrer des Arabes, des Nord-Coréens ou des Russes ne pose problème à personne. Il suffit de réunir des talents, de lancer un financement participatif, et de faire cette expérience ?


    • @JC
      « tandis que massacrer des Arabes, des Nord-Coréens ou des Russes ne pose problème à personne. Il suffit de réunir des talents, de lancer un financement participatif, et de faire cette expérience ? »
      Excellente idée que je partage (humblement) depuis des années, étant passionné de jeux video. Mais les grosses productions ne feront jamais ce genre de projet, trop peureux et trop avides. La distribution ne pourrait se faire également que via le web... Alors qui pour lancer çà sinon un pays non soumis à l’OTAN ? On peut rêver...


  • Je ne suis pas expert sur le sujet mais quand est il de la mainmise U.S. sur le pétrole norvégien et par là même de la sécurité extérieure norvégienne et donc sa politique extérieure ?
    Pare- feu propagandiste stratégique grassement subventionné par les boys de l’oncle Sam en vue de bien faire flipper le petit norvégien qui dans un élan patriotique aurait porté son regard impie un peu trop à l’est à la recherche d’un éventuel sauf- conduit national...
    La suite dans le prochain épisode de "Okkupert" (la question c’est ;
    par qui ?).


  • La bande-annonce de Sous occupation
    On dirait un reportage tourné par BHL, regard, attitude, jeux trop nul, des acteurs de vingt et unieme zone, en fait embaucher au pole emploie des toxicos en rémission !
    Et les décors non hollywoodien, du Qatar, avec des arrières plan, photoshoper,de montagne verte d’€urope, non vraiment quand est-ce que Arté, nous le propose, que je rachète une télé, de 6 m sur 12 !!
    Ouaw !! l’intrigue même en norvégien est à couper le souffle !
    Alors je n’ose imaginer en çais-fran, wesh ! avec la voix de Joey et booba, pour les méchants et celle de Bruel pour le héro (vite j’en salive déjà )...


  • @shoavengers à la plage........tu peux ajouter harry cohn et les frères warner, par exemple !...mais la comparaison s’arrête là, quand même....car des chefs-d’oeuvre et de grands films furent produits à la grande époque ( souvent inspirés de littérature européenne : , films ne traitant pas tous de la même domination binaire et grossière, ni encore déplorablement marquée par Israël et le sionisme triomphant comme c’est le cas maintenant )...les mecs prenaient de vrais risques financiers, ils étaient de vrais visionnaires et créatifs.....on était très loin de la grossière propagande US, stigmate de notre triste époque ...


  • Même en passant outre l’aspect propagandiste du film celui ci à l’air chiant comme la pluie. Un resucé de tous les clichés des films américains sans l’action mais avec beaucoup beaucoup de blabla. Ce film sera un flop même auprès d’un public non averti.


  • L’acteur Michael Douglas (fils de "Kirk Douglas", de son vrai nom Issur Danielovitch Demsky) a de son cote recu le Preservatif d’Honneur, pour l’ensemble de sa carriere, lors d’une emouvante ceremonie.
    https://www.jfunders.org/


  • Le film Equalizer et le méchant ’Pouchkine’ !


Afficher les commentaires suivants