Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le parquet national financier ouvre une enquête sur le secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler

L’association Anticor a déposé plainte vendredi pour « prise illégale d’intérêt » et « trafic d’influence ». Elle dénonce les liens familiaux et professionnels étroits qui existent entre Alexis Kohler et l’armateur italo-suisse MSC, client important des chantiers navals français de Saint-Nazaire.

 

Alexis Kohler, bras droit d’Emmanuel Macron, a-t-il favorisé l’entreprise de ses cousins ? C’est l’une des questions que pose l’association Anticor, qui a déposé plainte vendredi dernier auprès du parquet national financier (PNF). Ce dernier a annoncé ce lundi qu’il avait ouvert une enquête préliminaire.

S’appuyant sur un long article de Mediapart publié début mai, l’association anticorruption a décidé de poursuivre l’actuel secrétaire général de l’Élysée pour « prise illégale d’intérêts » et « trafic d’influence ». Anticor reproche à Alexis Kohler ses liens étroits avec l’armateur italo-suisse MSC (Mediterranean Shipping Company), numéro deux mondial du fret maritime et client important de STX France, les chantiers navals français de Saint-Nazaire, alors qu’il occupait notamment des postes clés au ministère de l’Économie, qui gérait ce dossier.

 

Un « conflit d’intérêts »

Dans sa plainte, que Le Figaro a pu consulter, Anticor reproche au haut fonctionnaire, lorsqu’il travaillait au début des années 2010 à l’Agence des participations de l’État (APE), d’avoir accepté de siéger comme représentant de l’État au conseil d’administration de STX France « alors même que sa famille était propriétaire de l’un de ses principaux clients », la société MSC. Il y a un mois, jour pour jour, Mediapart révélait qu’Alexis Kohler, énarque et diplômé de l’Essec, était cousin du fondateur et principal actionnaire de cette entreprise. De fait, « il ne pouvait ignorer qu’il existait un conflit d’intérêts », écrit l’association.

Une situation qui a perduré, toujours selon Anticor, jusqu’en 2016, puisqu’il a dans un second temps accepté d’être directeur adjoint du cabinet de Pierre Moscovici (2012-2014) puis le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron (2014-2016). L’association est convaincue que cet Alsacien de 45 ans a continué durant cette période à « traiter des dossiers concernant les intérêts croisés des deux sociétés », MSC et STX France. « Un mélange des genres » qu’Anticor dénonce auprès du Figaro par la voix de son avocat.

« Rien que cette situation est un élément à charge qui nous plonge dans le doute et le soupçon », commente Me Jean-Baptiste Soufron. « Alexis Kohler a-t-il favorisé l’entreprise de ses cousins ? Est-ce qu’elle a obtenu des avantages financiers auprès de son seul fournisseur ? On ne devrait pas avoir à se poser ces questions. Maintenant, c’est à Monsieur Kohler de démontrer qu’il n’y a pas eu conflit d’intérêts ».

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Des lectures indispensables sur nos « élites »,
chez Kontre Kulture :

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.