Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Macron à Bagdad pour couper l’herbe sous le pied d’Erdogan

Défendre « la souveraineté » irakienne ! Voici le leitmotiv d’Emmanuel Macron en Irak. Sa visite éclair à Bagdad avait toutefois une ambition régionale. Dans le collimateur de l’Élysée : la Turquie. Pour Sputnik France, Adel Bakawan, spécialiste de l’Irak, revient sur la stratégie d’Emmanuel Macron face à ses adversaires dans la région.

 

 

Pour des raisons de sécurité, la visite d’Emmanuel Macron à Bagdad n’a été confirmée par la présidence française qu’à la dernière minute. Premier chef d’État étranger à se rendre en Irak depuis la nomination du Premier ministre Moustafa al-Kazimi, le locataire de l’Élysée est arrivé à Bagdad sur la pointe des pied Macron à Bagdad pour couper l’herbe sous le pied d’Erdogan.

Pourtant, cette visite pourrait faire beaucoup de bruit dans la région. En témoigne la justification de son déplacement. En effet, « en lien avec les Nations unies », le Président de la République s’est rendu en Irak pour « accompagner une démarche de souveraineté ». Emmanuel Macron a d’ailleurs déclaré qu’il était au chevet de l’Irak, pour faire face au « défi des ingérences extérieures multiples, qu’elles viennent de plusieurs années ou soient plus récentes ». Sans préciser lesquelles. Le message adressé à l’Iran, la Turquie et les États-Unis est néanmoins clair.

 

 

 

​Ces ingérences extérieures n’étaient pourtant qu’un des dossiers brûlants lors des discussions entre Paris et Bagdad. C’est en tout cas ce qu’explique au micro de Sputnik Adel Bakawan, directeur du département de recherche de l’Institut de Recherche et d’Études Méditerranée Moyen-Orient (IREMMO) :

« Le premier objectif de cette visite – et le plus urgent – c’est de discuter avec les autorités irakiennes et trouver des solutions face au retour de Daech. Ce retour est observé sur l’ensemble du territoire irakien, que ce soit dans les zones kurdes, sunnites ou chiites. »

Pour le chercheur, qu’il s’agisse d’« attentats, assassinats, enlèvements… tous les indicateurs montrent un retour objectif et structurel du groupe terroriste, ce qui constitue une grande menace pour l’État irakien, mais aussi pour le système régional et international. Macron va donc échanger sur ce sujet avec les autorités de Bagdad et les autorités d’Erbil. »

L’État irakien au bord de la faillite ?

Au cours des trois premiers mois de l’année 2020, le compteur des attaques menées par Daech contre différentes cibles en Irak s’élevait à 566. Un chiffre qui reflète la dure réalité de la situation sécuritaire dans le pays.

Et si ce dernier est un terreau aussi fertile pour le terrorisme, c’est surtout en raison de la déliquescence totale de l’État irakien. Il a été durement frappé en 2020, notamment par le coronavirus et ses conséquences économiques : le confinement mondial causé une chute faramineuse du prix du pétrole dès le premier trimestre de l’année. Les exportations de cette ressource représentent 95 % des recettes de l’État. Rien que ça.

 

Les forces spéciales françaises bientôt redéployées en Irak ?

Dans ce contexte, difficile d’assurer la sécurité du territoire et des gens qui le peuplent. C’est pourquoi Emmanuel Macron aurait proposé de renforcer la présence étrangère militaire en Irak :

« Le deuxième objectif est le redéploiement des forces spéciales françaises en Irak, qui ont quasiment toutes été retirées depuis la crise du Covid-19. Cependant, il faut que Macron trouve un cadre pour ce redéploiement. Et il espère le faire dans le cadre de l’Otan », estime le chercheur de l’IREMMO.

Pourquoi l’Alliance atlantique au Moyen-Orient ? « Car les États-Unis sont rentrés dans une phase de désengagement en Irak. En marge de ce désengagement américain, la France souhaite un réengagement militaire et l’Otan semble être l’alternative la plus crédible. »

Emmanuel Macron espère ainsi atteindre un double objectif : d’une part, limiter les capacités de nuisance de Daech, mais également tuer dans l’œuf les ambitions territoriales et militaires de la Turquie en Irak. Comme le rappelle justement Adel Bakawan,

« Le torchon brûle entre la France et la Turquie. L’Irak s’ajoute à ces terrains de conflit entre les deux pays. Et ce, car la Turquie a lancé une offensive de grande envergure dans le Kurdistan irakien pour pourchasser le PKK, considéré comme une organisation terroriste par Ankara. »

En effet, la zone autonome du Kurdistan irakien compte parmi les théâtres où Erdogan joue les gros bras, avec la Libye, la Syrie, la Méditerranée Orientale.

« Cette offensive turque en Irak est rejetée par Bagdad et Erbil, par les acteurs régionaux, mais aucun de ces pays-là n’a les moyens de stopper la Turquie. Et, car la France est en conflit avec la Turquie, elle va demander aux Irakiens, au nom de leur souveraineté, que Paris, via les Nations unies, intervienne dans le cadre de l’Otan pour remettre en cause l’intervention turque », souligne le spécialiste de l’Irak.

Reste à convaincre les autorités irakiennes, car sans elles, rien ne pourra se faire :

« Cette initiative est bien accueillie par les acteurs nationalistes irakiens, mais pas par les acteurs irakiens sunnites proches d’Ankara. Ces derniers ont d’ailleurs mis en ligne un communiqué condamnant l’initiative française en disant qu’elle entraînerait l’Irak dans un conflit qui n’est pas le sien », conclut Adel Bakawan.

Après 17 ans de guerre et d’instabilité dans le pays, le pari d’Emmanuel Macron est pour le moins risqué.

