Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mort d’Ingvar Kamprad, le créateur d’Ikea, ce génie nordique au passé national socialiste

Achtung : tous les couples de gauche qui vont s’équiper chez Ikea doivent savoir qu’ils enrichissent le cœur de la nébuleuse nazie internationale couplée au réseau Odessa !

 

C’est en substance ce qui ressort des articles de presse qui « fêtent » la mort du fondateur de la chaîne d’ameublement en kit Ikea. Ingvar Kamprad s’est éteint dimanche 28 janvier 2018 (Ikea est ouvert le dimanche) et les médias mainstream n’ont pas été très dithyrambiques avec cet inventeur de génie, probablement parce qu’il est d’essence germanique, corps et âme. C’est très mal vu !

 

 

En 1994, un journal suédois révèle les liens d’Ingvar avec un groupuscule légèrement pronazi pendant la Seconde Guerre mondiale. Ingvar est obligé de s’expliquer, de s’excuser, de rendre gorge. Erreur de jeunesse, inconscience, ignorance... il plaide coupable et s’en sort de justesse. Ouf, le groupe ne sera pas touché (le reste il s’en fout). Mais le boycott des produits nazis ou israéliens n’était pas encore à la mode à l’époque.

Il faut savoir que le sionisme est très présent en Suède – dans les médias et dans l’économie – et que l’assassinat du Premier ministre Olof Palme (pas vraiment résolu à ce jour) le 28 février 1986, présente tous les signes d’un attentat sous faux drapeau avec patsy et double équipe. Palme n’était pas favorable aux implantations nucléaires de l’OTAN en Europe et encore moins aux implantations, pardon, à la colonisation israélienne en Palestine. Deux bonnes raisons pour sortir violemment de la sphère publique. Mais c’est du passé, et ce qui nous occupe, c’est la mort – de vieillesse – de ce bon vieil Ingvar.

Alors que tout le monde focalise sur le passé prétendument national socialiste du boss d’Ikea, on oublie la puissance de l’esprit visionnaire qu’il a fallu avoir pour construire un des plus grands groupes du monde. Ça, la success story, la socioculture veut bien l’accepter, mais pas la construction politique de l’inventeur. Pourtant, elles sont liées !

Imagine-t-on, dans le même genre, un Céline roi du pamphlet et en même temps pro-société bourgeoise et pro-sioniste ? Non, ça n’irait pas ensemble. Le génie d’Ingvar et son positionnement politique sont donc liés. Il représentait les valeurs germaniques – même si on est toujours un peu exalté quand on a 20 ans – c’est-à-dire le courage, le travail, le respect des anciens, le goût de l’ordre, de l’autorité... On rappelle qu’Ingvar est né en 1926 et que la neutralité pendant la guerre de la société suédoise était très bienveillante à l’égard du grand voisin allemand, ce proche cousin germanique (idem avec le Danemark). Minerai de fer et soldats de la Wehrmacht ont transité sans sabotage aucun par les chemins de fer suédois pendant le conflit mondial.

 

(Ingvar ne pouvait pas faire partie de la 5e division SS Viking
dont voici quelques images affreuses sur un chant guttural)

 

Fin 1940, Ingvar a 15 ans, et il milite dans les Jeunesses nordiques selon certaines sources que la presse mainstream va reprendre avec délectation. C’est sûr que le jeune Ingvar n’est pas un antifa : il aime l’Ordnung et c’est en 1943 qu’il crée Ikea à partir de la petite entreprise familiale qui ne faisait pas encore dans le meuble. Le meuble, lui, viendra en 1947. Et c’est en 1956 que l’ex-admirateur du national socialisme trouve l’Idée qui va le rendre riche et célèbre : rationaliser la chaîne de production-vente en proposant un meuble à plat que l’acheteur montera lui-même grâce à un mode d’emploi simplissime.

La suite est connue : Ingvar 4e fortune mondiale, des magasins partout dans le monde (403 dans 29 pays), 190 000 employés et un CA de 38 milliards, un succès qui ne se dément pas. Ikea équipe les jeunes couples ou les familles pas trop fortunées qui veulent du rapide et du pas cher. Un créneau populaire auquel les autres fabriquants n’avaient pas pensé.

 

 

Le plus drôle, c’est qu’Ikea charrie aujourd’hui une image archi bien-pensante que l’on devine dans son catalogue, pour qui ose le feuilleter : les femmes (souriantes) y sont omniprésentes, les hommes effacés ou habillés de tabliers de cuisine, les migrants de plus en plus présents (ils ne sont pas bleus aux yeux blonds), le passé nazi est bien loin !

Et pourtant, Ikea est une idée très socialiste et très nationale dans l’âme. Quelque chose qui concentre les qualités que l’on reconnaît aux Germains et aux Vikings, ce goût de l’ordre, de la précision, du travail bien fait, de la ponctualité, toutes ces vertus qu’on a un peu de mal à trouver en France, n’est-ce pas.

Sur les vertus germaniques,
lire sur Kontre Kulture

 

 






Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • N’en déplaise aux esprits râleurs et suffisants, le fondateur d’IKEA, que dieu ait son âme, a su faire quelque chose de sa vie : il y a laissé une trace indélébile. Qu’en est-il et qu’en sera-t-il de tout ceux qui végètent dans leur trou attendant tout des autres ?
    Ce Monsieur mérite respect et considération.

     

    Répondre à ce message

  • «  (...) les qualités que l’on reconnaît aux Germains et aux Vikings, ce goût de l’ordre, de la précision, du travail bien fait (...) toutes ces vertus qu’on a un peu de mal à trouver en France, n’est-ce pas.  »

    Deutsche qualität !

    Ça me fait penser à cette page du journal de guerre de Louis Maufrais qui s’est retrouvé à 24 ans happé par l’Histoire (il préparait le concours de l’internat de médecine quand 1914 est passé par là, l’arrachant à ses études pour le propulser médecin dans les tranchées (jusqu’en 18 !).)

    En 1915, durant la bataille de Champagne, tandis que le 94ème RI pourrit sur pied dans des tranchées dégueulasses dans lesquelles les hommes s’enfoncent jusqu’aux genoux, où on mange et dort trempé, au milieu des poux, des rats et des grenouilles, dans des abris précaires, il rapporte l’anecdote suivante :

    « Ce que [le lieutenant] veut me montrer, ce sont deux tranchées boches [qui viennent d’être prises]. (...) Et je découvre qu’en réalité les Allemands ont beaucoup moins souffert que nous ne le pensions.
    Tu sais, (...) du 75, ça ne peut pas faire grand chose là-dessus. Les nôtres n’ont pas tiré avec assez d’armes lourdes. (...) Maintenant, tu vas descendre, il y a au moins 25 marches.
    C’est une salle de plus de 15 mètres de long (...). Elle s’en va jusque sous l’espace de séparation de nos tranchées et les leurs. Voilà leurs couchettes. Tu vois, il y a du plancher par terre, un ventilateur au plafond et des ampoules électriques. Et ce qui ne gâche rien, 8 mètres d’épaisseur de craie au-dessus de la tête. (...) [Je passe sur les réfectoire, salle de repos, salle de réunion, salles des téléphones et communications souterraines.] Et nous arrivons au PC du commandant. Il se trouve à 12 mètres de profondeur. Voilà son bureau, avec un piano et un beau tapis. Et, de l’autre côté, c’est son plumard. Il y a même des draps, et encore un ventilateur ! »

     

    Répondre à ce message

  • #1890681

    Ikéa... Cette enseigne n’a fait qu’uniformiser mondialement les intérieurs. Des meubles "design" pour Sébastien et Stéphanie, qui regardent "Games of Thrones" via leur abonnement "Netflix" avec leur "box" et ses 213 chaînes...
    Ikéa, c’est le meuble mondialiste de mauvais goût dénué de toute âme et identité propre. Rien ne vaudra d’être assis sur une belle bergère d’époque Louis XVI, en train de lire un bon livre de chez KK et de se restaurer dans une vaisselle au moins en porcelaine de Limoges.

     

    Répondre à ce message

    • @ Blanc de Saint Bonnet : Ah oui, au moins, au moins ! Pas snob pour un sou !
      "L’âme" et "l’identité propre", c’est d’abord les gens qui la font et non pas leurs biens matériels.
      Et puis dans la France d’en bas voyez-vous, l’on se soucie d’abord de mettre du pain sur la table avant de s’intéresser à la provenance de son repose-cul.

       
    • #1891158

      Pour Plébéienne :

      Le goût n’est pas nécessairement une question d’argent. Vous installez un beauf sur une montagne d’argent, il aura toujours autant des goûts de chiottes.
      Vous êtes dans la confusion entre snobisme et vision du monde, attitude pédante et enracinement.

       
    • Les connaisseurs de mobilier ancien espèrent que vous n’avez pas retapissé votre bergère Louis XVI avec un tissu moderne dénué de toute âme et identité propre. Ces tissus qui sortent de métiers à tisser mécaniques sont une insulte à l’époque de notre bon Roi et définitivement l’apanage des ploucs.

      Sinon, Sébastien et Stéphanie voudraient bien savoir comment regarder GoT sur Netflix. L’économie d’un abonnement OCS pourrait en effet leur permettre d’enfin pouvoir accéder à un mobilier digne du votre. C’est vrai qu’elle est mignonne cette Stéphanie.

       
    • #1891346

      Pour Lannister :
      En soie d’époque et rembourrée en crin de cheval.

       
  • En fait, dès que tu n’es pas juif, tu es méchant, voire nazi !
    Et dès l’instant que tu es juif, tu es quelqu’un de bien, voire un agneau intouchable !

     

    Répondre à ce message

  • ahaha le commentaires de faux-culs anti-ikea mais qui sont bien contents de consommer à bas prix ! Ikea est un concept de génie pour de la consommation pratique et immédiat de meubles jetables que l’on peut pour pas cher recycler régulièrement, parce que franchement les vieilles armoires bretonnes de mémé, indémontables et intransportables et surtout moches ne font pas plus envie ! De fait lorsque vous videz une maison de famille, comme c’est étrange personne ne veut repartir avec les armoires moches et lourdes de mémé, les fauteuils moche et lourds de mémé ... non, personne !!!!

     

    Répondre à ce message


  • Fin 1940, Ingvar a 15 ans, et il milite dans les Jeunesses nordiques



    On reproche à cet homme d’avoir intégré une association quand il était un gosse de 15 ans ? Et que l’on ne me sorte pas l’argument du genre à cette époque à 15 ans c’était comme si tu avais 35 ans aujourd’hui ! Certes à âge égal les enfants étaient intellectuellement et émotionnellement plus structurés qu’aujourd’hui mais il n’en étaient pas moins des gosses avec une expérience limitée de la vie et entièrement sous l’emprise idéologique de l’environnement adulte dans lequel ils évoluaient.

    Ikea ? Fut une époque cela me faisait marrer...et puis je me suis rendu compte que c’était en fin de compte assez génial et unique dans son genre. En effet cette entreprise a réussi à trouver le compris idéal pour produire des produits de consommation de masse qui atteigne un degré certain d’originalité et d’esthétisme à des prix compétitifs et ayant accéder à une renommée internationale. Il y a des Ikea partout dans le monde ! Alors certes le sobre et laborieux ouvrier chinois allié au besogneux ingénieur/designer scandinave dévoué corps et âme à son entreprise contribuent beaucoup à ce tour de force...
    Il n’y a pas à ma connaissance un équivalent à Ikea. Pourquoi d’autres n’ont pas imité ce concept ? Faut-il vraiment que cela soit cette alliance entre l’esprit scandinave et la production de masse chinois à prix imbattable qui soit la clé de ce succès commercial ? Les Japonais, Américains...ne pourraient pas en faire autant ?

     

    Répondre à ce message

  • Ikea c’est le zyklon B (cyclohexane, formaldéhyde, n-hexane, arsenic, dichlorobenzène, ) dans les chambres des enfants , une sorte de génocide (et du gout et du cancer)
    Qu’il soit homo, pape, guitariste ou nazi on s’en fout ,il avait 15 ans ,moi à 15 ans j’étais un petit con, bon je le suis encore un peu, mais va-t-on lui reprocher, ainsi qu’à moi éternellement ?
    Ni oubli ni Pardon c’est ça ?
    Moi je lui reproche la merde Ikea qu’il soit nazi est un detail « Mwouaaaaaaaa »

     

    Répondre à ce message

  • Le génie d’Ingvar Kamprad, comme le Corbusier avant lui ou Mc Donald, aura été de refourguer et de faire accepter de la merde à prix d’or à des peuples qui vivaient dans une certaine qualité traditionnelle.

     

    Répondre à ce message

  • Dans le catalogue vidéo Ikéa 2018 on voit un enfant blond et sa petite soeur blonde aussi qui jouent avec une petite voiture VW Coccinelle, c’est le modèle nazi voulu par Hitler.

     

    Répondre à ce message

  • Il faisait social et national, il avait le sens de la simplicité et de l’efficacité, il avait d’ailleurs édité une ligne de mobilier dans le style gustavien.

    Il est donc tout à fait comparable à Martial Lapeyre, le fondateur des menuiseries Lapeyre, qui avait dessiné et produisait des menuiseries et des meubles de cuisine en kit peu chères, simples, classiques et de très bon goût, pour permettre aux pères de familles populaires de restaurer, agrandir ou aménager eux mêmes leurs maison. Ce Martial Lapeyre n’utilisait aucun bois importé ou exotique, il n’utilisait que de la main d’oeuvre française qu’il payait plutôt bien, il était donc doublement social et nationaliste, et c’était un admirateur de Napoléon Bonaparte : il a légué en 1984 toutes ses collections et sa bibliothèque, avec une grande partie de sa fortune à une fondation qu’il a créée pour l’étude et la diffusion de l’oeuvre de Napoléon.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents