Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mon pays avant Haïti

Pour les raisons qu’a bien expliqué Philippe Randa dans sa dernière chronique, mon sentiment face au tremblement de terre qui a frappé l’île d’Haïti a tout abord été un mélange de commisération et d’indifférence, puis, progressivement, il s’est mué en agacement, voire en colère.

Soyons clair, je trouve bien triste ce qui arrive aux Haïtiens, mais dans le même temps je ne peux m’empêcher de penser que ce qu’ils ont connu est, somme toute, banal : ce n’est pas la première catastrophe naturelle faisant des dizaines de milliers de morts, ce ne sera pas la dernière. Que l’on en parle aux informations est normal, mais que l’on ne parle plus que de cela depuis une semaine ne l’est pas, comme ne l’est pas cette quasi-obligation à la charité à laquelle nous sommes soumis par d’incessants appels à donner.

Donner ? Oui mais pourquoi et pour qui ? Les Haïtiens souffrent c’est un fait, mais ils souffrent loin de nous. Que les instances mondialistes spécialisées s’en occupent devrait suffire. Quant au simple citoyen - qui ignore tout de la réalité locale et qui ne la perçoit qu’à travers le prisme déformant des médias – ne serait-il pas plus logique qu’il se préoccupe de la misère que peuvent connaître les nôtres, hic et nunc ?

Il est vrai que, pour ce faire, il faudrait qu’il en connaisse la réalité. Or s’il la subodore – les « restaus du cœur » sont là pour la lui rappeler – il n’en a aucune idée précise et les médias qui ne lui cachent rien de la situation haïtienne se gardent bien d’insister sur la réalité de la misère des Français pauvres de crainte de le voir mal voter.

Or la France est actuellement frappée par un séisme à bas bruit qui fait des centaines de milliers de victimes sans que les médias ne nous alarment. En 2009, 850.000 personnes sont sorties du régime d’assurance chômage, et en 2010, ce seront 1.000.000 de chômeurs qui arriveront en fin de droits ! Or, 20 % seulement de ces 1.850.000 personnes sont susceptibles de bénéficier de l’Allocation spécifique de solidarité et pourront toucher, excusez du peu !, environ 450 euros par mois. Cette allocation étant soumise à certaines conditions telles que ressources et patrimoine du ménage, les personnes qui font la demande de l’ASS, sont d’abord invitées à vider leurs économies et à vendre leur logement s’ils en sont propriétaires !

Tel va être le séisme qui va toucher notre pays : des chômeurs non-indemnisés, ne pouvant plus ni se loger, ni se chauffer, ni nourrir leur famille… Une véritable catastrophe sociale se profile ainsi à l’horizon des mois à venir.

Plutôt que de dépenser des sommes qui donnent le tournis dans l’aide à Haïti, notre gouvernement n’a-t-il pas mieux à faire ? Ne serait-il pas préférable de consacrer tout cet argent à un usage interne ? Ne serait-il pas plus opportun de canaliser la générosité française vers les Français déjà dans le besoin ou qui vont l’être très prochainement ?

Raymond Cartier écrivait, dans les années 1960, qu’il fallait s’occuper de « la Corrèze avant le Zambèze »… Serait-il encore en vie que je gage qu’il déclarerait maintenant, comme je le fais, « mon pays avant Haïti » ou les nôtres avant les autres…

Christian Bouchet