Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les États-Unis se retirent officiellement du traité "Ciel ouvert"

Berlin regrette, Moscou juge la situation "inacceptable"

Plusieurs mois après avoir annoncé son retrait, Washington s’est officiellement retiré du traité « Ciel ouvert » qui permet de vérifier la réalité des limitations des armements des pays signataires. Moscou a qualifié cette situation d’« inacceptable ».

 

Annoncé depuis le 21 mai 2020 par le président américain Donald Trump, le retrait des États-Unis du traité « Ciel ouvert » (« Open Skies » en anglais), qui vise à rendre plus transparentes les restrictions d’armements en permettant des vols d’observation militaire au-dessus des territoires des pays signataires, est devenu effectif et officiel le 22 novembre 2020.

En cause ? « La Russie n’a pas respecté le traité », avait accusé en mai 2020 le locataire de la Maison-Blanche, ajoutant : « Donc tant qu’ils ne le respecteront pas, nous nous retirerons. » Les États-Unis avaient accusé à plusieurs reprises Moscou de violer ce traité, sans toutefois fournir de preuves pouvant étayer ces allégations. Le ministre américain de la Défense Mark Esper avait même assuré début mars 2020 lors d’une audition au Congrès : « Ça fait des années qu’ils trichent ».

Du fait de cette décision, les États-Unis ne pourront plus effectuer de vols d’observations non armés au-dessus du territoire russe ou de celui des autres pays signataires du traité « Ciel ouvert ». Ils ne pourront pas non plus, en théorie, bénéficier des renseignements transmis en vertu de l’accord. Cependant, il est possible que les États-Unis demandent des photographies aériennes de la Russie prises par d’autres membres de l’OTAN, tout en interdisant les vols russes équivalents au-dessus des installations militaires américaines.

 

Berlin réaffirme son adhésion au traité

Dans un communiqué publié le 22 novembre à la suite du retrait officiel de Washington du traité « Ciel ouvert », le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié cette situation d’« inacceptable », ajoutant que Moscou rechercherait « des garanties fermes que les États restant dans le traité rempliront leurs obligations, d’une part, de s’assurer qu’il n’y a pas d’obstacles à l’observation de leur territoire et, d’autre part, de s’assurer que les photographies des vols de reconnaissance ne sont pas transférés vers des pays tiers non signataires de l’accord ».

De son côté, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré dans un communiqué que le traité « Ciel ouvert », dont l’Allemagne est un des pays signataires, est un élément important du contrôle des armements et que Berlin continuera à le respecter malgré le retrait des États-Unis.

Le chef de la diplomatie allemande a ensuite souligné qu’il regrettait la décision prise par l’administration Trump, estimant que le traité « Ciel ouvert » contribuait au renforcement de la confiance et à la promotion de la sécurité dans tout l’hémisphère nord « de Vladivostok à Vancouver ».

 

Les accusations américaines sont « absolument infondé[es] », selon Moscou

Le traité « Ciel ouvert », discuté dès les années 1950 par les États-Unis et l’URSS mais entré en vigueur en 2002, permet à la trentaine pays signataires – dont le Canada, la Russie et la majeure partie de l’Europe – des accords de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, de se survoler les uns des autres pour vérifier leurs mouvements militaires et l’application de leurs mesures de limitation des armements.

Les accusations américaines invoquées pour justifier ce retrait sont « absolument infondé[es] », selon Vladimir Ermakov, directeur du département de la non-prolifération et de la maîtrise des armements au sein du ministère russe des Affaires étrangères, cité par l’agence TASS. D’après le haut responsable, ce n’est pas la première fois que les États-Unis présentent la Russie comme fautive de quelque violation afin de justifier leur retrait d’accords sur la limitation des armements. « Nous sommes prêts à une coopération d’égal à égal avec les États-Unis. Toutes les questions ont été réglées de manière appropriée dans le cadre du traité [Ciel ouvert] », a-t-il également fait valoir.

Moscou, en outre, voit d’un mauvais œil ce retrait américain : « Le retrait des États-Unis de ce traité signifie non seulement un coup porté aux fondements de la sécurité européenne mais aussi aux instruments de la sécurité militaire existants et aux intérêts essentiels de sécurité des alliés mêmes des États-Unis », avait estimé fin mai 2020 le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Alexandre Grouchko. « Ce n’est pas un traité bilatéral, mais multilatéral. Et une décision si brusque affectera les intérêts de tous les participants sans exception », avait-il également regretté.

Le retrait du traité « Ciel ouvert » ouvert fait suite au retrait de Washington en 2019 du traité INF, qui interdisait aux États-Unis et à la Russie d’utiliser un certain nombre d’armes hautement destructrices d’une portée comprise entre 500 km et 5500 km. À cette période, Washington avait également accusé la Russie d’avoir violé les conditions du pacte, tandis que Moscou avait fermement nié les allégations. Le nouveau traité START reste désormais le seul accord majeur de non-prolifération entre les deux puissances nucléaires. Cependant, il expire en février et Washington a jusqu’à présent hésité à le prolonger.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les États profonds Unis font toujours du bon boulot, n’est ce pas Laurent fabius ?



  • Le traité « Ciel ouvert » entré en vigueur en 2002




    Un rapport avec les chemtrails ?

     

  • Ça fait longtemps qu’ils ont pas eu une bonne guerre au Pentagramme inversé de Washington, dit "Pentagone".


  • Les horaires de passage des vols d’observation sont disponibles plusieurs jours à l’avance ce qui laissent le temps de planquer.


  • #2603388

    Ce genre de traité est fait pour gagner du temps:on fait semblant de se mettre d’accord pour limiter un armement,parce qu’on est en retard par exemple,alors qu’en fait,les labos de recherches sont déjà au travail...L’ascendant stratégique est vital selon la formule bien connue :"si tu veux la paix,prépares la guerre".
    Une fois,un client m’a dit :"Confiance,c’est un mot qui devrait être rayé du dictionnaire" !


  • il ne sert à rien ce traité : les satellites d’ aujourd’hui ont des capacités phénoménales dans les définitions, optique, infra-rouge, uv, etc j’en passe et des meilleures avec analyse en direct des effluents, des résidus et échappements de gaz... et puis avec les systèmes Lidar par exemple l’inutilité du camouflage est avérée et on ne parle pas des engins à mach 10 et plus qui traversent un pays en 10 mn à 100 km d’altitude...tout ce tintouin Trump/Poutine n’est que manœuvres d’intimidation de grands primates...

     

  • L’Allemagne étant un vassal absolu, on la voit mal ne pas faire du renseignement au profit de son suzerain !
    S’entendre dire, de la part des menteurs professionnels Yankees que la Russie triche, est un plaisir de fin gourmet
    Si les USA se retirent des accords, c’est sans doute pour ruser avec un armement desormais obsolète, par exemple en le disposant près des frontières russes et en entreposant illégalement des bombes nucléaires en Italie ou ailleurs en UE, pour tenter de minimiser leurs carences en vélocité, furtivité et en attendant mieux...
    Là-dessus, la Chine vient de dépasser la puissance militaire US alors qu’elle n’entrait dans aucun de ces accords jusque là. C’est zarbi, à moins que la synarchie (sioniste) soit la même des deux côtés du Pacifique !
    À n’en point douter, les USA sont échec et mat et ne reviendront à la table des négociations que lorsqu’ils auront un avantage stratégique. On peut attendre, le niveau technologique y est en chute libre à cause des contradictions du programme mondialiste (avec écoles de merde on peut ne pas former des talents).

     

    • Arrête de dire n’importe quoi ! Rien ne surpasse la technologie occidentale et surtout pas chinoise : ils ont un mal fou à finaliser leurs réacteurs d’avions de chasse alors que dire des missiles balistiques... et on peut en dire autant de la Russie : ils assurent encore un peu dans les missiles balistiques certes, mais accusent un retard pour ce qui est des drones et un véritable fossé dans le domaine naval ...il y a trois divisions d’écarts entre les USA et les autres ( Chine et Russie)...


    • @système : ne jamais sous-estimer un adversaire qui se sent humilié.


    • @Système. Je te signale que la Chine à envoyé un satellite sur la face cachée de la lune (une 1ère mondiale) et s’est dotée de la bombe nucléaire sans avoir eu besoin de piller les brevets et savants allemands en 1945 !


    • Pekin moyen...
      C’est du pipeau ! Aucune preuve que la Chine ait posé un satellite sur la Lune ; quant à la bombe atomique , elle n’existe tout simplement pas ! Je maintiens que Chine et Russie ont un retard considérable sur l’Occident...


    • Je maintiens que vous racontez n’importe quoi.
      Si les Chinois et les Russes étaient si à la ramasse que cela militairement, je me demande pourquoi les USA chialent autant face à eux.
      USA qui ont pour habitude de fracasser plus faible que soi.


    • @system Les russes sont tellement à la ramasse qu’ils ont perdu la guerre en Syrie !
      Et je ne doute pas que vous tapez vos commentaires sur un appareil de conception occidentale.


    • Gopgdzmi...
      Les Occidentaux ne se sont pas impliqués directement en Syrie, ceci explique cela ; et les destroyers engagés par les russes avaient bien 30 ans d’âge.


  • C’est pas plutôt "ciel ouvert" pour nous balancer des produits chimiques ou bactériologiques à volonté ? Les chemtrails sont paraît-il des théories "complotistes" ! Par contre, accuser constamment la Russie de complot, sans aucune preuve, c’est pas complotiste !


  • Les gouvernements américains ont très régulièrement au cours de leur courte histoire bafoué les traités qu’ils signaient. Dès que les règles du "jeu" ne leur plaisent plus, ils les changent. Trump ou Biden ou Obama, ça ne changera rien. Il n’y a pas de bon président américain pour le reste de la planète, il n’y a que des présidents américains plus ou moins belliqueux et bellicistes.