Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

Métaphysique du sexe, un ouvrage lumineux de 1958

Une note de lecture issue du numéro 68 de la revue Réfléchir & Agir.

 

Dans une époque sombre de Kali Yuga, dans laquelle triomphent les idéologies féministe et LGBTQ+ et que le brouillage des rôles sexués désintègre peu à peu les repères familiaux traditionnels sous la répression idéologico-judiciaire active de la Gaystapo, la nouvelle police politique de la pensée, Kontre Kulture, décidément bien inspiré, republie un classique de Julius Évola : Métaphysique du sexe .

Un ouvrage lumineux, daté de 1958 (et qui n’a pas pris une ride, bien au contraire), dans lequel le philosophe italien de la Tradition revisite les fonctions sexuelles des hommes et des femmes et leurs sens (au double sens de « direction » et de « signification ») dans une optique sacrée, fondatrice de l’Ordre social.

« Grande force magique de la Nature », le sexe ne peut être abandonné au seul plaisir hédoniste mécanique d’une civilisation consumériste décadente qui le réduit à sa fonction récréative, mais doit au contraire retrouver sa dimension sacrée.

Le sexe élève l’âme, car il fusionne les principes séparés mâle et femelle : un plus un égale Un.

 

Procurez-vous le fondamental Métaphysique du sexe chez Kontre Kulture :

 

À ne pas manquer, sur ERFM :

 






Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2661204
    Le 7 février à 11:26 par zibidi
    "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

    Qu’est-ce que c’est qu’un "principe" mâle (et un "principe" femelle) ? J’ai entendu parler de sexe masculin et sexe féminin, mais je ne sais pas ce qu’est un "principe" masculin ou féminin. Et si on arrivait à définir cette notion fumeuse, en quoi leur "fusion" éléverait-elle l’âme ? A quoi reconnaît-on une âme élevée ? Et qui décide qu’une âme est élevée ou pas ? Qu’est-ce que c’est que cette équation : 1 + 1 = 1 ? On m’avait appris que 1 + 1 = 2. Donc quelqu’un qui me dit que 1 +1 = 1 a intérêt à m’apporter des preuves convaincantes, et surtout rationnelles. Et quel est cet "Ordre" social (avec une majuscule, s’il vous plaît) si désirable soi-disant, auquel aboutirait la "fusion" des principes masculin et féminin ? En quoi consiste-t-il ?

     

    Répondre à ce message

    • #2661354
      Le 7 février à 14:38 par Il Monte Bianco
      "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

      Ça relève de la métaphysique Aryenne et Européenne, cela veut dire impossible pour toi à comprendre. Ta construction mentale moyen-orientale n’est pas compatible à celle d’un Aryen. Tout comme les eschatologies Moyen-Orientales qui ne sont pas compréhensives à nos constructions mentales Européennes.
      C’est pourquoi les européennes sont des très mauvais convertis.

       
    • #2661410
      Le 7 février à 16:04 par calal
      "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

      dans la tradition chretienne quoique plutot hebraique ancien testament,il est dit que l’homme et la femme ne feront plus qu’un,donc qu’ils sont complementaires. En mode binaire,ca devient 1+0= 1 ou 0+1=1 ou 0+0 =0 et 1+1=0 .Ca veut dire que l’un des deux possedent le caractere 1 ( soit l’homme soit la femme) mais si les deux le possedent,c’est si difficile de se mettre d’accord que le temps passe a se decider a l’action fait que c’est presque la meme chose que si aucun des deux n’avaient le trait de caractere.exemple illustratif : la femme et l’homme du couple sont aussi intelligent l’un que l’autre (chacun a 1 dans la case intelligence),ben pour se mettre d’accord ca va etre coton...,un homme dure avec une femme douce fera un couple equilibree,une femme temeraire avec un homme reflechi pareil.Si les deux sont des risque tout,ils vont se faire concurrence pour etre celui qui est le plus risque tout jusqu’a la catastrophe.
      Le probleme c’est pour un homme dur par exemple d’apprecier une femme douce et tendre et vice versa, parce que c’est de l’alterite pure : genre le mec bosse et economise et sa nana fait un don aux restos du coeur avec le ble economisé pour les temps difficiles qui viendront peut etre (ou peut etre pas)....

