Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

Histoire d’une lente réhabilitation

« Tout le monde a un plan, jusqu’à ce qu’il se prenne un pain dans la gueule ». C’est l’une des devises de la légende de la boxe, qui s’apprête à remonter sur le ring à 54 ans, samedi soir. Et elle résume bien sa carrière chaotique.

 

Fin 1986, le tout jeune Mike Tyson s’apprête à disputer un combat pour le titre de champion du monde. Il est l’invité de l’émission Nightlife, en compagnie du légendaire boxeur Jake LaMotta, incarné au cinéma six ans plus tôt par Robert De Niro dans Raging Bull de Martin Scorsese. Le présentateur prend à témoin le glorieux ancien, et lui demande s’il a un conseil à donner au jeunot : « Le meilleur conseil que je peux lui donner, c’est de rester concentré sur la boxe et d’éviter le grabuge. Il y a beaucoup de grabuge, là dehors. Malheureusement, les types comme lui et moi, on attire les ennuis ». Bien vu.

« Iron Mike », qui remonte à 54 ans sur le ring samedi 28 novembre face à Roy Jones Jr., n’a pas assez écouté les sages paroles de son aîné. Il en a d’ailleurs tiré une de ses devises : « Tout le monde a un plan, jusqu’à ce qu’il se prenne un pain dans la gueule ». Lui, ne s’en est pas pris qu’un seul.

 

 

« Brut de décoffrage »

« Mike Tyson, c’est le produit caractéristique des années 1980 : l’immédiateté, la vulgarité, le côté clipesque, soupire Frédéric Roux, ancien boxeur devenu écrivain, qui lui a consacré un livre sobrement intitulé Mike Tyson (Grasset, 1999). Comme Mohammed Ali ou Joe Louis avant lui, le champion du monde des lourds, c’est quelqu’un qui porte les valeurs de l’époque. Tyson les a cristallisées jusque dans sa façon de boxer. »

Pendant les premières années de sa carrière, rares étaient les combats où l’adversaire tenait encore debout sur ses deux jambes après trois rounds. « Imaginez un cube de béton, un tour de cou de 54 centimètres, décrit le journaliste Jean-Philippe Lustyk, auteur du Grand livre de la boxe (Marabout, 2019), qui a presque assisté à tous les combats de Tyson entre 1986 et 2006. Pas de chaussettes. Pas de peignoir. Pas de musique d’entrée sur le ring. Brut de décoffrage. »

« Il gagnait souvent le combat avant d’avoir asséné le premier coup de poing. Son adversaire changeait de couleur entre le vestiaire et le ring » (Jean-Philippe Lustyk, journaliste spécialisé dans le Grand livre de la boxe)

« Souvent, ça marche. Quand je bossais avec Mike, c’était moi qui me chargeais d’aller dans le vestiaire adverse au moment où on bandait les mains de l’autre boxeur avant de lui enfiler les gants », raconte Matt Baranski, membre de son équipe, dans le livre The Last Great Fight. L’adversaire du soir s’appelle Michael Spinks. Sur le papier, les spécialistes pensent que son style peut contrarier Tyson, ce 27 juin 1988. Sur le papier seulement. « Je n’ai vu que de la terreur dans ses yeux ». L’impression se confirme quand, une fois sur le ring, il enlève son peignoir. Pas une goutte de sueur, alors qu’en face Tyson a l’air de sortir de la douche. Spinks n’avait tout simplement pas pu s’échauffer.

 

JPEG - 20.2 ko
Mike Tyson, pris en photo avant un de ses combats en 1986, à New York

 

Mais quand Tyson tombe sur un adversaire hermétique à sa guerre psychologique, les choses se gâtent. C’est ce qu’il s’est passé le 11 février 1990, à Tokyo. Personne ne voyait pourtant James « Buster » Douglas capable d’inquiéter le champion du monde des lourds. Pas même la propre mère de « Buster », qui l’appelle en pleine nuit, terrifiée par sa lecture d’une biographie de Tyson intitulée Fire and Fear (le feu et la peur). « Maman, ne t’inquiète pas, je le sens bien », la rassure le fiston. Avant le combat, « ses mains n’étaient pas moites au moment de les bander », se souvient un membre de son staff dans The Last Great Fight.

