Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Miracle pour Schiappa : après Mamoudou le (bon) migrant, "Marie" la harcelée (par un Blanc)

 

 

Résumé de l’affaire qui secoue les réseaux sociaux et relance la guerre des sexes : Paris XIXe, un café, une jeune femme importunée par un homme, une caméra de surveillance qui capte la scène, la femme refuse les avances de l’homme, il la frappe, des hommes se lèvent dans le café (on est à Paris donc grande chance de tomber sur des bobos gentils), mais personne n’intervient au final.

 

 

La vidéo fait le tour de (la) France, les femmes sont horrifiées par la violence de l’inconnu et la lâcheté des témoins, les spectateurs de la vidéo font les fanfarons, moi le mec je l’aurais défoncé, patati et patata, et puis la grande Marlène s’en mêle. L’affaire devient politique, la presse retrouve la victime, et la victime s’exprime. C’est « Marie » :

 

 

Le petit fait divers, grand par sa symbolique, devient un débat de société. Le récupérateur fourre-tout des Grandes gueules s’en empare et ça donne une bonne grosse tartarinade :

 

 

L’affaire, partie de rien ou presque, est si rapidement devenue politique qu’on se pose des questions. Voici l’intro de l’article d’Europe 1 qui a reçu Schiappa, qui défend sa loi sur le harcèlement de rue :

« La secrétaire d’État à l’égalité Femmes-Hommes Marlène Schiappa espère que la publication de la vidéo montrant le harcèlement d’une femme à Paris pourra faire changer les mentalités. »

« C’est quelque chose de grave qui entrave la liberté des femmes, d’aller et venir dans l’espace public. Nous devons collectivement y mettre fin. Donc, je crois que cette vidéo fera changer le regard d’un certain nombre de personnes. »

Fabrique du consentement pro-migrants et anti-hommes (blancs)

À l’ère des élections truquées (démolition contrôlée de Fillon, poussée calculée de Marine Le Pen pour éliminer Mélenchon, et enfin victoire artificielle de Macron), à l’ère de toutes les ingénieries, des attentats sans commanditaires ni revendications, à l’ère de la propagande massive qui tue ses supports et des lobbies ultra influents qui ne se cachent plus, on ne peut pas s’empêcher de penser que l’affaire Marie tombe pile-poil pour la Schiappa. De là à dire, comme pour Mamoudou, qu’il y a eu préparation, il y a un pas que nous ne franchirons pas : nous craignons trop le regard acéré du bigleux de Conspiracy Watch pour ça. Rudy est sans pitié avec les théories complexes : le réel doit rester simple comme un JT de TF1 !

Mais ça fait quand même beaucoup de coïncidences. On verra à la prochaine loi si un fait divers vient fabriquer le consentement de l’opinion, selon l’expression du sioniste antisioniste Noam Chomsky...

Last but not least, la production de ce clip schiappique a trouvé le seul Blanc qui harcelait les femmes dans le très populaire et très coloré XIXe arrondissement ! Une chance ! Le pouvoir ne pouvait rêver meilleure bande-annonce pour les premières amendes qui tomberont contre les vilains hommes en septembre !

Question  : sachant que les migrants qui foutent des mains au cul des Parisiennes ne sont pas solvables, le gouvernement a-t-il prévu une aide financière pour que ces malheureux puissent payer leurs amendes ?
On imagine le pire : que Mamoudou se fasse choper par une caméra de surveillance en train de grimper sur Marie... Là c’est carrément le conflit système, le court-circuit intégral dans l’arrière-boutique du progressisme !

 

L’affaire Mamoudou et le consentement général, sur E&R :

 

Pour décrypter les arnaques politiques,
rien ne vaut Kontre Kulture

 






Alerter

156 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • S’il me venait l’idée malheureuse de mettre une targette à ce gabarit de Marie, pour sûr qu’elle n’apparaîtrait pas ainsi fringuante, sous les quelques jours qui suivent, pour une interview : même chose pour Didier Giraud ; ce qui confirme bien que c’est une grande gueule, à tous points de vue.
    Donc, entre la tafiole à double titre (et de frapper plus faible que lui, et d’avoir des bras de baltringue) et notre grande gueule qui n’aurait mieux fait que le panel de spectateurs mais qui attise, le cuI au chaud, depuis l’arrière de son micro, les passions de ceux qui finiraient en correctionnelle, on se demande en effet ce qu’il reste de bonshommes...
    Tiens, on attend d’ailleurs la vengeance chevaleresque (physique) du rōnin, Didier, lorsque la vindicte populaire, alliée à sa police, aura retrouvé le guignol à la main leste... pour voir.

     

    Répondre à ce message

    • Edit (eh, dites...)
      Tombant au hasard d’une pérégrination GPS sur ce titre :



      « Harcèlement de rue : les premières amendes pour l’automne - 90€ à 750€ »




      ... c’est à se demander, vu la réflexion précédente sur l’état du maquillage, après torgnole du guignol au milieu des grandes gueules, si l’on ne nous a pas fait vivre une cascade à la « Bêêê Belle » : toc toc badaboum (<=90€ dtc : dans ta caisse ; celle de l’État)...

       
  • #2016225

    Moi toutes ces grandes affaires médiatiques sont malsaines commencent à me faire chier. On voit une manipulation de masse. En fait on nous montre un bout bien choisi de l’affaire. Fake news. On sait pas ce qu elle a dit. Je prends pas parti mais on a jamais une vision objectif. Deux jours après on a une autre information et dans une semaine une nouvelle vidéo ou elle insulte le gars. Et on critique les dictatures et la propagande mais on vit en démocrature. Cette affaire est une promotion pour l’egalité des sexes. Comme elle veulent être égale il faut l être dans la douleur aussi. Honnêtement si je me fais insulter par une femme (vraiment) je sais pas si je me retiendrais une gifle.

     

    Répondre à ce message

  • Trop, gros, ne s’agit-il pas d’une « social experiments » filmée à dessein ?
    J’ai vécu ce genre de scène à l’arrêt d’un métrobus à Rouen. Me suis retrouvé sans le savoir, devant une compagnie de théâtre sponsorisée par la Mairie de Rouen en partenariat avec le Réseau Astuce de l’agglomération.
    Un jeune mec a demandé une cigarette à une nana en jupe rouge très courte : elle fumait. Elle a refusé. Il a commencé à l’insulter en lui faisant remarquer qu’elle ressemblait à une « pute ». Autour d’elle, deux femmes plus âgées. Elles commencent à trouver ça honteux de s’en prendre à l’aspect vestimentaire de la nana d’une vingtaine d’année. Le mec à quelques mètres continuait à maugréer et gesticuler.
    La plupart des voyageurs en attente du métrobus ne bronchaient pas.
    Les deux femmes plus âgées ont commencé à me parler ainsi que la nana en question qui s’est jointe à la conversation. J’ai vu qu’elles étaient toutes trois très remontées contre le mec. Elles tentaient de connaître mon opinion sur cette « dispute ».
    J’ai feint mon sentiment. Elles l’ont bien ressenti notamment la nana visiblement paumée en jupe rouge. Car je voulais pas m’en mêler. Dans ces histoires de drague, qui provoque qui en réalité ? Il y a les apparences et la réalité. Le mec, acteur de rue est venu ensuite me remercier d’avoir bronché, je suppose. Lui ai dit que j’étais MGTOW. En homme déraciné qu’il est, à savoir sans race, il m’a dit ignorer ce mouvement. Suis parti, mon métrobus arrivait. Rien de bien méchant : de la gauchiasse errante, des amateurs singeant la Vie.
    Revoilà donc, la schiappiste chargée de l’égalité femmes & hommes - oxymore - du haut de son officine ministérielle, agent cia des mœurs, en capacité de financer une telle opération de propagande « avec caméra impératif » probablement commanditée pour alimenter les réseaux sociaux, susciter ainsi des polémiques confortant subrepticement l’utilité de leur législation répressive à l’égard de la relation « homme-femme ».
    Ne s’agit-il pas de la dénaturer, la déstabiliser de son statut sacral ? Renverser la Tri-Unité, du Père, de la Mère et du Fils que chacun porte en soi = en germe ; dans le Soi divin, son âme. La nana se prénomme même Marie !
    Sous couvert« d’égalité », cette idéologie mortifère vise à rendre les hommes & les femmes identiques, les faire se ressembler unisexe, les tenues vestimentaires par la mode, le démontrent.

     

    Répondre à ce message

  • Malgré cette propagande anti-naturelle, l’effet contraire se produit ou se produira encore plus dans la population. Avec des effets tout de même positifs à savoir que les hommes sentant le danger vont renforcer leur identitié masculine, oser être eux-mêmes. Les femmes idem, moins infantiles, car retour au réel, pour elles aussi.

    Laissez-les mourir à eux-mêmes ces propagandistes lbgti et autres !

    Tant pis pour ceux & icelles qui n’auront pas compris à temps !

    Savoir que ces larbins du pouvoir, c’est toujours faites ce qu’on vous dit, faites pas ce qu’on fait.

    L’inversion autorisée, voire subrepticement injonctive, est le signe qu’il ne faut pas entrer dans leur jeu, et s’enraciner dans son ETRE car les réponses y sont : ils tentent de vous y détouner.

     

    Répondre à ce message

  • Impossible de dire si cette affaire est réelle ou est un Fake. Mais elle tombe à pic pour le gouvernement

     

    Répondre à ce message

  • Il faudrait avoir la version du mec aussi, et des témoignages objectifs pour savoir ce qui a réellement été dit. Personne ne doit lever la main sur une femme, il ne s’agit pas de l’excuser. Mais de là à croire les montages de BFM TV... Vu les rictus, le langage corporel et le langage de cette femme, je ne crois pas à la version de la gentille fille harcelée qui lève fièrement la tête face à la barbarie masculine. C’est un énième micro-fait divers érigé en affaire d’état pour des raisons politiques.

     

    Répondre à ce message

    • Absolument d’accord, je ne crois pas à la version de cette femme, les images montrent une autre histoire. Et je répète que cela n’excuse pas le fait de frapper une femme ou un homme d’ailleurs qui vous a seulement insulté. Contre une insulte il y a l’insulte ou mieux l’indifférence.Mais il existe dans notre système juridique et dans notre façon de voir les choses "les circonstances atténuantes".

       
  • Le problème de société que vous évoquez c’est que le "système" entretien l’utopie que les femmes sont libres et égales à l’homme ... ce qui n’est pas vraie et ne l’a jamais été.
    La différence avec autrefois ? C’est qu’autrefois elles le savaient .
    Et ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Non la femme n’est pas inférieure à l’homme !
    Mais la femme a besoin de protection . Elle ne peut pas, par exemple, se retrouver à moitié saoule, au milieu d’une troupe d’hommes excités sans prendre des risques .
    La seule protection absolu que peut proposer le "système" pour prévenir les débordements à caractères sexuels, c’est d’émasculer tous les hommes .
    C’est ce qui est en train de se passer ... c’est ce que vous voulez ??

     

    Répondre à ce message

  • #2016973
    Le 2 août à 10:45 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Miracle pour Schiappa : après Mamoudou le (bon) migrant, "Marie" la harcelée (...)

    Paresse intellectuelle ou torpeur consécutive à la chaleur de l’été ?

    Bref, résumons :

    On a une "étudiante", en quoi d’ailleurs, en pilpoul ?
    Elle se prénomme "Marie", ça fait goy bien de souche chrétienne.
    Elle se nomme "Laguerre", la guerre des sexes quoi !
    A vue de nez, padamalgame, plutôt une cousine de Schiappa.
    Un bar à bobos et son patron qui filme la voie publique. D’ailleurs, il serait intéressant de savoir la raison sociale de l’établissement "Le 9 b", histoire de connaître de quelle tribu est issu le gérant...
    Des images remises à la "victime" et non aux enquêteurs...
    Une "affaire" qui tombe à pic pour justifier d’un énième projet de loi aussi débile que celles qui le portent.
    Un emballement médiatique en république maçonnique d’ex-France suivi des mêmes effets hors des frontières, cela sent tout de même la préparation, non ?
    Une "victime" qui soigne déjà sa communication et sort un site Internet, à quand la déclaration d’utilité publique et la collecte de fonds ?

    Conclusion logique : bidonnage intégral !

    Alors, disserter sur la longueur de la jupe ou sa couleur…

    Pour rappel, l’immeuble à l’enfant tombé du balcon comme celui d’où fut filmé l’assassinat du flic de l’épisode des Charlots était peuplé de réparateurs du monde… Et pas des moindres dans le second cas.

     

    Répondre à ce message

  • Qu’est-ce qui vous dit que c’est un homme qui frappe ?

     

    Répondre à ce message

  • Il y a encore deux ou trois générations, il était enseigné à sa progéniture qu’il ne fallait pas frapper une femme, même avec un mouchoir en soie.
    Depuis, la lessiveuse féministe nous conduit au proverbe polonais suivant : "Malheur à la maison où la vache cogne le bœuf ! "

    Le problème est que beaucoup de femmes n’adoptent plus du tout l’attitude ad hoc , même face au mâle dominant physiquement et lors d’une altercation.
    En de telles circonstances, elles se sont "masculinisées" et utilisent trop fréquemment une rhétorique belliqueuse proche de celle gouvernant une querelle entre deux hommes et fatalement, apparait trop souvent la confrontation physique, à leurs désavantages la plupart du temps, alors qu’elles possèdent les outils d’expressions et de langages propres à leur fonctionnement psychologique interne et pour faire au moins jeu égal en temps normal, en désamorçant l’option physique, justement.
    Quoique sur ce dernier point, il est constaté un renversement de tendance dont les médias parlent encore trop peu et même si les dépôts de plainte pour violence conjugale sont encore en majorité écrasante signées par les femmes, c’est aussi parce qu’un nombre non négligeable de battus n’osent pas encore se rendre au commissariat le plus proche.

    Un tropisme qui pourrait sérieusement évoluer d’ici peu et si la propagande féministe continue d’émasculer les hommes, enfin surtout les blancs.

    Entre soumission totale et s’imaginer être l’égal de l’homme dans tous les domaines, il y a de la marge et je ne suis pas certain que l’enseignement de la self défense orientée femme contribue à cette prise de conscience, surtout que l’alcoolisme, les drogues et les médocs sont des facteurs directement liés à cette montée de violence.
    Si je ne nie pas que certains gestes sont utiles en phases critiques, mais pour une femme, le désamorçage en amont et par la négociation devrait représenter 70% de l’enseignement en situation de tensions.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents