Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mediapart à la poursuite du prêt qui a sauvé le Rassemblement national

« En grandes difficultés financières après les élections de 2017, le Rassemblement national a été sauvé par un prêt de 8 millions d’euros de Laurent Foucher, un homme d’affaires français très implanté en Afrique et proche de Claude Guéant. La somme a transité par une banque basée aux Émirats arabes unis. Des questions restent en suspens sur l’origine des fonds. »

À l’énoncé du titre de Mediapart daté du 4 octobre 2019, « Un prêt émirati de 8 millions d’euros a sauvé le Rassemblement national », on pourrait croire que ce sont les EAU qui ont sauvé le RN d’une semi-faillite, mais les choses sont plus complexes.

 

Pourquoi le FN avait-il besoin de ces millions d’euros ? Parce qu’il devait clôturer ses comptes de campagne dans la date limite de 11 semaines après le premier tour, soit le 7 juillet 2017. L’argent est arrivé in extremis à la Société générale, alors banque du parti de la droite nationale, et des questions se sont posées sur qui a prêté et pourquoi.

Précisons qu’aucune banque ne voulait avancer l’argent de la campagne au FN, qui avait pourtant toutes les chances de rembourser avec un score estimé de plus de 20 % au premier tour.

 

« Selon les informations obtenues par Mediapart, la somme a été avancée par Laurent Foucher, un homme d’affaires français bien connu en Afrique, sur la base d’un contrat de prêt signé à Bangui (République centrafricaine), mais sur des fonds dont l’origine n’a pas été clairement établie. L’argent a en effet été versé par Noor Capital, une société financière émiratie, sous la supervision d’un de ses responsables, le sulfureux financier franco-suisse Olivier Couriol, dont le nom apparaît dans plusieurs enquêtes pénales. »

 

Laurent Foucher fait des affaires en Afrique, et l’on retombe sur les traces du fils Mitterrand et de Claude Guéant. Les petites bisbilles entre partis franco-français n’avaient semble-t-il pas cours en Afrique, où il était question de business et de gros sous. Le lien entre le FN et Foucher s’appelle Jean-Luc Schaffhauser, député européen du parti de droite nationale.

 

JPEG - 72.6 ko
Jean-Luc Schaffhauser

« Rien ne prédisposait l’homme d’affaires à prêter au parti d’extrême droite. Très présent en Afrique où il a des intérêts dans le pétrole et le secteur minier – et diamantaire –, dirigeant d’un opérateur de téléphonie désormais présent dans 26 pays, Telecel Group – 700 000 abonnés –, Foucher a été naguère représentant en Mauritanie de Jean-Christophe Mitterrand, alias « Papamadit ». Il devait ainsi gérer les apports de ce dernier dans une pêcherie. Plus tard, Foucher prend pour banquier conseil Jean-Charles Charki, le gendre de Claude Guéant. Il conduit d’ailleurs l’ancien ministre sarkozyste et son gendre dans un voyage mystérieux en Centrafrique en juin 2013. L’occasion d’une rencontre avec le président centrafricain d’alors, Michel Djotodia. »

JPEG - 36.5 ko
Laurent Foucher

 

L’explication de ce prêt par Foucher est toute financière : en prêtant l’argent au FN pendant 8 mois, l’homme d’affaires réalisait une plus-value de 6 %, ce qui est au-dessus des normes du marché, et effectivement, en mars 2018, après que l’État eût remboursé les frais de campagne au parti de Marine Le Pen, tout est rentré dans l’ordre.
« L’affaire » serait presque bénigne si la bande d’Edwy Plenel ne révélait que la société émiratie par laquelle sont passés les 8 millions, Noor Capital, était une financière d’investissement dont le département de gestion d’actifs est confié à Olivier Couriol, pas inconnu de la justice suisse.

« Ancien du Crédit suisse, Olivier Couriol est soupçonné d’avoir monté des structures offshore pour abriter des fonds détournés par un gérant de fortune suisse condamné en 2018 à cinq ans de prison. Dans l’affaire de la mine d’or de Kodiéran au Mali, qui fait l’objet d’une enquête pour corruption ouverte par le parquet national financier, il joue un rôle dans le transfert de 20 millions de dollars par Airbus à un intermédiaire. Dans un dossier de corruption pétrolière au Nigeria, il est aussi entendu et perquisitionné par la justice suisse à la demande de juges italiens. »

Toute cette opération n’a rien d’illégal, en soi, qu’on pense seulement au financement du RPR ou du PS alors aux affaires sur les ventes d’armes françaises dans le monde ou sur le pétrole gabonais.

Mais Mediapart suppose qu’il y a encore « quelqu’un » derrière, et ce troisième nom derrière Foucher et Couriol excite les papilles du site d’extrême gauche, qui a toujours voulu dénoncer le financement du FN. À une autre époque, c’étaient les sbires de Paul Moreira, sur Canal+, qui traquaient l’argent du FN jusqu’en Russie, les journalistes du Système se gardant bien d’enquêter sur les origines des fonds des deux partis principaux de l’alternance, adossés qu’ils étaient aux robinets à fric de la République, Elf Aquitaine, devenue Total, et Areva, chez qui des milliards auraient disparu dans de « mauvais » investissements...

Quant aux liens avec les multinationales de l’armement (Airbus, Thalès, Naval Group, Dassault, Nexter, safran) des grands partis de droite et de gauche qui se sont partagé le pouvoir, ils sont tellement étroits qu’on ne distingue plus les uns des autres, les postes de responsabilité dans ces grandes entreprises exportatrices étant éminemment politiques, et les ministres de la Défense successifs ne prenant pas une décision contre les intérêts de ces poids lourds économiques.

Face à ces superéchanges, les 8 millions du FN devenu RN ne pèsent pas lourd. S’attaquer à un parti qui a été fragilisé à dessein par Emmanuel Macron (qui a fait de même avec La France insoumise), c’est s’attaquer à un nain de la « magouille » au milieu de géants de la magouille !

 

Anecdote de Roland Dumas dans Politiquement incorrect (2014)

En juin 2014, l’affaire Bygmalion éclate dans la presse. C’est une agence de communication qui a surfacturé pendant la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 des prestations à l’UMP, alors en difficultés économiques, un bon moyen de sortir du fric de la nasse. Bygmalion était le dispositif qui permettait au parti de Copé et Sarkozy de crever le plafond des dépenses de campagne, alors surveillées par la Commission des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCF).

 

 

Un jeu de dupes puisque le mal était fait, un peu comme l’Autorité des marchés financiers pour la bourse ou l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité, ex-Bureau de vérification de la publicité, pour les campagnes de pub. Encore mieux, l’IGPN, la police des polices, qui a eu l’audace de réfuter, par sa directrice Brigitte Julien, « le terme de violences policières » pendant la révolte des Français en gilet jaune ! Dernier cas d’un organe de surveillance à la fois juge et partie, le laboratoire Servier qui plaçait des hommes dans les organismes officiels de pharmacovigilance, on pense à l’ANSM, qui a été mise en examen dans cette affaire glauque.

« L’Agence du médicament est elle renvoyée pour “homicides et blessures involontaires” par “négligences”, pour avoir tardé à suspendre le médicament, malgré une accumulation d’alertes sur les risques depuis le milieu des années 1990, en France et en Europe.
Représentant l’ANSM au procès, son directeur général Dominique Martin assure qu’il participera ”à tous les débats dans la transparence la plus totale afin de concourir à la manifestation de la vérité pour les victimes et leurs proches” et qu’il ”(assumera sa) responsabilité de directeur d’établissement public”.
Parmi les personnes prévenues figurent l’ex-numéro deux du groupe, Jean-Philippe Seta, des médecins membres de commissions de l’Afssaps également rémunérés comme consultants pour les laboratoires, ou encore l’ex-sénatrice Marie-Thérèse Hermange, soupçonnée d’avoir rédigé en 2011 un rapport favorable à Servier. » (HuffPost)

Dernier point dans cette longue digression : à l’époque où le Mediator aurait dû être interdit, qui était aux responsabilités dans l’État ? Voici ce que nous écrivions en 2015 à ce propos :

« En 1997, devant les preuves scientifiques de sa nocivité, le médicament aurait dû être retiré de la vente, mais le secrétaire d’État à la Santé de l’époque, le Dr Bernard Kouchner, ainsi que Martin Hirsch, son directeur de cabinet, ne s’expliquent pas ce dysfonctionnement. »

Retour à l’anecdote de Roland Dumas, obtenue de la bouche de François Mitterrand.

« On a besoin d’autant d’argent parce que la propagande, la “com” ont pris le pas sur les idées. Il faut flatter le peuple dans d’immenses meetings, avec des milliers de drapeaux et des écrans géants sur lesquels le candidat se prend pour une rock star. De Gaulle n’avait pas besoin de ça, Mitterrand non plus.

Quand il s’est présenté pour la seconde fois, je m’étais intéressé de loin à ces questions. Il m’avait confié : "Je n’ai rien à dire, l’argent arrive à flots." Il en était fortement étonné mais ne touchait à rien. "Ça" venait des grandes sociétés, des amis et de certains États africains. Je puis témoigner que l’on ne demandait rien. L’Afrique passait souvent par moi. Par d’autres aussi. Ceux qui apportent se "placent" évidemment et attendent des faveurs futures. Ceux-là, d’ailleurs, arrosent les deux camps ! Plus qu’amoral, c’est immoral et contraire à tout principe.

On savait qu’Elf était la pompe à fric, la pompe "Afrique", des grands partis politiques français, à commencer par les gaullistes. C’est ainsi que les gouvernements nommaient à sa tête des types sûrs. Quand Mitterrand a voulu changer le PDG, il n’a pas pris, comme c’était l’habitude, un major de Polytechnique ou un inspecteur des finances, , mais Loïk Le Floch-Prigent, qui sortait d’une école d’ingénieurs. À sa nomination en 1989, il est venu trouver le Président pour lui demander ce qu’il convenait de faire pour tous ces financements. Il lui fit cette réponse : "Ne changez rien, faites comme par le passé, mais soyez équitable". »

Macron aussi, sur E&R :

 






Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2308032

    La FrançAfrique encore en action. Marine Le Pen compte t’elle vraiment en finir une fois pour toutes avec la FrançAfrique ? Non. Pas étonnant qu’on ait du mal à convaincre les Africains que la France va enlever ses doigts de l’Afrique et que les Africains pourront donc rester chez eux. Donc en fait c’est nous que MLP & cie entube : On nous sort qu’on n’a pas besoin de l’Afrique, et on apprend que le fric de la FrançAfrique continue à couler à flot de l’Afrique vers un parti politique Français.

    https://www.youtube.com/watch?v=ckq...

    MLP ne pouvait pas demander aux électeurs de sauver son parti ?
    100Euros/électeur , en 12 fois : les électeurs de MLP ne sont pas capables d’aider
    leur parti ????

     

    Répondre à ce message

  • #2308049

    Souscription populaire...

     

    Répondre à ce message

  • Je suppose que cet homme n’a pas prêté à taux négatif. Quelle belle société où l’on ne peut pas faire ce qu’on veut de son argent. Il y a quand même 2 questions intéressantes auxquelles PLENEL ne s’intéresse pas. La première, c’est pourquoi aucune banque ne veut prêter au RN ? Par contre, les Républicains, biens plus endettés, n’ont aucun mal à obtenir de l’argent. La seconde, c’est n’y a-t-il rien d’intéressant à chercher sur la financement de la campagne de MACRON ? Bien sûr, je n’ai pas les réponses à ces deux questions, mais j’ai bien ma petite idée...

     

    Répondre à ce message

  • #2308098

    Le Floch-Prigent à 07:00mn ...les jeunes de 35, 45 ans qui ont été fabriqués à l’étranger qui reviennent sur place, qui disent il faut changer, on va avoir un autre regard, c’est pour cela que je dis un autre regard sur l’Afrique. Et puis par ailleurs, l’Afrique noire est un matriarcat, les femmes ont de l’importance et sont en train d’exploser sur ce continent, le meilleur exemple c’est celle qui tient l’espoir du Togo aujourd’hui, elle a une trentaine d’années, elle s’appelle Farida Labourema, elle revient des Etats-Unis...
    "Ils vont découvrir la démocratie mais on a pas à leur imposer la dictature."



    J’ai l’impression d’entendre un Attali pour l’Afrique. Les expats, les jeunes et les femmes pour diriger l’Afrique ? Pur mondialisme. Il a répété que les chinois étaient sur place. Son problème est surtout là. Les chinois passent des contrats de développement, construisent des ponts, des barrages, des routes, des hôpitaux, des écoles, sans s’occuper de politique. Les français et les américains n’ont rien fait et continuent comme toujours de vouloir perturber la politique par d’autres moyens. Le changement coloré 2.0. On parle beaucoup du péril chinois sur EeR.

     

    Répondre à ce message

  • Nîmes : l’élu RN Yoann Millet agressé à une terrasse de café par des "antifas" . 4 jours d’ITT .

     

    Répondre à ce message

  • #2308278
    Le 27 octobre à 18:40 par jojo le pas beau
    Mediapart à la poursuite du prêt qui a sauvé le Rassemblement national

    Cherchez l’erreur :
    "après que l’État eût remboursé les frais de campagne au parti de Marine Le Pen..."

     

    Répondre à ce message

  • En somme c’est l’histoire de la paille et de la poutre. Entre les 8 millions pour le FN (et ceci reste à ma connaissance limite mais légal).... et les centaines au bas mot détournés par les partis dits de gouvernement UMP et PS, y a un gouffre !

    En plus, la situation du FN/RN doit interpeller n’importe quel citoyen normalement constitué - ce que se garde bien de dire ces journalistes "d’investigation" : les comptes bancaires du parti sont bloqués/fermés. Impossible de se financer via une banque française. Nos banques sont débiles ou bien ont reçu des ordres ? Ce qui fait que ce monsieur Foucher est plus malin ou avisé. Comme disait Vespasien, l’argent n’a pas d’odeur....

    Au final on en revient toujours au même point pour nous patriotes : si nous n’avons de banque(s) réellement française(s), nous sommes rien, ou bridés, tenus en laisse par le gouvernement. Le supplice de Tantale en d’autre terme.

     

    Répondre à ce message

  • l’état profond français dominé par les intérêts des mondialistes et certaines communautés veulent étrangler financièrement toute oposition nationale, il tapent direct sur le porte-monnaie... il faut faire quoi, le parti a besoin d’argent et les banques nationales ne lui prête pas, il faut dealer pour financer la campagne ? c’est du n’importe quoi ce médiaparte et ce pouvoir soi-disant démocratique ..

     

    Répondre à ce message

    • #2308630

      Etranglement fatal de CETTE opposition qui serait une erreur, puisque la disqualification d’une MLP en tant qu’opposant "officiel" ferait courir le risque de l’émergence d’un opposant un peu + dangereux en 2022.

      Et pas sûr que le coup du Pénélopegate puisse marcher à chaque fois.

      Je penche donc plutôt pour un simulacre d’étranglement, afin que cette opposition vive constamment sous la menace (épée de Damoclès Mediapart), mais soit quand même préservée dans son rôle de faire-valoir ...

       
  • #2309042

    On aimerait pouvoir se contenter de demander à Marine Le Pen à quoi lui a servi de lécher les bottes de la Communauté qu’on n’a pas le droit de nommer et qui, à quelques intermédaires près, a le pouvoir de faire fermer les comptes bancaires d’un parti politique... Mais MLP parle de « fatwa bancaire » ; voudra-t-elle bien nous dire à quel pouvoir bancaire islamique elle fait ainsi allusion, non contente d’avoir, des années durant, tiré sur le plastron que la dite Communauté lui enjoignait de frapper ?

     

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2016 le Figaro sortait un article avec le titre suivant :

    "En quête de finances pour 2017, le FN fait les yeux doux aux Émirats arabes unis"

    En mars dernier, le journal Foreign Policy dans un article parle d’une alliance entre les Emirats (et aussi L’Arabie Saoudite et l’Egypte) et l’extrême droite européenne dans le but, entre autres, de discréditer les opposants des émiratis qui souvent appartiennent aux parti islamiques.

    Donc ce prêt qui vient des pays du Golfe ne m’étonne pas.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents