Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les vrais chiffres du Goulag

De la désinformation occidentale aux statistiques historiques

À la suite de la chute de l’URSS, les archives de l’Union Soviétique ont été largement ouvertes. Donnant accès aux spécialistes du monde entiers aux différentes statistiques détaillées de l’Union Soviétique, et notamment celles du ministère de l’intérieur. Ces statistiques fournissent ainsi les chiffres du Goulag. Qui peuvent donc être comparés aux différentes estimations qui continuent de circuler en Occident, généralement issues des travaux de propagandiste – notamment ceux de Robert Conquest l’un des plus connus – que des publicistes (tels que S. Courtois) s’évertuent encore à diffuser et ce désormais près de 30 ans après la fin de l’Union Soviétique.

 

En réalité, s’agissant du Goulag, des victimes des répressions durant les années 1930 ou pendant la guerre, les chiffres les plus extravagant ont été lancés à l’Ouest, prime étant donné comme chacun peut s’en douter aux estimations les plus élevées, brandies comme des armes contre la première expérience socialiste réelle des pays de l’Est. Des chiffres reposant essentiellement sur des « on-dits », des témoignages d’opposants et d’émigrés généralement de fort partis pris. Des chiffres qui continuent de circuler et que l’on retrouve par exemple, à foison dans les pages de Wikipedia et qui viennent alimenter une vaste opération de propagande visant à faire croire que l’URSS était un État prison, inventant un système concentrationnaire pire que celui de l’Allemagne nazie. Oubliant d’ailleurs un peu vite que les colonies pénitentiaires ne sont pas une invention de l’URSS puisqu’elles existaient déjà sous le régime du Tsar, que la déportation dans des bagnes étaient pratiquées par la France ou le Royaume-Uni, ou encore que le taux d’emprisonnement aux États-Unis est aujourd’hui plus élevé qu’il n’a jamais été en URSS.

Pourtant, depuis le début des années 1990, une solide historiographie – anglo-saxone et russe, en France le verrou anticommuniste mis sur la recherche en histoire ayant conduit nombre d’« historiens » à faire profession de la reprise tels des perroquets des chiffres diffusés dans les années 60 par les Conquest et cie – existe sur le sujet reposant sur l’exploitation méthodique non pas de témoignages orientés et de projections fantaisistes, mais des archives de l’URSS, et en particulier de ses services de sécurité. On peut citer ici les travaux bien connus en occident de Getty, de Zemskov ou de Weathcroft publiés notamment par la très sérieuse American Historical Revue mais non traduit et non diffusé en France… C’est que la censure sur le sujet est totale et totalitaire en France. Au moment où pour le centenaire de la Révolution d’Octobre la criminalisation du communisme bat à nouveau son plein comme jamais durant la guerre froide, nous vous proposons d’examiner sérieusement les chiffres d’une réalité qui n’a besoin d’être ni gonflée, ni minorée.

 

L’ouverture des archives aurait du mettre fin à la propagande autour des 20 millions de morts de Staline et des 100 millions de morts du communisme

L’analyse des archives a démontré par les faits les mensonges de la propagande antisoviétique et permet d’évaluer plus sérieusement le nombre de personnes qui ont été condamnées à de la prison, à des peines de travaux forcés en colonies pénitentiaires ainsi que de dénombrer précisément et façon incontestable les nombres d’exécutions.

Dans son article « les victimes du stalinisme et de la police secrète soviétique : la comparabilité et la fiabilité des données d’archives – ce n’est pas le dernier mot » paru en 1999 dans la prestigieuse revue Europe Asia studies, l’historien spécialiste de l’URSS Stephen G. Wheatcroft décrit les enjeux pour les historiens, des enjeux qui n’ont guère changé à ce jour plus de 20 ans après l’ouverture des archives :

« Allons-nous progresser dans notre niveau de compréhension ? Allons-nous répondre de façon positive aux nouvelles circonstances créées par l’ouverture d’une très grande masse d’archives désormais disponibles ? Allons-nous essayer d’évaluer de manière critique la fiabilité de ces données ? Allons-nous essayer d’établir des indicateurs crédibles descriptifs du cas soviétique que nous pourrons comparer à d’autres sociétés ? »

Ces questions se posent avec force et Wheatcroft de souligner à propos de la machine de propagande visant à donner une apparence de sérieux au slogan des « 100 millions de morts du communisme » qu’elle est désormais totalement démentie par l’analyse des sources historiques. Parlant du principal artisan des chiffres repris notamment par Le Livre noir du communisme – l’historien officiel américain R. Conquest –, Wheatcrof explique que ce dernier refuse de prendre en compte les éléments apportés par l’ouverture des archives :

« Il est très résistant à changer la moindre de ces vues précédentes, en dépit de l’évidence que ces précédentes estimations sont largement surestimées, et ses petites “réévaluations”, demeurent de très loin trop élevées. Il refuse de discuter sérieusement de la fiabilité des données, avec lesquelles il n’est d’ailleurs pas familiarisé, et qu’il espère balayer d’un revers de main.
Rappelons qu’avant même l’ouverture des archives de l’URSS, Wheatcroft avait démontré par ses études la sur-évaluation massive de nombre de détenus au Goulag par Conquest, ce dernier prétendant qu’il y avait neuf millions de prisonniers au Goulag dans les années 1930, là où Wheatcroft montrait qu’il était impossible qu’il y en ai eu plus de 4 ou 5 millions. »

 

Nous nous sommes penchés sur les chiffres à travers notamment cet article de référence de Wheathroft dont nous vous proposons une synthèse et quelques extraits traduits.

 

Nombre de prisonniers aux Goulag, la polémique sur les chiffres dans l’après-guerre et jusqu’à la chute de l’URSS

La dispute autour de l’ampleur de la population du Goulag n’est pas nouvelle et il est significatif de souligner que les chiffres qui servent de référence dans les médias occidentaux et auprès des historiens officiels du système capitaliste n’ont pas bougé depuis les estimations faites dans les années 1950 par Dallin et Nicolaevsky, reprises ensuite par Conquest Furet ou Courtois ; ces derniers estimaient à 10 millions le nombre de personnes dans les camps de travail en 1940. Ces estimations reposaient alors quasi exclusivement sur les témoignages d’opposants à l’URSS dans un contexte de guerre froide totale succédant à la guerre contre-révolutionnaire menée par la coalition des pays capitalistes contre l’URSS naissante.

Cependant l’analyse des données démographiques et des différentes données factuelles de l’URSS d’alors permettait déjà aux soviétologues (historiens, démographes, sociologues) américains de contester ces chiffres exagérés. Sur la base des listes électorales, Timasheff en 1948 montre ainsi que la population en camps de travail ne devait pas dépasser les 2 millions. L’analyse du Plan de 1941 par Jasny conduisait ce dernier à estimer qu’elle ne pouvait pas dépasser 3,5 millions au maximum.

Pourtant la polémique a été relancée avec la publication du rapport Kroutchev en 1956, et Conquest ignorant les travaux modernes en 1965 publiait lui un chiffre d’un minimum de huit millions de prisonniers au début de l’année 1939, de sept millions d’arrestations entre janvier 1937 et décembre 1938 et d’un million d’exécutions et de trois millions de morts dans les camps sur cette même période. Des chiffres évidemment repris en cœur par la machine de propagande anticommuniste pour construire le slogan des « totalitarismes » et ancrer dans les esprits que le communisme et l’URSS c’était pire que le fascisme et Hitler. La course à la surenchère pour aboutir à justifier le slogan politique des « 100 millions de morts » du communisme était lancée, Soljenitsyne dans les années 1970 faisant monter les chiffres à 12 millions de prisonniers au goulag en 1941, tandis que l’historienne française A. Applebaum affirme carrément qu’il y avait 18 millions de prisonniers au Goulag !

Mais en 1989, l’historien soviétique Zemskov dans le silence général du milieu universitaire français et des médias, alors que les archives de l’URSS commencent à être ouvertes, publie un premier ensemble de données sur l’ordre de grandeur des camps de travail, des colonies pénitentiaires et des déplacés spécifiques, des données qui chiffrent à 0,5 millions la population en camps de travail en janvier 1934, 1,5 million en janvier 1941 et 0,9 million au premier janvier 1953. Conquest dans sa « réévalutaion de 1990 » refuse de prendre en compte ces nouvelles données historiques, préférant nier les archives plutôt que de mettre en cause les chiffres qui sont la base de toute la campagne de propagande anticommuniste qui dure alors depuis 80 ans contre l’URSS.

En 1990 après avoir eu accès aux registres du Goulag, Wheatcroft évalue à un maximum de 2,53 millions de prisonniers dans les camps, colonies et prisons, 2,75 millions de déplacés spéciaux et exilé ou bannis. Il faut ici préciser que ces chiffres concernent l’ensemble des détenus, y compris les détenus de droit commun, et que l’on peut sans difficulté comparer ces chiffres à ceux de la population carcérale aux États-Unis, qui sont d’une ampleur encore plus élevée. Wheatcroft réévalue aussi précisément le taux de mortalité dans les camps à une moyenne de 7% sur la période 1934-47 – qu’il faut là aussi comparer à la mortalité importante dans la population générale due à la période de guerre (27 millions de morts pour une population de 191 millions d’habitants durant la Seconde Guerre mondiale, soit 14% de la population).

Lire l’article entier sur nrt24.ru

 

Staline était-il une bête féroce ?

 

 

Propagande antirusse d’hier et d’aujourd’hui,
sur Kontre Kulture

 

Le Goulag des deux côtés du rideau de fer, sur E&R :

 






Alerter

80 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1841581
    Le 17 novembre à 12:17 par pas-stal
    Les vrais chiffres du Goulag

    Dans l’après-UE, après bien des souffrances, une grande pauvreté et une réduction drastique de la population (populace ?), bien des églises en ruines ou démolies, des gens auront peut-être chez eux une photo de Mitterrand, allez savoir. Le communisme est une religion, il y aura des survivances. On se rappellera qu’on se payait des tas de choses à crédit, que les coffres béants, ouverts à tous de la nation assuraient le luxe au pékin, en plus du nécessaire. Ni Hollande ni Sarkö ni Macron n’auront cet honneur toutefois.
    Dans les camps sibériens les pires (peut-être la norme après tout), si on en croit plusieurs rescapés lettré, l’espérance de vie était en moyenne de quatre à cinq ans environ, pour un homme valide, un Russe bien adapté aux frimas. On mourait de maladies diverses induites par la faim chronique, le froid. Les places des anéantis étaient renouvelées aussitôt, ça a dû faire du monde à la longue. Les trop-malades incapables de bouger étaient admis à l’infirmerie pour quelques jours, et hop, retour au turbin.
    Oui le système pervers avait besoin d’esclaves productifs. Ils produisaient tant qu’ils le pouvaient, et au suivant ! Pour zéro salaire, encore plus fort que le "libéralisme".
    La méchanceté fonctionne sans raison valable, souvent, pour l’amour de la méchanceté. Il est tellement plus intelligent de compter sur la capacité d’entreprendre et de produire de l’homme LIBRE.

     

    Répondre à ce message

  • #1841611
    Le 17 novembre à 12:55 par anonyme
    Les vrais chiffres du Goulag

    En vrounze c’est mieux on a le goulag mou, tout ce qui n’est pas interdit est obligatoire et dans les deux cas la facture est toujours pour le ’’prisonnier’’. On passe de l’usine au supermarché en bifurquant et par le flic et par le fisc. Au bout du bout, tous ’’frais’’ payés, on est n’est plus qu’à 3 jours sur 10 de l’esclavage pur et simple (tu ne vois pas 10 €us sans qu’on t’en tire 7...) Le Goulag c’était gratos et ça durait rarement 170 trimestres...merci qui ?

     

    Répondre à ce message

  • #1841721
    Le 17 novembre à 15:38 par Twinckel
    Les vrais chiffres du Goulag

    Vous me permettrez j’espère d’exprimer ma respectueuse mais vive indignation devant cet article qui tente de banaliser et de minimiser les pratiques du système politique le plus meurtier qu’ait connu l’humanité.

    Vous accusez Courtois de partialité en occultant le fait que Le Livre Noir du Communisme a été rédigé par un collectif d’historiens dont faisait partie Courtois, et dont certains venaient d’Europe de l’Est et avaient donc pu expérimenter les joies du communisme, système qui semble faire rêver beaucoup de monde à ER. L’ouvrage regorge de références, citations, et extrait d’archives et je vous invite donc à le lire. C’est une référence en la matière.

    Courtois est donc "partial" mais l’historien soviétique que vous citez ne le serait pas ? Soyons sérieux. Les études qu’il a mené ont été conduites au moment de la perestoika, qui est une tentative du communisme soviétique de se rendre acceptable aux yeux de l’Occident (tentative réussie si j’en juge par la teneur des commentaires qui tendent à réhabiliter ce système monstrueux)

    Les témoignages de personnes ayant eu le bonheur de quitter le Goulag vivantes abondent sur les monstruosités qui s’y pratiquaient : tabassage gratuit, viol des femmes par les gardiens, enfants laissés à mourir de faim car improductifs au travail, nouriture insuffisante. Ces gens sont ils des agents de la CIA ? Soljenistyne ferait il partie du coup ? Relisez ses livres si vous ne voulez pas entendre parler de Courtois, ce qu’il écrit sur le Goulag soulève le coeur.

    On estime à 2 millions les personnes mortes dans les camps soviétiques. Vous me permettrez de ne pas m’enthousiasmer sur un bilan aussi sanglant pour le "socialisme réel", contrairement à de nombreux autres commentaires. Il apparait que, sur ce site, tout est bon pour minimiser les crimes du communisme et accabler les méchants Etats-Unis. On en vient à se demander si Alain Soral a un jour quitté le PCF.

    Mon commentaire n’a pas pour but de créer une polémique stérile mais simplement d’exprimer mon agacement devant le tropisme pro-communiste de ER. Tout est bon pour descendre les Américains mais dès qu’on parle de communisme, tout de suite "c’est plus complexe que ca", "il faut prendre en compte les circonstances", "les historiens anti-communistes font de la propagande".
    Agacant et scandaleux, eu égard aux 2 millions de victimes mortes de froid, de faim, massacrées et torturées abominablement dans les camps soviétiques. Réécoutez ce qu’en disait Jean Marie Le Pen !

     

    Répondre à ce message

    • #1841943
      Le 17 novembre à 21:31 par L’Incorruptible
      Les vrais chiffres du Goulag

      @ Twinckel :

      Vous parlez de "tropisme pro-communiste" d’E&R alors qu’il faudrait plutôt parler d’un tropisme pro-russe ; la nuance est importante.

      Vous dites que "tout est bon pour descendre les Américains" alors qu’une journée ne suffirait pas à recenser les articles pro-Trump parus sur E&R, par exemple ; d’ailleurs, les "Américains" n’’existent pas : en revanche, il existe des citoyens des États-Unis d’Amérique.

      Enfin, votre agacement obscurcit votre jugement au point d’oublier 2 éléments essentiels :

      - que l’article n’est pas le travail de la rédaction d’E&R

      - qu’il a été diffusé "brut", sans introduction qui, selon sa teneur, aurait justement pu être jugée partisane, laissant ainsi le soin au lecteur de se faire une opinion par lui-même du travail d’un site tiers.

      Conclusion : là où vous avez écrit "vous", remplacez "vous" par "ils" ou "le site NRT24" (site dont le tropisme pro-staline et pro-communiste n’est pas certain d’ailleurs...).
      Ce serait une première étape vers l’honnêteté.
      Je "vous" le permets.

       
    • #1841957
      Le 17 novembre à 21:47 par Charlotte aux Fraises
      Les vrais chiffres du Goulag

      Merci, je commençais à désespérer...20 ans dans un village PCF ça m’a déjà suffit.

       
    • #1842008
      Le 17 novembre à 23:50 par Twinckel
      Les vrais chiffres du Goulag

      L’incorruptible, non non je maintiens ce que j’ai dit sur le tropisme communiste de ER. Je vais être forcé de m’éloigner un tantinet du sujet pour démontrer ce point. Le site ne cesse de nous expliquer que, comparativement aux guerres americaines, les regrettables excès du communisme sont bien peu de choses... En dépit du fait que le gouvernement des États-Unis n’ait jamais organisé de famine planifiée contre sa population, ne l’ait pas enfermé dans des camps ou des millions sont morts et n’ait pas fait régner la terreur de masse comme moyen de gouvernement. On en arrive ici à vanter les mérites de ce tueur communiste qu’était Che Guevara, malgré tout les témoignages sur sa brutalité et son absence totale de pitié. Même chose pour Fidel Castro je précise, alors que 20% de la population a quitté l’île depuis la révolution pour aller vers "l’enfer capitaliste américain". Le reste a du mal il faut les comprendre, difficile de quitter une île quand les autorités coulent vos bateaux malgré la présence de femmes et d’enfants (massacre du remorqueur 13 de Marzo par exemple). Mais Fidel Castro est présenté comme un héros...

      On ne cesse sur ER de nous vanter le rôle merveilleux de l’URSS dans la libération de l’Europe, en occultant soigneusement le fait que le régime soviétique a fourni pétrole, armes, et vivres à l’Allemagne nazie pour nous écraser en 1940. Et nous serions supposés être reconnaissants...

      Et sinon, vous jouez sur les mots, oui les Américains sont les Etats-Uniens, effectivement. Quant à cet article, si il est relayé par ER sans un préambule comme on en voit souvent sur d’autres articles, c’est qu’il correspond aux vues de la rédaction.

      Pour le reste, pour ce qui est de Trump, ER cultive l’ambiguïté, relayant à la fois des articles qui lui sont favorables et hostiles.

      Bien à vous

       
    • #1842206
      Le 18 novembre à 13:12 par Paysan Breton
      Les vrais chiffres du Goulag

      @ twinckel

      Bien d’accord. Il faut faire attention à ne pas prendre systématiquement le contre-pies de l’idéologie officielle si on ne veut pas nous aussi nous prendre le retour de balancier.

      Mieux vaudra toujours la liberté avec des vestiges d’égalité, que l’égalité sans la liberté...

      Et je mets au défi quiconque ici de relater une expérience menée au nom du communisme qui ait réussi sans sacrifier une partie de sa population. A titre de comparaison, même le régime nazi n’a pas eu besoin de faire crever ou souffrir autant de personnes pour s’imposer dans la population...

       
    • #1842215
      Le 18 novembre à 13:22 par Eric
      Les vrais chiffres du Goulag

      « Pour le reste, pour ce qui est de Trump, ER cultive l’ambiguïté, relayant à la fois des articles qui lui sont favorables et hostiles. »
      Formulation parfaitement symptomatique d’une manière de raisonner binaire et manichéenne. Relayer des articles avec des approches différentes pour essayer de se faire une opinion balancée et la moins simpliste possible, bref se frotter à la complexité = Cultiver l’ambiguïté !!! Des fois, faudrait mieux se dire que l’on n’est pas forcément à sa place et se diriger vers les sources à charge ou à décharge en fonctions des inclinations personnelles.

       
  • #1841741
    Le 17 novembre à 16:03 par Abenader
    Les vrais chiffres du Goulag

    Mmmmmmaiiiiiiiis ouais ! Staline le serviteur du peuple. Ben voyons, mon couillon ! Et puis quoi encore ?! Staline le doux. Staline le gentillet. Staline, le grand timide.

    Staline le super héros qui a lutté contre Hitler, le plus grand salopard de l’espace-temps. Et prétendument les chiffres sont gonflés parce que ce sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire, elle est copieuse celle-là. Y a qu’à voir, appliquons ce principe : vous prenez un beau T-shirt avec un marteau et une faucille, et vous vous baladez en ville. Ensuite, vous prenez une beau T-shirt avec une croix gammée, et vous continuez votre balade, en sifflotant. Dans le premier cas, on vous offre des chouquettes, dans le second, vous faites pas trois pas qu’on vous a écorché vif.

    Staline, le goulag sans l’aimer. Trois morts (dont deux par glissade), une gastro, quelques lèvres gercées. Je pose quatre, je retiens douze, allez, cent millions de russes éternellement reconnaissants. A un ou deux koulaks près.

     

    Répondre à ce message

  • #1841939
    Le 17 novembre à 21:28 par Paul82
    Les vrais chiffres du Goulag

    Merci (une fois de plus) à E&R pour cette trouvaille.

    C’est quand même étonnant dans les commentaires : on a droit à ce que j’appelle des Chuck Norris. Sérieusement avez-vous LU cet article ? Personne n’encense l’URSS et son système de Goulag ! Dois -je vous rappeler que nous sommes sous domination américaine ? Oh pas une occupation militaire, non, une autre, plus subtile, bien pire. Alors oui, je comprends la tentation de certains d’avoir de la sympathie pour Staline, l’URSS etc, même si je ne l’approuve pas.

    Ah au fait, la guerre froide, c’est fini depuis 1991....

     

    Répondre à ce message

    • #1842003
      Le 17 novembre à 23:39 par Twinckel
      Les vrais chiffres du Goulag

      Ah oui parce que cette occupation américaine (que je ne nie pas) envoie des millions de personnes en camps de travail en Europe, organise des famines planifiées contre la population, fait régner la terreur, torture ses opposants, déporte des populations et extermine des catégories de la société peut-être ? Eh bien non, figurez vous. Vous et moi pouvons encore parler sans nous retrouver demain avec une balle dans la tête.

      Je préfère l’occupation américaine à une dictature communiste brutale. Mais il faut croire que ce n’est pas le cas de tout le monde

       
    • #1842140
      Le 18 novembre à 11:37 par xyz
      Les vrais chiffres du Goulag

      "Vous et moi pouvons encore parler sans nous retrouver demain avec une balle dans la tête."
      Mais Coluche, Jean-Edern Hallier, d’autres encore, n’ont eu droit à cet envoi prématuré en paradis que parce qu’ils étaient connus, et populaires.
      L’anonymat protège, pas pour longtemps disent certains.
      Et bien d’accord avec vous, sauf que nous ne sommes pas tellement colonisés par des Etatsuniens, en fait.

       
    • #1842430
      Le 18 novembre à 18:49 par Eric
      Les vrais chiffres du Goulag

      En effet @Paul82. Je crois tout simplement que c’est un point Godwin comme un autre. On pourrait « s’amuser » à dire que si de manière tendancielle Hitler et le nazisme sont un point Godwin pour une certaine « gauche », Staline et le communisme le sont pour une certaine « droite » :-) Personnellement je me préoccupe plus de l’ici et du maintenant tant il me semble y avoir bien assez à faire.

       
  • #1841996
    Le 17 novembre à 23:22 par sahb
    Les vrais chiffres du Goulag

    UNE AUTHENTIQUE PATHOLOGIE MENTALE : L’ANTICOMMUNISME.
    […]
    Dans les capitales étrangères y compris la nôtre, le discrédit systématique, la stigmatisation, le mensonge accompagnaient cette construction magnifique.
    Le pire, c’est qu’ils continuent encore aujourd’hui. Il ne se passe pas un jour sans qu’une émission dite d’information dans les médias ne comprenne un mot, une phrase, une allusion anticommuniste.
    Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Tandis que le PCUS sous la direction de Staline construisait le premier État libéré de l’exploitation de l’Homme par l’Homme, les organes de propagande se déchaînaient un peu partout. L’homme au couteau entre les dents représentant le bolchevik fit son entrée dans la mémoire collective dès 1919 à l’occasion des élections en France. A partir de là tout fut bon pour dénigrer l’URSS et ses dirigeants.
    Et la propagande anticommuniste fut tellement systématique et efficace que nombre de personnes sont actuellement atteintes de ce qui m’apparaît comme une authentique pathologie mentale : l’anticommunisme.
    Un voyage à Moscou. Docteur Claude-Émile Tourné
    http://el-sirachaire.over-blog.com/...

     

    Répondre à ce message

    • #1842193
      Le 18 novembre à 12:59 par Paysan Breton
      Les vrais chiffres du Goulag

      Eh ramenez-vous les gars, on en tient un ! Un spécimen de 1936, il marche encore, j’crois qu’il a pas beaucoup servi...

       
  • #1841997
    Le 17 novembre à 23:25 par sahb
    Les vrais chiffres du Goulag

    4e de couverture du livre de Ludo Martens : « Un autre regard sur Staline » (en pdf sur Internet)
    « J’ai été un antistalinien convaincu dès l’âge de 17 ans. L’idée d’un attentat contre Staline envahit mes pensées et mes sentiments. Nous étudiâmes les possibilités techniques d’un attentat. Nous passâmes à la préparation pratique. Lorsque Staline était encore en vie, je voyais ça autrement, mais maintenant que je peux survoler ce siècle, je dis : Staline a été la plus grande personnalité de notre siècle, le plus grand génie politique. Adopter une attitude scientifique à l’égard de quelqu’un est autre chose que manifester son attitude personnelle. » – Alexandre Zinoviev, 1993.

     

    Répondre à ce message

  • #1842026
    Le 18 novembre à 01:08 par ed
    Les vrais chiffres du Goulag

    Et les vrais chiffres des victimes de la routes, de la qualité de l’air, du tabac, de l’alcool, de la mal-bouffe, de la pauvreté et des suicides cumulés dans la zone euro annuellement, 300 000, 500 000, 1 million ? Plus celles causées dans le monde, toujours annuellement, par les sociétés et les lois européennes des états qui les financent... 2 millions , 5 millions, 10 millions ?

    Plus toutes les guerres "saintes et civilisatrices" que l’ont doit aux mêmes ordures, chaque année depuis ... + ou - 2000 ans.

    C’est vrai qu’à ce niveau-là, vivement le jugement dernier, qu’on en finisse et que justice soit faite.

     

    Répondre à ce message

    • #1842141
      Le 18 novembre à 11:39 par xyz
      Les vrais chiffres du Goulag

      Et tous les enfants européens qui ne naîtront jamais, tant les Européens ont perdu le goût de la vie, la leur, celle de leur fruit.

       
    • #1842285
      Le 18 novembre à 14:34 par ed
      Les vrais chiffres du Goulag

      Oui, je suis totalement d’accords... mais si les villes et le "progrès" sont ce qu’ils sont, c’est le fruit de votre si cher labeur de génération en génération, non ?

      Si toute l’Afrique veut être européenne c’est à cause de la propagande et des guerres françaises (principalement), non ?

      Alors, soit vous assumez définitivement, le progressisme, l’impérialisme et le racisme (systémique), soit vous vivez à poil dans la forêt, sans capitalisme, sans scientisme, sans matérialisme, sans suprématisme.. non ?

       
  • #1842062
    Le 18 novembre à 05:38 par Marcopolo Lacoste
    Les vrais chiffres du Goulag

    Bonjour,

    Vos "vrais" chiffres n’ont pas l’air vrais.

    "0,9 million au premier janvier 1953. ".

    https://youtu.be/rP3Q4O04Mjw?t=7m40s

    Au 27 mars 1953 ils étaient 2 726 402

    Selon les archives pas selon une estimation reprise par Courtois comme vous dites.

    Vu que Beria en a libéré plus d’un million d’un coup 0,9 n’est pas possible.

    Au passage, Beria méritait d’être mieux connu, ce qu’il a fait quand il dirigeait de fait est très étonnant

     

    Répondre à ce message

  • #1842927
    Le 19 novembre à 16:45 par Capitaine
    Les vrais chiffres du Goulag

    Cet article me laisse sceptique... d’autant plus que sa conclusion et la mention des fameux "six millions" incite à la méfiance, voire même à la défiance. Je veux bien admettre que les chiffres aient besoin d’être revus à la lumière d’archives certainement très complètes, mais néanmoins pléthoriques (ce qui demande des décennies de travail), mais il ne faut plus employer ces accents de la propagande anti-capitaliste : c’est le travail du révisionnisme historique que de débarrasser les livres d’histoire de la gangue des propagandes successives et diverses.
    Rappelons que le "mythe" des 100 millions de morts du communisme inclue les montagnes de morts liés à l’érection du paradis communiste chinois...

    Que le capitalisme judéo-protestant soit une immonde saloperie est une chose incontestable. On ne me fera jamais dire pour autant qu’il n’en allait pas de même du paradis communiste.
    Je me permets d’inciter les sympathisants d’E&R à se défier de toutes les idéologies, matrices de la stupidité et des pires génocides. Celles qui se déchainent de nos jours sur l’Occident sont lourdes de potentialités de ce point de vue, réchauffisme anthropique comprise !
    Puisqu’on évoque les données démographiques, disons encore que ce sont elles qui ont permis d’estimer de l’extérieur les bienfaits du communisme soviétique du début des années 20 à l’aube des années 40. Certes, on peut mourir de bien des choses, de malnutrition, de maladie, d’accident, et ce d’autant plus qu’on vit dans un pays pauvre... mais pas isolé du monde extérieur puisque durant la même période les méchants capitalistes finançaient constructions d’usines et nouvelles industries, faits avérés... En particulier la création d’une industrie chimique à capitaux allemands...

    Enfin, cet article affirme que la presse occidentale était anti-soviétique ! C’est à hurler "au fou" ! Cette presse, en particulier en France, était majoritairement soviétophile, et ceci a duré jusqu’au début des années 80 et le retournement de tendance "néo-conservateur"...

    Je prends donc note de ces éléments chiffrés nouveaux, mais j’attends un travail dépassionné sur ce sujet complexe pour modifier durablement mes connaissances actuelles.

    Merci de les avoir portés à notre connaissance.

     

    Répondre à ce message

    • #1843546
      Le 20 novembre à 12:28 par ed
      Les vrais chiffres du Goulag

      L’Europe, France en tête, a intégralement créé la Russie et les USA , c’est historique, démographique, technologique et idéologique, c’est factuel et incontestable.

      Voilà pourquoi elle est l’actionnaire majoritaire de la mondialisation et de ses crimes de lèse-majesté..

      Son or, son heure...

       
Afficher les commentaires précédents