Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Lucien Cerise : "Nous allons entrer dans le royaume de la déglingue définitive et de l’effondrement systémique"

Note de la rédaction

Un entretien paru dans le numéro 3456 de Rivarol du 27 janvier 2021.

Le projet du Great Reset, vous connaissez ? Non ? Alors lisez Lucien Cerise ! Spécialiste de l’ingénierie sociale et de la fabrique de l’opinion, il nous explique ce que cache la grande réinitialisation de nos cerveaux par le système.

 

Rivarol : Qui sont les auteurs et les promoteurs du projet « Great Reset » ? 

Lucien Cerise : En 2014, Christine Lagarde, alors directrice du FMI, avait déjà parlé de la nécessité d’opérer un « Great Reset » économique, une grande remise à zéro, une grande table rase de l’économie mondiale.

En 2020, le fondateur du forum de Davos, Klaus Schwab, reprend ce concept de Grande réinitialisation et lui consacre un livre où il élargit les champs d’application de ce Grand recommencement à tous les domaines de l’existence, au prétexte de l’épidémie de coronavirus, qui doit transformer le monde de manière irréversible et dont doivent émerger une nouvelle normalité, une nouvelle réalité, un nouveau monde, selon les éléments de langage en vigueur.

Ce projet révolutionnaire de couper l’histoire en deux circule donc depuis plusieurs années dans les milieux du capitalisme industriel et financier.

Philosophiquement, le thème de la tabula rasa n’est pas neuf et apparaît déjà dans l’eschatologie monothéiste et sa temporalité linéaire, ascendante, cumulative, avec un avant et un après, qui projette d’en finir avec le Mal et une condition humaine douloureuse pour nous acheminer vers le Bien et un avenir salvateur. D’autres cultures ont une conception cyclique du temps et n’envisagent pas d’en finir avec le Mal, ou ce qui est perçu comme tel, ce que Friedrich Nietzsche reprendra à son compte avec le concept d’Éternel retour, du Bien comme du Mal. À l’opposé, le Great Reset appartient à cette tradition utopiste qui rêve d’organiser le monde de manière parfaitement rationnelle, unifiée et centralisée, et d’en finir une bonne fois pour toutes avec le Mal, identifié à la multitude humaine et à l’existence biologique, lesquels induiraient une forme d’irrationalité, c’est-à-dire d’imprévisibilité et d’incertitude.

Dans plusieurs publications et entretiens, Klaus Schwab nous annonce une quatrième révolution industrielle qui va fusionner le biologique et le numérique. Cette dictature technologique et technophile est en gestation depuis des décennies. Les réseaux d’agents dormants ont été pré-positionnés aux postes clés du pouvoir pendant des années, puis activés tous ensemble en 2020. Ce projet a connu divers noms – positivisme, scientisme, progressisme, mondialisme, transhumanisme – le Great Reset n’est que le dernier en date pour qualifier cette tyrannie électronique universelle qui se met en place un peu partout sur la planète, car personne n’y échappe. La techno-science surdétermine absolument tout, en particulier les rapports de force internationaux. Les pays qui ne jouent pas le jeu de la rivalité techno-scientifique mondiale s’auto-désarment et se soumettent d’eux-mêmes aux adversaires et concurrents économiques et militaires.

De fait, c’est toujours le complexe militaro-industriel qui fait avancer la recherche scientifique, dont le seul et unique principe tient en peu de mots : tout ce qui est faisable sera fait.

Cette hubris prométhéenne de la techno-science ne connaît aucune limite, c’est une fuite en avant permanente induisant une compétition acharnée de tous les acteurs géopolitiques, quel qu’en soit le coût humain. À intervalle régulier, l’instinct de conservation de l’espèce refait surface et l’on assiste à des initiatives pour encadrer éthiquement la recherche. Mais pour l’instant, il n’y a que dans l’univers fictif de Dune, l’œuvre romanesque de Frank Herbert, que l’intelligence artificielle est interdite définitivement – épisode du Jihad butlérien – en raison de la menace qu’elle fait peser sur l’humanité.

 

Quel modèle de société doit naître du monde post-covid ?

Un modèle de société post-humaine. La grippe covid-19 est un simple prétexte pour en finir avec l’espèce. Comme son nom l’indique, la Grande réinitialisation consiste à appliquer aux sociétés humaines le même traitement qu’à un ordinateur que l’on redémarre. Le but de la manœuvre est de procéder à un transfert de pouvoir total et définitif.

De quoi vers quoi ? Des structures politiques de toutes sortes, nationales, internationales, supranationales, vers un système de gestion informatique et technocratique planétaire. Le caractère étatique ou privé est secondaire. Le but est d’en finir avec la politique en général, c’est-à-dire avec la discussion, la polémique, la critique, l’interrogation, c’est-à-dire la régulation des interactions humaines par le langage, pour placer nos existences directement sous pilotage de l’intelligence artificielle, sans qu’il n’y ait plus de discussion possible. Les sujets humains, qui se caractérisent par le goût de la palabre, vont être insérés dans un vaste système de gestion automatisée d’objets connectés.

Ce modèle de société est directement issu de la pensée cybernétique, qui ne distingue pas les sujets et les objets. La cybernétique a été inventée par le mathématicien Norbert Wiener pendant la Deuxième Guerre mondiale comme une méthode de calcul balistique. Sa particularité est de ne pas vraiment différencier les êtres vivants et les non-vivants, tous traités comme des systèmes d’information en interaction.

Les conférences Macy qui réunirent divers scientifiques et intellectuels aux États-Unis entre 1942 et 1953 posèrent les bases d’une cybernétique sociale avec des applications en politique dans la gestion des citoyens comme s’il s’agissait de simples automates, remplaçables par des machines.

Le projet soutenu sérieusement par certains avocats d’accorder une personnalité juridique aux robots va dans le même sens de lissage des différences ontologiques vivant/non-vivant.

La fusion biologique/numérique se fera au détriment du biologique et au bénéfice du numérique, induisant un phénomène de chosification du vivant. Le problème majeur à solutionner pour l’utopie cybernétique est le règne animal, distinct du minéral et du végétal – la « viande » comme on dit dans l’univers cyberpunk de William Gibson. Il faut en finir avec les êtres de viande car ils sont indisciplinés et impossibles à insérer directement en tant que tels dans le cyberespace.

Dans le monde post-covid, il faut donc supprimer la viande, ce qui explique aussi cet engouement étrange que le sommet du capitalisme entretient pour le végétarisme. En 2016, le forum de Davos nous annonçait dans ses « 8 prédictions pour le monde en 2030 » que « nous mangerons beaucoup moins de viande ».

La société post-covid est une extension du secteur socio-professionnel tertiaire à toute l’existence, avec ses emplois de bureau en espace climatisé, son télétravail largement répandu et ses faibles dépenses caloriques et énergétiques. C’est le monde morbide et dégénéré du bobo, du geek et du no-life, végane, anti-spéciste, cosmopolite, LGBT, masqué, confiné, vacciné et heureux de l’être.

Ce modèle de société post-covid entièrement artificialisé est une révolution de l’artefact, qui devient le nouvel environnement et qui prend le pouvoir sur son inventeur en inversant le contenant et le contenu. Depuis la nuit des temps, le monde naturel est le contenant, l’artefact culturel est le contenu. Dans la société post-covid, l’artefact culturel doit devenir le contenant au sein duquel le monde naturel et biologique subsistera comme contenu et auquel il devra se plier. Cette inversion signifie que ce ne seront plus les mécanismes de la sélection naturelle qui présideront à notre existence. La sélection naturelle dit que votre destin est défini par votre adaptation réelle à un environnement réel. L’adéquation au réel l’emporte sur l’erreur ; les solutions adaptées à l’environnement l’emportent sur les solutions non adaptées, donc erronées, qui sont éliminées.

Or, nous entrons dans ce que l’on pourrait appeler une « sélection artificielle », qui dit que votre destin est défini par votre soumission réelle à un environnement virtuel construit par l’Homme, et donc truffé d’erreurs et de dysfonctionnements. Exemple : dans un avenir proche, des centaines de milliers de gens vont rater leur avion ou leur train parce que leur test à la covid-19 sera positif avant d’embarquer, alors que ce test aura en fait produit un faux cas positif. Les tests PCR et antigéniques produisent en effet jusqu’à 90% de résultats faux. Notre vie, notre survie seront bientôt suspendues à des technologies qui accumulent les erreurs de diagnostics, ainsi que les possibilités de trucage, de détournement, de piratage, etc.. Notre existence sera entièrement rythmée par la technique et ses multiples problèmes, pannes à répétition, plantages, bugs informatiques, fautes de calcul, falsifications, vols de données, etc..

Le tout-numérique fragilise les sociétés en les exposant aux cyber-attaques et aux accidents, comme on le voit déjà avec le compteur Linky. Nous allons passer d’un monde où ce sont les solutions qui marchent qui sont sélectionnées, retenues, puis qui deviennent majoritaires, normatives et contraignantes, à un monde où ce n’est pas forcément ce qui marche qui deviendra normatif et contraignant. Le monde va donc sombrer dans l’inintelligence artificielle et le stade terminal de l’idiocratie.

L’automatisation complète du globe terrestre, objectif poursuivi par le Great Reset, sera en fait le grand dysfonctionnement généralisé et la grande désorganisation méthodique de la vie sur Terre. Nous allons entrer dans le royaume de la déglingue définitive et de l’effondrement systémique dans l’abrutissement technophile.

 

Sur le plan de la communication, ce projet repose avant tout sur la peur et l’utilisation des nouvelles technologies dans le contrôle social. Basculons-nous dans le libéralisme sécuritaire avec l’état d’urgence sanitaire ?

La peur et le sentiment d’un risque imminent sont des moteurs de l’action que le pouvoir manipule parfaitement. Klaus Schwab, en tant que professeur de management industriel, est parfaitement formé aux techniques du type « conduite du changement », qui visent à fabriquer le consentement au changement en entreprise (et ailleurs) même quand c’est inutile ou nuisible pour les salariés.

Comment ? Tout d’abord, en créant un sentiment d’urgence. Telle est la première des huit étapes du changement provoqué selon John Kotter, le pape de cette approche managériale qui trouve évidemment des applications en politique, notamment sous la forme de ce que l’on appelle communément le principe du pompier pyromane, consistant à provoquer une crise pour lui apporter une solution. En informatique, les concepteurs d’anti-virus sont aussi les concepteurs de virus – ainsi que les concepteurs de la croyance au risque de virus. En effet, il existe des virus informatiques réels, mais pour vendre des anti-virus, les virus n’ont même pas besoin d’être réels, il suffit que l’utilisateur ait peur que son ordinateur soit infecté par un virus pour qu’il achète un anti-virus.

Ce que l’on appelle le « risque » est, en termes de psychologie, une protension anxiogène, c’est-à-dire l’anticipation virtuelle d’un problème, et c’est suffisant pour induire un comportement réel, car personne n’aime avoir des problèmes. On voit comment Bill Gates et ses amis de Davos ont raisonné pour mettre au point cette opération en deux parties : coronavirus/Great Reset.

Si le coronavirus avait été vraiment dangereux, il y aurait eu un risque réel que Bill Gates, Klaus Schwab et Christine Lagarde en meurent aussi. Il faut donc que le danger réel soit bénin, quasiment inexistant, mais que l’idée du risque soit diffusée le plus largement possible, ce dont les médias se chargent, induisant un vent de panique dans la population, sans aucun fondement réel, mais qui facilite l’acceptation des solutions mises en avant, quelles qu’elles soient, même les plus aberrantes et délirantes, comme les confinements de masse, les masques dans la rue, les vaccins OGM, etc..

Chaque virus, réel ou virtuel, sera désormais le prétexte à de nouvelles campagnes de vaccination, mais aussi à des reconfinements et à prolonger les gestes barrières, le port du masque et la distanciation sociale.

Nous basculons donc dans une dictature sanitaire et sécuritaire, qui n’est pas tout à fait libérale, au bon sens du terme. Comme souvent en philosophie politique, le même concept peut recevoir deux significations différentes, c’est le cas de « libéralisme », selon qu’il désigne l’abolition de toute régulation, commerciale ou comportementale, ou simplement la liberté d’entreprendre. Or, le projet de loi visant à pérenniser l’état d’urgence sanitaire qui a été proposé en France le 21 décembre 2020 visait aussi à entraver la liberté d’entreprendre. Les travailleurs indépendants sont particulièrement visés par les mesures de confinement, de couvre-feu, etc., ce qui va provoquer une crise économique qui conduira à des mesures d’expropriation et d’abolition de la propriété privée, ce qui n’est pas très libéral non plus. La première des huit prédictions pour 2030 de Davos est ainsi libellée : « Vous ne posséderez rien. Et vous serez heureux. » (You’ll own nothing. And you’ll be happy).

 

Quel est le but du plan de vaccination mondiale contre le Covid-19 ?

Il y a certes des intérêts lucratifs mais ce n’est pas l’essentiel. En résumé, on peut discerner au moins trois objectifs plus ou moins convergents et entrelacés.

Le premier consiste à modifier le matériel génétique humain au moyen de « vaccins OGM » (organismes génétiquement modifiés), en fait des sortes de thérapies géniques consistant à injecter dans nos cellules de l’ADN recombinant ou de l’ARN messager. On nous dit que le vaccin à ARN messager ne modifie pas directement le noyau de la cellule, seulement le cytoplasme ambiant qui l’entoure. Mais c’est comme dire à quelqu’un « N’ayez crainte, je ne modifie pas votre corps, seulement l’air qui vous entoure et que vous respirez », ce qui revient, de proche en proche, à modifier votre corps puisqu’il interagit en permanence avec son environnement immédiat.

Deuxième objectif : généraliser l’identification numérique des êtres humains, et même peser sur leur comportement, en leur injectant une interface cerveau-machine pour les connecter directement depuis l’intérieur de leur corps au cyberespace – le Cloud Computing numérique universel – et les gérer ainsi comme des objets connectés parmi d’autres.

Troisième objectif : réduire la population mondiale au moyen d’une arme biologique sous forme de vaccin. Aux États-Unis, l’implication des militaires dans le financement de plusieurs vaccins est officielle, elle a pour nom de code opération Warp Speed. Les projets de vaccination à des fins de meurtre de masse sont documentés historiquement, notamment dans l’Afrique du Sud de l’apartheid. Le cardiologue Wouter Basson était en charge du Project Coast, un programme de recherche sur les armes biologiques et chimiques visant à stériliser ou éliminer les Noirs au moyen de faux vaccins empoisonnés. Ce sera donc finalement appliqué aussi aux Blancs, par d’autres Blancs.

 

Comment la Macronie applique ce plan pour la France ?

Les professionnels de la médecine n’agissent pas seulement pour sauver des vies mais aussi pour en prendre. Cette vérité inquiétante est en train d’être comprise par un nombre croissant de Français, ce qui ne facilite pas la vaccination car la confiance est rompue entre le peuple et le corps médical.

Pour surmonter cette méfiance, la Macronie va procéder de manière graduée, tout d’abord par le lavage de cerveau médiatique et la méthode du nudge, terme anglais qui signifie littéralement « coup de pouce », mais qu’on pourrait traduire dans ce contexte par « encouragement » ou « incitation ». Cette approche de contrôle social en douceur a été théorisée par Cass Sunstein, universitaire américain, inventeur du concept d’infiltration cognitive et ancien conseiller d’Obama. Sunstein a été recruté l’an dernier par l’OMS, dans le cadre d’une cellule de crise qui va travailler main dans la main avec Behavioral Insights, une organisation d’analyses comportementales, qui se présente ainsi sur sa page Wikipédia :

« La Behavioral Insights Team (BIT), également connue officieusement sous le nom de "Nudge Unit", est une organisation à vocation sociale qui génère et applique des informations comportementales, officiellement pour informer les politiques et améliorer les services publics. En suivant la théorie du coup de pouce, en utilisant l’ingénierie sociale, des techniques de psychologie et de marketing, le but de l’organisation est d’influencer la pensée publique et la prise de décision. »

Pour motiver les gens, la vaccination est présentée comme une condition du retour à la normale. En réalité, le port du masque et la distanciation sociale resteront obligatoires même pour les personnes vaccinées. Avec les enfermements/confinements à répétition, ces nouvelles pratiques sociales doivent définir le nouveau mode de vie normal issu de la crise. En parallèle, des menaces de mort sont proférées par le gouvernement avec le projet de passeport sanitaire, certifiant de votre vaccination et sans lequel vous ne pourrez plus exercer certains métiers, ni accéder à des lieux ou des services, ce qui vous reléguera aux marges de la société et réduira votre espérance de vie. Enfin, si ces stratagèmes et chantages ne marchent toujours pas, le pouvoir appliquera la violence physique directe et la coercition, avec des opérations de vaccination forcée en recourant aux « forces de l’ordre » qui viendront vous chercher chez vous.

 

Que vous inspire la mobilisation contre les mesures sanitaires un peu partout en Europe ? Pensez-vous qu’une réaction populaire se structure ?

Il se passe plein de choses mais c’est encore insuffisant. Nous devons continuer à travailler l’opinion publique pour mettre en minorité les pro-virus et pro-vaccins jusqu’à ce qu’ils se sentent encerclés psychologiquement et ridicules.

En France, la réinformation se fait beaucoup sur Internet, mais il faudrait plus de démonstrations de rue, de manifestations, de flash-mobs, sans oublier d’occuper l’espace visuel urbain et rural en recouvrant tous les murs, les ponts, les poteaux avec du collage, de l’affichage, des graffiti de slogans anti-vaccins, anti-virus et anti-dictature sanitaire pour que cela devienne à la mode et « tendance ».

Inspirons-nous des méthodes compilées par Gene Sharp, le théoricien des révolutions colorées. Son livre De la dictature à la démocratie est plein de conseils et de ressources pour déstabiliser un régime comme celui que nous subissons en France.

Pour structurer la réaction populaire, il faut aussi de l’endurance, afin de soutenir le bras de fer avec le régime sur le long terme. Pour gagner un rapport de forces, il faut durer plus longtemps que l’ennemi. Et l’endurance vient de la motivation. Il faut comprendre que nous sommes dos au mur. Nous n’avons plus rien à perdre. C’est ce qu’il faut faire comprendre à la population.

 

Rendez-vous sur le site de la revue Rivarol
pour commander un numéro ou s’abonner.

 

Aller au bout, avec E&R !

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

73 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pas très réjouissant, tout ça, Notre avenir ? Il suffit de visionner « Soleil vert » pour s’en faire une idée...

     

  • Texte clair et net. Seul bémol : l’auteur confond marché libre et libéralisme, ce qui n’a rien à voir. Et quand on parle de "liberté" c’est pour ceux d’en haut, pas pour les "gueux".
    C’est vraiment un avenir dystopique qui nous est promis. Oui nous sommes dos au mur....

     

    • La confusion est intrinsèque au langage. J’ai écrit ça : "Comme souvent en philosophie politique, le même concept peut recevoir deux significations différentes, c’est le cas de « libéralisme », selon qu’il désigne l’abolition de toute régulation, commerciale ou comportementale, ou simplement la liberté d’entreprendre." En fait, c’est "deux significations différentes" au minimum.


  • #2662087

    Vouloir détruire le mal au nom du bien pour que le monde soit enfin en paix et l’individu "libéré", c’est précisément le projet de ceux qui incarnent le Mal sur terre, qui ont choisi le mauvais dieu, et qui se font passer pour des sauveurs...
    Car Cerise ne va pas jusque-là, contrairement à Hindi ou Hillard : qui contrôle le super ordinateur ?
    Il faut nécessairement un contrôleur qui ne soit lui-même pas sous contrôle ! Ce qui prouve bien que ce projet :
    - 1) est purement maléfique c’est-à-dire sataniste (en finir avec le libre-arbitre)
    - 2) ne concerne que l’humanité entière sauf la petite clique qui en est le responsable et croit qu’elle va s’en tirer avec la technologie !
    _
    Corroboré par :
    - ce matin, Véran se fait (soi-disant) "vacciné" pour influencer l’opinion ;
    - des tests salivaires pour les gamins à la rentrée, lesquels seront tous faussement positifs, justifiant ainsi la piqûre - stérilisante, etc. !
    Ainsi les parents qui refuseront : se verront-ils enlever leur(s) gamin(s) ?!...

     

    • Lucien Cerise a raison : la question n’est pas morale, mais ontologique. L’affrontement est entre rationalité et existence, entre le non-vivant et le vivant, entre le fruit dual de l’arbre de la connaissance du bien et du mal et celui de l’arbre de vie.


    • La responsabilité du Mal est largement partagée. Le flic de base qui me colle un PV dans la rue pour non-port du masque est tout aussi responsable concrètement de la situation, sinon plus, que Jacques Attali. Idem pour les parents d’élèves qui tolèrent ce que l’on fait subir à leurs enfants. Repérer les "minorités actives" et les dénoncer n’est qu’une partie du travail, pas forcément la plus importante, car ces minorités seraient parfaitement impuissantes sans le suivisme de la "majorité silencieuse". La priorité me paraît être de mettre en lumière la psychologie des foules pour ensuite mettre en échec les mécanismes du conformisme imitatif et les méthodes de fabrique du consentement des masses à leur propre suicide.


    • Et si le contrôleur du super ordinateur était un inatteignable étant le fils du malin, et que son contrôle sur les masses, dont nous faisons aussi partie, était un contrôle que seul Dieu tout puissant avait permis. Je pose cette question pour permettre à la foi d’exister malgrés l’apparent contrôle total de cette Bête de la mort par les algorithmes. Par exemple dans un commentaire plus bas je met Stallone en exemple d’humain aimé d’hommes ayant pour moi de moins grandes qualités humaines que lui, bien que ces hommes et femmes aient aussi des qualité humaine aimée de celui qui les a créés (les hommes comme leurs qualités et leurs défauts) donc quand Lucien Cerise parle de ces petits bras humains de la dictature actuelle, je me permet de penser que malgrés tout, même eux ne font qu’obeir à Dieu en obéissant à cette bête informatique qui a prit la place de Dieu dans leur servitude de tout les jours à ce mal qui les dépassent et leur tente de leur ôter leur humanité. Par exemple dans cet extrait là, on voit que Stallone et ses qualités ont tentée d’être détournée pour servir les intérêts américains contre l’ex URSS, par hollywood. Pourtant énormement de russes d’aujourd’hui respectent Stallone pour son rôle dans Rocky, et très peu d’américains d’aujourd’hui ne retiennent de lui que ses combats déçus pour l’impérialisme americain, hollywood a due ensuite s’adapter et faire un rambo heureux en Thaïlande, mais toujours tenu par l’impérialisme, comme si il devait rester avant tout un bon américain quoi qu’il décide, avant d’être un bon humain. Mais encore une fois son humanité à dépassé la programmation qui voulait être faite de son jeu d’acteur, et donc Dieu a bel et bien utilisé Stallone comme lui le voulait, et non la machine à propagande hollywoodienne. Aujourd’hui la machine de propagande est encore plus puissante que Hollywood, la preuve on s’inspire de film hollywoodien pour se souvenir d’une humanité perdue. Ce que j’essaye de dire, c’est que les plans de Dieu sont parfait, et la machine anti humains n’essaye que de les copier voir de les inverser, sans pourtant y parvenir, malgrés les apparences. Voilà pourquoi chaque humain doit faire ce qu’il sait faire de son mieux, même quand les autres autour de lui semble avoir perdu toute humanité. Car l’exemple le meilleur pour les humains restera toujours d’autres humains, et non des machines ou des algorithmes n’étant créé que pour se faire passer pour des humains.


    • Donc si la responsabilité du Mal est largement partagée, même si certains en ont prit une beaucoup plus grosse part que d’autres, la responsabilité du bien est tout autant partagée, et certains en ayant pris aussi une plus grande part que d’autres. Mais il y a énormément de formes du bien, énormément de qualités humaines différentes. Par exemples certains sont très doués pour l’obéissance, et aujourd’hui l’obéissance est le plus souvent au service du mal au moins dans les apparances. Il ne faut pas oublier pour autant que l’obéissance est avant tout une qualité, et la désobéissance un défaut. Et ça la machine le sait, en ayant fait passer l’obéissance pour le mal, et la désobéissance (a Dieu et non à elle) pour le bien. Voilà pourquoi encore plus à notre époque, il ne faut pas se fier aux apparances de servitude au mal. Car la majorité le fond, en tant qu’humains, ou bien sous humains, au nom du bien. Le travail pour celui qui est conscient de ça est de donner un meilleur exemple qu’eux dans sa propre obeissance à ce qu’il considère comme le bien. Un peu comme Stallone dont l’image publique a totalement dépassée les intérêts américains. Il a été au maximum de ses capacités d’humain, en tant qu’àcteur de la propagande hollywoodienne, et pourtant cela a servie toute l’humanité, alors que ça n’était pas le but initial de "la matrice de propagande". Le pouvoir d’un seul humain sur les autres est beaucoup plus grand que n’importe quelle machine. Et ce qui contrôle les algorithmes, est assurément "non-humain". Là réside tout l’espoir pour ceux qui ont foi dans le créateur de cette humanité, Créateur qui sait certainement qu’aucune machine n’aura autant de qualités que celles qu’il a mise dans l’humain. Et aujourd’hui c’est l’époque de la division entre ceux qui garderont foi en cette "vérité " et ceux qui la perdront à cause de la substitution d’humanité que la machine leur offre afin d’éprouver leur humanité. Mais la machine ne pourra jamais remplacer pour autant l’humanité, si ce n’est la copier dans l’obéissance à son dieu à elle, qui ne vaudra jamais l’obéissance de "l’original".
      https://youtu.be/68kpBBxyCvA


    • "Le flic de base qui me colle un PV dans la rue pour non-port du masque est tout aussi responsable concrètement de la situation, sinon plus, que Jacques Attali. Idem pour les parents d’élèves qui tolèrent ce que l’on fait subir à leurs enfants."

      Oui bien entendu, tous ceux qui cautionnent cette dictature sanitaire par leurs actes de soumission sont éminemment responsables. Bien davantage que ceux qui en sont à l’origine. Ce sont à ces pleutres lobotomisés et qui sont le vrai danger, que va en priorité mon dégoût.


    • En supposant qu’ils veuillent faire le bien, ce qui est trés trés loin d’être certain, ils s’y prennent exactement de la mauvaise manière : ce n’est pas en changeant les gens en robots ou en machines qu’ils vont améliorer la vie des gens qui n’en seront donc justement plus. Contradiction donc majeure dés le début de leur raisonnement et plan. Ou autant changer l’eau en plomb en prétendant ainsi obtenir une meilleure eau. Ca n’a pas de sens.


  • Toujours aussi bon, Lucien Cerise.

     

  • Excellent article merci. Un seul bémol : pour moi cette histoire de grand reset c’est du bidon (en introduction l’auteur lui-même ne nie pas que cela puisse être une "utopie").

    En effet : on mélange tout, les mots sont corrompus et pour faire dans le sentationnel on parabolyse et on hyperbolyse même.

    "Le but de la manœuvre est de procéder à un transfert de pouvoir total et définitif.
    De quoi vers quoi ? Des structures politiques de toutes sortes, nationales, internationales, supranationales, vers un système de gestion informatique et technocratique planétaire".

    Le gros bug dans cette affaire est que l’Occident n’a plus la main mise sur l’Orient et des nations tel la Chine ou la Russie dont les économies ne supportent pas le boulet de la dette répondront à Klaus Schwab : "Ton Big reset tu te le carres dans ton cul" (merci à E&R de me permettre cette vulgarité).

    Bref, ce "Big" reset ne concerne que moins de 20% de la population mondiale (l’Occident soumis) c’est donc un "Flat" reset qui se dégonflera tel un soufflet.

    En même temps on le relie faussement et pour faire sensation au "nouvel ordre mondial" mais en l’occurrence ici encore l’Eurasie n’en a rien à cirer des délires de l’Occident. Il ne peut de fait s’agir d’un nouvel ordre "mondial" mais "occidental". Arrêtez d’hyperboliser cette affaire "locale" en une affaire "mondiale" voire "universelle".

    Cette histoire de Big reset c’est du pipeau et qui au mieux ne concerne que l’Occident les nations de l’Est n’ont cure de cette théorie foireuse qui n’a absolument rien de "mondial" ni "d’universel".

     

    • Oui
      Vous avez sans doute raison
      Donc nous sommes quand même concernés.
      Ce que veux probablement dire l’auteur est que si le peuple Français ne se réveille pas, il emportera avec lui d’autre pays, où inversement et surtout en Europe.
      En Palestine tout le monde à laissé faire depuis plus de 100 ans et le résultat est la. Des guerres, de la souffrance.
      De la même façon, les autre peuples nous regarderont, pendant 50 ans, 100 ans...... I
      Lucien Cerise préconise l’affichage, les manifestations pacifiques pour sensibiliser les septiques, etc....


    • C’est vrai, les 2/3 de l’humanité n’en ont rien à foutre de leur grand reset ! Seul l’occident lobotomisé est concerné.
      Croire que la Chine va marcher dans leurs combines satanistes c’est oublier 1,5 milliards d’habitants !
      Et vous avez aussi le monde musulman, encore 1,5 milliards d’individus pas vraiment candidats au mondialisme et au "grand reset" sataniste !


    • @ John
      Euh, la Chine est le modèle en ce qui concerne le grand reset : credit social, contrôle total numérique de la population. Ceux qui croient que la Chine s’oppose au grand reset doivent ouvrir les yeux.
      Donc Europe + Amérique du nord + Chine, ça doit representer quelque chose comme 80% de l’économie mondiale qui sont à fond dans le grand reset.
      Je ne pense pas que ce soit anecdotique, au contraire


    • Je vous suis complètement John
      Il me paraît logique que la Chine et probablement l’Inde sont de taille à mépriser les gesticulations du vieil homme sénile qui réside à la maison blanche


    • - Ne pas confondre l’application d’un confinement le plus strict possible et ne pas accepter un saut qualitatif civilisationnel. exemple Syrie, Algérie, l’Afrique en général par exemple, voir même la suède timoré au départ et qui rentre un peu dans le rang au fur et a mesure.

      - Et à contrario quel est le pays qui a confiné après l’Italie, la France et peut être la Grèce et qui a permis le point de bascule au niveau mondial : l’Inde et on ne parle pas de la chine qui ouvre le bal. 2.8 milliards d’habitant 40% de la population mondial concernée. pas très occidental tout ça.


    • Justement c’est l’Occident qui est visé, et l’homme blanc. Donc, un retour en arrière ä cause de certaines religions, et sur la technologie, certains pays vivent encore ä l’âge de pierre. Virer les ratés de toute sortes ( politiques, civils, ....) de la planète n’est pas un mal, sauf que le tout est de savoir si on se dirige vers une élévation de l’humain ou une régression ( et ça serait plutôt ça si on détruit l’Occident ). Liberté ou esclavage pour ceux qui resteront ? Dirigés par qui ? Donc tout ça c’est le "meilleur des mondes", " globalia" ’ et 1984 réunis. Ce qui est étonnant c’est que les occidentaux justement, par leur parcours au travers des siècles, devenus des pacifistes avec un niveau de conscience élevé, avec juste une envie de vivre en paix, se sont fait bouffer par leurs congénères cupides et pourris jusqu’à la moelle et qui n’hésiteront pas à utiliser leur QI pour les détruire et dirigereront les restants . Conclusion : quand les occidentaux vont ils réagir ?


    • @fadge
      Je suis tout a fait d accord avec toi la Chine est partie prenante dans le grand reset et le N.O.M. Le virus est comme par hasard parti de Chine et s est propagé au reste du monde et notamment aux usa où l économie sous l impulsion de Trump avait repris de belles couleurs et qui s’est vu pour le coup freinée
      Par contre la Chine a repris sa vie normale !!!!
      La surveillance généralisée de la populace avec reconnaissance faciale avancée est un avant goût de ce qui nous attend en France
      De plus ingerence chinoise dans les élections us preuves a l appui (pour faire élire leur pantin Bidon) prouve qu ils sont dans la combine du N.O.M


    • Mais ce plan du Grand Reset est explicitement évoqué par les tenants des organismes ou réunions mondialistes et même mis par écrit noir sur blanc ! Il n’y a aucune affabulation là-dedans !


    • Pour la Russie, je demande à voir le jour où Poutine va passer l’arme à gauche. La Russie compte beaucoup d’aspirants à la " démocratie " totalement illusionnés et qui vont être des agents faciles pour les mondialistes dans le futur. Quant à l’Asie, beaucoup de pays sont pauvres et pas en mesure de résister aux banksters. Quant à la Chine et autres, si leur inclusion dans le Reset n’est pas déjà actée, peu importe, les mondialistes ont une vertu que l’on ne peut leur nier : la patience.


  • Un avenir qui va diviser les peuples !
    Pour faire simple , tout ceci me fait penser au film avec Stallone dans "Démolition Man". Les rebelles d’une société virtualisé, informatisé vivant dans les égouts pour échapper à cette vie déshumanisé.
    En effet, il faut marquer les esprits le plus possible par des annonces publics, sur les murs graph etc etc.. pour que cette folie ne voit jamais le jour.

     

    • Le futur vers lequel ces messieurs les maitres du monde nous poussent semble vouloir ressembler de plus en plus à un bouquin de K-Dick à moins que ça ne soit plutôt "Mad Max chez les geeks" avec en guest star le fantôme numérique du Dr Mengele !!!
      Par Belzébuth je ne vois qu’une solution:la purification par le feu puis on passe à autre chose...
      Je sais pas moi,l’immigratîon sur Beltégeuse ou Alpha du Centaure par exemple...


  • J’aime beaucoup Lucien Cerise, mais à mon sens, son discours tient plus du roman fiction que d’une réalité.

     

    • Je commente ce que des gens de pouvoir comme Christine Lagarde ou Klaus Schwab essayent de réaliser concrètement. E&R fait un gros de travail de décryptage du Great Reset, c’est en ce moment à la Une du site, je vous invite à écouter les émissions.


    • « J’aime beaucoup Lucien Cerise, mais à mon sens, son discours tient plus du roman fiction que d’une réalité. »
      Pour moi c’est l’exact inverse. Comme vous par contre, je vais aussi me dispenser d’argumenter.


    • Eric, c’est un obsession chez vous ? Vous re-commentez Soral, là vous re-commentez Cerise. C’est facile de vouloir « briller » par « grands » interposés. Je vous l’ai déjà dit : Faites comme nous ! Lisez et c’est tout. Vous vous prenez pour qui ? C’est gênant et ça minimise finalement.


    • « Eric, c’est un obsession chez vous ? Vous re-commentez Soral, là vous re-commentez Cerise. C’est facile de vouloir « briller » par « grands » interposés. Je vous l’ai déjà dit : Faites comme nous ! Lisez et c’est tout. Vous vous prenez pour qui ? C’est gênant et ça minimise finalement. »
      Je vous retourne votre interrogation : Et vous, vous vous prenez pour qui ? Pour ma part, je ne « recommente » rien ni ne cherche à « briller » mais donne mon avis, n’en déplaise aux fragiles comme vous incapables et de parler en leur nom (au lieu de convoquer du « nous » à n’en plus finir) ni même de stabiliser un pseudo. Ça c’est gênant et ça minimise comme vous dites. Merci pour votre lumineux conseil, je vais enfin me mettre à lire, par contre je ne m’en contenterai pas et continuerai comme vous d’ailleurs à commenter. De votre côté, efforcez-vous de réagir plus aux comms qu’aux pseudos en mode pavlov. Ainsi vous pourrez par exemple nous dire si comme @« Mygale » vous pensez également que le travail évoqué correspond plus à du roman fiction qu’à la réalité, ce sera plus intéressant (espérons-le !) que vos délires ad hominem inintéressants et immatures.


  • Je pense que vous mélangez plusieurs sujets.

    Déjà la décroissance (démographique,économique) aurait du s’effectuer naturellement, elle à été contrariée par l’immigration et les soutients étatiques à la finance.

    Elle n’était que la conséquence du baby-boom et des diverses bulles,cette décroissance devait avoir lieu dans les pays du nord.
    Ce n’est pas là une introduction nouvelle, ou tordre le cou au destin.

    La fusion bio-tech est loin d’être acquise. Ce n’est qu’une perspective de travail...Idem pour la virtualisation des rapports sociaux, même les logiciels les plus avancés sont assez pathétiques et éloignés de leur promesses.

    Enfin la "sélection" artificielle.
    La sélection ne s’impose t’elle pas de toute façon ?
    Que deviendra ce monde sans sélection ? A quoi conduiront l’anarchisme et le développement libre ? ou la concurrence libre et non faussée ?

    C’est terrible que d’accuser sans cesse les "élites" de tous les mots de la Terre mais sans jamais proposer de solutions alternatives à des questions pourtant tout à fait légitimes.

    Ces questions ce sont l’organisation sociale, la masse de population, la finitude du milieu, l’optimum de confort ou d’éducation, etc...
    Ce qui est souhaitable d’un côté, et ce qui est possible de l’autre.

    Je n’ai rien contre la vision religieuse du "croissez et multipliez", puis viendront les temps derniers , mais ça ne nous avance pas à grand chose comme réflexion/pensée.

    Il est évident que viendra le temps des choix, de la sélection,et des prises de décision quand à un destin collectif....sans quoi on retourne à un niveau équivalent à celui d’avant l révolution industrielle.

    Pourquoi c’est aussi une option, mais si vous voulez démonter ceux qui se font fort d’émettre des propositions pour cette société d’après...la moindre des choses ce serait de proposer d autres alternatives, et non pas de le faire pas anti-élitisme pur.

     

    • Le discours malthusien des elites s’appuie essentiellement sur une volonté idéologique de réduire la population pour établir leur dictature mondiale.
      En réalité, il faut distinguer accroissement de la population et taux d’accroissement. Ce dernier a déja considérablement baissé et entraînera à terme une diminution. C’est le développement économique qui fait baisser naturellement la natalité puisque l’enfant devient une charge au sens économique alors que dans un pays non développé, il est une richesse. L’évolution des pays occidentaux est appelée à se généraliser sans autre mesure.
      Vous pouvez consulter ce document au laragraphe "How has world population growth changed over time ?"
      https://ourworldindata.org/world-po...
      Quant au discours sur les ressources finies, il est tout aussi spécieux : il oublie que l’intelligence humaine permet de les multiplier ou de changer les besoins et utilisations.


    • Mais qu’est ce vous ne comprenez pas dans ce qu’il se passe ? Ne pas voir le projet totalitaire de ces élites que vous présentez comme potentiellement porteur de solutions à notre monde, vous rendra prochainement tout autant coupable et méprisable que les suiveurs ou les minorités pro virus, pro vaccin, pro narration des ces mêmes élites via leur canaux de diffusion.

      Il n’y a pas d’urgence à changer le monde sur les points avancés par le great reset, c’est eux qui la crée et vous font croire qu’il y a urgence.


  • En fait, d’un côté il y a les variants et de l’autre les variables (monades humaines)...

    Mais quels sont les véritables parasites ? Sont-ils même encore humains.


  • Le 4ème Reich et ses essais sur les hommes.
    https://changera.blogspot.com/2021/...

     

    • Merci pour le lien. Décourageant quand on creuse un peu plus loin. Par exemple pour le sang contaminé (sur les mains de qui on sait), il suffisait peut-être d’imposer à l’Armée (des gens sains, vigoureux) de « donner », ce qu’ils auraient fait avec honneur. Non, comme pour l’avortement ou le trafic d’organes « au profit de » (Hommage à Soral, bien trop seul à dénoncer), la France ne mérite que haine.


  • Article intéressant. On voit que Cerise pense en sociologue et psychologue et pas tellement en économiste. Il parle de Davos et leur GREAT RESET. Mais en somme cela est un "side show" selon Ellen Brown directrice du Public Banking Institute aux Etats Unis. Un "sideshow" c’ est un spectacle secondaire par ex. à Las Vegas. Vous pouvez y aller si le spectacle principal est trop fréquenté.
    Selon elle le cercle principal ce n’ est pas Davos ou même Bilderberg. C’ est le cercle de Blackrock. Blackrock est la plus grande banque (d’ ombre) au monde. Elle gère les fonds Covid de stimulation pour les banques et l’ économie américaine au nom de l’ état et de la banque centrale (Fed) qui ne doit pas se salir les mains comme ça. Selon Ellen Brown dans un podcast avec Bonnie Faulkner (site "Guns and Butter") Blackrock se réunit plusieures fois dans la semaine avec des réprésentants de banques centrales des 7 G (Grands) à New York. En plus ils se voient chaque mois à Bâle (banque BIS, la banque des banques centrales) dans un groupe élargi.
    C’ est eux qui planifient la "Central Bank Digital Currency" (CBDC) ,à venir. Tout sera alors connu de nos transactions, même de nos petits achats. La Covid est une occasion idéale pour le promouvoir combiné avec les passeports digitaux de vaccination etc.
    Selon Ellen Brown c’ est ce cercle de réprésentants des banques centrales des G7 et de Black Rock qui se voit plusieures fois en semaine à New York qui serait responsable de l’ application et de l’ extension du confinement Covid et des mesures Covid. Cela s’ est passé presque simultanément dans un très grand nombre de pays qui sont sous tutelle des G7 à partir de mars 2020.
    Donc les explications sociologiques et psychologiques sont intéressantes mais il faut aussi regarder les conditions économiques et financières qui sont déterminantes. Et arrêtons de trop exagérer l’ importance de Davos. Ce n’ est que un "side show".

     

    • La partie économique du Great Reset est déjà bien décrite depuis des années, inutile de développer encore, en revanche les aspects psychologiques, sociologiques, philosophiques restent peu connus.


    • Tu perçois les choses à l’envers. La finance est juste un outil, un moyen et non pas une fin en soi. Les initiés et ceux qui parmi le peuple n’ont pas perdu ce proverbial "bon sens paysan" savent que les seules richesses authentiques qui valent sur terre sont les moyens de production, le capital humain et toute richesse tangible ayant une valeur intrinsèque universellement reconnu depuis la nuit des temps : foncier (terres agricoles, forêts), immobilier, outils, usines, fonds de commerce, minéraux (mines), métaux précieux, diamant. Le reste (monnaie fiduciaire, crypto-monnaie) ce n’est qu’un moyen pour faciliter les échanges et accumuler, contrôler un maximum de moyens de production et de capital humain. Il n’y a qu’en cette époque d’abrutissement généralisé et d’abolition du "bon sens paysan" où l’on voit la majorité des gens traiter le capital financier comme une fin en soi ! Ils accumulent comme des cons de la richesse virtuelle alors que leurs objectifs devraient être de transformer régulièrement ce capital virtuel en richesse tangible. Les paysans traditionnellement n’avait rien à la banque, il transformait tout surplus financier en acquisition foncière, achat d’animaux et en or.
      Petite précision : les premier capital a avoir c’est le capital humain dans sa dimension compétence technique. La compétence technique est la seule chose qui ne peut pas être volée ! On peut se voir spolier de ses propriétés foncières, immobilières, de son fond de commerce, de son atelier, de son or, de ses diamants...mais personnes ne peut nous voler nos compétences techniques ayant une utilité sociale et économique. On ne peut pas retirer les compétences d’un maçon, menuisier, chirurgien, ingénieur...d’ailleurs c’est pour cette raison que les psychopathes mondialistes cherchent à rendre caduques et remplacer les compétences humaines par la robotisation et l’intelligence artificielle afin de rendre l’humain obsolète et pouvoir l’éradiquer. Ils ont en partie réussi en ce qui concerne l’artisanat (Ikea a remplacé le menuisier ;..), mais il reste les médecins, chirurgiens, ingénieurs...inutile de dire que si cette folie va jusqu’à son terme cela finira par entraîner un effondrement structurel incontrôlable car le non-vivant ne pourra jamais entièrement remplacer le vivant. Ceux qui auront survécu à cet effondrement et qui auront encore des compétences techniques ils formeront la noblesse de demain.


  • La tragédie actuelle que nous vivons est hélas le résultat de la tragédie des âmes.
    En effet, l’état d’esprit de la masse ressemble au final à ceux qui instaurent cette dictature, qui ne se cache plus.
    Superficialité, matérialisme, individualisme, narcissisme, ... course à l’argent, aux intérêts personnels, voilà ce qui a permis et favoriser le développement de ce cancer.

    Superficialité, qui contribue en effet à l’aveuglement des brebis. Le confort, l’argent, accumuler des biens et services, qui deviennent l’unique but de la vie et favorisent les déséquilibres et leurs conséquences au fil du temps.

    Et le système machiavélique s’en réjouit. Il s’adresse d’ailleurs régulièrement à l’égo des individus, le bon citoyen est celui qui obéit, qui vote "intelligent", qui porte le masque, qui se fait vacciner, qui courbe le dos et ne dit mot. Les marques commerciales agissent de même, pour créer cette concurrence et course entre les individus.
    La réussite, le bonheur, selon les critères de ce système matérialiste, passent par la possession, l’accumulation de tous ces biens et services devant lesquels il faut ramper. Que va t’on penser de moi sinon ?

    Et naturellement, pour les atteindre, l’esprit se change, les valeurs et principes moraux fondent comme neige au soleil. (ruse, mensonge, ...)
    Flatter l’égo, par le biais de cette course à la consommation en signe de trophée, contribue à renfermer l’individu sur lui même. Difficile donc d’ouvrir les yeux à de telles personnes, qui de fait, se pensent aux sommets de la pyramide compte tenu des biens acquis, car véritables moutons du système, et esclaves de Mamon qui sait parfaitement attirer les âmes fragiles.
    Il faut posséder un iphone, pour générer de l’intérêt.

    Mais, on ne peut servir 2 Maitres : Dieu et l’Argent.

    D’ailleurs, derrière quoi court l’oligarchie, si ce n’est l’argent, pour se donner du Pouvoir, de l’intérêt, une certaine consistance qu’elle ne trouvera jamais dans celui ci.

    Il y a ceux qui courent derrière l’argent, sans scrupule, prêt à tout pour atteindre cet objectif premier,
    et il y a ceux qui d’abord souhaitent vivre et agir imprégnés de valeurs morales, de principes vertueux. L’argent qui peut être récolté, ou la notoriété, ne sont pas les buts recherchés.

    Réaliser une bonne action (aider, sauver quelqu’un par exemple ) doit il figurer au premier plan, ou est-ce la publicité, la notoriété susceptible d’en découler qui doit déclencher une telle action ?

    Bonne soirée

    _

     

    • Oui, vous avez tout dit, l’adoration par les masses, progressivement acculturées , du veau d’or.
      merci beaucoup, je me sens moins seul dans ma réflexion .
      Le plus terrible est qu’il y a une inertie. Ce plan machiavélique est multiseculaire, il a commencé il y a très longtemps . Destruction du christianisme, de la famille , de nos valeurs spirituelles, ....
      Cela va être difficile de renverser cette inertie. J’avoue que à la vue de notre jeunesse plongée dans les iPhones , abreuvée de porno et de superficialités, j’ai des sérieux doutes quand au salut de notre humanité .
      bien à vous.


  • Il est effectivement temps de se battre, de sortir du canap/popcorn de Q.
    Il faut mettre en œuvre chacun les solutions pour sortir de cela, et le faire savoir.
    Montrer autour de nous que l’on peux vivre heureux, sainement en sortant du système numérique.
    Il faut soit même être le changement.
    Commencer par sortir de Windows, passer aux logiciels libres, et aider ceux qui nous entourent à le faire aussi. Montrer qu’on peux récupérer un vieux ordi qui rame en le passant sous linux. Puis apprendre à se passer d’un smartphone pour communiquer, de la télévision pour s’informer, et de même aider ses proches à le faire. Enfin faire son jardin, s’occuper de sa santé, son immunité. etc etc
    Promouvoir l’entraide gratuite entre voisins, sortir le plus possible du modèle marchand, promouvoir les monnaies locales pour les échanges.
    Et surtout surtout montrer aux gens que cette vie est beaucoup plus intéressante, riche et heureuse que la vie des grand resétés dont il faut se moquer avec humour pour les ridiculiser.

    Il faudrait peut être en parallèle du portail d’information E&R, faire un site pour centraliser des solutions concrètes pour mettre en œuvre ce dont j’ai parlé. Les gens ont soif de faire quelque chose, il faut les aider à faire des choses utiles et pérennes et aussi se rassembler localement autour de projets concrets.

     

  • Très bon état des lieux.
    Même si les techniques préconisées ont déjà étées mise en application depuis longtemps en France... Si bien qu’aujourd’hui plus personne n’aime les graphitis, les activistes politiques, les artistes, les plus intelligent qu’eux, les moins collabos qu’eux, les plus vivants qu’eux, bref plus personne n’aime personne dans ce pays, ou plutôt tout le monde se méfie de tout le monde. La vie n’y est déjà devenue qu’une illusion youtubesque ou instagrammeuse et ce sont les plus soummises de ses utilisatrices qui donnent le la pour toutes les autres. J’utilise le féminin du substantif pour désigner cette nouvelle humanité qui est devenue un être collectif ne vivant que par inter-pénètrations collective, une humanité devenue androgyne par la toute puissance effective de son nouveau dieu des vies virtuelles, desincarnées sur les plate formes à très haut débit, sacrifiées sur l’hôtel de la 4k/60Images/sec puis de la 8k/120i/s, jusqu’à ce que cette nouvelle réalité pour tous paraisse bien plus réelle que la réalité en dehors des écrans. On a déjà l’impression qu’en dehors des écrans tout est devenu gris, la nature comme les gens... À part une union supra Européenne de tout ceux qui ne veulent pas du monde avenir dans lequel nous somme déjà tous plongé depuis au moins 20 ans, ceux qui ne sont pas d’accord avec le vaccin obligatoire et le pire de ce qui est annoncé n’ont pas la moindre chance face au raz de marré totalitaire qui arrive. Ici un exemple d’un humain de l’ancienne école qui est interrogé par la Matrice sur les raisons de son désir de garder son humanité, remarquez comme les sous êtres qui l’interrogent sont impressionés par ses reponses, ils le recoiffent, photographient déjà ce qui ressemble pour eux à une bête humaine, un animal de foire, bref à un homme portant ses couilles. Ils rigolent même de ses blagues. C’est très encourageant tout de même pour toutes les viandes sous plastique d’aujourd’hui et de demain. Ils aimeront l’homme qui aura reussi à en rester un.
    Même si je crains qu’ils soient tous dans des grands abattoirs à viande à ce moment là afin que les androgynes du net puissent vivre leur rêve végétatif dématérialisé... https://youtu.be/N4I07qgEAQI



  • Comme souvent en philosophie politique, le même concept peut recevoir deux significations différentes, c’est le cas de « libéralisme », selon qu’il désigne l’« abolition de toute régulation, commerciale ou comportementale », ou simplement la liberté d’entreprendre. Or, le projet de loi visant à pérenniser l’état d’urgence sanitaire qui a été proposé en France le 21 décembre 2020 visait aussi à entraver la liberté d’entreprendre.




