Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Marine Le Pen : interview sur I-TELE

Vous êtes candidate aux élections municipales à Hénin-Beaumont, une ville où il y a 19% de chômage. Nous allons parler du plan Marshall, du plan banlieue, et enfin du plan espoir. En tout cas, les contours qu’à dévoilé, hier, Fadéla Amara. Lorsqu’elle dit qu’elle veut diminuer dans ces quartiers, le chômage de 40%, vous lui dites ‘chiche’ ? (La vidéo en bas de page ).

Oui, et on voit que le plan, celle qui en parle le mieux, c’est Boutin. En mal. La seule chose qui intéresse Fadela Amara, et on a cru le comprendre, ce sont les 100 cités à problèmes. Donc, Hénin-Beaumont n’en fait pas partie Dieu merci et si nous gagnons la municipalité, ce que je crois, Hénin-Beaumont n’en fera jamais partie. On voit bien qu’il y a un amateurisme total dans les propositions de Madame Amara, c’est ’ma sorcière bien-aimée’. Ainsi, on va créer 45,000 emplois ? Mais comment ? On subventionnant des entreprises. Donc, encore une fois avec l’argent des contribuables.

Je crois qu’à un moment donné, puisque Nicolas Sarkozy aime l’évaluation, on aurait déjà dû faire l’évaluation de la politique de la ville. Ça fait des années que l’on déverse des centaines de millions d’euros dans les quartiers et que ça ne marche pas. Hors, cette argent sort de la poche des contribuables et on ne voit aucune amélioration.

Non aux milliards supplémentaires pour les transports ?


Ce n’est pas la bonne technique. D’abord il faut rétablir la sécurité dans les quartiers. Le problème des transports est aussi lié à un problème de sécurité. Il faut éradiquer les bandes. Il faut casser le trafic et les dealers. Il faut mettre en place la politique du ‘casseur payeur’ et faire exactement l’inverse de ce qui vient d’être fait. A savoir, partant d’un bon sentiment d’ailleurs, de payer les voitures brûlées aux propriétaires. Sauf qu’il y a un sentiment d’irresponsabilité total qui se met en place. C’est encore les contribuables qui viennent au soutien de l’incapacité de l’Etat à faire régner la sécurité.

Elle dit qu’elle veut que des jeunes issus des quartiers deviennent policiers. Une majorité pour pouvoir dialoguer. Qu’est ce que vous en pensez ?

Le système du grand frère, on l’a fait aussi. Ça n’a pas fonctionné.

Soyons précis. Qu’est-ce qu’il faut faire ? Vous êtes demain Maire d’Hénin-Beaumont. Ça peut arriver. Vous avez réalisé un score d’environ 45% des voix......

Excusez-moi, mais vous ne pouvez pas mélanger la politique municipale et la politique nationale. Parce que les municipalités, aujourd’hui, souffrent de la politique nationale et les maires, qui vont être élu demain, seront des maires qui doivent vous protéger de la politique nationale ultra libérale qui est en train d’être mis en place et notamment par l’intermédiaire du rapport Attali.

C’est donc un test contre Nicolas Sarkozy ?


Il est évident que les habitants des villes veulent continuer à vivre de manière correct. Il faut qu’il tourne le dos à l’ensemble de ceux qui soutiennent les propositions actuelles de Nicolas Sarkozy et de la gauche ‘bobo’. C’est à dire de la régularisation totale, l’ultramondialisme mondialisé tel qu’il est prévu ; parce que ça va être une casse social qui va être monstrueuse. Donc, dans les quartiers, il faut à l’évidence rétablir la sécurité. Il faut démanteler les bandes, il faut que les familles de délinquants ne puissent plus se maintenir dans les HLM. Il faut mettre en place le système du casseurs payeurs parce que c’est le même système que le pollueurs payeurs. C’est pareil. Il faut mettre en place un grand chantier d’emploi pour tout le monde et non uniquement pour les quartiers en difficulté.

Vous rejoignez Christine Boutin qui dit qu’il faut un plan général.


Mais évidemment. Et dans les campagnes ? Pourquoi s’intéresserait-on en permanence à ces quartiers en difficulté alors qu’on retrouve aussi ces taux de chômage dans un certain nombre de campagnes. On les retrouve également dans un certain nombre de petites villes. Mais cela n’intéresse personne.

Comment revalorisez-vous l’économie sans déréguler et déréglementer ?


D’abord, je voudrais dire qu’il faut qu’on arrête de créer une taxe par jour. Une taxe sur le poisson, une taxe écologique. Demain, une taxe numérique pour contrebalancer la suppression de la publicité, une taxe sur les chambres d’hôtels... La seule solution que trouve le gouvernement, c’est de créer systématiquement une taxe de plus. Mais ça c’est bon, ça fait 30 ans qu’on nous fait le coup !. Et c’est toujours les contribuables qui paient. Et puis surtout, il faut tourner le dos à l’immigration choisie. Parce que c’est une politique folle. Je voudrais que Fadéla Amara dise aux jeunes, à qui elle s’intéresse dans les quartiers difficiles et où il y a 45% de chômage : ‘avec l’immigration choisie, vous n’aurez pas de travail demain. Parce qu’on va aller chercher des étrangers qui vont venir travailler pour deux fois moins cher’.

Oui, mais ce sont des postes qui sont vacants aujourd’hui.

Et les 45% de chômeurs qui sont dans les quartiers ? On ne peut pas les former pour qu’ils remplissent ces emplois là ? Le gouvernement est là pour, normalement, défendre la France et les français. Hors, il fait exactement l’inverse. Il défend les grands groupes financiers et il répond à leur demande qui consiste à dire : ‘On va mettre en place l’immigration choisie. On se moque qu’il y ait trois millions de chômeurs en France. De toute façon, cela, c’est perdu d’avance. On va aller chercher à l’étranger des personnes qui sont qualifiées et qui accepteront de venir travailler pour le SMIC’. Le jour où l’ingénieur indien acceptera de travailler pour 1200 euros par mois, combien sera payé l’ouvrier français ?. On voit bien que cette immigration choisie a pour vocation de peser à la baisse sur les salaires.

Dans son rapport, Jacques Attali préconise encore plus d’immigration pour le travail et il considère que, parce qu’on va faire venir des immigrés qualifiés qui vont occuper des postes à qualifications ‘hautes’, ils vont provoquer de la croissance. Pourquoi vous n’y croyez pas ?

Mais enfin ! c’est incroyable ! Nous somme en France, au 21° siècle, et vous êtes en train de me dire que, alors que nous avons envoyé des générations entière d’étudiants faire des études à Bac +5 à Bac +10, il n’y a pas de personnels qualifiés en France ? Ça n’est pas vrai. Seulement, le personnel qualifié que nous avons en France n’accepte pas de travailler pour un salaire dérisoire. Ce que veulent les grands groupes financiers, c’est de pouvoir avoir de la main-d’oeuvre qui ne réclame rien et qui acceptent de travailler à des salaires dérisoires. C’est ça le but de l’immigration choisie. On va faire venir des chinois qui ne seront pas regardant sur les conditions de travail, ni sur les droits sociaux et, en plus, il accepteront de travailler pour le SMIC. C’est royal !

Il vont continuer à pouvoir faire des profits et on va socialiser les risques. Parce qu’il faut savoir, c’est que l’immigration choisie n’est pas une immigration économique. C’est une immigration de peuplement. Parce que lorsqu’un travailleur étranger viendra en France, quelque soit son salaire, il va pouvoir faire venir ses parents. Il va pouvoir faire venir son conjoint et va pouvoir faire venir ses enfants. Mais qui va payer l’école de ses enfants ? Qui va payer les soins de sa famille ? Qui va payer les transports ? Qui va payer ? C’est la Société.

On vous répondra qu’il contribueront, eux aussi, en payant des charges sociales et en payant des impôts.


Ça n’est pas vrai. Monsieur Attali dit ‘l’immigration, c’est la croissance’. Mais il ne le démontre pas. Et pour cause, ça n’est pas démontrable. Vous voyez bien qu’il y a une privatisation des profits, une socialisation des risques, en l’occurrence. Parce que les six ou sept personnes qui viendront avec ce travailleur pèseront sur la communauté nationale. Ils auront droit dans notre État Providence à toute une série d’accès aux soins et à l’éducation mais qui sont payés par les contribuables français.

Pourtant, dans votre réquisitoire, on se dit que finalement Nicolas Sarkozy, si les français devaient suivre ce que vous êtes en train de dire, a tout à fait raison de faire un pas de côté et de dire ‘les municipales, je ne m’en mêle pas’.

Les sondages sont intervenus entre temps. Pour une fois, il avait parlé sans sondages. Là, les sondages sont tombés donc il dit l’inverse de ce qu’il avait dit 15 jours auparavant.

Ça vous soulage ?, c’est normal ?. Est-ce juste cette position du Président de la République ou auriez-vous préféré qu’il soit en première ligne pour pouvoir effectivement ouvrir le feu ?

J’ose espérer quand même que les électeurs vont tenir compte de la situation générale, économique de la France avant de voter. Je pense qu’il vont quand même tenir compte de la manière dont le gouvernement est géré et ne pas absoudre, notamment, l’UMP et le PS de leurs responsabilités dans la situation actuelle.

Le rapport ‘Attila’, c’est ’l’outing’ : ça y est, la gauche ’bobo’ et la droite financière se sont alliées et enfin, aux yeux de la France, on voit qu’ils sont tous les deux pour la dérégulation totale, l’ultralibéralisme délirant, celui qui va mettre la France entre les mains des grands groupes.

Regardez, toutes les propositions visent à cela. Dérégularisation des professions . On va se retrouver avec de grandes sociétés de taxis. Les pharmacies indépendantes disparaîtront au bénéfice de Drugstore. La libéralisation de la grande distribution va évidemment avoir pour conséquence la hausse des prix. La concurrence va disparaître, le petit commerce va disparaître. Là encore, on se met entre les mains des grands groupes. Comme par hasard, la disparition de la publicité va beaucoup aider TF1. Là encore, il y a peut-être une intervention de grands groupes. Donc vous voyez que....

On retrouve ce que votre père appelle ‘copain-coquin’ dans votre discours.

Non, c’est la même idéologie. Les français ne le savaient pas. On leur disait l’UM-PS. Certains des commentateurs ricanaient lorsque nous disions cela. Mais là, on le voit bien. Ils sont parfaitement d’accord.

Ils sont d’accord pour être contre le rapport Attali en l’occurence les députés UMP et la gauche considèrent ce rapport comme étant catastrophique. Je suis d’accord avec vous. Ils sont d’accord mais contre.

Ils sont en campagne électoral. Et par conséquent, ils sont en train de nous expliquer qu’ils adorent Nicolas Sarkozy mais que là, ils ne sont pas pour lui. C’est un mensonge, c’est une malhonnêteté. Il y a d’un côté ceux qui sont pour l’idéologie mondialiste, il y a de l’autre ceux qui sont pour la défense de la nation et d’une politique nationale. Les seuls qui défendent une politique nationale, c’est le Front National.

Un mot d’Hénin-Beaumont parce que vous êtes en campagne également. Est-ce que vous espérez redonner une ville au Front National. La dernière ville était Orange et on sait que le maire a changé de camp. C’est oui, visiblement.

J’espère qu’il n’y en aura pas qu’une. A Hénin-Beaumont, le travail qui a été fait sur le terrain a porté. Le pragmatisme, le bon sens des propositions a porté. On sent une ferveur incroyable dans la ville pour la liste qui est dirigé par Steeve Briois, et où je suis en deuxième position.

Vous ne serez pas Maire d’Hénin-Beaumont demain ?


Non, c’est Steeve Briois qui sera Maire d’Hénin-Beaumont et il le mérite. La gauche est totalement divisé. Il y aura trois listes de gauche. Et encore aujourd’hui, des socialistes dissidents et l’alliance républicaine n’iront pas voir Madame Lienneman, ni monsieur Dalongeville mais se maintiendront au deuxième tour. Par conséquent, il y a la possibilité d’un véritable changement. Tourner le dos à une politique qui a été clientéliste mais qui a surtout été dramatique sur le plan des finances locales puisque le maire a augmenté les impôts locaux de 85% à Hénin-Beaumont.