Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Michel Houellebecq sur l’euthanasie : "Attali, c’est juste Minc en plus bête"

« Une civilisation qui légalise l’euthanasie perd tout droit au respect. » Ces mots forts pourraient aussi bien être (mais ils ne sont pas) ceux de François-Xavier Bellamy, Tugdual Derville ou Pascale Morinière, habitués à se manifester lorsque les questions bioéthiques sont en jeu. C’est pourtant bien Michel Houellebecq, qu’on ne peut soupçonner d’être une grenouille de bénitier, qui utilise sa plume avec brio pour défendre la valeur de la vie dans le FigaroVox.

 

Et son argumentaire, d’une simplicité biblique, paraît bien plus efficace qu’un raisonnement philosophique : primo, personne n’a envie de mourir ; secundo, personne n’a envie de souffrir ; tertio, on peut éliminer la souffrance physique (et non pas la personne) par la morphine ou l’hypnose. Et l’auteur de Soumission de fustiger la fausse compassion (« le mensonge est palpable »), le « baratin habituel », « l’enfilage de citations » des partisans de l’euthanasie qui ont sur lui « l’effet malencontreux d’éveiller le soupçon » et dont il compare les méthodes à celles des nazis.

Il condamne fermement les arguments progressistes (la France serait « en retard ») et économiques (« C’est bien Jacques Attali qui a insisté lourdement, dans un ouvrage déjà ancien, sur le prix que coûte à la collectivité le maintien en vie des très vieilles personnes ; et il n’est guère surprenant qu’Alain Minc, plus récemment, soit allé dans le même sens, Attali, c’est juste Minc en plus bête »).

Lire la suite de l’article sur bvoltaire.fr

 

À réécouter : Alain Soral sur l’euthanasie en 2008

 

Michel Houellebecq, sur E&R :

 






Alerter

46 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Et Jacquot qui voulait piquer les inutiles de plus de 65 ans en a maintenant lui même 77. Le trop perçu accuse de ce fait, un total de 12 ans. Je demande donc un remboursement payable en chèque ou carte bancaire dans les meilleurs délais avant saisie par huissier des 12 ans perçus indûment. Tout paiement effectué rapidement annulera les poursuites.

     

    Répondre à ce message

  • "qu’on ne peut soupçonner d’être une grenouille de bénitier"

    Vous avez le sens de l’ironie lorsqu’on regarde la photo...

     

    Répondre à ce message

  • Je ne suis pas pour, mais de de toute façon, l’accélération de fin de vie ca existait bien avant...c’était à la fois disons..."actif" et "passif"

    Actif : En stage quand j’ai vu la première fois DLP sur le tableau de soin...je disais "je dois préparer quoi ?"
    "laisse y’a qu’un anesthesiste qui peut le faire..." en général 2 DLP matin/soir la personne qui était en général dans un état très très....douloureux, cancéreux, ou meme la morphine était quasi inefficace...(c’est dire l’état)

    C’est qu’au bout de 3 semaines où au bout d’un moment j’ai demandé mais bon sang c’est quoi ? "Droleptan , lysanxia, propofol"...
    Et là ou ma tutrice m’expliquait que la famille généralement savait que c’était de toute façon sans espoirs, et qu’il valait mieux que le patient parte ainsi doucement plutôt que de prolonger les souffrances...
    Le médecin annonçait le décès le lendemain...

    Passif : dans le sens où dans certains cas, la morphine ("mort fine") accèlère le "processus" et la dose administrée bien qu’elle soulage, fait décompenser les autres symptomes comme les emphysèmes, les détresses neurologiques, cardiaques...mais comme le patient ne souffre pas...il part...

    Les soins palliatifs faut savoir encaisser...

     

    Répondre à ce message

  • Il y a de toute manière un postulat de départ très simple mais d’une efficacité absolue quand on est face à des propositions et mesures adoptées par les différentes instances nationales et internationales : AUCUNE d’entre elles sont motivées par la compassion, bienveillance, charité...autrement dit par les raisons ouvertement avancées pour les justifier, mais cachent des objectifs malveillants motivés par l’appât du gain, le désir de domination, le sadisme, l’accomplissement d’idéologies délirantes...Donc une fois que l’on a conscience de cela, dès qu’apparaît une nouvelle politique, régulation, norme, loi...relative à la santé, sécurité, protection de l’environnement...immédiatement vous savez que derrière se cache quelque chose de malveillant. Ensuite il ne reste plus qu’à faire sa petite enquête pour trouver les objectifs réels derrière ces dernières.
    La caractéristique de la tyrannie des Lumières c’est de systématiquement justifier les entreprises de spoliation, d’anéantissement, de réduction en esclavage...par de bons sentiments, pour "notre bien" ! On interdit telle additif alimentaire poison ? Cela sera pour le remplacer par une alternative tout aussi toxique voire plus parce qu’en tant que nouvelle molécule brevetée elle rapportera du pognon à certains groupes d’intérêts...on interdit tel herbicide car mutagène... ? C’est parce que la molécule étant entrée dans le domaine public elle ne rapporte plus d’argent, donc on l’interdira pour la remplacer par une nouvelle molécule tout autant toxique, breveté et hors de prix...On impose des normes et régulations extrêmement lourdes aux petits producteurs de produits alimentaires sous prétexte de protéger le consommateurs de risques d’intoxication alimentaire ? En réalité aucun grand scandale d’intoxication alimentaire n’a concerné des petits producteurs, l’objectif réel est de détruire la production artisanale au profit des grands groupes... On édicte un droit des enfants pour les protéger des adultes ? En réalité il s’agit d’abolir la notion de minorité et de consentement éclairé...et d’accorder le droit à l’enfant de se faire enculer, de changer de sexe... ! Pour tout c’est pareil ! Ils manipulent les instincts, les peurs, émotions des gens pour imposer des abominations pour "notre bien".

     

    Répondre à ce message

    • La bascule se fait en effet lorsque l’on réalise que les Etats ne veulent pas notre bien - à minima. C est le clivage entre les moutons de bonnes volontés qui ne voient que les effets et l’écume des choses et ceux que l on qualifie de complotistes c-a-d encore doués d’esprit critique et de temps pour chercher les causes, du moins, d’essayer. Tout sert la banque et l idéologie sioniste. A chacun de relever le défit de la probité, de la bienveillance et de la virilité spirituelle.

       
    • BRAVO

      Un commentaire précis et clairvoyant !
      Vous avez véritablement compris leurs façons de fonctionner !
      Dissimulation et manipulation sont les deux stratagèmes qu’ils utilisent toujours pour arriver à leurs fins !

       
  • #2701877

    L’euthanasie c’est pour les animaux souffrants ou dangereux. Pour les humains, c’est un assassinat.

     

    Répondre à ce message

  • Oui ou comme les neurochirurgiens qui vous dirons qu’il faut couper le nerf relié à la partie douleur du cerveau pour ne plus souffrir.

     

    Répondre à ce message

  • Ce débat sur l’euthanasie est l’un des moyens qu’utilise notre société totalement malade et fonctionnant à la perversion manipulatrice pour se donner bonne conscience.

    A l’époque des guerriers, on achevait les mortellement blessés, les très malades et les très âgés mourraient de n’être pas "prolongés" comme la médecine d’aujourd’hui le fait par sédation combinée à de puissants antis douleur.

    On ne peut que comprendre ceux qui souhaitent que le geste euthanasique soit légitimé... qui a en effet envie de supporter la douleur extrême et l’effet grabataire ? Le souci n’est pas, me semble-t-il, dans l’ignominie supposée de l’euthanasie, mais dans l’usage qu’en feraient (feront ?) les légitimateurs et les décideurs intra famille.

    Après avoir tout fait pour prolonger la vie des hommes, après avoir en conséquence inventé un "or gris" (la consommation des retraités de la dernière vague de "babyboomers" plutôt bien lotis) indexé aux chiffres de la sainte croissance nationale, les vieux sont devenus des charges trop lourdes nous affirment-on...

    C’est une évidence puisque entre temps la famille a été achevée, pulvérisée, réduite à portion congrue, économiquement paupérisée et qu’elle ne peut donc plus user de cette solidarité familiale d’antan. L’effondrement méthodiquement orchestrée via l’opportun "corona19" a détruit également l’économie touristique dont une bonne partie venait de la consommation des babyboomers sus mentionnés.

    La destruction voulue des systèmes de retraites promises aux BlackRock et autres Vanguard via nos élites populophobes transformant les actuels retraités en nouveaux indigents entraîne de facto la "nécessité" pour les organisateurs du "nouveau monde" de se débarrasser des vieux.

    Seule une poignée de vieux riches pourront espérer finir en bonnes conditions. C’est déjà le cas pour les élites sus mentionnées qui vivront dans des lieux sanctuarisés et soignées dans des cliniques privées hors de prix.

    Le chaos suit son cours - les orchestrateurs de cette dévastation mondiale, qui finira forcément par s’abattre sur les derniers pays émergeants - panoccidentalisation oblige - et il faudra beaucoup de courage, de patience et de détermination aux jeunes résistants authentiques pour récupérer leur nation, leurs coutumes, leur dignité, leur souveraineté...

    Les déjà un peu "vieux" - génération Soral - font le boulot de préparation à ce prochain combat.

     

    Répondre à ce message

  • #2702241
    Le 8 avril à 15:10 par une vie à croire n’importe quoi
    Michel Houellebecq sur l’euthanasie : "Attali, c’est juste Minc en plus (...)

    je trouve sa remarque stupide. On n’a de valeur que si on est beau, ou riche, ou qu’on a un talent reconnu, et il le sait très bien. Lui coche les 2 dernières cases. Si on n’en coche aucune, on ne vaut même pas trois cacahuètes, y compris et surtout à ses propres yeux.

     

    Répondre à ce message

  • Houellebecq recoit la légion d’honneur et ose l’ouvrir ? on est a wagadougou ?

     

    Répondre à ce message

  • Il a jamais vu un visage ou un sein à moitié dévoré par un cancer extériorisé et en roue libre dégoulinant de pus et dégageant une horrible odeur de pourri ce gars là. Et il y a aussi des douleurs incontrôlables. Quand aux souffrances psychiques les soi-disants professionnels sont parfaitement incapables, comparés à l’absence de "soins", d’y faire quoi que ce soit.

    D’autre part de quel droit il interdit aux gens de disposer de leur vie ???

    C’est insensé ce genre de position.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents