Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le plus gros hedge fund du monde mise 22 milliards contre l’Europe

L’analyse des positions « vendeuses » du fonds Bridgewater montre qu’il parie contre nombre d’entreprises allemandes, françaises et italiennes.

 

Bridgewater mise gros contre l’Europe. En quelques mois, le plus grand fonds spéculatif au monde, gérant environ 160 milliards de dollars d’actifs, a sensiblement augmenté ses positions à la baisse dans des entreprises du Vieux Continent. Selon les chiffres analysés par Reuters et Bloomberg , le total de ces positions s’élèverait à 22 milliards de dollars.

Tout a commencé en Italie cet automne lorsque le fonds a pris des positions « short » sur les banques du pays. Les bilans de la plupart d’entre elles sont criblés de créances douteuses, qui minent leur performance et font peser d’importants risques en matière de régulation. La Banque centrale européenne presse les établissements de les nettoyer, mettant sous pression leur cours de Bourse. Bridgewater s’est notamment attaqué à Intesa Sanpaolo.

 

La moitié des actions du DAX visées

Le hedge fund a ensuite pris des positions vendeuses sur d’autres sociétés italiennes : Enel et Eni... pour un total de 18 sociétés représentant 3 milliards de dollars. Ces dernières semaines, il a étendu ses paris à la baisse à toute l’Europe. Le fonds est « short » sur les allemands Siemens et Deutsche Bank, l’européen Airbus , la française BNP Paribas , la banque néerlandaise ING, Sanofi, Nokia ou encore sur le pétrolier Total... Il a pris des positions courtes sur près de la moitié des sociétés du DAX allemand, pour un total de 7,3 milliards de dollars outre-Rhin. Dans l’Hexagone le total s’élève à 4,5 milliards.

[...]

Bridgewater n’est pas connu pour s’attaquer à des entreprises en particulier, mais plutôt pour parier sur la santé d’une économie en général. L’an dernier, le fondateur du fonds, Ray Dalio, avait posté une note sur la montée inquiétante du populisme en Europe menaçant l’intégrité de l’Union européenne.

Lire l’article entier sur lesechos.fr

Comprendre la logique de la finance mondiale
avec Kontre Kulture

 

Le cas italien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Sur le blog de Jovanovic, cette information y a posté depuis fin 2017 presqu’en même temps que la faillite du géant Steinoff, propriétaire sud-africain de conforma, qui a perçu une somme colossale de la BCE, qui alimente normalement les banques et multinationale européennes à coup de milliards de fausse monnaie.
    Ces putains d’amerloques s’amusent au casino en Europe, ils font baisser le prix de l’action, de l’obligation pour opérer une OPA sur de belles entreprises : Alcatel, Alstom... Dans leur collimateur, la BNP détentrice d’argents sales (libor, euribor...) de la Deutschbank qui à son tour fera couler siemens, mercedes, bmw...
    Cependant à l’origine de ce scandale, les banques européennes avaient acheté en masse les produits toxiques des entreprises américaines qui, maintenant, parient sur leur fragilité pour mieux les acheter à prix d’or. Ces saloperies mondialistes américains sont des mafieux, des voyous de la pire espèce, des voleurs de grande envergure sans aucune vergogne.

     

  • #1910351

    C’est bon : accrochez les ceintures !

    Et vous inquiétez pas : ils savent décortiquer les bilans des banques et n’ont pas l’habitude de faire n’importe quoi.

    En plus c’est des positions "courtes" : sur le trimestre, ou le semestre.

    Si Popol (Powel) vend un peu ses merdes à NY, le DJ va donner la clé de sol (ce qu’il a promis de faire, tout ce gras l’encombre).

    Vayavoirdestrousd’air.

    Nous, les nouveaux pauvres, on est absolument ravi : c’est la mort de la société multiculturelle, multiraciale, multireligieuse, la société BéHoulienne, attaliste, celle qui nous a crucifiée, cette alliance criminelle entre la race supérieure, le pognon et le vice sous les oripeaux de l’ouverture au monde : donc l’ouverture au massacre de tout ce qui est en dessous d’eux... par le mélange.

    Maintenant, les bienpensantsànosfrais vont casquer dur : le rêve s’effondre.
    Fallait pas mentir à Dieu et au peuple.

