Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Marseille : l’incroyable buzz du coup de gueule de Philippe Carrese

Un texte désenchanté de l’écrivain sur Marseille enflamme depuis 6 mois la planète Internet et interpelle des élus.

Philippe Carrese n’en revient pas. Jusqu’ici, on le connaissait comme homme de télévision (de "Bzzz…" à "Plus belle la vie"), écrivain (une longue série démarrée avec le légendaire "Trois jours d’engatse"), illustrateur, musicien…... Depuis le début de l’année, ce solide gaillard est devenu un peu par hasard le chantre des désillusions de Marseille, la voix du désamour de la cité phocéenne.

Une métamorphose qui s’explique par un texte brut, des phrases dures, des mots qui cognent. La planète web s’est emparée de ce coup de gueule, au point de provoquer un incroyable buzz : "J’ai plus envie" (voir ci-dessous, le texte intégral) a été repris par des centaines de blogs et circule par mail à travers toute la ville.

Un phénomène étonnant, qui montre que 10 ans après l’euphorie de "l’effet TGV", Marseille ne sait plus où elle va et cherche les mots pour le dire. Elle a trouvé ceux de Carrese. "Cet engouement autour de ce texte montre qu’il y a une prise de conscience, juge l’écrivain. Les Marseillais sont prêts à entendre des questions. Est-ce que ça suffira à ouvrir le débat ? Je l’espère…"

Un texte de 2006 !

Le plus intrigant de cette affaire, c’est que ce texte a été écrit voici cinq ans. À l’époque, Philippe Carrese tenait une chronique dans un mensuel aujourd’hui disparu, Mars Mag’ : "J’étais un peu leur poil à gratter, avec des textes mi-acides, mi-rigolos. En juillet 2006, j’ai eu un gros ras-le-bol et je leur ai donné quelque chose de pas rigolo du tout".

Lorsqu’il est publié, "J’ai plus envie" ne provoque guère de réactions. Fin 2010, il réapparaît sur internet : "Je ne sais pas qui l’a retrouvé et qui l’a tapé, le fichier n’existait pas". Prévenu par le SMS d’un cousin qui le félicite, Carrese le repère sur plusieurs sites : "Au départ, j’étais inquiet, je craignais que des phrases aient été changées, qu’il n’ait plus de sens en dehors du contexte de 2006. C’était au plus fort des travaux du tramway, la ville était totalement désorganisée...…"

Une relecture attentive rassure Carrese, autant qu’elle l’étonne : "Aujourd’hui, il y a un ou deux trucs que j’aurais adoucis si je l’avais écrit aujourd’hui, mais dans l’ensemble, j’assume chaque ligne."

Traînée de poudre

Semaine après semaine, le désenchantement de Carrese s’est propagé sur la toile, relayé notamment par des milliers de mails baptisés "Marseille, lève-toi !". "C’est un chef d’entreprise qui me l’a passé, raconte Alain Bini, cadre à la Banque de France et ex-élu UMP du 7e arrondissement. La parole est intrinsèquement forte. J’ai fait suivre abondamment et j’ai eu des retours qui vont exclusivement dans le sens du texte, c’est l’expression exacte du sentiment qui monte sur Marseille en ce moment."

Travailleur social dans les quartiers Est, Luc le rejoint : "C’est un électrochoc. Une claque à nos naïvetés, au folklore qui nous tient lieu trop souvent de pensée." Surpris par ces multiples réactions positives, Carrese s’interroge sur cet accueil : "Je crois que c’est révélateur d’un malaise de plus en plus partagé. Ce qui est intéressant, c’est de voir qu’à Marseille, ça touche des gens de tous les horizons, de gauche comme de droite. Alors qu’à l’extérieur, ce texte est beaucoup moins bien compris...…"

Là où l’histoire se complique toutefois, c’est lorsque des sites d’extrême droite s’emparent de la longue charge de Carrese. C’est notamment le cas du blog de Stéphane Ravier, le candidat du Front national lors des municipales de 2008, ou de celui du Bloc Identitaire.

"Difficile à empêcher, rétorque l’écrivain. Et puis, ces reprises sont peu nombreuses par rapport au reste de la Toile". Les anti-"J’ai plus envie" commencent alors à s’organiser. Jusqu’alors très laudatif, le débat sur la page Facebook de Philippe Carrese devient plus virulent, les critiques fusent contre certaines phrases du texte, notamment la comparaison excessive de Marseille et de Kaboul.

"Ce texte est un raisonnement de réac qui s’ignore, et qui, au lieu de se pencher sur les causes de toute cette précarité, et de s’en indigner, ne voit que les conséquences sur son petit confort quotidien", dénonce par exemple un contradicteur.

Comédien et metteur en scène, Gilles Azzopardi lance la contre-attaque avec "Marseille, ma belle", texte qui prend sur la Toile la défense de la cité phocéenne : "Marseille, on te reproche de ne pas être Monaco ; ce qui est presque aussi intelligent que de reprocher à un ’gabian’ de ne pas être un Mirage 2000. On aimerait retrouver dans tes rues ce je-ne-sais-quoi, qui fait tout le charme de Lausanne. On te reproche, entre autre, d’abriter des Marseillais (si, si je l’ai lu !!!) et non pas des Tourangeaux car paraît-il que sans tes habitants, tu serais une ville formidable ! On te reproche d’être une ville du sud, avec une mentalité du sud, des odeurs du sud, un rythme du sud". Un partout, balle au centre ?

Un débat a la rentrée ?

Lorsque "J’ai plus envie" a commencé à tourner, Philippe Carrese a été contacté par plusieurs élus, dont l’UMP Renaud Muselier qu’il connaît depuis longtemps et le socialiste Patrick Mennucci.

"Je voulais discuter avec lui car j’aime les gens qui écrivent bien et ne sont pas dans le politiquement correct", explique Muselier. "Au-delà de certaines scories, ce texte est une description assez réelle de la situation, juge Mennucci. Qu’il lance ça, ça interpelle, ce n’est pas un facho ! En plus, comme il l’a écrit il y a 5 ans, il est presque trop gentil : certains points se sont dégradés !" De même, la Convention citoyenne du conseiller communautaire Philippe Sanmarco a repris "J’ai plus envie" sur son site.

Face à ces réactions, l’idée d’organiser un débat a surgi : il devrait avoir lieu après les vacances, sous la houlette de l’association "L’Écrit du sud". "Attention, je ne suis pas là pour devenir le spécialiste du blues marseillais, prévient toutefois Philippe Carrese. D’ailleurs, je vais peut-être écrire un autre texte qui s’appelera ’J’ai envie’. Pour passer du ronchon au constructif…..." Pour renouer aussi avec l’humour décalé de ses premières heures. Comme lorsque dans "Trois jours d’engatse", paru en 1994, il situait la cité Frais-Vallon "juste au-dessus du camion de flics, au bout de la rocade...…"

Fred Guilledoux


Le texte de Philippe Carrese dans son intégralité :

"J’ai plus envie...… J’ai plus envie de me prendre le quart-monde dans la gueule chaque fois que je mets un pied sur la Canebière.

Je m’apprêtais à écrire une chronique rafraîchissante pour un magazine d’été riant, bien décidé à taire mes énervements habituels. J’avais pris de bonnes résolutions, rangé ma parano dans ma poche et mes colères avec mes tenues d’hiver, au fond d’un placard. Je m’apprêtais même à faire de l’humour. Quelquefois, j’y arrive. Mais voilà… Une randonnée pédestre éprouvante entre les Cinq Avenues et le cours d’Estienne d’Orves a sapé mon moral et éradiqué mes résolutions optimistes.

J’ai plus envie de relativiser. J’ai plus envie de faire de l’humour. Et j’ai plus envie de subir ce cauchemar quotidien…...

J’ai plus envie de supporter toute la misère du monde à chaque coin de rue.

J’ai plus envie de slalomer sans cesse entre des culs-de-jatte mendiants, des épaves avinées et des cartons d’emballages de fast-foods abandonnés sur le bitume chaotique du premier arrondissement.

J’ai plus envie de cette odeur de pourriture qui me saute à la gorge, de cette odeur d’urine à tous les angles de travioles, de cette odeur de merdes de chiens écrasées sur tous les trottoirs, de ces relents de transpiration et de crasse sur les banquettes arrière du 41.

J’ai plus envie de perdre des heures en bagnole dans un centre-ville laid, dévasté par manque total de prise de conscience individuelle et d’organisation collective.

J’ai plus envie de voir ma difficile survie professionnelle lézardée par des bureaucrates en R.T.T, assenant au petit peuple que la voiture est un luxe inutile, eux qui n’ont sans doute plus pris un métro depuis des lustres.

J’ai plus envie de me retrouver sur le parvis de la gare Saint Charles à onze heures du soir avec mes jambes et ma mauvaise humeur comme alternative à l’absence totale de transports en commun et à la présence suspecte de rares transports individuels qui frisent l’escroquerie.

J’ai plus envie.

J’ai plus envie de baisser les yeux devant l’indolence arrogante de jeunes connards.

J’ai plus envie de jouer les voitures-balais pour de malheureux touristes étrangers bouleversés, fraîchement dévalisés par des crétins sans loi ni repère.

J’ai plus envie de me retrouver à chercher des mots d’apaisement et à soliloquer des propos hypocrites sur la fraternité et la tolérance lorsque mes enfants se font racketter en bas de ma ruelle.

J’ai plus envie de me laisser railler par ces troupeaux d’abrutis incultes, vociférants et bruyants au milieu des trottoirs qui n’ont qu’une douzaine de mots à leur vocabulaire, dont le mot "respect" qu’ils utilisent comme une rengaine sans en connaître le sens.

J’ai plus envie de contempler mon environnement urbain saccagé par des tags bâclés et des graffitis bourrés de fautes d’orthographe. L’illettrisme est un vrai fléau, il plombe même l’ardeur des vandales.

Et aussi…... J’ai plus envie de voir les dernières bastides mises à bas, les derniers jardins effacés d’un trait négligent sur des plans d’architectes en mal de terrains à lotir. J’ai plus envie de cette ville qui saccage son passé historique sous les assauts des promoteurs (le comblement de l’îlot Malaval est une honte).

J’ai plus envie de cette ville qui perd sa mémoire au profit du béton.

Et encore…... J’ai plus envie d’écouter poliment les commentaires avisés des journalistes parisiens en mal de clichés, plus envie d’entendre leurs discours lénifiants sur la formidable mixité marseillaise. Elle est où, la mixité ? De la rue Thiers au boulevard des Dames, la décrépitude est monochrome.

J’ai plus envie de traverser le quartier Saint Lazare et de me croire à Kaboul.

J’ai plus envie non plus de me fader encore et toujours les exposés béats de mes concitoyens fortunés, tous persuadés que le milieu de la cité phocéenne se situe entre la rue Jean Mermoz et le boulevard Lord Duveen. Désolé les gars, le centre ville, à Marseille, c’est au milieu du cloaque, pas à Saint Giniez. Tous les naufrages économiques de l’histoire récente de ma ville tournent autour de cette erreur fondamentale d’appréciation de la haute bourgeoisie locale.

J’ai plus envie de ce manque d’imagination institutionnalisé, plus envie de palabrer sans fin avec des parents dont la seule idée d’avenir pour leur progéniture se résume à : "Un boulot à la mairie ou au Département".

J’ai plus envie d’entendre les mots "Tranquille", "On s’arrange", "Hé, c’est bon, allez, ha…" prononcés paresseusement par des piliers de bistrots.

J’ai plus envie de ce manque de rigueur élevé en principe de vie.

J’ai plus envie de l’incivisme, plus envie de la médiocrité comme religion, plus envie du manque d’ambition comme profession de foi.

J’ai plus envie des discours placebo autour de l’équipe locale de foot en lieu et place d’une vraie réflexion sur la culture populaire. J’ai plus envie non plus de me tordre à payer des impôts démesurés et de subir l’insalubrité à longueur de vie.

J’ai plus envie de m’excuser d’être Marseillais devant chaque nouveau venu croisé, décontenancé par sa découverte de ma ville… Ma ville ! Et pourtant, Marseille… Pourquoi j’ai plus droit à ma ville ? Merde !"

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Marseille, Paris, Lyon, Toulouse, Nice, Strasbourg, Montpellier, Lille et jusqu’à chez moi à Valence... c’est le même topo ! Ces ressentiments sont les mêmes partout de Lille à Marseille, la France est colonisé comme jamais, même les champs Élysée se tiers mondise, des marches blanches toute les week ends pour honorer nos morts (1 Français mort = 2 ans de prison) sans parler de nos soldats qui ne meurent même plus en héros... moi aussi je n’est plus envie de bosser d’ailleurs je bosse plus et je ne touche rien comme ça on se doit rien entre eux et moi. Si d’autres attendent la réconciliation, moi j’attends que ca pète pour de bon.

    Dès fois je me demande qui est à la tête de mon pays ?
    Des sionistes ? Des ethno-masochistes ? Des xénophiles ? les trois à la fois ?
    La France est devenu cauchemar et c’est que le début.
    Il nous reste plus qu’à prier, prier et prier pour que au plus vite, le christ sorte de ce ciel pollué pour établir son règne sur cette terre de chaos. Amen

     

  • « Et pourtant, Marseille… Pourquoi j’ai plus droit à ma ville ? Merde ! »
    S’il n’y avait que Marseille...je crois que beaucoup de français aujourd’hui pourraient en dire autant de beaucoup d’endroits...

     

  • nous sommes nombreux à penser comme toi Philippe,nombreux à ne plus avoir envie de s’excuser de concevoir la morale, les valeurs,la discipline et le respect comme la ligne de conduite absolue que ce soit face aux connards désoeuvrés avinés ou shootés qu’aux classes dirigeantes étrangeres pour la plupart qui entretiennent les premiers pour nous faire chier ! aprés la ville,c’est aux villages de province que la laideur et la connerie ce sont attaqués,des centaines de logements sociaux ont finis de ronger les espaces verts et petits sentiers remplacés par une route bitumée,supermarché,hypermarché,zone commerciale,rond point !accompagnés par la meme faune débile surement vendu avec.


  • Laisser une ville comme Marseille en décrépitude d’année en année (qui était maire de Marseille à partir de 1995 ? Une mafia avec son parrain, on devine...) Devait être un business très lucratif pour ceux qui administraient et continuent d’administrer Marseille.


  • oOoO peu chère, tu es fada ou quoi ? et pour quoi t’a plus envie putingue congue, tu nous a fait quelque chose sur massilia, congue mais au fongue, on sait que tu l’aimes cette ville putingue congue...
    sinon moi je N’ai plus envie du foot marseillais et de la pétanque, activités professionelles qui fait survivre le port mafieux de Marseille, la 2nde Babylone sioniste jusqu’au trognon après Paris


  • Les internautes de ce site sont de plus en plus raciste envers tout ce qui n’est pas assez blanc mais les elites qui nous ont mené sciement à cette situation ne sont ni africaine, ni magrebine, ni musulmane, ni asiatique, ni indien...
    Tout le monde sait de qui il s’agit, de quelle religion ils sont, et pour quel pays ils complotent contre les interêts de la france. Mais personne n’a assez de courage pour le dire tout haut et on prefere s’en prendre à du menu frotin pour qui des solutions radicales regleront le problème plus vite qu’il ne faut pour voter des lois.
    Alors qui aura le courage de s’attaquer à eux frontalement ils sont très minoritaires mais ils vous dirigent, vous manipulent vous méprise, et vous tueront si sa peut leur apporter le moindre bénéfice.

    Alors y a t il qquelqu’un pour vraiment défendre la france ou Soral et Dieudo sont les derniers specimen d’une espece en voie d’extinction, l’homme libre et courageux qui aime son pays.

     

    • Attaquer les élites, c’est parfait, mais je n’oublie jamais que c’est aussi notre responsabilité si on les laisse faire joujou avec les peuples. Quels que soient les responsables, c’est la place de chacun dans notre société qui est interrogée. Ceci n’a rien à voir avec du racisme-excuse et cliché éculé, mais avec une situation qui devient invivable.
      Contrairement à ce que voudraient nous faire croire ces fameuses élites, ça ne finira pas en bisous. Il est temps de prendre des mesures radicales, au nom du bien et de la survie de la société, et non au nom d’untel ou de telle communauté. Chaque jour qui passe rend plus douloureuses les décisions à prendre. Attendre est la pire des solutions. Encore faut-il savoir où nous en sommes et où nous voulons aller. Et il n’existe pas trente-six possibilités. Soit on est du côté du peuple Français affaibli et on fait pour lui ce qu’il n’est plus capable de faire tout seul, on le sauve, soit on le trahit et on transforme ce pays en camp de réfugiés. A vous de voir. Les constats ne sont pas forcément agréables à entendre mais se cacher derrière la rhétorique de nos ennemis n’arrangera rien.
      E&R ouvre des portes, et ce n’est pas par plaisir. On aimerait bien que d’autres s’ouvrent de tous côtés.


    • « Les internautes de ce site sont de plus en plus raciste envers tout ce qui n’est pas assez blanc mais les elites qui nous ont mené sciement à cette situation ne sont ni africaine, ni magrebine, ni musulmane, ni asiatique, ni indien...  »
      Vous parlez des élites françaises blanches et catholiques bien sûr, comme Giscard, Mitterrand, Chirac et Sarkosy...non ?


  • Difficile en tant que Marseillais de ne pas partager ce point de vue...Surtout sur la "médiocrité" érigée en tant que religion.Marseille , c’est un berceau de sous-culture beauf à souhait , une catastrophe pour la pensée, LE NEANT CULTUREL , et je pèse mes mots.Ici , plus on est bête et ignorant, mieux c’est....Si vous ne l’êtes pas vous êtes catalogué comme bête de foire...Fatiguant à la longue..
    Il n’y a vraiment pas de quoi être fier de sa ville , et même en étant Marseillais de naissance je ne souhaite plus qu’une chose , partir loin....

     

    • @julio.......bonjour !....marseillais, j’ai moi aussi écrit un texte sur marseille il y a quelques années, telle que je l’ai connue et aimée dans les années 70 et encore un peu 80, étant nostalgique par nature et à contre-courant de toutes les sommations de la pensée qu’on nous infligent, j’ai voulu parler de ce marseille qui n’est plus, ravagé par les trahisons et les abandons successifs des élites à la facilité de la "prostitution" mondialisée !.....fier et heureux que philippe carrese ait lui aussi osé commettre un péché d’amour contre notre ville !