Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le parti Podemos rassemble des dizaines de milliers de personnes à Madrid

Au cri de « Oui, c’est possible ! », des dizaines de milliers de partisans du parti antilibéral Podemos ont manifesté samedi dans les rues de Madrid leur volonté de renouveler la politique en Espagne, en année électorale, après la victoire de Syriza en Grèce.

« Le vent du changement a commencé à souffler sur l’Europe », a déclaré Pablo Iglesias, le leader du parti, devant une foule compacte réunie place de la Puerta del Sol dans le centre de Madrid, brandissant drapeaux grecs et républicains de la gauche espagnole.

Auparavant, les manifestants ont défilé depuis la place de Cibeles, à moins de 2 km, où ils avaient conflué par dizaines de milliers, pour une « grande marche pour le changement » dans le centre historique de la capitale.

La foule a écouté avec ferveur Pablo Iglesias, 36 ans, et sa jeune équipe, en scandant régulièrement, poing droit levé « Si se puede, si se puede ! » (Oui c’est possible !).

Podemos, qui signifie comme Syriza « Nous pouvons », dénonce la haute finance, l’austérité et l’establishment accusé de corruption, la « caste », qui aurait laissé le peuple dans une situation « d’humiliation et d’appauvrissement ».

« Tic tac, tic tac, c’est l’heure du changement », lisait-on aussi sur les calicots de manifestants débarqués de bus des quatre coins de l’Espagne sous un froid soleil d’hiver.

En Espagne, « les privilégiés ont rompu le pacte de coexistence », a lancé Iñigo Errejon, 31 ans, le numéro deux de Podemos. « Nous sommes venus célébrer le fait qu’en 2015, le peuple va récupérer la souveraineté ! ».

Lire la suite de l’article sur tahiti-infos.com

À lire sur E&R pour comprendre les enjeux derrière le vernis médiatique :

Sur l’idéologie de la « gauche » européenne, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’ Europe doit se libérée de ses chaines .


  • C’était prevu , ça peut aider , Même en regrettant que ce ne soit pas du bon côté , mais l’apathie que dis je l’anesthésie des peuples a l’air cesser de produire ses effets ...et ça le " systeme" le redoute , laissons donc passer l’orage , et qui sait : Après quelques victoires et forcément les déconvenues qui s’ensuivront : ( à l’instar de 36 à 40 ) , on récupérera un peuple en errance ayant besoin de valeurs authentiques ?

     

    • Vous semblez donc posséder le "bon" côté des choses malgré des choix que des majorités pour le moins nouvelles imposent.
      C’est quoi le bon côté ? Les rois, la droite libérale, la droite fasciste, l’église, les privilèges héréditaires ou tout simplement des fadaises ajoutées à la sauce de votre incapacité à faire de la politique sans rêver ?
      Pourtant le programme et le discours de PODEMOS est plein de références aux gestes patriotiques, à l’intérêt du peuple, à la démocratie participative et bien d’autres thèmes ici débattus.
      La France n’a plus de solution politique en dehors de la droite réactionnaire, dont ce site commence à être la référence. Tristesse d’une nation dominée par la kippa, qui ne sait que s’en prendre à tous sauf aux coupables.


    • En effet c est quoi ce bon cote ???? le peuple qui choisi la revolte contre le mondialisme contre l empire se tromperait de cote ??? et oui c est vrai comme Chavez ces peuples ne choisissent pas l extreme droite genre franco ou lepen des annees 80 qui était "reaganien" est ce cela le mauvais cote de pas etre de droite forte ?


    • Il leur manque la droite des valeurs pour être parfaitement honnête.... Voila ce les differencie de ER et de la vraie dissidence. Même Chouard est tres sritique vis à vis de ce qui se passe en Grece et en Espagne.... Et l’analyse de A Soral et de F Asselineau sont vis à vis de ces deux mouvements en parfaite osmose...


    • à Douce France

      Qu’importe s’ils se révoltent en criant haut et fort "Vive l’extrême-gauche !" Pourvu qu’ils se révoltent.

      De toute façon, chaque pays voit midi à sa porte : en europe du sud ou au Venezuela ; le parti de la révolte qui a l’assentiment du peuple est à l’extrême-gauche. Dans les pays d’europe du nord ou en France, c’est "l’extrême-droite". À chaque pays sa spécificité. N’est-ce pas ce qui est défendu sur e&r ? Les nations culturellement différentes libres de s’épanouir comme bon leur semble, loin d’un modèle uniforme et inhumain. Le modèle français n’est pas le modèle grec et inversement ; Mélenchon peut se prendre pour Tsipras ou Chavez, il se fera traiter immédiatement de fasciste par l’intelligentsia et sera obligé de réviser ses positions...les gens dits de l’extrême-droite française sont déjà systématiquement frappés du sobriquet honteux de "vilain facho"...ce qui fait qu’ils sont bien moins influençables par les remontrances et les leçons de morales des journalistes que les mecs d’extrême-gauche. C’est la raison pour laquelle, je pense vraiment que le Tsipras français ne sera pas d’extrême-gauche, pas plus que le Phillipot Venezuelien (ou grec, potentiellement) serait "d’extrême-droite".

      Note : je parle d’extrême-droite et d’extême-gauche et j’admets que je me trompe de mots, j’utilise les termes de l’ennemi. Normalement nous devrions désormais parler de : "Vraie droite" et de "Vraie gauche" pour plus d’exactitude.


  • Haut les poings et de vive voix : OUI, c’est possible ! avec une équipe jeune, dynamique, démocratique ET antilibérale, quoi qu’en diront les thuriféraires de la droite accrochés à leurs privilèges et leurs magouilles.
    Le ridicule ne tue pas, c’est bien connu, mais toute critique de leur "gauchisme" devrait écouter et lire un peu leur programme avant de l’ouvrir.
    Sachez que toutes leurs interventions parlent de patriotes et pouvoir rendu au peuple. Où est la bureaucratie stalinienne dont certains (de droite forcément) les accusent.

    Voilà l’exemple à suivre. Sauf qu’en France le débat n’aura pas lieu sur la télé publique ni sur les médias. Les français ne devraient pas être exclus de cette vague qui envahit l’Europe.

     

  • C’est encore des communistes comme en grèce ?

    Entre l’europe des financiers qui volent les biens de nations par la dette et les radicaux-socialistes /communistes qui collectivisent la nation.

    C’est quoi l’avenir en Europe ?

     


    • C’est encore des communistes comme en grèce ?



      Oui monsieur. Et ils sont fiers de l’être. Ils rappellent quelques références de la résistance de leur pays aux nazis et cela vous dérange ? Leur pratique ce n’est pas la doctrine stalinienne, mais un programme pour sauver leur pays de l’humiliation. A moins que vous soyez content de l’humiliation des peuples par l’oligarchie.



      qui volent les biens de nations par la dette et les radicaux-socialistes /communistes qui collectivisent la nation.



      Attendez : il n’y a pas que les socialos pour avoir pillé la Grèce. Ils se sont coordonnés dans le système biparti, un coup tu me laisses faire, le suivant tu feras. Tout cela a été mis en place par la CIA au lendemain du départ des généraux et leur dictature. C’est un canevas appliqué partout ailleurs : Espagne, Chili, Argentine, Honduras, nouvelles "démocraties" des Balkans, etc.
      Et vous parlez de collectiviser comme un mal ? Est-ce mieux de voir leurs ports vendus aux chinois ? Leurs îles aux banquiers de Francfort ? Leurs plages au Club Med ? Le téléphone à un opérateur israélien ?

      Tout ce que Syriza dénonce dans ce système mafieux, ne semble pas vous convenir. Vous êtes sûr de vouloir faire de la politique ? Ainsi le système libéral vous convient parfaitement, à quoi bon faire de l’opposition ? Je vous le demande.


  • je ne sais pas trop quoi penser de ces deux choses :

    podemos : ça ressemble à "yes we can"

    et leur slogan "el momento es ahora", le moment c’est maintenant, ça ressemble à.....

    alors je fais un tour dehors me détendre ou y’a de quoi se poser des questions ?