    Ah ben si : les iréniques de l’arc en ciel, ça va être dur de faire la cigale par temps de bise, concrètement.

    Personne n’est devin mais vous êtes pas obligés d’être cons non plus, sauf par lâcheté : si la B.N.P. explose . Ou la DB. Ou les deux ...

    La blanchitude possédante et donc macroniste, ruinée en une nuit : nada !
    100 ans d’avarice à la poubelle.
    Pensions : nada
    Retraites 500 € par couple.
    CAF : nada

    Un truc qui va ressembler à Berlin en 45.

    Oui, ce sera la vengeance du sans dent : absolument.
    C’est normal : vous lui avez tout piqué, il a plus rien à perdre.
    Ils leur ont tout volé ; les anonymes ont été trahis, humiliés, escroqués, insultés, culpabilisés, couverts de crachats.
    Il fallait même qu’on vende nos cheveux et nos dents pour installer leurs métèques dans nos lits !

    Bien sûr qu’on rigole : seul le gras et l’enculé tremblent.

    Souvent, c’est les mêmes : c’est pour ça qu’ils tremblent au double.
    Ça fait floc floc.

    Dresde.
    Sûr.
    Nous, on comptera les morts.


  • Bridgewater c’est 160 milliards de dollars d’actifs, une goutte d’eau si on le compare au fond US BlackRock : 5 000 milliards de dollars d’actifs, dont 1/3 en Europe . Blackrock possède environ 5% de 18 entreprises du CAC 40, et continue à investir dans les actions et obligations européennes .


  • Tous ces « hedge funds » font joujou avec des masses d’argent qu’ils n’ont pas réellement, mais qu’ils manipulent par les mécanismes d’options financières, ou produits dérivés, qui permettent aux « traders » de faire des profits faramineux, mais aussi de prendre des bonnes déculottées si le marché se retourne par rapport aux baisses ou hausses attendues. Les mises de fonds pour prendre des positions optionnelles sont faibles (quelques pourcents) par rapport aux engagements financiers qu’ils représentent, mais cette spéculation débridée, complètement déconnectée des besoins réels de l’économie, constitue un risque énorme pour l’économie réelle par la fragilité qu’elle introduit dans les établissements financiers. Tout le système est en fait aussi instable qu’un gigantesque château de cartes qui repose sur sa pointe. Les engagements croisés ont atteint un tel niveau de complexité que plus personne n’est capable de savoir qui doit à qui et combien. Les options sont « reportées » constamment pour éviter de « dénouer les positions », ce qui ferait apparaître l’insuffisance des contreparties pour faire face aux engagements, et provoquerait l’écroulement du château de cartes.

     

    • Gros bill, vous oubliez ques les produits dérivés servent essentiellement d’assurance aux producteurs et aux commercants qui souhaitent se couvrir contre l’impact des risques de variations sur leurs marges de productions (matière premières, agriculture, etc...) via la souscription de contrat futures en sens inverse sur la célèbre CME (chicago m exchange), donc cesser ce type de discours pro communiste et mortifère pour le libre arbitre de l’homme. A la rigueur, on pourrait remettre en question la crédibiité de l’ensemble des blackpools entretenus par les banques d’investissement qui échanges des produits financiers de gré à gré dans des conditions peu transparente à l’égard de la fiscalité et des autorités financières comme sigma-x(gld sach) et turquoise ou bats-x.


    • @trader deshmit
      Je ne mets pas en cause les instruments de couverture sur le change ou les matières premières, qui en effet ont une utilité pour les acteurs économiques. Je critique les produits de plus en plus complexes inventés par l’ingénierie financière, qui n’ont pas d’utilité économique réelle et qui ne servent qu’à faire apparaître des profits purement spéculatifs sans aucun rapport avec les besoins de l’économie. Par exemple, pouvez-vous de dire quelle est l’utilité d’avoir inventé des options sur indices boursiers ? Vous ne pouvez pas nier que l’empilement de toutes les espèces de dérivés les uns sur les autres, de plus en plus déconnectés du réel crée une bulle financière dont le volume est un multiple énorme du volume des échanges marchands de biens et services. Ma réflexion n’est pas du "communisme", comme vous le pensez, c’est simplement du bon sens : peut-on croire que les contreparties existent vraiment pour tous les engagements souscrits à découvert ? Il est évident que si on voulait solder tous les comptes la bulle exploserait, malheureusement en entraînant aussi l’économie réelle dans la catastrophe. Comme dit Warren Buffet « c’est quand la mer se retire qu’on voit ceux qui nagent sans slip ». A votre avis, combien de traders nagent à poil en ce moment ?


  • L’ argent n’ existe pas. C’ est une illusion pure et dure. C’ est une technique qui consiste à donner à du papier une « valeur » qu’ il n’ a pas et n’ aura jamais. La seule et unique valeur est l’ être humain.
    La meilleure preuve que l’ argent est une illusion est qu’ il est appelé finalement à disparaître pour n’ être plus que virtuel. Si vous suivez leurs manipulations -c’ est très facile, ils ne sont guère inventifs et leurs techniques sont éculées...- vous verrez qu’ ils ne peuvent manipuler et tromper qu’ à partir de cette illusion.
    Imaginez que vous arrivez dans une contrée reculée qui n’ a pas eu de contact avec le monde occidental et qui vit comme ont toujours vécu leurs ancêtres, commerçant entre eux sur la base de l’ échange. Vous y arrivez avec votre malle remplie de billets. Que voulez-vous qu’ ils fassent de votre papier imprimé en échange de nourriture ? Qu’ ils le mangent, ou que leurs animaux d’ élevage le broutent ?

    Ces escrocs et ces pillards ont hypnotisé des générations avec des morceaux de papier coloré. leurs descendants en sont maintenant arrivés à un point où ils sont « mûrs » pour la cueillette : ils sont tellement manipulés qu’ ils ont accepté que le papier puisse être virtuel.

    Mais ils ont oublié qu’ il reste encore quelques-uns qui sont restés imperméables à toutes leurs techniques de manipulation et qui continuent à informer les autres.
    Il est aussi écrit que ces mécréants n’ auront pas le dernier mot.

     

    • Tu nous parles des sociétés primitives, de ce que Francis Cousin appelle La Communauté de l’être par opposition à La Société de l’avoir . Sauf que nous avons peut être atteint le point de non retour. Un monde sans fric entourés de robots qui feraient tout le boulot ? C’est presqu’imaginable. Mais alors la richesse financière n’aurait plus de sens et ceux qui nous dirigent sont salement accros au truc. Depuis que je suis à E&R je me méfie du baba coolisme, je préfère miser sur un retour du Christ revenant chasser les marchands du Temple.


    • @Tobien Leur système n’aura plus aucune raison d’être si le citoyen se met à fabriqué sa propre monnaie. N’exigez pas des armes, exigez des planches et des machines à frapper la monnaie.


  • Haha, espérons pour eux que les Etats-Unis s’effondrent pas avant !

     

  • L’avantage avec Bridgewater Associates, c’est qu’on sait quelle sauce ont va être mangé, on est loin du poulpe Soros et ses tentacules d’ONG.


  • Miser sur la hausse serait un peu stupide.
    Il font leur travail au fond.
    Le problême étant le fait que cela soi autorisé de pouvoir avec autant d’ argent destabilisé tout une économie. Des personnes ou entreprises on désormais plus de puissance que des Etats.
    La justice au sens nôble du terme ne semble pas venir de la main de l’homme et au fond l’humanité inconsciement cherche la punition du père (justice divine). La solution serait il me semble d’enfin savoir d’ou nous venons et qu’on nous revelle enfin notre véritable histoire.
    Ces personnes puissantes au fond on besoin d’aide et de se faire soigner...

     

    • Arrivé à de certaines sommes le pognon, comme le pouvoir, est une drogue. Ces gens sont accros et ils vivent dans un monde hyper compétitif, même plus le temps d’aller aux putes à Vegas. Ils n’ont pas besoin d’aide, ils doivent tout simplement être éliminés.


  • On dit ces êtres “réalistes”, mais moi, je ne vois que du mauvais. Le mal absolu.


  • Moi j’ai pariée l’année dernière sur l’effondrement de se système, ma prophètie se révèlent exacte, j’exige de rentrer dans mes deniers.