Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les secrets de l’avalanche de milliards de dollars sur l’Égypte

Du 13 au 15 mars courant s’est tenue à Charm el-Cheikh « la Conférence sur l’avenir de l’Égypte ». Quatre pays du Golfe ont promis des investissements et une aide de 12,5 milliards de dollars, et le Caire aurait signé des contrats d’investissements directs d’un montant de 36,2 milliards. Plusieurs ministres occidentaux ont fait le déplacement, dont le chef de la diplomatie américaine John Kerry [1]. Certains analystes se sont demandé quel était le but de ce soutien financier, éminemment politique, des pays du Golfe et de l’Occident, notamment des États-Unis. Éviter le rapprochement entre l’Égypte et la Syrie dans leur lutte commune contre le terrorisme et les Frères musulmans ? Éloigner l’Égypte de la Russie ? Empêcher l’Égypte de jouer son rôle historique dans la région du Moyen-Orient et le monde arabe ? Pour M. Nasser Kandil, sans nier toutes ces hypothèses qui pourraient paraître contradictoires, ce qui s’est passé en Égypte est en relation directe avec ce qui se passe actuellement au Yémen [NdT].

 

NDLR : article écrit le 16 mars 2015.

 

Comprendre les raisons de l’avalanche de ces milliards de dollars sur l’Égypte exige que nous envisagions les deux dimensions de cet événement :

- la relation de cette manne consentie à l’Égypte par les Pays du Golfe avec les problèmes auxquels ils font face au Yémen [depuis la prise de Sanaa par la rébellion houthiste le 21 septembre 2014, NdT] ;

- le pourquoi du soutien occidental, sans lequel les pays du Golfe n’auraient pas pu placer leur argent pour redresser la situation politique et financière de l’Égypte.

En réalité, nous sommes devant une équation bi-factorielle égypto-yéménite, à la fois, géographique, démographique et économique. Car, si le Yémen est au cœur des pays arabes du Golfe, l’Égypte est au cœur des pays arabes d’Afrique, avec entre les deux la mer Rouge.

Par conséquent, lorsque nous parlons des pays du Golfe, nous ne pouvons que tenir compte du Yémen. La preuve en est que l’Arabie saoudite, qui ne semblait se préoccuper que de la Syrie et du Liban, n’a plus d’yeux que pour ce qui se passe au Yémen [2]. Les Saoudiens se sont battus avec tous leurs moyens financiers et relationnels pour que leur capitale, Riyad, soit le siège du dialogue entre les yéménites. Ils ont échoué.

Dès lors, comment faire alors qu’ils ne disposent pas de la force militaire nécessaire pour imposer leurs exigences comme, par exemple, la reconnaissance de Mansour al-Hadi [Le président yéménite démissionnaire qui a subordonné la poursuite des négociations nationales inter-yéménites au transfert du siège des pourparlers de Sanaa vers le Conseil de Coopération du golfe Persique à Riyad, NdT] ou la qualification d’Aden en tant que capitale yéménite ? Comment faire face aux forces des Houtis [3] rendues à leur frontière avec des incursions au-delà ?

D’où le pari sur l’Égypte. Le président égyptien, Mohammad al-Sissi, n’a-t-il pas déclaré, au quotidien Al-chark que la sécurité du Golfe faisait partie de la sécurité de l’Égypte [4] ? Alors, payons ce qu’il faudra pour que les Égyptiens dépêchent leurs forces au Yémen et nous aident à imposer notre domination.

Lire la suite de l’article sur mondialisation.ca

Voir aussi, sur E&R :

Sur le monde arabe, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est le moment de ressortir quelques remarques de Voltaire pas du tout dans le ton bêtasse et unanimiste d’aujourd’hui sur les Egyptiens :

    " ... malgré le peuple égyptien, toujours turbulent, séditieux et lâche : peuple qui avait déchiré un Romain pour avoir tué un chat, peuple en tout temps méprisable, quoi qu’en disent les admirateurs des pyramides[1].

    ... "Quant aux pyramides et aux autres antiquités, elles ne prouvent autre chose que l’orgueil et le mauvais goût des princes d’Égypte, ainsi que l’esclavage d’un peuple imbécile, employant ses bras, qui étaient son seul bien, à satisfaire la grossière ostentation de ses maîtres. Le gouvernement de ce peuple, dans les temps mêmes que l’on vante si fort, paraît absurde et tyrannique ; on prétend que toutes les terres appartenaient à leurs monarques. C’était bien à de pareils esclaves à conquérir le monde !"

    ... "Cette profonde science des prêtres égyptiens est encore un des plus énormes ridicules de l’histoire ancienne, c’est-à-dire de la fable. Des gens qui prétendaient que dans le cours d’onze mille années le soleil s’était levé deux fois au couchant, et couché deux fois au levant, en recommençant son cours, étaient sans doute bien au-dessous de l’auteur de l’Almanach de Liége. La religion de ces prêtres, qui gouvernaient l’État, n’était pas comparable à celle des peuples les plus sauvages de l’Amérique : on sait qu’ils adoraient des crocodiles, des singes, des chats, des oignons ; et il n’y a peut-être aujourd’hui dans toute la terre que le culte du grand lama qui soit aussi absurde".

    ..."Leurs arts ne valent guère mieux que leur religion ; il n’y a pas une seule ancienne statue égyptienne qui soit supportable, et tout ce qu’ils ont eu de bon a été fait dans Alexandrie, sous les Ptolémées et sous les Césars, par des artistes de Grèce : ils ont eu besoin d’un Grec pour apprendre la géométrie".

     

    • Et celle là qui n’est pas mal non plus : "On vante leurs pyramides ; mais ce sont des monuments d’un peuple esclave. Il faut bien qu’on y ait fait travailler toute la nation, sans quoi on n’aurait pu venir à bout d’élever ces vilaines masses. A quoi servaient-elles ? à conserver dans une petite chambre la momie de quelque prince ou de quelque gouverneur, ou de quelque intendant, que son âme devait ranimer au bout de mille ans. Mais s’ils espéraient cette résurrection des corps, pourquoi leur ôter la cervelle avant de les embaumer ? les Égyptiens devaient-ils ressusciter sans cervelle ?"


    • listener



      "On vante leurs pyramides ; mais ce sont des monuments d’un peuple esclave. Il faut bien qu’on y ait fait travailler toute la nation, sans quoi on n’aurait pu venir à bout d’élever ces vilaines masses. A quoi servaient-elles ? à conserver dans une petite chambre la momie de quelque prince ou de quelque gouverneur,....



      Finalement, pas grand chose a changé en Egypte depuis des millénaires ! le petit prince momie : Sissi est bien au chaud dans sa petite chambre, bien protégé et bien entretenue par ses esclaves et autres gouverneurs ...


    • ah mais c’est pour ca qu’ils resistent tant ces archeologues, leur precherie fait partie du bagage des lumieres qui a encore cours aujourd’hui


  • là ou les egyptiens devraient s’inquiéter , c’est qu’a chaque pays que les usa financent ,il y a prise de pouvoir des plus gros tarés du pays en question .
    bonne chance et surtout bon reveil ...