     

    • @Su 27

      Podemos = Yes we can = Je suis Charlie = Anonymous = Révolutions colorées = Grosse merde contrôlée de A à Z par le système et censée faire croire aux gens (qui sont en majorité des idiots) qu’ils vivent dans un pays libre et que la contestation, la rebellitude, c’est possible !!

      Pardon d’être aussi cynique, mais c’est la triste réalité....


    • @Mitch Bucchanon

      A vous entendre on dirait que les mots, les phrases, sont le monopole de quelques uns et que les autres ne peuvent pas leur donner un fond sincère pour exprimer leurs opinions. Ils ne seraient que des sales copieurs, voire : des pâles imitateurs qui auraient le tampon "Bon pour une révolution colorée" de la part du grand frère.
      Alors on ne peut plus parler. Tout ce que Soral dit a été rabâché des millions de fois avant lui, est-ce pour autant moins crédible ?

      Il vous manque la mise en perspective qui permet de distinguer le vrai du faux.

      Vous ne pouvez rien ressentir car vous n’avez pas le discours dans vos oreilles (Soral dirait le "Logos" avec ses grands airs d’intello), mais croyez-moi, l’oligarchie socialo-droitière l’a bien compris sur place, elle n’a que ça en tête : démolir Podemos. Les mensonges, les calomnies, les traquenards et les articles assassins ne manquent pas. Il ne manque qu’une bonne loi antisémite pour leur fermer le clapet, mais heureusement...

      Heureusement le peuple est derrière, avec un vécu et une expérience tout autres que celle des français.

      Les espagnols sont libres aujourd’hui, alors que les français sont charlie. En parlant de moutons...


  • Podemos, qui signifie comme Syriza « Nous pouvons », dénonce la haute finance, l’austérité et l’establishment accusé de corruption, la « caste », qui aurait laissé le peuple dans une situation « d’humiliation et d’appauvrissement ». La haute finance, l’establishment et la caste, les responsables de Podémos sont a deux doigts de l’antisémitisme, il y a bien une pute de chroniqueur espagnol qui va le sortir, voyons a quel sauce vont être mangés ces intrigants.


  • La déferlante qui s’est levée au pays des origines de l’Occident va-t-il se propager jusqu’à briser la structure mondialiste dictatoriale nommée Union européenne ?


  • "Yes we can !" avait dit Obama.......... "Si, podemos !" lui répliquent les espagnols.


  • Mélenchon n’a pas tardé à se raccrocher aux wagons......

     

    • Récupérateur-ferrailleur parfait, il ramasserait du vomi si seulement cela lui rapporte quelques points pour se maintenir à son poste. Tantôt sénateur socialiste, tantôt pourfendeur et candidat contre Marine, il ne peut se targuer d’avoir créé un parti qui déménage en France, alors il cherche à se consoler ailleurs.

      La crédibilité de toute opposition en France s’arrête devant les portes du crif, au delà c’est l’inconnu ou la mort médiatique. Merluche n’est pas prêt à faire des concessions à son train de vie et à son confort de pensée. Ca pourrait lui coûter cher.


  • Je ne critique pas... ma belle famille est espagnole et les frères de ma femme sont à fond avec Podemos. Ils m’en ont beaucoup parlé... et c’est vrai qu’il y a des choses intéressantes... c’est assez Chouardien comme programme.
    Mais après... je ne m’emballe pas non plus. Je garde toujours en toutes circonstances un petit doute. Il y a quand même des choses bizarres, comme par exemple, un parti qui n’existe même pas et qui devient en un an environ premier parti d’un pays ?? C’est vrai qu’ils sont mal les Espagnols...
    En même temps j’ai un pressentiment que le salut n’est pas vers là, et que le Pouvoir est très fort, et si il laisse faire (voire encourage), c’est qu’il préfère voir les foules s’engager dans cette voie ci que dans d’autres...
    Toute cette rhétorique de gauche, qui pour résumer est purement matérialiste, cache un des besoins de l’humain : le spirituel.


  • Podemos je pense que c’est comme syrisa une arnaque...

    Je viens de lire que Alexis Tsipras, qui disait être contre les sanctions envers la Russie, a déjà retourné sa veste et approuvé les nouvelles mesures de sanctions économiques contre la Russie.

    Podemos qui veut dire Nous pouvons est le même slogan de l’arnaqueur pseudo démocrate obama aves son Yes we can qui veut aussi dire Oui nous pouvons...

    Le système veut nous glisser encore et toujours des quenelles !Mais ça marche pas avec moi !

    Podemos défend la théorie du genre, est pour une laicité anti chrétienne, prône une extension considérable du droit à l’avortement, est pour une immigration de masse en Espagne sachant la grave crise économique chute des salaires et que 25 % des Espagnols sont au chômage et surtout ils ne veulent pas sortir de l’union européenne et sont donc pour l’euro...et sont aussi pour diviser l’Espagne avec soutien au régionaliste (cf pierre hillard supprimer les nations par le régionalisme dans une union européenne fédéraliste).

    Bre podemos comme syrisa sont des partis attrape nigauds faussement anti-système mais en fait soutiennent le système avec une fausse opposition... Pour cela que Mélanchon le franc maçon du front de gauche que besancenot du npa, les soutiennent et veulent faire pareil en France...

    Ne soyez pas des moutons ! Ne tomber pas dans l’arnaque !

     

  • Pas beaucoup de drapeaux espagnols et il ne me semble pas que leurs idées sociétales soient très droite des valeurs...

     

    • La Gauche des valeurs est la solution à l’espagnole, car nous avons du retard à combler, vu que nous n’avons pas eu droit au Plan Marshall et qu’on nous a laissé tremper dans un fascisme qui n’était pas de souche, loin s’en faut.

      Votre ignorance est majuscule, vous ne voyez pas des drapeaux REPUBLICAINS (à trois couleurs) partout ?

      C’est le message subliminal envoyé à toute la "caste" politique y compris le roy. L’Espagne s’était libérée de la royauté en douceur après référendum, la République était le gouvernement légal en 1934, n’en déplaise à la droite réactionnaire. Et pour arrêter cette contrariété, on a eu recours à d’autres moyens, c’est à dire une coalition inouïe entre l’Allemagne nazie, l’Italie fasciste, la France dirigée par un juif, les USA qui finançaient et approvisionnaient en matériel Franco, auxquels viennent s’ajouter le traître Staline et les brigades internationales composées d’une majorité de communistes juifs, prêts à tout pour détruire une nation.
      Il y a certains progrès dans la société espagnole, auxquels les gens ne veulent pas renoncer, comme l’avortement. Pour le reste les espagnols ne sont pas plus pollués que les français par le consumérisme et les idées libertariennes imposées par le libéralisme.

      Mais si votre seule solution c’est de voir l’église commander nos âmes, ce n’est pas plus rassurant que le libéralisme même, car ils sont très liés.


    • bien dit Ignace,
      ayant fréquenté pas mal de républicains espagnols dans ma jeunesse, j’avoue que ton analyse rejoint ce que j’ai toujours entendu


    • @iñaki

      Oui, je suis assez d’accord avec vous... j’ai laissé un post un peu au-dessus...
      Eglise Catholique et libéralisme libertaire mondialisé : quasi même combat. D’ailleurs, on voit leurs accointances dans leur combat commun contre les sectes, qui, pour la plupart, sont des essais de sortir de cette idéologie et manière de vivre dominantes...
      Pour ma part, il ne serait pas question de revenir à un pouvoir lié à l’Eglise Catholique, cependant, cette rhétorique sociétale de la gauche ne prône pas un pouvoir qui prendrait en compte et valoriserait la recherche d’une voie spirituelle (quelle qu’elle soit, religieuse, philosophique, païenne...), pour le salut de l’homme et de ses sociétés. Dès le début elle pose comme condition de sa réussite l’absence de dimension spirituelle dans une société... qui est d’ailleurs (sous couvert de laïcité) un de ses combats privilégié. Et c’est ça leur nouvelle religion... Or, nous le savons aujourd’hui, la métaphysique est un pan essentiel du développement humain... c’est ce qui nous distingue en dernier lieu des animaux (qui ont un langage, un sens social...) C’est la raison pour laquelle, tout en trouvant intéressant ce qui se passe du côté de Podemos, je ne crois pas que le salut viendra de là... Il y a toujours un entre deux et c’est souvent pour moi une voie intéressante... Ni état laïc, ni état catholique... il y a une autre voie au milieu.
      C’est comme pour le nationalisme pur et dur et le mondialisme pur et dur... il y a peu être une voie entre les deux (dixit adinolfi). Et la liste est longue... Anti sioniste/sioniste...


  • Le seul drapeaux de l’Espagne est rouge et or !
    Podemos veut la république universelle du genre humain comme dans les années 30 ! Podemos est donc anti-catholique et anti-espagnol. Podemos c’est le triomphe de la maçonnerie.
    Podemos ne fait que profiter de la servilité de la monarchie bourbonienne à l’hyper-classe mondialisée : la monarchie bourbonienne est libérale-libertaire ! La monarchie bourbonienne a tuée tout simplement l’esprit du soulèvement nationaliste du 18 juillet 1936.

     

    • Podemos s’occupe de tous ceux qui sont laissés pour compte par la royauté, la noblesse, les partis de droite-gauche et les arnaqueurs en tout genre associés pour infliger des coupes sombres au système de protection sociale, aux salaires et à la propriété des travailleurs. Malheureusement pour vous ils sont une majorité et ils veulent changer ce système d’arnaque.

      Le dernier drapeau en date de l’Espagne est celui de la République, pas celui de l’empire et de la monarchie.

      De quel "soulèvement" parlez-vous ? de celui de Mussolini associé à Hitler, avec comme collabos Blum et Ford ? Tous unis pour aider Franco contre le peuple en armes. On voit bien vos références, mais c’est certain qu’il y a peu de gauche du travail dans votre discours d’illettré.

      Sachez qu’en Espagne il n’y a que 10.000 juifs de recensés et les loges maçonniques ne sont connues que de peu de dirigeants, en tous cas ce n’est pas un moyen de promotion. C’est peut-être là toute la différence qui vous empêche de voir une certaine réalité. Pendant que le peuple espagnol S’ASSOCIE, en France on doit se défendre contre les nombreuses lois qui nous empêchent de parler de la réalité politique.


  • Le plus grand reproche qui est fait a Podemos en Espagne dans les médias mainstream est le lien de ce mouvement avec le chavisme de certains des cadres et le financement d’une émission de propagande sur internet(La Tuerka) par les iraniens.

     

    • Ils n’ont que ça à offrir pour contrer les dénonciations de toutes les magouilles, vols, détournements et abus que la droite-gauche institutionnelle commet, mais qui ne passent plus inaperçues depuis que Podemos est au devant de la scène.

      Heureusement ils ont pris de court tous les moyens de communication et leurs passages télé explosent les compteurs. Allez faire ça en France sans vous faire traiter d’antisémite dans le quart d’heure qui suit, donc vous voir interdit d’antenne aussitôt.

      La sincérité des dirigeants de Podemos n’est plus à prouver, leurs compétences non plus, leurs capacités encore moins et c’est pour cela que bien des émissions télé finissent par la décomposition de l’adversaire de droite-gauche ou du journalope posé là pour emmerder le représentant invité de Podemos. Peine perdue, en deux quarts de tours la situation est renversée et tout adversaire envoyé sur le tapis avec perte et fracas.
      Et il n’y a pas que les affaires de corruption qui sont évoquées, l’incompétence politique et culturelle est mise à nu par des jeunes diplômés, polis, mais fermes dans leur détermination de chasser cette caste puante qui soumet la nation à la spoliation du libéralisme. Car on ne vous le dira pas trop, mais Podemos défend la NATION espagnole, celle de la large majorité, celle qui se fait piétiner et qui souffre

      Qui leur dit à ces gens de droite que les gens du peuple n’aiment pas Chavez ? Sauf la propagande hideuse qu’ils lui ont fait, rien ne prouve que le Venezuela soit la dictature annoncée, les gens du peuple le savent.

      Quant au programme télé-net de "La Tuerka" il n’est pas financé par les iraniens, mais les iraniens comptent parmi les acheteurs, comme beaucoup d’autres. Je trouve que les iraniens ont très bon goût...


  • Afficher les commentaires suivants