Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Lens : un supermarché uniquement pour les produits fermiers du coin

Exemple à suivre

Ce 25 septembre, « Au fil des saisons » sera inauguré à Lens. Il s’agit d’un magasin un peu spécial puisqu’il va regrouper un maximum de producteurs de cette région. Les produits, frais et cultivés de la façon la plus naturelle possible, évolueront en fonction des saisons.

Frédéric Leblon est un passionné de la nature. Après avoir visité des magasins de produits locaux un peu partout en Belgique, il a commencé à contacter des producteurs. « On ne savait pas comment ça allait se passer. Une seule personne a refusé, les autres ont été ravis de notre initiative », ajoute M. Leblon.

Le concept « Au fil des saisons » était né. Il s’agit d’une surface commerciale où les produits de 15 producteurs venus de Lens, Silly, Jurbise, etc., vont être vendus (et la liste devrait encore s’allonger). « On veut vraiment travailler avec des producteurs de la région. Les gens ont de moins en moins de temps pour passer chez chaque producteur, ici, tout sera réuni. Nous aurons des légumes, des fruits mais aussi du miel, des confitures, du pâté, des œufs, des produits laitiers et des apéritifs », nous dit-il.

Une autre différence avec les grands magasins est que les produits seront disponibles en fonction des saisons. « On ne fait pas pousser de laitues en hiver, par exemple. Il faut réapprendre à manger différemment. La laitue peut être remplacée par de la scarole ou des chicons. »

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Est-ce que ce sera encouragé par l’état ? J’en doute même si je peux me tromper. Le lobby industriel acceptera la situation tant qu’elle restera ultra minoritaire. Quand on sait que les grands groupes régissent pratiquement tout, je ne donne pas cher de la peau des petits artisans, paysans, producteurs etc dans les années à venir (une fois le traité trans-atlantique appliqué, on va pleurer). C’est un manque à gagner qu’ils n’accepteront jamais de perdre. L’idée en elle même est parfaite, et tout le monde y gagne, sauf certains rapaces qui ne manqueront pas de se manifester si le concept se généralise. Un peu comme avec Uberpop. On est condamnés à payer de la bouffe merdique à prix fort, pour le plus grands plaisirs des escrocs politiques et financiers qui se gavent bien la panse. Sans parler d’une certaine forme de liberté et d’émancipation qu’ils ne veulent pas laisser au peuple. C’est contraire à leur politique de soumission intégrale.

     

  • Enfin voila une initiative que je prône depuis 30ans ,car elle est la l’alternative aux grandes surfaces,vendre en direct des produits locaux ,tous les produits .Si ce genre de grandes surfaces se multiplient ,avec des prix attractifs ,je pense que la guerre peut se gagner comme ça .

     

    • 30 ans c’était trop tot, en inflation croissance économique non

      mais en crise stagflation c’est jouable

      enfin les gros vont essayer de tirer leurs épingles jusqu’au bout et même essayer le grand saut mondial pour se refaire ?


    • A dede .Je dirais même il y a plus de 30ans ,j’avais observé le marché de l’ail dans le Gers .A cette époque, le kilo était fixé à 5 francs ,sur la place du village amené par les producteurs ,mais avant par celui ci l’ail était calibré,nettoyé,pelé et mis en sachet ,remis à une heure bien précise .Le prix était fixé par le transporteur revendeur qui dans la nuit se rendaient à Rungis vendu 25 francs .Pour les melons l’opération était identique ,même procédé.Et c’est la que j’avais dit à un producteur ,de vendre ses melons en direct ,avec un fourgon sur le bord de la route ,il était septique ,et puis à fait l’essai .Résultat ,il vendait son fourgon de melon tous les dimanches .Ce problème existe depuis très longtemps ,on a toujours pris les producteurs pour des guignols ,et le problème c’est amplifié .Il suffit de voir avec le porc ,entre le prix du producteur et le prix en grande surface .Les grandes surfaces ne se sont jamais autant gavé.Et le consommateur prix pour un con par la même occasion.


  • Ce genre de commerce existe déjà dans nos campagnes française, ce n’est pas vraiment nouveau. Ils s’appellent souvent "marché local" ou quelque chose de ce goût. Ce ne sont ni plus ni moins que des épiceries local qui se fournisse auprès des agriculteurs du coin. On peut même discuter avec eux et rendre visite aux éleveurs / producteurs.
    En tout cas dans la région du Périgord ça se voit assez régulièrement, je suppose que cela se retrouve donc ailleurs aussi.

     

    • C’est absolument exact.
      Ceci existe depuis longtemps dans notre pays, et cela prend même de l’ampleur.

      Je partage cependant l’idée que ce modèle de vente va se faire attaquer dès qu’il deviendra menaçant pour les grandes entreprises : travail déguisé illégal, concurrence déloyale, etc... je ne sais pas. Mais c’est à ce niveau que les citoyens doivent se réveiller, et moi en premier...


    • Cela existe un peu partout. J’ai fait mes courses hier en profitant d’un autre déplacement pour acheter légumes, fruits, viande et fromage dans la même ferme qui coopère avec différents agriculteurs. C’est un restaurateur qui m’avait donné l’adresse.
      Sans cela je vais au marché 2 fois par semaine...on y trouve surtout les produits locaux...Il n’y a aucun problème à fonder des coopératives pour les agriculteurs, comme il existe déjà des coopératives de viticulteurs depuis longtemps.


  • La réussite de ce genre de projet est dans les mains des consommateurs...


  • Vers Grenoble (Claix) il y en a un pas mal qui s’appelle "Un Bout de Campagne"
    http://www.cc-trieves.fr/producteur...


  • C’est une excellente initiative et ça marchera, j’en suis certain. On peut déjà observer depuis quelques années ce genre d’initiative mais à plus petite échelle. Et je suis également persuadé que cela sera de plus en plus imité.

     

    • Tant mieux ! Et surtout , tant qu’ils ne sont pas assez nombreux pour faire de l’ombre à la grande distribution , sinon comme pour des autres pans économiques , ils multiplieront les lois et règlements en tous genres , afin de dissuader et éradiquer ce type de commerce ! ( les consommateurs ont un rôle de résistant ( sans le savoir parfois ) , trés important ! )


  • Combien de temps avant que l’État français interdise ce genre d’établissement pour « concurrence déloyale » ? Très belle initiative en tout cas.

     

  • Bravo !
    Excellente initiative !


  • À Toulouse il y a "Ferme Attitude" qui fait la même chose. Tous les produit viennent de producteurs habitants à une distance maximum de 180 km autours de Toulouse, si mes souvenirs sont bons. J’y vais de temps en temps, mais autant que je devrais.


  • Il existe quelque chose de similaire près de chez moi en Bretagne, c’est de la vente à la ferme de productions cultivées dans un rayon de 50 kms. C’est une riche idée avec des étals bien achalandés de tout et n’importe quoi, mais je n’y vais jamais ! Je regrette que la marge des grandes surfaces ne soit pas retirée du prix de vente, et on se retrouve à payer des oeufs non certifiés Bio à 2,25 euros les 6 (Bon ce qui ne veut pas dire qu’ils ne soient pas, mais tout de même) voire bien plus cher qu’en magasin. Un pot de confiture de 250 gr : plus de 4 euros ! Je ne m’explique pas ces tarifs exorbitants.