 

Chute sportive et chute libre

James Douglas, qui gagnera son surnom ce soir-là, résiste au premier round. Au second. Puis au troisième. Commence à croire en ses chances. Et au cinquième round, décoche un coup qui fait enfler l’œil de Tyson. Panique chez les deux nouveaux entraîneurs du champion : personne n’a pensé à prendre de la glace, une bourde gravissime à ce niveau. Les coaches improvisent avec un gant en latex rempli d’eau du robinet. Malgré cela, Tyson parvient à envoyer son adversaire au tapis. L’arbitre met 14 secondes à compter jusqu’à dix, et Douglas parvient à se relever. Au dixième round, c’est lui qui allonge Tyson. Pour de bon, cette fois. À quelques secondes près, la carrière de Mike Tyson vient de basculer.

 

JPEG - 73.3 ko
Le boxeur américain James « Buster » Douglas envoie au tapis son adversaire Mike Tyson, lors du championnat du monde des lourds, organisé à Tokyo (Japon) le 11 février 1990

 

De nombreux signaux auraient dû mettre en alerte son clan. Le boxeur, arrivé tôt au Japon, n’est pas sorti de son hôtel pendant un mois. La seule fois où il a mis le nez dehors, il s’est retrouvé face à 200 photographes qui voulaient immortaliser son jogging. Trop lourd sur la balance, il s’est contenté de boire du bouillon de légumes pour retrouver un poids de forme juste avant le combat. Son promoteur, Don King, n’a d’yeux que pour le combat d’après, contre Evander Holyfield.

Son mariage avec l’actrice Robin Givens s’autodétruit à vitesse grand V, la rapacité de sa promise et de sa mère n’étant pas pour rien dans ses problèmes conjugaux. Elles iront – selon les dires de Tyson relatés par Matt Baranski dans son livre – jusqu’à lui faire ingérer des tranquillisants avant une émission de télé (sur la chaîne nationale NBC) pour que Givens puisse l’accuser de tous les maux en face de lui, en mondovision, sans qu’il puisse vraiment se défendre. À son équipe historique a succédé un entourage surtout intéressé par les revenus qu’il peut tirer de la star. Donald Trump, qui organise beaucoup de combats dans son casino d’Atlantic City, n’est pas en reste : sa société facturera même 2 millions de dollars au boxeur pour des « conseils ».

1990, année de la chute sportive, 1991 année de la chute tout court. Fin décembre, Tyson se voit accusé de viol par la jeune Desiree Washington. Elle, jeune femme pieuse du fin fond du Rhode Island venue à Indianapolis participer au concours de Miss Black America ; lui, membre du jury, qui n’aura de cesse de harceler candidates et personnel féminin du concours. Le procès se tient l’année suivante. Après avoir échoué à acheter le silence de la jeune fille contre un chèque à sept chiffres, et sur les conseils de Don King, qui a imposé son avocat d’affaires à Tyson plutôt qu’un pénaliste rompu à ce genre de dossiers, la défense joue la carte raciale. On vend des t-shirts représentant Tyson les yeux bandés avec écrit : « Est-ce que Mike a droit à un procès juste ? »

 

JPEG - 55.6 ko
Le boxeur Mike Tyson fait étalage de sa fortune au Trump Plaza d’Atlantic City (Etats-Unis), le 21 juillet 1989 en marge d’un combat
contre Carl Williams

 

King et Tyson font aussi un don très médiatique de 17 000 dollars pour offrir une dinde aux nécessiteux noirs pour Thanksgiving. « Les conseillers de Tyson cherchaient à le dépeindre comme une victime, la victime d’un procureur blanc, d’une justice blanche et d’une “chercheuse d’or” noire. Je sentais qu’ils cherchaient à en faire aussi le procès d’Indianapolis et du Midwest blanc », écrit dans son livre Heavy Justice le procureur Gregory Garrison. Cette stratégie se solde par un échec : Tyson est condamné à un minimum de trois ans de prison. Seule réaction du boxeur à l’annonce du jugement : défaire sa Rolex de son poignet et la confier à son avocat.

 

Taillé pour le rôle du méchant

« Iron Mike » se refera paradoxalement une santé derrière les barreaux. « Je ne sais pas si la prison était une bénédiction déguisée, je l’ai pris comme telle », dira-t-il au magazine musical The Source. Au programme : conversion à l’islam, footing et entraînements quotidiens, des célébrités au parloir et des livres, d’Alexandre Dumas à Voltaire en passant par Hemingway. Le boxeur fera envoyer 20 cartons à bananes bourrés de livres issus de la bibliothèque de la prison chez lui.

« La veille de ma libération [le 27 mars 1995], je n’ai pas pu dormir, écrit Tyson dans son autobiographie La vérité et rien d’autre (Les Arènes, 2013). À quatre heures du matin, j’ai entendu les hélicoptères qui vrombissaient dans le ciel. C’était les stations de radio qui préparaient leur direct. En face, une foule immense s’était réunie dans un champ de maïs, en pleine nuit, dans l’espoir de m’apercevoir. »

C’est peu dire que le retour sur le ring du champion est attendu. Le choix de son promoteur se porte sur un de ces « journeymen », ces boxeurs qui remplissent le frigo en servant de chair à canon aux vedettes. Et parfois de chair à canon tout court. Peter McNeeley venait de boxer pour 200 dollars dans l’Arkansas quand il se présente face à un Mike Tyson en opération reconquête. Expédié en un round. Six mois plus tard, le champion du monde Frank Bruno n’en tiendra que deux de plus, terrassé par la peur. « Au lieu de son short, il aurait dû mettre des couches », commente son entraîneur. L’opération reconquête est finalement mise KO net par Evander Holyfield fin 1996. Une revanche est organisée l’année suivante.

 

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

 

Résumé du combat ici :

 

De la boxe et de Tyson, sur E&R

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2606331
    le 28/11/2020 par anonyme
    Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

    Donald Trump, qui organise beaucoup de combats dans son casino d’Atlantic City, n’est pas en reste : sa société facturera même 2 millions de dollars au boxeur pour des « conseils ».



    Je remonte l’article pour voir "Source : francetvinfo.fr"
    ça va, compris, à la moindre occasion... même si c’était un article sur les ragondins on n’y échapperait pas.

     

  • #2606348

    Un dos argenté... comme dans le film Rocky Balboa : il remonte sur le ring à 50 balais passés.
    Good luck Mikey. Faudrait plutôt aller botter le cul à Joe mais bon...

     

    • #2606483
      le 29/11/2020 par alasoupe
      Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

      ceci dit si j’arrivais pas à manger ma soupe en disant "elle est pas bonne " j’aimerais pas même à 54 ballets qu’on lui assigne la mission de me faire avaler la cuillère ! ;)


    • #2606506
      le 29/11/2020 par JooL_321
      Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

      "Dos argenté". c’est pas un peu raciste ça ? ... Nan j’rigole !


    • #2606739
      le 29/11/2020 par Charles
      Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

      @JooL_321
      Oui c’est raciste. C’est d’ailleurs en ces termes que les humoristes qui revendiquent la suprématie de la race bretonne désignent leur vieux père camerounais


  • #2606416
    le 28/11/2020 par Bambolailo
    Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

    Les derniers "grands" combats qui nous ont été proposé : khabib vs Mc Gregor (du show, du fric), Mayweather vs Mc Gregor (toujours pas compris l’intérêt de ce combat si n’est fr du pognon), en France le Tony Yoka face à un plombier et maintenant le retour de Tyson a 57 balais... On est loin de l’epoque de Ragging Bull.

     

    • #2606951
      le 29/11/2020 par The eagle
      Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

      Désolé de te contredire mais le combat nurmagomedov /Mac gregor était peut-être le dernier vrai combat de ces dernières années...

      2 immenses champions de l UFC (je ne pense pas qu’un pratiquant de boxe anglaise puisse faire grand chose dans l octogone)

      en gros ne fais pas le connaisseur fermes la à tout jamais


    • #2606988
      le 29/11/2020 par Alter
      Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

      Khabib vs Mcgregor c’est surtout la victoire de l’Orient sur l’Occident.


    • #2608254
      le 01/12/2020 par Mordicus
      Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

      Duhaupas un plom ier ?
      Quelle honte..
      Un modele d’endurance et de courage.


  • #2606458
    le 28/11/2020 par Dumnorix
    Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

    C’est quand même pas aussi fort que Joe FRAZIER qui a voté en Pennsylvanie...

     

    • #2606529
      le 29/11/2020 par anticyclone
      Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

      Tu n’y vas pas avec des gants :)
      Sympa ton commentaire.
      On peut en tout cas se demander si l’acte de voter et l’acte de boxer sont dans la même catégorie. Je pense que l’un des deux est un poids léger.
      Mais voilà : lequel ?


  • #2606464
    le 28/11/2020 par goy pride
    Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

    Combat purement marketing pour se faire quelques billets. Mais les deux boxers sont d’un âge équivalent donc cela ne sera probablement pas une espèce de boucherie où l’on verrait un trentenaire en pleine force de l’âge, au maximum de ses capacités physiques et de son art de l’âge détruire un homme sur le déclin, où inversement un puceau qui n’a pas le niveau se faisant détruire par un vieux roublard en bonne condition physique...


  • #2606541

    Bel article. Manque juste de mentionner Cus D’Amato qui a fait de lui un homme avant que Don King fasse de lui un produit.

     

    • #2606655
      le 29/11/2020 par Pépé le Moko
      Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

      Ce qui est " marrant " avec ça , c’est que quand Tyson à commencé ( sous l’influence " raciale " de Don King ) à renier Gus d’Amato , à minimiser sa contribution etc ... c’est là qu’il a commencé à chuter ...

      Comme quoi , trahir son maître ( en cette instance , son maître de boxe ) n’est pas une bonne idée !!!


  • #2606549
    le 29/11/2020 par Titinou
    Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

    Ce combat n’est pas n’a rien comparable au simulacre "McGregor vs Mayweather" qui était juste un numéro de cirque destiné uniquement à faire du pognon.
    En l’occurrence il s’agit d’un combat à but humanitaire opposant deux des plus talentueux boxeurs ayant jamais foulé un ring, même si cela reste un show puisque tous deux sont retraités.
    Je trouve le portrait de Tyson brossé dans cet article peu à son avantage car mal documenté. J’en suis étonné car ER nous avait habitué à (beaucoup) mieux. Ça ressemble presque à de la presse mainstream...
    J’ai commencé par être un fervent admirateur du Mike Tyson boxeur, qui du temps de sa splendeur nous a gratifié d’un spectacle unique, combinant des qualités physiques hors du commun et des prestations pugilistiques de très haute volée ( savamment inculquées par Cus Damato son père spirituel), le tout assorti d’une agressité bestiale qui trouve ses racines dans les tourments de son vécu.
    Aujourd’hui avec le recul de toutes ces années et pour avoir suivi tout ou presque de ses performances sportives et des turpitudes de sa vie de simple mortel, c’est d’abord les qualités humaines de ce boxeur d’exception que je loue et que j’admire.
    Que d’épreuves surmontées ! Que de remises en question ! et au final quel courage, quelle intelligence et quelle humilité il lui aura fallu pour lutter contre ses propres démons et tenter de ne pas sombrer dans son combat le plus impérieux et le plus ardu, qui fût celui de la quête du meilleur de lui même (en temps qu’individu).
    Plus jeune Champion du monde de l’histoire des poids lourds, légende parmi les légendes, Tyson reste à mes yeux d’abord et avant tout une source d’inspiration pour ses qualités d’être humain.
    Respects champion !

     

    • #2606597

      “Je trouve le portrait de Tyson brossé dans cet article peu à son avantage car mal documenté. J’en suis étonné car ER nous avait habitué à (beaucoup) mieux. Ça ressemble presque à de la presse mainstream...“




      C’est de la presse mainstream, l’article vient de francetvinfo.fr


    • #2606801

      Vous gagneriez à être « un peu » plus attentif, et ici en l’occurrence pour distinguer ce qui relève de la revue de presse de la production propre à la rédaction d’E&R !


    • #2606891
      le 29/11/2020 par Merlin
      Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

      @Titinou,
      Très bien dit.
      100% d’accord avec ton commentaire.


  • #2606559
    le 29/11/2020 par Respect
    Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

    Toujours une puissance et une rapidité de buste impressionnante Tyson. Une boxe et une âme lumineuse.


  • #2606596
    le 29/11/2020 par Aficionado
    Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

    Vivement l’analyse de notre professeur de boxe.


  • #2606600
    le 29/11/2020 par Bachar
    Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

    Pour les amateurs, voici le combat dans son intégralité :

    https://www.youtube.com/watch?v=eTP...

    Il y a eu match nul :

    https://www.lequipe.fr/Boxe/Actuali...


  • #2606619

    Bel hommage au grand Tyson. Comme Soral, un boxeur qui n’a pas besoin de coquille.

     

    • #2606659
      le 29/11/2020 par adile11
      Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

      Attention ! " pas besoin de coquilles" peut s’interpréter de deux manières différentes . Cela dit on aura deviné la votre ..qui est légitime .
      cdt


    • #2606756

      Oui c’est tiré d’une expression souvent utilisée sous les vidéos de Russes qui prennent des risques insensés sans la moindre peur : Russian balls of steel


  • #2606654
    le 29/11/2020 par kantor
    Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

    De Fréderic Roux (qui en plus d’être écrivain, a pratiqué la boxe amateur...) : Myke Tyson, un cauchemar Américain...


  • #2606698
    le 29/11/2020 par Palikao
    Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

    À plus de 50 ans, Tyson ne tiendra pas le choc. Il est trop vieux. Il ne sera pas assez endurant à mon avis.
    Moi, je ne tiendrai pas 10 secondes face à ce papi, mais il y a du lourd qui l’attend en face.


  • #2606700
    le 29/11/2020 par Pamfli
    Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

    Cette narration est magnifique :
    "Elle, jeune femme pieuse du fin fond du Rhode Island venue à Indianapolis participer au concours de Miss Black America ; lui, membre du jury, qui n’aura de cesse de harceler candidates et personnel féminin du concours."

    Comment voulez-vous que ça se termine entre une whitney Houston de chez WalMart et un tel animal membre du jury ? Nous sommes très très loin de la Belle au bois dormant ou de Cendrillon, bref un modèle à fuir.


  • #2606717
    le 29/11/2020 par boualam
    Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

    Une épave de crack head. Il fait vraiment pitié à écouter (vue chez Joe Rogan, Joey Diaz et Steve-o). Tu parles d’un modèle...

     

    • #2610405
      le 04/12/2020 par Thomas C
      Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

      c’est complètement faux.

      As tu bien compris son interview dans Joe Rogan ? Il ne faut pas confondre la société Française et Américaine. Le parcours de Tyson est impressionnant - C’est un personnage très intéressant et beaucoup plus intelligent et cultivé que ce que tu a l’air de penser.

      Je pense que tu ne comprend pas la société américaine , ni l’anglais suffisamment pour faire ce genre de commentaire ou alors tu est déconnecté.


  • #2607235

    faudrait le voir en mma pour voir ce quil vaut vraiment...mais bon un peu vieux...c’est pas bon pour la santé


  • #2607870
    le 01/12/2020 par SpiritusRector
    Mike Tyson, 54 ans, remonte sur le ring

    Bravo à cet homme, courageux, droit et honnête.

    Bien peu armé pour faire face au vice et à la corruption dans lesquels il allait mettre les pieds étant jeune hélas.

    Mais aidé de Dieu, il aura désormais une vie digne et une mort identique j’en suis sûr.

    Espérons que malgré son âge, il parviendra à surprendre et à laisser derrière lui une belle légende héroïque. Qui je l’espère inspirera les générations futures.

    Je prie pour que cette devise soit celle que l’Histoire associera au mondialisme des années 2020.


Commentaires suivants