Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les associations "pour la vérité" sur le 11 Septembre la cherchent-elles vraiment ?

S’il est difficile pour une personne moyennement curieuse et moyennement intelligente de gober encore en 2015 la « version officielle » des attentats du 11 septembre 2001, avec ses pirates de l’air à peine capables de piloter (et parfois ressuscités) mais réalisant des manœuvres d’approche parfaites à des vitesses impossibles, son avion-taupe de Pennsylvanie et son troisième gratte-ciel non touché mais coulé quand même, est-il pour autant raisonnable de se fier les yeux fermés aux associations citoyennes proclamant dans leurs statuts vouloir « connaître au mieux la vérité sur le 11 septembre », comme c’est le cas pour l’association française (si, si) ReOpen911 ?

Ayant consulté avec beaucoup d’intérêt certains articles et certaines vidéos présentés par cette association (je recommande tout particulièrement le documentaire de Massimo Mazzucco, 11 septembre : le nouveau Pearl Harbor, d’une rigueur et d’une neutralité sans faille), mais ayant également apprécié les arguments d’associations américaines comme Architects and Engineers for 9/11 Truth (AE911Truth), en particulier certains articles traitant des raisons psychologiques de la « sidération » produite par ce sujet polémique, je n’ai pas été très long à convaincre lorsqu’un ami, ancien membre très actif de ReOpen911, me proposa de venir à Paris le 2 mai 2015 pour assister à une conférence de Richard Gage, fondateur et « CEO » de l’association AE911Truth. Après tout, un site internet, c’est une jolie vitrine ; mais rien ne vaut la confrontation au réel !

Nous assistâmes donc, côte à côte, à la conférence de l’architecte Gage. Parfaitement rodée, très « américaine », avec ce que cela comporte de sentimentalisme un peu déplacé dans un sujet très technique. C’est du moins l’impression qui fut la mienne, mais je suis physicien donc, c’est bien connu, d’une froideur de vipère à la Toussaint et lourdement handicapé des émotions, limite autiste. Le mieux est encore de vous laisser juger par vous-mêmes, grâce à l’enregistrement de cette conférence réalisé par ReOpen911. [...]

Abordons maintenant le fâcheux, voire le désolant, que les internautes visionnant la vidéo ne peuvent pas connaître. À la suite de l’exposé, il y eut bien sûr une séance de questions. Parmi les courageux volontaires, mon ami – qui s’occupe d’un bureau d’études où l’on pratique quotidiennement une science appliquée appelée résistance des matériaux – s’adressa à Richard Gage pour lui faire part d’une incompréhension : comment est-il possible pour un avion de transport civil, constitué d’une structure légère en alliage d’aluminium recouverte d’une peau métallique fine, de faire de tels dégâts dans des gratte-ciel dont les « murs » extérieurs sont constitués de colonnes carrées creuses en acier très épais (un peu plus de 2 cm à la hauteur du crash) ? N’est-ce pas contradictoire avec toutes les règles de résistance des matériaux, où le plus résistant entaille le moins résistant, et non l’inverse ? Si l’on peut concevoir que les pièces les plus massives (réacteurs, trains d’atterrissage) fassent de gros dégâts voire sectionnent ces colonnes extérieures en arrivant à plus de 900 km/h, comment imaginer que pas même un morceau de queue n’ait été prié de rester dehors ?

Loin d’être scientifique ou technique, la réponse de Richard Gage fut uniquement politique, au sens péjoratif du terme : il s’employa à discréditer l’auteur de la question, en s’adressant au reste de la salle qu’il prit à témoin pour lui demander, en gros, de huer cet impertinent qui faisait perdre du temps à sa noble cause en posant des questions aussi stupides qui risquaient de diviser les troupes. Inutile de dire qu’un tel comportement, dans un congrès scientifique, serait immédiatement perçu comme ce qu’il est : le contraire de la démarche scientifique, le contraire de cette méthode que Richard Gage avait pourtant lui-même très correctement résumée.

Lire l’intégralité de l’article sur aitia.fr

À ne pas manquer, sur E&R :

 

Sur les différents « mouvements pour la vérité », voir aussi :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pendant que certains guignols jouent les pseudos-dissidents sur la Canebière, d’autres font du travail d’analyses et de recherche sérieux sur la pieuvre sioniste.
    Leurs noms ne valent même pas la peine d’être cités.
    A chacun son bac à sable.


  • « comment est-il possible pour un avion de transport civil, constitué d’une structure légère en alliage d’aluminium recouverte d’une peau métallique fine, de faire de tels dégâts dans des gratte-ciel dont les « murs » extérieurs sont constitués de colonnes carrées creuses en acier très épais (un peu plus de 2 cm à la hauteur du crash) ? »

    Tout simplement grâce à l’énergie cinétique qui fait que même de l’eau peut devenir aussi dure que du béton à une certaine vitesse.

    Le reste de l’article est dans la même veine, c’est à dire mauvais :
    Les twins towers ne seraient pas constituées de béton ? Et les dalles alors ? De plus, la structure en acier était recouverte par endroit de béton comme il le dit plus tard.

    C’est bon ça me suffit j’arrête là.

    Pas étonnant que R. Gage et Reopen911 n’ont pas voulu donner la parole à des abrutis pareil.

     

    • « "...de l’eau aussi dure que le béton..." »
      oui mais à plus de 3 fois la vitesse du son !! et du sable est ajouté au mélange liquide.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%...



    • Tout simplement grâce à l’énergie cinétique qui fait que même de l’eau peut devenir aussi dure que du béton à une certaine vitesse.



      En êtes-vous sûr ? Adressez-vous à des spécialistes :

      http://www.trapib.com/crbst_7.html



      L’hydrodécoupe
      Technique originale et techniquement éprouvée pour découper des métaux industriels (inox, acier).
      Principe
      Projection sous ultra-haute Pression (2500 bars) d’un mélange eau/abrasif sans production de points chauds.



    • Comparaison n’est pas raison.

      Vous invoquez la découpe à l’eau pour laisser croire que l’eau - matériau peu résistant s’il en est - peut, grâce à la magie de l’énergie cinétique, devenir plus dure que l’acier.
      Les découpes dont vous parlez se font avec des buses projetant un jet de quelques fractions de millimètres pour l’eau pure. Sinon, l’eau est additionnée d’un produit abrasif.

      Si j’utilisais votre technique, je dirais que pour se comporter comme une buse de découpe à l’eau, l’avion aurait du faire la même masse mais avoir un fuselage d’un diamètre de quelques centimètres (buse à eau pure avec jet très fin), ou bien il aurait dû être rempli de béton (buse plus large mais eau additionnée d’un matériaux abrasif).

      Comme vous le voyez, avec les lois de la physique, on peut vite partir dans des exemples fallacieux.


    • @ crac boum et rectificateur
      Mais ici il n’est pas question d’eau mais d’une carlingue en aluminium auquel il faut ajouter la masse et l’énergie cinétique de l’avion.
      Le 28 juillet 1945 un bombardier B-25 Mitchell s’écrase dans l’Empire State Building :
      http://www.thevintagenews.com/wp-co...
      http://www.911myths.com/assets/imag...
      https://en.wikipedia.org/wiki/B-25_...
      http://assets.nydailynews.com/polop...
      On voit clairement que l’avion a perforé la façade (un mur de briques d’1 mètre d’épaisseur), et pourtant ce n’était que de l’aluminium...


    • d’après votre théorie fumeuse une balle en plomb doit traverser un mur de béton parce qu’elle a accumulé de l’énergie cinétique... Or la balle en plomb s’écrase sur une surface plus résistante qu’elle... l’avion aurait du s’écraser dans les colonnes et les structures externes en acier en dehors des parties dures comme le train d’atterrissage les potences des réacteurs et les réacteurs eux mêmes... Pas un seul débris de l’avion n’est resté accroché aux façades à l’endroit de l’impact... Vous parlez de choses que vous ne maîtrisez absolument pas... et c’est dommage !


    • Ce serait donc plus simple de discréditer les "abrutis" en question en leur ôtant la parole, plutôt qu’en répondant scientifiquement afin de convaincre l’assemblée... pourquoi pas. Mais dans ce cas si je pense Israël responsable du 11 septembre - à tort ou à raison - et que ça te chagrine, alors je suis antisémite (donc pas digne du dialogue) ? Ca me rappelle des méthodes couramment dénoncées ici sur E&R.

      L’article n’enlève rien aux points intéressants soulevés par AE911 (notamment sur le WTC7), par contre ça décrédibilise la cohérence globale si on peut supposer un parti pris quelconque, même si son but était noble (par ex. fédérer les conspirationnistes). J’accorde le bénéfice du doute aux intentions de Gage, mais je lui reproche l’échec du raisonnement scientifique, ce qui - étant donné ce qu’il représente - est vraiment ironique tu ne trouves pas ?

      D’ailleurs je n’attends pas de lui qu’il soit un prophète à défendre une vérité toute faite, mais un guide pour les chercheurs de vérité, que les questions scientifiques lui plaisent ou non.

      Bien sûr, tu peux aussi conclure que je suis un abruti et tu auras exposé à tout le monde tes capacités intellectuelles et/ou ta vocation de troll, c’est toi qui choisit in fine.


    • Premièrement, le comportement de Gage est une preuve à elle seule.
      Deuxièmement, allez donc voir quelques crashs d’avions et quelques démolitions contrôlées sur youtube.
      Quand bien même il existerait une capacité d’un avion d’enfoncer une tour comme le WTC, j’aimerais bien qu’on me démontre scientifiquement comment une tour gobe instantanément un avion sans laisser aucune trace.
      Les pirates de l’air ont eu une chance folle de trouver l’angle parfait pour entrer dans les tours comme dans du beurre à cette altitude. En réalité, l’avion, LES avionS, auraient du se "vautrer" complètement dessus et se casser en mille morceaux, avec éventuellement le nez enfoncé dans la structure et un morceau du cockpit qui dépasse. Mais là…Sérieusement.


    • @Shoahvengers

      Les tours jumelles avaient été conçues pour "avaler" un avion de ligne sans endommager la structure porteuse, exactement comme cela s’est passé : les avions sont rentrés et l’immeuble n’a pas bougé.


    • Entièrement d’accord, aucune mention du coeur central en béton, pièce fondamentale d’un gratte-ciel sans compter tous les autres revêtement ( placo-platre...revêtement amiante sur tous les tuyaux..ect..) ça fait un paquet !


    • 1 Boeing 767 = 179 tonnes

      fin de la discussion


    • @ Boulava : il n’y a jamais eu de cœur central en béton dans les tours jumelles... une recherche très rapide (ou le lien donné par l’auteur vers le rapport du NIST) suffit pour le savoir.

      https://www.google.fr/search?q=twin...


  • L’auteur joue les mystérieux. "C’est pas possible que ce soit de la nanothermite qui produise une telle explosion et autant de chaleur, j’ai mon hypothèse mais je ne la dis pas."

    L’hypothèse des mini-bombes nucléaires est déjà relayée ici je crois.

     

    • L’énergie générée par une mini-bombe nucléaire (0.01-0.5kt) est totalement insuffisante pour expliquer la pulvérisation de gigantesques tours d’acier. Si une telle arme avait été utilisé au niveau de la base des tours, les dommages causée à la structure aurait peut-être entrainée un effondrement des tour, mais d’une façon asymétrique et sans pulvérisation de l’acier.

      Il faut lire le livre de Dimitri Khalezov. Un engin de 150kt placé à 50m sous la base des tours est la seule hypothèse nucléaire viable.


    • Dans toute étude fondée sur la méthode scientifique, il convient d’appuyer son raisonnement sur des faits vérifiables et non sur des témoignages souvent sujets à caution.

      Le premier fait, vérifiable et incontestable, est qu’un avion de ligne s’écrasant contre une montagne (cf. GermanWings), matériau autrement plus dense que des immeubles criblés de fenêtres, ne se vaporise pas sur impact. Bien au contraire, il laisse une trainée de débris répartis sur plusieurs km2. Or comme aucun débris d’avion n’a été trouvé près de tours jumelles, du Pentagone, ou en Pennsylvanie, la seule conclusion rationnelle possible est qu’il n’y a jamais eu d’avions impliqués dans ces évènements.

      L’unique débris résultant de ces impacts, trouvé aux abords du Pentagone, a été soigneusement recouvert d’une bâche durant son transport, alors qu’il ne pleuvait pas. C’est donc pour en dissimuler l’apparence qu’il a été ainsi caché à la vue du public. De nombreux experts affirment que seuls des missiles sont capables des manoeuvres extraordinaires exécutées ce jour-là. Cette hypothèse expliquerait à la fois l’absence de débris d’avions, la forme des impacts et l’utilisation de cette bâche.

      La question est donc de savoir, puisqu’aucun avion n’est à l’origine de ces évènements, pourquoi les médias ont organisé un tel spectacle grâce à la diffusion d’images de synthèse. Car les analyses d’experts en montage vidéo s’accordent à démontrer, preuves à l’appui, qu’il ne subsiste aucun doute à ce sujet.

      Quant à l’effondrement des trois tours WTC1, 2 & 7, il faut pousser l’étude plus avant. L’analyse des débris montre avec certitude une concentration anormale de particules ultra-fines et d’éléments issus d’un processus de fission nucléaire, dont seule l’utilisation d’explosifs nucléaires peut justifier la présence. De même l’aspect de véhicules calcinés et fondus à une distance de quatre pâtés de maisons des tours ne peut s’expliquer par le simple déferlement d’un nuage de poussière de béton.

      L’évacuation rapide des débris vers une destination lointaine, contraire à toutes les règles en matière d’enquête criminelle, indique clairement une volonté de dissimulation de la part des autorités. Il ne vous reste plus qu’à tirer les conclusions qui s’imposent, en faisant abstraction des témoignages issus de l’industrie médiatique, laquelle ne fait que relayer les instructions émises par le pouvoir en place et dont les membres n’obtiendront jamais un prix Nobel de physique.


    • Des "mini-nuke" auraient généré des EMP, pourtant les caméras qui filmaient ces démolitions fonctionnaient bien il me semble.


    • @L Faux. Pour obtenir un EMP de grande puissance, il faut faire exploser un engin nucléaire de grande capacité (mégatonne) très haut dans l’atmosphère. Dans le cas d’un « mini-nuke » au niveau du sol, l’impulsion électro-magnétique n’aura aucun impact au delà du rayon de destruction (qui peut aller de quelques dizaines à quelques centaines de mètres).


    • @ eren : je suis d’accord. Ce qui répond également à l’objection de L puisque les explosions souterraines ne font pas d’EMP (ni d’onde de choc dans l’air ou de boule de feu visible). Ce qui est marrant c’est que ça n’a rien d’un secret (on trouve facilement des PDF à propos des tests nucléaires souterrains sur le web) mais que personne n’y pense.


  • Les détails techniques importent peu : à qui profite le crime ? est la seule question à se poser !
    et aussi le fait de savoir que depuis le 11 septembre, il n’ y a jamais eu autant d’immigration arabo musulmane dans le monde occidentale - lors même qu’ils sont présentés comme des terroristes potentiels : logiquement, le système aurait dû réduire considérablement cette immigration-là ( sécurité oblige ), mais non, c’est tout le contraire qui s’est produit...

     

    • Bonne remarque mais je ne suis pas vraiment d’accord avec la première phrase. Pour deux raisons :

      - "à qui profite le crime" peut parfois conduire à accuser à tort des gens qui ont profité du crime, mais n’en sont pas les auteurs. Si on a un idéal de justice, on doit donc se méfier de ce raisonnement qui peut à la fois conduire à de l’injustice et à de l’inefficacité (en laissant les vrais coupables impunis et même inconnus)

      - comprendre les "détails techniques" est important pour se prémunir des crimes futurs : si on comprend comment (et en particulier, comment on manipule l’opinion), on est mieux armé pour déjouer dans l’oeuf les attentats sous faux-drapeau qui ne manqueront pas d’arriver pour tenter de déclencher la guerre de tous contre tous.


  • Sauf qu’à 200 mètres du sol cette vitesse de 850 km/h n’est pas possible pour des contraintes physiques et aérodynamiques évidentes. L’avion se disloque avant même d’apercevoir Manhattan.
    Si les avions de ligne volent on 11000 mètres c’est pas pour rien ...


  • J ai meme oublié la Lybie, rentable cet attentat, fallait gagner l opinion publique américain. 3000 morts vaut quelques millions la bas et les ressources a bons prix.


  • Pourquoi n’a-t-on jamais interrogé aucun des parents des "terroristes" ?...


  • La réponse aux "miracles" du 11 septembre est pourtant aussi visible qu’un éléphant dans un magasin de porcelaines

    Larry Silverstein...

    Mais c’est verboden...antisémite...chounia et crime de lumière...donc ils bottent tous en touche

     

  • Je vous rappelle que ce n’est pas la première fois qu’un avion percute un immeuble, ya même des photos dans le web, et l’immeuble ne s’est pas écroulé, et ya même des bouts du gros avion qui dépasse de la structure !!! (et personne n’a monté la police d’assurance deux mois avant lol)

     

    • Effectivement cela est déja arriver que des avions fonce sur des buildings il n’y a rien d’extraordinaire, pour les dégats tout dépend de la structures du batiment, du type d’avion de son état et de l’impact en lui même... Sur ce point seul des spécialistes peuvent répondre... En tout cas ses tours son tombées et nous avons bien vu des avions foncer dessus, pour le restes on ne sait pas...


  • Accessoirement j’ai l’impression que personne n’en parle, mais la norme de construction impose que ces immeubles soient déconstructibles -lol- par explosif dès leur conception (c’est moins cher pour la démolition) !!!


  • Je ne vois pas bien l’intérêt de cet article... Où l’auteur veut-il en venir ?
    Que R. Gage et Reopen911 ne sont pas sympas ?
    Qu’ils trompent leur auditoire avec des explications techniques erronées ?
    Qu’ils feraient partie du grand complot visant à nous tromper ?

    Prouver que les attentats sont une mise en scène et que les tours du WTC ne sont pas tombés à cause de l’impact des avions, mais par un dispositif préalablement mis en place par les auteurs réels (nano-thermite, mini-bombe nucléaire (? !) ), c’est bien ça l’essentiel !

    C’est bien beau de critiquer, mais encore faut-il que cela est une utilité dans le débat politique. Faut quand même le faire de reprocher à Gage de faire de la "politique", alors que c’est précisément l’objectif de toute enquête sur le 11 septembre...

     

    • L’intérêt de l’article est de démontrer, par l’étude de la résistance des matériaux, qu’il est impossible qu’il y ait eu des avions.
      Des hologrammes, sûrement, mais pas des avions.
      Tout comme le missile dans le Pentagone, comme l’avion fictif qui s’est écrasé plus loin, et tout comme la tour numéro 7.
      D’excellents documentaires sur ce point primordial se trouvent sur internet. Et des scientifiques expliquent cela très bien.
      Cette idée en tête, repassez vous les vidéos, et vous verrez que cette "hypothèse" semble très probable.


    • @Thrive
      Des hologrammes, ? c’est avec des gars comme toi qu’on nous fait passer pour des complotistes du dimanche.On sent l’ado qui croit parce qu’il a acheté la dernière carte graphique GTX de chez nvidia, alors on peut créer des hologrammes ,(surtout en 2001 ) de cette taille au point que meme des caméras amateur ayant fixés l’instant de l’impacte , puisse confondre la réalité avec l’hologramme, faut pas trop pousser quand meme .


    • @ soralien :
      D’après la thèse de Ace Baker, aucun avion n’a percuté les tours, il n’y a pas d’hologrammes, les avions ont été ajoutés en synchro avec les explosions pour les reportages tv et films amateurs. D’après plusieurs témoins qui avaient les yeux en l’air lors de la 2nde frappe, ils sont formels, ils n’ont vu aucun avion. Toutes ces thèses sont quand même dingues et il me semble plus facile d’envoyer des 767 téléguidés que de fabriquer des hologrammes ou de convaincre tout le monde que c’était bien un avion alors que personne ne l’a vu. Quoique le pouvoir des images répétées ad nauseam...

      Quant aux cartes graphiques, je pense qu’en matière de technologie ils ont 20 ans d’avance sur ce qu’on trouve en magasin donc pourquoi pas.


  • Je pense savoir pourquoi la question a été ignorée. Car elle sous entend de manière implicite que des avions n’ont pas été utilisés sur les tours du WTC, mais que c’étaient des hologrammes. Ou bien que les avions ont été crées en images de synthèse.

    C’est à mon avis une théorie très fumeuse. Et ça discrédite les autres théories qui remettent en cause le 11 septembre à mon avis, et qui sont plus probables.

    Par exemple en regardant hier une vidéo de Thierry Meyssan, il parlait en 2002 déjà de complot, et il a parlé d’émetteurs dans les tours pour guider les avions. Je n’avais jamais entendu ça avant. Mais c’est très très intéressant.

    Pour la thermite, ce n’est pas un explosif. Justement. Pourquoi utiliser des explosifs pour faire tomber une tour alors qu’on veut faire passer sa démolition par le fait d’avions (donc qu’on n’entende pas d’autre explosion que celle de l’avion).
    La thermite c’est un mélange qui chauffe à haute température, en dégageant de la fumée et produisant une très forte lumière. Ca peut faire fondre à peu près n’importe quoi. Et bien appliquée elle peut scier des poutrelles en acier.

    En plus, pourquoi utiliser des bombes nucléaires qui laissent des traces mesurables des années après l’utilisation, alors qu’on sait très bien détruire des immeubles avec des immeubles conventionnels si l’on va par là.

    Aussi pour l’eau, oui à haute vitesse elle devient aussi dure que du béton. D’ailleurs si un avion se crashe à haute vitesse dans la mer il s’écrase comme s’il était tombé sur une surface solide.


  • Laurent Guyénot en a déjà parlé il me semble.

    "Inutile de dire qu’un tel comportement, dans un congrès scientifique, serait immédiatement perçu comme ce qu’il est : le contraire de la démarche scientifique, le contraire de cette méthode que Richard Gage avait pourtant lui-même très correctement résumée."

    Je suis chimiste de formation et je certifie cela.


  • Article remarquable de clarté et de pédagogie ...et avec de l humour en plus. Merci à l’auteur, et à ER pour avoir relayé ce blog "éloge de la raison dure" que je découvre. Chouette, un nouveau site de vrais chercheurs de Vérité à ce qui semble....


  • Et une reconstitution ? Tout de même drôle que pour un évènement de cette taille..


  • Cet article permet également de découvrir ce site "Éloge de la raison dure" qui semble s’utiliser la rationalité scientifique pour traiter des sujets de la dissidence. Intéressant et surtout plutôt optimiste. L’optimisme c’est justement ce qui manque un peu dans la dissidence en général.


  • Les initiés auront compris en filigrane que ce que les deux provocateurs voulaient exposer lors de cette conférence, c’est la théorie du "no plane" (aucun avion n’a heurté les tours du WTC, ce sont des bombes habilement disposées qui ont dessiné l’apparence d’empreintes d’avion).

    Or toute hypothèse a à la fois le DROIT d’être étudiée mais aussi le DEVOIR d’être démontrée avant d’être exposée au grand public. C’est la raison pour laquelle les associations pour une nouvelle enquête sur les événements ne peuvent pas à ce jour cautionner la théorie "no plane" sans risquer de passer pour des zozos (ce qui amuserait bien les défenseurs de la version officielle...).

    En revanche, les partisans de cette hypothèse pourraient (et même devraient) créer leur propre association, ouvrir leur propre site internet, pour fédérer des bonnes volontés et des compétences techniques, organiser des séminaires, des conférences, etc.

    Au lieu de venir faire des provocations stériles, qui ne font strictement pas avancer la recherche.

     


    • Or toute hypothèse a à la fois le DROIT d’être étudiée mais aussi le DEVOIR d’être démontrée avant d’être exposée au grand public.



      Parce que vous pensez qu’il a été démontré qu’un 767 pouvait évoluer à près de 900 km/h au niveau de la mer (vitesse/sol, en vitesse/air c’est pire), en faisant une manœuvre en virage ?

      Pour rappel, la densité de l’air est y 3 fois plus importante qu’à l’altitude de croisière.

      Bon courage pour trouver un pilote qui accepte de signer ça...


  • Afficher les commentaires suivants