Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les étudiants en médecine formés à la médecine de guerre pour les victimes d’attentats

Dès septembre prochain, dans toutes les universités de médecine, les étudiants seront formés aux techniques de médecine militaire appliquées aux victimes d’attentats. Jusque-là, ces méthodes étaient réservées à la formation des médecins urgentistes. Elles s’appliqueront désormais à toutes les spécialités, pharmaciens et dentistes compris.

 

Cette formation intervient en deuxième année. Elle consiste à savoir maîtriser quatre gestes : l’extraction des corps, leur disposition selon la blessure, la pose d’un garrot ou d’un pansement compressif et l’appel des secours.

[...]

L’autre nouveauté de la rentrée prochaine est l’apprentissage du damage control, une « chirurgie provisoire qui empêche le saignement de continuer avant d’opérer », selon Pierre Carli, médecin-chef du Samu qui a cosigné un retour d’expérience sur les attentats avec la brigade des pompiers de Paris et le service de santé des armées. [...] Aujourd’hui, seuls les médecins militaires ont l’habitude de cette médecine en deux temps, or « il n’y a que deux hôpitaux militaires à Paris, contre une vingtaine de civils », conclut le Dr Carli.

[...]

« Les institutions françaises ont vite compris qu’il fallait une solution médicale de long cours face aux attentats, ajoute le Dr Patrick Pelloux, urgentiste au Samu de Paris qui a géré la régulation le soir des attentats du 13 novembre. Tous les médecins avaient été immédiatement formés à ces méthodes de guerre dès 2015. Mais en incluant les étudiants, le pays voit plus loin et prend conscience que les attentats ne sont pas un épiphénomène. »

Lire l’article entier sur lefigaro.fr

Qui veut faire de la France l’ennemie de la Palestine et l’ami d’Israël ?
Lire sur Kontre Kulture

 

Guérir, c’est bien, comprendre, c’est mieux,
voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ou comment préparer les consciences pour un conflit sur notre sol de plus grande envergure. Comprenne qui pourra. Finalement, la République sait adopter des comportements survivalistes quand elle le souhaite.

     

  • #1776059
    le 31/07/2017 par Daphné Bürka & Anne-Sophie Lapute.....
    Les étudiants en médecine formés à la médecine de guerre pour les victimes (...)

    Le Dr Patrick Pelloux moi j’entends ça , je lis ce nom et dejà ça me parait louche !
    Il y a une linguistique, une étymologie, une racine phonétique qui ne m’inspire que méfiance, dégoût, suspicion .... (Jeannette Bougrab, Francis Kalifat, Gisèle Halimi, Manuel Valls, Fiammetta Venner, Pierre Bergé, Mohamed Sifaoui, Gilles Clavreul, Rokhaya Diallo, C.Fourest, Bolloré, P.Val, Alain Bauer, Inna Shevchenko, Drahi, Bouteldja, Gilles-William Goldnadel, etc...., etc....)
    Les sons c’est comme les odeurs ça marquent d’entré !
    Un peu comme petit le croque-mitaine tu vois ?
    Je me dis ça pu....c’est pas clair.... méfie toi ... je suis sur mes gardes !
    Pas vous ?

     

  • S’ils ont l’intention de former des médecins pour des attentats ,la messe est dites ,on connaît la suite .Pas la peine de nous faire un dessin .Cela met tout de suite en confiance. .


  • Dans le droit fil de cet article ,braves gens ,savez vous que les sapeurs-pompiers, y compris sapeurs-pompiers volontaires, sont dotés de casques lourds et de gilets-pare balles ????
    On vit une époque formidable , n’est-ce pas !!!!!!!


  • L’inénarrable Pelloux, on l’avait oublié celui là ...


  • Ce que je trouve inquiétant , c’est de devoir enseigner ces quatre gestes à des étudiants en médecine .Autrefois , on apprenait ça pour le brevet national de secourisme , ou celui de secouriste du travail .

     

    • Vous rendez vous compte de la bétise de vos propos ?
      Dans le cadre du secourisme au travail on vous apprend à poser un garrot ou un pansement occlusif, ou à traiter une hémoragie du à une arme à feu ?
      Il faut vivre avec son époque pour une fois que ceux qui nous gouvernent prennent une bonne initiative vous devriez plutot la saluer voir meme vous former à ces gestes qui sauvent.Des formations sont accessibles à tous ça s’appelle T.C.C.C faites une recherche.


    • justement les formations TCCC ne sont pas accessibles à tous puisque personne n’en dispense au grand public , rarement ici en France on vois par ci par là quelques dates de formations sauvages apparaitre mais c’est extrèmement rare , si vous tombez sur une date une cession jettez vous car les places sont en général limitées et ensuite plus rien pendant des années...


    • Je suis formateur en secourisme depuis 15 ans, et oui, le garrot était enseigné jusqu’en 22007 dans l’AFPS, devenu le PSC1. Il a été retiré (avec d’autres choses) au motif qu’il aurait été "mal posé", trop dangereux pour le grand public, et qu’il fallait épurer la formation qui durait 12 h pour en venir à 7h. Mais aussi retiré de la formation des secouristes au motif que le CHU (coussin hémostatique d’urgence) ou pansement compressif était suffisamment efficace dans la majeure partie des cas. (j’ai jamais vu les études de morbidité par contre pour justifier)
      note juste pour rire : il y a un modèle qu’on nous vend beaucoup c’est le pansement israelien...allez savoir pourquoi...

      Toujours pratiqué par les initiés en dernier ressort, le garrot a été réinstauré en urgence dans les pratiques de formation a partir de fin 2014 puis dans la rédaction des référentiels pour application 2015/2016 suite aux attentats avec en prime le garrot dit "tourniquet" utilisé par le militaire en SSC (sauvetage soutien au combat).

      Cela ne s’arrête pas là en matière de prévention, les associations (croix rouge, malte, adpc,...) se sont vus dans l’obligation de revoir la préparation au "damage control" et de se doter d’un lot comprenant 20 garrots tourniquets des bracelets de couleur NOVI etc., juste "au cas où" sur un poste de secours un "déséquilibré" viendrait à...nous devrions nous même à débuter la mise en place du NOVI attentat.

      Donc ces "mesures de guerre" comme novatrice finalement on les enseignait déjà avant...sauf que aujourd’hui finalement inclus dans une chaine consciente que chaque maillon doit de toute façon se tenir prêt à un dispositif permanent d’attentat...le message est clair.


    • Et pour compléter votre commentaire, le TCCC, dit autrement aussi PHTLS est une excellente formation notamment en traumatologie et soins dans l’urgence notamment au combat mais qui s’adresse principalement à des personnes exerçant une activité paramédicale : infirmiers, médecins, kiné, osteo...et éventuellement secouristes, pompiers.

      Mais comme beaucoup de gestes (sutures, injection intra osseuse, etc. proposé dans le PHTLS) sont interdites dans les pratiques professionnelles ou associatives sans diplôme d’etat) ou nécessitant de la médication, et bien forcément à ce jour en France, hormis pour la culture personnelle, cette formation est pour ainsi dire inutile (sauf à faire bien sur le CV pour ceux qui savent ou d’être infirmier, kiné, ....).

      Et en effet il est rare qu’un citoyen lambda dans la rue se balade avec sa trousse d’attelles, de seringues, d’aiguilles...même un secouriste averti n’a pas forcément une trousse de secours complète dans sa voiture....paradoxal mais....


  • Les vétérinaires et gardiens de zoo ne seront pas formés, eux ? Flûte nous sommes encore si vulnérables !