Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les "vieux clichés sexistes" confirmés par une étude scientifique

Publiée en décembre dernier dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences of the United Sates of America, une étude intitulée « Les différences de sexe dans le connectome structurel du cerveau humain [1] » a confirmé la différence entre les cerveaux masculins et féminins : les femmes ont plus d’aptitudes aux relations sociales et à la mémoire tandis que les hommes sont plus enclins à la perception et à la coordination.

C’est une des plus grandes études menées pour observer la façon dont les cerveaux des hommes et des femmes sont neurologiquement « câblés ». Dirigée par la chercheuse de l’université de Pennsylvanie Ragini Verma, l’équipe de scientifiques a utilisé une technique appelée « imagerie du tenseur de diffusion » pour étudier les connexions neuronales dans le cerveau de 428 hommes et 521 femmes âgés de huit à vingt-deux ans. Si l’on compare les connexions neuronales de l’intérieur du cerveau à un réseau routier, les scientifiques ont, en quelque sorte, établi une « carte du trafic ».

Or cette carte diffère fortement chez l’homme et chez la femme. « J’ai été surprise que cela corresponde à un grand nombre de stéréotypes », a déclaré Ragini Verma. En effet, selon l’étude, les cerveaux masculins sont d’avantage connectés pour la perception et la coordination des actions et les cerveaux féminins favorisent les compétences sociales et la mémoire. En résumé, cela explique que les femmes sont davantage capables de faire plusieurs choses à la fois, tandis que les hommes sont en moyenne plus aptes à apprendre et à exécuter une seule tâche.

« Il est tout à fait frappant de constater combien le cerveau des femmes et des hommes sont vraiment complémentaires », a déclaré Ruben Gur, co-auteur de l’étude, dans un communiqué. « Les cartes Connectome détaillées du cerveau vont non seulement nous aider à mieux comprendre les différences entre ce que les hommes et les femmes pensent, mais aussi nous donner plus d’indices dans les racines des troubles neurologiques, qui sont souvent liés au sexe. »

Les cerveaux masculins et féminins montrent peu de différences dans la connectivité jusqu’à l’âge de 13 ans. C’est à l’adolescence, entre 14 et 17 ans, que la différenciation se produit. Les analyses mettent en évidence une plus grande connectivité entre les côtés gauche et droit du cerveau chez les femmes, tandis que les connexions chez les hommes se font d’avantage entre l’avant et l’arrière de chaque hémisphère. Ainsi les hommes montrent-ils une plus grande connectivité neuronale entre le devant du cerveau, siège de la coordination de l’action, et l’arrière, où se trouve le cervelet, source de l’intuition. Réalisé sur des individus en bonne santé, les cartes donnent aux scientifiques une image plus complète de ce qu’est la normalité pour chaque sexe à des âges différents. Avec ces graphiques, les scientifiques espèrent en apprendre davantage pour savoir si les anomalies de la connectivité du cerveau sont en rapport avec des troubles mentaux tels que la schizophrénie ou encore la dépression.

 

JPEG - 40.5 ko
Carte neuronale du cerveau d’un homme typique

 

JPEG - 38.4 ko
Carte neuronale du cerveau d’une femme typique
(Source : Académie nationale des sciences de Pensylvannie)

Notes

[1] « Sex Differences in the structural connectome of the human Brain » : http://www.pnas.org/content/early/2013/11/27/1316909110.abstract

Voir aussi, sur E&R :

Comprendre la complémentarité homme-femme avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

75 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Donc les femmes à la gestion et les hommes en application de tâches précises.
    C’est déjà plus acceptable que ce que défend Proudhon dans la forme (le fond restant selon moi très solide).

     

    • Je trouve Proudhon très dur parfois dans la Pornocratie (son livre), notamment lorsqu’il dit que l’homme a le droit de vie ou de mort sur la femme et bien d’autre... sinon, le fond est très solide effectivement quand il parle de beauté de la femme, de force chez l’homme et les aptitudes qu’entrainent celles-ci.


  • Merde, les pauvres ! Ils ont même la science contre eux !

     

  • Avis à la communauté E&R : quelqu’un pourrait-il m’aider à retrouver une émission de Marc Lesgy sur M6 avec Virginie Efira et Christian Karembeu sur la différence entre hommes et femmes, qui était très pertinente (cette émission doit dater de moins de 10 ans). Merci

     

  • J’aime bien la structure simple dans le cerveau de l’homme et le joyeux foutoir dans celui de la femme.

     

  • Je doute qu’un jour on puisse réellement cerner le cerveau d’une femme. Le grand mystère de l’humanité :D


  • #860784

    Banalités qu’une saine anthropologie nous indiquait depuis longtemps.
    Intéressante certes, cette étude, mais beaucoup d’argent pour rien de nouveau sous le soleil.

     

    • Oui, mais ça coupe le sifflet à des individus comme Catherine Vidall ou Françoise Héritier qui l’une se prétendant neuroscientifique tandisque l’autre se prêtendant anthropologue discutent en fait du sexe des anges pour désexualiser le cerveau humain.
      Bref, au moins cette étude sous la main il ne faut pas hésiter à la sortir à ceux qui prétendraient qu’un cerveau masculin et féminin serait identique.
      Car "ils" se servent justement de l’ignorance scientifique du quidam pour ancrer leurs vilains idéaux dans des têtes innocentes et naïves, généralement chez les jeunes et les gamins.


  • #860797
    le 16/06/2014 par ☦ Kein Mitleid Für Die Mehrheit ☦
    Les "vieux clichés sexistes" confirmés par une étude scientifique

    Hé bien... non !
    Il se trouve que cette étude souffre de nombreux biais (sélection des candidats, analyse des données, ...) et d’un manque global et flagrant de sérieux et de méthodologie scientifique dans l’analyse et la présentation des résultats. En fait cette étude ne permet pas d’affirmer que le cerveau est sexué.
    Ces chercheurs ont décidé de brader leur réputation pour passer dans les médias, c’est tout...
    Une analyse rigoureuse et exhaustive de cette étude peut-être trouvée ici, évidemment ça tient en plus de 4 paragraphe et il faut fournir un petit effort intellectuel...

     

    • Contre-analyse aussi "rigoureuse" que biaisée...
      Aligner des pavés de texte sous le simple prétexte que la neuroscience est pour l’instant une science basée sur l’interprétation statistique ne prouve rien en soi.
      Certaines personnes sont tellement gênées dès qu’un résultat scientifique va contre leurs croyances...


    • Je me suis arrêté à "hétérosexiste".


    • À propos de l’auteur(e) de cette "réfutation" : il s’agit d’une propagandiste acharnée de la théorie du genre, Odile Fillod. Ou comment faire croire qu’on en sait plus en noyant le poisson dans une logorrhée interminable que personne ne lit mais qui tente d’impressionner...

      Ce qui est remarquable c’est à quel point les partisans de "l’égalité" absolue entre les sexes ne se rendent pas compte qu’ils dévoilent ainsi leurs pulsions perverses et leur haine de l’autre. Car si l’on veut une égalité de droits, c’est justement parce qu’il y a des différences objectives et que la culture essaie d’améliorer la nature. Si l’égalité objective était parfaite, il n’y aurait pas besoin de lois pour protéger les faibles, les vieux, les enfants, les minorités etc., par rapport à ceux qui ont un pouvoir de fait (force physique, argent, etc.).