    Le libéralisme a-t-il jamais été la liberté d’entreprendre ? Aujourd’hui le libéralisme est la liberté pour les forts de saigner les petits, sans limite légale, ni morale, ni religieuse, ni coutumière, ni culturelle d’aucune sorte. La liberté du libéralisme est réservée aux forts. C’est la liberté pour le 1% et le servage pour les 99%. Le mot est opposé à la réalité qu’il désigne aujourd’hui.

    Il est peut-être temps de faire un travail de mise à jour des mots que nous utilisons. Le mot « prédationisme », ou « prédatisme » est déjà plus correct que « libéralisme ». Prédateur : Du latin praedator (« pillard, voleur »), dérivé de praeda (« butin de guerre, proie »). Mais il y en a peut-être de meilleurs.

    Et de même pour le régime qui est en train de s’installer en France et qui n’a plus rien à voir avec la « démocratie » de la constitution de 1958 : peut-être le nommer « duvaliériste », « macoutiste », « pinochiste », « prédateur-répressif », « bancaire-policier », « ploutocatastolique » (du grec ploutos : la richesse et catastoli : répression)... « ploutohématique » (du grec ploutos : la richesse et héma : sang)... et à l’allemande « prérépiste », « banpoliste », « ploucatiste »...

    Pour composer un néologisme à partir du latin :

    Argent : nummus, pecunia...

    Répressif : coercens ; Répression : repressio ; Bourreau : tortor, carnifex...

    Régime « nummutortiste »... régime « pecucoerciste » : régime où la banque, la puissance financière, gouverne en usant des moyens de police et de répression...

    Ma faveur va à « régime ploutocatastolique », « régime ploutohématique » ou « régime nummutortiste » (et aussi « régime macoutiste ») qui ressemblent bien aux horreurs qui sont imposées à la nation française et disent mieux la réalité que ce « régime libéral » qui est devenu une antiphrase... Car c’est bien ce que font notre Duvalier national et ses Tontons Macoutes : enrichir les riches, réprimer le peuple dans le sang... Le régime de Macron est un ploutohématisme...

     

  • La meilleure façon pour que qqchose se produise, c’est d’en avoir peur...dans le domaine du futur, c’est encore plus efficace, plus puissant que le désir. La volonté elle n’a de pouvoir que dans le présent, parceque la volonté est réelle.
    Maintenant pour revenir au réel, jamais dans l’histoire qqchose que des humains auront désiré (on devrait dire ici rêver) ne se sera produit réellement. Par contre ce que ces tarés (il ne s’agit pas là d’une insulte, je dirais presque, hélas ! Mais d’un constat) risque de produire c’est seulement d’aller un peu plus vers la destruction et défiguration de cette planète et de ces habitants.
    Chassez le naturel...il revient au galop. Le problème c’est que pour le coup on ne sait pas sous quelle forme, et c’est quand Cerise parle de "déglingue" qu’ il est le plus dans le vrai.
    Je crois qu’il faut bien comprendre une chose : plus on rêve d’un monde meilleur quel qu’il soit et plus on devient taré.
    Moi je m’interroge sur le destin inéluctable de peuples qui depuis si longtemps rêvent d’un monde meilleur, d’une terre, là-bas, etc....et sur les croyances profonde qu’il nous faut changer.
    Nietzsche a dit : "le christianisme a judaisé le monde". Il parlait du christianisme comme étant un platonisme pour le peuple (il se référait surtout à cette propension à avoir besoin de croire en un monde meilleur, à venir et aussi, il ne parle pas du Christ et de son message mais bien de la réalité du christianisme dans l’histoire).
    La muse Io rêvait d’engendrer un dieu, elle donna naissance à Narcisse qui tomba amoureux de "son" image, (en fait du rêve de sa mère, lui le pauvre ne su jamais qui il était...) et il en moura.
    Quel est le destin du bourgeois ? Quel est sa genèse, son désir profond ? Lui qui est né à l’ombre des nobles. Ou encore, qui était Néron ? Que doit faire un taré pour continuer à vivre sans renoncer à ses rêves (à ses tares...)
    Sinon super article de Cerise, très intéressant.
    Merci.


  • Une éruption solaire plus puissante que les autres et toute leur technologie et projet parte en fumée...


  • Société aseptisée à l’horizon... remarque on y est déjà. Une société prédéterminée, prévisible, prémachée, déshumanisée. Les qualificatifs sont nombreux.


  • Moi ce que j’aime sur la planète de glace Davos, c’est lorsque Dark Schwabi arrive, armé de son sabre laser, trop tard pour intercepter le Faucon Millenium qui est en panne au niveau de son hyperpropulseur. Alors Han Solo et Chewbacca armé de son Wookie Bowcaster euh.... non c’est dans L’empire contre-attaque ça, mais qu’est-ce que je raconte nan mais ça va pas bien hein !


  • Pour résumer :
    La première des huit prédictions pour 2030 de Davos est ainsi libellée : « Vous ne posséderez rien. Et vous serez heureux. » (You’ll own nothing. And you’ll be happy).

     

  • Effectivement les annonces comme celle concernant le possible manque de vaccins sont des étapes douces pour piquer les gens avec leur consentement.
    Or si les décisions gouvernementales se durcissent, la guerre sera effective et clairement visibles pour les réveillés. C’est pourquoi l’urgence de la réinformation est la priorité, en espérant qu’un maximum de policiers se réveillent, car l’époque sent sévérement de plus en plus la fin des temps...
    Le peuple de Gog et Magog qui éprouve l’humanité à la fin des temps n’est pas forcément une opposition, mais peut être d’une part un ancien peuple maudit (vivant des siècles) synonyme d’une une infiltration de nombreuses places hiérarchiques élevées dans les secteurs importants (Etat, média, multinationales, banques, entité supranationales, gestionnaires massifs d’investissement, oligarchies, police, armée, etc), et d’autre part une soumission de ceux qui les suivront (progressistes, impies, etc).
    Le tri des âmes serait donc encore plus en cours et la réussite demande plus de subtilité qu’avant en étant la plus grosse épreuve de l’histoire de l’humanité, car pour l’instant la tyrannie impie est encore cachée pour beaucoup par rapport aux tyrannies impies du passé qui étaient violemment déclarées et entretenues.


  • Même si je n’en n’étais pas conscient à l’époque, je n’ai jamais cru à leur histoire de SIDA. A l’époque j’ai baisé à couilles rabattues sans capote et à part des chaudes pisses j’ai rien choppé. Mon frère, homo, est "séropositif" (il a le sida) sauf qu’il est aujourd’hui "indétectable". Indétectable signifie que si rien n’était inscrit dans son dossier médicale, personne ne saurait qu’il a été un jour "séropo". Cette pathologie est bien une punition de dieux. Je connais bien toutes les pratiques sexuelles de dégénérés que pratique cette catégorie de la population (c’est mon frère il vient déversé toute sa dégénérescence dans mes oreilles comme dans celle d’un curé au confessionnal).

    La grippe H1N1 même topo. Alors que tout le monde se lavait frénétiquement les mains toutes les deux minutes, moi je rigolais quand ma supérieur me demandait de me laver les mains avec leur gel à la con.

    Je ne comprend qu’après toutes ces arnaques les gens croient encore à ces bobards médiatique.


  • L’effet des plateformes numériques provoque une presion de tous les instants sur les gens qui se sentent en permanence épiés, sollicités... comme si un prédateur malveillant tournait toujours autour d’eux à l’affût pour obtenir un achat, un consentement, le paiement d’un impôt, une faille RGPD, un moment de faiblesse aboutissant à une erreur fatale. A la longue, ça devient épuisant que cet état permanent d’intranquilité, d’être ainsi poussé dans ses retranchements, de l’hyperresponsabilité, de la culpabilité, dans de fausses intentions projetées, toujours sous contrôle à devoir montrer patte blanche. Ainsi constamment oppressé, je constate que, dans cette taule, chacun dans sa cellule, isolé, le libre arbitre n’existe plus, du moins il devient vraiment altéré. Pour faire face à ce processus du nudge, il ne suffit pas de savoir dire non, même si c’est ancré et intériorisé, c’est plus subtile que ça puisque l’espace des libertés individuelles et collectives se réduit de jour en jour. Le conseil de Lucien Cerise jadis formulé "dur à l’intérieur et ouvert (doux) à l’extérieur", je le pratique depuis 11 ans sur les plans personnel et professionnel, sans cesse, cela absorbe votre joie, vous perdez ce côté enfant, et à la longue, dans cette guérilla, vous devenez réactionnel. diagnostiqué.. Attention.
    Après un tel traitement, je comprends que pour certains à bout, psychiquement mort, l’arrêt de ce processus sera vécu comme une libération : « Vous ne posséderez rien. Et vous serez heureux. ». Ce n’est pas une prédiction pour 2030 mais le résultat recherché par Davos, tout monde désarmé y compris les derniers réfractaires, même les plus coriaces. Il devient indispensable d’obtenir quelques réelles et belles victoires sinon à quoi bon ?


  • Un article passionnant, mais qui fait vraiment peur...

    Cependant, tout n’est pas joué, il y a encore des gens et des peuples qui veulent rester humains et garder leur âme, ça va être difficile au début, mais ces gens et ces nations (je pense notamment à l’Afrique qui se rebiffe contre la "folie" progressiste occidentale) sauront s’unir et vaincre le mal qu’on nous impose, comme l’ont fait nos anciens contre la barbarie nazie autrefois !


  • E&R devrait organiser, en perspective d’Économie Solidaire, une cellule de reconstruction.

    > On pourrait appeler ça "Logistique Autonome", tout simplement.

    La destruction des services publics centralisés est un moteur pour créer des services publics a-centrés, agiles, et pilotés directement par le peuple, aidé des ordinateurs.


  • Une grande partie de la population aime être asservit
    https://www.francetvinfo.fr/faits-d...


  • Moi ce que je vois arriver dans un avenir proche C est plutôt la barbarie la plus total.
    J espère me tromper


  • La Bhagavad Gita enseigne que les êtres démoniaques sont littéralement fascinés par l’éphémère. Ils ont une vision ultra étriquée de l’existence et une intelligence extrêmement amoindrie. Donc pour les seconds couteaux d’entre eux, on les achète trés facilement avec un peu d’argent, de pouvoir et de gloriole à 3 balles. Ils servent ainsi de relais à ceux qui sont derrière et les imbéciles corruptibles ne manquant pas dans le monde d’aujourd’hui privé de valeurs spirituelles, les mondialistes n’ont que l’embarras du choix pour trouver leurs pions. Kali-yuga..... .


  • Le monde spirituel (de Dieu) est le monde du Bien absolu. Le monde de la matière, celui où nous sommes présentement, est son contraire exact. Donc fondamentalement il vaut mieux avoir un apriori pessimiste à son sujet, ce qui revient simplement à être, au bout du compte, réaliste. Donc M. Cerise a raison de pencher plus dans le pessimisme que dans un optimisme illusoire. Cela est salvateur. Aprés, c’est à chacun d’adapter cela à sa situation personnelle.

     

  • Nous devrions mettre en place un réseau de contacts humains pour échapper à leur système qui déboule. Nous avons besoin de peu au bout du compte pour vivre heureux : un toit, de quoi se chauffer en hiver, quelques vêtements ( ça dure des années, pas besoin d’en acheter souvent), de la nourriture, des livres.... . Si on réunit un fichier de contacts de gens qui sont dans ces secteurs (éleveurs, agriculteurs etc.....) on peut créer notre propre système interne. Pas besoin quand on voyage par exemple d’aller à l’hôtel : tu loges chez moi, je loge chez toi etc......

     

    • A De Bonald,
      Je vous rejoins sur le principe, si nous ne nous"serrons pas les coudes" ne serait-ce que par des échanges téléphoniques ou par courriels, dans un premier temps, il ne sert à rien de prétendre à la solidarité.
      Peut-être les correspondants locaux d’E&R pourraient donner des pistes au sujet d’agriculteurs, d’artisans, de bonnes volontés qui aimeraient échanger et créer ce "système interne" pour éviter d’alimenter les patrons de la grande distribution...
      J’ai tenté un effort en ce sens pour les G.J de ma région, ce fut ardu !
      Il semblerait que l’infrastructure d’E&R ne corresponde pas à ce type d’action !
      Si certains sur ce site partagent votre opinion, il serait utile de le faire savoir !


  • "La société post-covid est une extension du secteur socio-professionnel tertiaire à toute l’existence, avec ses emplois de bureau en espace climatisé, son télétravail largement répandu et ses faibles dépenses caloriques et énergétiques. C’est le monde morbide et dégénéré du bobo, du geek et du no-life, végane, anti-spéciste, cosmopolite, LGBT, masqué, confiné, vacciné et heureux de l’être."

    Cher Monsieur Cerise, merci pour ce passage qui résume tout. Je vais la garder pour longtemps, surtout quand j’observe cette faune qui se croit l’élite.


  • Bonne interview. Excellent. Merci Mr Cerise.
    Pour la liaison entre virus informatique et vaccin, voici une image(tres complotiste !) venant meme d’un des producteurs du vaccin(en dessou de "Our Operating System") —>https://www.modernatx.com/mrna-tech...
    Petite rectification : une application EST un logiciel(software).

    Ps : l’intelligence artificielle n’existe pas ou n’est pas ce que vous croyez. C’est juste du marketing pour vendre de la tech, de l’electronique ou une pseudo innovation. Parfois meme, elle sert a effrayer. Elle remplace et englobe maintenant les termes comme TV intelligente, voiture intelligente, montre intelligente, toaster intelligent, smartphone, algorithme, etc, qui sont maintenant obsoletes. Ils trouveront un nouveau terme plus tard. En gros tout ce qui est programmable contient de l’AI(de l’electronique ou des logiciels). La difference est que LE CONSOMMATEUR ne programme(code) rien. La tech aujourd’hui, plus precisement les logiciels, c’est comme les nems pour une grande partie de la masse : tout le monde en bouffe, mais personne ne sait ce qui est a l’interieur.
    Un anti virus ou un virus n’est en fait qu’un programme informatique. Du coup les concepteurs de virus ou anti virus sont juste des informaticiens.
    Ca n’est pas pour rien que dans Matrix par exemple, le heros soit un hacker ou un geni de l’informatique. Car seuls les developpeurs et codeurs sont capables de lire et modifier les programmes, donc savoir ce qui se cache dans le code. Et du coup etre capable de modifier l’environement.


  • Que dire... nous sommes d’accord !
    Donc la seule question qui mérite toute l’attention est : que faire ?
    Déstabiliser le pouvoir/systeme/regime est une chose... prendre le pouvoir en est une autre.
    Une réaction populaire serait rassurante (encéphalogramme du corps social pas totalement plat) ... mais pour gagner le combat il faut etre dans l’action : "l’avantage est à l’attaque".
    Ceux d’en face sont dans l’action, pas dans la réaction.


  • La « légalisation » de l’IA procède de ce projet d’indifférenciation "homme-machine"... mais entre temps les industriels doivent se protéger contre le comportement non prédictible de l’IA (qui sera appliquée quasi-partout).
    Par exemple, aujourd’hui, si ta voiture présente une défaillance qui te cause un préjudice ... le constructeur est résponsable.
    Demain, si ta voiture intelligente fait un accident, le résponsable sera cette intelligence, et non pas le constructeur de cette intelligence.

    C’est pour ça que, avant de nous décliner l’IA à toute les sauces, il faut etablir un cadre juridique permettant aux industriels de se décharger des défaillances probables de l’IA.


Commentaires suivants