Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mathieu Gallet condamné à un an de prison avec sursis

Sans conséquence pour le protégé du Président ?

Condamné en tant qu’ancien Président de l’Institut national de l’audiovisuel (INA), l’actuel Président de Radio France fait appel du jugement.

 

Le jugement est lourd : l’ancien Président de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) Mathieu Gallet a été condamné à un an de prison avec sursis et 20 000 euros d’amende, lundi 15 janvier. C’est en tant qu’ancien Président de l’INA que l’actuel Président de Radio France était jugé pour « favoritisme », soupçonné d’avoir commandé environ 400 000 euros de prestations à deux sociétés de conseil sans avoir respecté les règles des marchés publics. Le tribunal a plutôt suivi les conclusions du parquet, qui avait requis dix-huit mois de prison avec sursis et 40 000 euros d’amende, lors d’une longue audience tenue le 16 novembre.

 

Une décision contestée en appel par M. Gallet

Contacté par Le Monde, l’avocat de Mathieu Gallet Christophe Ingrain annonce sa volonté de contester le jugement : « Nous faisons immédiatement appel pour que la cour examine ce dossier avec sérénité et dans le respect des droits de la défense, déclare-t-il. Compte tenu des conditions dans lesquelles l’enquête et l’audience se sont déroulées, la décision du tribunal n’est pas une surprise. »

Dans leur plaidoirie, les avocats de Mathieu Gallet avaient tenté d’obtenir la nullité de la procédure en arguant que la procureure de la République de Créteil, Amélie Cladière, se serait montrée « partiale » et aurait commis des erreurs : par exemple en imposant à un personnage public une garde à vue superflue, en n’interrogeant pas certains acteurs-clés ou en envoyant deux citations à comparaître successives.

[...]

L’autorité, qui a nommé le Président de Radio France, pourrait-elle choisir de le démettre ? Pour arguer en faveur du maintien de M. Gallet, il pourrait être mis en avant que les faits ne concernent pas Radio France mais son entreprise précédente. Par ailleurs, le fait que Mathieu Gallet ait fait appel pourrait pousser le CSA à différer sa décision.

Pour autant, une condamnation reste un élément négatif, qui pourrait être invoqué dans la suite du parcours de Mathieu Gallet. Alors que la procédure de renouvellement de son mandat devrait, en principe, être enclenchée à la fin de 2018, l’exécutif envisage, auparavant, de changer le mode de nomination pour le confier au conseil d’administration des entreprises concernées. De plus, le gouvernement pense créer une structure pilotant à la fois Radio France et France Télévisions, ce qui supposerait de nommer un dirigeant unique dès le courant de 2018. Un poste auquel Mathieu Gallet pourrait, en principe, se porter candidat.

Lire l’intégralité de l’article sur lemonde.fr

Mathieu Gallet, sur E&R :

Tout savoir de nos « élites » avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le chérubin a fait appel, c’est bon .


  • J’ai quand même l’impression que Macron est en train de leur faire bien à l’envers là, non ?


  • Je ne m’inquiète pas pour lui, il est au dessus de "ces basses attaques fomentées par des jaloux - sûrement prolétaires".
    Allez Mathieu, tu es du côté du bien, tous tes amis le savent. CON TI NUE comme ça.


  • #1880524

    Quand on donne 400 000euros à des bons amis , on peut leur demander de donner 20000 euros sans problème. Non ?!!


  • #1880555

    Ils ne sont jamais condamnés !sachant qu’à ce niveau là , un sursis et 20 000 euros, c’est une foutaise, juste pour rassurer le petit peuple et lui faire croire que la justice est juste et qu"elle frappe meme le giron dechoupinet ! Imaginons ce qu’aurait pris un quidam de la classe moyenne qui aurait enflé de 400 000euros une institution publique ....

     

  • #1880654

    Pour connaître le système mafieux, à la fois exigeant administrativement parlant et structurellement pour ce qui concernent les entreprises appelées, l’on sait ce procédé du moins-disant offert à des potes, pour se rendre compte, comme par miracle à l’issue, qu’il convient de rajouter des avenants - au tout venant -
    auxdits contrats de base, sans parler des suprises de mises en conformité soudaines ou autres astuces du genre, qui ne peuvent être réalisées que par l’entreprise d’origine puisqu’elle doit garantie de ses prestations initiales, quand elle n’en a pas raflé le contrat d’entretien. Valant enveloppe pour les bonnes oeuvres des partis et autres commissions pour les orphelins de mandats.
    Un an avec sursis ? Je te mettrais un an à casser des cailloux, à coups de schlague...
    Puis un an à vérifier leur calibrage : toujours à coups de schlague. Et enfin, à l’heure de la libération, merde, un avenant ; six mois de mieux. Encore et toujours à coups de schlague.


  • Le service public offert par les différents départements et sociétés étatiques français était l’un des meilleurs au monde,au temps du général de Gaulle et Pompidou. L’un des leviers de cette performance est,à l’évidence,la probité morale des responsables. Les cas de corruptions étaient pratiquement collés à la peau des voyous aux commandes du pouvoir dans le tiens monde. Fut un temps...
    Une période d’incertitude a pointé du nez au temps de Giscard,malgré quelques innovations,notamment avec le tgv et le parc des centrales nucléaires électriques. Il est vrai que l’incertitude a été déclenchée par le
    premier choc pétrolier. Et depuis 1981,le recul de la qualité du service public n’a cessé de s’accentuer pour toucher le fond
    en cette sinistre époque. Bien évidemment,le service que l’Etat doit rendre à ses citoyens est une dialectique globale de fonctionnement des
    différents départements sectoriels et la dynamique socio-politique qui
    préside aux mouvements des ressorts de la société. Cela veut dire,que
    lorsque le corps politique ne prend plus appui sur les fondamentaux de l’intérêt de la population,mais se focalise,plutôt,exclusivement sur
    les plans occultes de l’oligarchie,et que d’autre part,les citoyens
    abandonnent tout contrôle de l’Etat aux seules échéances électorales,alors on assiste à la débandade
    actuelle. Qui se soucie,depuis deux ou trois décennies,de l’emploi comme moteur de la société et de son projet civilisationnel ,de la performance de l’agriculture,de la pérennité des trains et de leurs sécurités,de l’éducation des générations montantes et du rayonnement culturel du pays,qui,jadis donnait fierté à chaque citoyen au delà des frontières,...
    Aujourd’hui,et seulement grâce à l’inertie héritée des performances des
    trente glorieuses qu’un régime minimale de fonctionnement des services publics est assuré,mais pour combien de temps ?...
    Comme dirait Chateaubriand : à la femme citoyenne,il est décent de
    pleurer,à l’homme citoyen de se souvenir.

     

  • J’ai connu un garçon tout juste sorti de la DDASS qui avait commis la grave erreur (et le gros délit, ok) de traficoter de l’herbe à 19 ans, dans les années 90. Pas de sang, pas de violence, pas de vol.
    Il a pris quatre ans ferme, ce petit Français du populo.

     

  • #1880970

    C’est vrai qu’il est beau.
    Mais bon ça vaut pas 400 mille euros.


  • #1881058

    "Sans conséquence pour le protégé du président ?" ...Je ne pense pas qu’il ait un jour à présenter un extrait de casier judiciaire à un potentiel employeur...ni mème qu’il ait à chercher un boulot, vu ses compétences , n’oublions pas que chez les politiques, les médias, les banquiers, les patrons ...ce genre de condamnation équivaut à un certificat de capacité .


  • #1881683

    Voilà un adoubement en bonne et dûe forme, une consécration formelle pour quelqu’un qui a décidé de ’’faire de la politique’’. Le voilà lancé et carrière assurée grâce a ses démélés avec la ’’justice’’ de l’endroit dont il va pouvoir tirer dorénavant de plus en plus amples ressources avec la complicité de ses pairs prédécesseurs repris de justice en leur temps aussi.


Commentaires suivants