 

Un sujet d’Arte sur Macron et Erdogan

Les tensions au Proche-Orient et en Méditerranée

 






Alerter

48 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2539837
    Le 4 septembre à 16:54 par Beacat49
    Macron à Bagdad pour couper l’herbe sous le pied d’Erdogan

    Ça va lancer une nouvelle saison « « d’attentats » » ? Et après l’opération covidique (tous chez soi), on au l’opération terroriste (tous aux abris). Valls comme Macron nous avaient bien prévenus : on devra s’habituer à vivre avec...

     

    Répondre à ce message

  • #2539948

    Plus personne ne coupe l’herbe sous le pied de qui que ce soit. Tout est sous contrôle. Tout ce qui se passe actuellement est un film destiné à réveiller les masses et à amener le changement sans guerres civiles. Camarades, faites vos recherches sur Twitter et vous trouverez les réponses. Mais il faut se mouiller un peu.

     

    Répondre à ce message

  • #2540019
    Le 4 septembre à 21:14 par Loh Samouye
    Macron à Bagdad pour couper l’herbe sous le pied d’Erdogan

    L’image en tête d’article est issue du prochain clip de Nick Conrad ?

     

    Répondre à ce message

  • #2540021

    Que se soit Macron ou Erdogan ,les deux servent les intérêts américaino israéliens, au proche Orient(Liban ,Irak,Syrie,Libye etc...)...Sans le feu vert des américains, Macron se serait contenté d’une visite folklorique au Liban et en Irak.Je pense ,en ce qui concerne le Liban ,les américains ont été convaincus qu’ils allaient détruire et affamer le peuple et non la resistance et son milieu et je pense que le discours de Sayyed Hassan Nasrallah où il a dit que le peuple libanais ne se laissera pas mourir et que s’offre à lui la possibilité de laisser tomber l’occident pour se diriger vers l’Est (La Chine ,la Russie,l’Iran etc..)a beaucoup joué dans l’assouplissement du discours américain très agressif et des sanctions américaines. Macron est chargé de ce rôle par les usa ,celui d’empêcher le basculement du Liban et de l’Irak totalement vers l’Est..

     

    Répondre à ce message

  • #2540027
    Le 4 septembre à 21:24 par browser.0098
    Macron à Bagdad pour couper l’herbe sous le pied d’Erdogan

    rappelons que ce petit con a déclaré aux Français , peu après son "élection" (tiens ! ça me rappelle le peuple "élu"...ah ah ah , ça fait longtemps tu vois qu’ils maitrisent ce système... !) "le peuple Français n’est plus souverain"... ceux qui ont voté pour lui ont dû apprécier...les autres ont compris. trop tard.

     

    Répondre à ce message

  • #2540136
    Le 5 septembre à 07:47 par Keuf you
    Macron à Bagdad pour couper l’herbe sous le pied d’Erdogan

    Votre pièce de théâtre est nauséabonde.

     

    Répondre à ce message

  • #2540142

    On dirait qu’on essaie de nous préparer à un jeu de chaises musicales entre Macron (au "Kurdistan") et BHL (port du masque en France) ?

    Il va nous falloir tenir 18 mois pendant lesquels tous les moyens - du plus soft au plus traumatisant - seront employés pour faire veauter le troupeau pour le bon paquet de lessive...

     

    Répondre à ce message

  • #2540148
    Le 5 septembre à 08:48 par paramesh
    Macron à Bagdad pour couper l’herbe sous le pied d’Erdogan

    Le message adressé à l’Iran, la Turquie et les États-Unis est néanmoins clair.




    et Israël est aux abonnés absents ?

     

    Répondre à ce message

  • #2540806

    10 jours avant le déplacement de Macron (qui n’est pas une surprise), Bagdad avait demandé à la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni d’interagir en sa faveur contre Ankara car ni les Iraniens ni les Américains ne disent rien pour ça.
    Ankara a outrepassé un droit de poursuite élargi pour installer des bases militaires dans le nord de l’Irak et taper les Kurdes. Sauf qu’ils y font beaucoup de bavure et tuent régulièrement des gens qui n’ont rien à voir. Les Irakiens commencent à en avoir marre ett évidemment les Turcs ne veulent plus partir !
    C’est dire la faiblesse actuelle de l’état irakien qui ne peut rien faire pour se débarrasser de la présence américaine, ni de l’iranienne bien plus sournoise et même pas du début d’occupation turque.
    Sauf que c’est bien plus difficile et risqué pour la France de contenir seule les turcs en Irak et en Syrie que ça l’est en Méditerranée ou en mer Égée.Tout ce que peut faire Macron pour les Irakiens c’est continuer de former leurs militaires, éventuellement renforcer l’armer irakienne en vendant du matos, et investir dans leurs infrastructures défaillantes (eau électricité pétrole...).
    Macron en tout cas prend de bonnes décisions de politique étrangère en ce moment, c’est très observé par l’étranger, et ça se voit. L’Irak en est un exemple parlant.

     

    Répondre à ce message

  • #2540861

    L’Irak est gouverné par un amnésique ? On sait que les états n’ont ni amis ni, le temps passant, ni ennemis ; reste que côtoyer le ’’représentant’’(de fait un usurpateur par imposture) d’un pays qui a dévasté le vôtre il y a moins de 20 ans dénote à la fois de grandes forces et de grandes faiblesses doublées dans ce cas précis ou de naïveté ou de duplicité, car ce qu’on touche du coude en vendant des dents est, sur le fond, loin de mériter tant d’efforts. Après 20 années de calvaire, il vaut mieux choisir ses partenaires ailleurs que parmi les représentants illégitimes de pays ruinés de fond en comble par les forces parasitaires et centripètes des parasites qui le siphonnent et le colonisent.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents