Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Conséquence du féminisme militant ?

Dominique Baettig possède la particularité d’être à la fois politicien et psychiatre. Nous lui avons demandé ce qu’il pense du phénomène croissant de la prostitution à Genève et en particulier celui de la prostitution estudiantine.

Le phénomène des étudiantes qui se prostituent semble prendre une ampleur particulière à Genève, parmi elles de nombreuses Françaises. Quel est votre avis en tant que politicien sur ce phénomène ?

Le succès économique et le bien-être du modèle suisse attire ceux qui veulent bénéficier de ce « fromage » riche, surtout urbain, et de son économie parallèle : dealers, requérants d’asile économique, petits délinquants opportunistes, frontaliers français à la recherche d’emplois très bien payés au comparatif national et qui acceptent de se déplacer de longues heures pour continuer à habiter et vivre à leur standard national moins élevé et favoriser une détestable opportunité de sous-enchère salariale et culturelle. 

Et des prostitué(e)s de toutes origines qui viennent profiter de la misère sexuelle locale (conséquence des ravages du féminisme militant ?) ou simple réponse de l’offre à la demande. La prostitution étudiante a toujours existé puisque le fait d’étudier en situation de précarité économique est pénible et qu’il sera toujours plus rentable de vendre son corps que de travailler en usine, en restauration rapide ou faire des ménages.

Il s’agit surtout pour ces femmes vulnérabilisées de prendre des risques pour leur santé, leur sécurité physique, leur image de soi, de tomber dans des réseaux de sujétion violente organisés, d’être contaminées et de transmettre des maladies sexuelles de plus en plus difficiles à soigner (résistance), d’abuser de substances et de devenir dépendantes. Les politiciens n’ont pas grand-chose à proposer si ce n’est de rappeler les valeurs éthiques et spirituelles de respect de soi et d’autrui : ne pas abuser de la détresse et de la vulnérabilité de son prochain.

Quel est votre avis en tant que psychiatre sur les séquelles psychologiques que pourraient subir ces jeunes femmes en s’adonnant à une telle activité ?

La capacité de se dissocier (déconnection psychique, dédoublement de la personnalité) pour se protéger émotionnellement de relations déshumanisées, instrumentalisées, intéressées, opportunistes, est liée, c’est l’expérience des psychiatres, à la présence, la préexistence de troubles de la personnalité qui peuvent avoir été déclenchés par des abus sexuels, physiques ou émotionnels préexistants à la relation de prostitution. La poursuite d’une exposition à des traumatismes ne va pas améliorer ces troubles, cela va de soi. La capacité de rétablir par la suite, à l’arrêt de l’activité de vente de son corps est particulièrement difficile, une relation normale, authentique et émotionnellement équilibrée est très faible. On ne sort pas indemne d’une telle activité qui nécessite un processus de sevrage, un réajustement économique à la baisse et la capacité de résister aux sollicitations des anciens clients, protecteurs, dealers ou petits maîtres-chanteurs. Une telle vie n’est pas une parenthèse anodine. Attention danger.

Voir aussi, sur E&R :

Rebondir sur le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

73 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Article étonnant pour un pays qui blanchit l’argent de la prostitution et de la drogue de venir faire la morale aux travailleurs frontaliers et autres...que ce prof ne vienne jamais faire des kilomètres pour profiter de nos cotes maritimes et de notre qualité de vie.A bon entendeur.

     

    • Tout à fait d’accord, ce bisounours me fait bien rire. Faut dire que c’est le style Suisse. Mettre le peuple en confiance, la Suisse n’a que des petits problèmes, et on peut se permettre de consacrer du temps aux touches finales. Le gazon, les putes, les dentistes.


    • #929296

      1. La Suisse ne blanchit pas l’argent de la drogue ou de la prostitution. Renseignez vous.
      2. Cet expert ne fait pas la leçon, il avertit que l’on ne se livre pas à la prostitution sans dommage, et c’est évident.
      3. A bon entendeur quoi ?Quel rapport avec le tourisme en France ? Franchement, votre réaction sent le micheton mal à l’aise d’être culpabilisé. Amusant.


    • Un Pays ? tout entier ?
      des faits peut-être ?


    • Comment peut-on blanchir l’argent d’une activité légale ? C’est un concept Européen ?
      Les prostituées Suisses ses sont des travailleuses déclarées qui payent leurs contributions sociales etc...

      Pour rappel environ 75’000 frontaliers travaillent en Suisse romande, la majeure partie vers Geneve, qui est un minuscule canton de 450’000 habitants ...c’est énorme.


  • #928420

    La prostitution est le plus vieux métier du monde. Si une femme veut offrir son corps en choisissant ses clients, si elle en a toutes les disposition, ça peut être un métier avantageux, voire respectable (en tant que tel).

    Mais quand les filles sont forcées de brader leur corps et d’accepter n’importe qui, sur ordre de leur souteneur ou de leur prestataire (pour les réseaux un peu plus "chic"), cela fait des ravages. Cette deuxième réponse sur les traumas occasionnés est particulièrement intéressante.

    Au final, même pour les prostituées, c’est souvent une question de situation sociale. On note cependant, comme réflexion subsidiaire, que les militantes féministes aiment parler du nombre supérieur de femmes diplômées. Si c’est à ce prix-là… Evidemment, le jeune homme qui doit travailler des heures dans un café s’en sortira moins bien. De plus, pour les petits boulots du tertiaire, les femmes ont plus de chances d’êtres embauchées à des conditions qui leur conviennent. Reste alors, en supprimant la tranche des non-privilégiés, celle de deux qui peuvent faire des études à plein temps. Quand on remonte aux chaires de professeurs, les statistiques des féministes s’effondrent.

    On pourrait même conclure que, comme tout le monde étudie pour finir travailleur à la chaîne, y compris dans les boulots qualifiés du tertiaire, l’université en tant que telle est devenue un bien mauvais critère d’évaluation.

     

    • La prostitution n’est pas un métier. Une pute ne produit rien, faut arrêter de répéter la même bêtise 1000 fois et depuis je ne sais quand du 1er qui l’a prononcé.

      Si les richesses étaient correctement redistribuées et que les femmes étaient "sous la protection" d’hommes responsables (Maris, frères, oncles,...), aucune femme à part des timbrées du cerveau n’iraient vendre son corps.

      A bon entendeur !

      P.S : Sinon oui, les prostituées ont toujours exister, on le mentionne même dans la Bible.


    • "DECONNECTION PSYCHIQUE" Tiens cela me fait vraiment penser aux franc-maçonnes, ces personnes apprennent en loge à pratiquer la prostitution intellectuelle, les mères ont même l’air fière (? !) d’apprendre cela à leur enfants !) Il en résulte en effet le même comportement, à savoir se dissocier de la réalité, et devenir par la même, des robots organiques, parce que déculpabilisées de commettre ces aberrantes spoliations envers leurs victimes non-initiés à ces pratiques. Biensur les féministes, qui se prétendent, aimer et respecter les femmes (! !!!), tirent vers le bas ces femmes qui rentrent bêtement dans la franc-maçonnerie. Je connais ces féministes, et il faut être vraiment d’aplomb pour faire face à ces démentes qui avancent masquées, pour ne pas tomber dans leur piège, au risque d’y perdre soit sa santé, soit son âme.


    • Juste pour la réflexion, à ne pas prendre pour une attaque personnel donc...

      "La prostitution est le plus vieux métier du monde"

      N’est-ce pas fortement insultant, méprisant, rabaissant et irrespectueux pour la femme une telle affirmation gratuite ???

      La femme au foyer n’était donc pas là avant ???

      Mais c’est vrai, pour les féministes le travail de la femme à la maison n’en est pas un ou est considéré (par eux) comme rabaissant (autre conséquence du féminisme), pour le plus grand plaisir du grand capital et de l’état au détriment des enfants, c’est vrai que pute semble être tellement plus valorisant pour certains... : )


    • #929432

      La prostitution, un métier respectable ??? ... un métier ?!! ... respectable ?!!...
      Le stéréotype est un comportement modèle. Le comportement modèle crée le stéréotype. La prostitution devient respectable quand l’esprit se prostitue à l’acceptabilité du comportement inhumain, stéréotypé, le séparant de lui-même. L’acceptabilité se socialise lorsque l’être humain accepte la sacralisation du rôle. Tout état dénaturé - le rôle est contre nature - est prostitution. Le nier, c’est accepter son propre esprit prostitué. Mettre le doigt, et plus particulièrement sur l’être humain monnayant son sexe, révèle une inconscience de soi, la séparation d’avec soi-même. Il n’y a pas de rôle qui soit respectable car le rôle est inhumain. Le rôle est esclavage. Tout rôle est prostitution, une séparation avec soi-même. De là a en faire un métier, il n’y a que l’argent qui porte le rôle dans cette catégorie officielle, catégorie nauséabonde du système en place.


    • #930341

      Dire que la prostitution est "le plus vieux métier du monde" est entré dans les moeurs. Je rigole en voyant certains s’interroger ou s’offusquer de cette utilisation, que j’ai principalement employée par provocation, non sans un peu d’humour. Pourtant, cette phrase n’est pas si fausse, car tout dépend de comment l’on définit le mot métier. Etymologiquement, il s’agit du service liturgique, et l’on pourrait considérer, avec le sexe faisant partie de la religion d’Etat actuelle, que c’est bien un métier dans sons sens premier ! Plus analytiquement, la religion célébrant le miracle de la vie, la prostituée, voire la mère porteuse, pratiquerait un métier.

      Si, maintenant, on quitte le domaine de l’humour et qu’on considère métier dans le sens de "savoir-faire", comme il est maintenant défini, alors oui, faire l’amour est même le savoir-faire qui préfigure l’Homme. Si maintenant, dans le métier, on sous-entend profession et rémunération, il est certain que le rôle de mère au foyer n’est pas inclus dans le troc d’antan, alors que celle qui se prostitue peut échanger ses services contre des nécessités. Allant plus loin, sachant que l’organisation sociale, lorsqu’elle ne nécessite pas encore le troc, est basée sur la répartition des tâches et que la propriété n’existe pas, tout ce que peut faire, pour survivre, celui qui ne désire pas participer, c’est vendre son corps, l’échanger contre une facilitation de son devoir. D’une façon ou d’une autre, on peut argumenter sur le fait que la prostitution soit le premier métier émancipé et donc privilégié du monde.

      Certains voient tout sous l’angle de l’esclavage et de "l’égalité", de la "répartition juste", mais entre bosser cinquante heures par semaine dans un café et la prostitution, certaines choisissent la prostitution. Est-ce juste et équitable ? Est-ce vraiment la question ? Selon ce paradigme, il faudrait s’attaquer au salariat tout entier et la prostituée qui se choisit ses clients et se vend bien se moque justement du salariat, elle s’en émancipe d’une façon qu’elle trouve acceptable et qui sommes nous pour penser à sa place et la juger, pour vouloir son bien malgré elle, nous petits employés ? Ne sommes-nous pas pathétiques ? Dans tout ce lot de considérations, une prostituée qui fait son chemin selon ses propres conditions n’a de mépris à recevoir de quiconque.

      Certaines choisissent cette voie et en assument les conséquences. En revanche, on peut très bien se prendre de compassion pour celles qui subissent.


    • @Dakodak
      Vous oubliez que de nombreux métiers ne produisent que des services (caractère utile d’une chose).

      métier :
      Travail dont on peut tirer des revenus pour gagner sa vie.
      Travail :
      Activité humaine organisée et utile.

      On en revient à la notion d’utilité. A moins de prouver que la prostitution n’est pas une activité humaine, un service organisé et utile, difficile de dire que ce n’est pas un métier.

      Je vous fais grâce de la femme "sous protection d’hommes responsables" qui la rabaisse au niveau de l’enfant sous la responsabilité de ses parents, mais si les richesses étaient correctement redistribuées, croyez vous que vous trouveriez plus de femmes prêtes à nettoyer la m****e des autres sous le regard méprisant de celui qui l’embauche ?
      C’est peut-être simplement une question de respect. Si l’homme considérait la femme de ménage ou la prostituée avec respect, la femme ne se sentirait pas dévaluée. Et c’est d’ailleurs valable pour tous les êtres humains en général.


    • En même temps quel homme (mis à part des camés sidaïques en manque de picouses qui finissent pas se suicidé et autres en besoin d’argent pour changer de sexe ou que sais-je encore) louerait ses trous avant et arrières pour y récolté "la crème de la crème" ???

      Ou qui dirait que "gigolo" est le plus vieux métier du monde ???


  • Y a pas à dire de la chair fraiche féminine jeune si en plus "vierge" en esprit, ça a une grosse valeur marchande, pas étonnant que le système promeut ça, c’est l’huile ses rouages.

    Une belle poignée de milliers d’euros qui circule, y a bon bizness.

     

    • #930588
      le 11/08/2014 par Leïla.Mila36jecontacte
      Les conséquence des ravages du féminisme militant ?

      ET LA TENDRESSE B..... ! sauf que sans le bonheur d’aimer réellement son homme, franchement, entre faire la pute contre de l’argent où être mère au foyer où "pute" (c’est comme vous voulez, je m’en fous) contre des sentiments, pour moi il n’y a pas de discussion, je prend la 2ème option !


    • Vous me parler d’un truc qui n’a pas de prix car gratuit ou donné qui génère peu de fric (bof pour le marché) a un autre truc enjolivé promue individuel et puis faute de pourquoi pas.

      Évidement la 2eme option est préférable, une vie à deux saine et qui apporte du bonheur, mais les conditions nécessaires se dégrades (on monte les sexe les uns contre les autre), puis ça nécessite un effort faut s’ouvrir s’exposer s’y préparer mentalement se désillusionner parfois et parfois profiter, c’est pas toujours évident, ce serait même un travail ou du moins un effort.

      D’un autre coté un truc plus individuel (c’est dans le vent), un vous présente un truc qui permet de rapporter beaucoup d’argent sans trop d’effort si ce n’est à y consentir, ce n’est pas mal ce n’ est pas sale, mieux c’est l’émancipation. Évidement on vous cachera les désagréments ou vous les trouverez sur le tas quand il sera un peu trop tard, le but n’étant pas spécialement votre épanouissement mais le fric qui est généré dans l’opération.
      Un certain féminisme induirait ça, c’est pas bête de le penser.


  • #928548

    Encore ce alimuddin ? pourquoi vous laissez une tribune à ce guignol ? ses pseudo-articles sont partisans. Je connais parfaitement genève et je sais que ce rigolo ne connait cette ville qu’en surface.

     

    • Il est Genevois et habite depuis toujours à Genève alors évite nous tes salades. C’est quoi pour toi être partisan ? Il faut être neutre et pisse-froid sur E&R maintenant ? Tu as vraiment rien compris à la dissidence...Il a fait des entretiens avec Jean-Marie Le Pen, Alain Soral et il en fait régulièrement avec Gilad Atzmon, trois personnes de grande qualité. Le vrai troll guignol c’est toi...


  • #928592

    Dans un monde où les notions de dignité, de pudeur, de décence morale ont été abolies qu’est ce qui peut retenir ces gonzesses d’écarter les cuisses et de sucer des bites pour quelques billets ? Si l’on rajoute le fait que le travail aujourd’hui ne peut plus être sources d’épanouissement personnel mais a été réduit à un pur asservissement consistant à effectuer des tâches répétitives ne laissant aucune place à la créativité humaine, à l’autonomie de l’individu...dans une société qui n’a plus rien à offrir sur le plan spirituel comment s’étonner qu’une gonzesse avec un joli cul ou un mec bien monté puisse être tenté de faire usage de leur atout physique ?
    Dans une société traditionnelle les boulots sont loin d’être tous épanouissants mais au moins l’individu travaille en inscrivant son activité dans une perspective plus large que sa petite personne. Il travaille pour lui même mais aussi pour sa communauté, pour sa patrie, pour sa famille, pour Dieu...pour son honneur, sa dignité...son statut bien que modeste a aussi une reconnaissance sociale...

     

  • Dans une lettre a son traducteur anglais John Marks , Céline parlant de la prostitution des femmes , écrit que c’est "leur profonde vocation"... Par ailleurs toutes les belles filles se prostituent à des hommes riches, et la femme d’un agrégé sera toujours plus belle que celle d’un certifié... Vous connaissez beaucoup de belles femmes qui soient mariées à des pauvres ? Ou alors ce sont de faux pauvres, des avares qui planquent leur fric .

     

    • #929589

      Quel est le rapport ?

      Une femme n’a t’elle de valeur a vos yeux que si la nature lui a donné un beau corp un et joli visage ? Parce que c’est ce que vous sous entendez, les hommes riches, obtiennent les meilleures femmes ...

      Prostitution et beauté n’ont pas vraiment de lien, il y a aussi des laidrons sur le trottoir ! Il y a bien des hommes qui demandes des passes a des travestis parce que c’est moins cher...

      En plus ce que vous énoncez est on ne peut plus faux ! regardez les femmes (celles avec qui ils sont mariés) des politiciens notamment, se sont rarement des canons de beauté ! Les hommes riches, couchent avec des mannequins, mais se marie et font des enfants avec des femmes physiquement accessibles !

      Et si vous n’arrivez pas a vous satisfaire de ne pas vous taper des canons, peut etre que c’est ce ce que vous méritez, pour etre aussi superficiel, et recherché la superficialité chez l’autre ! De la frustration, et de la solitude pour ceux qui ne regarde pas plus le loin que l’exterieur !

      Vous etes tellement superficiel, à pensez vous aussi qu’il n’y a que les femmes belles qui valent le coup d’etre regardée ou sautée ! Vous qui rager sur le manque de valeur et de profondeur de la société, vous est vous même des colporteurs de ce vide et de cette perte de moralité ! parce que si ce n’était pas le cas ! Vous ne vous plaindriez pas du fait que les jolies femmes ne sont toutes que des salopes intéressées par des hommes riches, qui ne sont pas vous !
      Non ! Vous vous devriez ignorer ce fait, car ces belles salopes ne vous intéresserait meme pas, et vous prefereriez une femme peut etre moins belle , mais tellement plus sincère, et intéressante !

      Vous n’êtes que des victimes, des ratés émotionnels, et vous le resterez pour le restant de vos jours si vous n’arrivez pas a recadrer sérieusement vos priorités ! Car les femmes dont vous revez sont une minorité de la gente féminine, en plus d’etre bien souvent des etre pauvres ou mauvais...

      Vous autres, me faite sincèrement pitié..

      Ps ; je ne m’adresse pas spécialement a cet auteur, mais a tout les hommes qui sont en détresse sexuelle et affective, car ils se trompent de cible...

      Bien que cet auteur soit spécialement a gerber.. Car bien entendue, la vocation principale de toute espèce est d’assurer sa pérennité et comme les femmes cherchent le meilleur parti, les hommes eux, cherchent le maximum de partenaires possibles... Maintenant il faut s’avoir s’élever au dessus de ca !


    • #929848
      le 10/08/2014 par Leïla.Mila36jecontacte.nièvre
      Les conséquence des ravages du féminisme militant ?

      @Benhamou, je pense qu’à y regarder de plus près, les femmes qui sont aux bras d’hommes riches où moyennement riches, ne sont pas forcément de belles femmes, ce n’est pas parce qu’une femme vient de passer 15 h chez l’esthéticienne et qu’elle aura une belle robe que ce sera une jolie femme ! L’habit ne fait pas le moine ! Quant à dire que les prostitués ont une morale, ben, faut pas exagérer, toute façon, c’est du cas par cas ! Il y a des filles qui sont maltraitées et qui se retrouvent là, sans savoir ce qu’ils leur arrivent et les autres qui sont là sans se poser de question, juste pour le fric. Et puis il y a les prostitués intellectuelles, les pires, que l’on croise tout les jours.


  • "DECONNECTION PSYCHIQUE" !Tiens ! Cela me fait penser aux franc-maçonnes ! totalement dépersonnalisée voir décérébrées, à force de se livrer à la délinquance intellectuelle, souvent avec leur corps aussi, en volant où rachetant sur réseaux maçonniques, des renseignements intimes sur des victimes, s’adonnant à la prostitutions morales et psychologiques, ce genre de pratique, INITIES dans les loges de la franc-maçonnerie, font que des êtres humains deviennent de par le faite, deviennent tout bonnement des robots organiques. Rassurées et aussi déculpabilisées de toute responsabilité par rapport ensuite à la loi de cause à effet, sur elles-mêmes mais surtout sur leurs victimes non-initiées de la franc-maçonnerie (parce que ces dernières ne se doutant pas de la domination sournoise que l’on est entrain de faire sur elles). Les chocs occasionnés aussi bien par la pratique de la prostitutions intellectuelles que physiques, ne peut qu’aboutir effectivement à de graves traumatismes, sans doutes irréméDIABLEs. Malheureusement, on peut constater que les féministes ne protègent absolument pas ces dérivent, mais encouragent insidueusement, et tirent les femmes par le bas. Cela prouvent que les féministes ont une haine réelle envers les femmes. Il faut être sérieusement d’aplomb dans sa tête pour ne pas tomber dans leur piège, parce que bien entendu, tout est, comme d’hab, décidé en loge, en cachette, cruellement, méchamment, illégalement. Les féministes, je ne les aime pas, elles n’ont plus, alors ne m’approchez pas ! Je les connaît bien, pour avoir été soumises à mon insu à leurs diktacts.


  • Très bonne question. La misère sexuelle est très probablement une conséquence du féminisme militant et castrateur. Les hommes commencent à être lassés par cette attitude féministe et vont plus souvent voir des prostituées....

     


    • Bachar : Les hommes commencent à être lassés par cette attitude féministe et vont plus souvent voir des prostituées



      Je crois qu’ils n’en ont pas les moyens pour la majorité d’entre eux... Et puis avec les maladies, les arnaques, etc... ça donne pas trop envie. Ce qui compense la frustration de nos jours c’est le porno sur le net (et entretien cette même frustration par ailleurs, c’est un cercle vicieux).


    • C’est drôle parce que tout à l’heure quelqu’un que je connais m’avait demandé au détour d’une conversation rapide : "on profite un peu des filles ?", je lui ai répondu en rigolant un peu "j’aimerais bien mais c’est compliquer", lui : "ouais je sais c’est super dur avec les filles...". Pourtant, comme moi il est bien sur tout rapport.

      Du coup, pour ceux qui ont de l’argent, la prostitué est le raccourci le plus simple pour obtenir à la fois une présence féminine et aussi une relation sexuelle. Il y a même une phrase réaliste qui dit que "quitte à dépenser du fric, sans rien obtenir en retour, autant payer une prostitué, au moins on en a pour notre argent." C’est la triste réalité.

      Mais là ou je rejoins l’autre commentaire, c’est que pour aller voir des prostitués il faut de l’argent et comme beaucoup n’en ont pas...


  • En Europe 80% des prostituées sont des filles de l’Est et des Nigérianes, c’est à dire venant de pays pauvres ou très pauvres . Et ces oiseaux migrateurs se déplacent en fonction de la situation economique du pays : c’est ainsi que les prostituées en Espagne qui représentaient il y a encore deux ans 1% de la population du pays (400 000 !) ont en partie quitté l’Espagne en crise ("No Work !) pour l’Italie, la Suisse et l’Allemagne, mais pas pour la France, hélas, ce qui est un bien mauvais signe...


  • #928721

    Je connais bien Geneve pour y avoir vécu longtemps. La prostitution n`y a rien a voir avec le féminisme. Ville de marchands et de marchés des le haut moyen-age, la prostitution faisait la joie ("filles de joie") de la clientele passante, sauf (et encore...) pendant la période intégriste de Calvin. Aujourd`hui, la ville grouille de fonctionnaires internationaux, d`hommes d`affaires de passage, de diplomates, de barbouses de tous bords et de touristes aux poches bourrées de pétrodollars qui sont les clients habituels des prostituées-étudiantes a haut tarif appelées aussi call-girls. Il y a aussi de plus en plus de genevois célibataires et aussi des réfugiés males sans femme qui sont la clientele habituée des prostituées qui sont moins cheres car en général moins "fraiches" ou aux mains de réseaux criminels (souvent tsiganes est-européens traficants d`esclaves sexuels). C`est ces réseaux puants d`esclavagistes (qui souvent exploitent des mineures ou carrément des gosses) qui sont une nouveauté a Geneve et qu`il vaudrait la peine de refouler avant qu`ils n`empoisonnent trop la petite république de Geneve (violence et drogue, racket...).


  • #928761

    A-t-on besoin d’un psychiatre pour arguer de telles conséquences découlant du rôle spectaculaire de l’humain prostitué ? Les efforts, les ennuis, les échecs, l’absurdité des actes proviennent la plus part du temps de l’impérieuse nécessité où l’être humain figure un personnage hybride, hostile à ses vrais désirs sous couvert de les satisfaire. « Nous voulons vivre, dit Pascal, dans l’idée des autres, dans une vie imaginaire et nous nous efforçons pour cela de paraitre. Nous travaillons à embellir et à conserver cet être imaginaire et nous négligeons le véritable. » Originale du XVIIe siècle, en un temps ou le paraître se porte bien, où la crise de l’apparence organisée affleure à la seule conscience des plus lucides, la remarque de Pascal relève aujourd’hui, à l’heure où les valeurs se décomposent, de la banalité, de l’évidence pour tous. Par quelle magie attribuons-nous à des formes sans vie, la vivacité de passions humaines ? Comment succombons-nous à la séduction d’attitudes empruntés ? Qu’est-ce que le rôle ? Ce qui pousse l’être humain à rechercher le pouvoir, est-ce rien d’autre que la faiblesse à laquelle ce pouvoir le réduit ? Le tyran s’irrite des devoirs que la soumission même de son peuple lui impose. La consécration divine de son autorité sur les êtres, il la paie d’un perpétuel sacrifice mythique, d’une humiliation permanente devant Dieu. Quittant le service de Dieu, il quitte dans le même mouvement le service d’un peuple aussitôt dispensé à le servir. Le vox populi, vox Dei doit s’interpréter : « Ce que Dieu veut, le peuple le veut. » L’esclave s’irriterait bientôt d’une soumission que ne compenserait en échange qu’une bribe d’autorité. De fait, toute soumission donne droit à quelque pouvoir et il n’y a de pouvoir qu’au prix d’une soumission ; c’est pourquoi certains acceptent si facilement d’être gouvernés. Le pouvoir s’exerce partout partiellement, à tous les niveaux de la cascade hiérarchique.
    La prostitution est un rôle, le rôle est une prostitution. Le rôle est une consommation de pouvoir. Il situe dans la représentation hiérarchique, dans le spectacle donc ; en haut, en bas, au milieu, jamais en deçà ni au-delà. En tant que tel, le rôle introduit dans le mécanisme culturel : il est initiation. Le rôle est aussi la monnaie d’échange du sacrifice individuel. Il exerce une fonction compensatoire. Résidu de la séparation, il s’efforce enfin de créer une unité comportementale ; en tant que tel, il fait appel à l’identification : Prostitué(e).


  • #929216

    c’est même Etudiante que vous aborder dans la rue et qui vous menacent de porter plainte pour harcèlement sexuelle alors que vous n’essayer que de les draguer ....

    quelle époque ....


  • Bah, à une époque ou la vie était difficile, la prostitution etait un moyen de survi (veuvage, orpheline, problème d’argent...), sans aides sociales...

    Aujourd’hui c’est clairement à cause du féminisme que la prostitution explose, malgré la sois disante "révolution des mœurs".

    Le féminisme a crée des hommes seuls et frustrés, et pousse les filles à travailler (via media, journaux, télé), à rejeter le modèle de la mère et épouse, pour devenir des salariées dociles et sous payés.

    Mais bon sang, à cause du féminisme, les femmes préfèrent se faire harceler par un patron, plutôt que de participer à cette fabuleuse petite "entreprise" qu’est la famille.

    Si la priorité de tout les hommes et de toutes les femmes était le mariage et la famille, il n’y aurait plus de client et plus de tapinage.

    A titre personnel je n’ai pas envie de partager mon épouse avec un patron...

     

  • Des étudiantes qui se protistuent pour payer leurs études, quelle blague. Leur macs ont du trouver que ça faisait à la mode pour exiter le client. Proxénète sera sans doute le dernier métier du monde disait Clouscard, et surtout une trés mauvaise affaire pour la femme.


  • #929426

    Je trouve au contraire que ses propos sont très pertinents . Il dit simplement que le féminisme , avec ses "valeurs" d’indépendance ont poussé les femmes à s’investir dans la vie professionnelle à une époque où il était facile de le faire : mais maintenant ce n’est plus du tout le cas , pour garder leur indépendance elles doivent soit trouver très vite un travail bien payé , soit faire autrement ... Mais la pertinence se situe dans le fait qu’il est toujours beaucoup plus difficile de changer d’idéologie , que de faire des choix cartésiens ou de bon sens si on veut ( une femme qui a été habitué à l’indépendance aura beaucoup de mal à changer et par exemple à se mettre en couple ) .


  • #929438

    A-t-on besoin d’un psychiatre pour arguer de telles conséquences découlant du rôle spectaculaire de l’humain prostitué ? Les efforts, les ennuis, les échecs, l’absurdité des actes proviennent la plus part du temps de l’impérieuse nécessité où l’être humain figure un personnage hybride, hostile à ses vrais désirs sous couvert de les satisfaire. « Nous voulons vivre, dit Pascal, dans l’idée des autres, dans une vie imaginaire et nous nous efforçons pour cela de paraitre. Nous travaillons à embellir et à conserver cet être imaginaire et nous négligeons le véritable. » Originale du XVIIe siècle, en un temps ou le paraître se porte bien, où la crise de l’apparence organisée affleure à la seule conscience des plus lucides, la remarque de Pascal relève aujourd’hui, à l’heure où les valeurs se décomposent, de la banalité, de l’évidence pour tous. Par quelle magie attribuons-nous à des formes sans vie, la vivacité de passions humaines ? Comment succombons-nous à la séduction d’attitudes empruntés ? Qu’est-ce que le rôle ? Ce qui pousse l’être humain à rechercher le pouvoir, est-ce rien d’autre que la faiblesse à laquelle ce pouvoir le réduit ? Le tyran s’irrite des devoirs que la soumission même de son peuple lui impose. La consécration divine de son autorité sur les êtres, il la paie d’un perpétuel sacrifice mythique, d’une humiliation permanente devant Dieu. Quittant le service de Dieu, il quitte dans le même mouvement le service d’un peuple aussitôt dispensé à le servir. Le vox populi, vox Dei doit s’interpréter : « Ce que Dieu veut, le peuple le veut. » L’esclave s’irriterait bientôt d’une soumission que ne compenserait en échange qu’une bribe d’autorité. De fait, toute soumission donne droit à quelque pouvoir et il n’y a de pouvoir qu’au prix d’une soumission ; c’est pourquoi certains acceptent si facilement d’être gouvernés. Le pouvoir s’exerce partout partiellement, à tous les niveaux de la cascade hiérarchique.
    La prostitution est un rôle, le rôle est une prostitution. Le rôle est une consommation de pouvoir. Il situe dans la représentation hiérarchique, dans le spectacle donc ; en haut, en bas, au milieu, jamais en deçà ni au-delà. En tant que tel, le rôle introduit dans le mécanisme culturel : il est initiation. Le rôle est aussi la monnaie d’échange du sacrifice individuel. Il exerce une fonction compensatoire. Résidu de la séparation, il s’efforce enfin de créer une unité comportementale ; en tant que tel, il fait appel à l’identification : Péripatéticienne. (!)


  • plus la pauvreté d’un pays augmente plus la prostitution s’intensifie
    mais c’est vrais que la prostitution à toujours existé et existera toujours
    après le vrais problème c’est quand des réseau mafieux s’en mêlent sa devient très malsain


  • J’ai ete marie 20 ans et je me suis fait ch... pendant 20 ans . Les plus belles annees de ma vie furent les 8 que j’ai passe a etre client de jeunes et belles prostituees nigerianes, qui ramaient pour payer leurs "debt"...

     

    • C’est bien, t’as participé à l’effort de guerre.

      T’as fait ta BA, les pauvres nigérianes de 20 piges qui ramaient pour payer les passeurs, heureusement que des gens comme toi ont un cœur pour aider ces pauvres filles, et enrichir les marchants.
      D’autres pourront suivre, ce qui sera autant de jeunes vies améliorées.
      Le rêve occidental quoi, dans le caniveau à sucer des vielles queues certes, mais occidental quand même !
      Et ce qui est bien avec ces petites du Niger, c’est que même les faibles budget peuvent participer, elles prennent même les Double-Cheese froids.

      En d’autres temps, t’aurais été chevalier, mais tout ce perd, même l’esprit chevaleresque .


  • Ce ne sont pas les frontaliers qui font jouer la sous-enchère salariale, mais bel et bien les patrons, protégés par le droit Suisse ultra laxiste. Quand nous n’avions pas de frontaliers, on disait pareil des étudiants et des femmes. Maintenant on accuse les frontaliers, mais si, on protégeait les emplois, on aurait pas besoin d’autant de frontaliers.


  • En region parisienne, une mere sur deux a balance son mari par dessus bord . Et pour justifier aux yeux de leurs filles le fait d’avoir detruit leurs familles, souvent pour des raisons futiles ou mercantiles, elles disent a leurs filles que tous les hommes sont des cons et des salauds .


  • C’est la misere la mere de la prostitution, il y a de moins en moins de prostituees francaises en France , moins de 20 pour cent .


  • On aimerait savoir ce que ce psychiatre prescrit à ces étudiantes qui se prostituent pour les aider dans leur "processus de sevrage" !
    Les politiciens n’ont sans doute pas grand-chose à proposer,mais est-ce que la psychiatrie a autre chose à proposer que ses drogues psychiatriques dont on connaît un peu trop,hélas,les conséquences catastrophiques de leurs effets secondaires qui favorisent le passage à l’acte ?
    Crises de folie meurtrière : ces antipsychotiques dangereux et insuffisamment contrôlés
    Article de Nicole Delépine
    http://www.atlantico.fr/decryptage/...

     

    • Ils leurs donnent des psychotropes pour effacer les traumatismes ! J’ai eu des copines franc-macs qui sont shootées à ces drogues. Si elles arrêtent, il vaut mieux ne pas être dans les parages !


  • Avant le féminisme, la prostitution se vivait dans le mariage puisque les femmes ne pouvaient pas se permettre de quitter leur mari.


  • #930149

    Oh bon Dieu quel article pour pleureuse. La femme victime comme tjs et à la manière dont ça a tjs fait bander les blancs. Est-ce qu’il y a quelqu’un parmi vous qui s’est déjà demandé comment font certains jeunes hommes pr pouvoir payer leurs études. Comme si il n’y en avait pas parmi eux qui n’ont pas d’autres choix que de devoir passer à la casserole. Mais bon ça c’est moins émouvant à l’âge où l’homme ne représente plus rien, méprisé et qu’on cherche à castre pr tous les moyens. Là pas de psychologie et autres eplications profondes.

    Glen ; le congo-belge


  • Ce problème de prostitution est inhérent à la situation :

    Un chiffre m’avait toujours étonné à Venise en plein humanisme, du fric, crise éco et morale, on comptait plus d’un tiers à 40% de courtisanes. Source Histoire de ma vie de Casanova.
    A chaque fois que je l’évoque, je suis un salaud ou féminiphobe ou truc du genre.


  • #930360

    Même si un homme est frustré sexuellement et décide d’aller aux putes, aimerait-il que les femmes de sa famille en particulier sa mère les soient ?

     

    • Bien-sur que oui, c’est bien connu.

      Je ne vois pas comment sinon, ils pourraient se regarder en-face en profitant pour 15 euros, des putes-esclaves nigérienne de 20 ans.

      Y’en a certains, j’aimerai pas être à leur place le Grand Jour, ça va piquer...


    • Faut être ignorant pour poser la question de façon à tenter de culpabiliser un homme qui va voir une prostitué. L’homme a des besoins et la situation le contraint malheureusement a aller voir une prostitué. Ça ne veux pas dire qu’il est forcément heureux d’aller voir une prostitué. Y a quand même mieux à faire que d’aller donner 50 € pour un service censé être gratuit, dont une partie de la société a pour acquis et de faire ça dans l’inconfort d’une voiture ou debout comme un con en pleine rue.

      Du coup, on peux être contre le fait de voir un membre de sa famille aller se prostituer tout en utilisant ce service.

      Dans tous les cas, il existe une raison pour que l’homme aille vers une prostitué et que la femme aille se prostitué et dans aucun cas c’est normal.

      En général, les gens qui posent ces questions ne sont pas concerné par le problème, que ce soit de près comme de loin...Sinon, les gens sauraient ce que c’est qu’être frustré...et ne poserait pas la question...


  • La misère sexuelle (et donc la prostitution) est-elle la "conséquence des ravages du féminisme militant" ? Y’en avait-il moins avant ?
    Comme si les femmes étaient sexuellement open avant...
    Non les années 60 n’ont pas duré 1000 ans !
    Chacun devrait revoir ses Pagnol (La fille du puisatier par exemple) ou les Magdalen Sisters (couvents pénitentiaires en Irlande pour femmes pécheresses).

     

    • #931240

      Qu’est ce que tu racontes, à l’époque de pagnol les femmes avaient leur premier gosse à 20 ans... Aujourd’hui on divorce quand les enfants sont en bas âge (ce qui est déjà un record) et les homosexuels demandent à pouvoir jouir du divorce comme tout le monde... A part ça tout va bien.

      Pas la peine de lire tes bouquins pour comparer l’incomparable, il suffit de voyager un peu et de rencontrer les vrais gens pour constater que la situation de l’occident par rapport à ces choses de la vie n’est pas naturel, il n’y a qu’ici qu’on voit une telle misère conjugale...


    • Bonjour, a l’époque de la jeunesse de mes grands parents (dans les années 30), il suffisait d’aller au bal ou de bien s’entendre avec la voisine pour trouver la femme de sa Vie.
      Donc oui, les femmes étaient plus open dans le temps, le seul obstacle était, les parents de la belle qui pouvaient s’opposer à l’union.


    • J’ajoute à ces deux réponses qu’à l’époque les hommes n’étaient pas soumis à ce harcèlement sexuel libéral-féministe intense : femmes habillées comme des p**** sur la voie publique, sexe et femmes nues omniprésents dans les pubs, le cinéma, etc. femmes qui exhibent leurs seins à la plage (!), etc. Relire Alain Soral à ce sujet.


  • #930629
    le 11/08/2014 par Dominique Quinet
    Les conséquence des ravages du féminisme militant ?

    Si l’auteur décrit bien les conséquences de l’activité prostitutionnelle et les déterminants qui ont menés ce femmes dans ce milieu, et qui sont autant de violences, il opère un étonnant renversement de responsabilité/culpabilité en posant les clients prostitueurs en victimes, de leurs pulsions, et de l’offre de sexe.
    Les hommes qui sont clients de la prostitution ne souffrent pas de "misère sexuelle", mais de misère relationnelle. Le besoin sexuel n’existe pas, il s’agit d’une frustration qui se soulage facilement tout seul, il n’y a pas besoin d’un corps de femme (ou d’homme) pour cela.
    Je vous informe, par la même occasion, que les femmes ont autant de désir sexuel que les hommes (voir le rapport Hite) mais qu’elles n’ont pas été éduquées à considérer les hommes comme des objets.
    La demande est bien reconnue maintenant comme étant le moteur du système prostitutionnel en général et de la traite en particulier.
    Le Conseil de L’Europe demande d’ailleurs aux pays membres de tout mettre en place pour décourager le demande. Et la menace de sanctions donc de perdre son précieux anonymat, est efficace pour décourager la demande !
    L’abolition de ce droit des hommes à avoir toujours des femmes à disposition pour leurs envies sexuelles est l’étape incontournable pour que notre société arrive enfin à l’égalité femmes-hommes, ce qui motive la lutte féministe.
    Si des hommes souffrent de l’idée même que les femmes puissent être leurs égales, et trouvent refuge dans le milieu de la prostitution, ce monde parallèle où leur domination n’est pas contestée, où les femmes sont disponibles et soumises, ils doivent travailler sur leur conception de l’égalité dont les femmes sont exclues. Eux aussi ont à y gagner.

     

    • Blablabla la vieille rengaine féministe qui pue la théorie du genre à 3 kilomètres...


    • il fait surtout une comparaison assez abjecte entre les travailleurs français et des putes en laissant entendre que dans les deux cas la victime indirecte est le "riche" suisse d’une moralité parfaite, employeur, client...

      faut savoir que certains suisses utilisent effectivement leur pouvoir d’achat pour se trouver une femme à l’étranger, dans le valais il n’est pas rare de croiser des hommes avec des petites thailandaises au bras, mais monsieur Baettig nous expliquera sans aucun doute qu’il s’agit d’un opportunisme à sens unique


  • Un psychiatre de nos jours, c’est un lecteur de magazines people qui n’a aucune opinion critique de lui ni de personne, avec une intelligence d’un ado de 14 ans. il dira juste que tous ce qui sort à la mode c’est cool, c’est normal de ce faire enculer ; c’est bien...et de bouffer toute la merde au info, une vie totalement virtuelle et sans avenir. y a pas besoin de se demander pourquoi y a plein de pute partout, les nanas sont déjà conditionnées en bas age à rejeter l’homme. à 12 ans elles enlèvent déjà la culotte, à 14 ans elles fument du shit et à 18 ans elle ont déjà eu plus de relation qu’un acteur porno. donc l’argent et le vice c’est pas un problème, c’est mieux de faire le tapin plutôt que d’être caissière de supermarché ! j’ai oublié se sont que des étudiantes qui ont juste perdu leur dignité. La prostitution de nos jours, ce n’est plus un rapport de classe, sauf pour celle qui ont été forcés, ce n’est pas pareil. Là, c’est jouer aussi avec la misère et la pauvreté, pire encore sur la vie.


  • En France les sionistes ont decide de penaliser les clients (1500 euros quand meme !) . Pourquoi ? POUR FAVORISER L’HOMOSEXUALITE, les jeunes hommes ne pouvant plus aller se deniaiser avec les belles madames s’arrangeront entre mecs ! Les amateurs de deesses devront aller en Belgique , en Italie, mais plus dans cette Espagne fauchee qui voit les filles faire leurs valises .


  • Par qui ai je ete vole, spolie, dans ma vie ? Par ma soeur et par mon ex . Somme toute les "putes" m’ont beaucoup moins VOLE que les soi disant "honnetes femmes" qui sont bien plus salopes et hypocrites .


  • Les prostituees sont des femmes comme les autres, et elles sont beaucoup moins VOLEUSES que les soi disant "honnetes femmes", ramassis d’hypocrites salopes, exquises en public, quand il y a des temoins, ignobles et haineuses en prive . " La femme qui se permet tout et ne rougit de rien " (Juvenal) .


  • je ne souhaiterai pas que mes enfants deviennent éboueurs, ce n’est pas pour autant que je ne respecte pas les éboueurs ou que je nie leurs utilités. Il en est de même pour les prostitués. Fut un temps ou le bordel faisait partie des structures traditionnelles de la société patriarcale, il était de coutume que le grand pére enméne le petit fils se " déniaiser " au bordel. La monogamie est une construction culturelle qui permet d’assurer (autant que possible) la stabilité de la famille mais pour canaliser les pulsion masculines on a toléré les bordels, ça permettait aux hommes de rester avec leurs femmes tout en comblant leurs pulsions ; Avec le féminisme et la fermeture des bordels, les hommes non seulement continuent a aller aux putes (au bord des routes avec toutes les nuisances que cela entraine) mais la nouveauté c’est que les couples se séparent la ou avant ils restaient ensemble pour les enfants. Bref on ne gagne rien avec cette politique hypocrite juste bonne a faire plaisir aux bobos des plateaux télé (eux même friands d’escort girls mais bien cachés dans les hotels de luxe). Le prolo lui doit payer, doit être humilié, insulté et criminalisé... la prostituion n’est pas un idéal, mais son interdiction est une utopie et l’idéologie qui l’accompagne un totalitarisme.

     

  • Bonjour
    Pas de client .. pas de prostitution.
    Et puis, se prostituer avec ses mains .. c’est moins "sale" ?
    Tout est un "travail".
    Si le travail est une valeur, alors .. où est le problème ?
    Ah si le psychiatre a dit :"On ne sort pas indemne d’une telle activité .." !
    Il a raison, j’ai travaillé 42 ans en usine ... j’ai des séquelles !


  • Au fait on parle du dédoublement de personnalité dans cet article.
    Mais quid du métier d’acteur/actrice professionnel qui est pareil au final ? Ils passent des mois dans la peau d’un autre personnage, c’est aussi nuisible pour la santé mental non ?
    Je ne comprend pas les acteurs qui tournent des scènes violentes ou sexuellement explicite la journée et rentre le soir chez eux comme si de rien n’était...
    Et pourquoi Belkacem, ni les bien pensant abolitionnistes ne s’en prenne pas au films porno ? (quoique j’ai déjà ma petite idée...)


  • #931651

    Et chaque matin je tente de me convaincre, tout au moins me rappeler, que je ne suis pas de ce monde. Enfant je pensais déjà être une erreur en ce bas monde, je pensais puérilement que les anges s’étaient trompés de lieu pour ma naissance.
    21 ans oui, mais ce n’est pas d’aujourd’hui que j’aspire à ne plus vivre parmi vous, dans ce monde de merde.
    Que Dieu bénisse ses brebis égarés et ceux qui contribuent à les éveiller


  • #932487
    le 13/08/2014 par Soral avait raison
    Les conséquence des ravages du féminisme militant ?

    "La Nature a placé dans leur corps, en un lieu secret de leur anatomie, un animal qu’on ne trouve pas dans celui des hommes et qui par ses morsures, ses picotements et ses chatouillement amère, leur fait frétiller le corps tout entier, troublant toutes leur pensées". (François Rabelais)

    "Il y a un principe bon qui crée l’ordre, la lumière et l’homme. Il y a un principe mauvais qui crée le chaos, les ténèbres et la femme". (Pythagore)

    "Les femmes... ces animaux sans queue ni tete !" (Sacha Guitry)

    "La femme est naturelle, c’est-a-dire abominable". (Charles Baudelaire)

    "Les femmes forment un sexe purement decoratifs". (Oscar Wilde)

    "Une femme sans poitrine, c’est un lit sans oreillers". (Anatole France)

    "Le ventre des femmes recèle toujours un enfant ou une maladie". (Céline)

    "La femme est une table bien servie qu’on voit d’un oeil tout different avant et apres le repas". (Helvetius)

    "Les femmes acceptent aisement les idees nouvelles, car elles sont ignorantes...elles ne valent rien". (Mirabeau)

    "Les femmes sont tellement menteuses, qu’on ne peut meme pas croire le contraire de ce qu’elles disent". (Courteline)

    "Une bonne affaire : acheter toutes les femmes au prix qu’elles valent et les revendre au prix qu’elles s’estiment". (Jules Renard)

    "La femme, assure la Bible, est la derniere chose que Dieu a faite. Il a du la faire le samedi soir. On sent la fatigue". (Alexandre Dumas Fils)

    "Il n’y a que dans les courts instants, ou la femme ne pense plus du tout a ce qu’elle dit qu’on peut etre sur qu’elle dit vraiment ce qu’elle pense". (Georges Feydeau)

    "Quand une femme montre ses seins, elle croit qu’elle offre son coeur". (Tristan Bernard)

    "La nature maintient la femme dans un état de débilité". (Marquis de Sade)

    "Toute femme a sa fortune entre ses jambes". (Honoré de Balzac)

    "La femme est une surface qui mime la profondeur". (Friedrich Nietzsche)

    "Les femmes sont les instruments interchangeables d’un plaisir toujours identique". (Marcel Proust)

    Celle là est pour Caroline Fourest : "Une femme qui exerce son intelligence devient laide, folle et guenon". (Pierre Joseph Proudhon)

    Et la meilleur pour la fin : "Dépourvue d’âme, la femme est dans l’incapacité de s’élever vers Dieu. En revanche, elle est en général pourvue d’un escabeau qui lui permet de s’élever vers le plafond pour faire les carreaux... C’est tout ce qu’on lui demande". (Pierre Desproges)

     

    • Ce n’est pas en citant une majorité de pervers et de PD que tu va être pertinent.

      Personnellement j’en connais des grosses connes, d’horribles succubes et autres monstres féminins mais j’en connais tout autant dans le sexe opposé.

      La misogynie est le partenaire idéal de la misandrie des fourest et autre femen enragées.Je vous place à leurs cotés triste sir.


  • dealers, requérants d’asile économique, petits délinquants opportunistes, frontaliers français à la recherche d’emplois très bien payés au comparatif national et qui acceptent de se déplacer de longues heures pour continuer à habiter et vivre à leur standard national moins élevé et favoriser une détestable opportunité de sous-enchère salariale et culturelle.

    Que de condescendance et d’hypocrisie. Mettre sur le même plan et inscrire dans la même logique des gens qui restent des travailleurs français (souvent des ouvriers qualifiés et des techniciens, bossant dans l’horlogerie, etc.) avec des putes, des dealers, des demandeurs d’asile et des délinquants drogués souvent issus des pays de l’est, il fallait oser... ce monsieur est valaisan, peut-être ? Non parce que l’air de la montagne, parfois, ça monte au cerveau.

    Si les frontaliers traversent la frontière pour aller bosser en Suisse, c’est parce qu’ils y trouvent du travail et surtout que les employeurs y trouvent leur compte, c’est toujours la même histoire avec les flux migratoires. Les frontaliers sont bien entendu moins bien payés (parfois du simple au double) et rappelons que la Suisse ne leur verse aucune indemnisation en cas de licenciement.

    Si les Suisses ne veulent plus être exposés à la "sous-enchère salariale et culturelle" française, il leur est relativement simple de légiférer afin d’interdire ces situations, ou tout au moins les rendre plus contraignantes, autant pour l’employeur que pour l’employé. Voilà, problème réglé, ensuite vous vous débrouillerez avec le gouvernement français en ce qui concerne l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent.

    En outre, les flux ne sont pas à sens unique, beaucoup de Suisses traversent la frontière pour venir s’installer en France (il est difficile de devenir propriétaire en Suisse), faisant ainsi monter les prix dans certaines zones et repoussant les Français en dehors des agglomérations.


  • #935353

    Pour arrêter de jouer aux théoriciens avec l’idée que "la prostitution serait un métier respectable" ou non, posez-vous juste une question : accepteriez-vous, moralement ou non, que votre propre mère, votre sœur, votre femme, se prostituent ?

    La réponse est définitivement non !!

     

    • #941494
      le 22/08/2014 par Ravenor
      Conséquence du féminisme militant ?

      Personnellement, Si j’avais une fille de 20 ans qui décide de devenir escorte girl ou même actrice porno, parce qu’elle en à envie et qu’elle va gagné 5000 euro par mois alors qu’autrement elle gagnerait un SMIC horaire comme caissière dans un centre commercial et qu’elle habiterait dans un logement sociale dans une cité pourri avec toute les promesses d’une vie misérable faite de béton, d’anti-dépresseur, d’alcool et d’obésité et bien moi je préfère qu’elle soit Escorte.

      La vie est faite de choix impossible et on se fait toujours prendre par quelqu’un, si c’est pas par un client c’est par un patron ou par l’état.


  • #941856
    le 22/08/2014 par Ravenor
    Conséquence du féminisme militant ?

    Allons voyons, la libération de la femme... l’esclavagisme terrible des heures sombres de notre histoire est fini, la femme libérée est une femme heureuse, elle est libre de l’emprise despotique des hommes...

    Bon d’accord, elles sont libre d’être caissière, smicarde, secrétaire et tout un tas de boulots à moins de 1500 euros par mois, alors heureuse ? on comprend que vous optiez pour le plan Q à 300 euros de l’heure ? finalement une fois qu’on s’est torché avec la morale à grand-mère on paye bien mieux les factures et il en reste encore un paquet pour du Armani, Gucci, un loft et la BMW. C’est sûr qu’avec un BAC PRO et 10 jours de labeur par mois il n’y a pas beaucoup de boulot qui rapport autant que PDG d’une moyenne entreprise. Merci qui ? merci Simone Veil


Afficher les commentaires suivants