Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le scoop de Delfraissy : 20 % des lits fermés pour cause de personnel manquant

Bravo Véran !

Libé déniche un gros scoop sanitaire, et invite le ministre de la Santé pour expliquer l’inexplicable : alors que toute la hiérarchie politico-sanitaire (en partie influencée par le Big Pharma) crie à la pandémie depuis près de deux ans maintenant, qu’elle évoque la saturation des lits en réanimation, voici qu’on apprend que l’injonction obligatoire des soignants en a fait fuir tellement que les effectifs, qui étaient déjà ric-rac dans l’hôpital public, sont maintenant en dessous du niveau de la mer, c’est-à-dire du maintien de la santé publique. Le gouvernement néolibéral a réussi son coup : il a pour le coup vraiment mis en danger les Français, et on ne parle même pas des vaccins à ARN, qui ne sont pas des vaccins, sources éternelles de profits pour le Big Pharma.

 

Le plus étonnant, c’est que l’info vienne du président du Conseil scientifique, le grand Delfraissy en personne :

Une info en forme de coup de poignard dans le dos (ou le ventre, au choix) de Véran, qui est sommé de s’expliquer sur cette catastrophe nationale programmée, organisée, voulue par l’exécutif. Les chiffres avancés par l’équipe de Delfraissy font froid dans le dos : 5 800 lits fermés en 2020, au plus fort, prétendument, de l’épidémie, et 27 000 depuis 2013 ! Le restant, soit 387 000, n’étant pas complètement opérationnel, faute d’effectifs : les aide-soignants et les infirmières se sauvent, dans le privé ou dans d’autres secteurs, tandis que les médecins sont lessivés.

Martin Hirsch, le directeur de l’AP-HP, évoque un « moment périlleux » – non, sans déconner ? –, tandis que l’urgentiste Patrick Pelloux crie au loup, comme toujours : « catastrophique ». Pour François Crémieux, à la tête des hôpitaux de Marseille, et accessoirement grand ennemi du Pr Raoult, on serait « au bord du précipice ». Tout ceci étant le résultat de la politique de destruction de l’hôpital par les forces néolibérales et leurs hommes dans la hiérarchie sanitaire, par exemple Hirsch, Véran et compagnie.

Devant la fuite des personnels et la raréfaction des lits, les autorités sanitaires sont obligées de jongler d’un établissement à l’autre, comme le font les pompiers dans les SDIS. Un logiciel permet de prendre les urgences en compte, mais on se rapproche dangereusement du burn-out national. Traduction : on se rapproche aussi dangereusement d’un système à l’anglaise où des gens vont crever par centaines aux urgences, en attendant d’être soignés. Les adeptes de la sélection naturelle darwinienne seront satisfaits. Ce sont nos amis mondialistes qui remplacent progressivement l’instrument de la santé publique par les intérêts du Big Pharma.

Le Ségur de la santé avec ses 183 euros net en plus par mois ne corrigera pas les tendances lourdes qui voient les soignants craquer ou partir : il en manque trop, les salaires sont trop bas et les conditions de travail globalement trop médiocres pour attirer le chaland.

Pour le Pr Grimaldi, on est passé d’un modèle paternaliste foireux à un modèle managérial tout aussi foireux :

Après le Ségur sans effet (ni primaire ni secondaire) de Véran, on parle désormais d’un « plan Marshall » de la santé. Pour faire bonne mesure avec ce scoop assassin pour le gouvernement, celui d’aujourd’hui mais aussi ceux d’hier, Libé accueille le ministre de la Santé, c’est-à-dire du Big Pharma. Malheureusement, au lieu de pousser le ministre dans ses retranchements, voire à la démission, vu la catastrophe sanitaire ambiante (due aux choix néolibéraux et non à la fameuse pandémie mondialiste), Libé va aller dans le sens du vent. C’est la fin du scoop et de ses éventuels effets secondaires.

Alors que l’injonction à la vaccination massive est une mascarade médiatique et un non-sens sanitaire, Libé insiste sur le « schéma vaccinal », cette invitation morbide permanente à prêter son bras, son sang et son ADN aux chercheurs (de profit) du Big Pharma, et dénonce les « dizaines de millions » de Français qui sont devenus méfiants à force de menaces de Macron et de mensonges de Véran.

La seule chose sur laquelle Véran ne désinforme pas, c’est sur le prolongement de la dictature sous des prétextes fallacieux :

Français, pour bien passer l’hiver et tenir jusqu’aux élections (truquées), il faudra vous soigner un peu tout seuls en adoptant les préceptes de Béa Bach. Et si jamais vous devez aller à l’hôpital de la bande à Buzyn-Delfraissy-Véran, faites une prière avant. Le mieux, c’est de prendre en charge sa santé avant que ces gens-là ne s’en occupent.

En Mai 68 on disait « si tu ne t’occupes pas de politique, la politique s’occupera de toi ». Aujourd’hui, on dira que la fatalité, c’est la politique des autres, en l’occurrence les néolibéraux qui tiennent les commandes et qui détruisent sciemment la sécurité publique, sous toutes ses formes, et on souligne toutes. Seule une plus grande autonomie – sanitaire, politique, médiatique et économique – nous sortira des griffes de ces gens-là.

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

48 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2833751
    Le 28 octobre à 05:48 par Anarchiste soralien
    Le scoop de Delfraissy : 20 % des lits fermés pour cause de personnel (...)

    Il serait temps de foutre un grand coup de pied dans cette poubelle qu’est devenue notre pays
    Faudrait pas louper ce rendez-vous avec l’histoire
    Sinon nos gosses nous demanderont des comptes

     

    Répondre à ce message

  • « 20 % des lits fermés pour cause de personnel manquant »

    Tiens donc... Au même moment ou presque, Véran affirmait :

    « Les deux tiers des soignants suspendus sont revenus au travail une fois vaccinés », a indiqué mardi 26 octobre le ministre de la Santé, Olivier Véran, ajoutant que le « taux de suspension et de démission est extrêmement faible » lors d’une audition au Sénat sur le projet de loi « vigilance sanitaire ».

    Source : https://www.lefigaro.fr/actualite-f...

    Etonnant, non ?

     

    Répondre à ce message

  • #2833770

    Véreux va avoir une promotion : fliquage de la population via le pass , pseudo vaccin pour tous , et poursuite du délabrement des hôpitaux publics ! ses maîtres mondialistes vont pouvoir décorer leur kapo de service !

     

    Répondre à ce message

  • sans tous les Vérans de la planète, le covid ne serait rien .

     

    Répondre à ce message

  • #2833797

    Plusieurs interrogations
    1) Peut-on se faire une idée du nombre de praticiens qui sortent des écoles chaque année ?
    2) Les chiffres ne sont-ils pas fausser par la fermeture des vaccinodromes qui captaient du personnel temporairement (même les élèves infirmiers étaient envoyés au casse-pipe) ?
    3) Croyez-vous qu’ils songent à demander le pass de la mort pour mettre le bulletin dans l’urne ?

     

    Répondre à ce message

  • Plus d’hôpital, un vaccin meurtrier et maintenant une pénurie alimentaire organisée de toute pièce :

    https://odysee.com/@JEANPAUL:9/Ils-...

    Partez en campagne profonde, faites vos réserves et armez-vous. Rappelez-vous qu’ils sont en guerre contre nous , on est trop nombreux on les dérange ! Soyez prêt à combattre pour vos vies et vos proches !

    Que Notre Seigneur Jésus-Christ nous garde tous !
    Amen

     

    Répondre à ce message

  • Les salles d’urgence de toute l’Amérique sont submergées par des patients post-vaccins souffrant de défaillances organiques.

    Selon les estimations actuelles, les personnes qui ont reçu des vaccins covidés à base d’ARNm (Moderna et Pfizer) perdent environ 5 % de leur fonction immunitaire innée chaque semaine. Après environ 20 semaines, ces personnes sont considérées comme des "patients atteints du sida" qui n’ont que peu ou pas d’immunité fonctionnelle contre les agents pathogènes présents dans la nature, tels que les virus courants du rhume et de la grippe.

    Au-delà de la simple théorie, ce phénomène est aujourd’hui confirmé par l’envahissement des salles d’urgence des hôpitaux américains par des patients post-vaccinés qui présentent des niveaux extrêmes de maladie contre les agressions sanitaires courantes. "Les urgences sont maintenant submergées de patients gravement malades - mais beaucoup d’entre eux n’ont même pas le COVID", a rapporté hier NPR.org.

    "Des mois de retard dans les traitements ont exacerbé les maladies chroniques et aggravé les symptômes. Les médecins et les infirmières disent que la gravité de la maladie est très variable et comprend, entre autres, des douleurs abdominales, des problèmes respiratoires, des caillots sanguins, des problèmes cardiaques et des tentatives de suicide."

    Ce sont tous des effets secondaires des vaccins, mais personne dans les médias n’ose rapporter cette vérité.

    Le résultat est que les salles d’urgence sont envahies de patients blessés par un vaccin... et nous ne sommes même pas encore en novembre. Imaginez ce à quoi la scène ressemble à la mi-janvier.

     

    Répondre à ce message

    • Bientôt, il n’y aura pas que les hôpitaux...
      Témoignage direct de l’Ile Maurice
      « Mon compagnon est mauricien. Là bas la pression pikouze bat son plein et à pris une longueur d’avance sur la France.
      La censure y est présente mais moins car sur une petite île c’est plus difficile de cacher les choses.
      Le journal TV mauricien d’hier a annoncé une hausse inexpliquée de la mortalité pour le mois de septembre jamais enregistrée depuis 90 ans. Les compagnies funéraires n’ont plus de place pour accueillir les morts. Un vrai casse-tête pour les municipalités. Les médecins s’interrogent... »
      Il faudrait qu’ils ne s’interrogent pas trop longtemps !

       

  • "Tout le merdier dans lequel nous sommes en France, c’est à cause des modélisateurs. Prenez le numerus clausus (ndlr : plafonnement du nombre de médecins), mis en place en partie par une icône de ce pays, Simone Veil. Cette restriction dramatique du nombre de médecins était fondée sur des modèles qui n’avaient intégré ni la longévité, ni la féminisation du métier, ni la baisse générale du temps de travail", commence Didier Raoult. Une décision animée selon lui par une "vision d’une rare bêtise", comme il l’avait déjà affirmé dans une tribune écrite pour Le Point en 2018, et qui aurait amené la profession à compter aujourd’hui "une population de vieillards" dans ses rangs.




    On a ainsi limité drastiquement l’entrée dans la profession médicale à de jeunes Français en les recalant au concours d’entrée avec des notes approchant 15/20 pour embaucher ensuite à prix réduit des médecins étrangers.
    La suppression du numerus clausus n’aura des effets que dans 10 ans...

     

    Répondre à ce message

  • "Le mieux, c’est de prendre en charge sa santé avant que ces gens-là ne s’en occupent."

    Absolument, c’est bien résumé camarades d’E&R !

    "Seule une plus grande autonomie – sanitaire, politique, médiatique et économique – nous sortira des griffes de ces gens-là."

    Je crois que nous pouvons envisager l’indépendance ; ne plus dépendre de ces gens-là. Vaste projet...

     

    Répondre à ce message

  • Le meilleur indicateur de la vraie mortalité ce sont les pompes funèbres et pas les "soignants" ou pseudos scientifiques qui racontent n’importe quoi par intérêt depuis 1 an et demi ! Mais c’est curieux les pompes funèbres ne sont jamais interviewées ni invitées sur les plateaux !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents