Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le singulier parcours d’un officier de la Légion étrangère

En ce 30 avril, la Légion étrangère va « faire Camerone » en mémoire de la légendaire bataille de Camarón de Tejeda, menée par une poignée de légionnaires emmenés par le capitaine Danjou, face à 2 000 soldats mexicains.

En cette année du 70e anniversaire de la libération de la France, les faits d’armes de la Légion étrangère qu’il aurait été possible d’évoquer ne manquent pas : combats de l’Authion, de la poche de Colmar, campagne d’Allemagne, etc. De même que les légionnaires qui s’y sont illustrés.

Certains connaîtront par la suite un destin singulier, comme Hans Hartung, qui, gravement blessé en Alsace, deviendra par la suite un artiste peintre reconnu et coté, ou encore le capitaine Roman Sukic, qui, d’origine yougoslave, se distinguera à maintes reprises sous le feu de l’ennemi en Indochine et en Algérie.

Mais l’un des parcours les plus surprenants est sans doute celui de l’américain John Hasey. Né le 3 novembre 1916 au Massachussetts et étudiant à l’Université de Columbia, il s’envole vers la France à l’âge de 21 ans pour apprendre la langue française à la Sorbonne. Finalement, il décide de rester à Paris, où il a obtenu un emploi d’agent commercial chez le bijoutier Cartier.

En août 1939, et alors que la guerre est plus que jamais menaçante, John Hasey s’engage dans le corps des ambulanciers américains mis à la disposition de l’armée française. C’est ainsi que, en décembre de la même année, il sera détaché auprès de l’armée finlandaise, alors en guerre contre l’Union soviétique. Blessé en février 1940, il est rapatrié aux États-Unis. Mais il n’est pas question pour lui de rester dans le pays qui l’a vu naître. En juin, il regagne la France… pour la quitter à nouveau et rejoindre le Royaume-Uni, où il s’engage dans le service de santé des Forces françaises libres.

Il prend ainsi part, avec les galons de sous-lieutenant, à l’opération de Dakar (septembre 1940), puis à la campagne du Gabon (novembre 1940). Au début de l’année suivante, à sa demande, il est affecté à la 13e demi-brigade de la Légion étrangère (DBLE) et participe aux combats en Érythrée contre l’armée italienne. Ses actions derrières les lignes ennemies lui valent une première citation.

En juin, lors des combats contre les troupes de Vichy en Syrie, John Hasey est gravement blessé par 6 balles de mitrailleuses (l’une d’entre-elles lui a même emporté une partie du visage) lors d’une charge à la baïonnette. Soigné à l’hôpital de Jérusalem, il est fait Compagnon de la Libération en avril 1942. Seulement quatre Américains (dont le général Dwight Eisenhower) auront été distingués de la sorte.

En 1943, et après instructeur au Bataillon des Antillles, John Hasey est affecté à l’état-major du général Koenig, alors commandant des Forces françaises en Angleterre puis des Forces françaises de l’intérieur (FFI). Il suit ce dernier jusqu’à ce qu’il soit nommé gouverneur militaire de Paris en août 1944.

Démobilisé avec le grade de capitaine, John Hasey retrouve (presque) naturellement son emploi chez Cartier. Seulement, 4 ans plus tard, il décide de retrouver les États-Unis pour exercer des fonctions qui n’ont rien à voir avec la joaillerie puisqu’il est recruté par la CIA. Il passera 24 ans au sein de l’agence de renseignement américaine, dont une partie en tant que chef de station dans plusieurs pays, notamment en Europe, au Moyen-Orient et en Asie.

Ce « premier Américain à verser son sang pour la libération de la France », pour reprendre les mots prononcés par le général de Gaulle à son sujet, est décédé le 9 mai 2005, après avoir été admis au Virginia Hospital Center.

Découvrir la Légion étrangère avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Oui à la Paix


  • #1174064

    à tous anciens , présents et futurs légionnaires un JOYEUX CAMERONE ou que vous soyez laurent boucher HONNEUR FIDELITE


  • Les merdiats au lieu de faire la une sur la commémoration de Camerone ils font la une sur une supposée affaire de pédophilie de notre armée en Afrique , affaire qui date de 2014 et dont il n’y a aucune preuve tangible...

     

    • Stan Maillaud a été officier dans l’armée de terre en Afrique et il a dénoncé les nombreux viols
      commis par certains soldats sur les indigènes. Je ne mets pas un instant sa parole en doute. Il y a des
      mauvais sujets dans toutes les corporations.


  • #1174417

    Il passera 24 ans au sein de l’agence de renseignement américaine, dont une partie en tant que chef de station dans plusieurs pays, notamment en Europe, au Moyen-Orient et en Asie.



    « premier Américain à verser son sang pour l’occupation de la France »,


     

    • Logique, et très classique. Sa hiérarchie a su profiter et utiliser ses compétences, à bon escient. L’homme qu’il faut là où il faut.
      Cet homme était forcément bilingue, américain et français, d’un bon niveau intellectuel qui lui a permis d’être officier, et de par son expérience, connaissait l’état d’esprit français, les français, et plus directement l’armée française, avec ses forces et ses faiblesses. Dont acte