       
    • #2661443
      Le 7 février à 17:02 par Objectif10
      "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

      @ zibidi tu veux des preuves rationnelles à un concept, à une idée donc dès le départ on voit que ta capacité imaginative est limitée car ce sont les idées qui font les constructions réelles et non le contraire. Pour te montrer que tu ne vois pas plus loin que le bout de ton nez soit par idéologie (qui compresse ta façon de voir les choses) soit aussi par limitation intellectuelle : 1+1=1, 1+1=2 ou 1+1=3 ? Si on prend 2 verres d’eau et que l’on vide l’eau du 1er verre dans l’autre on obtient toujours 1 verre d’eau mais avec 2 verres distinct ou un verre d’eau avec un troisième si on prend un autre verre vide et qu’on le rempli avec les autres donc 1+1=1,2 ou 3. On a une partie du cerveau cartésienne mais une autre créative et elles sont complémentaire et uni physiquement donc 1+1=1, c’est énervant car ce n’est pas avec ce genre de pensées que l’on peut avancer car être enfermé dans ses convictions sans essayer de comprendre ou voir ceux des autres cela fait plus de peine que quelqu’un qui ne comprend objectivement rien.

       
    • #2661606
      Le 7 février à 21:33 par Semper Fidelis
      "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

      @il monte bianco

      Détrompe toi. Ce sont les premières à se voiler intégralement et ce sont les premiers à s’investir à fond dans la religion.

      Je précise que le monde Oriental est plus vieux de 15 siècles par rapport à l’Occident. Donc pas de mépris.

      De plus, ne fais pas l’apologie du Nazisme et des théories Aryennes alors que selon elles, nous étions des sous-hommes, nous Français.
      Les Nazis nous méprisait profondément.

       
    • #2661912
      Le 8 février à 13:22 par Antan
      "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

      Bonjour Zibidi,

      Je crois qu’il fut comprendre 1+1=1 comme une "formule" métaphysique qui n’a rien à voir avec l’arithmétique
      Un femme et un homme se complètent et c’est, à mon humble avis, le sens de 1+1=1

       
  • #2661211
    Le 7 février à 11:32 par Pépé le Moko
    "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

    Mouai ...

    C’est vrai que là on touche à du lourd , ou ... pour être plus exact , du fin ... du très fin ...

    Ceci dit , dans la tradition Vaishnavite , ( qui a été rejoint par le Christianisme dans beaucoup de domaines ) , c’est plutôt l’abstinence ( Brahmacharya ) et la sublimation de l’énergie sexuelle qui est louée et glorifiée , alors que les ébats sexuels , mais avec l’exception notoire ... voir honorable ... de procréer ( et même avec une certaine tolérance ... mais bien encadré par l’état ... pour le mal " nécessaire " qu’est la prostitution ) , sont décrits comme un obstacle majeur ... voir dangereux ... pour l’épanouissement spirituel des âmes ( conditionnées ) qui peuplent le Maha-tatva ( le monde matériel )

    Mais à titre informatique , les Védas explique comment tout faire correctement , sans coinçage ... ni fanatisme ...

     

    Répondre à ce message

    • #2661490
      Le 7 février à 18:34 par tabou
      "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

      L’abstinence on aime pas trop ça sur ER, alors que bon si t’es seul, en attendant d’être deux, le meilleur moyen c’est la chasteté synonyme de purification et pas de finir accro au porno - lequel produit une addiction et un imaginaire totalement malsains.

      Si un + un = Un je suis d’accord, mais le système individualiste fait croire que un = Un et qu’on peut vivre tout seul. Bref, comprenne qui pourra.

      C’est d’autant plus dur avec le couvre-feu, les bars fermés etc. ÇA FAIT VRAIMENT CHIER ÇA !!!

       
    • #2661541
      Le 7 février à 19:41 par Ar hee
      "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

      La réalité est que la sublimation des énergies sexuelles est une affaire si exigeante qu’elle nécessite la Grâce de Dieu, ni plus ni moins.
      Les techniques ne suffisent pas du tout.
      Ce qui implique d’avoir le Coeur ouvert, d’etre TRES solidaire avec tout etre souffrant, y compris les animaux.
      De plus, il est necessaire d’avoir une relation de Grâce avec un Maitre réellement Eveillé, un Saint.
      C’est donc un long parcours où il faut se débarrasser des conditionnements durs ancestraux, cela relève de l’ascèse spirituelle.

      En occident, les Romantiques du XIXeme (en musique, poesie, litterature, peinture etc) avaient merveilleusement entamé ce chemin de transcendance des energies sexuelles, mais les peuples ont été au final profondément indignes de ces génies. Ignorer l’amour ardent romantique, et passer direct à l’avortement et au divorce de masse, faut etre une sacrée ordure. Les peuples ne meritaient visiblement pas ce cadeau de Dieu qu’était le Romantisme.
      Au lieu de se servir du romantisme comme palier vers le divin, on a préféré chuter dans le crime de masse.
      Ainsi, si on n’a pas compris la vie avec ce que l’Art europeen a eu de si merveilleux, il me parait difficile de le comprendre avec un livre (celui de la metaphysique du sexe)... Ou alors lire ce livre et s en aller ensuite vite vite vers d autres Traditions où existent des Saints, qui nous permettront d accomplir ce chemin.
      (parce qu en occident, c’est mort. Il n existe plus que du blablabla et zero tradition pratique).

       
    • #2661811
      Le 8 février à 11:30 par Pépé le Moko
      "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

      " Tabou "

      On peut vivre en couple sans baiser comme des lapins , et en étudiant la spiritualité ...

      On est pas obligé de vivre en ermite ...

      " Ar hee "

      " Au lieu de se servir du romantisme comme palier vers le divin, on a préféré chuter dans le crime de masse. "

      Ça ce remarque à la télé , où il y a foison d’émissions sur des crimes commis ... J’ai un pote qui m’a dit qu’un jour lui et sa meuf voulaient regarder la télé , mais qu’il y avait que des émissions / feuilletons / films sur ... des crimes !!!

       
    • #2662021
      Le 8 février à 15:33 par De Bonald
      "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

      Pépé le Moko......Dans la tradition vaisnava comme dans les autres, l’abstinence ou la modération dans le sexe ne sont là que pour remettre au centre la nécessité de se consacrer avant tout à la réalisation spirituelle, à savoir la réalisation de soi par rapport à Dieu ou en d’autres termes, s’élever et être élevé au niveau purement spirituel appelé suddha-sattva . Et à notre époque, mettre au dessus de tout cet effort de réalisation spirituelle n’est pas monnaie courante et n’est pas ce qui nous est enseigné à l’école ou au sein de notre famille. Aprés on peut voir que dans le monde spirituel, le vrai monde où on devrait être si on était moins c.....et où tout le monde agit en parfait accord avec Dieu, les deux sexes continuent à exister et ce n’est pas seulement pour Dieu et Sa ou Ses compagnes éternelles. Dans le second chant du Srimad Bhagavatam, tu as des descriptions des couples qui vivent dans le monde spirituel et s’il est dit qu’ils ne tombent jamais dans la passion, cela veut dire ce que cela veut dire : le guna de la passion brille par son absence dans le monde spirituel, seule y régne la vertu pure. Maintenant, toute activité non néfaste ou non-destructrice existe à tous les niveaux : dans l’ignorance ( tamo-guna), dans la passion ( raja-guna), dans la vertu ( sattva-guna) et aussi dans la pure vertu ( suddha-sattva) du monde spirituel. Nier cela est soit de l’impersonnalisme soit de la bigoterie fanatique qui revient à faire de Dieu un tyran totalement égocentrique et .détestable qui ne Se réserve que pour Lui ou qu’avec Lui certaines activités ce qu’Il n’est sûrement pas ! Je sais que cette conception des choses erronée est trés largement répandue dans le monde vaisnava mais elle résulte seulement d’une mauvaise compréhension des choses qui nuit considérablement dans tous les domaines.

       
    • #2662252
      Le 8 février à 20:49 par er du temps
      "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

      Ar hee, c’est intéressant, perso je crois qu’il faut considérer le romantisme :
      - comme un mouvement venant d’Allemagne, donc a priori plutôt protestant
      - comme un passage entre l’Académisme et l’art moderne.

      Il faut aussi considérer que les peintres et poètes romantiques français appartenaient à la nouvelle génération post-révolutionnaire, ils avaient tous aux alentours de 20 ans, ils étaient donc par définition "anti-système" et pas très sûrs d’eux, or ils ont été influencés par le franc-maçon Victor Hugo qui lui, avait plus de 30 ans, il était chef du groupe, et s’inspirait de Cromwell, c’est-à-dire là aussi du protestantisme.
      Lire la préface de sa pièce "Cromwell" (https://fr.wikipedia.org/wiki/Cromw...)) qui passe pour être le manifeste du romantisme datant de 1827, or il est reconnu que le premier Salon de peinture inaugurant le romantisme date de 1819 avec la présentation du tableau "Le Radeau de la Méduse" de Géricault en concurrence avec l’académicien Ingres "La Grande Odalisque", et Girodet "Pygmalion amoureux de sa statue".

      Ce que je veux dire : il est possible que les jeunes romantiques se soient instinctivement engagés dans une voie réellement libératrice (des dogmes académiques et religieux), mais que Hugo a récupéré cette jeune génération pour l’orienter vers l’esprit républicain afin qu’ils produisent dans le cadre du "politiquement correct" de l’époque...
      D’ailleurs l’un des tableaux les plus marquants du 19e s. reste "La Liberté guidant le peuple" de Delacroix datant de 1830.

      Le tableau "Le Désespéré" de Courbet (1844) exprime bien pour moi la fin du grand art pictural.

      Ensuite, les impressionnistes (sous Napoléon III) dont on dit qu’ils sont révolutionnaires expriment en fait une peinture qui ne sera plus d’aucun danger pour la République (1848) !

      Mais curieusement, rares sont ceux qui évoquent le mouvement nazaréen, réponse radicale au Néo-classicisme dans ce temps de flottement politique début 19e...
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouve...

       
    • #2662265
      Le 8 février à 21:10 par De Bonald
      "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

      Pépé le Moko.....en d’autres termes, il n’y a aucune opposition fondamentale entre le sexe ou l’amour homme-femme et l’Amour pour Dieu. La cause de chute originelle dans ce monde de la matière est notre refus de Dieu, quelle que soit la forme que cela prend. Ensuite la concupiscence, au sens large et surtout étroit ( sexuelle) du terme prend certes le relais et nous emprisonne à différents degrés ( maitunya-agara) mais n’est jamais la cause originelle de notre chute contrairement à ce que l’on a fait croire à presque tout le monde dans la sphère vaisnava actuelle. Cette fausse conception a fait énormément de dégâts. D’ailleurs AC Bhaktivedanta swami Prabhupada n’a jamais vraiment dit cela. Ce sont juste ses disciples qui ont sottement compris les choses ainsi, à tort.

       
  • #2661432
    Le 7 février à 16:35 par petithous
    "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

    Il y a du chemin à faire, autant du côté des hommes que des femmes .
    La pilule contraceptive, l’avortement, la libération sexuelle, la bien-pensance égalitariste et matérialiste, la misère psycho-sociale, sont autant de moyens d’égarement qui nous éloignent de la sexualité sacré .
    On nous parle partout sur le net d’éveil des consciences ... personnellement je ne perçois rien de tel dans le monde réel, et cela me fait redouter le pire pour l’avenir de l’humanité .

     

    Répondre à ce message

  • #2661484
    Le 7 février à 18:24 par lol
    "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

    Faut pas le pratiquer comme dans "Le Loup de Wall Street" alors ?

     

    Répondre à ce message

  • #2661575
    Le 7 février à 20:34 par anonyme
    "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

    J’ai un jour lu un article sur une religion en Inde dans laquelle on vénérait carrément les fesses d’une déesse hindoue. Quelqu’un pourrait me donner plus infos à ce sujet ?

     

    Répondre à ce message

  • #2661677
    Le 8 février à 00:18 par Zoom
    "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

    Le sexe ça crée,
    En effet..

     

    Répondre à ce message

  • #2661690
    Le 8 février à 01:25 par Pouet
    "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

    Je ne sais pas si le mien a la dimension sacrée ...

     

    Répondre à ce message

  • #2661768
    Le 8 février à 10:10 par anonyme
    "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

    "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

    Dans la culture moche (Peru) on sait où ça menait...Je dirais que c’était plutôt un chemin qui menait droit au but.

     

    Répondre à ce message

  • #2662043
    Le 8 février à 15:52 par chton
    "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

    on leur parle de cul, ils répondent par de l’arithmétique et de la métaphysique ! Misère du puceau !

     

    Répondre à ce message

  • #2662627
    Le 9 février à 11:11 par Annwn
    "Le sexe doit retrouver sa dimension sacrée"

    A l’Ecole Pythagoricienne, on enseignait l’unité de la nature féminine, dont le principe de vie ne se divise jamais : c’était le nombre 1. Et la dualité de la nature masculine dont le principe de vie se divise en deux parties : l’une pour être conservée et l’autre pour être donnée à la génération : d’où le nombre 2.
    L’unité féminine était appelée la Monade, parce que la femme est l’être indivisé, d’où le mot individu.
    La dualité masculine était la dyade. En latin, on disait homo duplex pour désigner la contrariété du cœur et de la raison, la duplicité (le double), suprême mystère de l’existence de l’homme.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents