Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les éléphants de guerre étaient-ils décisifs ?

L’Histoire en questions - 1er épisode

Premier épisode de l’émission, L’Histoire en questions, consacrée au rôle méconnu éléphants de guerre et à leur efficacité sur le champ de bataille.

Rebondir sur le sujet, avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

62 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La Résistance devrait
    1) acheter d’immense domaines ;
    2) acheter des dizaines de milliers d’éléphants pour sauver cette espèce animale menacée ;
    3) financer l’opération en créant des SAFARIS.

     

    • #924422

      Il n’y a jamais eu beaucoup d’éléphants en Gaule...Demandez aux gens qui travaillent dans les cirques et dans les zoos, ils vous parleront de toutes les peines du monde qu’ils ont à maintenir en vie des animaux qui meurent au moindre coup de froid.

      Si l’éléphant vie en Afrique et non en Europe, ce n’est pas pour rien. Ou alors, il faudrait cloner les Mammouths.


    • A condition que ce ne soit pas l’éléphant le chassé... Soros, BHL, Hollande, Valls, Berger, Désir (sic) et compagnie, avec leurs petits fusils (chargés à blanc^^) contre une cinquantaine d’éléphant énervé.

      Un divertissement qui pourrai tout aussi bien remplacer la corrida a terme... :D


    • tu réfléchis a ce que tu dit ?
      les éléphants ça coute cher a transporté cher en nourriture cela a besoin d’espace (migrations..)
      et pose toi la question pourquoi il ne vivent pas sous nos latitudes DÉJÀ ?

      la résistance (comme tu le dit) ce n’est pas tout est n’importe quoi !
      doux rêveur..


    • Je remarque souvent sur ce site que beaucoup sont dépourvus de second degré (et/ou du sens de l’orthographe élémentaire)..


  • #924395

    Qu’en pense le Ministre de la Défense ?

     

    • #925573
      le 06/08/2014 par Enguerrand Dubh
      Les éléphants de guerre étaient-ils décisifs ?

      Tu m’as tué.


    • #925714
      le 06/08/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Les éléphants de guerre étaient-ils décisifs ?

      @ Lekuk40

      Là, vous frappez à la mauvaise porte ! En "république", un autre ministère entretient du pachyderme à grand renfort de milliards d’Euros pour produire une armée de crétins inoffensifs pour le pouvoir, le "mammouth" qu’il se nomme, celui-là n’instruit plus, il "éduque"...


  • Intéressant. Est-ce qu’on peut amener un éléphant dans une manif ?


  • #924420

    Tout n’a pas été dit : les éléphants étaient souvent peints en rouge avant le combat.

    Imaginez un éléphant qui charge : c’est impressionnant.
    Plusieurs dizaines d’éléphants qui chargent : c’est très impressionnant
    Mais imaginez des dizaines d’éléphants enragés peints en rouge : là, face à eux, vous avez une vision de fin du monde.

    La dangerosité des pachydermes pour leurs propres utilisateurs a toujours été prise en compte (l’équipement du cornac était souvent composé de ciseau ou d’armes blanches servant à tuer le pachyderme d’un coup fatal dans la nuque avant que celui-ci ne devienne totalement incontrôlable). Scipion, tout comme Alexandre le Grand, avait compris qu’en visant le cornac ; l’éléphant n’était plus dirigé et pouvait être retourné s’il décidait de marcher contre ceux qui avaient envoyé la pauvre bête sur le champs de bataille.

    La vraie faiblesse de cette arme naturelle n’était donc pas tant l’éléphant lui-même que le cornac vulnérable, juché sur le dos de l’éléphant, bien visible et donc facile à prendre pour cible pour un archer.

    Tout le monde finissait par savoir comment battre cette machine de guerre impressionnante mais pas invincible.

    En -46, à Thapsus, en Tunisie, une alliance de partisans du sénat de Rome (menés par Metellus Scipion) et de Numides, aligna une soixantaine d’éléphants face à César : celui-ci donna l’ordre de viser les cornacs puis de faire sonner d’énormes trompes dont le bruit paniqua à tel point les éléphants que ceux-ci finirent par causer plus de pertes aux républicains qu’aux césariens.

    C’est cette facilité à retourner cette arme contre ses maîtres qui favorisera l’abandon de l’éléphant.

    Il sera encore utilisé en Inde & en Perse, mais là, sans être darwiniste : on peut dire que l’utilité de l’éléphant a pris fin, tout comme la baïonnette, la charge à pied ou à cheval (le cheval ayant toujours son utilité sur le champs de bataille : les Talibans transportent leur matériel de montagne en montagne à dos de cheval) avant tout à cause des progrès de l’armement, notamment l’apparition des mitrailleuses et du fusil à tir automatique...armes permettant à un ou deux servants de tuer plusieurs dizaines d’adversaires.

    Après l’éléphant, il serait utile de se poser la question de l’utilité d’autres armes "stratégiques" comme les parachutistes, les tapis de bombes, les kamikazes...Regardez aujourd’hui, le S-300 va de plus en plus avoir tendance à rendre inutile les avions de chasse au profit de drones moins coûteux.

     

  • #924424

    Il me semble avoir lu quelque part que les éléphants utilisés par Hannibal n’appartenaient pas l’espèce africaine des forêts mais étaient une espèce aujourd’hui éteinte spécifique à l’Afrique du Nord et répandu jusqu’au liban, l’Irak et la Syrie. Cette espèce aurait été plus proche de l’éléphant d’Asie que des espèce africaines...si tel est le cas cela serait logique, en effet il semble improbable qu’une espèce d’éléphants adaptée au climat très particulier de la forêt équatoriale africaine puisse endurer le dépaysement et la captivité en Afrique du Nord et en Europe...

     

  • Je connaissais la recette du porc au caramel, mais pas la technique du porc incendiaire.


  • #924443

    Il suffit de jouer à Rome Total War pour se convaincre de son efficacité sur le champ de bataille.

     

    • Dans un jeu vidéo n’importe quel truc pourrait avoir n’importe quelle efficacité ou pas ; suffit de faire en sorte que...
      Revenez sur terre ! Dans votre jeu, vous remplacer l’image de l’éléphant par une chaise et cela sera pareil. Faut vraiment être déconnecté du réel pour tenter d’argumenter sur la réalité historique en faisant des comparaisons avec des jeux vidéos, vraiment là c’est n’importe quoi....


    • Je crois que c’était du seconde degré...


    • #928241

      @ juju :

      J’ai déjà joué à Rome Total War et c’est une vraie simulation de bataille et qui est très réaliste.


  • #924461
    le 05/08/2014 par Partisan de Ahmad al Hassan
    Les éléphants de guerre étaient-ils décisifs ?

    Perso ça m’a fait pensé à ça (et non pas à Hannibal) “Le général chrétien éthiopien et vice-roi du Yémen, Abraha, aurait attaqué en vain La Mecque avec une troupe d’éléphants pour démolir le sanctuaire vénéré par les Arabes (la Kaaba ou Ka`ba). Le Coran rapporte ce récit (Le Coran, « L’Éléphant », CV, (ar) الفيل), et il est dit que l’attaque fut repoussée par la riposte miraculeuse d’oiseaux jetant des pierres brûlantes. La tradition musulmane dit que des témoins oculaires de cette attaque étaient encore en vie lors de la révélation de cette sourate.” (source : wiki "Enfance de Mahomet")

    “La tradition musulmane attribue à Abraha une attaque de La Mecque avec une troupe d’éléphants, le nom d’Abraha n’est pas cité dans le Coran, mais aussi bien Tabari dans La Chronique, que la Sira lui attribuent cette attaque. La Mecque est alors défendue par Abd al-Muttalib grand-père de Mohammed. La Mecque est préservée « miraculeusement »14,15,16. Le Coran rapporte ce récit (Coran 105:1-5), et il est dit que l’attaque fut repoussée par la riposte miraculeuse d’oiseaux jetant des pierres brûlantes. La tradition musulmane dit que des témoins oculaires de cette attaque étaient encore en vie lors de la révélation de cette sourate. Plusieurs textes éthiopiens mentionnent l’apparition de ces mystérieux oiseaux17. L’année de cette attaque est appelée « année de l’éléphant » serait l’année de naissance de Mohammed traditionnellement située en 570 ou 57118.” (source : wiki "Abraha")

    Et c’est pour ça que j’ai cliqué sur l’article/video, trés intéressant, est-ce que dans la revue citée en fin de video il est mention de cette attaque de la Mecque ?


  • Merci pour ce doc


  • l’exemple mecquois aussi avec un seigneur arabe qui voulait s’emparer de la ka’aba ; voir surat al fil

     

    • Ce n’est pas un seigneur arabe mais par Abraha un général éthiopien envoyé par le Négus chrétien Ella Asbeha. Venu du Yémen à l’époque occupé par les abyssiniens.


  • #924510

    Interessant. En tout cas moi les éléphants de guerre ça ne me rappelle ni le signeur des anneaux ni Hannibal mais plutot la fameuse bataille d’Alexandre dont il parle dans cette vidéo.

    Je ne sais pas si c’est tout à fait exacte mais j’ai entendu dans un reportage que les éléphants peuvent faire la guerre. Dans le sens que c’est possible d’en faire un combattant qui cible l’ennemi et pas seulement une bête qui marche et pietine au hasard.

    C’est quand même étonnant que l’éléphant a plus peur du cri d’un cochon que des mitrailleuses et des canons d’artilleries.


  • Sur le Jeu Age of Empire, les élephants en armure étaient très performants . ^^ Pour ceux qui on connu ^^

     

    • #924657

      Oui, et en face tu balançais quelques lanciers bien moins coûteux et ça suffisait à les vaincre en un rien de temps.

      Avaient-ils le cuir si solide que même les flèches ne les blessaient pas ?
      Si c’était bien des éléphants de 2 - 3,5 mètres de hauteur, ils devaient tout de même sentir quand des morceaux de métal projetés par des arcs entrait en contact avec la peau, j’ai du mal à croire que cela ne les terrifiait pas, ou alors je sous-estime leur concentration, n’importe quel animal domestiqué ( un cheval par exemple ) et blessé devient craintif et inutile.

      Comment s’y prenait-on pour les capturer et les domestiquer ?


    • #924914
      le 05/08/2014 par Christopher L.
      Les éléphants de guerre étaient-ils décisifs ?

      On les capturait en les attirant avec une femelle. Et lors de leur dressage, on les exposait régulièrement à des conditions de stress et de combat simulé. Comme avec les chevaux de la garde républicaine, qu’on expose à des klaxons de voiture afin qu’ils ne soient pas effrayés par la ville.


  • J’aurais préféré une vidéo dénonçant la cruauté envers les éléphants car le but de ce site est d’informer les gens et de les mettre face à la réalité. Personnellement, j’ai regardé cette vidéo sur les éléphants utilisés pendant les guerres mais honnêtement je n’y vois aucun intérêt (même historique ou culturel).

    Il y a beaucoup de pays asiatiques où le tourisme rapporte pas mal d’argent dans lesquels les éléphants sont torturés par leur maître (manque d’hygiène, manque de nourriture, violences : coup de lance, de piques, chaînes à piques,...), tout ça pour forcer l’éléphant à amuser des touristes inconscients de la souffrance entretenue par l’argent qu’ils ont dépensé.

    http://www.sethetlise.com/article-f...

     

    • #924624

      Je suis d’accord sur le fond pour ce qui est de l’intérêt moindre que ce sujet suscite ici, sur Égalité et Réconciliation... mais votre critique tombe à plat car vous l’avez faite au nom de l’idéologie animaliste, dans laquelle l’humain passe toujours au second plan vis à vis de l’animal. L’animalisme est manifestement l’un des outils que l’Empire utilise pour dissoudre les peuples et détruire les vraies valeurs, qui avant tout se doivent d’être des valeurs humanistes... et pas animalistes. La compassion pour les animaux, leur épargner des souffrances inutiles, cela a sa place au sein de l’humanisme, pas au sein de l’animalisme.

      Cette vidéo porte sur des considérations de tactique militaire dans l’Antiquité ou au Moyen Âge, point. La souffrance des animaux ? du point de vue de l’historien, du politologue, du philosophe et de l’humaniste, cette souffrance est un objectif secondaire. Tant que les centaines de milliers d’enfants morts en Syrie, Libye, Gaza, Iraq, Ukraine etc ne seront pas ressuscités et restaurés dans leur santé intégrale, dans leur chaire même, les pauvres petits éléphants c’est vous, monsieur ou madame neoid, qui les pleurerez... pas moi.


    • Totalement d’accord avec toi neoid. ça me fait de la peine de voir ces pauvres bêtes dans des zoo alors qu’ils sont connu pour aimer les grands espaces ou encore employé pour divertir les touriste en Asie. Ce sont de belle bêtes très très intelligentes et qui sont capable d’avoir des sentiments identique aux humains. Comme cette belle histoire où un éléphant maltraité durant cinquante ans pleure de joie après sa libération par une ONG.


    • @ Pelagia, donnez moi un seul exemple dans lequel l’animal humain passe au second plan dans ce que vous appelez l’ideologie animaliste. Si les vrais valeurs dont vous parlez sont le respect des droits fondamentaux des êtres sentients à vivre leur vie et ne pas être torturés ni massacrés pour le plaisir, au nom de quoi les animaux non humains et sentients devraient-ils en être exclus ? En quoi le fait de faire souffrir les animaux calme la souffrance des humains ? Cela ne fait qu’ajouter du malheur à la somme que supporte déjà le monde et ne rendra pas la vie aux enfants disparus de Syrie et d’ailleurs. Si vous n’êtes pas capables de pleurer des etres vivants innocents et sans défense que sont aussi les animaux non humains, je doute de votre compassion à l’égard des humains. On a pas un coeur pour les hommes et un pour les animaux. On a un coeur ou on en a pas.


    • #924908

      @Pelagia

      On sauve ce qu’on peut sauver ! Les éléphants sont bien plus facilement secourable que toutes victimes de conflit armé pour des gens lambda ! Et ca fait ca de gagner.

      De plus, on peut très bien pleurer les deux, et vouloir sauver les 2. Alors oui, si on me donnait le choix, la tout de suite, de sauver des etre humains d’une guerre, ou des éléphants torturés, je prendrais les être humains, enfin peut etre, si se sont des enfants, sans aucun doute par contre. Mais je n’oublierais pas les vies que j’aurais du sacrifier pour faire ce choix..

      Car les animaux sont des êtres vivants. ils sont important, ils méritent notre respect, et notre protection, et nous ne devons pas les abandonnés, sous prétexte, qu’ailleurs, des etres humains souffrent, alors qu’on peut faire quelque chose pour eux !

      On ne doit pas rester insensible a la souffrance animale, sous prétexte que les êtres humains se font la guerre, et que celle ci fait des victimes.. Et cela,au quotidien..

      Que se soit un chat, un chien, une belette, un rat, tous sont des êtres vivants, tous doivent etre respecté pour cela. Car comment peut on respecter la vie, si on laisse crever et souffrir d’autres être sous prétexte qu’ils ne sont pas de la même espèces que nous ? Ou est la limite ? L’ethnie, le genre ? Le respect des autres, ca passe aussi par le respect des animaux et du monde végétal. Et si l’on manque à cette règle inconditionnel, rien ne changera jamais...

      Je me moque de vos étiquettes, humanisme, ou animalisme, aucun des deux n’est vrai...L’équilibre et le discernement sont la clé.


    • #925472
      le 06/08/2014 par interfaeceseturinamnescimur
      Les éléphants de guerre étaient-ils décisifs ?

      merci pour le lien, même si terrible de realité, il est important d’avoir le courage de ne pas détourner le regard. J’espere sincerement que de plus en plus de gens vont realiser, et se demander "mais pourquoi j’irai faire chier un animal pour mon seul petit plaisir egoiste". En vous souhaitant une bonne journée


    • #925705
      le 06/08/2014 par interfaeceseturinamnescimur
      Les éléphants de guerre étaient-ils décisifs ?

      merci vegan pour votre message, que je partage ; merci egalement au moderateur (sans ironie aucune) d’avoir modéré un precedent message mal ecrit, a chaud apres visionnage de la video en thailande. Vous avez bien fait car mal formulé il aurait surement été mal interpreté, et cela m’evite d’avoir a le corriger, bonne journée a tous


  • #924578

    Bonne émission, mais les Séleucides n’étaient pas perses, mais grecs ou hellénisés.


  • le PS utilise encore l’éléphant dans les luttes électorales ; ça marche encore quoique certains ont pris une taule ou sont tombés dans des pièges (femme de chambre....)


  • #924595

    Ce commentateur commence son exposé en demandant aux internautes de ne pas penser au film fantastique "Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi" si on leur fait mention du terme "éléphant de guerre".

    Il a tort car justement, J. R. R. Tolkien, l’auteur du livre que le film met en images, faisaient dans sa littérature (toujours allégorique, quoi qu’il en ait dit Tolkien lui-même) une référence directe aux éléphants de l’Antiquité utilisés comme machine de guerre.

    Par ailleurs, les éléphants de guerre n’ont pas entièrement disparu... les élus socialistes font encore recours à eux de temps en temps... et même que ça marche ! et comment ! certains de ces éléphants PS deviennent même des présidents de la république ! :P


  • #924625

    Quand on voit les massacres dont sont victimes les éléphants encore de nos jours, on aurait aimé un peu de compassion et quelques mots sur leur immense souffrance de la part de l’orateur. Au lieu de ça, on a droit à un cours d’histoire froid, monocorde, doublé d’une apologie de l’exploitation animale à la guerre, et comme un air de reviens-y. Non monsieur, ce n’est pas grâce à vous que l’on sait tout de ce que vécurent et vivent encore les pachydermes dans leur infernal génocide.

     

    • #924806

      Certes mais en comparaison à aujourd’hui, on pourrait presque dire que c’était propre...


    • Superpulu, c’est vous qui le dites. Je ne vois pas en quoi l’horreur de la boucherie d’une guerre est plus propre que celle d’un braconnage, d’un safari et autres saloperies.


    • On pourrait dire la même chose des chiens, des chevaux, des chameaux et même des porcs que les hommes ont utilisés à la guerre pendant des siècles.


    • Excusez moi, mais entre l’ingéniosité requise pour savoir dresser ces immenses mammifères et les manier sur un champ de bataille et la chasse ludique de quelques touristes cherchant simplement à illustrer l’exotisme de leur vacance pour faire le plus bel effet lors de mondanités ou encore leur massacre à des fins commerciales pour leurs défenses....

      Vous faites preuve de bien-pensance (abject selon moi) tout en oubliant, et je suis choqué de le dire, l’importance que revête une guerre. Il s’agit de la survie de l’autonomie de certains gouvernement (si ce n’est de peuple entier) en sachant utiliser au mieux les puissances de la nature. Si la France d’aujourd’hui pouvait faire d’autant d’ingéniosité (oui j’emploie ce mot consciemment car c’est le cas) pour se libérer de sa servitude y renoncerai-t-elle par amour des pachydermes ?

      Vous comparez l’incomparable. Signez chez Greenpeace au lieu de critiquer le travail de ce jeune homme ! Cette homme vous cultive et vous voulez qu’il lâche une larme par compassion des animaux ? Sérieusement ?

      Dans ce cas nous nous en sortirons plus ! Que dire des chevaux qui chargèrent les bataillons ennemis ? Et même de ces cochons incendiaires ? Oh la la ! Pauvres créatures ! Vous allez me faire pleurer ! Peut-être préférez vous la guerre contemporaines et ses drones subtils...

      Personnellement j’admire le génie de l’homme lorsqu’il en vient à dompter la nature. Je finirai par dire que les hommes qui se trouvait sur ces puissantes créatures avaient surement plus d’empathie pour eux dû à leur proximité avec eux en campagne et aussi parce-que leur vie dépendait d’eux. Tout comme le cavalier éprouve des sentiments pour sa monture risquant leur vie à deux.

      Désolé mais ce genre de discours soi-disant empathiques basés sur rien me font dresser les poils...


    • #926665

      @ Mythe
      La bien pensance, c’est vous qui vous vautrez dedans. Merci de ne pas parler de l’abjection de mon discourt, quand le votre n’est pas capable d’autres arguments que celui de la loi du plus fort sur des êtres faibles soumis aux cruelles lois des hommes. Vous parlez de se libérer des servitudes et n’êtes pas à même d’appréhender celles des bêtes qui éprouvent terreur et détresse quand elles y sont confrontées. Je compare justement ce qui est comparable puisque la sentience des animaux non humains est semblable à celle des humains. Je n’ai pas besoin de signer ou que ce soit pour que mes actes soient cohérents avec mes pensées, et que mon impact soit le moins négatif possible sur la planète. C’est toute la différence entre vous et moi. Vous parlez, j’agis. Je ne choisi pas entre les drones et les animaux condamnés à faire la guerre, pas plus qu’entre la peste et le choléra. Je fais parti des gens qui pensent que l’éducation, le savoir, l’empathie, la compassion, ainsi qu’une autre forme de consommation plus morale peut changer le monde positivement de manière considérable. Si vous vous étiez informé un tant soit peu sur l’éthologie et la sentience, vous auriez conscience de votre vide sidéral en matière de connaissance animale et de l’impact négatif que les mentalités froides et dominatrices comme la votre peuvent avoir sur la planète.


    • Ma chère Marianne,

      Je considère les animaux comme les alliés des hommes, ceci explique peut-être notre divergence de point de vue.

      Cela dit je tiens à ajouter que je vis sur Terre, avec les hommes et que ces derniers ont une histoire. Lorsqu’un peuple se fait attaquer il devrait se soumettre plutôt que d’utiliser les puissantes forces de la nature selon vous ?

      Vous ne me connaissez pas pour parler d’empathie. Il s’avère que j’aime les animaux car étant croyant je les considère comme les créatures du Créateur. Mais vous êtes de ceux qui mettez sur un même pied d’égalité les hommes et le règne animal, thèse réfutée par 10.000 ans d’histoire.

      Si il n’y avait pas de souffrances humaines en premier lieu, il n’y aurait pas de souffrance animale. Les personnes qui les font souffrir par caprice ou par cupidité me répugnent autant que vous mais j’estime qu’il y a une distinction à faire entre les différents mobiles.

      Pour finir pardonnez mon agressivité mais comme je vous l’ai dit (et étant un mammifère moi-même) mes poils se dressent en lisant des discours d’amour sans limite dans un monde où malheureusement il existe des oppresseurs et des oppressés.


    • #927153

      Mon cher Mythe,

      La majorité les considérent surtout comme leurs esclaves et se servent d’eux tel un parasite, aveugle à toutes alternatives. Si vous les aimiez vraiment, vous les protègeriez au lieu de les faire périr pour toujours servir vos intérêts. Les animaux ne sont pas responsables de la folie des hommes et n’ont pas à participer à vos carnages, surtout pour être remerciés comme ils le sont !

      L’égalité demandée c’est le droit d’exister en tant qu’individu sans servir de matière première. A quelle égalité faite vous allusion quand vous vous moquez ? Quand on dit par exemple que les femmes sont différentes des hommes, cela ne nuit pas forcément au respect qu’ils se doivent mutuellement pour autant, ce n’est pas non pour hiérarchiser ni parler de superiorité des uns sur les autres. De même avec les animaux, il s’agit de reconnaitre le droit à la vie et à la liberté de chacun malgré et avec les différences, parce que chacun a son propre intéret à vivre sa vie.

      De quelles thèses spécistes parlez vous ? Il y en a eu tellement. Celle de descartes et de tous les salopards qui ont mis à mort l’animal non humain en le considérant comme une chose et le condamnant à l’enfer absolu sur terre pour des siècles ? Lisez donc les penseurs et scientifiques qui ont défendu la cause animale depuis toujours et qui ont, eux, étudié le sujet toute leur vie. Ainsi vous verrez que la distinction entre les uns et les autres ne justifie en rien cette mise en esclavage des animaux par les humains.

      Les souffrances humaines sont la résultante de l’exploitation animale sur laquelle les hommes se conditionnent pour mieux massacrer leurs congénères. L’homme se fait la main sur les animaux pour mieux etre le bourreau des hommes.

      Je ne parle pas d’amour mais de respect sur les autres etres vivants. Personne ne vous oblige à aimer l’autre, qu’il soit animal humain ou non humain. Par contre, au lieu de vous octroyer des droits sur ceux qui ne peuvent se défendre, ayez d’abord des devoirs qui sont de les protéger. Tant que l’homme n’évoluera pas aussi de ce coté là, il y aura toujours des oppresseurs et des opprimés.


  • #924722

    Excellent sujet !!

    Ca me rappelle cette vidéo de reconstitution historique dans la série "Omar" ( 2° Calife bien guidé ).

    https://www.youtube.com/watch?v=Fba... vidéo à voir au moins une fois dans la vie

    On peut voir que les éléphants des soldats perses servaient aussi à affoler les pur sang arabes des Musulmans.
    Ca doit vraiment faire très peur de se frotter à cet animal inconnu peint tout en blanc.

     

  • En perse au 13ème siècle, le shah du Khwarezm utilisait des éléphants de guerre caparaçonnés contre les mongols de Ghengis Khan, mais ceux-ci n’eurent aucun mal à les abattre malgré la terreur que ces pachydermes devaient inspiré à leurs chevaux.

    Les éléphants ça a toujours été pile ou face : soit ils font gagner la bataille, soit ils se retournent contre vous après avoir été rendus fous furieux ; la meilleure arme contre eux semble être le javelot encore plus que les flêches (et sans compter le cochon enflammé...).

    L’effet psychologique et l’effet de surprise est leur meilleur atout, mais contre des troupes entrainées à les combattre, ils deviennent un handicap.


  • Pas bête d’utiliser le plus gros mammifère pour la guerre.
    Ca peut vous faire un char pour pas cher si capturé, avec mobilité et de force pour tracter du matos.

    Mais en effet pas fiable car étant un animal avec son caractère imprévisible.

    Pas bête le coup du sanglier en feu, je me suis laisser entendre que même un calibre 12 bien placé à la gorge n’arrête pas forcément leur charge !


  • Les éléphants de guerre sont redoutables sur le champ de bataille. La bataille titanesque qu’Alexandre le Grand (que je considère comme l’un des hommes les plus importants de l’Histoire) a livré contre Poros en Inde en est la parfaite illustration.

    Il existe même dans le Coran une sourate qui porte le nom de l’éléphant. L’armée d’un chef militaire abyssinien (éthiopien) ayant décidé de marcher sur la Mecque avec des escadrons d’éléphants pour la détruire a été littéralement balayée...


  • #925028

    Très intéressant mais le narrateur a un récit soporifique , on dirait qu’il va se mettre a pleurer . Cela dit très bonne initiative de revisiter l’histoire j’attend les prochains numéros :)

     

    • Moi c’est plutôt l’étagère IKEA avec trois livres, le mur d’hôpital, la prise de vue en plongée et les jump cut pas très bien amenés qui me gênent... Faudra bosser un peu sur la mise en scène mais sinon, très belle initiative et sujet très intéressant.


  • #925058
    le 06/08/2014 par Gerard John Schaefer
    Les éléphants de guerre étaient-ils décisifs ?

    C’est mon animal préféré.
    Certes, on s’en fout, comme je me fous des animaux en général, mais... mais non.
    Cette impression qu’il vient du fin fond des âges, et que dans le même temps, il est déjà dans un futur pour nous incompréhensible.
    Rigole pas si t’as jamais vu un éléphant en vrai, autrement que sur une canette de Carlsberg.
    T’as déjà touché la peau d’un éléphant ? Y’a des crevasses, des poils, et cet oeil, qui te regarde, comme personne ne t’as jamais regardé... fais l’expérience, si tu peux.
    Dans l’oeil d’un éléphant, tu existes, parce que tu n’es rien qu’une infime partie de ce qu’il te fait cligner du Cosmos.
    L’éléphant, rapide ou lent, à la juste mesure, toujours précis.
    Ce n’est pas un Dieu... ça n’existe pas, ça... c’est un témoignage.
    Sa trompe est un balancier, perdu dans le temps.
    Sa massive matérialité, dernière borne-frontière avant le saut dans le Tout Infini.

    Le barrissement d’un éléphant...

     

  • Bonne allégorie pour démontrer que Tsahal n’est qu’une baudruche.


  • #925214

    @2:04

    Comment expliquez-vous cette scène où un éléphant semble dessiner... un éléphant. Cela me semble évidemment totalement impossible. Y a-t-il un trucage, différentes prises ? Je crois entendre en français "un gros mytho hein". Quelqu’un connaît-il la source de cet extrait ?

    Dans le même genre, j’ai déjà vu un éléphant réussir le test du miroir, comme certains grands singes, certains oiseaux. Le miroir est imposant, donc expérience moins évidente à mener que pour une pie bien sûr. L’éléphant se regarde et explore son corps avec sa trompe tout en vérifiant l’image que lui renvoie cette étrange surface.

     

    • #926518

      Ce sont des éléphants dressés en thaïlande. Près de Chiang-Maï, dan sle nord, il y a un parc d’éléphants que l’on peut visiter, faire un tour a dos d’éléphants, et il y a un spectacle ou des éléphants jouent au foot, et ....peignent. Sur l’extrait, la peinture n’est pas finie, le dessin est plus complexe, et il y a plusieurs couleurs


    • #926538

      Oui c’est surprenant, j’ai déjà vu le reportage d’où est tiré cet extrait, il s’agit d’un cirque d’éléphants en Inde !
      Le plus impressionnant est une sorte d’orchestre formé uniquement d’éléphants et dont le résultat se tient à peu près musicalement parlant !
      ’Je n’ai pas le lien désolé, mais si tu cherches, tu devrais trouver rapidement.
      Avec le dauphin, c’est l’un des mammifères les plus intelligents et surtout doté d’une réelle sensibilité ! Des témoignages délivrés notamment par Aristote (qui s’intéressait bcp aux animaux ) décrivent la façon dont certains éléphants réagissaient à la mort de leur Cornac sur le chant de bataille : certains devenaient Fou-furieux et chargeaient dans le tas, d’autres se mettaient à pleurer sur le corps inerte de leur maître, d’autres, encore plus étonnant, enroulaient le corps de leur trompe et quittaient la bataille...


    • #926558

      Oui c’est surprenant, j’ai déjà vu le reportage d’où est tiré cet extrait, il s’agit d’un cirque d’éléphants en Inde !
      Le plus impressionnant est une sorte d’orchestre formé uniquement d’éléphants et dont le résultat se tient à peu près musicalement parlant !
      ’Je n’ai pas le lien désolé, mais si tu cherches, tu devrais trouver rapidement.
      Avec le dauphin, c’est l’un des mammifères les plus intelligents et surtout doté d’une réelle sensibilité ! Des témoignages délivrés notamment par Aristote (qui s’intéressait bcp aux animaux ) décrivent la façon dont certains éléphants réagissaient à la mort de leur Cornac sur le chant de bataille : certains devenaient Fou-furieux et chargeaient dans le tas, d’autres se mettaient à pleurer sur le corps inerte de leur maître, d’autres, encore plus étonnant, enroulaient le corps de leur trompe et quittaient la bataille...


  • #925219

    pauvres bêtes ...

    c’est de la "babarie" !


  • Il aurait pu surtout dire que l’éléphant est un animal craintif, qui supporte mal les blessures et le stress ce qui les a fait plus souvent piétiner leur propre armée que les adversaires. La plupart des soldats qui montaient les éléphants avaient un maillet pour enfoncer un pieu dans leur nuque et les tuer si ils s’emballaient et battaient en retraite vers des soldats alliés.


  • Il y a de tout sur ER.
    Au contraire de ce qui est dit l’éléphant n’est pas d’une nature calme et paisible. Ne vous fiez pas à son allure de gros pataud : c’est un tueur et il peut courir très vite. Tout comme le buffle d’ailleurs. N’approchez jamais un éléphant seul dans son espace vital.

    Les éléphants capturés à 20 ans ne peuvent être dressés aussi bien que depuis tout petit. 3 mètres de haut, 6 tonnes, en habitat naturel ils vivent jusqu’à 80 ans mais meurent plus tôt à 60 dans des conditions de captivité (ferme, caserne) Ce n’est pas les cochons qui faisaient peur aux éléphants mais c’est de voir des torches incendiaires courir de partout. Les éléphants étaient entrainés à se maitriser au milieu d’une foule de guerriers, de cris, de trompettes etc. Ils n’auraient même pas entendu les cochons dans la bataille.

    L’éléphant est long à dresser. Il est attaché à son cornac, ce qui est une faiblesse car il devient une cible pour l’ennemi. La faiblesse de l’éléphant est la panique, la trompe, l’oeil, la fatigue, la nourriture et le froid comme l’a expérimenté Hannibal.
    Un éléphant n’est pas un canon, son remplaçant, il peut à tout moment changer son comportement. Alexandre a gagné la bataille contre Pôros qui n’avait que 200 éléphants (certains maharajas pouvaient en avoir 9000), mais il y a sacrifié 4000 de ses fantassins.

    Imaginez cette bête en train de charger sur le champ de bataille...
    http://www.coolplaces.co.uk/system/...


Afficher les commentaires suivants