      La négation des différences objectives aboutit toujours à la justification de la loi du plus fort (en plus d’être une pathologie psychique).

      Pas de compassion pour la médiocrité.


  • Je n’ai pas compris grand chose, mais le dessin m’a franchement rassuré.


  • Les "vieux clichés sexistes" encore une fois confirmés par une étude scientifique, vous voulez dire. Des vrais articles scientifiques qui confirment ces différences, je peux vous en sortir à la pelle.

    La phrase la plus importante de tout ce résumé est la suivante : « Les cerveaux masculins et féminins montrent peu de différences dans la connectivité jusqu’à l’âge de 13 ans.  »

    Il y a un rapport direct entre cela et la stratégie diabolique des tenants de l’idéologie de la confusion des genres puisqu’ils s’attaquent aux gosses. Cela n’a évidemment rien d’un hasard. Ils le font pour jouer sur la confusion éventuellement possible dûe non seulement à la quasi indifférenciation du corps dans les plus jeunes âges de la vie, mais également dûe à l’indifférenciation cérébrale. Ce qui signifie que les fonctions sont approximativement les mêmes en apparence (quoiqu’il y a déjà des tendances lourdes qui distinguent les enfants, mais cela ne se mesure probablement pas par la « connectivité ».)
    Les différences sont plus menues probablement car elles existent en germes mais ne sont pas encore totalement concrétisées.
    L’article s’intéresse précisément à ce qu’ils appellent connectivité, mais ça ne fait que corroborer les nombreux articles sur le sujet. Et l’étude du sujet par la neurologie n’est qu’un aspect parmi bien d’autres (le sujet est étudié en éthologie, par exemple). Comme le dit Soral, le corps est une totalité dialectique ; il est donc évident que le cerveau et le corps forment une unité, obligatoirement différente selon le sexe.

    Ils niaient déjà avec une haine démente la potentialité de la vie de l’embryon, ils nient maintenant les différences futures sous prétexte qu’elles s’expriment moins dans le présent.

     

    • « Ils niaient déjà avec une haine démente la potentialité de la vie de l’embryon, ils nient maintenant les différences futures sous prétexte qu’elles s’expriment moins dans le présent. »

      Là je ne vous suis pas, je n’ai jamais entendu personne nier qu’un embryon était vivant. S’il se développe, depuis la fécondation, c’est bien qu’il l’est, n’importe quel demeuré peut comprendre ça. En revanche certains s’écharpent sur le fait de savoir à partir de quand un embryon est un être humain, et là c’est vrai que pour moi, un tas de cellules non différenciées ça n’en est pas vraiment un. D’ailleurs la nature se charge elle-même de pratiquer des tas d’avortements à ce stade, sans que ça se remarque.


    • C’est amusant ces personnages qui me reprennent sur un mot dans tout un développement. On se raccroche à ce que l’on peut, n’est-ce pas.

      Vous dites qu’il est commun de comprendre qu’un embryon est vivant. Ah bon, vous n’avez entendu personne ? moi je n’entend que ce que j’ai dit précédemment. Pourquoi tous les féministes rabiques nient alors qu’il y a meurtre, si l’embryon est vivant ? s’il n’y a pas meurtre, c’est forcément qu’il n’est pas vivant. C’est ce qu’ils affirment par sous-entendu. S’il n’est pas vivant, qu’est-ce que c’est alors ? une poupée ? un caillou ?

      Quand un embryon est-il un humain ? Vous pensez que l’on puisse être non-humain puis humain, c’est curieux tout de même. Pensez-vous avoir été plutôt un rat ou plutôt un porc par le passé ? si vous n’avez été ni l’un ni l’autre, qu’auriez-vous été sinon un humain ? Si vous n’étiez pas humain, qu’étiez-vous alors ? un trisomique ? avez-vous une anomalie génétique ? Si ce n’est pas cela non plus, alors quoi ?
      Et lorsque l’on vieillit, devient-on un bout de bois ? à partir de quel âge ne sommes-nous plus humain ?

      Votre ignorance en embryologie vous épargne bien des réflexions, ce doit être confortable. L’embryon est structuré dès la première cellule. Même chez les plantes, la première cellule est déjà polarisée, c’est-à-dire orientée. Il y a un haut et un bas. Même la première cellule n’est pas amorphe. Peu importe la non-différenciation, pourquoi cela serait-il un critère ? Les cellules prétendument non-différenciées comportent déjà toutes le génome complet de l’enfant.

      Vos propos proviennent d’une manière de voir les choses que je qualifierais de statique ou « staticiste ». L’univers est parcouru de mouvements, quelle que soit l’échelle, quel que soit la vitesse de ces mouvements. Un cliché ne reflète l’histoire et le futur de rien, il n’est qu’un instantané.

      La nature interrompt certains développements lorsqu’elle sait qu’ils ne sont pas viables, c’est-à-dire qu’ils présentent des anomalies. Il y a donc une raison profonde et un sens, qui n’a rien à voir avec l’égocentrisme hystérique des aliénées féministes.


  • J’en étais arrivé à la même conclusion mot pour mot il y a plusieurs mois en discutant avec diverses personnes de mon entourage.


  • Il y aura toujours des cons pour nous dire que ces différences biologiques sont dues à la culture-qui-nous-formate-dès-le-plus-jeune-âge-selon-des-stéréotypes-auxquels-on-se-conforme.
    On s’oppose à la nature quand on a une bonne raison de le faire.
    La complémentarité est prioritaire face à l’égalité ; et on devrait faire en sorte de ne pas systématiquement opposer les deux. Vivent les différences !

     

  • Sur la schizophrénie, n’oublions pas les apports d’André Gernez qui proposait de traiter la maladie par inhibition de l’hormone de croissance à l’âge adulte. Je ne suis pas médecin mais dois reconnaître que les solutions énoncées dans le petit livre sur les maladies dégénératives semblent très rationnelles et argumentées. Rien à voir avec certains guérisseurs douteux s’enrichissant sur la détresse des malades !


  • La photo est censée représenter quoi ? Une blonde qui a eu du mal à faire son créneau ?

     

  • Le cerveau de l’homme et celui de la femme sont complémentaires : celui de l’homme est développé pour la perception , celui de la femme pour la mémoire...Je le savais , merci de me confirmer que je ne suis pas une exception ! je le vérifie chaque semaine en faisant les courses avec ma femme : Moi , je vais repérer le string en dentelle d’une femme penchée vers le rayon en bas de gondole ....et trois heures après, dans la voiture, ma femme me le reprochera encore ...

     

  • Les cerveaux masculins et féminins montrent peu de différences dans la connectivité jusqu’à l’âge de 13 ans. C’est à l’adolescence, entre 14 et 17 ans, que la différenciation se produit.

    C’est exactement ce que dit Alain Soral dans la vidéo les femmes et la parité pour ceux qui ne l’ont pas écouté.
    Concrètement Alain dit que les filles et garçons sont de compétences égales durant leur enfance concernant les échecs pour l’exemple. Mais aussi dans les résultats scolaires, même si aujourd’hui avec l’échec scolaire des garçons on ne peut réellement mesurer les compétences filles-garçons. Ensuite c’est à partir de l’adolescence que les différences intellectuelles se font ressentir. D’où le fait que les grands inventeurs restent des hommes et non des femmes. Ce ne veut pas dire que les femmes sont nulle, mais que leur intelligence n’est pas si identique que certains le prétendent, juste différente.
    L’œstrogène et la testostérone validant son étape finale lors de la puberté. Pas besoin d’être scientifique. On a tous été ado, ou pour certains avez des ados dans votre entourage. La poitrine de la petite qui pousse, la voix du gamin qui commence à donner dans le grave. La taille également. Autant de signes qui démontrent que le corps changent en fonction de l’horloge biologique.
    J’ai aussi remarqué que les femmes étaient plus à l’aise dans l’apprentissage de plusieurs langues. Il y a une étude psychologique je ne sais plus où je l’avais vu, mais les femmes ont une zone de leur cerveau qui leur permettent d’apprendre plusieurs langues. Cette fameuse mémoire dont parle l’article.
    Bien que n’étant pas d’accord avec Catherine Vidall, celle-ci a démontré que la plasticité du cerveau fait que les femmes peuvent très bien faire des "trucs de mecs" et vice-versa. Un brillant avocat ou une brillante mathématicienne. Le fait qu’un sexe soit majoritaire dans un domaine ou un autre tient plus de la motivation que de la compétence. D’ailleurs domaine de compétence veut plus dire ce que chacun peut faire dans l’instant t. En fonction de nos capacités intellectuelles et motivation, on peut faire beaucoup plus de choses que nous ne pourrions imaginer.
    Juste un exemple : il y a un peu plus de femmes dans les domaines techniques qu’avant sans pour autant que ces dernières s’y intéressent réellement. Ca prouve juste qu’elles sont intelligentes sans forcément être geek. La différence est psychique et non technique.

     

  • Un grand merci a University of Pennsylvania ( UPENN est son vrai nom) qui detruit gender theory grace a ses recherches. Gender theory ne veut donc plus rien dire, aucun diktat social comme disent ls feministes hysteriques. Les hommes et les femmes sont differents, c’est justement cette difference qui est riche. La femme doit aimer , servir, realiser des belles choses avec ses fins doigts. L’homme doit proteger, etre sur , solide, prendre les decisions, agir, assurer.

    Je suis sexiste ? Oui !

     

    • Vous êtes sexiste ,moi aussi. Et je l’affirme sans honte. L’homme et la femme sont différents et complémentaires ,c’est ainsi et le nier est une sottise absolue. Je ne m’imagine pas fréquenter une femme masculinisée.


    • Voila typiquement le genre de remarques que j’attendais... "La femme doit aimer , servir, realiser des belles choses avec ses fins doigts. L’homme doit proteger, etre sur , solide, prendre les decisions, agir, assurer."
      Il y a de fortes chances que l’homme et la femme ne réfléchissent pas tout à fait de la même manière vu qu’on est pas soumis aux mêmes hormones etc, quoi qu’on trouve très facilement des contre-exemples d’hommes qui sont très "relationnels" ou de femmes qui le sont absolument pas (ce qui fait que la règle n’est peut être pas vraie... mais peut-être vraie aussi), par contre ça signifie juste que nous fonctionnons peut-être un peu différemment, sans jugement de valeur, sans qu’un genre soit "fait pour servir" et l’autre "fait pour diriger", ça c’est vraiment l’interprétation à la con excuse moi... la personne qui est en charge de cette étude est justement une femme, c’est marrant, d’après toi elle aurait du rester chez elle et "faire de belles choses avec ses fins doigts" au lieu de diriger une étude scientifique qui pour toi est parfaitement juste, bref c’est un peu paradoxal tout ça... je suis en médecine, et il y a de plus en plus de femmes que d’hommes, peut-être parce qu’on a une meilleure mémoire et patience, et qu’on serait donc "faites pour diriger" ? Je dis ça juste pour montrer qu’on peut le prendre de la manière qu’on veut, et je trouve ça stupide dans un sens comme dans l’autre, y’a des hommes cons, des femmes connes, des hommes intelligents, des femmes intelligentes et aucun des genres ne peut prétendre être fait pour diriger l’autre sans passer pour un con


    • @hippo
      Tous les chinois sont cons alors, car le yin est subordonné au yang.
      Soral a déjà expliqué pourquoi la femelle psychologisait tout ce qu’elle voit. Seul l’homme est apte à diriger. Evidemment, il y a toujours des exceptions, mais si tu ne sais pas ce qu’est une tendance, tu n’as rien à foutre en médecine.
      Il est prouvé que les hommes ont une meilleure capacité et vitesse dans la prise de décision.
      Le femelle qui a dirigé cette étude enfonce une porte ouverte. C’est comme les compositeurs (presque toujours des hommes) et les interprètes (presque toujours de femelles), pour reprendre un exemple soralien. Son truc, c’est de la redite de travaux de recherche effectués par des hommes.

      S’il y a plus de femelles en médecine, c’est parce qu’à cause du féminisme, les femelles sont plus narcissiques : elles ne veulent plus faire infirmière ni sage-femme, seulement médecin. Et elles y parviennent parce que le bachotage est fait pour les femelles : apprendre par coeur, bien régurgiter, mendier des explications aux garçons, faire des petits sourires aux professeurs durant les oraux, etc.
      Pour qu’une femelle comprenne un concept, il faut qu’un homme lui mâche le travail. Sinon, ce n’est pas possible.

      Donc oui, les femelles sont là pour décorer et nous chouchouter, pas pour nous enseigner ni nous diriger.


    • Magnaveritas,

      Votre raisonnement exclu toute individualité. Qu’elle est belle, pour vous, la richesse humaine !

      Alors, étant née femme, je dois servir l’homme ? Qu’avez vous créer, dites moi, Magnavéritas ? N’utilisez vous pas, vous aussi, les créations de nos ancêtres ?
      Les êtres humains ne se résument pas au sexe, il y a de tout dans tout . Les hommes ne sont pas plus intelligents que les femmes. Certains hommes oui, et réciproquement ! Nous ne sommes pas égaux, il y a autant de différences que d’individus, c’est quand même très grave et blessant de lire de pareilles choses, en 2014.

      Ou placez vous les envies, affinités, désirs de chaque personne ? Si je dois servir un homme, quel homme dites moi ? Le fait de naître avec un sexe masculin est un gage de force, intelligence, droiture ? Mais sortez un peu et observez ! Je suis beaucoup plus droite que beaucoup d’hommes, en quoi le fait d’être une femme m’empêcherait de l’être. Et si j’ai d’autres aspirations, ça ne compte pas ? On se range dans des cases et puis c’est tout ?
      Une femme a tout autant droit de faire ses propres choix de vie qu’un homme. Que ça vous plaise ou non. Je me demande si vous souhaiteriez une telle vie tracée à votre fille.

      Les femmes ne sont pas sur terre pour soutenir les hommes à sens unique. Les femmes et les hommes doivent vivre ensemble, dans le respect et l’entraide de chacun.

      Je suis une femme, j’ai un travail qui me plait (et oui !), je suis très amoureuse et pleins de projets . Vivre ensemble, c’est partager, mutuellement, et pas que dans un sens. Le respect est bien trop oublié de nos jours, et c’est vraisemblablement ce qui manque dans votre message.


    • Vous êtes bien agitée, chère Lau31. Pourtant, vous trouverez difficilement plus respectueux que moi. Le fond de mon propos est tout à fait juste, et vous le savez, mais vous êtes tombée dans le piège de mes provocations.
      N’avez-vous rien trouvé de mieux qu’une pseudopensée individualiste contre la pensée traditionaliste ? prenez garde, votre gauchisme vous fait perdre des points de QI. Si mon raisonnement exclu toute individualité - que vous croyez - le vôtre prend votre individualité pour une généralité. Je ne remets pas en question votre droiture puisque je ne vous connais pas. Votre égocentrisme narcissique vous fait-il croire que je m’adressais particulièrement à vous ?
      Séchez vos larmiches, je parlais de politique. Evidemment, « il y a de tout dans tout », croyez-vous avoir découvert l’eau chaude ? Je connais assez la femelle pour savoir de quelle mesquinerie elle est capable. Alors je vous rassure, j’observe également que la bassesse n’a pas de sexe, ou plutôt qu’elle a les deux.
      On parle de tendance et de rôle. Le rôle normalement dévolu à la femme est le maternage, le soin aux enfants et les activités domestiques ; celui de l’homme est de défendre les siens, instruire ses enfants au combat et au savoir-faire, et les activités d’extérieure. Ainsi en va de l’équilibre du monde.
      Bien-sûr, il y a des exceptions, mais c’est là le modèle optimal. Cet optimum pour la société et pour les familles, les féministes, les gauchos soixante-huitards, les phallos n’en ont cure. Ce n’est pas un hasard si ces cliques ont pour point commun un individualisme exacerbé. Ce sont tous des gauchiasses rabiquement anticatholiques.
      Initialement, les exceptions n’étaient pas un choix mais plutôt un acharnement du sort. Hélas, les gens comme vous ont subi un tel syndrome de Stockholm que nos adversaires vous ont fait croire que votre malheur était votre bonheur... alors qu’il n’est que le leur.

      Je ne vous ai jamais lue sur d’autres sujets, autrement plus graves. Inutile de m’affronter. Gardez votre indignation pour les vrais combats.


    • Magnaveritas,

      Déjà, vous n’avez pas à me dire pour quel sujet je dois intervenir, si tel ou tel sujet est plus grave, et puis je vous trouve bien prétentieux. Vos jugements ridicules (dont je m’attendais, vu les commentaires habituels) s’inscrivent plus en forme qu’en fond.

      Justement, qui est l’égocentrique dans l’histoire ? Je n’impose à aucun MES choix, je demande à avoir droit aux miens.
      Que vous me traitiez de gauchiste, grand bien vous fasse, ça ne fera pas avancer la sauce. Ne serait-ce pas plutôt de l’auto défense ?

      Vous savez, mes grands mères ont vécu, le modèle dont vous parlez. Une des deux avait un mari honnête, gentils, et elle semblait aimer sa vie au foyer, avec sa famille, enfants, amis. J’ai par contre une autre grand mère qui était avec un mari violent, voleur, trompeur, elle était très malheureuse, un jour son fils, grand, lui a reproché de ne pas avoir divorcé. Elle restait pour "le bien des enfants", belle hypocrisie, et bel exemple. Qu’il est beau le bien des enfants, avec une mère malheureuse. C’est la réalité. Tout comme j’étais ravie que ma mère travaille, elle aimait son travail, et forcément son bien être se répercutait à la maison.

      Ce que je reproche à votre fonctionnement (retour en arrière). C’est qu’a terme, il enlèverait toute liberté individuelle. Une femme qui voudrait choisir une autre voix ne le pourrait pas. Toutes les femmes ne se destinent pas à être mères, il faut comprendre et respecter cela.

      Et vous savez, pour l’exemple, Carole Ingalls, bien qu’étant avec un mari formidable, rêvait d’éducation pour ses filles, et d’émancipation. Alors n’allez pas me dire que les femmes d’antan étaient heureuses, vous vous voilez la face. Dites plutôt que vous vous en contrefichez, vous serez, me semble t’il, plus honnête.


    • @Lau31

      Ce n’est pas pour défendre Magnaveritas, mais tôt ou tard la femme subira l’esclavage que le système nous prépare. Le fait que les femmes travaillent ne veut pas dire pour autant que les emplois sont plus disponibles. Regardez par exemple ce que font les féministes avec la parité. Elle veulent forcer les femmes à travailler et tuer la liberté des hommes à vouloir travailler. Car au nom de quoi l’homme n’aurait pas lui aussi le droit de vivre de son labeur. Ce serait un progressisme forcené ; le même que celui de la théorie du genre qui forcent les filles à jouer aux camions de pompier et les garçons à la poupée. Aujourd’hui de plus en plus d’hommes se retrouvent au chômage, sont fortement encouragé à prendre un congé paternité et sont raillé par la société quand ils ne frnachissent pas le pas. C’est la femelle chez les mammifères en tout cas dont nous sommes proches, qui donne la chaleur et la tétée aux petits. La nature étant notre fondement pour moi c’est la base, c’est symbolique.
      La société est une somme d’égoïsmes ma petite dame, l’histoire contemporaine nous le rappelle depuis plus de 45 ans. Cette dictature du "moi-je" dont fait partie ce féminisme quia encouragé voire insidieusement poussé les femmes à travailler en leur faisant croire qu’au foyer elles rateraient indubitablement leur vie. Dans vos foyer, vous ne pouvez pas lire des bouquins philosophiques ? Vous ne pouvez pas exercer des activités physiques ? Vous savez en s’organisant bien vous pouvez faire tout un tas de truc chez vous. Je sais que vous allez me répondre que toutes les femmes ne sont pas forcément destinée à être mère, pourtant il y a un faible pourcentage de mère au foyer, à savoir qu’il y a certainement une majorité de mère qui travaille. Sans parler des grandes ambitieuses : directrice d’agence par exemple.
      Moi personnellement je préfère me débrouiller pour subvenir aux besoins de mon foyer et ma descendance Inch Allah, sans rien demander en retour à cette dernière, si elle veut travailler OK, mais qu’elle prenne en compte que les gosses c’est elle qui doit les allaiter, leur apporter les soins et l’amour. Je veux bien la dépanner occasionnellement, mais je refuse catégoriquement de jouer les mères au foyer. Car quoique l’ on dise, il s’agit bien de mettre les hommes au foyer. Le Coran dit bien aux femmes "il est préférable de rester dans vos demeures". Eh bien là pour le coup ça me refroidit, car je vis exactement l’inverse de mon Livre Sacré. Voilà.


    • Bonjour Kasiar,

      Aucun des deux systèmes ne marchera, ni ce vers quoi on tend, ni la machine arrière. La société humaine est apparemment incapable du juste milieu.

      Obliger les petites filles à jouer aux camions de pompiers, est aussi ridicule qu’interdire aux petits garçons de jouer à la poupée s’ils en ont envie. J’adorais jouer aux petites voitures quand j’étais petite, occasionnellement aux barbies, mais je trouvais les jeux de garçons plus "cools" avec plus de possibilités d’imagination. Il y a un monde entre obliger et interdire. Laissons les enfants jouer avec ce qu’ils veulent, selon leurs affinités.

      C’est pareil pour le travail, les femmes ne volent pas le travail aux hommes. Maintenant il est difficile de subvenir aux besoins de la famille avec un seul salaire, soit, mais si cela pouvait refonctionner, n’empêchons pas l’accès a l’emploi pour les femmes qui le désirent.
      On allaite pas les enfants 20 ans. L’éducation se fait à deux, les enfants vont à l’école à partir de 3, 4 ans. Donc ne condamnons pas les femmes qui ont besoin d’une activité à l’extérieur à rester à la maison. La frustration se répercute sur les enfants.
      Les hommes et les femmes ne sont pas ennemis, apprenons à composer ensemble et à laisser de la place à chacun, à écouter chacun, et non pas ce qu’on projette sur eux.

      J’ai été très choqué, et encore plus choqué que ça ne fasse pas réagir... de lire que les femmes sont là pour DECORER et pour SERVIR les hommes.... mais ou va t’on.... comment voulez vous remettre en question le système en disant de telles inepties qui catégorise la moitié de l’humanité. C’est scandaleux, franchement. Une femme, comme un homme, a le droit d’exister autrement qu’a travers l’autre.


    • Bien sûr que le juste milieu aurait été plus noble et plus juste pour les deux. Mais la réalité nous a démontré que justement non, la juste milieu correspondant à l’égalitarisme ne fonctionne pas. Il y aura toujours un sexe en partie sur lequel repose le travail et un autre sur lequel repose l’affection des enfants, l’allaitement

      Pour moi l’histoire d’obliger les garçons à ceci-cela vient d’une rigidité des traditionnalistes et des progressistes. Mais pour le coup, ce sont plutôt les progressistes que l’on remarque le plus étant donné que les traditionnalistes n’ont ni la liberté d’expression, ni - encore moins - la légitimité dans la société moderne. Même les scientifiques ne peuvent plus faire leur boulot sans se faire invectiver ou endormir par des pseudo-scientifiques ou autres amateurs comme les derniers intervenants plus bas. Tout ça pour vous montrer que quoique vous pensiez, que vous le vouliez ou non, on a tous un idéal que l’on transmet aux enfants. Et cet idéal est relatif quand il n’est pas franchement en opposition avec un autre, comme c’est le cas pour la théorie du genre. On ne peut pas être entre les deux, car en dehors de la justice qui va d’un individu à l’autre, on ne peut avoir la prétention d’échapper à un idéal bâti par nos propres cultures, histoires et opinions personnelles.

      Disons que les femmes ne volent pas à proprement parler le travail aux hommes, mais une diminution des offres et une augmentation des demandes des hommes à cause de la tertialisation et de la parité, fait que les hommes souffrent du chômage à cause de l’injustice issue en partie du féminisme. Donc si les femmes de par leur égoïsme participent à cette entreprise. L’égalité dans le travail, c’est pas toujours gagnant pour les hommes au contraire.
      Encore une fois, on peut très bien exercer des activités pas forcément rémunérées sans travailler, c’est possible.
      L’éducation certes, mais dès les premières années, le petit a besoin de sa maman, l’allaitement a même prouvé scientifiquement que c’est important pour le nourisson. Sans compter la douceur et la chaleur qui manque à bien des citadines hélàs. Seules les femmes qui ne vivent pas en ville peuvent le comprendre.
      Je n’ai aucun problème avec les femmes, je les respecte proportionnellement à leur féminité et leur loyauté réciproque envers leurs époux.
      Je sais c’est pas toujours classe sur EetR surtout pour ceux qui sont très différents, mais la diversité et liberté des opinions doit survivre


    • Merci à la modération d’avoir cru bon de me livrer un sac de frappe mais ce genre d’objets n’a pas suffisamment de répondant pour m’intéresser. Après tout, si "le bois ne peut pas riposter", le botox non plus. A part prendre ER pour un blog (d’abord par sa logorrhée sur sa vie, puis sur celles de ses grand-mères), insulter, éructer de prétention, vomir ses sophismes et se prendre pour une femen, je ne vois pas trop ce qu’elle fabrique ici.
      Cette chose se complait dans l’abject de son piètre venin en osant m’apostropher en premier lieu (à quoi j’ai péché par galanterie - et par bonne volonté, pour apaiser l’hystérie dont cette chose souffre - en répondant à cette mendiante de mon attention), puis en prétendant me disséquer (parler de l’"autodéfense" qu’elle imagine, de mon "fonctionnement", infiniment plus perspicace et efficace que le sien) et en refusant mes sages conseils (cette haineuse hystérique combat pour son pré carré mais on ne l’entend ni sur la traite des femmes ni sur la pédocriminalité ; c’est le point commun irréductible de toutes ces féministes à la petite semaine). Gonflée d’idiotie et bouffie d’orgueil, dénuée de subtilité, de respect et d’humour, polyhandicapée du logos, sans aucun panache, voilà ce qui ose s’attaquer à moi ? je renvoie ce machin à mon message #861741 et sa suite, car ça c’est du sérieux, contrairement au blabla de la petite poupette hystérique sans talent.

      Un petit crachat dans l’oeil de cette misérabiliste, en passant : les femmes d’antan... c’est vrai que les seules catégories sont le présent et le passé. C’est une étude sérieuse de l’histoire, ça.
      Et c’est "voie", pas "voix", demeurée.

      La discussion est close, arrêtons-nous là, car à ce stade cet automate ne mériterait que des insultes, des malédictions et des coups.


    • Magnaveritas, Que dire tellement vous êtes ridicule. Que dire d’autres. Je vous laisse vous "lire" et vous écouter "parler". Si le site propose des intérêts de réflexions, certains partisans (dont vous) sont sectaires, haineux, et intolérants, et ce n’est pas comme cela que vous étendrez votre cause, bien au contraire.

      Si une personne n’est pas d’accord avec vous, elle est donc, sataniste, hystérique (ah que c’est facile hein :) ) , femen, et j’en passe. Mais comment qualifier une telle intolérance qu’est la votre, dites moi ? Pourquoi postez vous des commentaires si ce n’est pour vous lustrer le nombril ?

      Je remercie Kasiar qui, même si il n’est pas en adéquation avec mon point de vue, et c’est bien le but des forums, est apte et ouvert à la discussion, tout en étant respectueux.

      Les femmes, tout comme les hommes, ne reculeront pas sur leurs acquis, donc voyez comment vivre ensemble, et non pas pour écraser l’un ou l’autre.

      Magnaveritas, faites vous soigner. C’est tellement facile de se planquer derrière un écran. Sérieusement... bon courage !


    • Détendez vous, Je vous laisse en bon seigneur pensant reigner dans votre sphère, je ne remettrai plus les pattes en votre lieu plein de haine et misogynie.

      Bonne complaisance et remuez bien.


  • Partant de ce constat, j’aurais aimé que l’on fasse les mêmes analyses sur des LGBT et voir les résultats... On va se marrer !


  • Perspicaces les scientifiques de génie !


  • #861142
    le 17/06/2014 par Pierre Lagaillarde & son orchestre
    Les "vieux clichés sexistes" confirmés par une étude scientifique

    Moi ce que je remarque, c’est qu’il y a plus de neurones non connectés dans le cerveau de la femme...

    Je suppose que ceci fait de moi un antisémite.

     

    • ca fait même de vous un affreux négationiste , homophobe,xénophobe et néo-nazi !
      j oubliai reactionnaire.


    • Je ne dis pas ça parce que je suis une femme, etc..., blablabla, tout ça ne m’intéresse pas... Seulement, il me semble qu’il y un nombre équivalent de connections, elles ne sont juste pas au même endroit. Celles des femmes sont devant, concentrées entre les deux parties alors que celles des hommes sont plus longues, plus visibles, entre l’avant et l’arrière.

      Je trouve ça carrément fascinant XD ! Cette différence, je la perçois au quotidien avec mon homme ! Il me trouve trop calme, trop réfléchie, pas assez dans l’action et moi, c’est le contraire ! Je le trouve brouillon dans sa réflexion, pas assez réfléchi, tout le temps en train de papillonner d’une action à l’autre (parce qu’effectivement, un homme, ça sait pas faire deux choses à la fois XD) et c’est justement cette différence qui fait qu’on pallie aux défauts de l’autre quotidiennement :) !

      Prenez-le temps d’observer, d’écouter votre moitié et vous verrez ;) !


  • Les deux derniers schémas se suffisent à eux-mêmes niveau cliché sexiste (et c’est drôle d’ailleurs)


  • C’est pas la première étude faites sur le sujet. Mais vu qu’à notre époque, si c’est pas la science qui le dit, beaucoup on du mal à y croire. ça va peut être en aider certain à ce réveiller, quoi que.

    Dans mon cerveau malade, ça parait tellement claire. Et même pour les amoureux de l’évolution on peut l’expliquer très simplement, en remontant à l’age des cavernes. L’homme chasseur, la femme cueilleuse. Un en vadrouille pour chasser (appréciation des distances, mesure du danger, calcul de la force nécessaire et de l’effort à fournir, ect...), l’autre en communauté avec les enfants (surveillance, éducation du premier age, besoin de propreté car plus souvent présent sur les lieux ect...). Sur des millénaires, on comprend bien ce que ça peut apporter comme changement dans le cerveau.

    Une autre étude, expliquait également que les hémisphère du cerveau rapproché chez la femme, lui permettait d’avoir plus de répartie. On comprend facilement que c’est là une bonne défense face à une brute. Quand tu as pas la force de faire face, il faut bien avoir d’autre arme pour pas s’en prendre une.

    Que les choses sont bien faites, dommage que des cerveaux plus malade que le mien veulent absolument aller à l’encontre de ça.

     

    • Tu as tout compris, camarade, et tes exemples sont bien choisis.

      On peut ajouter que la femme a une meilleure perception des couleurs (pour repérer des fruits, mieux détecter si un membre de la tribu est malade, etc.) et l’homme une meilleure perception des mouvements (repérer des proies ou des prédateurs, se défendre contre des rivaux, etc.). La division des tâches en fonction du sexe (division fondamentale) permet l’optimisation de l’adaptation pour la survie de l’espèce.

      On peut raisonnablement supposer que ceux qui veulent absolument ce fait sont les moins adaptés qui jalousent les êtres adaptés. Autrement dit, ce sont des omegas qui jalousent des alphas.

      Toutes ces explications font partie de la théorie de l’évolution. Bizarrement, ceux qui ont fait de la propagande pour cette théorie (certainement juste au niveau de l’évolution des espèces mais probablement fausse concernant leurs origines) la nient maintenant ! C’est la preuve que certains utilisent n’importe quelle justification en fonction de leurs intérêts. Ils ont utilisé la science pour nier le fait religieux (alors que la science ne peut en réalité pas faire cela), maintenant ils utilisent leur nouvelle religion inversée pour nier la science. Ainsi, science et religion vont bien ensemble, car la bonne religion permet de maintenir la science juste.


    • J’avais lu également dans un site traitant de psychologie (domaine un peu pionnier en matière de neuroscience) que les femmes et les hommes avaient une approche différente dans le rangement des vêtements dans l’armoire. Peut être une des raisons pour laquelle les femmes font de meilleures ménagères que les hommes.

      Enfin en ce qui me concerne moi, je fais partie des mecs les plus bordéliques au sein de ma famille.


  • Retard à l’allumage alors parce que c’est une information connue de tous depuis belle lurette...Mais comme la recherche est "dirigée par la chercheuse de l’université de Pennsylvanie Ragini Verma" alors ça aura un peu plus de crédibilité sans doute ?...

    En tout cas, vu le temps qu’il aura fallu a une femme pour trouver cette information (qui n’arrive pas à y croire, ce qui en dit long sur la personnalité de cette personne) on peux dire que les "préjugés" (moins intelligente) sur les femmes ont de quoi tenir longtemps...


  • #861444

    Maintenant,j’attends qu’on ose publier en France une telle étude,mais sur les races cette fois...car aux USA ce n’est pas un tabou...


  • Partie 1

    @☦ Kein Mitleid Für Die Mehrheit ☦
    Eh bien... si !
    Il ne suffit pas de dire « non » pour réfuter une étude scientifique ! c’est pas un argument. De même, il ne suffit pas de critiquer pour que la critique soit pertinente. Ce genre de dégueuli me fait penser aux critiques envers la fameuse étude de Séralini. Sans même l’avoir lue, j’ai tout de suite vu que c’était une étude à tout le moins normale, voire bonne, et que les « critiques » n’étaient qu’une campagne diffamatoire ; je ne m’étais pas trompé. C’est ça, la force d’un professionnel, petit amateur !
    Evidemment, je ne me suis pas farci toute la diatribe d’odile fillod, pour les raisons qui suivent :
    Après avoir pris au hasard quelques points de son argumentation, je me suis vite rendu compte qu’elle était partisane, complètement à charge. Pas de chance pour vous les petites cocottes, vous vous aventurez sur ER sans savoir que je suis, ici comme ailleurs, un gardien de la vérité. Et cette vérité est la suivante :
    - 1. L’échantillonnage est valide, largement au-dessus de la quantité nécessaire pour appliquer des tests statistiques puissants. Sache, qu’on peut faire de la statistique à partir d’un échantillon de n = 5 en mode non-paramétrique, et n = 30 en paramétrique. Les critiques portant sur la différence de taille des échantillons est invalide car ce critère fantaisiste de l’équivalence des tailles n’est pas pertinent et jamais utilisé en science, les tests sont prévus pour résister à ce type de variabilités.
    - 2. Les critiques concernant les prétendus sous-groupes (appartenance ethnique) sont racialistes voire racistes. De toute façon, vu la grande taille des échantillons, une telle critique n’est pas recevable.
    - 3. En fait, toutes ces critiques sont fondées sur une interprétation malveillante des statistiques. La totalité des critiques concernant les prétendues anomalies possibles des cerveaux étudiés, la « variabilité indépendante du sexe », etc. tout ça est une négation du principe même de la statistique.
    - 4. Sur l’absence de preuve des différences fonctionnelles : cette étude est à mettre en relation avec les différences empiriques observées dans des études comme au quotidien. De plus, la relation entre forme et fonction est un principe fondamental de biologie venant de millions d’observations empiriques. Les différences de formes entre hommes et femmes correspondent forcément à des différences de fonctions. L’hypothèse par défaut n’a donc pas à être l’égalité des groupes homme-femme.


  • Partie 2
    Résumé de la partie 1 : négation des fondamentaux de stats et de biologie.
    Suite :
    - 5. La négation des effets des hormones est déjà réfutée avant même d’être formulée puisque les bovins free-martin sont un cas d’école de biologie portant sur l’influence des hormones sur l’expression génétique. Les bovins free-martin sont des femelles masculinisées et intersexuées, cela à cause d’une anomalie placentaire chez des faux jumeaux.
    - 6. La critique sur les observations post hoc n’est pas recevable à moins de remettre en question la totalité du paradigme épistémologique des sciences expérimentales et descriptives. L’interprétation vient après l’observation. C’est trivial !
    - 7. Quantitatif n’est pas qualitatif. Elle fait dans la logorrhée verbeuse afin que personne ne lise. Elle utilisera le même sophisme que toi : il faut fournir un effort intellectuel, sous-entendu : si vous ne le faites pas, vous êtes idiots, donc j’ai raison.
    - 8. Pseudo-analyse des raisons du succès grand public de cette étude : la réponse à une demande sociale. Traduction : les hommes ont besoin de repères car ils ont peur des femmes.
    - 9. Elle prétend que les abstracts sont des textes publicitaires, ce qui est faux ! les abstracts sont des courts résumés.
    - 10. Des tonnes d’études abondent dans le même sens (différence et complémentarité des sexes), dans de nombreux domaines différents. La fillod n’a pas fini d’écrire des diatribes.
    - 11. Puisque les personnages dans son genre et dans le tien aiment bien les arguments d’autorité, vous allez être servies :
    a. fillod n’est qu’une sociologue ayant bossé des années pour un groupe immobilier (valoris) et pour une banque (bnp paribas).
    b. c’est une militante, pas une savante. Citation : «  des réactionnaires de tout poil engagés dans la lutte contre la "théorie du genre" assurent la diffusion en France d’un documentaire norvégien ». Tiré de http://allodoxia.blog.lemonde.fr/
    c. comme iacub (« présupposés naturalistes »), elle parle de naturalisation du genre, niant de fait la réalité biologique. Depuis ici.
    d. cette faussaire a déjà été réfutée
    - 12. Conclusion : Elle fait partie de l’armée de sophistes levée par les idéologues de la confusion des genres.

     

    • Pour ceux qui s’y connaissent un peu, regardez le dernier commentaire (alinéa 1) du 21 mai sur son article concernant le même sujet : elle ne comprend même pas la loi de poisson en statistiques et elle a la prétention d’expliquer des écarts en ce domaine... à moins qu’elle ne sache pas parler français ? (http://allodoxia.blog.lemonde.fr/2014/02/22/connectome-stereotypes-genre/#more-1488)
      Il est d’ailleurs très significatif qu’elle essaie de se justifier par ses justifications. Sans parler de l’explication psychologisante pour contrer les arguments avancés par l’auteur. La manipulation de base d’une personne à la limite de la paranoïa aiguë, incapable de se remettre en question. Et après, ce genre de personne veut donner des leçons de méthodologie... quelle prétention !


    • Bien vu, Monsieur Rolland. Je ne m’étais pas farci tous les commentaires, car déjà lire en diagonale les inepties de cette militante m’avait pris vingt bonnes minutes.
      Cette conne ne sait même pas ce qu’est un seuil de risque. Et en plus, je ne pense pas que les différences de taille des échantillons influencent le seuil de risque puisque les tests sont fondés sur l’analyse de la répartition autour de la moyenne (il faudrait que je demande à un collègue pour être 100% sûr car ça fait longtemps que je n’effectue plus de test, mais je suis sûr à 99%). Du moment que n≥30, il n’y a aucun problème (en plus, là on est très largement au-dessus de 30, ce qui permet précisément d’avoir un échantillonnage pas complètement random) car la connaissance du paramètre (c’est-à-dire la connaissance du type de distribution des données) permet de gagner en puissance. Et même si ça influence ce seuil, il se passe exactement ce que dit le commentateur sur le site de la folle... et elle ose le traiter de troll ! un bon gros transfert psychologique, une inversion accusatoire, comme d’habitude chez les pervers cliniques.

      Comme toujours, ce genre d’idéologues paresseux sont des grosses quiches en statistiques. Il est facile de faire mentir les statistiques auprès du grand public, mais auprès de ceux qui connaissent, c’est plus difficile. C’est exactement comme pour les sophismes : ils peuvent apparaître logique aux yeux d’un débutant.
      Et comme par hasard, on n’apprend ni le discours logique ni les statistiques inférentielles à l’école. Faudrait surtout pas que la populace sache se défendre intellectuellement, ça pourrait définitivement discréditer l’oligarchie.


  • C’est pourquoi il faut travailler les cerveaux profondément pour compenser les aspects hormonaux et ce depuis le plus jeune âge grâce à la théorie du genre.

     

  • et contrairement aŭ mythes traditionnels (le mythe de la féminité, créé par ... les hommes bien sûr ! là les féministes ont raison, le mythe de la féminité a été créé par des hommes qui cristallisaient leurs besoins les plus profonds sur les objets de leur désir) et aŭ modèles sociaŭ, les hommes sont plus sensibles et plus sentimentaŭ que les femmes, sauf qu’ils ne savent pas le montrer (ce qui fait aussi qu’ils en souffrent davantage).

    Une autre chose aussi la créativité et le rêve sont plus développé chez les hommes (d’ailleurs les femmes s’en rendent compte qui ont l’habitude de reprocher aŭ hommes d’être de grands enfants), mais là ausi la répression sociale et ses tabous fait que souvent c’est refoulé ou canalisé dans des hobbies.

     

    • Et y a une étude pour "démontrer" vos élucubrations ou on doit aveuglément vous faire confiance et vous croire sur parole ?


    • Anonyme a parfaitement raison. Ce n’est pas pour rien que les poètes sont des hommes. Les autres artistes aussi. Les preuves se trouvent dans l’histoire. En plus, Soral a déjà fait de longs développements sur le sujet.


    • Magnaveritas

      Sauf que là où notre ami pèche, c’est quand il affirme que la féminité c’est l’homme qui l’a inventé. Complètement fantaisiste. Sachant que la femme est ce qu’elle est à cause de l’œstrogène et de la maternité. De plus les femmes exprimant leur féminité sont généralement plus chiantes que les autres, l’homme serait il masochiste ?

      Pour ma part la féminité est naturelle, ce sont juste les codes qui sont relatifs d’une société et d’une époque à une autre.
      Maintenant la féminité c’est être une demi-pouffe, là où jadis ce fut être une bonne épouse ou mère.

      Les rares cas de non féminité sont de l’exception : dysphorie de genre ou transexuallisme psychique pour celles qui ont encore un corps de femme. Et bien que les femmes ont tendance à copier l’homme d’autrefois, il y a plus de quelques décennies et vice versa, ce serait plutôt l’environnement actuel qui "infirmerait" que la féminité n’existe pas.

      En fait plus une femmes est douce, a une voix qui donne dans les aigues et est sensible, la sélection naturelle fait que l’homme cherchera à la conquérir. Qu’il le renie ou pas, au fond de lui l’homme un minimum viril est comme cela.

      De toute façon la façon dont notre "ami" a justifié sa loghorrée est exactement aussi simpliste que ce qu’il prétend dénoncer.
      La féminité c’est l’homme qui l’a inventé LOL celle là on me l’a jamais faite tiens !


    • La féminité a bel et bien été inventée par l’homme. Comme le dit Félix Niesche (de mémoire) : Dieu créa la femelle et l’homme créa la femme.


    • Mais non c’est Dieu Qui Créa Eve la première femme aws à partir d’une côte d’Adam aws. Magnaveritas, reprenez-vous, vos posts sont pourtant parmi les posts qui tirent vers le haut ... A moins que, oui sacré Magnaveritas, vous êtes en train de nous faire une plaisanterie ^^


    • Il s’agissait de faire une distinction entre femelle et femme. Dieu créa la femme, mais les plus hautes qualités féminines telles que la grâce existent pour plaire aux hommes. Il est rare qu’une femme possède ces qualités uniquement de nature.


  • Attention cependant, l’étude a été réalisée sur des individus âgés de 8 à 22 ans, autrement dit sur lesquels une importante socialisation a déjà été effectuée. S’il y a bien une différence entre les cerveaux féminins et masculins, cela ne veut en aucun cas dire que cette différence a une cause biologique, fruit de "l’évolution", comme le disent certains : il se pourrait tout à fait que la cause soit en partie sociologique, apprise lors de l’éducation.
    Les impacts de la socialisation sur le développement physique et neurologique des individus ont déjà été démontrés.
    Il importe donc de ne pas confondre la cause et l’effet des comportements différenciés entre hommes et femmes, et de ne pas surintérpréter à outrance cette étude...

     

    • C’est drôle ces individus qui cherchent à couper les cheveux en quatre parce que la science ne va pas dans le même sens que leur pseudo-philosophie de comptoir.
      Je veux bien l’étude ou les études qui permettent de démontrer que la socialisation a un rôle à jouer dans la différentiation. D’ailleurs comment le mesure t on ? Car il s’agit là d’observation. C’est vous qui cherchez à justifier tout et n’importe quoi, comme un naufragé qui cherche à s’accrocher à n’importe quoi de non solide pour ne pas couler.
      Je vais vraiment soupçonner que EetR attire de plus en plus des trolls subventionnés par l’Empire pour empêcher la science d’avancer à cause de votre idéologie dégénérescente.
      Ca marche plus votre délire les gens....


  • Au final la complémentarité entre les sexes, d’un point de vue cérébral, consiste à créer un réseau performant reliant au mieux les différentes zones du cerveau.
    Ces études devraient nous rendre tous humbles puisque seuls nous sommes incomplets. D’un autre côté attendre ce genre d’étude pour mesurer ses faiblesses est insensé, qui n’a pas dans sa vie expérimenté son incomplétude ?
    Perso oui, trop souvent à mon goût d’ailleurs.

     

    • Bien sur il faut savoir rester modeste, car une étude scientifique qu’Est-ce donc à côté de toute la création et ses explications ne serais-ce terrestre ?
      Je crois que même si c’est tentant envers le cheptel bien pensant il faut rester humble devant une telle étude et laisser donc les découvertes futures confirmer ou infirmer ces études.
      De toute façon comme je le disais dans un autre post sous un autre article, le cerveau est sans doute l’organe le plus complexe à cerner d’un point de vue scientifique. Quelque chose me dit qu’on est pas au bout de nos surprises...


  • La mépris violent affiché par quelques commentateurs comme Magna Veritas n’encourage pas les femmes à revenir sur E&R sauf à jouer les adoratrices des mâles dominants pour se faire bien voir. Ce que faisaient probablement les femmes des cavernes pour avoir leur part de la chasse. Ce qui m’intrigue, c’est que je n’ai jamais connu un homme qui ait dit à sa femme : "Tu peux rester à la maison, je vais travailler pour nous", (je connais même des hommes qui l’ont refusé à leurs femmes qui rêvaient de rester à la maison et d’allaiter longtemps les enfants) alors que des hommes sur ce site ont l’air partants à fond. On ne doit pas vivre dans la même dimension.

     

    • Lorsque vous parlez du mépris de MagnaVeritas, je suppose que vous parlez de son dernier post car le premier n’en contient même pas l’ombre.
      Ensuite, en me permettant orgueilleusement d’interpréter ses propos de façon plus diplomatique, je pense qu’il a voulu souligner le fait que l’homme, ou le masculin si vous préférez (plus facile à nuancer), ayant une puissance musculaire supérieure et ignorant les longs mois de grossesse et de maternité, se soit naturellement dirigé vers l’organisation "martiale" de la société (défense, chasse etc...) et a développé un sens de la prise de décision rapide. Face à un gros carnivore, vaut mieux pas tergiverser.
      Ainsi, servir n’est surement pas le bon terme, je dirais pour ma part qu’il s’est créé une sorte de double pouvoir : le pouvoir social, politique, militaire... bref, publique, dédié aux hommes ; et le pouvoir intime dédié aux femmes, c’est à dire dans le foyer et dans la relation individuelle (je suppose qu’en tant que femme, vous êtes bien entendu au courant que vous avez le dessus sur 99.99% des hommes dans une relation directe, celui-ci finissant toujours par plier, sauf évidemment si celui-ci cesse d’être civilisé, là ça part en coups et c’est pertes et fracas).
      Voila, en espérant ne pas avoir enfoncer le clous et au contraire apaiser un peu, amicalement.
      P.S. : On ne doit en effet pas vivre dans la même dimension car dans mon entourage il n’y a qu’une seule femme qui a voulu rester s’occuper de ses enfants (avec la pleine bénédiction de son mari), et par contre des dizaines d’autres qui n’attendait qu’une seule chose : les 3 ans du gamin pour le mettre, ou plutôt le bazarder, à l’école et enfin retourner travailler.


  • Afficher les commentaires suivants